Archives de catégorie : Vie des programmes

Revue interdisciplinaire : Textus & Musica

Le premier numéro de la revue interdisciplinaire Textus & Musica créée par Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM) et Federico Saviotti (Université de Pavie) avec la collaboration de Vanessa Ernst-Maillet (CNRS/CESCM ) pour la mise en ligne vient  de paraître.

La revue Textus & Musica propose d’accueillir et de promouvoir le dialogue entre les disciplines philologique et musicologique. Prenant naissance de l’expérience du groupe de recherche franco-italien « Philologie et Musicologie », Textus & Musica souhaite prolonger la réflexion interdisciplinaire sur les compositions poético-musicales du Moyen Âge et de la Renaissance, en valorisant les études sur les corpus chantés, de toutes formes et de toutes traditions, provenant de toute aire culturelle de l’Europe jusqu’en 1600.

La revue accueille des articles individuels ou collectifs, en français, italien ou anglais, portant un regard à la fois sur le texte et sur la musique. Publiée en accès libre, la revue, à cadence semestrielle, fera paraître chaque année : 1) un premier fascicule thématique, faisant l’objet d’un appel à contributions, ou bien contenant l’édition d’actes des rencontres « Philologie et Musicologie » ou d’autres journées d’études d’intérêt interdisciplinaire ; 2) un deuxième fascicule « mélanges » (dont les articles seront mis en ligne au fur et à mesure), contenant des études scientifiques de thématique libre, de courts essais ou notes et des comptes rendus d’ouvrages.

La conception de Textus & Musica est celle d’une publication en ligne, profitant de tout le potentiel qu’offre le support numérique, afin de favoriser le partage des produits de la recherche philologique et musicologique. L’intégration de contenus divers (images et schémas, éditions multimédia, enregistrements de performances philologiquement et musicologiquement fondées, etc.) est vivement encouragée.

Les articles du fascicule thématique sont soumis à évaluation de la part des curateurs et/ou du comité scientifique ; les autres articles sont évalués selon un principe de double expertise (double-blind peer-review). Les propositions d’articles peuvent être envoyées à l’adresse suivante : textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr.

Le premier numéro, « Qui dit tradition dit faute ? » La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, dirigé par Christelle Chaillou-Amadieu et Federico Saviotti rassemble une partie des communications de la troisième rencontre « Philologie et Musicologie » organisée en mai 2017 à Saint-Guilhem-le-Désert par Gisèle Clément (Université de Montpellier, directrice du CIMM), Fabio Zinelli (EPHE-SAPRAT) et les éditeurs du volume. La perspective de la rencontre était de faire ressortir les ressemblances et les divergences dans le traitement, théorique et pratique, des erreurs léguées par les traditions philologique et musicologique. Les contributions montrent de multiples facettes aussi bien sur l’exploitation de la faute par le chercheur que sur la conception même de l’erreur à l’époque où ont été́ produites – et reproduites – les œuvres étudiées.

 


Le projet collectif « Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial » financé par le programme Horizon H2020

Le programme Horizon H2020 a choisi de financer le projet collectif Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial.

Interview de Cécile Voyer, partenaire au titre du CESCM-UMR 7302 de la bourse Research and Innovation Staff Exchange (RISE), du programme A.M.S.C. du pilier Excellence Scientifique d’Horizon 2020.

Bonjour Cécile. Qu’est-ce que ce programme A.M.S.C ?

Il s’agit d’un dispositif européen qui vise à encourager des collaborations internationales et pluridisciplinaires à travers des échanges de personnel de recherche et innovation, ainsi que le partage de savoirs et d’idées de la recherche pour l’avancement de la science et le développement de l’innovation.

Il s’inscrit dans le programme phare du financement des activités de Recherche et Développement en Europe (Horizon 2020 ou H2020). Les programmes H2020 sont divisés en trois piliers, qui dépendent des objectifs, de la portée et de la maturité de la recherche proposés : l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis sociétaux. Le projet « Conques in Global World » dépend du premier.

Quel est l’objectif de projet Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial ?

