Archives de catégorie : Vie des programmes

[10 février] Humanités numériques et bases de données emblématiques ARMMA – Armorial monumental du Moyen Âge

Humanités numériques et bases de données emblématiques

ARMMA – Armorial monumental du Moyen Âge

Vendredi 10 février 2017 à 14 h

au CESCM (salle Crozet)

affiche-journee-armmaLa journée, organisée à l’occasion de la mise en ligne de la Base ArmmA, a pour objet de présenter les bases de données, consacrées à l’héraldique et à l’emblématique médiévale, développées récemment au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de Poitiers.

Le programme ArmmA (ARmorial Monumental du Moyen Âge) a été initié en 2014 par le CESCM en partenariat avec la DRAC Nouvelle Aquitaine (ex Poitou-Charentes). Il s’applique à une catégorie d’images omniprésentes dans l’horizon visuel de l’homme médiéval mais en grande partie encore délaissées par la recherche scientifique : les décors héraldiques. Il vise précisément à établir, sur le long terme, un recensement complet et une étude scientifique de toutes les figurations héraldiques monumentales médiévales (fin XIIe-début XVIe siècle) produites dans les limites de la France actuelle.

L’enquête a débuté par un volet consacré au patrimoine héraldique du Poitou et prend également en compte les figurations disparues mais documentées et les pièces isolées conservées hors de leur contexte d’origine (collections des musées notamment). Chaque décor armorié a été étudié in situ et analysé en rapport avec son contexte monumental, fonctionnel, artistique, sémantique et patrimonial. L’objectif du programme n’est pas uniquement d’avancer dans la connaissance scientifique des pratiques héraldiques au Moyen Âge, mais également de contribuer à la valorisation et à la conservation d’un patrimoine iconographique méprisé ou en péril.

Voir le programme en ligne


PROGRAMME

13h30 – Accueil des participants

14h – Ouverture de la journée, introduction par Martin Aurell (Directeur du CESCM)

Interventions de Matteo Ferrari (CNRS-CESCM) et Laurent Hablot (EPHE Paris-SAPRAT)

14h15 – Présentation du programme ArmmA

15h – La base ArmmA : structure et fonctionnement

15h45 – pause café

16h – Deux cas d’études : les programmes héraldiques de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée et le décor disparu des Jacobins de Poitiers

16h45 – Les bases Devise et Sigilla

17h30 – Clôture de la journée

 

In-scription : la revue d’études épigraphiques du CESCM est en ligne

Au moment où le Corpus des inscriptions de la France médiévale effectue son passage au numérique avec mise en ligne et base de données, il ne manquait plus qu’un lieu pour publier en ligne les articles consacrées aux inscriptions du Moyen Âge. C’est chose faite depuis quelques jours avec l’ouverture en libre accès d’In-scription – revue en ligne d’études épigraphiques.

capture-decran-2016-11-25-a-15-53-27

La revue In-Scription: revue en ligne d’études épigraphiques a ouvert ses pages au public le 23 novembre dernier. Elle constitue le premier lieu de publication en ligne de textes scientifiques consacrés à l’étude des écritures médiévales en dehors du monde manuscrit, et en particulier à celle des inscriptions médiévales. Elle est animée par l’équipe du Corpus des inscriptions de la France médiévale de Poitiers et entend favoriser la publication dans des délais courts de textes originaux en français et dans d’autres langues étrangères, produits notamment par de jeunes chercheurs. Un comité de lecture évalue la qualité et la pertinence des textes, et sollicite des expertises extérieures le cas échéant. La revue publie les textes (exportables gratuitement au format PDF) au fil de l’eau afin de mettre les travaux le plus rapidement possible à disposition d’une communauté scientifique qui possède aujourd’hui assez peu de journaux spécialisés. Il ne pouvait pas en être autrement : le premier texte mis en ligne est un travail de Robert Favreau, père de la discipline épigraphique en France, consacré aux inscriptions médiévales sur les grandes routes de pèlerinages.

