Recrutement : ingénieur·e de recherche CNRS en épigraphie médiévale

Le poste d’ingénieur·e de recherche en épigraphie médiévale pour le Corpus des inscriptions de la France médiévale au CESCM est mis au concours par le CNRS : concours n° 50 BAP D – Ingénieur·e de recherche en analyse des sources historiques et culturelles.
 
Les candidatures sont à déposer avant le 10 juillet sur le portail emploi CNRS uniquement.
 
 
BAP : D – Sciences humaines et sociales
Corps : Ingénieur de recherche
Emploi type : Ingénieur·e de recherche en analyse des sources historiques et culturelles (D1C23)

Mission :

L’ingénieur·e de recherche conduit en expert l’élaboration et l’exploitation du Corpus des inscriptions de la France médiévale (papier et numérique), en lien avec le directeur de collection et l’équipe d’épigraphie.

Activités :

• Inventorier, répertorier et étudier les sources épigraphiques médiévales.

• Préparer et réaliser des missions de terrain.

• Assurer le suivi scientifique et matériel de la production du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

• Concevoir les outils, papier et numériques, de traitement, d’analyse critique et de diffusion des sources épigraphiques ; les alimenter.

• Exploiter ces sources dans son domaine d’expertise pour produire des connaissances.

• Gérer, enrichir et valoriser des ressources documentaires et scientifiques spécialisées en épigraphie médiévale.

• Assurer une veille scientifique et technique.

• Participer à l’organisation des manifestations scientifiques, aux montages de projets, et au développement des réseaux européens et des collaborations internationales.

• Organiser et assurer la diffusion des sources et des connaissances auprès de la communauté scientifique, nationale et internationale.

• Valoriser sa discipline auprès du public ; concevoir et réaliser des supports de communication.

• Actualiser ses connaissances disciplinaires et techniques.

Compétences :

Savoirs

 

• Bonne connaissance de l’épigraphie médiévale.

• Bonne connaissance de la paléographie médiévale.

• Maîtriser le latin et avoir des connaissances générales en français médiéval.

• Connaître les méthodes, pratiques et instruments de travail en épigraphie médiévale et plus largement en médiévistique.

• Maîtrise de l’anglais niveau B1 (cadre européen commun de référence pour les langues).

• Connaissance bienvenue d’autres langues vivantes.

 

Savoir-faire

• Maîtriser et contrôler les méthodes de prospection et d’inventaire des sources.

• Transcrire et analyser les écritures (manuscrits, documents épigraphiques et imprimés anciens, etc.).

• Éditer les textes épigraphiques médiévaux.

• Formaliser les besoins et contraintes pour l’élaboration des outils de traitement des données ; être en mesure de contrôler leur développement en fonction des objectifs scientifiques.

• Connaître le fonctionnement des bases de données et de l’édition numérique en XML-TEI.

• Connaître les règles juridiques en matière de propriété scientifique et intellectuelle.

• Avoir le sens du travail en équipe et du dialogue avec les différents partenaires.

• Avoir des capacités rédactionnelles.

Contexte :

Le CESCM est une unité mixte de recherche relevant de l’Université de Poitiers et du CNRS, qui soutient, développe et anime une recherche scientifique d’excellence dans le domaine des études médiévales (histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, philologie, épigraphie, musicologie etc.).
L’épigraphie médiévale est un des domaines d’excellence du CESCM, créée il y a plus de 50 ans. Elle se déploie autour de quatre activités : l’édition (le Corpus des inscriptions de la France médiévale/TITULUS, édition numérique de ce corpus : https://titulus.huma-num.fr/), la documentation (inscripthèque), la formation (enseignement en master, écoles d’été) et la recherche (projets en cours comme European Research Council GRAPH-EAST, Equipement d’excellence+ Biblissima+, projet Institut Universitaire de France CARMECA, IGAMA), valorisée par une revue numérique (http://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/) et des carnets de recherche (https://epimed.hypotheses.org/). L’ensemble est désormais regroupé au sein du laboratoire dans une structure en cours de constitution : la « Maison de l’épigraphie », qui a pour but de promouvoir et d’enrichir la discipline, d’accueillir et former les jeunes chercheurs français et étrangers et de développer le réseau des épigraphistes en Europe et en Méditerranée.

L’ingénieur·e sera placé·e sous l’autorité hiérarchique de la directrice d’unité. Il·elle s’intégrera au sein d’une équipe composée d’enseignants chercheurs, de chercheurs, de doctorants et d’ingénieurs contractuels. Il·elle interagira avec les autres services du pôle documentaire du CESCM (photothèque, bibliothèque, laboratoire photo), et avec les chercheurs du CESCM, notamment ceux des équipes Ecclesia et Culture visuelle. Il·elle s’impliquera dans la communauté scientifique, les communautés d’intérêt et de pratique et les réseaux professionnels. Il·elle pourra effectuer des déplacements sur le terrain en France (environ 4 semaines par an) et en Europe (de façon occasionnelle).

