Archives de catégorie : Vie des programmes

Nomination de Cécile Treffort à l’IUF (projet CARMECA)

Billet écrit à quatre mains, par M. Durier et C. Treffort.

Cécile Treffort vient d’être nommée membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF), au terme d’une sélection confiée à un jury pluridisciplinaire international qui entend ainsi récompenser et soutenir, au sein d’une riche carrière académique, une recherche scientifique de haut niveau. Elle reste en poste à l’Université de Poitiers, mais cette distinction est accompagnée, pour une durée de cinq ans à partir du 1er octobre 2021, d’une importante décharge de cours et de crédits scientifiques lui permettant de mener à bien un programme personnel tout en favorisant l’émergence de nouveaux travaux collectifs, par exemple par l’organisation de rencontres scientifiques, et en assurant la diffusion de ses résultats auprès des étudiants comme du grand public.

Si le projet présenté à l’IUF s’inscrit dans la lignée de plusieurs de ses travaux précédents1, Cécile Treffort entend surtout, grâce à cette nomination, explorer un champ en grande partie nouveau pour elle : le monde vaste et multiforme de la poésie dite épigraphique, jusqu’alors délaissée par les historiens et pourtant omniprésente, tant dans les manuscrits que dans les inscriptions matérielles. Son projet de recherche, intitulé CARMECA (Carmina epigraphica carolingiens) repose d’abord sur l’inventaire, l’édition, la traduction et l’étude des poèmes d’usage ou à vocation épigraphique des VIIIe-Xe siècles, y compris ceux transmis par voie uniquement manuscrite. Il vise à comprendre les modalités de leur composition littéraire, leur relation à la matière et à l’espace, leur enjeu historique. Les Carmina epigraphica (ou épigrammes) relèvent en effet d’une production versifiée (notamment métrique) inscrite ou rédigée dans l’intention plus ou moins explicite de la faire apposer sur la pierre, le métal, la peinture murale, la mosaïque, voire le tissu, le verre, l’os ou tout autre matériau.

Révélant le sens de l’objet ou de l’édifice-support, ces poèmes font partie intégrante de la culture écrite, visuelle et monumentale du regnum Francorum. Loin d’être un genre littéraire mineur, cette production représentait 1 à 2 % des 400 000 inscriptions de l’empire romain et certains recueils tardo-antiques (l’Anthologie latine, la sylloge de Tours) ont été copiés massivement dans les scriptoria carolingiens. Les inscriptions rédigées aux VIIIe-Xe siècles sont beaucoup moins nombreuses, mais la proportion de textes versifiés plus importante. En embrassant tous les types (épitaphes, dédicaces, objets parlants…), on parvient déjà, après un premier repérage rapide, à plusieurs centaines de pièces poétiques. Il s’agit donc d’une production significative, puisant ses racines dans une tradition ancienne, dont les plus grands littérateurs carolingiens se sont emparée, lui octroyant de nouvelles lettres de noblesse : ainsi, Alcuin, Théodulf, Walafrid Strabon, Raban Maur, Micon en ont composé pour les communautés religieuses de Poitiers, Tours, Lyon, Saint-Riquier en Francie occidentale, Cologne, Salzburg, Fulda ou encore Reichenau en Francie orientale.

Poèmes d’Alcuin pour les lieux d’un monastère, ici le dortoir et les latrines (Wien, Österreischische Nationalbibliothek, ms 808, fol. 229, en ligne sur le site de la ÖnB)

La place de ces poèmes dans la culture carolingienne a déjà suscité un réel intérêt chez certains chercheurs, pour reconstituer un paysage architectural disparu (même si l’exercice est délicat) ou en tant qu’épigraphie littéraire, sorte de poésie du lieu, de l’image et de la matière. Ils n’ont en revanche pas été analysés comme phénomène culturel en soi et n’ont pas suscité de réflexion de fond quant à leur nature, leur fonction, voire leur légitimité scientifique en tant que type documentaire spécifique. Or, indépendamment de son support, la poésie épigraphique carolingienne semble présenter une vraie cohérence, formelle et fonctionnelle. L’établissement d’un inventaire, indispensable pour réunir un solide corpus d’étude, permet d’abord de réfléchir à la caractérisation du « poème épigraphique ». L’hésitation terminologique (versus, titulus, carmen, inscriptio, epigramma) pose en effet la question de la limite du genre, difficile à établir notamment pour les témoins manuscrits qui oscillent entre intention et fiction de monumentalisation. Dans certains recueils, des épitaphes alternent ainsi avec des poèmes destinés à des objets parlants, qui pouvaient tout aussi bien être lus comme des énigmes, tandis que par les formules ou les lieux communs convoqués, certaines d’entre elles, très longues, se rapprochent du genre de la déploration funèbre (planctus).