Sans sacrifier aux exigences des publications scientifiques, la revue In-scription propose un outil simple et efficace aux auteurs qui peuvent envoyer des propositions d’articles à tout au moment aux éditeurs de la revue. Organisée en « livraisons », la publication ne répond à aucune contrainte en termes de régularité et les articles sont mis en forme puis en ligne dès leur acceptation par le comité de lecture. Exclusivement électronique, la revue n’impose pas aux auteurs de limite dans le nombre des images et des illustrations. Grâce à cette souplesse, la revue In-scription a pour ambition de mettre à disposition de nombreuses études originales permettant de faire progresser les connaissances dans le domaine de la culture écrite médiévale, en particulier quand elle s’exprime dans les inscriptions, sur les sceaux, sur les monnaies, etc. De la même façon, les études traitant des « frontières chronologiques » du Moyen Âge (Antiquité tardive et époque moderne) sont les bienvenus.

Les auteurs sont invités à consulter le site de la revue pour connaître les consignes de préparation des textes et à adresser leurs travaux à l’éditeur par courrier électronique.

Site web de la revue : http://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/

SIGILLA : Base numérique des sceaux conservés en France

SIGILLA : Base numérique des sceaux conservés en France

La base de données SIGILLA a pour objectif d’encourager et de fédérer les politiques de numérisation et de valorisation des collections de sceaux des institutions de conservation françaises au moyen d’une base de données nationale consultable en ligne.

Les thématiques concernées sont la sigillographie, diplomatique, histoire de l’art, héraldique, épigraphie, représentation du pouvoir, histoire des mentalités et des cultures, histoire des sciences et techniques, histoire des institutions, sauvegarde du patrimoine.

capture

Résumé du programme

Les sceaux constituent une source inestimable du patrimoine culturel européen, trop longtemps négligée et aujourd’hui en péril. Les moyens actuels offerts par l’image numérique et la diffusion internet permettent de valoriser cette ressource.

Le programme SIGILLA se propose d’élaborer une base de données illustrée des matrices,  empreintes, moulages et dessins des sceaux conservés dans les collections et archives françaises. Ce projet ambitieux offre aux chercheurs un outil uniformisé de consultation, d’analyse et de comparaison de cette source essentielle de l’histoire et garantit en partie la sauvegarde de ce patrimoine.

Il s’agit d’offrir aux institutions de conservation concernées les moyens nécessaires à la constitution de cette ressource : logiciel adapté à l’objet et aux outils de catalogage archivistiques ; grille d’analyse appliquée aux sceaux et aux problématiques actuelles de la sigillographie ; partenariats avec les institutions de recherches et d’enseignement pour la saisie et l’exploitation scientifique des données ; encadrement d’indexation collaborative ; élaboration d’une base de données nationale ; interopérabilité entre les grands projets d’humanités numériques.

Description du programme

Alors que la sigillographie connaît aujourd’hui, à l’échelle de l’Europe, un renouvellement épistémologique important stimulé par des publications, des colloques, des expositions et des initiatives de catalogage, d’inventaire et de numérisation, les dépôts d’archives français conservant une part majeure des empreintes et matrices existantes ne parviennent pas toujours, faute de moyens matériels et humains, à valoriser leurs collections de sceaux. La consultation de cette ressource est souvent problématique pour les chercheurs et la fragilité même de l’objet entraîne chaque année, malgré de prudentes restrictions d’accès et d’importants efforts de protection des objets, la disparition de plusieurs centaines d’empreintes dont la connaissance et la consultation seraient essentielles pour de nombreux domaines de recherche.

Face à ces besoins et à cette situation, la numérisation offre une évidente solution déjà mise en œuvre avec succès dans plusieurs dépôts d’archives. Ces initiatives, pour précieuses qu’elles sont, restent toutefois isolées et n’offrent d’ailleurs souvent que des solutions ponctuelles et locales, bien loin de rendre compte de l’importance et de l’intérêt des sceaux pour la médiévistique en particulier et l’histoire en général.

Notre programme se propose donc d’essayer de fédérer ces initiatives et de rassembler les acteurs de la conservation et de l’étude scientifique de cette source autour d’un outil commun prenant à la fois en compte les contraintes et les perspectives de l’objet.

