Archives de catégorie : Vie des programmes

Échanges avec les médiévistes américains

Dans le cadre d’un financement obtenu via le Centre France-Stanford (Californie), trois enseignants-chercheurs du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) vont se rendre en avril prochain dans la prestigieuse Université de Stanford pour travailler, avec leurs collègues médiévistes américains, sur la thématique suivante : les échanges culturels entre l’Occident et l’Orient au XIIIe siècle. Entretien avec Martin Aurell, historien-médiéviste, directeur du CESCM, à l’initiative de ce projet.

Les trois participants du laboratoire CESCM au programme avec Stanford: de gauche à droite, E. Ingrand-Varenne, M. Aurell et N. Prouteau (© JP Brouard)

Qu’est-ce qui a motivé cet échange avec l’Université de Stanford ?

Il y a une dizaine d’années, j’ai été invité à l’Université de Stanford pour présenter, lors d’un colloque international, mes travaux sur la féodalité dans le sud de La France. J’avais alors établi des liens avec certains de mes homologues américains. Lorsque j’ai eu connaissance d’un appel d’offres d’échange international lancé par le Centre France-Stanford, partenaire du Ministère français des Affaires étrangères dans cette prestigieuse université (elle est classée 3e meilleure université mondiale dans le classement de Shangaï et compte pas moins de 20 prix Nobel), j’ai réactivé mes relations, notamment avec Marisa Galvez, spécialiste de la littérature médiévale pour envisager un travail commun.
Ensemble nous avons monté un programme autour d’une thématique, qui nous anime tous les deux : les échanges durant les croisades au XIIIe siècle entre le sud de la France et l’Orient.

C’est un sujet peu exploré car on a longtemps considéré les guerres de religion comme une période de chaos qui n’avait rien apporté. C’est une idée qui est de plus en plus remise en cause car ceux qui les menaient, par exemple Richard Cœur-de-Lion et Saladin, se respectaient. Des échanges, autres que guerriers, ont donc eu lieu, de dimension culturelle ou de pratiques sociales, entre musulmans et chrétiens via les croisés et les pèlerins.
Ce qui fait écho avec l’actualité. C’est un point qui, je pense, nous a aidé à obtenir les financements.

Quelle forme va prendre cette collaboration ?

Elle va se traduire par l’organisation de deux colloques : l’un qui aura lieu à l’Université de Stanford en avril prochain et un second qui se déroulera à l’Université de Poitiers en 2019. Pour ce qui est du premier colloque, je serai du voyage ainsi que deux collègues du CESCM : Estelle Ingrand-Varenne du CNRS qui est épigraphiste médiévale (spécialiste des inscriptions) et Nicolas Prouteau, maître de conférences, archéologue, spécialiste des châteaux.
Ces colloques, qui réuniront aussi 10 experts et chercheurs américains, vont offrir l’opportunité de mieux comprendre les échanges mercantiles, artistiques et idéologiques durant cette période de croisade et évaluer leur influence sur la culture chrétienne et musulmane. Chaque intervenant, dans sa discipline, aura une demi-heure pour exposer ses travaux, temps qui sera suivi d’échanges. Les deux colloques déboucheront ensuite sur l’édition d’un ouvrage.

Qu’attendez-vous de ce déplacement aux États-Unis ?

Ce sera pour nous l’occasion de confronter nos idées. Il est important d’aller voir en dehors de l’Europe la façon d’appréhender la recherche sur le Moyen Âge. Les  États-Unis sont un véritable laboratoire d’idées, les chercheurs ont une approche imaginative qui nous manque un peu.
L’objectif est aussi de jeter les bases d’une collaboration future entre les médiévistes francophones et américains.

[12 avril] La base Titulus

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 6 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

christine-de-pizan-multi-tasking

  • Date : mercredi 12 avril 2017 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : Présentation de la base Titulus
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

–  Estelle Ingrand-Varenne

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.

La base ArmmA. Armorial monumental du Moyen Âge est en ligne

La base ArmmA (http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/), élaborée sous un logiciel WordPress par le service informatique I-Médias de l’Université de Poitiers, constitue l’interface web du programme de recherche Armorial Monumental du Moyen Âge lancé en janvier 2014 au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de l’Université de Poitiers. Dirigé par Matteo Ferrari (CNRS-CESCM) et Laurent Hablot (Paris, EPHE), ce programme de recherche vise, sur le long terme, à offrir une couverture la complète possible et une étude approfondie des représentations héraldiques monumentales produites dans la France médiévale (conservées ou documentées par des sources textuelles ou iconographiques), toutes techniques et supports confondus : peinture murale, sculpture sur pierre et sur bois, vitraux, œuvres en bronze etc.

R. de Gaignières, Armoirie de Raoul du Fou, sculptée sur le portail de l'Hotel d'Evreux à Poitiers. BnF, Est. Réserve Pe-8-Fol.

