[30 janvier 2023] rencontres IMAGO#1

Rencontres IMAGO – AXE 3

 

La première des rencontres IMAGO de l’année 2022-2023 se tiendra le lundi 30 janvier au CESCM à 13h30 (salle Crozet)

 

Mathieu Beaud, Maître de Conférence en Histoire de l’art, Université de Lille, IRHIS (Institut de Recherches historiques du Septentrion UMR 8529) présentera ses réflexions sur :

Les chapiteaux du rond-point du chœur de Saint-Pierre de Chauvigny : Remarques méthodologiques pour l’étude d’un décor monumental.

Les rencontres IMAGO sont consacrées aux images médiévales, aux signes, aux formes et  aux représentations. Ouvertes à toutes et à tous, elles sont pensées comme un espace de discussion autour d’un sujet, d’un thème, un dossier.

Nous espérons tous vous retrouver, chères et chers collègues, chères et chers ami·e·s, chères et chers étudiant·e·s, le 30 janvier, et sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Contact : cecile.voyer@univ-poitiers.fr

 

 

 

Séminaire commun des historiens – Master 2022-2023

Séminaire Commun des historiens

Master Mondes Médiévaux 2022-2023

 

Date : les vendredis, 14h-16h

Lieu : CESCM, salle Crozet, hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaine, POITIERS

Ouvert à tous

 

20 janvier

Cécile TREFFORT (Université de Poitiers) : « Le récit de la consécration de l’église de Saint-Eutrope par Urbain II en 1096 »

27 janvier

Emilie KURDZIEL (Université de Poitiers) : « “Où sont les femmes ?” Femmes et compagnes de prêtres au Moyen Âge central (Italie du nord, France du Sud et Catalogne) »

3 février = Annulé et reporté

Meriem BEN AMMAR (Université de Cagliari) : « Les médinas et les cités au Moyen Âge : patrimoine urbain, jurisprudence, traditions et forme bâtie »

10 février

Harmony DEWEZ (Université de Poitiers) : « “Pour nos vins de France” : le vin parisien des moines de Canterbury, XIIe-XVe siècles) »

24 février

Juliette DUMASY (Université d’Orléans) : « Cartes, pouvoir et espace politique au Moyen Âge »

3 mars

Emilie MINEO (Université du Luxembourg) : « Les chirographes échevinaux comme source pour l’histoire sociale et économique à Tournai au XIIIe siècle »

10 mars

Soizic ESCURIGNAN (Université de Poitiers) : « L’Historiographie royale en péninsule Ibérique »

17 mars

Martin AURELL (Université de Poitiers) : « Autour de la campagne Plantagenêt contre Toulouse en 1159 : le chroniqueur Guillaume de Newburgh, le comte de Barcelone et sa belle-mère de Thouars »

24 mars

Emmanuel HUERTAS (Université de Toulouse II) : « La thèse oubliée de Thérèse Sclafert (1926) : un travail pionnier en histoire rurale française »     

 

Actus CESCM 2023/1

Événements

 

Mercredi 18 janvier 2023 à 17h30 (Échevinage) à la Société des Antiquaires de l’Ouest, Christophe Belliard : L’amphithéâtre gallo-romain de Poitiers.

***

[2 février 2023] : La performance de genre au théâtre élisabéthain et au-delà : radicalité ou banalité ?

***

[27 févr. 2023] : Écrire avec le coeur : Spiritualité, savoir et autorité des femmes mystiques au Moyen Âge

***

[1er mars 2023] Les Master Class du CESCM / 1

ERC Graph-East

 

Séminaire SEMPER 26/01

***

Les Journées d’épigraphie numérique de l’Equipex+ Biblissima+ auront lieu les 31 janvier et 1er février : plus de détails très prochainement.


Publications

 

Tous les outils sont bons afin de réaliser sa veille documentaire. Savez-vous que les Cahiers de civilisation médiévale et la Bibliographie de civilisation médiévale mettent en ligne la liste de tous les ouvrages reçus en service presse ? La liste en question pour le mois de décembre : https://ccm.cnrs.fr/decembre-4/

***

 

Parution de l’ouvrage d’Olivier Hanne Les mystères des messes (Lothaire de Segni) — Présentation, édition critique et traduction française aux Presses universitaires Rhin & Danube, 2022. –


Participation à colloques …

 

Éric Palazzo intervient le 6 janvier 2023 à 18h à l’INHA (salle Giorgio Vasari) pour la Conférence inaugurale du séminaire Expérience: théologie et image entre Moyen Âge et Époque Moderne : L’expérience de la tension des choses et la « nature morte liturgique.

