Archives de catégorie : Vie des programmes

[10 janvier] Moines, sciences et techniques au Moyen Âge

Moines, sciences et techniques au Moyen Âge

 

La rencontre a réuni près de 70 auditeurs : étudiants, enseignants-chercheurs, médiateurs du patrimoine et curieux. Son enregistrement audio est disponible en ligne ici.

 

Date : Jeudi 10 janvier – 9h30-17h

Lieu : Espace Mendès France à Poitiers

Sous la direction scientifique de Cécile Treffort, professeure en histoire médiévale, CESCM-CNRS, université de Poitiers ; Pascale Brudy et Manon Durier, ingérieures de recherche en histoire médiévale, CESCM-CNRS, université de Poitiers.

Dans le cadre du programme Aquitania Monastica, soutenu par la région Nouvelle-Aquitaine.

Présentation générale de la journée

Par la copie de manuscrits et la constitution de vastes bibliothèques, les moines du Moyen Âge ont, en plus de leur activité spirituelle et religieuse, contribué à préserver une partie de la connaissance antique, de la grammaire à la musique en passant par l’astronomie ou les mathématiques. Plus encore, avant l’éclosion des universités, s’est perpétuée dans les écoles monastiques une tradition d’enseignement et de réflexion d’où sont nés certains savoirs nouveaux tandis que dans le cadre de leur activité temporelle, les communautés religieuses ont permis, soutenu, stimulé le développement de techniques très élaborées dans le domaine de la construction, de l’hydraulique, de la métallurgie, de la production viticole ou salicole par exemple. Cette journée d’études explore, à partir de dossiers thématiques et d’exemples régionaux, quelques facettes de ce monde encore méconnu de savoirs et de savoir-faire dont nous sommes en partie héritiers.

Programme et intervenants

9h30 : Mot d’accueil par Didier Moreau, directeur de l’Espace Mendès France et Martin Aurell, professeur d’histoire médiévale et directeur du Centre d’études supérieures en civilisation médiévale (CESCM), université de Poitiers.

Introduction par Cécile Treffort, professeure en histoire médiévale au CESCM.

 

10h00 : Alain DIERKENS,professeur d’histoire à l’Université libre de Bruxelles.

Monastères, art et artisanat : quelques exemples du Haut Moyen Âge en guise d’introduction

On connaît relativement bien l’organisation des scriptoria monastiques du haut Moyen Âge et on sait que la réalisation d’un codex manuscrit fait appel à des techniques et à des compétences très différentes, parfois complexes, relevant de domaines que nous qualifierions aujourd’hui, selon les cas, de semi-industriels, d’artisanaux ou d’artistiques. On se concentrera ici sur la production, en contexte monastique, de textiles : tissage, tapisserie, broderie. On évoquera aussi les arts du métal et l’orfèvrerie et on s’interrogera sur l’éventuelle polyvalence des auteurs de ces œuvres, qu’il s’agisse de moines, de moniales ou de spécialistes extérieurs. Ces réflexions d’ordre méthodologique seront appuyées par quelques études de cas, en particulier par la Vita carolingienne d’Harlinde et Relinde, deux sœurs qui, dans le second quart du VIIIe siècle, furent successivement abbesses de la petite abbaye mosane d’Aldeneik et à l’activité desquelles étaient attribués des manuscrits enluminés et des textiles brodés.

11h00 : Cécile TREFFORT,professeure d’histoire médiévale, CESCM, Université de Poitiers.