L’objectif de ce projet est de promouvoir la recherche interdisciplinaire, en réunissant cinq spécialités différentes (l’histoire de l’art, l’histoire, la philologie, l’archéométrie et l’acoustique) afin d’étudier l’abbatiale Sainte-Foy de Conques (Conques-en­-Rouergue) et ses ornements au sens large. Il s’agira aussi d’observer, grâce à ce monument emblématique, « l’invention » d’un Moyen Âge européen aux XIXe et XXe siècles. En somme, il s’agira de déconstruire l’image de l’abbatiale de Conques forgée au XIXe siècle et durant la première partie du XXe siècle pour retrouver l’édifice du Moyen Âge.

Les résultats du projet seront largement accessibles au public universitaire afin que la recherche collaborative puisse se renforcer au sein bien sûr du consortium CONQUES mais aussi au-delà en s’adressant aux spécialistes du patrimoine culturel matériel et immatériel. De nombreuses activités pour sensibiliser le public seront menées avec la production de films documentaires, de livres de vulgarisation scientifique et l’organisation de conférences publiques.

Une monographie sur l’abbatiale de Conques et ses images entre Moyen Âge et XXe siècle couronnera cette enquête au long cours.

Que va faire concrètement le consortium CONQUES pendant les 4 ans ?

Le financement permet d’organiser dans des conditions très appréciables la rencontre des chercheurs sur des temps longs. C’est une opportunité fantastique pour les chercheurs confirmés et pour les jeunes chercheurs que de disposer de temps de réflexion en commun, de lieux d’échanges et de partage au service de la compréhension d’un édifice ainsi que de l’imaginaire qu’il draine. Pour faciliter ce partage entre les périodes de mobilité, une plateforme de recherche collaborative sera mise en œuvre. L’objectif de cette bourse est aussi de former des chercheurs aux approches et aux méthodes des autres disciplines scientifiques.

Un des enjeux majeurs consiste également à confronter, croiser les analyses issues des différentes disciplines afin de produire un discours apte à restituer l’état de l’abbatiale aux XIe-XIIe siècles et son fonctionnement (environnement sensoriel). L’abbatiale Conques sera étudiée par des historiens, des historiens de l’art, des archéologues du bâti mais aussi par des ingénieurs experts en acoustique par exemple et des chercheurs en physique, spécialistes de métrologie optique (Xlim).

Comment ce projet a-t-il été préparé ?

Le projet a été pensé par Ivan Foletti et porté par l’Université de Masaryk (Centre for Early Medieval Studies). Le CESCM et son partenaire XLim qui ont, bien sûr, été associés à la rédaction du projet appartiennent au Consortium avec l’Université du New Jersey – Rutgers (EU) le Max-Planck institute (All.), le Max Werber institute (All.), l’École doctorale de l’Université de la ville New York – CUNY Graduate Center – (EU), l’Association pour le Développement Économique et Culturel de Conques (ADECC) et l’éditeur Viella (Italie).

Un mot de conclusion ?

C’est une expérimentation dans tous les sens du terme (autant pédagogique que scientifique). Nous espérons vivre une belle aventure intellectuelle et humaine.

Le projet épigraphique GRAPH-EAST récompensé par l’ERC

L’ERC récompense le projet d’épigraphie GRAPH-EAST au CESCM, nous avons interviewé Estelle Ingrand-Varenne, lauréate de cette bourse ERC Starting grant.

Bonjour Estelle, et félicitation pour ce projet. Avant que tu nous le présentes en détail, l’ERC c’est quoi ?

J.P. Brouard/CESCM (mission 2015)

 ERC est l’abréviation de European Research Council dont la devise est : « Supporting top researchers from anywhere in the world ». Il attribue des bourses de recherche individuelles pour des projets exploratoires originaux, en particulier à l’interface des champs disciplinaires. Les bourses starting grant s’adressent aux jeunes chercheurs qui ont 3 à 7 d’expérience après leur thèse (j’ai soutenu en 2013)1. Elles sont d’1,5 million d’euros pour 5 ans.

 

Quel est le but de GRAPH-EAST : « Latin as an Alien Script in the Medieval ‘Latin East’ » ?

Aujourd’hui, la plupart des panneaux de signalisation au Moyen-Orient porte les noms de villes transcrits en caractères latins, ce qui les rend familiers à tous. C’était le contraire au VIIe s. à l’aurore de la conquête arabe et alors que l’empire devient byzantin. L’écriture latine disparaît du paysage graphique monumental de la Méditerranée orientale.

