Archives de catégorie : Billets

[3 oct. 2024] Le théâtre au Moyen Âge. Verbe, geste & jeu : retrouver et comprendre

Journée d’études coordonnée par Pierre-Marie Joris, maître de conférences en littérature médiévale, CESCM et UFR Lettres et langues, université de Poitiers et organisée en partenariat avec le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) – UMR 7302, atelier interdisciplinaire du master « Mondes médiévaux ».

Lieu : Espace Mendès France de Poitiers

Date : 3 octobre 2024 – 9h45 -> 17h45

Lien EMF pour réservation ICI

Le « théâtre médiéval » – art et technique – couvre trois siècles de jeux, mystères, farces, miracles, soties et moralités, qui ont enchanté les villes et les campagnes à la fin du Moyen Âge, dans les auberges, aux carrefours des routes, sur les places publiques aux jours de fête ou de marché, et dans les toutes premières salles de théâtre.
En plus des formes monumentales des mystères qui duraient plusieurs jours, on représente aussi des pièces plus courtes, souvent jouées par les premières troupes professionnelles, héritières des jongleurs et jongleresses, à la fois acteurs, mimes, transformistes, chanteurs et instrumentistes.

Spectacle de farce. Chansonnier français flamand Bruges


Ces trois siècles de production théâtrale (XIIIe-XVe s.) nous ont laissé de véritables chefs-d’œuvre aussi bien pour la pratique dramaturgique que pour la richesse de la langue et la variété des styles, depuis le Jeu d’Adam à Maître Pathelin, de Robin et Marion à la Passion d’Arnoul Gréban.

Programme

9h45. Accueil et présentation de la journée par Mariannig Hall, directrice de l’Espace Mendès France ; Cécile Voyer, directrice du CESCM et Pierre-Marie Joris, CESCM

10h. Retrouver le théâtre médiéval
Par Darwin Smith (université Paris I Panthéon-Sorbonne – CNRS)
Dans l’intervalle de mille ans qui sépare le théâtre antique de celui de la Renaissance, on ne connait que les trois derniers siècles : on appelle cela « théâtre médiéval ». Que savons-nous des formes de ce théâtre, de ses acteurs et actrices, de ses représentations, des conditions pratiques et techniques de jeu ?

11h. Questions

11h15. L’héritage du théâtre antique
Par Frédéric Duval (École nationale des chartes) et Élisa Guadagnini (Cnr-Istituto di Linguistica Computazionale “Antonio Zampolli”)
D’après l’historiographie, rien n’a subsisté du théâtre antique, redécouvert seulement à la Renaissance. On sait désormais que les médiévaux ont conceptualisé l’héritage du théâtre antique : l’étude de la documentation vernaculaire, en français et en italien, permet de dépasser l’historiographie de la rupture entre les mondes théâtraux de l’Antiquité et de la Renaissance.

12h15. Questions

12h30. Pause

14h. La langue du théâtre médiéval
Par Gabriella Parussa (Sorbonne-université)
Le théâtre médiéval en langue française nous offre un échantillon de langue aux registres très variés. Peu présents dans les grands corpus de langue médiévale, les textes dramatiques, par leur attention à la diversité des langues en fonction des classes sociales et des métiers, représente l’une des premières techniques d’enregistrement de l’oral par l’écrit.

15h. Questions

15h15. La Passion d’Arnoul Gréban et Notre-Dame de Paris
Par Véronique Dominguez-Guillaume (université de Picardie) et Darwin Smith (université Paris I Panthéon-Sorbonne – CNRS)
La clôture du chœur de Notre-Dame de Paris et l’ensemble de la cathédrale ont servi de matrice théologique, narrative et stylistique à l’écriture du plus célèbre mystère du Moyen Âge, la Passion d’Arnoul Gréban, organiste et maître du chœur, qui déroule en 35000 vers sur 4 journées l’histoire du monde et de Jésus-Christ.