La transmission livresque des savoirs : le témoignage des bibliothèques monastiques

« Un cloître sans bibliothèque est comme une forteresse sans arsenal » : si cet adage médiéval se réfère en premier lieu aux armes de la foi, donc aux livres sacrés et aux œuvres religieuses, les abbayes médiévales ont représenté, jusqu’au XIIe siècle, les principaux lieux de culture savante. Parmi, et au-delà de la série canonique des sept arts libéraux, la distinction contemporaine entre disciplines « littéraires » et « scientifiques » est brouillée par la perspective encyclopédique de la science médiévale et par la nouvelle coloration, spirituelle ou pragmatique, donnée à l’héritage antique. Après un tour d’horizon général des œuvres présentes dans les bibliothèques monastiques, l’intervention étudiera comment, à partir des savoirs astronomiques et géographiques de l’Antiquité, s’articulent un ensemble d’œuvres médiévales qui, de l’agronomie à la cosmographie en passant par le comput ecclésiastique, ont permis aux religieux d’appréhender le temps et l’espace du monde créé, et de s’y inscrire pleinement.

12h00 : repas

13h30 : Geneviève XHAYET,historienne des sciences et techniques, directrice-adjointe du Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques, Université de Liège.

Connaissances et pratique de la médecine en milieu monastique

Présente dans les préceptes de la règle bénédictine (via les bonnes œuvres ou les recommandations relatives aux fratres infirmi), une activité médicale se développe dans les monastères occidentaux dès le Haut Moyen Âge. Avec un substrat intellectuel pour partie hérité de l’Antiquité, et pour partie construit, cette activité apparaît tout à la fois médicale, pharmaceutique et chirurgicale. Son importance dans l’historiographie de la discipline est considérable. La médecine monastique est reconnue comme la première phase de l’histoire de la médecine médiévale, avec pour bornes chronologiques les VIIe et XIIe siècles. Ce dernier terme correspond au moment où l’École de Salerne évince la médecine monastique tandis que les autorités ecclésiastiques restreignent ses conditions d’exercice par les religieux réguliers. De tels coups de boutoir n’empêchent toutefois pas la poursuite jusqu’au XVIIIe siècle d’une activité médicale dans les abbayes, avec une réorientation, principalement vers la pharmacie. Cette histoire sera au cœur de notre exposé. L’accent sera mis sur la pratique et les savoirs médicaux dans les monastères carolingiens, dont celui de Saint-Gall qui jouit, comme on le sait, d’une documentation particulièrement riche.

14h30 : Jean-Luc SARRAZIN, professeur émérite en histoire médiévale, Université de Nantes.

L’hydraulique monastique en Marais poitevin (XIeXIIIe siècle)

Appréhendée dans sa globalité, l’hydraulique monastique concerne d’abord l’enceinte claustrale de chaque monastère. Les aménagements et les dispositifs auxquels ont donné lieu l’adduction, la distribution et l’évacuation de l’eau sont étudiés, pour l’essentiel, par la recherche archéologique. La conférence envisagera la maîtrise de l’eau mais à l’extérieur des monastères, sur les rivières et les terres composant le temporel des établissements dans le cadre du Marais poitevin entre le XIe et le XIIIe siècle. Jusque vers la fin du XIIe siècle, l’hydraulique monastique se limite, dans le bassin de la Sèvre niortaise, à l’exploitation des eaux courantes. Au tournant du XIIe et du XIIIsiècle, se produit une profonde mutation : les abbayes cisterciennes se lancent dans de grandes opérations de drainage. Les autres établissements monastiques s’inscrivent dans cette dynamique. Des équipements de régulation hydraulique sont installés aux endroits stratégiques. Ainsi naît le premier Marais poitevin.

15h30 : Pause

16h00 : Olivier BRUAND, enseignant-chercheur en histoire médiévale, Université Clermont Auvergne.

Les moines et les salines du littoral poitevin aux Xe et XIe siècles

À partir du Xe siècle, les salines se développent sur les côtes charentaises et un gros travail d’aménagement des marais salants se met progressivement en place. Les nouvelles salines attirent rapidement l’attention des établissements monastiques qui veulent en faire des éléments marquants de leur temporel. Des monastères régionaux comme Saint-Maixent ou Saint-Jean d’Angély ne tardent pas à investir dans l’or blanc et par leurs relations de confraternité, ils encouragent également des établissements plus lointains à s’y intéresser, comme les frères de la communauté d’Ebreuil. Il ne faut pourtant pas faire des moines des entrepreneurs systématiques car bien souvent, ils ne créent pas les salines mais les rachètent ou les rattachent à leur seigneurie foncière dans l’optique d’en toucher le profit plus que de se lancer dans une nouvelle activité dont ils sont loin d’être les acteurs dominants.