 

[Exposition] Le Palais : un chantier dans l’histoire (juin 2024-fin 2025)

Petits et grands, venez découvrir l’histoire des différents chantiers du Palais, du Moyen Âge à demain !

Le Palais a marqué de son empreinte le cœur de la ville de Poitiers avec laquelle il a évolué dès l’époque médiévale. Au fil des siècles, il s’est transformé et s’est agrandi au grès des nécessités d’usages ou par la volonté de femmes et d’hommes de pouvoir autant que mécènes. Parfois documentés ou à l’état d’hypothèses, les différents chantiers de constructions ou d’aménagements du Palais donnent à voir l’évolution de la physionomie du monument et de ses abords. Avec un nouveau chantier qui s’ouvre aujourd’hui, le Palais est au cœur d’un projet de réhabilitation d’envergure pour le révéler et le réinventer tout en recréant le lien avec la ville.

Plusieurs thématiques sont abordées :
1- Qu’est-ce qu’un chantier de construction au Moyen Âge (les acteurs du chantier, matériaux, techniques et outillages, vie quotidienne)
2- Le chantier du palais à travers les âges (les origines du palais, le palais des Plantagenêt, le palais de Jean de Berry, le palais à l’époque moderne)
3- Quel palais pour demain ? (fait par la ville) sur le devenir du palais et le projet d’aménagement.

L’exposition rend compte des recherches du CESCM et du PCR menées sur le palais de Poitiers et les chantiers de construction en croisant histoire, histoire de l’art, archéologie et archéologie du bâti.

Carnets de croquis, jeux de constructions, jeux pour enfants sur table tactile… à disposition dans l’exposition.

👉 Gratuit – En accès libre tous les jours de 11h à 20h.

Commissariat d’exposition : Nicolas Prouteau

Rédaction des contenus : Claude Andrault-Schmitt, Bénédicte Fillion-Braguet, Héloïse Dupin, Nicolas Prouteau, Fabrice Vigier, le service Culture et Patrimoine de la ville de Poitiers.

 

 

La pierre, la couleur et la restauration

La pierre, la couleur et la restauration.

Le portail polychromé de la cathédrale d’Angers (XIIe-XXIe siècle). Contribution à l’étude des portails médiévaux en France et en Europe

Fillion-Braguet Bénédicte (dir.), Le Luel Nathalie (dir.), Mathurin Clémentine (dir.), Le Bourhis Marc (préface)

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2024

ISBN : 978-2-75359-708-2

664 p. – 45€

Conçu au milieu du XIIe siècle et référence du premier art gothique, le portail de la cathédrale Saint-Maurice d’Angers présente un décor sculpté et peint qui témoigne de la forte influence du Portail royal de Chartres.

En 2009, le nettoyage du portail a confirmé l’importance des vestiges de polychromies du portail rendues illisibles par la saleté et la pollution. De 2009 à 2019, des études puis une restauration ont livré de nombreuses données inédites permettant de mieux appréhender la campagne de décor d’origine et le repeint général du XVIIe siècle.

Croisant les regards sur un témoignage exceptionnel de la polychromie des cathédrales en France, cet ouvrage de référence propose un bilan des connaissances, mais surtout une étude renouvelée du portail occidental de la cathédrale Saint-Maurice d’Angers. Il constitue un jalon dans l’étude des portails sculptés et polychromés français et européens. Il se termine avec la présentation de la galerie contemporaine créée par l’architecte Kengo Kuma pour protéger le portail. Ce faisant, il ouvre sur le XXIe siècle.

Publication entièrement financée par la Drac Pays de la Loire.

[2 juillet 2024] Atelier Humanités Numériques#2 : XSLT

Rémi Bonnin, Léontine Fortin (Projet ANR Maritem) et Damien Strzelecki (Biblissima+) vous invitent à leur Atelier Humanités Numériques.

Ces ateliers ont pour but la présentation d’un logiciel, d’un langage de programmation ou de développement. Ici, pas question de vous former, ni de vous faire un cours, mais de vous sensibiliser aux humanités numériques afin d’en comprendre l’importance.

Avec le XML, la IIIF, Heurist, QGIS, OMEKA et bien d’autres langages et logiciels, les humanités numériques offrent un éventail de possibilités pour analyser et visualiser des données issues des sciences humaines et sociales.

 

Cette deuxième session aura lieu au pôle documentaire en salle Saint-Louis du CESCM le 2 juillet 2024 à 12h30. Nous aborderons :

XSLT : Extensible Stylesheet Language Transformations

La présentation durera une heure suivie d’un moment d’échange autour du sujet.

