Archives de catégorie : Billets

La Bibliographie de civilisation médiévale (BCM) : l’outil indispensable pour sa recherche

La BCM est issue de la bibliographie papier publiée dans les Cahiers de civilisation médiévale entre 1958 et 2010. L’année 2010 marque la fin de la version papier. Initialement consacrée au Xe-XIIe siècle, comme les Cahiers, elle s’est étendue progressivement jusqu’à englober toute la période médiévale, incluant même l’Antiquité tardive. L’élargissement du champ chronologique de dépouillement de l’équipe du CESCM a ainsi permis l’intensification du service de presse pour des ouvrages qui sont indexés dans la BCM et transmis pour la plupart à la BU Michel Foucault.

Si le format papier s’est arrêté en 2010, la BCM a continué d’exister sous le format numérique. Depuis 1988 une base bibliographique informatisée existe et depuis 2004 une convention est signée avec l’éditeur Brepols pour développer la BCM en ligne.

L’lnternational Medieval Bibliography (IMB) a été fondée en 1967 avec le soutien de la Medieval Academy of America. Son équipe éditoriale est basée à l’université de Leeds. L’IMB a autour d’une trentaine d’équipes à travers le monde.

Par l’intermédiaire de Brepols, le CESCM a donc choisi de collaborer plus étroitement avec l’IMB pour partager le fruit des travaux menés dans deux projets spécifiques, mais néanmoins complémentaires. C’est pour cela qu’on parle souvent d’IMB/BCM, les deux équipes travaillant conjointement sur la même base de données.

Bien entendu cette fusion a nécessité l’adaptation de notre base de données à l’IMB afin de faire correspondre les deux classifications. Il a fallu travailler sur l’harmonisation des deux bases de données que cela passe par la langue, la hiérarchisation des mots-clefs. C’est en 2015 que cette étape a pris fin avec l’arrivée de la nouvelle base Brepols regroupant l’IMB, la BCM et l’IBHR. Elles sont hébergées sur la plateforme BREPOLIS qui comporte d’autres bases de données.

La BCM n’est pas qu’un listing des sorties récentes, mais reposent sur une indexation précise qui lui confère sa plus-value scientifique. L’indexation est l’opération qui consiste à décrire et à caractériser un document à l’aide de représentations des concepts contenus dans ce document, c’est-à-dire en transcrire en langage documentaire les concepts après les avoir extraits du document par une analyse.

Ces deux bases représentent actuellement presque 600 000 notices avec de nouveaux enregistrements ajoutés chaque année dans les mises à jour trimestrielles.

Comment accéder à la BCM :

 Se rendre sur odebu (https://odebuplus.univ-poitiers.fr/discovery/search?vid=33UDP_INST:33UDP) et s’identifier avec son compte lecteur.

Aller dans l’onglet « Ressources en ligne », sélectionner la catégorie Moyen Âge, puis Bibliographie de civilisation médiévale (BCM).

Sur cette nouvelle page cliquer sur la petite fenêtre « consulter » ce qui nous amène sur le portail Brepolis.

Dans la catégorie « Brepolis Medieval And Early Modern Bibliographies », cliquer sur « Bibliographie de Civilisation Médiévale ».

Quelques conseils d’utilisation afin d’effectuer sa recherche :

L’interface de la BCM est ergonomique et intuitive. Il est possible de choisir la langue de l’interface (anglais, français, italien, allemand et espagnol). Deux onglets sont disponibles pour effectuer sa recherche : recherche simple et recherche avancée

Recherche simple

Cet onglet dispose de deux catégories : recherche libre et recherche générale.

La recherche libre permet d’effectuer une recherche avec ses propres mots-clefs (figure historique, thématiques, événements …).

On peut également rechercher des ouvrages ou des articles par l’intermédiaire du nom d’un chercheur ou une chercheuse.

