Archives de catégorie : Billets

La Chine à l’honneur au CESCM

HUANG Yanhong et son épouse HU Wei sont chercheurs invités  au CESCM, de juin à novembre 2017. Yanhong vient de l’Institut d’histoire Mondial de l’Académie chinoise des Sciences Sociales et ses domaines de recherches comprennent l’Ancien Régime, la France médiévale et l’historiographie française. Il a publié une monographie sur les privilèges fiscaux de France au XVIIIe siècle et traduit une dizaine d’ouvrages historiques français et anglais. Cette interview montre que son réel intérêt va vers l’histoire du Moyen Âge. Une passion partagée avec son épouse Wei, qui se spécialise dans la littérature médiévale et renaissance et prépare une thèse à l’université d’Harvard.

Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM

Pourquoi avoir choisi de venir au CESCM et à Poitiers ?

Yanhong : J’ai accepté un gros travail en lisant Georges Duby et je fais des recherches à son sujet ; un article de Martin Aurell, qui a été son élève, a retenu mon attention. Je lui ai écrit pour lui présenter mon projet de recherche et il nous a invités. C’est comme ça que nous sommes entrés en contact.

Poitiers est une ville très connue parmi les historiens chinois et même les lycéens, avec 2 dates capitales indiquées dans nos manuels scolaires : 732 et 1356.

Wei : quant à moi c’est le comte du Poitou, Guillaume IX d’Aquitaine qui fait lieu de référence pour Poitiers, et aussi le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie.

Yanhong : la France est un pays très « centraliste »  et on parle toujours de Paris : Poitiers a le grand intérêt de n’être pas Paris, de se situer à la charnière entre le nord et le sud.

Wei : Oui, nous voulions connaître la « Douce France »  comme on dit dans la Chanson de Roland.

Quel est justement votre projet de recherche ?

Yanhong : en fait j’ai 3 projets : 1/ la rédaction de l’histoire capétienne en 300 pages environ en chinois, ce qui est conséquent dans notre langue. 2/ j’écris un article sur un grand débat historiographique au sujet de « la mutation de l’an mil » à partir de l’ouvrage de Georges Duby : je veux présenter et analyser le débat qui a lieu autour. 3/ Je souhaite aussi faire une synthèse sur les ouvrages de G. Duby, cela nécessite beaucoup de travail et de lecture, de recherches et de consultations d’archives. Ici, on a la possibilité de consulter beaucoup de livres précieux, qui sont inaccessibles en Chine.

Wei : Mes recherches portent sur les romans et l’hagiographie du XIIIe siècle. Je travaille aussi sur le renouvellement de l’intérêt pour le Moyen Âge dans la littérature du XIXe siècle. Une fois en France, on découvre les recherches françaises, et on gagne une perspective plus ouverte que celle plus limitée des écrits anglophones. La bibliothèque universitaire est magnifique, et je suis impressionnée par la collection médiévale de la bibliothèque municipale.

Que vous apporte cette expérience à Poitiers ?

Yanhong : je trouve l’atmosphère très bonne, une grande hospitalité, on se sent comme dans une famille et c’est agréable de voir autant d’activités académiques.

Wei : c’est très émouvant pour nous de voir et réfléchir comment les français ont laborieusement sauvegardé leur patrimoine et préservé leur domaines historiques, et fait avancer les recherches historiques. Les étudiants inscrits dans le programme médiéval sont nombreux.

Yanhong : les conditions de vie et de recherches à Poitiers sont très bonnes et nous espérons vraiment revenir.

 

[22 novembre 2014] Excursion pédagogique en Touraine (Janua)

Excursion pédagogique en Touraine : Evena, abbaye de Marmoutier, Tours

Organisée par Janua, association des étudiants en master et doctorat du CESM et Herma.

 Samedi 22 novembre 2014

Gratuit pour les membres de Janua (adhésion annuelle de 3€) : transport et repas intégralement pris en charge

Inscriptions et informations : association.janua@gmail.comMarmoutier_500-a0516


Programme de la journée

Visite d’Evena (Esvres-sur-Indre), une agglomération d’origine protohistorique occupée principalement à la période gallo-romaine, qui nous sera présentée par Jean-Philippe Chimier (archéologue Inrap, laboratoire LAT, Université de Tours) en charge de l’évaluation archéologique du site depuis 2011.

