Archives par mot-clé : Antiquité

[1er-2 oct. 2015] Épigraphie antique et médiévale en Europe : pratiques et méthodes de jeunes chercheurs

Lors de la seconde quinzaine d’août 2011, 2012 et 2013, des épigraphistes poitevins réunis par Bertrand Goffaux ont organisé trois sessions d’une école d’été. Financée par l’agence Erasmus, cette European Summer School in Epigraphy – Poitiers (ESSEP) a suscité la rencontre de plus d’une centaine d’étudiants et d’une vingtaine d’enseignants-chercheurs, issus de neuf pays et de douze universités différentes.

ESSEP

Telle est l’expérience intellectuelle et humaine que les épigraphistes du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) et de l’équipe Hellénisation et romanisation dans les mondes antiques (HeRMA) entendent prolonger, par le biais d’un colloque de jeunes chercheurs. Cette manifestation réunira des doctorants ou jeunes docteurs ayant participé à ESSEP, sans pour autant s’en tenir à une simple présentation de recherches en cours. Son intérêt devra résider dans une réflexion méthodologique et véritablement collective sur l’apport de la documentation épigraphique à l’histoire, à l’archéologie, à la philologie et à la linguistique antiques ou médiévales, sous toutes leurs formes.

Jeudi 1er octobre

9h – Nicolas Tran (Poitiers) Présentation et introduction

Session 1. Entre texte et matière, variété des approches épigraphiques        

Modérateurs : Adam Łajtar (Varsovie), Irene Berti (Heidelberg), Alexandre Vincent (Poitiers).

9h15 – Eleanna Karvagiotou (Athènes), Ancient Greek and Byzantine Epigraphy: A comparative study.

10h15. Anna Kordas (Varsovie/Lyon), La complémentarité des sources épigraphiques, archéologiques et littéraires de l’histoire économique du monde grec : l’exemple des instruments de vente.

11h15. Pause.

11h30. Eva Caramello (Poitiers), Annick Gagné (Poitiers/Québec), Savoir décrire pour analyser : des outils pour l’étude de l’esthétique des inscriptions à partir de l’exemple d’Avignon au Moyen Âge.

12h30. Discussions.

13h. Déjeuner.

Session 2. Éditer et interpréter les inscriptions

Modérateurs : Araceli Striano (Madrid), Franco Luciani (Venise), Delphine Ackermann (Poitiers).

14h. Aliki Theochari (Athènes), Antonios Kaponis (Athènes), Reading, Reconstructing and Interpretating Inscriptions: The Case of Several Unpublished Inscriptions from Cyclades.

15h. Felix Schulte (Heidelberg), Les décrets municipaux de l’Italie romaine.

16h. Pause

16h15. Laura Aho (Helsinki/Rome), Tracing ”the Why” in Sacred Dedications – Methods and Problems.

17h15. Pawel Nowakowski (Oxford/Varsovie), The Epigraphic Evidence for the Cult of Saints in Late Antique Asia Minor: Remarks on Creating a Catalogue of Previously Published Inscriptions.

18h15. Discussions.

Vendredi 2 octobre

Session 3. L’étude des inscriptions : linguistique et onomastique

Modérateurs : Bjørn Paarman (Fribourg), Nicolas Tran (Poitiers), Estelle Ingrand-Varenne (Poitiers).

9h. Sandra Cruz (Madrid), Violeta Gomis (Madrid), The relationship between Greek linguistics and epigraphy: some examples from Paros and Pompeii.

10h. Paloma Guijarro (Madrid), Silvia Tantimonaco (Venise/Barcelone), L’apport de l’épigraphie à l’étude des dialectes grecs et du latin des provinces.

11h. Pause.

11h15. Urpo Kantola (Helsinki), Tuomo Nuorluoto (Uppsala/Helsinki), Name and Context: A Survey on Roman Name Types as Represented in Late Republican and Early Imperial Epigraphic Sources.

12h15. Discussions.

12h45. Déjeuner.

Session 4. L’étude des inscriptions : histoire, institutions, mentalités

Modérateurs : Olli Salomies (Helsinki), Anna Heller (Tours), Vincent Debiais (Poitiers).

14h – Charalampos Chrysafis (Athènes), Epigraphy and the Antigonid Garrisons in Mainland Greece and the Aegean.

15h – Georgios Valsamakis (Athènes), The Installation of Veterans in the Provinces of Achaia and Macedonia through the Epigraphic Evidence (1st c. B.C. – 3rd c. A.D.).

