Archives de catégorie : Soutenances/Habilitations

Les jeunes Docteurs à l’honneur ! Promotion Robert Badinter, 2013

Robert Badinter, parrain de la promotion, entouré d'Yves Jean, Président de l'Université de Poitiers, et de Francis Cottet, directeur de l'Ensma
Robert Badinter, parrain de la promotion, entouré d’Yves Jean, Président de l’Université de Poitiers, et de Francis Cottet, directeur de l’Ensma 

Pour la cinquième année consécutive, l’Université de Poitiers honore les étudiants ayant soutenu leur thèse par une cérémonie de remise de diplôme de doctorat. Cette année, le parrain de promotion était Robert Badinter.

Estelle Ingrand-Varenne, Margaret Dobby et Pierre Courroux

En 2013, plus de 160 thèses ont été soutenues à l’Université de Poitiers et à l’Ensma. 92 jeunes docteurs étaient présents ce vendredi 13 décembre dans l’amphi 800 de la faculté de Droit, dont 4 du CESCM : Patrick Bouvart, Pierre Courroux, Margaret Dobby et Estelle Ingrand-Varenne.

Robert Badinter a ouvert la cérémonie par une conférence sur « la justice demain », évoquant les trois défis auxquels celle-ci serait confrontée : internationalisation, constitutionnalisation et numérisation. Un parrainage marqué par l’engagement dont Pierre s’avoue particulièrement fier, tandis que Margaret retient volontiers les nombreuses touches d’humour qui ont émaillé son discours ainsi que son remarquable esprit visionnaire.

Revêtus de la robe noire et d’une étole de la couleur de leur discipline (« jonquille » pour les Humanités), ainsi que du chapeau de circonstance, les docteurs sont solennellement rentrés dans l’amphi. Chacun s’est vu remettre personnellement de la part de Robert Badinter et du directeur de son école doctorale la médaille de la promotion et le diplôme de doctorat.

La médaille de la promotion 2013
La médaille de la promotion 2013 

Souvenir mémorable pour chacun, venant couronner 3, 4 ou 5 années d’un travail de recherche souvent solitaire et intensif, mais surtout passionnant et créatif.

Habilitation à diriger des recherches d’Yves Gallet, CESCM (2 décembre 2013)

Le lundi 2 décembre 2013, entre 14h et 18h30, Salle des Actes (Faculté des Sciences humaines et Arts de l’Université de Poitiers), Yves Gallet, maître de conférences à Quimper et chercheur au CESCM, a présenté ses travaux en vue d’une HDR.

Le candidat a entamé sa présentation avec un plaisant récit de Georges Duby sur la forme et le déroulement d’une soutenance de thèse, sans prendre à son compte toutefois la pointe d’amertume qu’on peut y relever. Il l’a terminée en relevant l’avantage de l’exercice : lui permettre d’encadrer les travaux des étudiants et jeunes chercheurs.

strasbourg
Cathédrale de Strasbourg, facade côté sud
(Cliché Yves Gallet)

Claude Andrault-Schmitt, professeure d’Histoire de l’art médiévale à Poitiers et « garante », a souligné toute l’ambiguïté de ce titre et retracé les étapes de la carrière, brillante et étayée de publications (50 articles), d’engagements pédagogiques et administratifs, de directions d’ouvrages collectifs et journées d’études, d’activités au sein de réseaux internationaux. D’un point de vue scientifique, la colonne vertébrale de la recherche concerne L’architecture rayonnante, et particulièrement les productions postérieures à 1270, trop souvent négligées. Au sein d’une grand nombre de monographies de qualité, où la critique des sources et le processus comparatiste sont poussés à leur maximum rhétorique, il faut signaler un chapitre synthétique, étoffé, de l’ouvrage dirigé par Philippe Plagnieux, L’art du Moyen Âge1

On notera au passage la sortie prochaine aux Presses universitaires de Franche-Comté de la monographie de la cathédrale d’Évreux. Deux autres chantiers normands font l’objet d’un engagement spécifique et à long terme, parfois en collaboration avec les chercheurs du CESCM : l’abbaye de Jumièges et celle du Mont-Saint-Michel.