16h15. Pause

16h30. De la Passion d’Arnoul Gréban à Maître Pierre Pathelin
Par Darwin Smith (université Paris I Panthéon-Sorbonne – CNRS)
Le développement des formes monumentales des mystères et moralités va de pair avec la multiplication des formes brèves du théâtre comique.
Maître Pierre Pathelin, première comédie avant Molière, fait exploser le cadre de la farce par une intrigue complexe et une mécanique dramatique horlogère, dont l’immense succès a laissé des traces dans la langue d’aujourd’hui : C’est lui tout craché ! Revenons à nos moutons !

17h30. Questions et conclusion de la journée

 

Campagne photographique à Chemillé, Maine-et-Loire (avril 2024)

L.-O. Crosland et J. Ledan en séance photo au cœur de l’église Notre-Dame de Chemillé (Cliché Ouest-France)

Actuellement étudiante en Master Mondes médiévaux, je prépare un mémoire sur Les peintures murales des XIIe et XIIIe siècles de l’église Notre-Dame de Chemillé.

 

Dans ce cadre et à la suite d’une première visite ayant eu pour but de cibler les informations nécessaires à l’étude archéographique et technique des peintures en mars 2024, j’ai pu accompagner Lisa-Oriane Crosland, photographe au CESCM, pendant 3 jours en avril 2024, à l’église romane Notre-Dame de Chemillé (Maine-et-Loire) pour couvrir une mission photographique de l’ensemble des peintures murales de l’édifice.

La campagne photographique réalisée a permis de capturer chacune des peintures de l’édifice. Ces photographies serviront à alimenter le fonds de la photothèque du CESCM et sa base de données ROMANE, ainsi qu’à la réalisation de photogrammétries des peintures de l’abside. Cette modélisation 3D sera sujette à une reprise post-terrain permettant de comprendre la superposition des différentes couches picturales, que j’exploiterai lors de ma deuxième année de Master.

Cliché L.-O. Crosland (CESCM – photothèque)

Dans ses parties les plus anciennes, l’église Notre-Dame date des XIe et XIIe siècles. De taille modeste, l’édifice actuel témoigne des nombreux remaniements architecturaux réalisés au cours du Moyen Âge puis à l’époque moderne. La nef charpentée est accompagnée d’un bas-côté nord unique. Elle est séparée de la croisée du transept par un arc triomphal sur lequel se déploie une peinture murale de l’Assomption de la Vierge réalisée au XIXe siècle. Une coupole sur pendentifs surplombe la croisée du transept. Chaque bras du transept est doté d’une absidiole, qui communiquent toutes deux directement avec le chœur, aspect singulier qui se retrouve dans peu d’églises d’Anjou. Voûtée en berceau légèrement brisé, l’abside est semi circulaire.

Différentes campagnes picturales ont été réalisées dans l’église Notre-Dame, dont la plus ancienne remonte au milieu ou troisième quart du XIIe siècle. Plusieurs campagnes se succèdent à la période médiévale. Le cul-de-four de l’abside est ainsi recouvert d’une Maiestas Domini. La voûte présente une scène d’adoration de l’Agneau par les Vieillards de l’Apocalypse. Un cycle lié aux Rois Mages est peint sur les murs nord et sud du chœur. Séparant l’abside de la croisée du transept, un calendrier des travaux des mois et du zodiaque est figuré. Plusieurs scènes viennent également orner les retombées de la coupole, comme le Baptême du Christ ou des représentations de figures hybrides. Sur les pendentifs de cette coupole, ce sont les Évangélistes écrivant qui sont représentés. Un cycle lié à la première croisade est réalisé dans le bras nord du transept.

L’ensemble des peintures murales de l’édifice a été restauré entre 2012 et 2019, dans le cadre d’un chantier mené par la DRAC des Pays-de-la-Loire[1]. Recouvertes sous un badigeon au XIXe siècle, les peintures ont été progressivement redécouvertes à partir des années 1960. Des sondages amateurs ont d’abord été réalisés sur les enduits, avant que des sondages professionnels ne soient mis en place. Historiquement, l’église Notre-Dame était une église paroissiale qui dépendait du prieuré Saint-Pierre de Chemillé, situé un peu plus au nord de la commune. Au XIXe siècle, une nouvelle église est construite à Chemillé : Notre-Dame-la-Neuve. L’église romane est donc peu à peu inutilisée. Aujourd’hui, Notre-Dame est un espace utilisé par la commune, la paroisse de Chemillé et l’Association du patrimoine chemillois.