16h – Pause.

16h15 – Sara Borrello (Venise), Clara Stevanato (Venise), Pauline Maouchi (Poitiers), Commémorer les membres de la domus : méthodologie de l’étude des inscriptions funéraires dédiées aux femmes, aux enfants, et aux animaux familiers.

17h15 – Discussions et table-ronde conclusive animée par Yves Lafond (Poitiers) et Cécile Treffort (Poitiers).

Lieu : CESCM –  Hôtel Berthelot, salle Crozet

24 rue de la chaine – 86000 POITIERS

index  logo CESCM herma

logo CNRS                                    IUF

 

 

Master CHPS : spécialité Civilisation antique et médiévale, 2015-2016 (Université de Poitiers)

La spécialité Civilisation antique et médiévale est un master recherche qui s’articule en deux années, comportant chacune des enseignements, la rédaction d’un mémoire de recherche (TER), et un stage, facultatif en Master 1, obligatoire en Master 2.
L’inscription administrative est conditionnée à la définition d’un projet de recherche validé par un enseignant-chercheur de l’Université de Poitiers.

SHA / Univ. de Poitiers
SHA / Univ. de Poitiers
Réunion de rentrée le jeudi 3 septembre en salle 103:
Master 1 de 10h30 à 11h45
Master 1 de 11h45 à 12h30

L’admission directe en 2e année de master est possible pour les étudiants ayant obtenu une 1ère année de master dans une autre université, après examen de leur dossier.

Ce Master est ouvert également aux étudiants de l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Poitiers.

Laboratoires de recherche : équipe HeRMA et laboratoire CESCM

Lien vers les Modalités et dossier d’inscription, programmes des enseignement et contacts

Responsabilités du master Spécialité Civilisation antique et médiévale

• Responsable du master 1 : Claire LAMY
claire.lamy@univ-poitiers.fr

• Responsables du master 2 : Delphine ACKERMANN
delphine.ackermann@univ-poitiers.fr


 Secrétariat et Scolarité

• Secrétariat du master 1 : Sophie MAZARS
sophie.mazars@univ-poitiers.fr
Tél : 33 (0)5 49 45 45 53

• Scolarité du master 1 : Michèle CARRIOT
michele.carriot@univ-poitiers.fr
Tél : 33 (0)5 49 45 45 12

• Secrétariat Master 2 : Nathalie GUILLEMET
nathalie.guillemet@univ-poitiers.fr
Tél : 33 (0)5 49 45 45 11

 

 

[2 avril 2015] Journée d’étude jeunes chercheurs – Association JANUA

Humanités numériques : Enjeux méthodologiques et pratiques du développement des outils numériques pour l’étude des sociétés antiques et médiévales

Depuis 2006, l’association Janua organise chaque année, à l’Université de Poitiers, une journée d’étude transdisciplinaire portant sur l’Antiquité et le Moyen Âge. L’objectif de ces rencontres est de créer un espace de discussion scientifique pour des jeunes chercheurs, leur permettant de se former à la prise de parole en public. Les étudiants de master, de doctorat ainsi que les docteurs ayant soutenu depuis trois ans au plus peuvent y participer.

Oxymore pour certains, révolution pour d’autres, « humanités numériques » est une formule à la mode que le chercheur en sciences humaines rencontre de plus en plus fréquemment. La signification exacte de cette expression reste pourtant floue et il semble même impossible d’en donner une définition générale tant les humanités numériques dépendent des pratiques, des disciplines et des sujets traités. Il est bien plus facile de percevoir leur impact, qui est capital. La création, le développement et la généralisation de l’usage de divers outils numériques pour faciliter le stockage et la gestion des données, garantir l’accessibilité et la visibilité des sources ou encore simplifier les modalités de diffusion et donc de valorisation des contenus, ont durablement modifié la méthodologie de la recherche en sciences humaines. L’usage de ces nouveaux instruments de travail (bases de données, textométrie, cartographie, encodage, etc.) est devenu aujourd’hui, au même titre que d’autres pratiques plus traditionnelles, une partie fondamentale du quotidien du chercheur. Le chercheur en devenir ne peut donc l’ignorer et semble même, plus que tout autre, appelé à prendre part au tournant digital : plus qu’un simple utilisateur de ces outils, il est, ou sera amené à les développer et à en créer de nouveaux.

