Archives de catégorie : Soutenances/Habilitations

Soutenance de thèse de Guillaume Yatté, CESCM ( 4 mai 2016)

Le mercredi 4 mai 2016, a eu lieu la soutenance de thèse de doctorat de Guillaume Yatté, dans le cadre d’une cotutelle entre l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan et l’Université de Poitiers. La thèse s’intitulait : « La politique extérieure du roi Charles V de Valois : instrument d’édification de l’État monarchique (1364-1380) » et le jury était composé comme suit : Stéphane Boissellier et Laurent Hablot (co-directeurs de recherche), M’Bra Simon-Pierre Ekanza (Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, cotutelle), Jean-Marie Moeglin ( Université de Paris IV-Sorbonne, rapporteur), Xavier Hélary ( Université de Lyon III, rapporteur) et Jacques Paviot ( Université de Paris-Est Créteil)

Gestes et actes des pairs de France au cours du sacre : Les pairs tiennent ensemble la couronne sur la tête de Charles V Source British Library, Ms Cotton Tiberius B. VIII, fol. 59v
Gestes et actes des pairs de France au cours du sacre : Les pairs tiennent ensemble la couronne sur la tête de Charles V
Source British Library, Ms Cotton Tiberius B. VIII, fol. 59v

La thèse de 527 pages s’articule autour de 3 parties équilibrées qui tiennent compte à la fois de la chronologie du règne et des grands enjeux « diplomatiques » de la politique de Charles V. Elle est fondée sur des sources originales et appuyée sur une importante bibliographie.

Dans une introduction très claire et dense, l’auteur situe les cadres généraux de l’étude, présente sa problématique, analyse les différentes sources et définit son sujet comme l’étude de « l’ensemble des décisions et des actions mises en œuvre, au nom de la Couronne, en vue d’établir des relations d’ordre politique et stratégique, non seulement avec les grands vassaux établis dans le royaume, mais aussi avec des personnalités étrangères qui sont détentrices d’autorité royale, princière et papale en Occident ».

La première partie (123 pages) propose une réflexion sur « l’espace politique français » et sur la question de la « souveraineté royale », posée notamment par l’affaissement de l’autorité du roi du fait des menées anglaises et navarraises. La « politique extérieure » s’exprime ici à l’intérieur des frontières du royaume, au prisme des revendications concurrentes de la couronne de France par le roi d’Angleterre Édouard III et par le roi de Navarre Charles « le Mauvais ». La deuxième partie (138 pages) développe les rapports entre le royaume de France et les puissances étrangères, avec en arrière-plan les rivalités franco-anglaise et franco-navarraise. Elle fait ressortir l’importance des stratégies d’alliance qui ont été orientées vers plusieurs États tels que le Saint-Empire Romain, le Saint-Siège, la Castille, la Couronne d’Aragon, l’Écosse, etc. La troisième et dernière partie (135 pages) se penche sur la « reconquête de la prépondérance française dans l’Occident médiéval ». Elle s’observe à travers la propagande et la communication politique au service de l’affermissement du pouvoir royal, la défense et la libération  de l’espace monarchique rendues possibles au préalable par une restructuration de l’armée et une redynamisation de la marine, enfin une reconstruction du prestige du roi de France auprès de l’Empire et de la Papauté.

Selon Jean-Marie Moeglin, les analyses conduites convainquent du bien-fondé de la méthode suivie et de l’intérêt de ses résultats. Évitant les écueils de l’événementiel, la thèse donne une très solide analyse de la politique menée par le roi. On peut toutefois reprocher une approche un peu « classique » dans un domaine, celui des « relations internationales », qui a connu d’importants renouvellements au cours des dernières années. Xavier Hélary souligne que dans l’ensemble, le travail convainc pleinement de la légitimité de la démarche suivie par l’auteur, même si on peut regretter que le choix n’ait pas été fait de mener un dépouillement plus intense des fonds d’archives.

Guillaume a également réussi à montrer l’originalité de son étude à travers des subtilités et des développements sur des concepts clefs qui enrichissent le débat sur l’histoire des « relations internationales » et de la diplomatie au Moyen Âge. Ce sont par exemple le respect des frontières du royaume, la communication politique et la considération de l’opinion publique, le mercenariat dans les domaines maritimes et militaires, le rayonnement artistique et culturel de la capitale parisienne, etc.