Si tous les conservateurs sont conscients aujourd’hui de l’intérêt historique des sceaux et des problèmes de conservation qu’ils posent, beaucoup se trouvent démunis devant les méthodes de leur exploitation scientifique, les moyens de leur valorisation, l’ampleur et le coût de la tâche. Notre programme propose donc d’aider les institutions concernées à dépasser ces nombreux obstacles en mettant à leur disposition un ensemble de moyens pratiques : une base structurelle, des modes de collaborations pour la prise en charge de la saisie, un outil de diffusion publique commun sous forme d’une base de données consultable via un site internet, évolutif et adapté aux nouvelles technologies, interopérable avec les nombreux projets en cours, capable de collecter les informations déjà saisies.

Ce moissonnage des données déjà en ligne concernera en priorité les bases sigillographiques existantes en leur proposant, sans dénaturer leur action et leur développement propre, de rendre leurs données consultables sur SIGILLA, leur assurant une plus large diffusion, une mise en perspective par effet d’échelle et la possibilité d’y recueillir les informations complémentaires relatives à leurs propres fonds.

Le partenariat avec les grands programmes de numérisation des institutions nationales permettra de récupérer et de produire de métadonnées contribuant ainsi à alimenter l’information partagée sur le web.

Lire l’article : D’un sceau à l’autre

Innovations majeures

Inventorier. Dans le prolongement des grands catalogues sigillographiques des XIXe et XXe siècles, SIGILLA se propose de recenser toutes les collections publiques et privées de sceaux conservées en France par le moissonnage des catalogues imprimés ou numériques existants et la saisie systématique des données inédites. Ces opérations de collecte concertées avec les institutions et les collectionneurs permettront en retour d’enrichir et de valoriser les collections locales tout en rassemblant sur une base unique les données nationales.

Étudier. Les données sigillographiques, véritable trésor patrimonial et incroyable corpus d’images méconnues ou inédites, offrent d’inestimables données aux historiens, historiens de l’art, amateurs ou passionnés. La base SIGILLA a pour ambition de proposer un répertoire étendu et illustré d’informations jusqu’ici descriptives, dispersées ou inaccessibles. L’accès à ces données permet des approches renouvelées, thématiques et comparatives et dynamise la recherche sur le sceau.

Diffuser. La base SIGILLA est un outil intuitif, ergonomique et accessible à différents niveaux de compétences ou d’intérêts, de la recherche simple à l’étude experte. Offrant à tous la possibilité de puiser dans un vaste corpus d’images et d’informations, elle est autant un outil de recherche et d’enseignement qu’un support pédagogique innovant. Réalisation unique au sein des humanités numériques, elle intéresse la communauté scientifique internationale et offre un véritable modèle de développement, interopérable avec d’autres réalisations numériques, garantie de futures collaborations européennes.

Fédérer. Prenant en compte l’intérêt croissant des conservateurs pour les sceaux et les multiples projets locaux de catalogage, SIGILLA souhaite rassembler les initiatives nationales et internationales de collectes sigillographiques en cours et permettre, sous le patronage des spécialistes du sujet, la synergie des actions, des méthodes et des moyens au service d’un patrimoine méconnu et menacé. Cette action commune, conduite avec le soutien actif du Service interministériel des archives de France, assure la normalisation de l’information pour une meilleure exploitation des données à l’échelle nationale.

Innover. Programme issu des humanités numériques, SIGILLA propose plusieurs solutions innovantes tirant profit des nouvelles technologies pour renouveler l’étude des sceaux. L’information SIGILLA se fonde ainsi sur le sceau-type, image originelle d’un sceau donné compilant les informations des différentes empreintes conservées issues de la même matrice. Toutes les empreintes, ainsi que les moulages et dessins produits par ce sceau-type, sont systématiquement illustrés en 2D pour rendre compte de la sérialité et de la matérialité de chaque sceau. Par ailleurs, la restitution en 3D de certaines empreintes ou matrices et accessible sur la base, permet d’appréhender l’objet et d’en étudier les structures externes et internes. Des logiciels de reconnaissance d’images fournissent une recomposition numérique, à partir de fragments, des sceaux aujourd’hui disparus. Un programme de dessin et de reconnaissance des informations héraldiques renseigne spécifiquement ces données précieuses.