17h00 : Conclusions de la journée par Cécile Treffort.

Programme complet en PDF

Saint-Martial de Limoges avant l’an mil

Compte rendu de la table ronde du mercredi 25 avril 2018, CESCM

Au Moyen Âge, l’abbaye Saint-Martial de Limoges comptait parmi les plus importantes de l’Aquitaine du Nord. Un beau colloque lui avait été consacré en 20051. Une table ronde organisée par Cécile Treffort le 25 avril 2018 au CESCM, dans le cadre du programme régional Aquitania Monastica, a permis à une quinzaine de chercheurs de discuter des récentes découvertes archéologiques antérieures à l’an mil faites sur ce site archéologique, qui se trouve au plein cœur de la ville de Limoges. Nous vous livrons ici les principaux apports de la journée d’étude d’avril, en préalable au colloque organisé par la Société française d’archéologie les 29-30 novembre prochain à Limoges autour du « millénaire de l’abbatiale romane (1018-2018) », en collaboration avec le CESCM.

Introduction de la journée par Christian Sapin, membre du conseil scientifique accompagnant l’opération

Les problématiques monumentales et historiques ont beaucoup évolué depuis le colloque du CESCM publié en 2005, en raison de l’ouverture un an plus tard d’un imposant chantier de fouilles programmées confié à une équipe d’Éveha, sous la direction de Julien Denis, puis à partir de 2010 de celle de Xavier Lhermite (également membre du CESCM), assisté d’Angélique Marty. En novembre 2018, se tiendra à Limoges un nouveau colloque concernant le site, mais la chronologie explorée sera limitée à la première moitié du XIe s., date de la conception du chevet à déambulatoire et chapelles rayonnantes dont certaines des puissantes fondations sont mises au jour. Or une relecture des petits sanctuaires latéraux d’une part, la découverte sous l’abbatiale romane de structures antérieures à 832 ou proches de cette date donnée par les sources de l’autre, ont modifié et même bouleversé nos connaissances. Il est nécessaire de faire le point, même si l’aire d’extension des fouilles exclut une vision d’ensemble : la moitié sud du chevet, le bras sud, la moitié ouest de la nef demeurent sous la rue, tandis qu’au nord les massives fondations d’un théâtre et d’autres contraintes urbaines ne permettent ni d’éclairer les zones de contact entre édifices ni de phaser avec certitude les vestiges. Ajoutons des inquiétudes au sujet du devenir des vestiges.

Présentation des étapes antérieures à l’époque carolingienne, par Xavier Lhermite

Il ne fait aucun doute que le site correspond à un quartier de la ville antique. Mais le castrum de l’Antiquité tardive est inconnu et l’historicité du saint lui-même ne peut être fixée précisément. Vers 500 l’évêque Rurice Ier aurait fait construire une basilica connue de Grégoire de Tours, mais où les sarcophages avaient déjà été déplacés. Les “clercs” de Saint-Martial sont connus du testament d’Yrieix (572).

Archéologiquement, un grand fossé s’inscrit dans la trame antique. Puis s’est développée une très grande nécropole, ponctuée de mausolées et petits édifices : 

– le mausolée dit “de la Courtine”, situé au sud de l’abbatiale romane et découvert fortuitement, possède un plan en partie centré entouré de caniveaux (v. 250-350 pour les sépultures ?). Il a été transformé en église v. 600 ;

– le mausolée pour le sarcophage de saint Martial (à l’ouest de Saint-Pierre mais au-delà d’un hiatus) n’a pas bénéficié d’études suffisantes ; il n’est daté que par le personnage et ses accès sont énigmatiques. Il a constamment été réaménagé jusqu’au XVIIIe s. et sa position par rapport à la basilica reste singulière ;