Les carmina epigraphica sont donc au cœur de cette poésie de la « renaissance » carolingienne, métrique, rythmique ou autre, usant volontiers de la rime ou de l’allitération pour donner au discours une musicalité particulière. À la triple perspective de visibilité, de lisibilité et de publicité généralement reconnue à l’écriture « exposée », s’ajoute donc une recherche de rythme et d’harmonie dont on se demande si elle a, ou non, une incidence sur la mémorisation des textes, voire sur une éventuelle performance orale. Marquée par une forte intertextualité qui transcende les supports et les lieux, ces carmina forment une matière littéraire mouvante, avec des formules, des vers, des distiques qui passent d’une inscription à l’autre, des carmina qui puisent citations ou allusions dans des poèmes extérieurs, des compositions en apparence identiques qui présentent d’importantes variantes selon les manuscrits.

L’étude de la tradition manuscrite va de fait bien au-delà d’une simple pratique éditoriale. En effet, les carmina epigraphica peuvent revêtir une tonalité particulière selon leur contexte de copie, qu’ils soient ordonnés en série plus ou moins fixe, dispersés parmi d’autres écrits ou intégrés dans une trame narrative. On peut d’ailleurs s’interroger sur la fréquence et la raison de leur intégration massive dans des récits qui révèlent les circonstances de leur mise en écriture, en matière, presque en scène. L’analyse des procédés rhétoriques inhérents à la narration devient alors nécessaire pour déterminer les degrés relatifs de réalité et de fiction à l’œuvre dans cette rédaction enchâssée.

Poème de Théodulf d’Orléans inscrit sur la mosaïque d’abside de l’église de Germigny-des-Prés (cliché J.-P. Brouard / CESCM)

La fascination carolingienne envers ces inscriptions poétiques réelles ou fictives oblige à s’interroger in fine sur ce qui leur donne tant de valeur aux yeux des élites politico-religieuses. Suscitant un réel engouement, les carmina epigraphica marquent en effet les plus grandes œuvres d’art et constructions monumentales de l’époque, portant la titulature des autels et des églises, révélant le nom des commanditaires, appelant à la prière, complétant le message iconographique par des mots qui font écho à la culture religieuse ou savante contemporaine. Circulant dans tout l’empire par copies manuscrites interposées, ces textes présentent, au-delà d’une apparente diversité, une réelle unité formelle et thématique aux fortes résonnances politico-religieuses. S’affranchissant des contraintes physiques d’un ancrage dans un lieu donné (y compris quand le « lieu » est un « objet »), on peut se demander dans quelle mesure ils peuvent participer à la construction d’un monde idéel qui porte les valeurs et les espoirs des Carolingiens, parallèlement au monde réel qu’ils ponctuent de leurs mots.

  1. Mémoires carolingiennes, PUR, 2008, Corpus des épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest, CNRS Éditions, 2020, articles dédiés à Alcuin et Théodulf notamment []

Revue interdisciplinaire : Textus & Musica

Le premier numéro de la revue interdisciplinaire Textus & Musica créée par Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM) et Federico Saviotti (Université de Pavie) avec la collaboration de Vanessa Ernst-Maillet (CNRS/CESCM ) pour la mise en ligne vient  de paraître.

La revue Textus & Musica propose d’accueillir et de promouvoir le dialogue entre les disciplines philologique et musicologique. Prenant naissance de l’expérience du groupe de recherche franco-italien « Philologie et Musicologie », Textus & Musica souhaite prolonger la réflexion interdisciplinaire sur les compositions poético-musicales du Moyen Âge et de la Renaissance, en valorisant les études sur les corpus chantés, de toutes formes et de toutes traditions, provenant de toute aire culturelle de l’Europe jusqu’en 1600.