La campagne photographique réalisée par Lisa-Oriane Crosland a donc permis de capturer chacune des peintures de l’édifice. Ces différents documents me seront très utiles dans le cadre de mes recherches de Master, travaillant actuellement sur l’iconographie de ces peintures, puis sur leur technique et leur style. Originaire de Cholet, je connaissais déjà cette église et ces peintures passionnantes, qui ont été l’objet de mon projet de recherche pour les candidatures de Master. Passer de longues heures face à ces peintures est donc toujours un grand plaisir.

Pour Jean-Claude Cailleau, président de l’Association du patrimoine chemillois, « cette présence et ce travail de chercheuses sont bien la démonstration s’il en était besoin que Chemillé dispose, avec cette église, d’un élément de patrimoine remarquable mais qui reste encore insuffisamment reconnu[2] ».


[1] L’atelier de Brice Moulinier a restauré la nef et le transept de l’édifice. L’atelier de Véronique Legoux a quant à lui travaillé dans le chœur de l’église.

[2] Jean-Marc Vacher, « Nouvelles recherches en l’église romane Notre-Dame de Chemillé », Ouest France, 23 avril 2024 [en ligne] https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/chemille-en-anjou-49120/nouvelles-recherches-en-leglise-romane-notre-dame-de-chemille-070a171c-fe27-11ee-a710-10bb548a1004

Création d’un atelier « Humanités numériques en pratique »

Les humanités numériques apportent aux médiévistes des outils de recherche nouveaux, utiles aussi bien pour rationaliser la gestion de nos documentations que pour explorer certaines hypothèses de travail. Aussi enthousiasmantes qu’elles soient, ces nouvelles possibilités requièrent un solide apprentissage : découverte des logiciels adaptés à son projet de recherche, modélisation des données, réflexions méthodologiques, analyse des résultats… Le chemin est long et parfois semé d’embûches !

L’atelier Humanités numériques en pratique propose de montrer comment débuter simplement. Son objectif est de permettre aux (jeunes) chercheurs du CESCM de partager leur expérience, pour favoriser le partage des bonnes pratiques et l’émergence d’une réflexion collective sur le sujet.

Les séances seront dans un premier temps consacrées aux bases de données relationnelles, et plus particulièrement à des projets réalisés avec Heurist. Pourquoi ce choix ? Heurist est un environnement de base de données développé à l’université de Sydney et soutenu en France par Huma-Num : il s’agit d’un outil très complet, pensé pour les chercheurs en sciences humaines, qui combine un gestionnaire de base de données (comme les logiciels propriétaires FileMaker ou Access) avec des outils de visualisation des résultats (carte, tableau de données, réseaux…). Simple d’utilisation, il a également l’avantage de reposer sur des technologies libres. Au sein du CESCM, il est utilisé pour le Corpus des inscriptions de la France médiévale et pour le projet ERC Graph-East. Il est également utilisé depuis 2021 par plusieurs étudiants du master Mondes médiévaux.

Base de données Heurist du projet ERC Graph-East

L’atelier se tiendra une fois par mois au Pôle documentaire. Ouvert à tous, il s’adresse en particulier aux étudiants et membres du CESCM.

La première séance a déjà eu lieu et a fait salle comble : elle coïncidait avec l’Atelier de la doc du 17 janvier 2023. Héloïse Dupin, étudiante en M2 Mondes médiévaux, a présenté sa base de données de recherche sur le chantier de construction de la fin du XIVe siècle au Palais des ducs de Poitiers. La démonstration a permis de monter à la fois le fonctionnement général d’Heurist, la réflexion lors de la conception de la base, et l’exploitation des résultats pour son mémoire. Cette présentation a été l’occasion de montrer comment associer des sources archéologiques et textuelles dans un même outil.

