[Appel à communications] journée d’études : Désunions. La séparation du couple à l’initiative de l’Église dans le monde catholique (XIIe s. – XXIe s.)

Journée d’études organisée par Marie Walin (Université de Poitiers, Criham) et Émilie Kurdziel (Université de Poitiers, CNRS, CESCM).
 
Répudiation d’Agnès de Courtenay (France, Paris. Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 2825 f.227v). Source BnF / Gallica.

• Appel à communications jusqu’au : 1er juillet 2024

• Date pressentie pour la journée d’études : le 29 novembre 2024 (autre date envisagée : le 7 décembre)
Lieu : Université de Poitiers

Argumentaire

“Ce que Dieu a uni, l’homme ne peut le séparer” (Mc 10, 2-16). Dans certaines circonstances l’Église catholique peut néanmoins s’arroger ce droit, en règle générale à la demande de l’un des époux, mais aussi, parfois, de sa propre initiative. Si le droit canon ne reconnaît pas le divorce, il arrive en effet depuis le Moyen Âge, que des représentant·es de l’autorité ecclésiastique s’efforcent de provoquer la séparation de certains couples. On peut penser à l’action menée par le pape Innocent III (1198-1216) pour casser le mariage de Philippe Auguste et d’Agnès de Méranie, le roi étant tenu pour bigame par la papauté ; ou aux couples cléricaux séparés de force au XIIe siècle, quand certaines femmes de prêtres étaient exclues manu militari des enclos cathédraux. L’historiographie a aussi mis en évidence des exemples, plus récents, de mariage ou de concubinage entre personnes de même sexe, que l’Église tente de séparer une fois qu’elles sont découvertes. Le cas d’Elisa et Marcela qui se sont mariées à La Corogne en 1901 a été particulièrement visibilisé en Espagne depuis une dizaine d’année : qualifié dans les sources de « mariage sans homme » (La Voz de Galicia, 10/06/1901), il a été récupéré par les mouvements LGBTQI+ actuels comme « le premier mariage homosexuel » espagnol. Ces unions ont en commun d’avoir été considérées par l’Église comme entrant en contradiction avec le droit canon, la discipline ecclésiastique, la définition du mariage chrétien ou la morale chrétienne.

Une série de travaux menés au cours des trois dernières décennies a permis de mieux connaître, tant pour le Moyen Âge que pour les périodes moderne et contemporaine, les modalités de séparations matrimoniales réalisées à l’initiative des conjoints, leurs motifs, le parcours des intéressé·es devant les tribunaux, et les conséquences de telles séparations d’un point de vue économique, notamment pour les femmes. Cette journée d’études se propose d’aborder un cas de figure plus marginal, et qui n’a guère été envisagé par l’historiographie jusqu’ici : celui des séparations intervenues à l’initiative de l’Église. Nous nous intéresserons ainsi aux « désunions » (séparation de corps, annulation ou reconnaissance de nullité de mariage, obligation de cesser un concubinage) encouragées ou forcées par l’Église, du fait de l’intervention directe d’un·e représentant·e du corps ecclésiastique ou par l’entremise d’un tiers. Les unions amoureuses seront considérées dans leur globalité et sur la longue durée, du XIIe siècle, moment où le mariage est défini comme sacrement et ses règles précisées par l’institution ecclésiale, à l’époque actuelle.

Axes de recherches

1/ En vertu de quels principes et dans quelles circonstances l’Église entreprend-t-elle de séparer des couples, mariés ou non ? 

Dans le cas des couples cléricaux ou de même sexe précédemment évoqués, c’est parce que ces unions sont définies comme illicites par les théologiens et les canonistes qu’elles sont interdites (dans le premier cas parce qu’elles entrent en contradiction avec la discipline ecclésiastique, dans le second parce qu’elles sont définies comme contre-nature). Mais on pourrait aussi envisager la possibilité de cas de séparations prononcées à l’initiative de l’Église pour protéger l’un des époux (plutôt l’épouse), en cas de violences conjugales par exemple. Dans l’Espagne du XIXe siècle, l’épouse était parfois autorisée, dans ce type de situation, à se réfugier dans une maison « neutre » durant le temps du procès. Des mesures de ce type pouvaient-elles revêtir un caractère plus définitif ?