S. Haudot et M. Moindron
S. Haudot et M. Moindron

L’édition 2015 des Journées jeunes chercheurs, rencontres annuelles organisées par Janua (association des étudiants en master et doctorat des laboratoires CESCM et HeRMA, Université de Poitiers), propose aux participants (intervenants comme auditeurs) d’engager une réflexion collective, interdisciplinaire et transchronologique sur les Humanités numériques. Les jeunes chercheurs invités présenteront leurs conceptions et usages du numérique en fonction de leurs travaux et thématiques de recherche, puis auront l’opportunité d’échanger avec des chercheurs issus d’autres spécialités lors de discussions, afin que chacun puisse, par le partage d’expériences, enrichir ses réflexions méthodologiques et développer ses connaissances techniques. Les contributions réalisées lors de la journée seront publiées en avril 2016 dans les Annales de Janua.

Date de la rencontre : jeudi 2 avril 2015

Lieu de la rencontre : salle Crozet du CESCM (Université de Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts)

 

Programme

9h – Accueil des participants

9h15 – Introduction de la journée : Nadine Dieudonné-Glad (Directrice du laboratoire HeRMA, Université de Poitiers)

SÉANCE I, Sous la présidence de Marie-Sophie Caruel (Université de Poitiers)

9h30 – Frédéric Gerber (Ingénieur de recherche Inrap, chercheur associé HeRMA) : Poitiers Puygarreau : de la fouille préventive à la restitution numérique ; trouver un juste compromis entre réalités archéologiques et réalité augmentée.

9h50 – Étienne Chabrol (archéologue spécialisé en anthracologie et infographie 3D) et Guillaume Huitorel (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : La modélisation 3D pour l’étude des systèmes techniques de l’Antiquité. Retour sur l’expérience de la modélisation de séchoirs-fumoirs gallo-romains.

10h20 – Stéven Lemaître (Université Rennes 2) : Réflexion méthodologique autour d’un processus de conservation numérique d’un patrimoine bâti du bas moyen âge.

10h50 – Discussions

11h15 – Pause café

11h30 – Marine Béranger (École Pratique des Hautes Études, Paris) : Le numérique au service d’une analyse de la production épistolaire akkadienne du début du IIe mil. av. J.-C. (époque paléo-babylonienne).

12h00 – Clara Stevanato (Université Ca’ Foscari, Venise) : Pour la relecture d’une inscription latine grâce à l’aide de la technologie.

12h20 – Discussions

12h40 – Pause déjeuner

SÉANCE II, Sous la présidence de Pamela Nourrigeon (Université de Poitiers)

14h30Adrien Delahaye (Université de Caen) : De l’intérêt du format XML-EAD pour l’exploitation et l’édition des sources iconographiques.

15h – Sara Borrello (Université Ca’ Foscari, Venise) : Projet ME-TI (MEDIOLANUM-TITULI).

15h30 – Discussions

15h50 – Pause café

16h – Ségolène Maudet (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne) : SIG et histoire économique : repenser les échanges archaïques ?

16h30 – Marie Delcourte (Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis) : Évolutions spatiales et temporalités : méthodologie appliquée à un territoire forestier (Avesnois, Nord).

17h00 – Discussions

17h20 – Pauline Maouchi (Présidente de l’association Janua, Université de Poitiers) : Mot de conclusion – présentation du n°3 des Annales de Janua – remerciements.

Comité scientifique

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique)

Estelle Ingrand-Varenne (Ingénieure d’études au CNRS, Histoire médiévale)

Yves Lafond (Professeur d’Histoire grecque)

Stephen Morrison (Professeur de Lettres médiévales)

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)

Nicolas Tran (Professeur d’Histoire romaine)

Cécile Treffort (Professeure d’Histoire médiévale)

Alexandre Vincent (Maître de conférences en Histoire romaine)

L’association Janua

Pauline Maouchi (présidente, doctorante en Histoire romaine)

Caroline Lambert (secrétaire, doctorante en Lettres médiévales)

Ryma Kerkad (trésorière, doctorante en Lettres médiévales)

Nous contacter : association.janua@gmail.com

Suivre nos actualités : https://www.facebook.com/JanuaCescmHerma

http://janua.over-blog.com/

Soutenance de thèse de José Miguel De Toro Vial, CESCM (19 décembre 2014)

L’Antiquité orientale dans l’historiographie latine du XIIe siècle : une thèse de doctorat signée José Miguel De Toro Vial

Jean-Marie Moeglin a appliqué aux chroniques médiévales le mot d’Antoine Blondin : à l’image de l’épée de Charlemagne, elles sont longues, plates et mortelles !