Variété des sources sur la construction médiévale (image : Héloïse Dupin)

La deuxième séance aura lieu le jeudi 23 février à 16h30. Elle sera animée par Damien Strzelecki, ancien M2 Mondes médiévaux et actuel Master 2 Histoire de l’art, patrimoine et musées. Il présentera la base de données Heurist qu’il a créée dans le cadre d’un stage pour le projet e-cclesia. Il s’agit de traiter de sources iconographiques et textuelles.

Miscellanea secundum usum ordinis Cluniacensis (vers 1200)
BnF, ms. lat. 17716, fol. 91 r° (Source : gallica.bnf.fr / BnF. Permalien)

La troisième séance aura lieu mardi 14 mars, à 16h30. Arthur Kemper, étudiant en M2 Mondes médiévaux, expliquera comment il a transformé un fichier Excel en base de données Heurist. Il s’agit cette fois-ci d’une recherche en littérature, avec une étude sur les fabliaux.

Pour tout renseignement vous pouvez contacter Manon Durier, par mail (manon.durier@univ-poitiers.fr) ou à son bureau S02 (CESCM, pôle documentaire).

La Bibliographie de civilisation médiévale (BCM) : l’outil indispensable pour sa recherche

La BCM est issue de la bibliographie papier publiée dans les Cahiers de civilisation médiévale entre 1958 et 2010. L’année 2010 marque la fin de la version papier. Initialement consacrée au Xe-XIIe siècle, comme les Cahiers, elle s’est étendue progressivement jusqu’à englober toute la période médiévale, incluant même l’Antiquité tardive. L’élargissement du champ chronologique de dépouillement de l’équipe du CESCM a ainsi permis l’intensification du service de presse pour des ouvrages qui sont indexés dans la BCM et transmis pour la plupart à la BU Michel Foucault.

Si le format papier s’est arrêté en 2010, la BCM a continué d’exister sous le format numérique. Depuis 1988 une base bibliographique informatisée existe et depuis 2004 une convention est signée avec l’éditeur Brepols pour développer la BCM en ligne.

L’lnternational Medieval Bibliography (IMB) a été fondée en 1967 avec le soutien de la Medieval Academy of America. Son équipe éditoriale est basée à l’université de Leeds. L’IMB a autour d’une trentaine d’équipes à travers le monde.

Par l’intermédiaire de Brepols, le CESCM a donc choisi de collaborer plus étroitement avec l’IMB pour partager le fruit des travaux menés dans deux projets spécifiques, mais néanmoins complémentaires. C’est pour cela qu’on parle souvent d’IMB/BCM, les deux équipes travaillant conjointement sur la même base de données.

Bien entendu cette fusion a nécessité l’adaptation de notre base de données à l’IMB afin de faire correspondre les deux classifications. Il a fallu travailler sur l’harmonisation des deux bases de données que cela passe par la langue, la hiérarchisation des mots-clefs. C’est en 2015 que cette étape a pris fin avec l’arrivée de la nouvelle base Brepols regroupant l’IMB, la BCM et l’IBHR. Elles sont hébergées sur la plateforme BREPOLIS qui comporte d’autres bases de données.

La BCM n’est pas qu’un listing des sorties récentes, mais reposent sur une indexation précise qui lui confère sa plus-value scientifique. L’indexation est l’opération qui consiste à décrire et à caractériser un document à l’aide de représentations des concepts contenus dans ce document, c’est-à-dire en transcrire en langage documentaire les concepts après les avoir extraits du document par une analyse.

Ces deux bases représentent actuellement presque 600 000 notices avec de nouveaux enregistrements ajoutés chaque année dans les mises à jour trimestrielles.

Comment accéder à la BCM :

 Se rendre sur odebu (https://odebuplus.univ-poitiers.fr/discovery/search?vid=33UDP_INST:33UDP) et s’identifier avec son compte lecteur.