Exemple : stratégies matrimoniales

Le nombre de résultats s’affiche sur la droite. Il suffit de cliquer sur la case rechercher pour avoir la liste des références qui se présentent ainsi :

La recherche générale se réalise quant à elle par une sélection de termes prédéfinis. On peut choisir la discipline et/ou la zone géographique et/ou les siècles. Une fois les champs sélectionnés, utiliser le bouton Insérer/Fermer afin de les ajouter à votre recherche

Exemple : Si on veut avoir des références concernant les femmes lors des croisades du XIe-XIIe, on sélectionnera les termes : « Crusades » et « Etudes de genre » / Grèce et Proche-Orient / 11-12

On obtient ainsi un nombre limité de résultat, permettant d’avoir les notices les plus pertinentes possible.

Recherche avancée

L’onglet recherche avancée permet de combiner plusieurs critères et d’être encore plus précis dans sa recherche. On y retrouve notamment la recherche libre et la recherche générale. Les deux nouvelles rubriques sont la recherche bibliographique et la recherche thématique.

On peut effectuer une recherche bibliographique : par nom d’auteur et/ou par titre et/ou par langue et/ou par année de publication.

La rubrique la plus intéressante est la recherche thématique. Afin d’accéder à toutes les catégories qu’elle contient, cliquez sur « Possibilités de recherche supplémentaires ». Cette rubrique vous permet de naviguer au sein du thesaurus qui sert à l’indexation des notices en cliquant sur l’icône Parcourir se situant à la droite de chaque champ de recherche.

La première approche peut paraître compliquée et demande une certaine gymnastique mentale afin d’appréhender la logique du thesaurus. Néanmoins les résultats en valent la peine et permettent une recherche de grande précision. Ne vous découragez pas !

Vous retrouverez les catégories :

  • Tous les termes : permet de rechercher n’importe quel terme de l’index (Sujets, Manuscrits, Personnes, Familles, Textes et Lieux).
  • Sujet : index de termes plus spécifiques que les rubriques thématiques comprenant des termes concrets, mais aussi des termes abstraits

Exemple : on souhaite rechercher tous les résultats qui concernent les stratégies matrimoniales, mais aucun résultat ne s’affiche dans le thesaurus. Il faut redéfinir ce qu’on recherche : les stratégies matrimoniales concernent quel acte ? Le mariage. Là on trouve une catégorie « mariage » avec des sous-divisions et notamment celle qui nous intéresse « stratégies »

  • Manuscrits : ils sont répertoriés dans un ordre comprenant (1) le nom géographique du lieu de conservation, dans sa forme originale (ex : pour Nuremberg, chercher sous Nürnberg), (2) le nom de la bibliothèque, des archives ou du musée, également dans sa forme originale, (3) la cote utilisée par le lieu de conservation

Exemple : je travaille sur le manuscrit français fr.241 conservé à la BnF, je peux trouver ainsi toutes les références indexées dans la BCM/IMB qui concernent ce manuscrit précisément. Il me suffit de rentrer Paris, Bibliothèque nationale de France, fr.241 dans le champ de recherche

  • Personnes, familles, textes : on peut rechercher le nom d’individus ou de dynastie. Les noms des individus sont constitués de deux éléments, le nom propre et un descripteur qui définit le rôle de cette personne ou sa principale activité. Dans la mesure du possible, il faut privilégier la forme native (ex : pour Thomas d’Aquin, rechercher Tommaso d’Aquino). Si la personne n’apparaît pas, chercher en anglais (ex : Louis the Great, king of Hungary). Lorsque l’auteur d’une œuvre n’est pas connu, on peut rechercher le texte par son titre (ex : Sir Gawain and the Green Knight). Les personnes comme les œuvres peuvent comporter des subdivisions permettant ainsi de n’avoir que les ouvrages et/ou articles s’intéressant à une thématique précise vis-à-vis du personnage qui nous intéresse (ex : Tommaso d’Aquino – negative theology). Attention la recherche des subdivisions se réalise en anglais.

  • Lieux : ils sont classés en ordre hiérarchique contenant l’un ou plusieurs des éléments suivant : (1) une des quinze zones géographiques principales ; (2) une unité politique moderne – normalement un Etat ; (3) la division administrative (par exemple département, province, land) ; (4) le nom des villes ou villages, dans leur forme officielle moderne (en Europe) ou dans leur forme historique médiévale ; (5) une subdivision de villes ou villages, comme un emplacement, un édifice, ou un thème

Exemple : si je réalise une recherche sur l’église Saint-Hilaire de Poitiers

Quelques astuces !