Cela pose aussi la question de savoir qui l’Église souhaite séparer. Sépare-t-on par exemple, à certaines époques ou dans certaines régions, des époux notoirement adultères ? Par ailleurs, si les procédures ayant eu lieu devant les tribunaux peuvent être privilégiées, notamment parce qu’elles laissent des traces historiques dans les archives, pourront aussi être abordées des cas de séparations qui n’auraient pas été l’objet d’une procédure officielle.

2/ À l’initiative de qui se font les séparations ? 

Nous sommes également intéressées par des situations où un·e représentant·e de l’Église s’immisce dans l’intimité du couple et pousse à la séparation ou au respect des normes canoniques relatives au mariage (dans les cas de bigamie, de couple de même sexe, ou de mariage non consommé par exemple). La figure du confesseur retiendra notre attention à la suite des études récentes portant sur la masculinité du prêtre. Dans quelle mesure le fait que les confesseurs soient des hommes a pu poser problème dans les relations de couple et dans leur rôle de conseiller conjugal improvisé ?

Nous pourrons aussi envisager d’autres situations où l’Église est saisie par un tiers qui n’est pas l’un des membres du couple, et qui fait usage du droit canon ou de la morale chrétienne pour dénoncer ou s’opposer à une union jugée frauduleuse. On pense en particulier aux cas de dénonciations, anonymes ou non.

3/ Quelles sont, enfin, les conséquences concrètes pour les personnes séparées, et notamment pour les femmes ?

Nous accorderons de ce point de vue une attention particulière aux recherches analysant des cas concrets issus de l’étude des archives judiciaires, et se situant à la croisée de l’histoire du droit, de l’histoire des systèmes judiciaires et de l’histoire économique. Comment les droits (canoniques et séculiers, civils et pénaux) ont-ils encadré ces séparations sur le plan légal et juridique ? Comment les acteurs et actrices se sont-ils et elles saisi·es de ces cadres et des différentes juridictions, parfois en les faisant entrer en concurrence, afin de maximiser leur patrimoine ? Les différents droits en vigueur dans l’Europe médiévale puis moderne, jusqu’à la formalisation des droits civils et pénaux contemporains au XIXe siècle, adoptent en effet des perspectives différenciées selon le genre dans la gestion des biens du couple, et accordent une plus ou moins grande autonomie aux femmes en cas de séparation (même si la plupart du temps le droit demeure largement favorable aux hommes, dans le mariage comme dans la séparation). Des femmes bien accompagnées peuvent aussi, le cas échéant, faire jouer des droits concurrents pour maximiser les avantages économiques lors d’une séparation.

Bibliographie indicative

• Brée Sandra et Brunet Guy, Séparations et divorces dans les sociétés européennes du XVIIe siècle au début du XX e siècle, dossier des Annales de démographie historique, 2020, vol. 140, no 2.

• Carcanague Marine, « Des femmes devant les “juges de l’honneur”. Défendre son honneur devant le Tribunal des maréchaux de France : un privilège judiciaire au XVIIIe siècle », Hypothèses, 2018, vol. 21, no 1, p. 207‑216.

• Charageat Martine, La Délinquance matrimoniale. Couples en conflit et justice en Aragon (XVe-XVI e siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

• Chatenet-Calyste Aurélie, « Vivre sans lui. Les femmes et la séparation conjugale dans le monde curial au XVIIIe siècle », Annales de démographie historique, 2020, vol. 140, no 2, p. 53‑74.

• Costa Marie, Dones rebels, dones alliberades: el divorci a Catalunya als segles XVIII i XIX, Vic, Eumo Editorial, 2016.