Visite du site de l’abbaye de Marmoutier, deuxième communauté monastique de Gaule, où des recherches archéologiques sont conduites depuis 2004 par Elisabeth Lorans (professeure d’archéologie médiévale, Université de Tours). Le site nous sera présenté par deux de ses anciennes élèves : Emeline Marot, jeune docteure en archéologie médiévale et Emmanuelle Guinehut, diplômée d’un master recherche en archéologie médiévale.

– Pause déjeuner, dans un restaurant de Tours

Présentation des centres historiques de la ville de Tours par Emeline Marot

Séance publique consacrée à une monographie collective au Musée de Cluny à Paris (8 octobre 2014)

Séance publique consacrée à une monographie collective au Musée de Cluny à Paris (8 octobre 2014) : La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Enquêtes croisées, sous la direction de Claude Andrault-Schmitt.

Enquêtes croisées Les Amis du Musée de Cluny à Paris organisaient, mercredi 8 octobre 2014 à 18h30, une séance présentant l’ouvrage dirigé par Claude Andrault-Schmitt relatif à la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, paru en 2013 aux éditions Geste1. Ce rendez-vous s’est déroulé en la salle Notre-Dame, au sein de cette institution culturelle parisienne chère aux médiévistes. Devant un auditoire constitué d’une quarantaine de personnes, Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté et à l’École des Chartes, a dirigé la rencontre pendant une heure.

La lecture de cette monographie permet de connaître dans les détails de nombreux aspects de cet emblématique monument poitevin à l’époque gothique. L’ouvrage est le fruit d’une œuvre collective de vingt-six auteurs, et c’est ce qui forme le caractère innovant de cette importante entreprise scientifique et éditoriale aux multiples approches et domaines. L’objectif de la soirée était de savoir comment consacrer collectivement et avec succès un ouvrage à un édifice, en l’occurrence ici une cathédrale conçue et construite au Moyen Age. Philippe Plagnieux a précisé que ce n’était pas la première fois qu’une équipe pluridisciplinaire était constituée pour créer cet apport scientifique sur ce type de monument. Mais il a estimé que ce travail scientifique orchestré par Claude Andrault-Schmitt sur la cathédrale de Poitiers est un véritable dialogue entre tous les auteurs de ce livre qui ont œuvré collectivement, en s’échangeant les résultats de leurs travaux respectifs sur l’édifice. Le lecteur passe aisément d’un chapitre à l’autre grâce aux transitions réalisées de façon claire et pertinente. Trois invités ont ensuite présenté successivement le livre : sa coordinatrice, une spécialiste de l’histoire de l’art médiéval qui a contribué à sa rédaction et un conservateur du patrimoine ayant consacré un ouvrage à la cathédrale de Bourges.

Invitée à s’exprimer, Claude Andrault-Schmitt a précisé que le travail interdisciplinaire en équipe existe depuis longtemps au Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM) de Poitiers. Cette réflexion collective a déjà été entreprise au sein de l’ouvrage qu’elle a codirigé avec Marie-Thérèse Camus concernant l’église Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, publié à Paris par Picard en 20022, en lien avec le CESCM. Elle estime que si la monographie collective est un idéal, ce type de travail ne peut pas être réalisé pour toutes les cathédrales françaises (c’est le cas notamment pour celle de Reims) et il ne permet pas d’être exhaustif.

Précisant au public que le CESCM est spécialisé dans le recensement et l’étude des inscriptions médiévales en France, Claude Andrault-Schmitt a cependant indiqué qu’il n’existe aucun document original relatant la construction de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Des marqueurs temporels ont néanmoins été retrouvés sur le bâtiment en lui-même. Ainsi, la clé de la première voûte achevée portant la date de 1167, cette datation permet de savoir que les fondations du monument ont été posées environ douze ans auparavant (en se référant à ce qui se passe pour d’autres cathédrales au même moment), c’est-à-dire vers 1155. L’important contexte intellectuel de l’époque de son édification est notamment illustré par les évêques poitevins Gilbert de La Porrée (1142-1162) puis son successeur Jean de Canterbury dit Bellesmains (1162-1182). Les marques sur les pierres et les charpentes, notamment celles laissées par les outils, mais aussi les inscriptions peintes, sont multiples. L’iconographie de la cathédrale est d’ailleurs très riche et variée. Une fouille archéologique complète des combles a été entreprise pour la première fois. Plusieurs découvertes importantes ont été réalisées à partir des nombreux clichés réalisés au cours de ce labeur qui a duré cinq ans (de 2008 à 2013). Durant cette période, les chercheurs ont régulièrement discuté entre eux sur l’avancement de leurs travaux respectifs sur l’édifice, et des bilans d’étapes consacrés à ce sujet ont été présentés à Poitiers lors de manifestations scientifiques ou de conférences destinées à un plus large public.

