Archives de catégorie : Billets

Les ‘Mort d’Arthur’ moyen-anglaises en vers

C. Stévanovitch, A. Mathieu

Les ‘Mort d’Arthur’ moyen-anglaises en vers

Turnhout : Brepols, 2017

Textes vernaculaires du Moyen Âge (TVMA, 17), 568 p.

ISBN : 978-2-503-56929-1

Première traduction française des deux Mort d’Arthur moyen-anglaises en vers

Les deux poèmes moyen-anglais réunis ici relatent, chacun à sa manière, la mort tragique du roi Arthur. Morte Arthur donne une place prépondérante aux amours de Lancelot et Guenièvre, aux effets catastrophiques. Dans Morte Arthure, par contraste, Arthur est un chef de guerre, d’abord favorisé, puis abandonné par la fortune. Les divergences entre les deux poèmess’expliquent en grande partie par la nature de leurs sources : roman français en prose pour Morte Arthur, corpus de chroniques pour Morte Arthure.

Ces deux poèmes constituent des jalons importants dans l’histoire de la geste arthurienne en raison notamment de l’influence qu’ils ont exercée sur Malory, auteur de la vaste compilation connue sous le nom de Morte DArthur (1485). Or celle-ci nourrit l’imaginaire arthurien depuis plus de cinq cents ans : voir Idylls of the King, de Tennyson (1859), ou le film Excalibur de John Boorman (1981).

Ces deux Mort d’Arthur ont été éditées en un seul volume en 1972 (Larry  Benson). Il était, de fait, utile de rassembler deux poèmes portant sur le même sujet, mais issus de traditions différentes. Cette traduction française s’inscrit dans la lignée du travail de Benson.  Elle est assortie d’un ensemble de notes.

Poèmes traduits et présentés par Guy Bourquin, Hélène Dauby, Jean-Paul Débax, Philippe Mahoux-Pauzin, Anne Mathieu, Marthe Mensah, Geneviève Nore, Colette Stévanovitch, Claire Vial et Martine Yvernault.

Sous la direction de Colette Stévanovitch et Anne Mathieu

Colette Stévanovitch est professeur à l’Université de Lorraine. Ses travaux de recherche portent sur la littérature vieil-anglaise et moyen-anglaise et l’histoire de la langue anglaise.

Anne Mathieu est maître de conférences à l’Université Paul Valéry (Montpellier 3). Ses travaux de recherche portent sur la littérature vieil-anglaise et moyen-anglaise et la linguistique anglaise.

En collaboration, Colette Stévanovitch et Anne Mathieu ont encadré la traduction des Lais bretons moyen-anglais publiée chez Brepols en 2010.

Table of Contents

Introduction générale

Stanzaic Morte Arthur
– Introduction
– Texte et traduction
– Notes

Alliterative Morte Arthure
– Introduction
– Texte et traduction
– Notes
– Glossaire

Bibliographie

 

Soutenance de thèse de Paméla Nourrigeon (9 décembre 2016)

Vendredi 9 décembre 2016, Paméla Nourrigeon a soutenu sa thèse en histoire de l’art médiéval intitulée : De la translatio à la création. Étude iconographique du Rationale divinorum officiorum dans sa version française.

Le jury était composé de :

Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Poitiers (directeur de thèse),

Bruno Boerner, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Haute-Bretagne Rennes-II,

Élisabeth Lalou, professeur d’histoire médiévale, Université de Rouen (rapporteur),

Daniel Russo, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Bourgogne Franche-Comté (rapporteur),

Cécile Voyer, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Poitiers.

Parmi les auteurs ayant contribué à l’élaboration des textes exégétiques sur le christianisme, la figure de Guillaume Durand est incontournable. Son Rationale divinorum officiorum constitue l’étape ultime et la plus complète, en terme de somme, sur la liturgie au Moyen Âge. Le succès est immédiat et conséquent. Ce traité, dans sa version latine originale, ne comporte pas – ou presque – d’image. Or, dans la traduction réalisée en langue d’oïl, en 1371, sous le titre de Racional des divins offices, par le carme Jean Golein, à la demande du roi de France Charles V, des représentations visuelles sont ajoutées et opèrent un déplacement des points forts du livre pour créer une nouvelle géographie.

