Accéder à un large éventail de ressources sur le patrimoine écrit : le portail Biblissima et l’infrastructure Biblissima+

(Compte rendu de l’atelier de la Doc’ présenté par Anne-Sophie Traineau-Durozoy et Damien Strzelecki au pôle documentaire du CESCM le 10 avril 2024).

Le portail Biblissima est une bibliothèque virtuelle créée et enrichie entre 2012 et 2021. Il donne accès à un patrimoine écrit (manuscrits, incunables, imprimés anciens) du Moyen Âge et de la Renaissance en Occident du VIIIe au XVIIIe siècle. Les données sont interrogeables de plusieurs manières et elles sont alignées par le biais de référentiels permettant l’alignement, la désambigüisation et la normalisation des données. Biblissima s’appuie sur l’International Image Interoperability Framework (IIIF) pour la visualisation des données et des métadonnées et notamment garantir un accès en haute définition aux images, de les annoter ou encore de travailler simultanément sur plusieurs manuscrits. Enfin, une boîte à outils a été développée, laquelle est disponible sur le portail, apportant des ressources et outils pour mieux appréhender les données disponibles sur le portail.  

Biblissima+ est une infrastructure numérique multipolaire lancée en 2021 qui s’inscrit dans la droite lignée de Biblissima1. Il s’agit d’élargir à l’ensemble de la culture écrite, en allant de l’Antiquité mésopotamienne aux archives d’érudits modernes et de chercheurs contemporains. La diversité des sources et des ambitions est au cœur de Biblissima+ : il ne compte pas moins de 7 clusters. Le CESCM est fièrement représenté dans le projet en participant activement au cluster 5A : Épigraphie et TEI.  D’ici à 2030, le portail sera augmenté de nombreuses données et ressources., dont celles produites par l’équipe d’épigraphie médiévale. 

  1. Biblissima+ bénéficie d’une aide de l’État gérée par l’ANR au titre du Programme d’investissements d’avenir intégré à France 2030, portant la référence ANR-21-ESRE-0005. []

[Exposition] Radegonde, 1500 ans de présence à Poitiers (27 avril-20 juillet 2024)

Reine, moniale et sainte, Radegonde serait née vers 520 en Thuringe et morte le 13 août 587 à Poitiers. Celle qui devint reine des Francs, à la suite de son mariage avec Clotaire Ier fut aussi la fondatrice de l’abbaye Sainte-Croix de Poitiers. Faiseuse de miracles et combattante de la Grand’Goule, le personnage fascine dès le VIe siècle et fait l’objet d’un culte très vivant dans le Poitou jusqu’à nos jours. A travers des documents patrimoniaux prestigieux, découvrez Radegonde et son empreinte sur la ville de Poitiers.

Exposition créée en partenariat avec le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de Poitiers (CESCM)

Conférences, ateliers, concert, la médiathèque vous propose différentes animations ! Découvrez le programme par ICI 👇
 
 
Où ? Médiathèque François-Mitterrand
4 rue de l’Université 86 Poitiers – 05 49 52 31 51
 
Quoi ? Exposition | Exposition
 
Conditions : Entrée libre

[14 juin 2024] Rencontres imago#3

La troisième des rencontres IMAGO de l’année 2023-2024 se tiendra le vendredi 14 juin au CESCM à 12h30 (salle Gaston Berger)
Saint jean mesurant le temple, beatus de saint sever, fol. 150v
 
P. Scott Brown, Professor of Art History, Department of Art, Art History & Design, University of North Florida, présentera ses réflexions sur :
 
La mise en scène du Beatus de Saint-Sever : Son contexte monumental dans le portail et l’antéglise du transept nord de l’abbaye.
 

 

Il s’agit d’une présentation-discussion informelle à l’heure du déjeuner : pensez à apporter votre repas. Des boissons seront à votre disposition.

 

Les rencontres IMAGO sont consacrées aux images médiévales, aux signes, aux formes et  aux représentations. Ouvertes à toutes et à tous, elles sont pensées comme un espace de discussion autour d’un sujet, d’un thème, un dossier.