– l’église Saint-Pierre du Sépulcre, qui correspond à la basilica vue par Grégoire de Tours, est installée sur un quadrillage plus ancien, donnant notamment les fondations d’un premier chevet, quadrangulaire. Dans un état 2, une abside est encagée dans ce chevet, avec une échancrure  permettant de mettre en valeur une sépulture. Dans un état 3, l’abside est arasée au nord et reconstruite, tandis qu’au sud on la refonde. Un sarcophage formé de blocs de calcaire agrafées (encore visible au XVIIe s.) est superposé à la sépulture axiale : on a trouvé à l’intérieur à la fois un sarcophage-reliquaire vide et un ensemble de plaques de plomb qui constituaient vraisemblablement un seul cercueil. Parmi les sépultures disposées en biais mais régulièrement de part et d’autre de cet axe, celle située au sud et postérieure à la mise en place du sarcophage d’axe a pu être datée entre 602 et 674.

La nef a connu également deux états, et on mesure bien à quel point son gouttereau sud a déterminé l’extrémité biaise du futur transept roman.

– les structures sous-jacentes à l’abbatiale romane, bouleversées par les fondations du théâtre, sont d’interprétation difficile. Mais il est sûr qu’on devrait s’interroger sur la volonté visible de préserver certains espaces au cours des chantiers successifs (par exemple la chapelle de l’Ange a connu des états bien antérieurs au XIIIe s. ; et la rupture qu’on lit dans le plan du gouttereau de la nef romane est peut-être due à la prégnance d’un bâtiment). Un puits, antérieur aux sépultures, était encore en eau dans les années 1960. Mais aucun niveau de sol associé n’a pu être déterminé.

Présentation des structures de l’époque carolingienne par Angélique Marty

Cette deuxième partie de la journée a imposé également, pour plus de clarté, de réduire le nombre des remaniements décelés. Des plans ont soutenu l’interprétation sans pour autant la figer (une gageure !). Notons préalablement un arrêt complet des sépultures dans le secteur à partir du VIIIe s. Cet arrêt semble contemporain de la décision d’édifier une construction ambitieuse, située sous l’abbatiale romane mais alignée avec les axes de son déambulatoire. Trois grandes phases ont pu être mises en évidence, qui ne reflètent sans doute qu’une partie des multiples modifications du bâtiment entre la fin du VIIIe s. et le début du XIe :

1- un bâtiment allongé de 3 travées de 6 m de long chacune, installé sur le substrat débarrassé et aplani et prolongé à l’est par une travée carrée plus large et semi-enterré (fin VIII– déb. IXe s. ?) ;

2- cet édifice est entièrement repris et agrandi, avec un nouveau chevet, dans le cours du IXe s. Il est alors pourvu, à l’emplacement de la future croisée du transept romane (dont la singulière ampleur est ainsi expliquée), d’une salle semi enterrée de plan polygonal dont seule la partie occidentale est définie par de solides structures murales, notamment des niches cruciformes inscrites dans les deux pans obliques ;

La salle polygonale semi enterrée sous la croisée de l’abbatiale romane ; au premier plan une des deux niches intra muros cruciformes (cliché : Éveha)

3- Dès le courant du IXe s., une importante réorganisation du bâtiment s’accompagne d’une reprise des fondations pour les renforcer. Alors est implantée une zone de travail (chaux, verre ?) au sein même des parties orientales de la crypte peut-être réduite pour l’occasion. Dans le même temps, la salle polygonale est pourvue d’un nouvel accès, au sud. Des modifications du chevet et la construction d’un vaste transept ont été rattachées à cette phase, même si ces travaux pourraient résulter de campagnes d’embellissements différenciées au cours des IXe-Xe s.