Progressivement, jusqu’à l’expansion ottomane au XVIe s., les pèlerins, les marchands, les croisés venus d’Occident établissent des hospices, des églises, des châteaux, et y apposent des inscriptions et graffiti en alphabet latin, autrement dit un signe devenu exogène. Ils tentent ainsi à travers la pierre, la peinture ou la mosaïque, de s’approprier tant graphiquement que spatialement et symboliquement les lieux, dont les lieux saints du Christianisme.

L’étude de ces inscriptions se heurte à 3 problèmes : l’absence d’un corpus complet, le concept d’ « Orient latin » suggérant une latinisation uniforme, mêlant écriture, langue, culture et rite religieux, et limité aux croisades, et une vision de l’épigraphie figée et cloisonnée, ne prenant pas en compte l’environnement plurigraphique propre à l’Orient.

GRAPH-EAST veut changer d’échelle et de paradigme en explorant l’écriture épigraphique latine en Méditerranée orientale, de la Grèce et de la Turquie à l’Égypte en passant par la Syrie-Palestine et Chypre, en contact, en interaction et en concurrence avec les inscriptions grecques, arabes, hébraïques, arméniennes, syriaques, etc.

Le projet propose une étude innovante d’environ 2 500 inscriptions et graffitis, dont beaucoup sont inédits. Il vise à comprendre la représentation et la pratique de l’écriture latine, étrangère dans les empires byzantin et islamique, à fournir une histoire de l’épigraphie dans cette région, et à analyser cette écriture latine migrante à travers le prisme des transferts culturels entre l’Occident et l’Orient, avec une équipe internationale et pluridisciplinaire.

Que va faire concrètement l’équipe pendant les 5 ans ?

Le projet va se dérouler en deux temps : 3 ans pour répertorier, transcrire, traduire, éditer tous ces textes sur TITULUS, afin de les rendre accessibles à tous. Cela signifie de nombreuses missions de terrain dans les 10 pays concernés, où on va tester de nombreuses techniques de prises de vue surtout pour les graffitis (3D, photogrammétrie, RTI, laser), mais aussi en archives et en bibliothèque. Avec la situation sanitaire actuelle, qui plus est différente d’un pays à l’autre, il faudra aussi faire preuve de flexibilité, d’adaptabilité et redoubler d’inventivité.

Pendant les deux dernières années, nous allons réfléchir lors de colloques et workshops avec une équipe d’experts internationaux spécialistes des inscriptions byzantines, arabes, hébraïques, syriaques, arméniennes, éthiopiennes, sur la rencontre des écritures.

Enfin, une exposition virtuelle sera organisée avec le Musée de Cluny ; j’espère que d’autres musées nous rejoindront. Une série documentaire va aussi être réalisée grâce à deux vidéastes qui vont suivre l’équipe pendant les 5 ans.

Comment as-tu préparé ce projet ? On imagine qu’il faut s’y prendre bien en amont ; quelles ont été les étapes ?

Au départ il y a deux ingrédients : une idée qui tient à cœur (les inscriptions de l’Orient latin) et l’émulation (avec Martin Aurell qui préparait un ERC Consolidator). J’ai commencé à prendre quelques renseignements sur le montage de projet ERC auprès de Cédric Lebailly à la cellule de valorisation de l’Université de Poitiers en fin d’année 2018. Mon séjour de trois mois à Jérusalem au premier trimestre 2019 m’a ensuite confortée dans le choix du sujet : l’épigraphie latine en Méditerranée orientale médiévale est un (quasi) désert scientifique ! Il y a un vrai défi à relever, un champ disciplinaire à ouvrir. J’ai commencé à me mettre à préparer le dossier en mai à mon retour.

Au CNRS, on a la chance d’être très bien accompagné pour un tel montage : un ingénieur projet a suivi le dossier jusqu’au dépôt (budget, administratif, éthique), un soutien financier de l’InSHS m’a été attribué pour faire des missions préparatoires, enfin j’ai suivi une formation à Paris sur l’écriture de ce type de projet qui a été d’une grande aide.

En octobre 2019, le dossier a été déposé. L’évaluation se fait en deux étapes, par un panel d’experts. La seconde étape est une audition à Bruxelles, elle n’a pas eu lieu cette année à cause de la COVID-19 ; le jury a décidé à partir des dossiers écrits.