Mais c’est le mémoire inédit, consacré à Matthieu d’Arras (vers 1290 ? – 1352). Un maître d’œuvre français dans l’Europe gothique, qui a surtout retenu l’attention des autres membres du jury et suscité d’intéressants questionnements. Il s’agit d’une étude de l’œuvre du premier architecte de la cathédrale de Prague et de ses sources dans l’architecture gothique rayonnante en France (Avignon ? Narbonne ?) et dans l’Empire (Strasbourg et d’autres sites alsaciens) dans la première moitié du XIVe siècle. L’objectif de l’analyse est de montrer que Matthieu d’Arras, dont l’œuvre a longtemps été éclipsée par celle de son célèbre successeur, Peter Parler (1356-1399), fut lui-même un architecte de talent, novateur, et déjà sensible – comme le fut après lui Peter Parler – à une approche maniériste de l’architecture. C’est ainsi un éclairage neuf qui est projeté, par contrecoup, sur le milieu architectural dans lequel Matthieu d’Arras s’est formé : un milieu qui a dû être animé d’une vitalité persistante et où les architectes avaient dû conserver une capacité d’invention intacte.

Jean-Marie Moeglin, professeur d’Histoire à Paris-Sorbonne (Paris IV) et directeur d’études à l’EPHE, Philippe Plagnieux, professeur d’Histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté et à l’École nationale des Chartes, Klára Benešovská, directrice du département d’art médiéval à l’Institut d’Art de Prague (et ancienne stagiaire du CESCM…), Christian Freigang, professeur d’Histoire de l’art médiéval (architecture) à l’université de Berlin, Philippe Araguas, professeur d’Histoire de l’art médiéval à Bordeaux 3 et président du jury, ont soulevé les questions essentielles qui se posent à tout spécialiste du domaine, en guise d’approfondissement aux pistes largement développées par le candidat.

Ainsi a-t-on parlé des relations entre le roi Charles IV de Bohême et le futur pape Clément VI, de la signification politique des choix formels, de la réalité des voyages de formation des architectes d’un chantier majeur à un autre chantier majeur, de la fameuse « signature personnelle » de l’artiste ou plutôt de son absence, de l’importance des dessins dans la « mémoire » de l’architecte qui peut certainement en partie s’en passer, du poids du commanditaire, des liens plus étroits qu’on ne le pense entre rayonnant du sud de la France et rayonnant de l’Empire ou d’Angleterre, de la notion de modernité autour de laquelle nous brodons avec beaucoup d’anachronisme, de l’existence d’un courant sévère ou « minimaliste », du rôle de monuments disparus ou en partie disparus comme le couvent des Bernardins à Paris…

Toutes ces interrogations irriguent évidemment ce qui apparaît comme une véritable « biographie » d’architecte, laquelle sera à parution la première au point de vue chronologique. Bien sûr, manqueront toujours les détails les plus personnels, et on ne peut s’appuyer que sur quelques inscriptions et le « style » même des réalisations, notamment les virtuosités comme l’escalier à double révolution, la clef de voûte pendante, les pinacles traversants des contreforts et autres détails séduisants pour qui sait regarder.

A la fin du débat, le jury a accordé l’Habilitation à diriger des recherches, en ajoutant à titre oral et privé de chaleureuses félicitations.

  1. Philippe Plagnieux, L’art du Moyen Âge en France, Paris : Citadelles & Mazenod, 2010 (L’art et les grandes civilisations, 40), 599 p []

Soutenance de thèse de Maria Godlevskaya, CESCM (21 juin 2013)

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 21 juin 2013, 13h30.

Soutenance de la thèse Les vitraux du XIIIe siècle de la cathédrale du Mans. Aspects iconographiques et stylistiques, présentée par Maria Godlevskaya pour l’obtention du doctorat en histoire de l’art médiéval, sous la direction de Claude Andrault-Schmitt (Poitiers) et d’Alexei Rastorguev (Moscou).

Composition du jury : Claude Andrault-Schmitt, Marcello Angheben, Bruno Boerner (président du jury), Elena Efimova, Claudine Lautier, Alexei Rastorguev.

Les vitraux du XIIIe siècle de la cathédrale Saint-Julien du Mans forment l’un des plus importants ensembles authentiques de l’époque gothique qui soient presque entièrement conservés de nos jours, mais aucune monographie ne leur avait été consacrée. C’est désormais chose faite avec les deux riches volumes (étude et annexes – bibliographie, pièces d’archives, illustrations) qui composent ce travail de recherche, débuté en 2006 et pour lequel Maria Godlevskaya avait bénéficié d’une bourse de thèse en cotutelle (Poitiers-Moscou) du Gouvernement français.s200_maria.godlevskaya