Vous n’arrivez pas à réaliser votre recherche et vous êtes perdus dans la BCM, pas d’inquiétude l’équipe est là pour vous venir en aide. Deux possibilités : vous pouvez venir nous voir directement à notre bureau situé au 1er étage du CESCM, bureau 107 ou bien nous écrire à cette adresse : philippe.paquant@univ-poitiers.fr

On vous aidera à réaliser votre recherche tout en vous redonnant des conseils et explications afin de naviguer au mieux au sein de la BCM.

Tous les outils sont bons afin de réaliser sa veille documentaire. Savez-vous que les Cahiers de civilisation médiévale mettez en ligne la liste de tous les ouvrages reçus en service presse ? Tout se trouve ici : https://ccm.cnrs.fr/ dans l’onglet « service presse > liste des ouvrages reçus en service presse ». Vous y trouverez la liste de tous les ouvrages reçus en service presse par notre service avec un lien renvoyant sur la page des éditeurs fournissant différentes informations pour savoir si l’ouvrage peut vous intéresser (résumé, mots-clefs, table des matières …). À chaque début de mois les ouvrages du mois précédents sont rajoutés, vous permettant d’être au courant des dernières sorties.

Pore Caitif. A Middle English manual of religion and devotion

Pore Caitif. A Middle English Manual of Religion and Devotion

K. Moreau-Guibert Ɨ

Turnhout: Brepols, 2019

Textes vernaculaires du Moyen Âge (TVMA 24)

ISBN: 978-2-503-58293-1. – 296 p.

 
 
Voir le site de l’éditeur ICI
 
The first critical edition of a well-known text of considerable importance, eagerly awaited.
 
Karine Moreau-Guibert was senior lecturer in English, University of Poitiers and CESCM (Poitiers)

 

Table of Contents

Abbreviations and symbols
Abbreviations and short titles
Symbols

Preface

General introduction
Manuscripts
Identification of the Pore Caitif
The various forms of the text

The transmission of the text
Which edition? The adopted method
Textual collation and selection
Selected manuscripts and base text

Critical Edition
Editorial procedures and conventions
Description of the manuscripts
Text

Glossary
Keys

Appendices
Explanatory notes on text and emendations
Index Nominum
Reference composite text

Bibliography
Primary sources
Secondary Sources
Electronic resources

[8 oct. 2019] Conférence de Vardit Shotten-Hallel

Conférence par Vardit Shotten-Hallel (Israel Antiquities), organisée dans le cadre du master Mondes médiévaux, sous la coordination de Nicolas Prouteau (CESCM).
Medieval architecture and archeology in Israel: recent developments

 

Date : mardi 8 octobre 2019 – 16h / 18h

Lieu : Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet, 24 rue de la chaîne – Bât. E13

Conférence organisée dans le cadre du séminaire de master 2 Archéologie médiévale (master Mondes médiévaux – Université de Poitiers), coordonné par Nicolas Prouteau (CESCM).
Ouvert à tous les étudiants

[22 novembre 2014] Excursion pédagogique en Touraine (Janua)

Excursion pédagogique en Touraine : Evena, abbaye de Marmoutier, Tours

Organisée par Janua, association des étudiants en master et doctorat du CESM et Herma.

 Samedi 22 novembre 2014

Gratuit pour les membres de Janua (adhésion annuelle de 3€) : transport et repas intégralement pris en charge

Inscriptions et informations : association.janua@gmail.comMarmoutier_500-a0516


Programme de la journée

Visite d’Evena (Esvres-sur-Indre), une agglomération d’origine protohistorique occupée principalement à la période gallo-romaine, qui nous sera présentée par Jean-Philippe Chimier (archéologue Inrap, laboratoire LAT, Université de Tours) en charge de l’évaluation archéologique du site depuis 2011.

Visite du site de l’abbaye de Marmoutier, deuxième communauté monastique de Gaule, où des recherches archéologiques sont conduites depuis 2004 par Elisabeth Lorans (professeure d’archéologie médiévale, Université de Tours). Le site nous sera présenté par deux de ses anciennes élèves : Emeline Marot, jeune docteure en archéologie médiévale et Emmanuelle Guinehut, diplômée d’un master recherche en archéologie médiévale.