• D’Avray David, Papacy, Monarchy and Marriage, 860-1600, New York, Cambridge University Press, 2015.

• Donahue Jr. Charles, Law, Marriage and Society in the Later Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

• Helmholz Richard H., Marriage Litigation in Medieval England, Cambridge, Cambridge University Press, 1974.

• Gauvard Claude et Stella Alessandro (eds.), Couples en justice : IVe-XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013.

• Juncal Campo Guinea María del, Comportamientos matrimoniales en Navarra: (siglos XVI-XVII), Pamplona, Gobierno de Navarra, 1998.

• Manion Jen, Female husbands: a trans history, Cambridge, Cambridge University Press, 2021.

• McDougall Sara, Bigamy and Christian Identity in Late-Medieval Champagne, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2012.

• Muller Caroline, Au plus près des âmes et des corps : une histoire intime des catholiques au XIXe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 2019.

• Müller Wolfgang P., Marriage Litigation in Western Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2021.

• Murphy Gwénaël, « Faire “mauvais ménage” au village. Les violences conjugales dans les campagnes poitevines (1650-1790) », Histoire & Sociétés Rurales, 2013, vol. 39, no 1, p. 71‑95.

• Santinelli Emmanuelle (dir.), Répudiation, séparation, divorce dans l’Occident médiéval, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2007.

• Seidel Menchi Silvana et Quaglioni Diego (dir.), I tribunali del matrimonio : secoli XV-XVIII, Bologne, Il Mulino, 2006.

• Van Houts Elisabeth, Married life in the Middle ages, 900-1300, Oxford, Oxford University Press, 2022.

Don d’Isabelle Crozet au CESCM

Suite à l’exposition de 2023, Pêle-mêle, 70 ans de vie au CESCM, madame Isabelle Crozet, petite-fille de l’illustre René Crozet, a contacté la photothèque du CESCM afin de répondre favorablement à notre requête : identifier des personnes sur les photographies exposées.

Le 22 novembre 2023, en tant que photothécaire j’ai eu le plaisir d’accueillir Isabelle Crozet ainsi que son mari, Jacques-Marie Loiseau. Cette rencontre chaleureuse a permis de connaître davantage l’homme et le grand-père qu’était René Crozet. À cette occasion Mme Crozet a proposé de nous apporter des archives. Nous l’avons de nouveau reçu  au CESCM avec Cécile Voyer, le 29 avril 2024. C’est à cette occasion qu’elle a généreusement fait don de précieuses archives : 672 cartes postales de la Vienne et 345 documents. Il s’agit de courriers, de télégrammes et de cartes adressés à René Crozet lors du décès de sa femme Henriette en 1964.

Cécile Maruéjouls entre ciel et terre

Lauréate du prix de thèse “L ‘art et l’essai “, INHA/CTHS 2024
 
Cécile Maruéjouls, qui a soutenu une très belle thèse, le 24 novembre 2023 au CESCM, sur le thème « Entre la Terre et le Ciel. La figure de Marie l’Égyptienne dans tous ses états en Occident (XIIe-XVIe siècle) »1, sous la direction de Cécile Voyer, est lauréate du prix de thèse “L’art et l’essai 2024” de l’Institut national d’histoire de l’art et le Comité des travaux historiques et scientifiques. Elle a également reçu les prix de thèse SHES,  de l’université de Poitiers et de l’École Doctorale Humanités 2023. (cf. le billet consacré à sa soutenance).
 
Depuis 2004, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) décernent le prix de thèse « L’Art et l’Essai ». Destiné à soutenir les travaux de recherche en histoire de l’art, il permet la publication de deux thèses par an aux éditions de l’INHA et du CTHS. 
 