Le 12 janvier, 15 h, conférence “Interâges” par Martin Aurell à l’Amphi INSPE, bâtiment 20, sur l’Empire Plantagenêt.

Café virtuel de l’APHG le 18 janvier à 18h30 avec Lucie Malbos : Le Monde Viking. Inscription : inscriptionsaphg@gmail.com. Détails ICI

Le 21 janvier à 10h30, campus Grand Moulins à Paris, Michel Pastoureau et Martin Aurell prononceront une conférence sur le roi Arthur et le pouvoir en ouverture de l’Assemblée annuelle de la Société de Langue et de Littérature Médiévales.
 
Table-ronde avec Lucie Malbos (Musée d’archéologie national de St-Germain le 1er février) : les Vikings débarquent !
 
Lucie Malbos organise une conférence au musée de Cluny le 2 février autour de son livre sur Harald.
 

Appel à contribution

 

Appel à communication – 14èmes rencontres du GRIM-IMAGO


Les ateliers de la doc

 

[17 janvier 2023] Atelier de la doc

***

[31 janv. 2023] Atelier de la doc


Divers

 

 Thierry GREGOR soutiendra sa thèse le mercredi 11 janvier en salle Crozet à 14h : Les inscriptions lapidaires antiques et médiévales : vers une approche technique de leur réalisation.

***

Manon Durier est de retour pour un 12e et 13e contrat au CESCM. Elle rejoint pour 1 an Biblissima+ (projet Equipex), et plus particulièrement le cluster 5a “TEI et épigraphie”, en tant qu’ingénieure de recherche : elle travaillera à l’enrichissement de la base de données Titulus (voir la présentation de cet ambitieux projet). Manon assurera également le séminaire d’épigraphie du master Mondes médiévaux.

[17 janvier 2023] Atelier de la doc

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) et Martine Henrot (CNRS, bibliothèque du CESCM) proposent une nouvelle saison d’ateliers de formation d’une heure, visant à présenter les ressources numériques autour du Moyen Âge et valoriser la méthodologie documentaire.

Christine de Pizan Multi-Tasking, par Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0
  • Date :  mardi 17 janvier 2023 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)

Heurist, un outil au service de l’interdisciplinarité 

Présentation par Héloïse Dupin

Cet atelier a pour but de vous présenter Heurist, un logiciel open source permettant la création de bases de données relationnelles richement structurées. Par simple navigateur web et sans installation ni programmation, Heurist permet de créer une base de données proposant un jeu de fonctions avancées depuis la construction de recherches facettées et de règles de navigation, jusqu’à l’utilisation d’un CMS intégrant des widgets, tels des cartes interactives, qui constituent l’interface de Heurist.

Il fournit une large gamme de fonctions analytiques dès les premières étapes de création de la base de données : collecter, gérer, analyser, visualiser, exporter, publier et archiver des informations. La présentation se fera par le biais d’un travail de master, associant des données très variés : géologique, archéologique et comptable.


Ouvert aux Master 1 et 2, doctorants, enseignants-chercheurs, personnel et extérieurs.

Nous espérons vous y voir nombreux, cet atelier est ouvert à tous, destiné à échanger sur les ressources numériques et axé sur l’interactivité : vous êtes chaleureusement conviés à partager ce moment !

[2 février 2023] : La performance de genre au théâtre élisabéthain et au-delà : radicalité ou banalité ?

Journée d’études organisée par Louis ANDRE, doctorant au  CESCM–UMR 7302 et Oliver NORMAN, doctorant au MAPP- EA 2626.

Date : 2 février 2023, de 10h à 16h30

Lieu : CESCM (salle Crozet), Poitiers

Entrée libre, dans la limite des places disponibles


 

 VIOLA. I am all the daughters of my father’s house,

And all the brothers too.

(Twelfth Night, Or What You Will, II.4.120–21)

 

 

Cette journée d’étude s’intéressera à la question de la radicalité du théâtre et du monde de la performance de genre au sens large. Il s’agira d’interroger à la fois les pratiques théâtrales de l’époque élisabéthaine et jacobéenne, mais aussi les reprises de ces performances à notre époque. Le théâtre est-il toujours lieu d’une radicalité politique, d’une revendication, voire (pour utiliser les termes de ses détracteurs) d’une perversion ? N’est- il pas plutôt, comme tout medium artistique de masse, le lieu d’un lissage, d’une généralisation, d’un divertissement qui prend le dessus sur toute tentative de revendication politique ?