Ce travail rigoureux et solide a favorisé des échanges enrichissants entre le candidat et les membres du jury. Après une brève délibération, le jury unanime a accordé le titre de docteur à Guillaume Yatté avec la mention très honorable, assortie des félicitations.

 

 

 

 

Soutenance de thèse de Manon Durier, CESCM (19 février 2016)

Les monuments funéraires dans le diocèse de Limoges (XIe-XIIIe siècle). Échos d’un idéal religieux.

Le 19 février 2016, Manon Durier soutenait en salle René Crozet sa thèse consacrée aux monuments funéraires des XIe-XIIIe siècles en Limousin, en présence d’un jury composé de Claude Andrault-Schmitt et Cécile Treffort (co-directrices de recherche), Brigitte Boissavit-Camus (présidente ; Université Paris Ouest – Nanterre La Défense), Quitterie Cazes (Université Toulouse Jean Jaurès), Jean-Loup Lemaitre (EPHE) et Philippe Plagnieux (Université Paris I Panthéon-Sorbonne – École nationale des chartes).

SONY DSC
Epitaphe de l’abbé Ramnulphe à Lesterps (cl. : M. Durier)

Le travail proposé par Manon Durier est le fruit d’une recherche pluridisciplinaire alliant une démarche résolument archéologique – qui s’illustre notamment à travers le corpus de monuments réunis –, et une réflexion sémantique relevant d’une approche plus strictement historienne. Le monumentum et l’imago ont ainsi été mis à contribution pour offrir une définition du monument funéraire qui donne toute sa direction au traitement du sujet : M. D. l’envisage comme une « sculpture signalant l’emplacement d’une tombe et/ou célébrant la mémoire d’un défunt ». Les 283 monuments étudiés font dès lors tous preuve d’une maîtrise technique ou artistique dans leur mise en œuvre, induisant une analyse qui repose finalement en grande partie sur la possibilité de se raccrocher à une forme, un tracé ou une représentation.

Inscriptions funéraires et pierres tombales aux contours et aux décors variés (en bâtière, ornées d’une simple croix, gisants, etc.) se côtoient dans un volume annexe, illustré de photographies dont la grande qualité est une invitation au lecteur à examiner l’objet. Beaucoup de ces monuments, chichement ornés et taillés dans le gris granite limousin, peuvent paraître bien ingrats et peu enclins à susciter le désir du chercheur. Il fallait oser s’y attaquer, et cela a été bien fait, dans un équilibre maintenu avec les pierres inscrites, si « parlantes » qu’elles auraient aisément pu dominer le propos. Le corpus constitué se détache par les formes envisagées et par la chronologie qu’il couvre de la zone de confort des travaux sur le monument funéraire, très empreints de la figuration des morts, et par là-même bien souvent axés sur les XIIIe-XVe siècles. L’originalité de l’étude se situe également dans l’espace considéré, le vaste diocèse de Limoges, dont M. D. a su cerner les spécificités en termes de spiritualité et de culture religieuse. Celles-ci s’expriment dans une documentation nécrologique abondante, ou encore un grand nombre de lanternes des morts, qui parsèment un territoire particulièrement pénétré du pouvoir intercesseur des saints. Sur fond de recherche intense de salut, le monument funéraire se révèle alors être l’« écho d’un idéal religieux », celui de la communion de l’Église, qui réunit morts et vivants, clercs et laïcs, en des lieux et temps définis par la théologie chrétienne.

Les choix méthodologiques et orientations analytiques de M. D. ont suscité des discussions pendant près de quatre heures. Il a notamment été question des difficultés à dater un grand nombre de ces monuments, inhérentes à la sobriété formelle de certains d’entre eux et aux flottements des critères paléographiques en épigraphie médiévale. La discussion chronologique devra assurément se poursuivre dans le sens adopté par M. D., qui, comme l’a souligné Quitterie Cazes, a évité l’écueil d’un raisonnement circulaire induit par la notion de typologie. La réflexion sur le sujet pourra également faire l’objet d’autres prolongements, sur le monument funéraire en tant qu’expression de l’individualité du mort vis-à-vis de la communauté (Cécile Treffort), ou encore sur les tombeaux des saints, dont la mise à l’écart – bien que mûrement réfléchie – a été regrettée par Jean-Loup Lemaitre. Ces questionnements (re)lancés pendant la soutenance sont ceux d’observateurs qui, tout en saluant l’esprit de synthèse de M. D., ont formulé à plusieurs reprises leur souhait d’en lire et d’en savoir toujours davantage.