BL, Royal 10 E IV, Raymund de Peñafort avec glose de Bernard de Parme, Calendarium, Décrétales de Grégoire IX avec glossa ordinaria dites les Décrétales de Smithfield, Toulouse (copiste), Londres (enlumineur), 4ème quart du XIIIe – 1er quart du XIVe s., f. 284 (détail). Le miracle de la lévitation, Zosime se prosternant devant Marie l’Égyptienne au désert © Bl.uk/manuscripts / BL

Résolument pluridisciplinaire, c’est une enquête stimulante qu’elle livre sur cette figure féminine du repentir et du rachat. Marie l’Égyptienne est donc une figure de la conversion. Or comment traduire plastiquement la conversion qui se déroule en deux phases éprouvée par la pécheresse. Les concepteurs d’images ont trouvé des solutions visuelles pour exprimer ces deux phases de la conversio : ils jouent sur la plasticité du corps de la femme. Les différentes étapes par lesquelles la pécheresse repentie passent sont signalées par des changements corporels (nu/vêtu, la pilosité, l’état sauvage, etc). Toutes ces transformations qu’observe Cécile Maruéjouls lui permettent de magnifiques et pertinentes réflexions sur la fluidité des identités : homme/femme, pécheresse/sainte, humain/bête,… Elle offre une très belle démonstration sur la manière d’obtenir le salut, le rachat, le corps, les relations corps-âme dans le système de croyance chrétien. Toutes ces analyses s’ouvrent sur une réflexion très fine sur la relation à trois, « corps-âme, cœur » pour aboutir à une nouvelle définition de l’individu médiéval (la persona). L’individu serait donc non seulement composé du corps – caro – et l’âme – anima – mais aussi du cœur – cor. Pour reprendre la formule de l’un des membres du jury : « C’est dans ce type de propositions nouvelles que l’on reconnaît une vraie thèse ».

Toutes nos félicitations à la lauréate.
  1. Billet de sa soutenance : https://cescm.hypotheses.org/21674 []

[Exposition] L’art roman dans l’objectif des photographes. Florilège de la photothèque du CESCM

Souillac (46) Abbatiale Notre-Dame (Cliché A. Lallemand)

Poitiers, UFR Sciences humaines et arts et hôtel Berthelot

du 17 mai au 17 juillet 2024 à l’espace d’expositions de l’UFR SHA, 8 rue René Descartes – bâtiment E18, niveau 4
Avec une présentation documentaire à la BU Michel Foucault.

du 17 mai au 4 novembre 2024 à l’hôtel Berthelot, Pôle documentaire du CESCM et salle Crozet – 24 rue de la Chaîne – bât. E13

 

Entrée libre, aux horaires d’ouverture de l’établissement


À l’occasion du colloque international sur L’art roman au XXIe siècle, la photothèque du CESCM vous propose une exposition de documents iconographiques issus de sa collection. Elle présente une quarantaine de photographies mettant en lumière l’architecture, la sculpture et la peinture de l’époque romane en France, et réalisées par sept photographes, de la fin du XIXe siècle à nos jours. Elle vise à dévoiler de magnifiques photographies et à interroger l’évolution des regards sur l’art roman, au fil du temps photographique.

Le vaste fonds de la photothèque rassemble plus de 250 000 documents iconographiques relatifs à l’art médiéval en Europe occidentale. Dans les années 1960 à 1980, près de 1 000 clichés de format 30×50 cm et 50×60 cm ont été acquis par le CESCM. Ce sont ces belles épreuves noir et blanc en grand format du fonds « ancien » qui ont constitué le point de départ de la sélection. Parmi les milliers d’auteurs représentés, quatre photographes, dont l’activité s’échelonne entre les années 1890 et 1980, ont été retenus : Eugène Lefèvre-Pontalis, Jean Dieuzaide-Yan, Auguste Allemand et Bernard Biraben. Afin de prolonger le parcours, trois photographes contemporains enrichissent la sélection : Jean-François Amelot, Jean-Pierre Brouard (ancien photographe au CESCM) et Lisa-Oriane Crosland (actuelle photographe au CESCM). Parmi ces sept auteurs, seul Eugène-Lefèvre Pontalis n’est pas un photographe professionnel. Sa présence s’explique par la qualité remarquable de ses clichés, mais aussi par leur ancienneté, au tournant du XIXe et du XXe siècle.