Ce sont donc les mécanismes combinatoires entre texte et image dans les 9 manuscrits de cette translatio multiple qui sont au cœur du travail de Paméla Nourrigeon, un travail qui vient ainsi combler un vide, comme l’a souligné Éric Palazzo, et qui a le grand mérite de montrer non seulement l’usage laïc de la liturgie, mais aussi le rôle politique et social de celle-ci (Bruno Boerner). PN s’est donc centrée sur un processus – compris comme concept – de création dans ces 9 manuscrits, qui ne forment pas tant un corpus (du fait de leur trop petit nombre), mais un inventaire, un répertoire (Daniel Russo). Chaque manuscrit a été vu et fait l’objet d’une notice détaillée (cf. liste ci-dessous). Éric Palazzo se plaît à souligner combien cette thèse montre un bel équilibre entre érudition et proposition d’idées neuves.

5 entrées sont proposées : le Racional comme traité visuel sur la liturgie, comme œuvre au service du roi, comme écrin pour la valorisation de l’ordre carme, comme témoin des rapports entre juifs et chrétiens, comme ouvrage dévotionnel. En effet, les illustrations sont le plus souvent liées au contenu liturgique et théologique développé par Guillaume Durand. L’image refond cependant la matière du texte afin de l’investir d’un langage en adéquation avec ses propres modes d’expression. Ainsi, les modèles proposés sont la synthèse entre les apports du texte, la tradition iconographique, l’idéologie des commanditaires et/ou destinataires, le contexte politique et théologique de leur temps, etc. Tout cela conduit les images à illustrer certains rites liturgiques mais également à montrer l’importance de l’élection divine du souverain à travers l’onction du sacre, la spiritualité carme avec la création du nouveau thème de « Dieu montrant le modèle sur la montagne », les rapports entre juifs et chrétiens ou encore le rôle des images comme support dévotionnel pour le « regardeur » (terme emprunté à Pierre Soulages et Yves Bonnefoy).

Un traité visuel sur la liturgie. En insistant tout particulièrement sur l’importance du rituel eucharistique dans la liturgie chrétienne avec une série d’images extrêmement détaillées sur les différents moments de la messe, les exemplaires de Cambridge et de Beaune font du Racional l’un des rares témoins d’un cycle aussi dense sur le sujet. L’autre point de focalisation des images est la figure de l’évêque à travers la représentation des rites qui lui sont réservés : l’ordination épiscopale, dans laquelle le livre est posé ouvert au-dessus de l’évêque, l’examen des ordinands qu’il préside en trônant, contribuent à affirmer son rôle de guide pour l’ensemble de la communauté et sa sacralité particulière en tant que porteur de la parole des évangiles.  La récurrence des ces images pose la question de la destination et de l’usage des manuscrits.

Une œuvre au service du roi. Jean Golein ajoute à la fin du livre I un élément textuel totalement inattendu pour le lecteur car absent de l’œuvre de Durand :  le Traité du sacre. Cet ajout fait du Racional un outil de propagande, fonction totalement absente de l’œuvre originale. Le panégyrique mis en place par le traducteur passe à la fois par le texte et par l’image, faisant de l’exemplaire royal un témoin important sur la théorisation de la politique des Valois à la fin du XIVe siècle. L’image frontispice du Racional de Charles V montre d’ailleurs que c’est le roi lui-même qui initie la traduction. L’œuvre de l’évêque de Mende, dans sa version traduite, revêt alors un but tout à fait nouveau, celui d’affirmer la sacralité royale et l’élection divine du souverain à travers la figuration de l’onction. Élisabeth Lalou interroge d’ailleurs PN en se demandant si ce traité n’était pas le cœur de l’illustration, permettant de lancer ensuite les autres illustrations. Ce modèle semble cependant n’avoir eu aucune résonance dans les manuscrits n’étant pas destinés à Charles V.

Un écrin pour la valorisation de l’ordre Carme : Le thème de « Dieu montrant le modèle sur la montagne » (enluminure de Cambridge) est l’exemple le plus novateur du corpus. En tant que membre de la communauté carme, la montagne tient pour Jean Golein un rôle fondamental car elle est à la fois le lieu d’origine de l’ordre et le point de concentration de sa pratique contemplative. Ce thème combiné avec celui du miroir tenu par Dieu (allusion au Miroir en tant que genre littéraire afin de mettre en exergue le rôle du Racional) ouvre le livre V, sur les heures de l’office divin. La spiritualité carme trouve sa résonance dans le motif de la montagne mais plus encore dans l’évocation de la nécessité d’une pratique spirituelle destinée à s’élever vers Dieu.

