Archives de catégorie : Billets

Le « off » des Semaines d’Études Médiévales : une excursion romancée …

Excursion à Chinon et à Fontevraud dans le cadre des Semaines d’études médiévales, dimanche 22 juin 2014.

Dimanche matin, dès potron-minet, le groupe des participants se retrouva devant le chevet de Sainte-Radegonde, prêt pour la grande excursion. La journée s’annonçait belle et les routes du Poitou furent vite parcourues. Au milieu de la matinée, le car déposa la joyeuse compagnie près de l’église de Saint-Mexme de Chinon où Claude Andrault-Schmitt expliqua aux stagiaires la structure monumentale de la collégiale et l’évolution de l’édifice au cours des âges.

Cliché Ch. Garcia/CESCM
Cliché Ch. Garcia/CESCM

La première visite terminée, et sous un soleil lourd, le groupe emprunta un chemin à flanc de coteau pour aller rejoindre la chapelle rupestre de Sainte-Radegonde. Arrivés sur place, la célèbre peinture représentant Aliénor d’Aquitaine et sa famille fit le bonheur de tous. Mais au fait, Aliénor ou Henri le « Jeune » ? C’est autour du débat sur le sens à donner à la fresque que Marcello Angheben développa son commentaire. On n’avait pas vu le temps passer et quelques minutes après tout le monde prit place au milieu du château de Chinon pour un déjeuner sur l’herbe.

Par la suite, et résistant à la tentation d’une petite sieste, l’assemblée recueillie écouta attentivement les explications de Nicolas Prouteau sur la fondation et les multiples modifications de la forteresse chinonaise, conférence qui accorda une attention particulière à la période Plantagenêt. Au milieu de l’après-midi, les jeunes médiévistes rejoignirent Fontevraud où Claude Andrault-Schmitt commença la visite guidée du site par un exposé sur l’église abbatiale, complété par une leçon de Marcello Angheben sur la symbolique et les caractéristiques techniques des fameux gisants.

Cliché Ch. Garcia/CESCM

Ce fut devant ces mêmes tombes royales que Pierre-Marie Joris déclama avec ardeur une série de vers composés par des auteurs oulipiens en hommage aux troubadours médiévaux et à la lecture mortuaire d’Aliénor. La démarche ayant plu aux étudiants, beaucoup imitèrent Pierre-Marie Joris en adressant à leur tour des vers à la statue d’Aliénor avec force conviction. La promenade à l’intérieur de l’abbaye fut clôturée par Claude Andrault-Schmitt qui nous fit visiter la chapelle de Saint-Benoît et les connues cuisines-fumoirs.

Tandis que la chaleur commençait à décliner, le groupe alla se réfugier dans une auberge des environs de Fontevraud pour un dîner amplement mérité. Pensant la journée terminée, les stagiaires, qui avaient misé sur le car pour récupérer un peu, se trouvèrent face à une surprise de taille sur le chemin du retour : le grand spectacle musical organisé de main de maître par Marcello Angheben De l’avis général, ce fut une authentique performance qui se prolongea collectivement et avec bonheur jusqu’au bout de la nuit…

 

 

 

Journée d’études Jeunes Chercheurs – association JANUA (3 avril 2014)

Annuellement organisée avec le soutien de l’Université de Poitiers, du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM-UMR 7302) et du Centre d’Hellénisation et de Romanisation dans le Monde Antique (HeRMA-EA 3811), la Journée Jeunes Chercheurs Janua 2014 s’est déroulée à l’hôtel Fumé le 3 avril dernier. Réunissant étudiants en master, doctorants, jeunes docteurs et enseignants-chercheurs,  cet événement a permis, selon la dynamique méthodologique caractéristique aux Journées d’études de Janua, de discuter de « la notion de fonction ». Portant à la fois sur les périodes antiques et médiévales et proposant conjointement des pistes de réflexions et des résultats aboutis (reflet de l’avancement des recherches menées par de jeunes chercheurs), les communications présentées seront publiées dans troisième numéro des Annales de Janua (printemps 2015).

Après un mot de bienvenue de la présidente de Janua, Cécile Treffort, Directrice du CESCM, a richement introduit le thème de cette journée. A la suite d’un rappel posant les définitions et étymologies des mots clef de la journée, le « document » et la « fonction », la directrice permit d’ouvrir le débat sur les relations unissant ces deux notions, à la fois antithétiques et pourtant en constante interaction.

exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien
Exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien

La matinée, présidée par Sébastien Biay (Ingénieur d’études en production et analyse de données pour le programme de l’ANR Musiconis, Université Paris-Sorbonne et CESCM), était résolument archéologique et antique.