Le lecteur de la thèse sera finalement sensible aux précautions épistémologiques prises par son auteur (Claude Andrault-Schmitt) et à la mise en perspective méthodologique de son objet d’étude (Quitterie Cazes), à un travail qui maîtrise et renouvelle une historiographie bien ancrée (Cécile Treffort), dépassant la compréhension unilatérale du monument funéraire comme commémoration (Brigitte Boissavit-Camus) et incitant à la remise en question des grands principes d’analyse sur le tombeau médiéval (Philippe Plagnieux). Il constitue dans le même une temps contribution notable à l’histoire médiévale du Limousin (Jean-Loup Lemaitre). La communauté scientifique dispose désormais d’une étude régionale qui servira de référence à des recherches ultérieures sur le monument funéraire.

Les formulations répétées et nourries portant sur les qualités de la thèse soutenue ont été suivies d’une brève délibération du jury, à l’issue de laquelle Manon Durier s’est vu accorder le titre de docteur avec la mention très honorable, assortie des félicitations.

 

Soutenance de thèse de Guilhem de Corbier, CESCM (15 décembre 2015)

Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité.

Mardi 15 décembre 2015, Guilhem de Corbier soutient sa thèse de doctorat intitulée Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité, devant un jury composé de Denise Turrel (Université de Poitiers, directrice), Benoist Pierre (Université François-Rabelais de Tours, président), Philip Benedict (Université de Genève), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), François Brizay (Université de Poitiers) et Geneviève Guilleminot (Bibliothèque nationale de France).

0003
Couverture du 1er volume de L’Histoire de France (cliché : Médiathèque François-Mitterrand. Poitiers. Olivier Neuillé)

C’est autour de l’écrivain et historien français protestant, Lancelot Voisin, seigneur de La Popelinière (1540/45-1608) et de ses deux succès éditoriaux, consacrés aux guerres de Religion, c’est-à-dire à l’histoire de son temps, La Vraye et Entière Histoire et L’Histoire de France (publiées entre 1571 et 1581), que Guilhem de Corbier a construit son travail de recherche[1]. Alors qu’au XVIe siècle la hiérarchie des savoirs se recompose et que l’histoire est considérée comme un art, ars historica, avant de devenir une science, La Popelinière est guidé par l’idée que cette discipline est à l’origine de toutes les autres sciences et propose une écriture « neutre », véritable innovation, surtout lorsqu’il aborde l’actualité brûlante des conflits religieux.

Résultat d’un minutieux travail d’enquête, traquant la vérité, remontant de manière généalogique aux origines, suivant de manière critique chaque pièce du dossier aux archives régionales, nationales, à l’étranger (ce qui a permis à GC de retrouver une lettre manuscrite inédite de l’auteur à Londres, souligne Denise Turrel), cette thèse est une contribution décisive pour faire connaître « un auteur plus loué que lu » (Philip Benedict), d’autant plus méritoire qu’elle a été menée en même temps qu’un travail salarié.

GC présente sa recherche sous forme de diptyque, qui aurait mérité de se décliner en trois, quatre voire cinq parties, selon le jury. La reconstruction de la vie de La Popelinière, tout d’abord, jusqu’à la publication de ses premières œuvres montre la formation d’un auteur et d’un acteur des guerres de religion, et ses stratégies de publication. Puis, la manière de construire l’opus magnum (apports, emprunts et postérité) est présentée. La Popelinière jouit en effet d’une grande réputation pour l’écriture de l’histoire en France au XVIe s ; son but est de construire une histoire générale, impartiale, attentive aux causes et aux résultats des actions.

Itinéraire et formation lettrée et sociale. Converti à la Réforme calviniste à l’âge de seize ans, La Popelinière est un ancien soldat et diplomate, et non un théologien, ayant ainsi œuvré au nom du parti protestant pendant quinze ans, tout en racontant l’histoire des troubles de son temps dus à la scission confessionnelle entre catholiques et huguenots. Le mérite de GC est de saisir les différents réseaux auxquels appartient l’historien : réseau familial et parentellaire d’origine poitevine[2], réseau des réformés, particulièrement des imprimeurs protestants, éditeurs, libraires jusqu’aux colporteurs, qui ont joué un rôle dans le succès de ses ouvrages (La Vraye et Entière Histoire, connaît trois éditions revues et augmentées de 1571 à 1579). Retracer ce milieu des imprimeurs et le choix de La Popelinière de confier ses manuscrits à des officines de Caen puis de La Rochelle au détriment d’autres est d’autant plus important que toutes ses éditions sont anonymes et sans privilège, leur publication n’étant pas autorisée par la monarchie ; leur adresse typographique est fausse afin de protéger auteur, imprimeur et éditeur contre les sanctions qui émanent du pouvoir.