R. de Gaignières, Armoirie de Raoul du Fou, sculptée sur le portail de l’Hotel d’Evreux à Poitiers. BnF, Est. Réserve Pe-8-Fol.

Étudiant les pratiques héraldiques de mise en signe de l’espace à partir des attestations matérielles, le programme ArmmA se propose aussi d’intervenir en faveur de la conservation d’un patrimoine d’images souvent encore méconnu et de ce fait parfois plus exposé aux risques d’endommagement ou de destruction.

Le premier volet expérimental du programme, financé par l’Université de Poitiers et par la Direction des Affaires Culturelles Nouvelle Aquitaine, avait initialement l’objectif d’offrir une couverture totale du patrimoine héraldique des départements qui formaient, jusqu’à la réforme territoriale de 2015, la région Poitou-Charentes. Face à l’abondance des attestations relevées dans les premiers mois de travail, il a toutefois été nécessaire de restreindre l’aire d’enquête afin d’atteindre une couverture la plus homogène possible du phénomène sur un territoire donné. La recherche a donc porté essentiellement sur la ville de Poitiers et sur le département de la Vienne, avec quelques incursions dans les territoires limitrophes (département de la Charente et, surtout, des Deux-Sèvres) appartenant jadis au Poitou historique. Si l’inventaire dressé dans la phase préliminaire du projet recensait, dans toute la région Poitou-Charentes, une centaine de monuments caractérisés par des éléments héraldiques (pièces isolées ou décors plus complexes), à ce jour le catalogue des monuments « héraldisés » s’élève à 300 items uniquement pour la Vienne.

Clef de voûte aux armes de Pierre de Combarel. Beaumont, église Notre-Dame.

Clef de voûte aux armes de Pierre de Combarel. Beaumont, église Notre-Dame.

Datés entre la première moitié du XIIIe siècle et la première moitié du XVe siècle, les décors recensés appartiennent autant aux monuments les plus célèbres de la région (tels que l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe ou les Palais des Comtes de Poitiers) qu’aux œuvres d’utilité publique (ponts, remparts, halles et fontaines) et aux bâtiments résidentiels les plus communs (comme les maisons « armoriées » de Poitiers). Les écus désormais dépourvus de figurations héraldiques et ceux illisibles en raison de martelage ou de grattage sont également pris en compte documentant, d’un côté, des pratiques héraldiques peu connues (les armoires d’attente comme au château de Chalandray, par exemple), de l’autre, les réactions que ces images ont pu susciter à certains moment de l’histoire (à la Révolution, le bûchage systématique des armoiries aux fleurs de lys). Les pièces conservées hors de leur contexte d’origine font aussi l’objet d’études monographiques (c’est le cas des œuvres héraldiques conservées dans les réserves du Musée Sainte-Croix de Poitiers).

Au fur et à mesure que l’étude de cette masse documentaire avance, les informations élaborées sont organisées et rendues disponibles sur le site ArmmA (http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/) sous la forme de notices qui fournissent une description analytique et une interprétation des « unités » héraldiques répertoriées (210 notices ont été publiées à ce jour). La carte interactive affichée sur la page d’accueil du site constitue l’accès principal aux articles monographiques ; le lien peut être assuré à la fois par le biais de la navigation interne et par le moteur de recherche placé en contrebas. Dans cet espace les monuments s’annoncent d’abord par le biais d’icônes qui différencient les bâtiments répertoriées par types fonctionnels (château, église, édifice résidentiel…), ensuite par des onglets contenant une image de présentation et un bouton qui renvoie à la notice complète. Une sélection des monuments inventoriés sur la base de leur destination d’usage est également possible.

Clef de voûte aux armes de Charles de Norroy. Targé, église Saint-Gerorges, chœur.

Clef de voûte aux armes de Charles de Norroy. Targé, église Saint-Georges, chœur.

 Se conformant à une structure homogène, ces notices fournissent d’abord des informations de synthèse sur l’histoire monumentale et patrimoniale du bâtiment, pour passer ensuite à l’examen des éléments héraldiques conservés ou documentés à l’intérieur. Ces derniers sont décrits, identifiés, interprétés sur la base des documents textuels et des pratiques héraldiques connues, mais aussi en fonction de leur rapport avec l’espace architectural et, si c’est le cas, avec d’autres ornements présents dans le même bâtiment. Pour simplifier le repérage des éléments armoriés à l’intérieur de l’édifice, ces derniers sont numérotés. Les numéros d’identification sont donc transcrit sur le plan qui accompagne, quand il est nécessaire, la notice (voir, par exemple, les notices consacrées au château d’Angles-sur-l’Anglin et au clocher-porche de l’abbaye Saint-Maixent à Saint-Maixent-l’École). Les notices sont complétées par une bibliographie essentielle, formée par les sources et les études utilisées dans l’étude, et par une riche documentation photographique réalisée sur place au cours de nombreuses missions de terrain organisées afin d’examiner les décors héraldiques répertoriés dans leur contexte d’exposition. Des liens hypertexte permettent de renvoyer le lecteur à d’autres notices publiées dans la base ou à des sources textuelles, à des études et à des matériaux iconographiques disponibles sur le web, notamment dans d’autres bases consacrées à l’emblématique médiévale (Sigilla, Devise, Bibale etc.) (voir, par exemple, la notice sur l’église de Chatillon-sur-Thouet).