Valoriser. Objet d’intérêt et d’études, le sceau n’en reste pas moins un patrimoine en péril et une source méconnue de l’Histoire. SIGILLA souhaite, par un accès facilité à la documentation sigillographique, permettre découvrir et d’appréhender cette image vivante des sociétés médiévales et modernes. L’organisation d’un véritable partage des données entre institutions de conservations, chercheurs, enseignants, spécialistes et amateurs, l’attention portée sur les fonds sigillographiques, précieux ou plus communs, sauvegardés ou en danger, la possibilité de comprendre et d’appréhender ce fascinant objet, sont autant de moyens que SIGILLA met à la disposition de tous pour faire découvrir ou redécouvrir le sceau.

Mots clés : Humanités numériques, Base de données, site internet, sceaux, archives, diplomatique, patrimoine, interopérabilité, métadonnées.

Pour consulter la base : http://www.sigilla.org/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’un sceau à l’autre

Du 1er septembre au 31 octobre 2015, nous accueillons Philippe Jacquet, ingénieur en sigillographie, membre du comité de pilotage du projet SIGILLA (base de données numérique des sceaux français) et membre associé du Centre Michel de Boüard-CRAHAM/UMR 6273 (CNRS/Université de Caen Basse-Normandie).

Après avoir été restaurateur de sceaux pendant près de 25 ans, Philippe Jacquet a entrepris une thèse de doctorat Interactions des pratiques sigillaires entre les chancelleries épiscopales dans l’Ouest de la France (Normandie et Touraine – fin du XIe – début du XIIIe siècle)

Le cœur du projet SIGILLA est de mettre à disposition des chercheurs et de toute personne intéressée par cette discipline, une base de données couvrant les différentes ressources sigillaires (empreintes, matrices, moulages, dessins…) en s’appuyant sur l’image et les dernières technologies numériques.

Cliché Ph. Jacquet avec image 3D en jaune
Capture d’écran Ph. Jacquet avec image 3D en jaune

Le programme SIGILLA vise à dépasser le simple catalogage illustré des sceaux pour proposer à terme un outil interactif de consultation, de comparaison et de recherche. L’ambition du projet est double, d’une part le sceau ou l’objet sigillographique est traité dans son contexte et sa matérialité sans omettre sa spécificité constitué par la présence de multiples informations liées à des domaines différents (Diplomatique, Héraldique, Épigraphie…..). D’autre part, la volonté est de fédérer l’ensemble des projets, qu’ils soient anciens et aboutis, ou contemporains en cours de réalisation, en une source homogène ou chaque contributeur pourra valoriser son approche et ses données. Ce dernier point est l’une des difficultés du projet puisqu’il impose d’associer des sources très variables comme les moulages du XIXe à des supports récents telle l’image 3D. Il impose aussi des techniques de saisie variant de la saisie unitaire, au moissonnage de grandes quantités de données pour les inventaires anciens.

La phase actuelle est la phase de vérification des méthodes de saisie qui mettra à disposition 2 000 cotes en décembre 2015, avant de lancer en 2016, le processus pour atteindre les 10 000 cotes cette même année puis l’objectif de 80 000 cotes sur quelques années. À terme, SIGILLA pourrait proposer plus de 400 000 occurrences.

C’est un projet ouvert qui s’appuie sur de nombreux partenaires venues d’horizons différents, cette multi-disciplinarité du projet est propre à renouveler la connaissance de l’usage du sceau.

Cliché Philippe Jacquet (ARES)
Cliché Philippe Jacquet

SIGILLA est la première base de données de sigillographie qui intègrera l’image 3D. Philippe Jacquet est un des spécialistes de la mise en œuvre de ces techniques au profit du sceau. Outre le recours à la lumière structurée, il maîtrise notamment l’usage de la tomographie, qui permet l’exploration interne du sceau grâce aux rayons X. Ces méthodes apportent depuis quelques années de nouveaux éléments à la compréhension de la construction du sceau et du contexte de son apposition.

Voir le billet sur le projet SIGILLA, dans le carnet COSME (Consortium Sources médiévales)

Pour contacter Philippe Jacquet : philippe.jacquet@ares-sigillographie.fr.

ESSEP, le retour – Poitiers, capitale mondiale des études épigraphiques.