Cliché E. Avril/CESCM
Cliché E. Avril/CESCM  

L’intervention de Claude Andrault-Schmitt était illustrée par de nombreux clichés et par la table des matières de l’ouvrage. Nous nous permettons de rappeler ici l’interview de Claude Andrault-Schmitt réalisée par Vanessa Ernst-Maillet, pour les carnets du CESCM, lors de la parution de l’ouvrage en décembre dernier.

La parole a ensuite été donnée à Éliane Vergnolle, professeur honoraire d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté. Cette spécialiste de l’art roman en France a consacré un important ouvrage publié aux éditions Flammarion à Paris en 19983. Dans le livre dirigé par Claude Andrault-Schmitt, elle est l’auteur d’une contribution très synthétique de quatre pages sur la taille des pierres de la cathédrale de Poitiers. Il est impossible d’avoir une analyse complète de cet aspect pour tout le monument, étant donné sa taille. Aucune évolution dans les techniques de taille de pierre ne peut être observée pendant toute la durée du chantier, c’est-à-dire au cours de plusieurs siècles. Le monument présente un important aspect homogène qui est un choix de l’architecte initial. La pierre a été extraite des carrières entourant la ville. Éliane Vergnolle a été très heureuse d’être associée à cet ouvrage. Le mode de travail en équipe était vraiment inédit dans cette ampleur grâce à ses membres dynamiques et soudés. Jeunes chercheurs et chercheurs confirmés ont pu s’exprimer sur un pied d’égalité, ce qui était très stimulant. Les discussions entre eux ont été fructueuses.

Béatrice de Chancel s’est ensuite exprimée. Conservateur du patrimoine, actuelle pensionnaire à l’Institut National d’Histoire de l’Art, elle a réalisé une monographie sur la cathédrale Saint-Etienne de Bourges, publiée en 2008 aux éditions Faton à Dijon sous forme de dictionnaire4. Seul auteur à l’écrire, elle a présenté son ouvrage comme elle le souhaitait. Elle salue l’approche pluridisciplinaire mise en place pour le livre sur la cathédrale de Poitiers, soulignant l’intervention de la DRAC et des Monuments historiques, et des différents spécialistes qui ont tous contribué au succès de ce travail.

Plusieurs questions ont ensuite été posées. Claude Andrault-Schmitt a notamment répondu qu’aucune étude ne peut plus être faite sur les objets médiévaux de la cathédrale de Poitiers. Ceux-ci ont en effet été détruits par les troupes protestantes qui ont occupé la ville au cours du printemps puis de l’été 1562. Ils sont seulement connus par le procès-verbal les recensant, lequel a été dressé après le départ des soldats huguenots. Richesse pour l’historien, ce document a été conservé.

Il s’agissait de la deuxième manifestation organisée par les Amis du Musée de Cluny en ce début d’année à propos de cet ouvrage pour lequel Claude Andrault-Schmitt a reçu le prix spécial du jury La Dame à la Licorne ; il lui a été remis le 23 septembre au sein du même lieu. Une présentation des résultats des fouilles archéologiques en cours à Poitiers suivra, le 11 février prochain. Ces événements contribuent à présenter le riche passé médiéval de la cité pictave au public parisien.

 

 

  1. ANDRAULT-SCHMITT, Cl., La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers : enquêtes croisées, la Crèche, Geste éditions, 2013, 407 p. []
  2. CAMUS M.-Th., ANDRAULT-SCHMITT Cl., Notre-Dame-la-Grande de Poitiers : l’oeuvre romane, Paris-Poitiers, Picard-CESCM-Univ. de Poitiers, 2002, 344 p. []
  3. VERGNOLLE É, L’art roman en France : architecture, sculpture, peinture, Paris, Flammarion, 1998, 383 p. []
  4. CHANCEL-BARTHELOT, B. de, Dictionnaire de la cathédrale de Bourges : suivi d’un répertoire des saints dans la cathédrale, Dijon, Faton, 20087, 239 p. []

A Perfect Opportunity for a Perfect End to a Year in Medieval Poitiers

As my days at the University of Poitiers drew to a close, I was determined to make the most of the last weeks of my Year Abroad in France. During my course, I was lucky enough to have translation classes with Stephen Morrison, a researcher specialising in the medieval period and director of the Centre for Medieval Studies in Poitiers (CESCM). I began speaking to him about my course at Birmingham and my interest in medieval art history and, then later, about possible work experience at the research centre. I am grateful for all his efforts, as in June I began work at the centre’s journal, the Cahiers de civilisation médiévale.