– Pause déjeuner, dans un restaurant de Tours

Présentation des centres historiques de la ville de Tours par Emeline Marot

Séance publique consacrée à une monographie collective au Musée de Cluny à Paris (8 octobre 2014)

Séance publique consacrée à une monographie collective au Musée de Cluny à Paris (8 octobre 2014) : La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Enquêtes croisées, sous la direction de Claude Andrault-Schmitt.

Enquêtes croisées Les Amis du Musée de Cluny à Paris organisaient, mercredi 8 octobre 2014 à 18h30, une séance présentant l’ouvrage dirigé par Claude Andrault-Schmitt relatif à la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, paru en 2013 aux éditions Geste1. Ce rendez-vous s’est déroulé en la salle Notre-Dame, au sein de cette institution culturelle parisienne chère aux médiévistes. Devant un auditoire constitué d’une quarantaine de personnes, Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté et à l’École des Chartes, a dirigé la rencontre pendant une heure.

La lecture de cette monographie permet de connaître dans les détails de nombreux aspects de cet emblématique monument poitevin à l’époque gothique. L’ouvrage est le fruit d’une œuvre collective de vingt-six auteurs, et c’est ce qui forme le caractère innovant de cette importante entreprise scientifique et éditoriale aux multiples approches et domaines. L’objectif de la soirée était de savoir comment consacrer collectivement et avec succès un ouvrage à un édifice, en l’occurrence ici une cathédrale conçue et construite au Moyen Age. Philippe Plagnieux a précisé que ce n’était pas la première fois qu’une équipe pluridisciplinaire était constituée pour créer cet apport scientifique sur ce type de monument. Mais il a estimé que ce travail scientifique orchestré par Claude Andrault-Schmitt sur la cathédrale de Poitiers est un véritable dialogue entre tous les auteurs de ce livre qui ont œuvré collectivement, en s’échangeant les résultats de leurs travaux respectifs sur l’édifice. Le lecteur passe aisément d’un chapitre à l’autre grâce aux transitions réalisées de façon claire et pertinente. Trois invités ont ensuite présenté successivement le livre : sa coordinatrice, une spécialiste de l’histoire de l’art médiéval qui a contribué à sa rédaction et un conservateur du patrimoine ayant consacré un ouvrage à la cathédrale de Bourges.

Invitée à s’exprimer, Claude Andrault-Schmitt a précisé que le travail interdisciplinaire en équipe existe depuis longtemps au Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM) de Poitiers. Cette réflexion collective a déjà été entreprise au sein de l’ouvrage qu’elle a codirigé avec Marie-Thérèse Camus concernant l’église Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, publié à Paris par Picard en 20022, en lien avec le CESCM. Elle estime que si la monographie collective est un idéal, ce type de travail ne peut pas être réalisé pour toutes les cathédrales françaises (c’est le cas notamment pour celle de Reims) et il ne permet pas d’être exhaustif.

Précisant au public que le CESCM est spécialisé dans le recensement et l’étude des inscriptions médiévales en France, Claude Andrault-Schmitt a cependant indiqué qu’il n’existe aucun document original relatant la construction de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Des marqueurs temporels ont néanmoins été retrouvés sur le bâtiment en lui-même. Ainsi, la clé de la première voûte achevée portant la date de 1167, cette datation permet de savoir que les fondations du monument ont été posées environ douze ans auparavant (en se référant à ce qui se passe pour d’autres cathédrales au même moment), c’est-à-dire vers 1155. L’important contexte intellectuel de l’époque de son édification est notamment illustré par les évêques poitevins Gilbert de La Porrée (1142-1162) puis son successeur Jean de Canterbury dit Bellesmains (1162-1182). Les marques sur les pierres et les charpentes, notamment celles laissées par les outils, mais aussi les inscriptions peintes, sont multiples. L’iconographie de la cathédrale est d’ailleurs très riche et variée. Une fouille archéologique complète des combles a été entreprise pour la première fois. Plusieurs découvertes importantes ont été réalisées à partir des nombreux clichés réalisés au cours de ce labeur qui a duré cinq ans (de 2008 à 2013). Durant cette période, les chercheurs ont régulièrement discuté entre eux sur l’avancement de leurs travaux respectifs sur l’édifice, et des bilans d’étapes consacrés à ce sujet ont été présentés à Poitiers lors de manifestations scientifiques ou de conférences destinées à un plus large public.