Programme

10h – Oliver NORMAN (Université de Poitiers) – Accueil des participants et ouverture de la journée d’étude

10h30 – Dr. Margaret OWENS (Nipissing University) : Paris is Burning for Shakespeare

11h10 – Dr. Imke LICHTERFELD (Universität Bonn) : Gender changes – “the bias of the world”?

12h – Déjeuner

14h – Johann PACCOU (Université Sorbonne-Nouvelle) – “He might well have been a woman”: John Lyly’s Galatea (c.1588) and the malleability of gender in court performance

14h40 – Pause

15h – Pauline DURIN (Université Clermont-Auvergne) – The Roaring Girl : une fille au masculin

15h40  – Pr. Robert I. LUBLIN (University of Massachusetts Boston) – Anxious Audiences and Gender Play on the Early Modern English Stage

16h20 – Clôture de la journée d’étude

Résumés

Paris is Burning for Shakespeare – Dr. Margaret OWENS (Nipissing University)

When literary scholars in the 1980s turned their attention to the topic of crossdressing (Jean Howard, Lisa Jardine, Phyllis Rackin, to cite a few), they likely did not anticipate the urgency and relevance that this area of research might acquire in the 21st-century as we witness the emergence of a post- binary culture among the demographic now known as Generation Z. This paper discusses  the  development  of  an  undergraduate  course  on crossdressing in early modern drama in which students are encouraged to relate current discourse and debates about gender identity and expression to gender performance in sixteenth and seventeenth-century drama.

The course explores crossdressing as a theatrical practice, plot device, literary topic, cultural fantasy, and historical phenomenon. More specifically, this paper addresses the inclusion of the documentary Paris is Burning (1990) in the course as a work that opens up avenues for exploring crossdressing on the early modern stage. While the participants in the drag ball community voice a range of perspectives on what it means to be “real”, their sincere commitment to their performance stands out and offers a possible glimpse into the expertise of the young men and boys who enacted female roles in Shakespeare’s theatre.

I contrast the embrace of drag as a creative, empowering experience in Paris is Burning to the depiction of crossdressed performance in the film Stage Beauty (2005), which features a protagonist loosely based on the historical Edward Kynaston, a renowned actor, who specialized in female roles during the first few years of the Restoration period (1660-61). Stage Beauty imagines a Kynaston who has been profoundly damaged by his training and career as an impersonator of women. This film treats crossdressing as a perversion of both theatrical realism and gender identity.

Gender changes – “the bias of the world”? – Dr. Imke Lichterfeld (Universität Bonn)

Female actors today raise their voice to claim parts that used to be restricted to male actors. Due to professional gender restrictions, young males portrayed female characters on the early modern stage. Casting women was illegal then. Now, roles are mostly cast according to the binary genders of characters. If traditional “legitimate” casting – even today – is equal to “white male” for male parts, then transformations of these concepts allow for fascinating opportunities. One aspect addressed in this paper is the representation of such “legitimacy” and its subversion.

An “illegitimate” child in the early modern era was considered an “Other” due  to  their  hybridity,  expressed  through  a non-normative, transgressive sexuality. Bastard children like Philipp in Shakespeare’s devastating tragedy King John are “dangerous social outsider[s]” (Neill) and they constitute a marginal group that can nevertheless influence staged politics. However, the bastard can also be an attractive, charismatic character, active, and intelligent.

Disrupting conservative  casting  concepts  against  sexist preconceptions, the bastard in King John has lately been cast with women. Such revolutionary castings of the ‘Other’, the illegitimate, the abject via cross-dressing, as well as gender-blind and gender-conscious role swaps on the contemporary stage, can demonstrate not only a certain fluidity in gender representation but also different political and social issues.

Glenda Jackson performed the role of King Lear (2017); Cologne Schauspielhaus did an all-female King Lear (2009). We can explore these possibilities alongside ideas that Shapiro underlines as a “fascination with sexual identity and gender roles”. Casting Philipp with a female actor raises the awareness of female power in the acting business, “a female ‘object’ who inexplicably returns the glance, reverses the gaze, and contests the place and authority of the masculine position” (Butler). This demands readings of female empowerment.

“He might well have been a woman”: John Lyly’s Galatea (c.1588) & the malleability of gender in court performance – Johann PACCOU (Université Sorbonne-Nouvelle)

As scholars of John Lyly such as G. K. Hunter are wont to remind us, the Elizabethan playwright’s dramaturgy “was aimed not at popular success but at royal favour” (Galatea and Midas, 2008, p.5). This purpose is quite obvious in Galatea (or Gallathea), a pastoral and mythological comedy designed from the prologue to the epilogue to entertain Queen Elizabeth I, in front of whom it was performed on New Year’s Day in the year 1588 by an all-boy troupe composed of the choirboys of St Paul’s Cathedral. The tradition of court entertainment by choirboys dates back to the Middle Ages, and the use of boy actors was not restricted to private theatre performance in early modern England.