Il fallait toute l’opiniâtreté de José De Toro, aujourd’hui assistant à l’Universidad Católica de la Santísima Concepción (Chili), pour prendre à bras-le-corps un sujet longtemps délaissé par les historiens et aux sources d’un accès difficile. Il en résulte une thèse de 820 pages, soutenue le vendredi 19 décembre 2014 avec la mention très honorable, assortie des félicitations d’un jury unanime présidé par Mr Patrick Gautier Dalché (IRHT/CNRS), et où siégeaient, outre Mr Jean-Marie Moeglin (Université Paris-Sorbonne), Mr Martin Aurell, directeur de la thèse (Université de Poitiers/CESCM), Mme Mireille Chazan (Université de Metz) et Mme Catherine Gaullier-Bougassas (Université Lille 3).

Alexandre et les rois vaincus, Paris, Bibliothèque Ste-Geneviève, ms. 1182, folio 268, Italie, xiie siècle, cliché IRHT-CNRS
Alexandre et les rois vaincus, Paris, Bibliothèque Ste-Geneviève, ms. 1182, folio 268, Italie, XIIe siècle, cliché IRHT-CNRS

Sans maîtrise préalable du français, José De Toro vint pour la première fois en France en 2005 dans le but de travailler sur les chroniqueurs médiévaux. Il y découvrit les chroniques universelles et l’intérêt des historiens du Moyen Âge pour l’Orient. Après avoir décroché le master Civilisation antique et médiévale au CESCM avec la mention excellent, il bénéficia entre 2007 et 2011 d’une bourse du gouvernement français ainsi que de la bourse CONICYT du gouvernement chilien pour la préparation de sa thèse de doctorat.

Qu’est-ce que l’Orient ancien du point de vue de l’Occident médiéval ? Quelle vision les historiens du Moyen Âge en avaient-ils ? Les chroniques universelles permettent de répondre à cette question, et elles sont nombreuses ! Néanmoins, peu d’entre-elles ont été éditées jusqu’à présent, bien qu’il s’agisse de textes très diffusés dans les bibliothèques médiévales, ayant pour certains fait l’objet de traductions dès le XIIIe siècle. Définir la chronique universelle n’est pas chose facile, mais plus fondamentalement encore, c’est la définition du métier d’historien pendant la « renaissance du XIIe siècle » (un cadre chronologique élargi pour la circonstance à la période 1080-1210) que pose l’étude de telles sources. Ainsi José De Toro s’est-il efforcé de tester les thèses de Bernard Guenée : voir récemment Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval1

Armé d’une solide culture classique et d’une bonne maîtrise du latin, José De Toro a passé une part substantielle du temps de son doctorat dans les fonds anciens des bibliothèques d’Europe, au contact de sources qui attendaient toujours leur transcripteur. L’exhumation de ces textes est le premier apport majeur de cette thèse.

Le second porte sur la connaissance de la méthode des chroniqueurs. La richesse du contenu des chroniques universelles est telle que José De Toro a dû se résoudre à limiter son effort d’analyse à deux thèmes principaux : les descriptions de Babylone d’une part, la vie d’Alexandre le Grand d’autre part. Dans le cas de la cité de Babylone, le travail des chroniqueurs médiévaux a consisté à faire coïncider les propos des historiens de l’Antiquité avec le récit biblique. Le regard porté sur l’Orient par ces chroniqueurs fut avant tout géographique et politique (les généalogies impériales tiennent une large place dans ces chroniques) ; dotés d’un esprit critique, ils n’ont pas cru que ces contrées lointaines regorgeaient de richesses, et ont mis en doute l’existence des merveilles relatées dans les vies d’Alexandre. Quant à la figure du Conquérant, ils se sont efforcés de tempérer les jugements sévères formulés à son encontre par l’historien du Ve siècle Orose, et de moraliser sa biographie comme il convenait à un maillon important de la chaîne du Salut.

Faut-il distinguer les histoires des chroniques ? Opposer les auteurs des vies « romanesques » d’Alexandre aux historiens rédacteurs des chroniques universelles ? Est-il seulement possible de définir un « genre littéraire » qui aurait pour nom chronique universelle ? Les points de débats n’ont pas manqué au cours de la soutenance. On retiendra l’intérêt véritable des historiens médiévaux pour l’Orient ancien et l’existence d’une méthode historique (combinaison des sources, démarche critique). L’Orient ancien des chroniqueurs médiévaux n’était pas un fantasme ; c’était une réalité humaine et de surcroît symptomatique du fait que distinguer l’histoire de la fiction avait du sens au XIIe siècle.