Au fil d’une démarche menée en trois grandes étapes, c’est l’identité propre des vitraux du XIIIe siècle situés dans les chapelles rayonnantes, le déambulatoire supérieur et les fenêtres hautes du chevet de la cathédrale, qui se dévoile, et leur « portrait » que brosse l’auteur.
La présentation du cadre architectural et du contexte socio-économique et politique de création met en évidence le rôle qu’ont pu jouer l’évêque et le chapitre, commanditaires directs des œuvres, dans le chantier de la cathédrale, ainsi que la translation des reliques de saint Julien en 1254 (date-clé des sources) dans la réalisation de l’ensemble vitrée.
L’histoire des restaurations, qui plonge au cœur des archives du XIXe au XXe siècle, et plus particulièrement la critique d’authenticité des vitraux constituent la pièce majeure de cette recherche, saluée à l’unanimité (l’auteur avait fournit sur clé USB la critique d’authenticité de toutes les verrières étudiées et le corpus complet des photos).
Les aspects iconographiques, puis stylistiques de la vitrerie sont ensuite exposés plus succinctement, précédés par une réflexion sur les datations (entre 1230 à 1270 environ). Au « désordre iconographique » souvent relevé, l’auteur pointe au contraire plusieurs principes selon lesquels l’unité du vitrage du chevet a pu être construite (thème marial et épiscopal, lien tissé autour de l’image du saint et de ses reliques). Précédent la conclusion, le chapitre intitulé les « choix d’exécution », dont celui des couleurs et des cartons, prolonge l’analyse stylistique.
De nombreuses comparaisons entre les ateliers des vitraux Manceaux avec ceux du diocèse, de Chartres, Bourges, Tours ou la Sainte-Chapelle de Paris, ainsi qu’avec d’autres arts (enluminures, sculptures, peintures murales de la même période) permettent de montrer leur place dans le corpus des vitraux français de l’époque, et plus largement les particularités et les points communs dans une chronologie plus vaste.
Comme le souligne l’auteur dans sa conclusion, les vitraux du chevet de la cathédrale du Mans sont une vraie mine qui recèle encore des trésors à découvrir. Le travail de Maria Godlevskaya pose à la fois des fondements solides et ouvre de nombreuses pistes prometteuses à explorer.

Soutenance de thèse d’Estelle Ingrand-Varenne, CESCM (29 mars 2013)

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 29 mars 2013, 14h30.

Soutenance de la thèse Langues de bois, de pierre et de verre. Histoire du langage épigraphique et de son passage du latin au français, présentée par Estelle Ingrand-Varenne pour l’obtention du doctorat en histoire médiévale, sous la direction de Cécile Treffort et de Cinzia Pignatelli.

Composition du jury : Pascale Bourgain, présidente ; Michel Banniard, rapporteur ; Pierre Chastang, rapporteur ; Daniel Rico Camps ; Cécile Treffort ; Cinzia Pignatelli.

Estelle Ingrand-Varenne a présenté ses travaux en soutenance publique. Son doctorat, consacré à l’analyse des aspects linguistiques des inscriptions médiévales des XIIe-XIVe siècles dans l’Ouest de la France (Bretagne, Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes), a été salué par les membres du jury pour la qualité de la présentation des deux volumes qui le composent, pour le sérieux des analyses, pour le nombre et la pertinence des intuitions et pour les perspectives qu’il offre pour le futur des études épigraphiques. Photo_Ingrand-Varenne_reduite-42966

Le travail d’Estelle Ingrand-Varenne propose un certain nombre de déplacements méthodologiques : 1) le passage de la notion de style épigraphique à celle de discours ; 2) le dépassement du clivage français/latin pour la langue des inscriptions ; 3) la réconciliation des approches linguistiques et paléographiques, trop souvent séparées en épigraphie.

Dans la thèse qui a reçu, à l’issue de la soutenance et d’une (très) courte délibération, la mention très honorable et les félicitations du jury, Estelle Ingrand-Varenne a fourni une grande quantité de résultats grâce à un très riche appareil théorique qui puise ses outils, sans jamais les accessoiriser, aux méthodes de l’histoire, de la linguistique, de la sémiologie, de la médiologie, etc. L’évolution des langues dans les inscriptions de l’Ouest n’est pas uniforme et les textes épigraphiques façonnent les contours d’usages langagiers particuliers, avec une pragmatique et une esthétique reposant sur des codes (la brièveté, l’emploi des formules, les déictiques) et des formes qui assurent l’exposition de l’écriture, la diffusion du message et la création d’une “langue épigraphique” entre latin et vernaculaire.

Certains des résultats de la thèse d’Estelle Ingrand-Varenne intéressent directement le projet ORIFLAMMS, notamment son versant linguistique, puisque l’auteur a étudié les phénomènes de séquenciation du texte par le blanc et la ponctuation, l’emploi distinctif des majuscules et la mise en voir des codes langagiers sur la page de pierre. Ce travail est tout à fait fondamental pour la suite de la recherche épigraphique en latin comme en français.