Les « notices monuments » sont accompagnées par des « notices armoiries » (à ce jour, la base en compte 720), qui s’affichent à la base des articles monographiques. Il s’agit de fiches synthétiques qui proposent l’« édition » de chaque élément héraldique inventorié : c’est-à-dire son blasonnement (les ornements extérieurs éventuels sont aussi mentionnés et décrits), son identification, sa chronologie (établie par tranches de quart de siècle), la description de son emplacement sur la base d’un thesaurus préétabli et l’indication de la techniques d’exécution (voir la notice sur les stalles des Jacobins de Poitiers). Ces fiches héraldiques sont complétées par l’image de l’armoirie dans son état actuel (ou documenté, quand il s’agit d’une pièce perdue mais relevée) et par sa reconstruction graphique avec la réintégration des couleurs (cette dernière est pour le moment réalisée par le biais de logiciels de dessin héraldique en accès libre sur internet, tel Héraldique 8.0).

Cul-de-lampe aux armes des Riom. Poitiers, Université SHA (provenant de l'église Saint-Paul, Poitiers).

Cul-de-lampe aux armes des Riom. Poitiers, Université SHA (provenant de l’église Saint-Paul, Poitiers).

Les indications qui complètent les « notices armoiries » génèrent des index qui sont interrogeables via le masque de recherche affiché sur la colonne de gauche de la page d’accueil. Il est ainsi possible de lancer une recherche par chronologie, par type de support armorié, par technique et par personnage/famille. Un deuxième masque de recherche est également disponible et permet d’effectuer une recherche avancée, combinant les indicateurs susmentionnés. Cet outil s’avère particulièrement efficace, entre autres, pour la recherche sur la commande artistique, permettant, par exemple, d’établir facilement la liste de représentations héraldiques relatives à une famille ou à un individu dans un laps de temps établi (ex. Pierre d’Amboise, 1475-1500). Enfin, un moteur de recherche est consacré à la recherche par termes de blasonnement, permettant de visualiser toutes les occurrences répertoriées de l’élément du blason recherché (partition, meuble, couleur) (ex. « lion de gueules »).


Les premiers pas du projet TITULUS

TITULUS est un projet d’épigraphie médiévale numérique qui vient renouveler l’édition des inscriptions : http://titulus.huma-num.fr/

Grâce à l’ANR ORIFLAMMS (Recherche en ontologie, Descripteurs d’images, Analyse des formes et lettres des écritures médiévales multilingues, 2013-2016), au soutien de COSME (Consortium sources médiévales, labellisé par la TGIR Huma-Num) et au partenariat avec l’École des chartes (master II « Technologies numériques appliquées à l’histoire »), TITULUS a pu voir le jour au cours de l’année 2016.titulus_capture

C’est un projet entre érudition et créativité,  qui entend intégrer les acquis de la recherche sur la culture écrite et visuelle grâce aux possibilités du numérique, et rendre les sources épigraphiques médiévales accessibles à tous.

Encodées en XML-TEI, chaque notice propose plusieurs versions graphiques d’une même inscription : une transcription  habituelle, une transcription allographétique grâce à MUFI (Medieval Unicode Font Initiative), les abréviations, les jeux de lettres (enclavement, entrelacement, conjonction de lettres), l’utilisation des espaces, le schéma d’encodage en XML-TEI.

Le site est encore dans sa phase de test et seules une dizaine de notices sont aujourd’hui mises en ligne. Le plan de développement du projet pour 2017 est le suivant :

  • printemps : mise en ligne sur Persée des volumes 1 à 25 du CIFM, accessible en cliquant sur la carte ;
  • été : développement du moteur de recherche ;
  • automne : sortie du 1er volume numérique, Hors-Série II sur Poitiers, VIIIe-XVe s., rédigé par Robert Favreau.

Plus d’informations sur les carnets EPIMED : https://epimed.hypotheses.org/370

[16 février] Présentation de la base SIGILLA, corpus en ligne des sceaux conservés en France

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 6 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

christine-de-pizan-multi-tasking

  • Date : jeudi 16 février 2017 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : Présentation de la base SIGILLA, corpus en ligne des sceaux conservés en France
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Laurent Hablot, Directeur d’études  l’EPHE. IVe section. Chaire d’emblématique occidentale


  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

La cinquième séance aura lieu le jeudi 9 mars à 12h en présence de Christelle Cazaux-Kowalski pour une présentation Des ressources en ligne pour la musicologie médiévale

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.