La revue accueille des articles individuels ou collectifs, en français, italien ou anglais, portant un regard à la fois sur le texte et sur la musique. Publiée en accès libre, la revue, à cadence semestrielle, fera paraître chaque année : 1) un premier fascicule thématique, faisant l’objet d’un appel à contributions, ou bien contenant l’édition d’actes des rencontres « Philologie et Musicologie » ou d’autres journées d’études d’intérêt interdisciplinaire ; 2) un deuxième fascicule « mélanges » (dont les articles seront mis en ligne au fur et à mesure), contenant des études scientifiques de thématique libre, de courts essais ou notes et des comptes rendus d’ouvrages.

La conception de Textus & Musica est celle d’une publication en ligne, profitant de tout le potentiel qu’offre le support numérique, afin de favoriser le partage des produits de la recherche philologique et musicologique. L’intégration de contenus divers (images et schémas, éditions multimédia, enregistrements de performances philologiquement et musicologiquement fondées, etc.) est vivement encouragée.

Les articles du fascicule thématique sont soumis à évaluation de la part des curateurs et/ou du comité scientifique ; les autres articles sont évalués selon un principe de double expertise (double-blind peer-review). Les propositions d’articles peuvent être envoyées à l’adresse suivante : textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr.

Le premier numéro, « Qui dit tradition dit faute ? » La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, dirigé par Christelle Chaillou-Amadieu et Federico Saviotti rassemble une partie des communications de la troisième rencontre « Philologie et Musicologie » organisée en mai 2017 à Saint-Guilhem-le-Désert par Gisèle Clément (Université de Montpellier, directrice du CIMM), Fabio Zinelli (EPHE-SAPRAT) et les éditeurs du volume. La perspective de la rencontre était de faire ressortir les ressemblances et les divergences dans le traitement, théorique et pratique, des erreurs léguées par les traditions philologique et musicologique. Les contributions montrent de multiples facettes aussi bien sur l’exploitation de la faute par le chercheur que sur la conception même de l’erreur à l’époque où ont été́ produites – et reproduites – les œuvres étudiées.

 


Le projet collectif « Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial » financé par le programme Horizon H2020

Le programme Horizon H2020 a choisi de financer le projet collectif Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial.

Interview de Cécile Voyer, partenaire au titre du CESCM-UMR 7302 de la bourse Research and Innovation Staff Exchange (RISE), du programme A.M.S.C. du pilier Excellence Scientifique d’Horizon 2020.

Bonjour Cécile. Qu’est-ce que ce programme A.M.S.C ?

Il s’agit d’un dispositif européen qui vise à encourager des collaborations internationales et pluridisciplinaires à travers des échanges de personnel de recherche et innovation, ainsi que le partage de savoirs et d’idées de la recherche pour l’avancement de la science et le développement de l’innovation.

Il s’inscrit dans le programme phare du financement des activités de Recherche et Développement en Europe (Horizon 2020 ou H2020). Les programmes H2020 sont divisés en trois piliers, qui dépendent des objectifs, de la portée et de la maturité de la recherche proposés : l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis sociétaux. Le projet « Conques in Global World » dépend du premier.

Quel est l’objectif de projet Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial ?

L’objectif de ce projet est de promouvoir la recherche interdisciplinaire, en réunissant cinq spécialités différentes (l’histoire de l’art, l’histoire, la philologie, l’archéométrie et l’acoustique) afin d’étudier l’abbatiale Sainte-Foy de Conques (Conques-en­-Rouergue) et ses ornements au sens large. Il s’agira aussi d’observer, grâce à ce monument emblématique, « l’invention » d’un Moyen Âge européen aux XIXe et XXe siècles. En somme, il s’agira de déconstruire l’image de l’abbatiale de Conques forgée au XIXe siècle et durant la première partie du XXe siècle pour retrouver l’édifice du Moyen Âge.

Les résultats du projet seront largement accessibles au public universitaire afin que la recherche collaborative puisse se renforcer au sein bien sûr du consortium CONQUES mais aussi au-delà en s’adressant aux spécialistes du patrimoine culturel matériel et immatériel. De nombreuses activités pour sensibiliser le public seront menées avec la production de films documentaires, de livres de vulgarisation scientifique et l’organisation de conférences publiques.