Je dois ajouter que, si c’est un sujet de recherche personnel, l’aventure a été collective. J’ai contacté de nombreux experts et leur enthousiasme m’a beaucoup motivée ; j’ai demandé des relectures critiques à plusieurs collègues du CESCM, j’ai fait appel aux collègues anglophones pour affiner la langue, et deux chercheurs – Cécile Treffort et Vladimir Agrigoroaei – font partie intégrante de l’équipe. J’en profite pour tous les remercier chaleureusement. C’est donc un travail et une réussite de groupe, pour la discipline épigraphie et pour le laboratoire.

Un mot de conclusion ?

Je ne peux qu’inciter fortement mes jeunes collègues à se lancer dans cette aventure, on a vraiment carte blanche pour monter son projet. Et maintenant, j’ai hâte que GRAPH-EAST commence réellement, même si j’ai déjà préparé le terrain par mon détachement au Centre de recherche français à Jérusalem ; le vrai lancement aura lieu au début d’année 2021.

  1. E. Ingrand-Varenne, Langues de bois, de pierre et de verre Latin et français dans les inscriptions médiévales, Paris, Classiques Garnier, 2018, 579 p. []

Axe 3 : Programme collectif sur la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines

Cliché Lisa-Oriane Crosland (CESCM)

L’ année de délégation au CNRS accordée à Cécile Voyer, Professeur d’histoire de l’art au CESCM, au titre de l’année universitaire 2020-2021, sera propice à développer le programme collectif de recherche consacré à l’étude de la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines; un projet qu’elle coordonne avec Éric Sparhubert (Maître de Conférences en Histoire de l’Art médiéval CRIHAM). L’objectif de ce projet est bien sûr d’étudier le monument et son décor (deux états à restituer, l’église du XIe siècle avec sa nef charpentée, et celle du début du XIIe siècle avec sa nef voûtée), mais aussi de restituer son décor peint (relevés archéographiques et restitution des couleurs) avec Carolina Sarrade (archéographe-CESCM) pour les relevés et l’équipe d’Xlim, dirigée par Noël Richard (Maître de conférence Xlim) pour les couleurs et pigments. L’idée est aussi de réfléchir aux aménagements liturgiques en lien avec le culte de saint Hilaire, mais aussi d’étudier dans la mesure du possible l’histoire de communauté canoniale et ses liens les comtes et les évêques (avec les historiens, Émilie Kurdziel (maître de conférences en histoire-CESCM), Hélène Caillaud, membre associée au CRIHAM-Limoges…), bref la place de cet établissement canonial dans l’espace de la cité au premier Moyen Âge.

Cécile Voyer va également continuer à développer un projet de recherche plus personnel autour du scriptorium de Saint-Bertin et de la personnalité de l’abbé Odbert (fin du Xe siècle- début du XIe siècle). Ces recherches s’inscrivent dans la poursuite de ses précédents travaux sur les Évangiles de l’Arsenal (Paris, Arsenal, ms 592) – Orner la parole de Dieu, éd. Classiques Garnier, 2018 –  et sur les manuscrits de Flandres de cette période singulière, qualifiée souvent à tort de « charnière ». Ce projet est au cœur de l’actualité de la recherche : Charlotte Denoël, conservatrice des manuscrits anciens à la BnF, a lancé une vaste enquête sur l’enluminure du livre en France aux Xe et XIe siècles.

Détail manuscrit Boulogne 11

C. Voyer a entamé une recherche sur les Évangiles de Saint -Bertin (Boulogne, BM, ms. 11) ainsi que sur les autres manuscrits peints sous l’abbatiat d’Odbert. Plus particulièrement, la créativité du scriptorium de Saint-Bertin est certes liée à la personnalité brillante de son abbé, à la fois peintre et concepteur d’images, mais aussi aux liens étroits entretenus avec l’Angleterre. Si la circulation des peintres et des scribes entre Saint-Bertin et Canterbury est connue, l’assimilation du répertoire visuel anglais, issu d’une histoire bien différente de celle des Flandres, par les moines bertiniens mérite d’être analysée. Il semble que ce projet pourrait éclairer à la fois la vie culturelle et visuelle de la communauté monastique à un moment de son histoire mais être également un observatoire idéal de la manière dont elle se pense dans le monde composite auquel elle appartient (l’importance prise par les cycles christologiques, la construction d’une mémoire de la fondation entre le Xe et le XIe siècle grâce à une rhétorique visuelle). Les réformes à l’œuvre et l’esprit de renovatio dans ces monastères dans la seconde moitié du Xe siècle pourraient permettre de penser à nouveaux frais les réformes du XIe siècle et le rôle que l’historiographie leur attribue pour « l’âge roman ».