Cliché E. Avril/CESCM
Cliché E. Avril/CESCM  

L’intervention de Claude Andrault-Schmitt était illustrée par de nombreux clichés et par la table des matières de l’ouvrage. Nous nous permettons de rappeler ici l’interview de Claude Andrault-Schmitt réalisée par Vanessa Ernst-Maillet, pour les carnets du CESCM, lors de la parution de l’ouvrage en décembre dernier.

La parole a ensuite été donnée à Éliane Vergnolle, professeur honoraire d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté. Cette spécialiste de l’art roman en France a consacré un important ouvrage publié aux éditions Flammarion à Paris en 19983. Dans le livre dirigé par Claude Andrault-Schmitt, elle est l’auteur d’une contribution très synthétique de quatre pages sur la taille des pierres de la cathédrale de Poitiers. Il est impossible d’avoir une analyse complète de cet aspect pour tout le monument, étant donné sa taille. Aucune évolution dans les techniques de taille de pierre ne peut être observée pendant toute la durée du chantier, c’est-à-dire au cours de plusieurs siècles. Le monument présente un important aspect homogène qui est un choix de l’architecte initial. La pierre a été extraite des carrières entourant la ville. Éliane Vergnolle a été très heureuse d’être associée à cet ouvrage. Le mode de travail en équipe était vraiment inédit dans cette ampleur grâce à ses membres dynamiques et soudés. Jeunes chercheurs et chercheurs confirmés ont pu s’exprimer sur un pied d’égalité, ce qui était très stimulant. Les discussions entre eux ont été fructueuses.

Béatrice de Chancel s’est ensuite exprimée. Conservateur du patrimoine, actuelle pensionnaire à l’Institut National d’Histoire de l’Art, elle a réalisé une monographie sur la cathédrale Saint-Etienne de Bourges, publiée en 2008 aux éditions Faton à Dijon sous forme de dictionnaire4. Seul auteur à l’écrire, elle a présenté son ouvrage comme elle le souhaitait. Elle salue l’approche pluridisciplinaire mise en place pour le livre sur la cathédrale de Poitiers, soulignant l’intervention de la DRAC et des Monuments historiques, et des différents spécialistes qui ont tous contribué au succès de ce travail.

Plusieurs questions ont ensuite été posées. Claude Andrault-Schmitt a notamment répondu qu’aucune étude ne peut plus être faite sur les objets médiévaux de la cathédrale de Poitiers. Ceux-ci ont en effet été détruits par les troupes protestantes qui ont occupé la ville au cours du printemps puis de l’été 1562. Ils sont seulement connus par le procès-verbal les recensant, lequel a été dressé après le départ des soldats huguenots. Richesse pour l’historien, ce document a été conservé.

Il s’agissait de la deuxième manifestation organisée par les Amis du Musée de Cluny en ce début d’année à propos de cet ouvrage pour lequel Claude Andrault-Schmitt a reçu le prix spécial du jury La Dame à la Licorne ; il lui a été remis le 23 septembre au sein du même lieu. Une présentation des résultats des fouilles archéologiques en cours à Poitiers suivra, le 11 février prochain. Ces événements contribuent à présenter le riche passé médiéval de la cité pictave au public parisien.

 

 

  1. ANDRAULT-SCHMITT, Cl., La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers : enquêtes croisées, la Crèche, Geste éditions, 2013, 407 p. []
  2. CAMUS M.-Th., ANDRAULT-SCHMITT Cl., Notre-Dame-la-Grande de Poitiers : l’oeuvre romane, Paris-Poitiers, Picard-CESCM-Univ. de Poitiers, 2002, 344 p. []
  3. VERGNOLLE É, L’art roman en France : architecture, sculpture, peinture, Paris, Flammarion, 1998, 383 p. []
  4. CHANCEL-BARTHELOT, B. de, Dictionnaire de la cathédrale de Bourges : suivi d’un répertoire des saints dans la cathédrale, Dijon, Faton, 20087, 239 p. []

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search