Aller dans l’onglet « Ressources en ligne », sélectionner la catégorie Moyen Âge, puis Bibliographie de civilisation médiévale (BCM).

Sur cette nouvelle page cliquer sur la petite fenêtre « consulter » ce qui nous amène sur le portail Brepolis.

Dans la catégorie « Brepolis Medieval And Early Modern Bibliographies », cliquer sur « Bibliographie de Civilisation Médiévale ».

Quelques conseils d’utilisation afin d’effectuer sa recherche :

L’interface de la BCM est ergonomique et intuitive. Il est possible de choisir la langue de l’interface (anglais, français, italien, allemand et espagnol). Deux onglets sont disponibles pour effectuer sa recherche : recherche simple et recherche avancée

Recherche simple

Cet onglet dispose de deux catégories : recherche libre et recherche générale.

La recherche libre permet d’effectuer une recherche avec ses propres mots-clefs (figure historique, thématiques, événements …).

On peut également rechercher des ouvrages ou des articles par l’intermédiaire du nom d’un chercheur ou une chercheuse.

Exemple : stratégies matrimoniales

Le nombre de résultats s’affiche sur la droite. Il suffit de cliquer sur la case rechercher pour avoir la liste des références qui se présentent ainsi :

La recherche générale se réalise quant à elle par une sélection de termes prédéfinis. On peut choisir la discipline et/ou la zone géographique et/ou les siècles. Une fois les champs sélectionnés, utiliser le bouton Insérer/Fermer afin de les ajouter à votre recherche

Exemple : Si on veut avoir des références concernant les femmes lors des croisades du XIe-XIIe, on sélectionnera les termes : « Crusades » et « Etudes de genre » / Grèce et Proche-Orient / 11-12

On obtient ainsi un nombre limité de résultat, permettant d’avoir les notices les plus pertinentes possible.

Recherche avancée

L’onglet recherche avancée permet de combiner plusieurs critères et d’être encore plus précis dans sa recherche. On y retrouve notamment la recherche libre et la recherche générale. Les deux nouvelles rubriques sont la recherche bibliographique et la recherche thématique.

On peut effectuer une recherche bibliographique : par nom d’auteur et/ou par titre et/ou par langue et/ou par année de publication.

La rubrique la plus intéressante est la recherche thématique. Afin d’accéder à toutes les catégories qu’elle contient, cliquez sur « Possibilités de recherche supplémentaires ». Cette rubrique vous permet de naviguer au sein du thesaurus qui sert à l’indexation des notices en cliquant sur l’icône Parcourir se situant à la droite de chaque champ de recherche.

La première approche peut paraître compliquée et demande une certaine gymnastique mentale afin d’appréhender la logique du thesaurus. Néanmoins les résultats en valent la peine et permettent une recherche de grande précision. Ne vous découragez pas !

Vous retrouverez les catégories :

  • Tous les termes : permet de rechercher n’importe quel terme de l’index (Sujets, Manuscrits, Personnes, Familles, Textes et Lieux).
  • Sujet : index de termes plus spécifiques que les rubriques thématiques comprenant des termes concrets, mais aussi des termes abstraits

Exemple : on souhaite rechercher tous les résultats qui concernent les stratégies matrimoniales, mais aucun résultat ne s’affiche dans le thesaurus. Il faut redéfinir ce qu’on recherche : les stratégies matrimoniales concernent quel acte ? Le mariage. Là on trouve une catégorie « mariage » avec des sous-divisions et notamment celle qui nous intéresse « stratégies »

  • Manuscrits : ils sont répertoriés dans un ordre comprenant (1) le nom géographique du lieu de conservation, dans sa forme originale (ex : pour Nuremberg, chercher sous Nürnberg), (2) le nom de la bibliothèque, des archives ou du musée, également dans sa forme originale, (3) la cote utilisée par le lieu de conservation