Une monographie sur l’abbatiale de Conques et ses images entre Moyen Âge et XXe siècle couronnera cette enquête au long cours.

Que va faire concrètement le consortium CONQUES pendant les 4 ans ?

Le financement permet d’organiser dans des conditions très appréciables la rencontre des chercheurs sur des temps longs. C’est une opportunité fantastique pour les chercheurs confirmés et pour les jeunes chercheurs que de disposer de temps de réflexion en commun, de lieux d’échanges et de partage au service de la compréhension d’un édifice ainsi que de l’imaginaire qu’il draine. Pour faciliter ce partage entre les périodes de mobilité, une plateforme de recherche collaborative sera mise en œuvre. L’objectif de cette bourse est aussi de former des chercheurs aux approches et aux méthodes des autres disciplines scientifiques.

Un des enjeux majeurs consiste également à confronter, croiser les analyses issues des différentes disciplines afin de produire un discours apte à restituer l’état de l’abbatiale aux XIe-XIIe siècles et son fonctionnement (environnement sensoriel). L’abbatiale Conques sera étudiée par des historiens, des historiens de l’art, des archéologues du bâti mais aussi par des ingénieurs experts en acoustique par exemple et des chercheurs en physique, spécialistes de métrologie optique (Xlim).

Comment ce projet a-t-il été préparé ?

Le projet a été pensé par Ivan Foletti et porté par l’Université de Masaryk (Centre for Early Medieval Studies). Le CESCM et son partenaire XLim qui ont, bien sûr, été associés à la rédaction du projet appartiennent au Consortium avec l’Université du New Jersey – Rutgers (EU) le Max-Planck institute (All.), le Max Werber institute (All.), l’École doctorale de l’Université de la ville New York – CUNY Graduate Center – (EU), l’Association pour le Développement Économique et Culturel de Conques (ADECC) et l’éditeur Viella (Italie).

Un mot de conclusion ?

C’est une expérimentation dans tous les sens du terme (autant pédagogique que scientifique). Nous espérons vivre une belle aventure intellectuelle et humaine.

Le projet épigraphique GRAPH-EAST récompensé par l’ERC

L’ERC récompense le projet d’épigraphie GRAPH-EAST au CESCM, nous avons interviewé Estelle Ingrand-Varenne, lauréate de cette bourse ERC Starting grant.

Bonjour Estelle, et félicitation pour ce projet. Avant que tu nous le présentes en détail, l’ERC c’est quoi ?

J.P. Brouard/CESCM (mission 2015)

 ERC est l’abréviation de European Research Council dont la devise est : « Supporting top researchers from anywhere in the world ». Il attribue des bourses de recherche individuelles pour des projets exploratoires originaux, en particulier à l’interface des champs disciplinaires. Les bourses starting grant s’adressent aux jeunes chercheurs qui ont 3 à 7 d’expérience après leur thèse (j’ai soutenu en 2013)1. Elles sont d’1,5 million d’euros pour 5 ans.

 

Quel est le but de GRAPH-EAST : « Latin as an Alien Script in the Medieval ‘Latin East’ » ?

Aujourd’hui, la plupart des panneaux de signalisation au Moyen-Orient porte les noms de villes transcrits en caractères latins, ce qui les rend familiers à tous. C’était le contraire au VIIe s. à l’aurore de la conquête arabe et alors que l’empire devient byzantin. L’écriture latine disparaît du paysage graphique monumental de la Méditerranée orientale.

Progressivement, jusqu’à l’expansion ottomane au XVIe s., les pèlerins, les marchands, les croisés venus d’Occident établissent des hospices, des églises, des châteaux, et y apposent des inscriptions et graffiti en alphabet latin, autrement dit un signe devenu exogène. Ils tentent ainsi à travers la pierre, la peinture ou la mosaïque, de s’approprier tant graphiquement que spatialement et symboliquement les lieux, dont les lieux saints du Christianisme.