[10 janvier 2019] Moines, sciences et techniques au Moyen Âge

Moines, sciences et techniques au Moyen Âge

 

La rencontre a réuni près de 70 auditeurs : étudiants, enseignants-chercheurs, médiateurs du patrimoine et curieux. Son enregistrement audio est disponible en ligne ici.

 

Date : Jeudi 10 janvier – 9h30-17h

Lieu : Espace Mendès France à Poitiers

Sous la direction scientifique de Cécile Treffort, professeure en histoire médiévale, CESCM-CNRS, université de Poitiers ; Pascale Brudy et Manon Durier, ingérieures de recherche en histoire médiévale, CESCM-CNRS, université de Poitiers.

Dans le cadre du programme Aquitania Monastica, soutenu par la région Nouvelle-Aquitaine.

Présentation générale de la journée

Par la copie de manuscrits et la constitution de vastes bibliothèques, les moines du Moyen Âge ont, en plus de leur activité spirituelle et religieuse, contribué à préserver une partie de la connaissance antique, de la grammaire à la musique en passant par l’astronomie ou les mathématiques. Plus encore, avant l’éclosion des universités, s’est perpétuée dans les écoles monastiques une tradition d’enseignement et de réflexion d’où sont nés certains savoirs nouveaux tandis que dans le cadre de leur activité temporelle, les communautés religieuses ont permis, soutenu, stimulé le développement de techniques très élaborées dans le domaine de la construction, de l’hydraulique, de la métallurgie, de la production viticole ou salicole par exemple. Cette journée d’études explore, à partir de dossiers thématiques et d’exemples régionaux, quelques facettes de ce monde encore méconnu de savoirs et de savoir-faire dont nous sommes en partie héritiers.

Programme et intervenants

9h30 : Mot d’accueil par Didier Moreau, directeur de l’Espace Mendès France et Martin Aurell, professeur d’histoire médiévale et directeur du Centre d’études supérieures en civilisation médiévale (CESCM), université de Poitiers.

Introduction par Cécile Treffort, professeure en histoire médiévale au CESCM.

 

10h00 : Alain DIERKENS,professeur d’histoire à l’Université libre de Bruxelles.

Monastères, art et artisanat : quelques exemples du Haut Moyen Âge en guise d’introduction

On connaît relativement bien l’organisation des scriptoria monastiques du haut Moyen Âge et on sait que la réalisation d’un codex manuscrit fait appel à des techniques et à des compétences très différentes, parfois complexes, relevant de domaines que nous qualifierions aujourd’hui, selon les cas, de semi-industriels, d’artisanaux ou d’artistiques. On se concentrera ici sur la production, en contexte monastique, de textiles : tissage, tapisserie, broderie. On évoquera aussi les arts du métal et l’orfèvrerie et on s’interrogera sur l’éventuelle polyvalence des auteurs de ces œuvres, qu’il s’agisse de moines, de moniales ou de spécialistes extérieurs. Ces réflexions d’ordre méthodologique seront appuyées par quelques études de cas, en particulier par la Vita carolingienne d’Harlinde et Relinde, deux sœurs qui, dans le second quart du VIIIe siècle, furent successivement abbesses de la petite abbaye mosane d’Aldeneik et à l’activité desquelles étaient attribués des manuscrits enluminés et des textiles brodés.

11h00 : Cécile TREFFORT,professeure d’histoire médiévale, CESCM, Université de Poitiers.

La transmission livresque des savoirs : le témoignage des bibliothèques monastiques

« Un cloître sans bibliothèque est comme une forteresse sans arsenal » : si cet adage médiéval se réfère en premier lieu aux armes de la foi, donc aux livres sacrés et aux œuvres religieuses, les abbayes médiévales ont représenté, jusqu’au XIIe siècle, les principaux lieux de culture savante. Parmi, et au-delà de la série canonique des sept arts libéraux, la distinction contemporaine entre disciplines « littéraires » et « scientifiques » est brouillée par la perspective encyclopédique de la science médiévale et par la nouvelle coloration, spirituelle ou pragmatique, donnée à l’héritage antique. Après un tour d’horizon général des œuvres présentes dans les bibliothèques monastiques, l’intervention étudiera comment, à partir des savoirs astronomiques et géographiques de l’Antiquité, s’articulent un ensemble d’œuvres médiévales qui, de l’agronomie à la cosmographie en passant par le comput ecclésiastique, ont permis aux religieux d’appréhender le temps et l’espace du monde créé, et de s’y inscrire pleinement.