Saint-Savin-sur-Gartempe (86) Abbatiale (cliché J.-P. Brouard)

Ce florilège révèle les évolutions de la photographie au fil des décennies, avec les variations de supports, de formats et de technologies, mais témoigne aussi d’une diversité d’approches, oscillant entre tentation esthétique et finalité documentaire. Les images sont le reflet des différents contextes de réalisation, entre travaux d’auteurs, illustrations pour l’édition d’art et recherches scientifiques. Chacun des auteurs présentés a ainsi pu composer ses prises de vue en fonction du contexte de la commande et de la singularité de son approche, mettant parfois l’accent sur l’environnement du monument et les perspectives, ou dessinant le volume de la pierre par un clair-obscur le volume de la pierre, ou encore en portant son attention sur le rendu des matières et des couleurs du sujet.

En complément de l’exposition, nous vous invitons à poursuivre votre visite par la consultation de ROMANE, base de données de la photothèque du CESCM.

Cette exposition a été réalisée par Lisa-Oriane Crosland et Stéphanie Thomas (Photothèque-CESCM), Isabelle Fortuné (UFR SHA) et Amal Azzi (doctorante CESCM), sous la direction de Cécile Voyer (Professeur d’histoire de l’art et Directrice du CESCM), Éric Palazzo (Professeur d’histoire de l’art, CESCM) et Marcello Angheben (Maître de conférences habilité en histoire de l’art, CESCM).

Merci à l’équipe logistique et à la commission Culture de l’UFR SHA, à la Bibliothèque universitaire Michel Foucault, à l’équipe du CESCM, ainsi qu’à Juliette Carrique pour leur participation.

[4 juin 2024] Les rencontres du CESCM#3

Cliché L.-O. Crosland/CESCM

 Éric Palazzo, professeur en histoire de l’art au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, sera à l’honneur le mardi 4 juin 2024 à 18h au CESCM (Salle Crozet) pour les Rencontres du CESCM#3.

 

Ce moment de convivialité, suivi d’un pot, vise à présenter son ouvrage Broder la splendeur – La théologie chrétienne de l’ornement dans l’antiquité et le Haut Moyen Âge, édité aux Éditions du Cerf en 20241 . À cette occasion, l’ouvrage sera proposé à la vente et à la dédicace, en collaboration avec la librairie La Belle Aventure de Poitiers.

Entrée libre et gratuite

Comment le christianisme s’est-il approprié le thème de l’ornement issu de la culture romaine ? Comment a-t-il fait de cette notion l’un des piliers de sa théologie ? Comment la liturgie et l’art ont-ils été pensés comme les deux vecteurs essentiels de la beauté de Dieu et de son œuvre de création ?
C’est en expert du Moyen Âge qu’Éric Palazzo explore à nouveaux frais le thème de l’ornement dans le christianisme antique et médiéval ainsi que ses déclinaisons dans les domaines artistique et liturgique. À travers, entre autres, les grandes figures que furent Cassiodore dans l’Antiquité et Théodulf à l’époque carolingienne, et l’analyse de nombreux décors peints, mosaïques ou enluminures, Éric Palazzo nous offre une initiation essentielle et inédite à la théologie de la beauté.
Une magnifique exégèse de l’ornement.

Informations :

secretariat.cescm@univ-poitiers.fr

05.49.45.45.57

 

            

  1. Broder la splendeur – La théologie chrétienne de l’ornement dans l’Antiquité et le Haut Moyen Âge, Éric Palazzo, Paris : Les éditions du Cerf, 2024 – ISBN : 978-2-204-15508-3 / 36€ []

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search