L’étude de ces inscriptions se heurte à 3 problèmes : l’absence d’un corpus complet, le concept d’ « Orient latin » suggérant une latinisation uniforme, mêlant écriture, langue, culture et rite religieux, et limité aux croisades, et une vision de l’épigraphie figée et cloisonnée, ne prenant pas en compte l’environnement plurigraphique propre à l’Orient.

GRAPH-EAST veut changer d’échelle et de paradigme en explorant l’écriture épigraphique latine en Méditerranée orientale, de la Grèce et de la Turquie à l’Égypte en passant par la Syrie-Palestine et Chypre, en contact, en interaction et en concurrence avec les inscriptions grecques, arabes, hébraïques, arméniennes, syriaques, etc.

Le projet propose une étude innovante d’environ 2 500 inscriptions et graffitis, dont beaucoup sont inédits. Il vise à comprendre la représentation et la pratique de l’écriture latine, étrangère dans les empires byzantin et islamique, à fournir une histoire de l’épigraphie dans cette région, et à analyser cette écriture latine migrante à travers le prisme des transferts culturels entre l’Occident et l’Orient, avec une équipe internationale et pluridisciplinaire.

Que va faire concrètement l’équipe pendant les 5 ans ?

Le projet va se dérouler en deux temps : 3 ans pour répertorier, transcrire, traduire, éditer tous ces textes sur TITULUS, afin de les rendre accessibles à tous. Cela signifie de nombreuses missions de terrain dans les 10 pays concernés, où on va tester de nombreuses techniques de prises de vue surtout pour les graffitis (3D, photogrammétrie, RTI, laser), mais aussi en archives et en bibliothèque. Avec la situation sanitaire actuelle, qui plus est différente d’un pays à l’autre, il faudra aussi faire preuve de flexibilité, d’adaptabilité et redoubler d’inventivité.

Pendant les deux dernières années, nous allons réfléchir lors de colloques et workshops avec une équipe d’experts internationaux spécialistes des inscriptions byzantines, arabes, hébraïques, syriaques, arméniennes, éthiopiennes, sur la rencontre des écritures.

Enfin, une exposition virtuelle sera organisée avec le Musée de Cluny ; j’espère que d’autres musées nous rejoindront. Une série documentaire va aussi être réalisée grâce à deux vidéastes qui vont suivre l’équipe pendant les 5 ans.

Comment as-tu préparé ce projet ? On imagine qu’il faut s’y prendre bien en amont ; quelles ont été les étapes ?

Au départ il y a deux ingrédients : une idée qui tient à cœur (les inscriptions de l’Orient latin) et l’émulation (avec Martin Aurell qui préparait un ERC Consolidator). J’ai commencé à prendre quelques renseignements sur le montage de projet ERC auprès de Cédric Lebailly à la cellule de valorisation de l’Université de Poitiers en fin d’année 2018. Mon séjour de trois mois à Jérusalem au premier trimestre 2019 m’a ensuite confortée dans le choix du sujet : l’épigraphie latine en Méditerranée orientale médiévale est un (quasi) désert scientifique ! Il y a un vrai défi à relever, un champ disciplinaire à ouvrir. J’ai commencé à me mettre à préparer le dossier en mai à mon retour.

Au CNRS, on a la chance d’être très bien accompagné pour un tel montage : un ingénieur projet a suivi le dossier jusqu’au dépôt (budget, administratif, éthique), un soutien financier de l’InSHS m’a été attribué pour faire des missions préparatoires, enfin j’ai suivi une formation à Paris sur l’écriture de ce type de projet qui a été d’une grande aide.

En octobre 2019, le dossier a été déposé. L’évaluation se fait en deux étapes, par un panel d’experts. La seconde étape est une audition à Bruxelles, elle n’a pas eu lieu cette année à cause de la COVID-19 ; le jury a décidé à partir des dossiers écrits.

Je dois ajouter que, si c’est un sujet de recherche personnel, l’aventure a été collective. J’ai contacté de nombreux experts et leur enthousiasme m’a beaucoup motivée ; j’ai demandé des relectures critiques à plusieurs collègues du CESCM, j’ai fait appel aux collègues anglophones pour affiner la langue, et deux chercheurs – Cécile Treffort et Vladimir Agrigoroaei – font partie intégrante de l’équipe. J’en profite pour tous les remercier chaleureusement. C’est donc un travail et une réussite de groupe, pour la discipline épigraphie et pour le laboratoire.