Questions et réflexions

Pour démontrer le caractère ouvert du dossier, voici quelques-unes des réactions des auditeurs, qui ont été impressionnés par les avancées du travail d’interprétation :

– comment comprendre les grands murs alignés sur arches qui matérialisent les niveaux des terrasses à l’est de l’abbatiale romane et qui sont connus par des dessins dans un article de Raymond Couraud ? Ils ont visiblement recoupé des structures antiques et ont été à leur tour recoupés par une chapelle votive du XIIe s. – constatations qui proviennent d’un nouveau phasage établi par Aurélien Sartou (Éveha) à partir de la documentation ancienne (un article est en préparation sur cette question). Il faut envisager un projet architectural ambitieux du haut Moyen Âge. Un espace public (v. 700 ?) peut-il être mis en parallèle avec des indices donnés par les sources hagiographiques ?

– le sarcophage situé au sud du sarcophage d’axe de Saint-Pierre et établi après la réfection du chevet ne pourrait-il être celui de saint Loup († 634) ?

– le bâtiment allongé de 3 travées, d’époque carolingienne, était-il déjà une église ? Pouvait-il supporter un étage ?

– comment l’extraordinaire salle polygonale, qui prouve incontestablement un usage cultuel, sans doute associé à une dévotion la croix et donc au vocable du Sauveur, pouvait-elle être ouverte vers le chevet ? Y a-t-il coïncidence avec les événements importants transmis par les textes à l’époque de Louis le Pieux ou de Charles le Chauve ?

 

  1. Saint-Martial de Limoges. Ambition politique et production culturelle (Xe-XIIe s.), publié sous la direction de Claude Andrault-Schmitt []

L’histoire monastique à l’honneur

Rendez-vous trimestriel de la culture, L’Actualité Nouvelle-Aquitaine est une revue hors norme. Jean-Luc Terradillos et son équipe réussissent en effet à ancrer le paysage scientifique dans l’imaginaire des lecteurs. Unanimement reconnue, la première caractéristique de cette publication est son exceptionnelle qualité visuelle. La deuxième est son lien étroit avec le territoire régional, sans jamais verser dans le nombrilisme. La troisième est la priorité donnée à la recherche en cours.

Thématique, le numéro d’été de cette année est consacré aux communautés de vie et débute par une soixantaine de pages dédiées à l’histoire monastique. Dix-sept articles font la part belle à l’étude des abbayes médiévales. Ce dossier est présenté dans le cadre du programme régional Aquitania monastica dirigé par Cécile Treffort. Il donne une vitrine aux premiers résultats du projet, avec par exemple une présentation de Pascale Brudy sur l’abbaye de Baignes et son réseau monastique, celle de Manon Durier sur la fondation contestée du prieuré de Rochechouart ou la vision renouvelée des moniales de la région offerte par Cécile Treffort.

Émanation de l’équipe Aquitania monastica, le numéro valorise aussi le travail d’une autre communauté : celle du CESCM. Plusieurs collègues du laboratoire ont été sollicités, comme Christelle Chailloux autour de la musicologie ou Edina Bozóky pour les pèlerinages. Un portrait de Georges Pon retrace également son parcours d’enseignant-chercheur à l’université de Poitiers. Les collaborations scientifiques sont aussi à l’honneur : une interview de l’archéologue Christian Sapin ouvre le numéro, une autre donne la parole à l’historien de l’art américain Scott Brown. On y trouve encore un article de Stéphane Lafaye présentant l’implantation de Cluny en Aquitaine ou une mise en lumière du fonds photographique légué par Jean Cabanot à la photothèque du CESCM.

Sommaire :

Christian Sapin : à la recherche des monastères perdus. Entretien Cécile Treffort et Jean-Luc Terradillos.