L’atelier est ouvert aux Master 1 et 2, doctorants, enseignants-chercheurs, personnel et extérieurs.

Pour tout renseignement : remi.bonnin@univ-poitiers.fr  

[3 oct. 2024] Le théâtre au Moyen Âge. Verbe, geste & jeu : retrouver et comprendre

Journée d’études coordonnée par Pierre-Marie Joris, maître de conférences en littérature médiévale, CESCM et UFR Lettres et langues, université de Poitiers et organisée en partenariat avec le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) – UMR 7302, atelier interdisciplinaire du master « Mondes médiévaux ».

Lieu : Espace Mendès France de Poitiers

Date : 3 octobre 2024 – 9h45 -> 17h45

Lien EMF pour réservation ICI

Le « théâtre médiéval » – art et technique – couvre trois siècles de jeux, mystères, farces, miracles, soties et moralités, qui ont enchanté les villes et les campagnes à la fin du Moyen Âge, dans les auberges, aux carrefours des routes, sur les places publiques aux jours de fête ou de marché, et dans les toutes premières salles de théâtre.
En plus des formes monumentales des mystères qui duraient plusieurs jours, on représente aussi des pièces plus courtes, souvent jouées par les premières troupes professionnelles, héritières des jongleurs et jongleresses, à la fois acteurs, mimes, transformistes, chanteurs et instrumentistes.

Spectacle de farce. Chansonnier français flamand Bruges


Ces trois siècles de production théâtrale (XIIIe-XVe s.) nous ont laissé de véritables chefs-d’œuvre aussi bien pour la pratique dramaturgique que pour la richesse de la langue et la variété des styles, depuis le Jeu d’Adam à Maître Pathelin, de Robin et Marion à la Passion d’Arnoul Gréban.

Programme

9h45. Accueil et présentation de la journée par Mariannig Hall, directrice de l’Espace Mendès France ; Cécile Voyer, directrice du CESCM et Pierre-Marie Joris, CESCM

10h. Retrouver le théâtre médiéval
Par Darwin Smith (université Paris I Panthéon-Sorbonne – CNRS)
Dans l’intervalle de mille ans qui sépare le théâtre antique de celui de la Renaissance, on ne connait que les trois derniers siècles : on appelle cela « théâtre médiéval ». Que savons-nous des formes de ce théâtre, de ses acteurs et actrices, de ses représentations, des conditions pratiques et techniques de jeu ?

11h. Questions

11h15. L’héritage du théâtre antique
Par Frédéric Duval (École nationale des chartes) et Élisa Guadagnini (Cnr-Istituto di Linguistica Computazionale “Antonio Zampolli”)
D’après l’historiographie, rien n’a subsisté du théâtre antique, redécouvert seulement à la Renaissance. On sait désormais que les médiévaux ont conceptualisé l’héritage du théâtre antique : l’étude de la documentation vernaculaire, en français et en italien, permet de dépasser l’historiographie de la rupture entre les mondes théâtraux de l’Antiquité et de la Renaissance.

12h15. Questions

12h30. Pause

14h. La langue du théâtre médiéval
Par Gabriella Parussa (Sorbonne-université)
Le théâtre médiéval en langue française nous offre un échantillon de langue aux registres très variés. Peu présents dans les grands corpus de langue médiévale, les textes dramatiques, par leur attention à la diversité des langues en fonction des classes sociales et des métiers, représente l’une des premières techniques d’enregistrement de l’oral par l’écrit.

15h. Questions

15h15. La Passion d’Arnoul Gréban et Notre-Dame de Paris
Par Véronique Dominguez-Guillaume (université de Picardie) et Darwin Smith (université Paris I Panthéon-Sorbonne – CNRS)
La clôture du chœur de Notre-Dame de Paris et l’ensemble de la cathédrale ont servi de matrice théologique, narrative et stylistique à l’écriture du plus célèbre mystère du Moyen Âge, la Passion d’Arnoul Gréban, organiste et maître du chœur, qui déroule en 35000 vers sur 4 journées l’histoire du monde et de Jésus-Christ.

16h15. Pause

16h30. De la Passion d’Arnoul Gréban à Maître Pierre Pathelin
Par Darwin Smith (université Paris I Panthéon-Sorbonne – CNRS)
Le développement des formes monumentales des mystères et moralités va de pair avec la multiplication des formes brèves du théâtre comique.
Maître Pierre Pathelin, première comédie avant Molière, fait exploser le cadre de la farce par une intrigue complexe et une mécanique dramatique horlogère, dont l’immense succès a laissé des traces dans la langue d’aujourd’hui : C’est lui tout craché ! Revenons à nos moutons !

17h30. Questions et conclusion de la journée