Entre 2011 et 2013, le programme ESSEP (European Summer School in Epigraphy, Poitiers), financé pendant trois ans par l’agence européenne Erasmus, a réuni chaque été à l’Université de Poitiers une cinquantaine d’étudiants de master et de doctorat provenant de treize universités en Europe pour une formation intensive en épigraphie antique et médiévale. Cette expérience, unique à ce jour, constitue une grande aventure humaine et intellectuelle, en particulier grâce à l’énergie de Bertrand Goffaux et de l’équipe d’enseignants européens chargée d’animer les cours, les travaux pratiques et les visites.

Antonis Kaponis
Cliché Antonis Kaponis

Dix-huit mois après la clôture de la dernière édition, il ne s’agissait pas simplement de créer l’occasion pour les anciens élèves du programme ESSEP de se retrouver à Poitiers ; il s’agissait surtout, au-delà du plaisir de constater l’avancée de la formation et des travaux de chacun, d’échanger sur les questions méthodologiques et historiques qui animent la recherche en épigraphie antique et médiévale. Le défi a été relevé avec enthousiasme par les jeunes chercheurs qui ont répondu à l’invitation de Nicolas Tran, et l’excellence des présentations ainsi que la qualité des débats ne laissent aucun doute quant à l’impact des réflexions collectives menées durant les étés 2011, 2012 et 2013 à Poitiers.

Qu’est-ce qu’une inscription ? Qu’est-ce que l’épigraphie ? Qu’est-ce qu’un épigraphiste ? Les trois questions posées par Nicolas Tran dans son introduction ont reçu des réponses riches et contrastées au cours de présentations faisant alterner les époques historiques, entre Grèce archaïque et Occident médiéval, les formats, entre synthèses et études de cas, et les problématiques, entre histoire sociale et édition de textes. Dans tous les cas, les points communs et les divergences de forme et de contenu entre les inscriptions grecques, latines et médiévales ont une nouvelle fois éclairé la fonction sociale et la valeur esthétique des pratiques monumentales de l’écriture, et c’est tout l’intérêt que d’envisager, comme ce fut le cas pendant deux jours, de tels phénomènes sur la longue durée. Les réflexions globales, à grande échelle, n’ont cependant pas empêché les présentations d’offrir un grand niveau d’érudition quant aux questions paléographiques, linguistiques ou d’onomastique ; bien plus, elles ont démontré la nécessité d’une rigueur à toute épreuve dans l’élaboration des corpus, dans l’établissement des textes et des traductions, dans l’élaboration des critères de datation…

Les deux journées ont donc offert un panorama très large des recherches actuelles en épigraphie antique et médiévale au sein duquel on retiendra deux aspects essentiels. Le premier concerne l’apport des inscriptions pour le repérage, la définition et la connaissance de groupes sociaux particuliers, qu’il s’agisse de militaires, de vétérans, d’enfants… Entre lecture sociale des usages graphiques et prosopographie de certains ensembles d’individus, ces présentations ont démontré simultanément l’omniprésence de l’écriture épigraphique d’abord – comme si la « civilisation de l’épigraphie » ne concernait pas seulement l’Antiquité – et son utilisation tout à fait contextuelle ensuite, avec une mise en page, une graphie, un contenu et une localisation particulière. Le second aspect concerne l’attachement nécessaire aux questions de vocabulaire, des termes paléographiques décrivant la forme des lettres des inscriptions aux mots employés pour définir une problématique donnée. Le caractère polyglotte de l’assemblée qui assistait aux débats – une marque de fabrique d’ESSEP ! – plutôt que de résoudre ces questions en a au contraire affirmé l’importance, et a prôné l’utilisation de termes univoques et critiques.

Dans ses conclusions aux deux journées de présentations et de débats, Cécile Treffort a mis en valeur l’intérêt du regard croisé entre Antiquité et Moyen Âge, en ce qu’il fait émerger des thématiques nouvelles recherche et qu’il solidifie les méthodes. Elle a aussi constaté à quel point l’ambition première d’ESSEP, celle de créer à l’échelle européenne une communauté d’enseignants, d’étudiants et de savoirs en épigraphie antique et médiévale, avait été atteinte.