Hors du temps, hors du monde ? Cécile Treffort

Communauté de silence. Vincent Debiais

Chanter à Saint-Martial du XIe au XIIIe siècle. Christelle Chaillou-Amadieu

Enquête monastique. Pascale Brudy

1067 : les chanoines de Saint-Junien se rebiffent. Manon Durier

Requiem pour Ramnulfe. Manon Durier

Cluny en Aquitaine. Stéphane Lafaye

Moines au féminin. Cécile Treffort

Fontevraud en Castille. Communauté de deux sexes ou assemblée de femmes ? Charles Garcia

Aquitania Monastica : retour aux sources. Cécile Treffort

Claude Andrault-Schmitt : la fabrique de la mémoire. Entretien Cécile Lavergne et Jean-Luc Terradillos

Scott Brown. Vous êtes les propriétaires, je suis le visiteur. Entretien Manon Durier

Terrain archéologique. Seaux et brouettes. Pascale Brudy

Les confréries Saint-Jacques. Edina Bozóky

Jean Cabanot. Historien d’art et photographe. Carolina Sarrade et Jean Cabanot

Georges Pon. Traduction, édition, érudition. Entretien Edina Bozóky et Jean-Luc Terradillos

Ce riche et beau numéro vient clore une année universitaire par ailleurs très active dans le domaine de la transmission des savoirs. Outre un important travail de recherche fondamentale sur les sources et l’enrichissement de la base nationale Monastères, le travail de l’équipe a en effet permis d’irriguer l’enseignement universitaire (Atelier interdisciplinaire, cours de licence et de master) et d’enrichir plusieurs manifestations scientifiques destinées au grand public (4e rencontres de Trizay, XXe congrès archéologique de France…)

Visite de la salle capitulaire de Fontdouce (17) dans le cadre du congrès de la SFA (cl. P. Brudy)

Le prochain article de médiation scientifique du programme Aquitania monastica est à paraître dans la revue du CNRS Microscoop en octobre prochain.

Je remercie Cécile Treffort et Pascale Brudy pour leur précieuse relecture.

Appel à participation : Transcription collaborative – Fonds d’archives du Père de la Croix

Le fonds d’archives du Père de la Croix

Camille de la Croix (1831-1911), prêtre jésuite et archéologue, a effectué un grand nombre de découvertes à Poitiers, comme dans d’autres sites archéologiques majeurs du centre-ouest de la France. Ses travaux ont été documentés par des carnets de fouille, des notes, des plans et des photos, ainsi que par une abondante correspondance abondante avec de nombreux savants de son époque.
Légué à sa mort à la Société des Antiquaires de l’Ouest, le fonds a été déposé aux Archives Départementales de la Vienne. La totalité des images du fonds est accessible en ligne.

Ce projet de numérisation et de valorisation a obtenu le soutien financier de la Région Nouvelle Aquitaine, du Ministère de la Culture, du Centre des Monuments Nationaux et de l’Université de Poitiers. Il est intégré au consortium MASA (Mémoire des Archéologues et des Sites Archéologiques) de la TGIR HumaNum.

Consulter les images du fonds du Père de la Croix

Le projet de transcription collaborative

Cet appel à transcription collaborative en ligne propose à chacun, chercheurs, étudiants ou public amateur, de contribuer à la transcription des documents numérisés issus du fonds d’archives.
Les notes et la correspondance du Père de la Croix sont proposés à la transcription.

Transcrire les notes du Père de la Croix

Transcrire la correspondance du Père de la Croix

               

 

Le projet “Tower of Bibles”

Le 27 et 28 juin 2018, Vladimir Agrigoroaei et Ileana Sasu présenteront à Alba Iulia (Roumanie) leur projet ‘Tower of Bibles’ dans le cadre du colloque « Vernacular Psalters and the Early Rise of Linguistic Identities / Les psautiers en langue vernaculaire et l’émergence précoce des identités langagières », co-organisé par le CESCM et le Musée de l’Icône d’Alba Iulia.

Le projet ‘Tower of Bibles’ vise la création d’une base multimédiale de recensement, indexation et analyse (scripturale, linguistique, philologique, codicologique et sociohistorique)  des traductions en langue vernaculaire du texte sacré. Sa première phase est consacrée à la comparaison des versions vernaculaires des Psaumes rédigées au Moyen Âge et au temps de la Renaissance. Le projet sera proposé au concours ERC Synergy 2018.