 

Nous espérons tous vous retrouver, chères et chers collègues, chères et chers ami.e.s, chères et chers étudiant.e.s, le 14 juin, et sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

 

Contact : cecile.voyer@univ-poitiers.fr

Appel à communications : Réappropriations contemporaines des répertoires chantés du Moyen Âge (26-27 sept. 2024)

Appel à communications

Réappropriations contemporaines des répertoires chantés du Moyen Âge



Jeudi 26 et vendredi 27 septembre 2024
Université Catholique de l’Ouest, Angers
Clôture de l’appel : 15 juin 2024

Les propositions sont à envoyer à l’adresse de la revue textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr

 

 

Si la chanson du Moyen Âge n’a eu de cesse d’influencer la création musicale depuis la Renaissance, comme l’a montré notamment John Haines, les réappropriations des répertoires chantés à l’époque contemporaine sont encore un domaine assez peu exploré. Les études sur le médiévalisme ont trouvé leur place dans le milieu académique anglo-saxon depuis les années 70 et interrogent autant nos connaissances de la période médiévale qu’elles alimentent la réflexion sur notre monde contemporain et ses représentations. Elles sont également très présentes dans la recherche francophone depuis une vingtaine d’années. Toutefois, la dimension musicale reste assez peu explorée et rares sont les musicologues à avoir investi ce champ disciplinaire qui se situe aux confins de différentes pratiques culturelles, et touche en particulier le vaste domaine de l’interprétation musicale. L’étude du médiévalisme musical convoque ainsi tout autant les problématiques des performance studies que celles de l’histoire des représentations ou des reconstructions des paysages sonores du passé émanant du développement des sound studies.

Ce colloque invite à la mise en commun de toutes approches visant à dresser un état des lieux de la notion de réappropriation, appliquée aux répertoires chantés, de ses premières attestations notées en Occident jusqu’au début du XVe siècle. Il s’agira donc d’étudier différents contextes et pratiques contemporaines dans lesquelles la musique vocale médiévale prend place, en tant qu’objet premier ou simple référent.


Les communications pourront s’articuler selon l’un ou plusieurs des axes suivants :

  1. Les réappropriations des corpus chantés médiévaux dans la démarche artistique des musiciens contemporains, qu’ils soient professionnels ou amateurs, investis dans une recherche d’authenticité ou dans la recréation d’un imaginaire médiéval. Les objets d’études peuvent être constitués d’enregistrements, de captations, de retours d’expérience ou tout autre support faisant état d’une situation de performance et permettant de mesurer la distance entre la source et sa recréation pour un public contemporain.
  2. L’étude des représentations suscitées par les répertoires vocaux du Moyen Âge dans des productions culturelles contemporaines relevant de différents domaines artistiques (littérature, cinéma, jeux vidéo, bande dessinée) ou manifestations (spectacles, festivals). Les champs ouverts à la réflexion portent sur l’incarnation des acteurs des pratiques chantées, la mise en scène de leurs contextes et espaces d’interprétation comme sur les choix inhérents aux répertoires eux-mêmes.
  3. L’analyse des dispositifs de médiation portant sur les répertoires chantés médiévaux permettant d’observer comment se construit un meta-discours, avec ses représentations implicites et ses enjeux propres en fonction du public visé. Les supports à envisager sont divers, qu’ils soient à destination du grand public (sites internet, jaquettes de disques, émissions de télévision, articles de presse, programmes de concert, etc.) ou adaptés à des situations plus spécifiquement pédagogiques (manuels scolaires, supports pédagogiques, conférences, stages). Les perspectives d’études pourront alors interroger les champs de la sociologie de la culture, des sciences de l’information et de la communication ou de la linguistique.

Certaines communications pourront être publiées dans la revue en ligne Textus & Musica. Des possibilités de financement seront étudiées au cas par cas, pour les communicants ne bénéficiant pas de l’aide d’un laboratoire de recherche.

Comité d’organisation :

Christelle Chaillou (CNRS/CESCM de Poitiers)

Oreste Floquet (Université de Rome-La Sapienza)

Anne-Zoé Rillon-Marne (Université Catholique de l’Ouest, Angers)


Comité scientifique :

Vladimir Agrigoroaei (CNRS/CESCM de Poitiers)

Gisèle Clément (Université de Montpellier)

Luca Gatti (Université de Rome-La Sapienza)

Nathalie Le Luel (Université Catholique de l’Ouest, Angers)

Delphine Pasques (Université Paris-Sorbonne)

Isabelle Ragnard (Université Paris-Sorbonne)

Jehanne Roul (Université Catholique de l’Ouest, Angers)

Federico Saviotti (Université de Pavie)

Vasco Zara (Université de Rouen)