Un témoin des rapports entre juifs et chrétiens : Guillaume Durand fait de l’interprétation typologique l’un des pivots de son traité. Les relations entre Ancien et Nouveau Testaments nourrissent la description des rites liturgiques mais également de l’origine des vêtements du célébrant, des objets du culte etc. La figure du grand prêtre Zacharie (qui doute) renvoie à l’ensemble du peuple juif, incrédule. L’image ne transpose pas directement la méthode typologique mais se nourrit d’autres facteurs, comme le contexte historique et théologique du XIVe siècle. L’illustration engage d’importantes modifications sur les liens entre juifs et chrétiens en donnant aux juifs un aspect contemporain. Elle offre également un discours antimusulman tout à fait novateur et absent de l’exégèse de l’évêque de Mende en représentant un sarrasin face au pape dans l’exemplaire royal.

Un ouvrage dévotionnel : Dans les livres VI et VII, PN repère un tournant dans l’histoire de l’illustration du Racional au XVe s. avec une densification de l’agencement iconographique. Les images se polarisent autour de thèmes hagiographiques, christologiques, mariaux et liturgiques, puisant dans un répertoire de modèles « établis » et créant des modèles nouveaux (le Christ devant Jérusalem). Guidée par les conséquences de l’explosion du marché du livre dans le domaine dévotionnel, la lecture du Racional, du moins pour le XVe siècle, se fait dans le cadre d’une profonde spiritualité qui se démarque de la pratique des exercices et de la lecture des heures. Un parcours visuel autonome, et complémentaire du texte (Cambridge et Beaune) guide le lecteur à travers ces modèles, faisant ainsi du Racional un support de dévotion, vocation qu’il n’avait pas dans sa version latine.

La thèse de PN a montré le fonctionnement séquentiel des représentations visuelles du Racional : la séquence du Traité du sacre (proposant un discours apologétique sur la royauté française et ses représentants), celle de l’habillement du célébrant et du déroulement de la messe (ouverture du livre III : le prêtre-soldat se prépare pour le combat qu’il va mener au cours de la messe, dans le livre IV, symbole du combat spirituel contre les ennemis de la foi), celle autour de la figure de l’évêque (livre I : bénédiction du cimetière, dédicace de l’église, consécration de l’autel ; livre II : bénédiction épiscopale, ordination de l’évêque ; livre VI : examen des ordinands).
La lecture d’une telle séquence implique un cheminement visuel complexe et réticulaire d’images éloignées les une des autres. Le « regardeur » doit recourir à un mode de lecture dans lequel la sollicitation de la mémoire eidétique joue un rôle central. Sa mémoire sensorielle, principalement visuelle, est mise en action pour relier l’image qu’il a sous les yeux avec les autres images présentes dans le même objet. L’activation de cette mémoire permet également la mise en relation de l’image regardée avec celles auxquelles elle fait référence en dehors de l’espace de lecture du regardeur et hors du manuscrit. Ainsi, la lecture d’un cycle d’images ne se fait pas de manière linéaire mais dépend au contraire d’un système séquentiel et méandrique.
Cette étude montre à quel point l’illustration est le résultat d’un processus qui dépasse la translatio et offre un medium autonome ayant son propre mode de fonctionnement. Si la translatio est ce qui engendre l’illustration, elle ne la conditionne pas. Les images offrent au contraire leur propre interprétation de l’œuvre initiale, indépendamment de la traduction réalisée par Jean Golein. Cécile Voyer revient au cours de la discussion sur la dialectique translatio-création qui permet au modèle d’être transformé, recontextualisé sans être dissout.

Au cours des 3h d’échanges scientifiques, les intérêts majeurs de ce travail sont relevés, ainsi que les nombreuses qualités pédagogiques et la clarté de la candidate, le bon équilibre trouvé entre étude savante et minutieuse des sources et analyses plus larges, sans compter le beau parcours (bourse doctorale, ATER) d’une doctorante très investie au CESCM. A l’issue d’une brève délibération, les membres du jury décernent à Paméla Nourrigeon le titre de docteur de l’université de Poitiers en histoire et histoire de l’art des mondes anciens et médiévaux, avec la mention Très Honorable, en ajoutant leurs félicitations.