The Cahiers de civilisation médiévale, where I worked under the direction of editor Blaise Royer.
The Cahiers de civilisation médiévale, where I worked under the direction of editor Blaise Royer.

The journal began in 1958 and covers a variety of areas including philosophy, art history, literature, and musicology. It aims to bring together summaries of topics that deepen understanding in medieval civilisation and articles are submitted by researchers from all over the world. The articles include a short summary abstract in English, and literature reviews were also often published in both English and French. I was therefore given a range of pieces to translate, which was not only brilliant practice for my French but allowed me to learn about subjects I had never come across before such as the celtic ‘evil eye’ which cropped up while translating a review of a work by Jacqueline Borsje. Some of the texts tackled extremely specific areas of the early medieval period so there were sentences that I did not even understand in English! However, in the three weeks that I was there I did manage to translate substantial amounts of text. I was able to develop my translation skills immensely as I had to work around difficult sections to be able to communicate their broader sense.

It was very fortunate that the weeks I spent at the journal coincided with the annual conference held by the centre, the Semaines d’études médiévales in which students from many different countries flock to Poitiers to hear speakers present a variety of papers. I was very kindly invited by Blaise Royer and the team to attend the opening lecture by Piotr Skubiszewski from the University of Warsaw on a manuscript found in Poitiers and the tradition of author ‘portraits’. Back at the journal, the team took a lot of interest in my own studies, for example I was able to attend the lecture by Stephen Morrison the topic of which was relevant to my own dissertation project, an early fifteenth-century tomb in Canterbury Cathedral. I gained an insight into the Lollard movement whilst also practising my French! I could not have asked for more.

A flyer presents the conference, detailing the great international presence among the speakers.
A flyer presents the conference, detailing the great international presence among the speakers.

The three weeks spent at the journal were often overwhelming as the team were working on lots of  different projects . As well as translation, I gained experience in the digitisation of previous issues of the journal and the translation of searchable terms for the Brepols database of the International Medieval Bibliography which is primarily linked to the University of Leeds. I worked with Karine Corre who looks after the indexation of books for the development of the database. It is a mammoth task with hundreds of books being sent in. I often felt sorry for her as I entered the office in the morning to find her surrounded by piles of yet more new books! I was also given access to the database so I could use it for my own research. Karine Corre was extremely helpful and we found several very promising articles for my dissertation.

The site of the CESCM, Hôtel Berthelot (although due to building works the team at the journal were relocated, so I spent my time in a much less picturesque university building!)
The site of the CESCM, Hôtel Berthelot (although due to building works the team at the journal were relocated, so I spent my time in a much less picturesque university building!)

After finishing exams and feeling like my year abroad was fading away, work experience at the Cahiers was a brilliant insight into the world of medieval research and the demands of translation. The team were extremely welcoming and enabled my year abroad to be more than lessons at the University, but a full experience in the medieval world of the CESCM.

Inscription au master Civilisation antique et médiévale (Université de Poitiers – CESCM/HeRMA)

La spécialité Civilisation antique et médiévale est un master recherche qui s’articule en deux années, comportant chacune des enseignements, la rédaction d’un mémoire de recherche (TER), et un stage, facultatif en Master 1, obligatoire en Master 2.
L’inscription administrative est conditionnée à la définition d’un projet de recherche validé par un enseignant-chercheur de l’Université de Poitiers.

SHA/Université de Poitiers
SHA/Université de Poitiers

Réunion de rentrée le mardi 2 septembre en amphi Bourdieu :
– 14h-15h30 pour les M1
– 15h30-16h30 pour les M2

 

L’admission directe en 2e année de master est possible pour les étudiants ayant obtenu une 1ère année de master dans une autre université, après examen de leur dossier.

Ce Master est ouvert également aux étudiants de l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Poitiers.

Laboratoires de recherche : équipe HeRMA et laboratoire CESCM

Lien vers les Modalités et dossier d’inscription, programmes des enseignement et contacts