12h00 : repas

13h30 : Geneviève XHAYET,historienne des sciences et techniques, directrice-adjointe du Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques, Université de Liège.

Connaissances et pratique de la médecine en milieu monastique

Présente dans les préceptes de la règle bénédictine (via les bonnes œuvres ou les recommandations relatives aux fratres infirmi), une activité médicale se développe dans les monastères occidentaux dès le Haut Moyen Âge. Avec un substrat intellectuel pour partie hérité de l’Antiquité, et pour partie construit, cette activité apparaît tout à la fois médicale, pharmaceutique et chirurgicale. Son importance dans l’historiographie de la discipline est considérable. La médecine monastique est reconnue comme la première phase de l’histoire de la médecine médiévale, avec pour bornes chronologiques les VIIe et XIIe siècles. Ce dernier terme correspond au moment où l’École de Salerne évince la médecine monastique tandis que les autorités ecclésiastiques restreignent ses conditions d’exercice par les religieux réguliers. De tels coups de boutoir n’empêchent toutefois pas la poursuite jusqu’au XVIIIe siècle d’une activité médicale dans les abbayes, avec une réorientation, principalement vers la pharmacie. Cette histoire sera au cœur de notre exposé. L’accent sera mis sur la pratique et les savoirs médicaux dans les monastères carolingiens, dont celui de Saint-Gall qui jouit, comme on le sait, d’une documentation particulièrement riche.

14h30 : Jean-Luc SARRAZIN, professeur émérite en histoire médiévale, Université de Nantes.

L’hydraulique monastique en Marais poitevin (XIeXIIIe siècle)

Appréhendée dans sa globalité, l’hydraulique monastique concerne d’abord l’enceinte claustrale de chaque monastère. Les aménagements et les dispositifs auxquels ont donné lieu l’adduction, la distribution et l’évacuation de l’eau sont étudiés, pour l’essentiel, par la recherche archéologique. La conférence envisagera la maîtrise de l’eau mais à l’extérieur des monastères, sur les rivières et les terres composant le temporel des établissements dans le cadre du Marais poitevin entre le XIe et le XIIIe siècle. Jusque vers la fin du XIIe siècle, l’hydraulique monastique se limite, dans le bassin de la Sèvre niortaise, à l’exploitation des eaux courantes. Au tournant du XIIe et du XIIIsiècle, se produit une profonde mutation : les abbayes cisterciennes se lancent dans de grandes opérations de drainage. Les autres établissements monastiques s’inscrivent dans cette dynamique. Des équipements de régulation hydraulique sont installés aux endroits stratégiques. Ainsi naît le premier Marais poitevin.

15h30 : Pause

16h00 : Olivier BRUAND, enseignant-chercheur en histoire médiévale, Université Clermont Auvergne.

Les moines et les salines du littoral poitevin aux Xe et XIe siècles

À partir du Xe siècle, les salines se développent sur les côtes charentaises et un gros travail d’aménagement des marais salants se met progressivement en place. Les nouvelles salines attirent rapidement l’attention des établissements monastiques qui veulent en faire des éléments marquants de leur temporel. Des monastères régionaux comme Saint-Maixent ou Saint-Jean d’Angély ne tardent pas à investir dans l’or blanc et par leurs relations de confraternité, ils encouragent également des établissements plus lointains à s’y intéresser, comme les frères de la communauté d’Ebreuil. Il ne faut pourtant pas faire des moines des entrepreneurs systématiques car bien souvent, ils ne créent pas les salines mais les rachètent ou les rattachent à leur seigneurie foncière dans l’optique d’en toucher le profit plus que de se lancer dans une nouvelle activité dont ils sont loin d’être les acteurs dominants.

17h00 : Conclusions de la journée par Cécile Treffort.

Programme complet en PDF