 

  1. Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : le Grand livre du mois, 2011 []

[Appel à communication] Journée Jeunes Chercheurs Janua 2015

Humanités numériques. Enjeux méthodologiques et pratiques du développement des outils numériques pour l’étude des sociétés antiques et médiévales

Janua, l’association des étudiants en master et doctorat des laboratoires CESCM et HeRMA (Université de Poitiers) organisera en avril prochain une journée d’étude offrant aux jeunes chercheurs (étudiants en master recherche, doctorants, docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans) en Histoire, Histoire de l’Art, Archéologie, Lettres et Musicologie, l’opportunité de parler de leurs travaux. La thématique proposée pour l’édition 2015 de la rencontre est, comme chaque année, résolument méthodologique, afin de favoriser le dialogue transdisciplinaire entre les périodes antiques et médiévales, raison d’être de notre association.

Image Pompéi (2)Oxymore pour certains, révolution pour d’autres, « humanités numériques » est une formule à la mode que le chercheur en sciences humaines rencontre de plus en plus fréquemment. La signification exacte de cette expression reste pourtant floue et il semble même impossible d’en donner une définition générale tant les humanités numériques dépendent des pratiques, des disciplines et des sujets traités. Il est bien plus facile de percevoir leur impact, qui est capital. La création, le développement et la généralisation de l’usage de divers outils numériques pour faciliter la conservation et la gestion des données, garantir l’accessibilité et la visibilité des sources ou encore simplifier les modalités de diffusion et donc de valorisation des contenus, ont durablement modifié la méthodologie de la recherche en sciences humaines.  

L’usage de ces nouveaux instruments de travail (bases de données, textométrie, archéométrie, cartographie, encodage, etc.) est devenu aujourd’hui, au même titre que d’autres pratiques plus traditionnelles, une partie fondamentale du quotidien du chercheur en Histoire, Histoire de l’Art, Archéologie, Musicologie ou Lettres. Le chercheur en devenir ne peut donc l’ignorer et semble même, plus que tout autre, appelé à prendre part au tournant digital : plus qu’un simple utilisateur de ces outils, il est, ou sera amené à les développer et à en créer de nouveaux.

Comment les jeunes chercheurs s’insèrent-ils dans le grand champ des digital humanities ; quelle place les outils numériques ont-ils dans leurs méthodes et pratiques de recherche, quelles transformations ont-ils permis et quelles perspectives offrent-ils ?

Comment cette modification de l’approche des sciences humaines se manifeste-t-elle concrètement ; quels sont les outils disponibles, comment fonctionnent-ils et qu’apportent-ils réellement ?

Quelles sont les éventuelles limites de ces pratiques, comment éviter de tomber dans les travers du numérique pour le numérique ; quelle peut être la pérennité de ces nouveaux instruments de travail face à l’évolution rapide et éparse des outils disponibles ?christine-de-pizan-multi-tasking

Les intervenants sont invités à parler de leurs conceptions et usages du numérique en fonction de leur discipline et de leurs thématiques de recherche, et auront l’opportunité d’échanger avec des chercheurs issus d’autres spécialités lors de discussions, afin que chacun puisse, par le partage d’expériences, enrichir ses réflexions méthodologiques et développer ses connaissances techniques.

Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antiques et médiévales peut faire une proposition de communication. Les contributions réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua. Les propositions de communication peuvent être rédigées en français ou anglais et sont à envoyer à l’adresse : association.janua@gmail.com sous la forme d’un résumé/abstract d’environ 250 caractères avant le vendredi 6 février 2015 (inclus) ; elles doivent être accompagnées d’un curriculum vitae.


Date de la rencontre : jeudi 2 avril 2015

Lieu de la rencontre : Poitiers

Durée des communications : 20 à 30 minutes

Comité scientifique :

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique)
Estelle Ingrand-Varenne (Ingénieure d’études CNRS, Histoire médiévale)

Yves Lafond (Professeur d’Histoire grecque)
Stephen Morrison (Professeur de Lettres médiévales)
Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)
Nicolas Tran (Professeur d’Histoire romaine)
Cécile Treffort (Professeure d’Histoire médiévale)
Alexandre Vincent (Maître de conférences en Histoire romaine)

Date limite des candidatures : 6 février 2015 (inclus)