Exemple : je travaille sur le manuscrit français fr.241 conservé à la BnF, je peux trouver ainsi toutes les références indexées dans la BCM/IMB qui concernent ce manuscrit précisément. Il me suffit de rentrer Paris, Bibliothèque nationale de France, fr.241 dans le champ de recherche

  • Personnes, familles, textes : on peut rechercher le nom d’individus ou de dynastie. Les noms des individus sont constitués de deux éléments, le nom propre et un descripteur qui définit le rôle de cette personne ou sa principale activité. Dans la mesure du possible, il faut privilégier la forme native (ex : pour Thomas d’Aquin, rechercher Tommaso d’Aquino). Si la personne n’apparaît pas, chercher en anglais (ex : Louis the Great, king of Hungary). Lorsque l’auteur d’une œuvre n’est pas connu, on peut rechercher le texte par son titre (ex : Sir Gawain and the Green Knight). Les personnes comme les œuvres peuvent comporter des subdivisions permettant ainsi de n’avoir que les ouvrages et/ou articles s’intéressant à une thématique précise vis-à-vis du personnage qui nous intéresse (ex : Tommaso d’Aquino – negative theology). Attention la recherche des subdivisions se réalise en anglais.

  • Lieux : ils sont classés en ordre hiérarchique contenant l’un ou plusieurs des éléments suivant : (1) une des quinze zones géographiques principales ; (2) une unité politique moderne – normalement un Etat ; (3) la division administrative (par exemple département, province, land) ; (4) le nom des villes ou villages, dans leur forme officielle moderne (en Europe) ou dans leur forme historique médiévale ; (5) une subdivision de villes ou villages, comme un emplacement, un édifice, ou un thème

Exemple : si je réalise une recherche sur l’église Saint-Hilaire de Poitiers

Quelques astuces !

Vous n’arrivez pas à réaliser votre recherche et vous êtes perdus dans la BCM, pas d’inquiétude l’équipe est là pour vous venir en aide. Deux possibilités : vous pouvez venir nous voir directement à notre bureau situé au 1er étage du CESCM, bureau 107 ou bien nous écrire à cette adresse : philippe.paquant@univ-poitiers.fr

On vous aidera à réaliser votre recherche tout en vous redonnant des conseils et explications afin de naviguer au mieux au sein de la BCM.

Tous les outils sont bons afin de réaliser sa veille documentaire. Savez-vous que les Cahiers de civilisation médiévale mettez en ligne la liste de tous les ouvrages reçus en service presse ? Tout se trouve ici : https://ccm.cnrs.fr/ dans l’onglet « service presse > liste des ouvrages reçus en service presse ». Vous y trouverez la liste de tous les ouvrages reçus en service presse par notre service avec un lien renvoyant sur la page des éditeurs fournissant différentes informations pour savoir si l’ouvrage peut vous intéresser (résumé, mots-clefs, table des matières …). À chaque début de mois les ouvrages du mois précédents sont rajoutés, vous permettant d’être au courant des dernières sorties.

Pore Caitif. A Middle English manual of religion and devotion

Pore Caitif. A Middle English Manual of Religion and Devotion

K. Moreau-Guibert Ɨ

Turnhout: Brepols, 2019

Textes vernaculaires du Moyen Âge (TVMA 24)

ISBN: 978-2-503-58293-1. – 296 p.

 
 
Voir le site de l’éditeur ICI
 
The first critical edition of a well-known text of considerable importance, eagerly awaited.
 
Karine Moreau-Guibert was senior lecturer in English, University of Poitiers and CESCM (Poitiers)

 

Table of Contents

Abbreviations and symbols
Abbreviations and short titles
Symbols

Preface

General introduction
Manuscripts
Identification of the Pore Caitif
The various forms of the text

The transmission of the text
Which edition? The adopted method
Textual collation and selection
Selected manuscripts and base text

Critical Edition
Editorial procedures and conventions
Description of the manuscripts
Text

Glossary
Keys

Appendices
Explanatory notes on text and emendations
Index Nominum
Reference composite text

Bibliography
Primary sources
Secondary Sources
Electronic resources