Le Menagier de Paris. Conférence donnée à la Conciergerie de Paris (30 nov. 2016)

Le Menagier de Paris. Pratiques culinaires et domestiques d’un bourgeois parisien de la fin du XIVe siècle, par Viola Mariotti, doctorante au CESCM en philologie romane (Conférence donnée à la Conciergerie de Paris, 30 novembre 2016).

Pour célébrer l’achèvement de la campagne de restauration des cuisines de la Conciergerie, construites sous le règne de Jean II le Bon (vers 1353), le Centre des monuments nationaux a organisé une journée d’étude interdisciplinaire consacrée à la cuisine médiévale. Elle a réuni une conférence de Monsieur Bruno Laurioux, Professeur d’histoire et d’histoire de l’alimentation à l’Université de François Rabelais de Tours, intitulée Taillevent et la cuisine du Moyen Âge, et une conférence de Viola Mariotti, consacrée au Menagier de Paris.

Paris-BnF-fr-12477-fol-1r
Paris-BnF-fr-12477-fol-1r

Le Menagier de Paris (éd. G.E. Brereton-J.M. Ferrier, 1981 ; trad. et notes K. Ueltschi, 1994 ; réimpr. Lettres Gothiques, 2010) est un curieux traité d’économie domestique rédigé aux alentours des années 1393 à Paris par un vieux bourgeois anonyme à l’attention de sa toute jeune épouse d’à peine quinze ans. Pour que sa timide compagne encore si peu expérimentée de la vie – et de la vie de couple – s’apprête à devenir une parfaite maîtresse de maison, son vieil époux lui enseignera les règles de base du bon menage, sur lequel seul peut reposer la joie du mariage.

En trois distinctions et dix-neuf articles, ce bienveillant maître de maison dresse à sa femme le portrait de la menagiere idéale. La menagiere qu’il esquisse est une femme pieuse, obéissante, économe et discrète, mais, avant tout, une femme qui doit maîtriser tous les secrets de la cuisine. Ainsi, le généreux menagier, fin gourmet, fait don à sa compagne d’un arsenal de plus de quatre cents recettes, allant des entrées les plus simples aux plats les plus surprenants et les plus incroyables, complétés par des astuces de toute sorte – comment apprendre à connaître les marchés de Paris ; comment évaluer les prix corrects des produits ; comment faire passer de la viande de veau pour de la viande d’ours, comment séparer l’eau du vin… Cet univers gastronomique et culinaire tout à fait étonnant occupe la seconde moitié du Menagier de Paris et est considéré par les historiens comme une véritable mine d’informations sur la cuisine médiévale. Perçue trop souvent comme une cuisine simple et « barbare », elle s’avère au contraire raffinée, variée, originale, légère, colorée… et certainement exotique pour le lecteur moderne.

Paris BnF-fr-2813-fol-473v
Paris BnF-fr-2813-fol-473v

Pour les mets les plus raffinés, l’inspiration du menagier repose sur une source prestigieuse : le Viandier de Taillevent. M. Bruno Laurioux a présenté la vie et l’œuvre de ce personnage : Guillaume Tirel dit Taillevent (1310/1315-1395), premier cuisinier de notre histoire dont nous connaissions la biographie (The Viandier of Taillevent : an edition of all extant manuscripts, éd. T. Scully, 1988 ; B. Laurioux, La règne de Taillevent : livres et pratiques culinaires à la fin du Moyen Âge, 1997).

Attesté en 1326 comme enfant de cuisine (« galopin »), au service de Jeanne d’Évreux, femme de Charles le Bel, c’est sous la dynastie des Valois que Guillaume Tirel gravit tous les échelons de la hiérarchie pour devenir queux de bouche en 1349 (la cuisine de bouche étant la cuisine du roi), et enfin premier queux de Charles V en 1378. C’est cette année-là que se situe l’apothéose de sa carrière : le banquet préparé à l’occasion de la visite de l’empereur Charles IV à Paris.

Non moins importante que la longévité de son auteur, le succès du Viandier de Taillevent franchit les siècles. Il fut copié puis imprimé jusqu’en 1602, à l’orée de ce XVIIe siècle qui allait profondément transformer la gastronomie française.