Lyly’s play dramatizes the malleability of gender identity in its day and age, as its main plotline revolves around a familiar yet particularly elaborate interplay of cross-dressing and mistaken identities when Galatea and Phillida, two young virgins disguised as boys by their respective fathers to save them from being sacrificed to Neptune, chance upon each other in the forest and soon fall in love with each other. Though the destabilisation of gender identity is redoubled by the very use of boy actors, the fact that the play was written for court performance calls into question the subversive potential which is oftentimes associated with voluntary gender confusion. Can Lyly indeed afford being radical in a play performed in front of the Queen? Can highlighting the plasticity of gender identity and presentation be considered a radical gesture when it is performed in front of a monarch who would put forward her own masculine qualities in order to gain credibility as a ruler? In a play where gender expression is a mask that can easily be put on and taken off, can cross-dressing be the steppingstone of other, perhaps more destabilising forces? In this paper, I offer to show that the author of Galatea is in fact more radical in his treatment of same-gender love than in his handling of gender fluidity.

The Roaring Girl : une fille au masculin – Pauline DURIN (Université Clermont-Auvergne)

Parmi les nombreuses héroïnes travesties du théâtre de la première modernité, il en est une qui fait figure d’exception : Moll, le personnage principal de The Roaring Girl de Thomas Middleton et Thomas Dekker (1611). Telle Mary Frith, la figure historique dont elle est inspirée, Moll porte à la fois des vêtements d’hommes et de femmes, et arbore des accessoires indéniablement phalliques  tels que  la pipe ou  l’épée.  Alors  que  le travestissement était courant sur la scène élisabéthaine et jacobéenne, à l’instar de Portia dans The Merchant of Venice ou de Viola dans Twelfth Night, Moll est  pourtant  décrite comme une anomalie  ou  comme un  être surnaturel qui provoque le rire ou la stupeur : « A creature […] nature brought forth / To mock the sex of woman » (I.2.128-129). Elle semble incarner la « performance » du genre telle que définie par Judith Butler, et de nombreux termes sont employés pour la définir, tant par la critique que par les personnages de la pièce : hermaphrodite, monstrueuse, travestie, non-binaire. Pourquoi cette difficulté définitoire et quels sont les enjeux qu’elle incarne ? N’essaie-t-on pas de définir un personnage qui refuse précisément de l’être ?

Cette présentation s’efforcera de montrer que la performance de Moll sur scène, loin de revêtir une dimension carnavalesque, touche à une profonde remise en question des normes de genre. Moll met en effet en cause un ordre qui ne sera pas rétabli, elle interroge son identité et la notion de genre. De plus, sa présence sur scène incite les autres personnages à s’interroger à leur tour non seulement sur leur identité, mais aussi sur leur orientation sexuelle. Enfin, parce qu’elle n’est pas qu’un être fictif, Moll peut aussi être perçue comme l’incarnation scénique de débats relatifs à l’identité de genre et à l’égalité entre les sexes propres, tant à la première modernité qu’à notre époque.

Anxious Audiences and Gender Play on the Early Modern English Stage – Pr. Robert I. LUBLIN (University of Massachusetts Boston)

The early modern English theatrical practice of having boys cross dress to play the women’s parts has drawn a great deal of scholarly attention over the last thirty years, particularly from New Historicists and Feminists. What has not been thoroughly considered, however, are the multiplicity of meanings that were received by audiences at the time. Neither new historicism’s dedication to exploring the circulation of cultural energy nor feminism’s determination to understand the workings of gender encourage a complex, multifaceted engagement with the manner in which theatrical productions were received. In the paper I wish to present at the Université de Poitiers, I explore the heterogeneous nature of audiences to do justice to the variety of ways that crossdressing was experienced in early modern theatres. Ultimately, I work to establish the range of responses to crossdressing that audiences had at the time. Evidence from the period, drawn from a variety of sources, provides hints as to how audiences engaged the convention. These sources often disagree, threatening the integrity of scholarship that attempts to make monolithic assertions about the production of meaning in performance. By shifting my focus to reception, however, the various sources open up possible meanings and encourage a more comprehensive engagement with the very different ways that performances were experienced by early modern audiences.