Un mot de conclusion ?

Je ne peux qu’inciter fortement mes jeunes collègues à se lancer dans cette aventure, on a vraiment carte blanche pour monter son projet. Et maintenant, j’ai hâte que GRAPH-EAST commence réellement, même si j’ai déjà préparé le terrain par mon détachement au Centre de recherche français à Jérusalem ; le vrai lancement aura lieu au début d’année 2021.

  1. E. Ingrand-Varenne, Langues de bois, de pierre et de verre Latin et français dans les inscriptions médiévales, Paris, Classiques Garnier, 2018, 579 p. []

Axe 3 : Programme collectif sur la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines

Cliché Lisa-Oriane Crosland (CESCM)

L’ année de délégation au CNRS accordée à Cécile Voyer, Professeur d’histoire de l’art au CESCM, au titre de l’année universitaire 2020-2021, sera propice à développer le programme collectif de recherche consacré à l’étude de la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines; un projet qu’elle coordonne avec Éric Sparhubert (Maître de Conférences en Histoire de l’Art médiéval CRIHAM). L’objectif de ce projet est bien sûr d’étudier le monument et son décor (deux états à restituer, l’église du XIe siècle avec sa nef charpentée, et celle du début du XIIe siècle avec sa nef voûtée), mais aussi de restituer son décor peint (relevés archéographiques et restitution des couleurs) avec Carolina Sarrade (archéographe-CESCM) pour les relevés et l’équipe d’Xlim, dirigée par Noël Richard (Maître de conférence Xlim) pour les couleurs et pigments. L’idée est aussi de réfléchir aux aménagements liturgiques en lien avec le culte de saint Hilaire, mais aussi d’étudier dans la mesure du possible l’histoire de communauté canoniale et ses liens les comtes et les évêques (avec les historiens, Émilie Kurdziel (maître de conférences en histoire-CESCM), Hélène Caillaud, membre associée au CRIHAM-Limoges…), bref la place de cet établissement canonial dans l’espace de la cité au premier Moyen Âge.

Cécile Voyer va également continuer à développer un projet de recherche plus personnel autour du scriptorium de Saint-Bertin et de la personnalité de l’abbé Odbert (fin du Xe siècle- début du XIe siècle). Ces recherches s’inscrivent dans la poursuite de ses précédents travaux sur les Évangiles de l’Arsenal (Paris, Arsenal, ms 592) – Orner la parole de Dieu, éd. Classiques Garnier, 2018 –  et sur les manuscrits de Flandres de cette période singulière, qualifiée souvent à tort de « charnière ». Ce projet est au cœur de l’actualité de la recherche : Charlotte Denoël, conservatrice des manuscrits anciens à la BnF, a lancé une vaste enquête sur l’enluminure du livre en France aux Xe et XIe siècles.

Détail manuscrit Boulogne 11

C. Voyer a entamé une recherche sur les Évangiles de Saint -Bertin (Boulogne, BM, ms. 11) ainsi que sur les autres manuscrits peints sous l’abbatiat d’Odbert. Plus particulièrement, la créativité du scriptorium de Saint-Bertin est certes liée à la personnalité brillante de son abbé, à la fois peintre et concepteur d’images, mais aussi aux liens étroits entretenus avec l’Angleterre. Si la circulation des peintres et des scribes entre Saint-Bertin et Canterbury est connue, l’assimilation du répertoire visuel anglais, issu d’une histoire bien différente de celle des Flandres, par les moines bertiniens mérite d’être analysée. Il semble que ce projet pourrait éclairer à la fois la vie culturelle et visuelle de la communauté monastique à un moment de son histoire mais être également un observatoire idéal de la manière dont elle se pense dans le monde composite auquel elle appartient (l’importance prise par les cycles christologiques, la construction d’une mémoire de la fondation entre le Xe et le XIe siècle grâce à une rhétorique visuelle). Les réformes à l’œuvre et l’esprit de renovatio dans ces monastères dans la seconde moitié du Xe siècle pourraient permettre de penser à nouveaux frais les réformes du XIe siècle et le rôle que l’historiographie leur attribue pour « l’âge roman ».