Ouvrant la journée, les communications de Barbara Couturaud (ArScan-UMR 7041, équipe VEPMO) et de Nicolas Delferrière (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298), portant respectivement sur les panneaux figuratifs incrustés du Bronze ancien découverts à Mari (Syrie) et sur les revêtements architecturaux des édifices gallo-romains de la cité des Eduens, des Lingons et des Sénons, ont démontré l’importance de revoir ces documents à la lumière de leur contexte archéologique. Ces objets, longtemps considérés uniquement pour leurs valeurs décoratives, étaient interprétés hors de leur contexte archéologique de découverte. Or, de toute évidence, l’étude concomitante de l’objet et de ses contextes de création, d’utilisation et de découverte éclaire le débat de nouvelles données qui, jusque-là éludées, permettent maintenant d’appréhender plus justement l’emploi de ces objets dont les fonctions, différenciées mais superposées les unes aux autres, paraissent désormais mettre sur un même plan l’esthétique de l’image décorative et la visée fonctionnelle utilitaire.

Lucie Carpentier (Université Lille 3, HALMA-IPEL-UMR 8164) a achevé la matinée en proposant un nouvel axe de recherche pour l’origine des temples à plan centré de Gaule romaine. Son analyse a permis d’avancer une compréhension fonctionnelle de ces fana dont l’architecture semble avoir évolué parallèlement aux rites qui y étaient pratiqués. Ainsi, au vu des vestiges archéologiques, les aménagements structuraux successifs et spécifiques à ce modèle de temples s’avèrent, selon les exemples, intimement liés aux usages différenciés de ces espaces toujours adaptables à la particularité des rites qui s’y déroulaient.

Sous la présidence de Manon Durier (doctorante CESCM et chef éditorial des Annales de Janua), la séance de l’après-midi a débuté par une communication qui, proposée par Clément Bellamy (Université de Rennes 2, LAHM-UMR 6566) malheureusement absent, a été lue par Sébastien Biay. Proposant des pistes de réflexions sur la fonction et la destination de la céramique produite et retrouvée sur le site gréco-indigène de l’Incoronata (Italie) entre les VIIIe et VIIe siècles av. J.-C., cette communication a mis l’accent sur les difficultés que soulève l’analyse de cet artisanat mixte où les potiers indigènes copiaient les formes grecques, tout en modifiant, dans certains cas, la fonction usuelle de l’objet. Aussi, la forme de ces céramiques produites, consommées et détruites sur place, ne suffirait pas à leurs assigner une fonction, un  usage et une destination arrêtés.

Incoronata fouille
Incoronata fouille

Après ces quatre communications antiquisantes, la parole a été donnée à deux jeunes chercheurs médiévistes.

Rudi Beaulant (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298) a présenté une approche des fonctions et des usages des lettres de rémission ratifiées par les Ducs de Bourgogne à la fin du Moyen Âge. S’emparant de cette prérogative régalienne permettant de gracier un justiciable et de le rendre à sa bonne fama, ces puissants princes territoriaux ont produit ces documents en de multiples exemplaires, parfois recopiés plusieurs décennies après leur émission initiale. Originellement judiciaire, ce type de document, détourné de sa fonction première, semble devenir parallèlement un outil politique dressant le portrait d’une société de bons sujets gouvernés par un bon prince.

Pour clore cette journée, Clément de Vasselot (Université de Lyon, ENS) a proposé une relecture de la nature même du Conventum Hugonis (B.N.F., Ms. Lat. 5927). Document controversé dans un débat opposant l’américain Mr. Beech et M. Barthélémy quant à sa nature (épique ou historique), ce texte concernant le Poitou médiéval relate la querelle entre Hugues IV de Lusignan et le comte Guillaume V de Poitiers. La comparaison entre l’étude serrée du texte et les chartes conservées confirme l’historicité des faits relatés selon une ordonnance qui n’est pas chronologique. Aussi, ces nouvelles données semblent ouvrir la voie à une interprétation de ce texte comme étant tout autant œuvre littéraire qu’un récit narrant des événements historiques.

Associant stimulantes communications et riches discussions collectives, cette rencontre scientifique entre jeunes chercheurs aura permis de soulever les difficultés intrinsèquement liées à la notion de fonction que le chercheur applique à son objet d’étude. Assurément, les contextes de production et/ou d’utilisation, les contextes politiques, économiques, sociaux et religieux sont autant d’informations que celui-ci doit interroger pour prétendre comprendre l’objet sur lequel il travaille. Quel que soit sa nature, un artefact est le reflet de la société qui le créé pour répondre à des fonctions qui, bien que pré-établies, peuvent évoluer parallèlement aux pratiques successives qui en sont faites. Aussi, il semblerait que la compréhension que les chercheurs font aujourd’hui de certains objets soit dépendante des caractéristiques fonctionnelles intrinsèques à l’objet, mais attachée à un contexte autant matériel que culturel où cette notion utilitaire peut être linéaire ou évolutive.

Billet écrit avec l’aimable collaboration d’Aurore MENUDIER.

L’imprimerie au XVe siècle et les incunables

L’imprimerie au XVe siècle

À la fin du Moyen Âge, les échanges de l’Europe avec l’Asie ont permis l’introduction de l’art de l’estampe, une ancienne technique orientale permettant de multiplier les textes et les images sur papier à partir d’une planche gravée. Vers 1450 à Mayence, Johannes Gutenberg adapte ce principe pour inventer la presse typographique afin de satisfaire la demande croissante en livres. Cette invention révolutionnaire transforme les conditions techniques de la fabrication des livres et leur diffusion. Grâce à ses caractères mobiles (petites baguettes avec un signe typographique à l’une de ses extrémités), l’imprimerie permet de reproduire plusieurs exemplaires d’un même texte dans un temps court et à un prix très avantageux. Jusqu’alors en effet, les manuscrits, laborieusement copiés à la main durant de longs mois, coûtaient fort cher.

C’est donc grâce à la presse manuelle associée à la gravure sur bois et à des caractères typographiques très solides, mobiles et de taille identique que, pour la première fois en Europe, textes et images sont multipliés à une grande échelle. Véritable révolution en terme de technologie (reproduction en série) et de communication, mais aussi dans le rapport à l’écrit, l’invention du livre imprimé permet de développer le marché du livre et de satisfaire les attentes des nouvelles élites, bourgeois et commerçants, et leur goût pour l’information, la culture et la lecture.

Les incunables

Les incunables (du mot latin incunabula qui signifie « berceau ») sont les premiers livres imprimés de l’invention de l’imprimerie à l’année 1500. Le format des incunables est à l’origine calqué sur celui des manuscrits : aucune page de titre, mais un incipit (ou début du texte) et un colophon [Image D inc 53, folio 88v] où l’on trouve généralement des informations telles que la date, le lieu et le nom de l’imprimeur ; les premiers caractères imprimés imitent les écritures manuscrites. Puis la page de titre [Image D inc 53, folio 1r] fut introduite : elle contenait parfois une marque d’imprimeur-libraire ou une présentation du contenu du manuscrit. L’art de l’enluminure, hérité des manuscrits, est toutefois préservé dans les incunables [Image D inc 4, folio 33r, folio 19v]. Certains d’entre eux pouvaient aussi contenir des gravures avec des scènes colorées après l’impression. Les livres d’Heures ont fait partie de ces premiers livres imprimés et enluminés.

D Inc, f° 33r / Cliché BM Poitiers
St Jean-Baptiste et St Pierre entourés de scènes diverses, D Inc 4, f° 33r
Cliché BM Poitiers

L’apparition des livres d’Heures imprimés date de 1486. Ils sont vendus avec grand succès jusqu’à la moitié du XVIe siècle. En 1488 paraît le premier livre d’Heures imprimé à l’usage de Poitiers, quelques années après l’installation du premier atelier d’imprimerie poitevin, vers 1478, à proximité de l’abbaye de Saint-Hilaire-le-Grand.

Avec l’aimable collaboration de Anne-Sophie Traineau-Durozoy, Responsable du Fonds Ancien et du Pôle Moyen Âge du SCD de Poitiers.

 

 

 

Inscription au master Civilisation antique et médiévale (Université de Poitiers – CESCM/HeRMA)

SHA/Université de PoitiersLa spécialité Civilisation antique et médiévale est un master recherche qui s’articule en deux années, comportant chacune des enseignements, la rédaction d’un mémoire de recherche (TER), et un stage, facultatif en Master 1, obligatoire en Master 2.
L’inscription administrative est conditionnée à la définition d’un projet de recherche validé par un enseignant-chercheur de l’Université de Poitiers.

Réunion de rentrée pour les Master 1 et Master 2 : Mercredi 4 septembre (16h-18h) amphi Bourdieu

L’admission directe en 2e année de master est possible pour les étudiants ayant obtenu une 1ère année de master dans une autre université, après examen de leur dossier.

Ce Master est ouvert également aux étudiants de l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Poitiers.

Laboratoires de recherche : équipe HeRMA et laboratoire CESCM

Lien vers les Modalités et dossier d’inscription, programmes des enseignement et contacts