Stratégies d’écriture de l’histoire. La méthode historique de La Popelinière peut se résumer en trois points : l’insertion de documents, nouveauté par rapport aux historiens et chroniqueurs du Moyen Âge ; l’emprunt à ses prédécesseurs, ce qui pose la question du rapport aux sources, à leur citation et déformation ; la volonté inébranlable de neutralité, jusqu’à adoucir le récit qu’il emprunte. Certaines de ces méthodes sont communes avec ses contemporains, tel Théodore de Bèze, à la différence près que La Popelinière n’écrit pas pour la gloire de Dieu, même si des connotations réformées sont sous-jacentes, mais pour la neutralité. Benoist Pierre fait remarquer que ce terme est sans doute anachronique pour le XVIe et qu’une sémantique propre à cette époque aurait été préférable, à travers des mots comme concorde, paix, édit de tolérance, de pacification, en lien avec la vérité/Vérité, donc la théologie et la spiritualité. La Popelinière est finalement victime de ce choix puisque ses œuvres subissent la concurrence éditoriale. Elles sont immédiatement reprises, légèrement modifiées par les protestants à Genève et plagiées par des écrivains catholiques à Paris. Ces derniers auteurs changent le sens souhaité par La Popelinière dans ses écrits.

Le dernier chapitre – particulièrement apprécié par Hugues Daussy – « La condamnation de l’Histoire de France et la postérité de l’œuvre » montre l’historien, déjà attaqué par les catholiques à partir de 1573, désormais condamné par le camp protestant auquel il appartient : ses coreligionnaires lui infligent un procès ainsi qu’à son imprimeur, car il aurait parlé de certains protestants en des termes diffamants. Il est condamné à se tenir à l’écart de la Cène jusqu’à ce qu’il s’engage à corriger ses fautes. Il promet vainement de le faire en février 1585, ce qui lui permet d’être réintégré à la Cène. Il reste exilé à Paris et cesse dès lors de livrer au public les événements de son temps en France et ailleurs en Europe. La suite de l’histoire, Lancelot Voisin de La Popelinière l’écrira autrement. Considérés comme des sources fondamentales pour l’étude de guerres de religion, ses écrits historiques influenceront pourtant les historiens postérieurs, tant catholiques que protestants, au cours des siècles suivants.

Témoignant d’une très bonne maîtrise des sources et de la bibliographie – celle-ci est riche de plus de 800 titres et comporte des thèses et des mémoires inédits – et de réelles qualités de chercheur croisant les données, GC se voit décerner par le jury le titre de docteur avec mention très honorable grâce à ce travail sur La Popelinière, historien des guerres de Religion.

 

[1] Le premier tome a fait l’objet d’une édition critique, d’après l’exemplaire de la Médiathèque de Poitiers (Genève : Droz, 2011), à laquelle ont collaboré Denis Turrel, Véronique Larcade, Pascal Rambeaud, Thierry Rentet, Guilhem de Corbier, Jean Hiernard. Ce travail a constitué l’un des axes de la Fédération FESMAR en projet entre le CESCM et le Centre d’études supérieures de la Renaissance – CESR de Tours, et il a bénéficié d’un partenariat avec la Médiathèque de Poitiers. Un deuxième est prêt à paraître, dirigé par D. Turrel et préparé par Jean-Claude Laborie, Benoist Pierre et Pierre-Jean Souriac

[2] Il est né en Bas-Poitou (actuel département de la Vendée) et vit principalement à La Rochelle, capitale huguenote du royaume de France au cours de cette période.

Formes et fonctions de l’emblématique européenne (XIIe-XVIe siècle) : HDR de Laurent Hablot (5 décembre 2015)

Samedi 5 décembre 2015, 14h, dans les locaux de l’EPHE en Sorbonne, Laurent Hablot (Maître de conférences au CESCM) présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches.

Composition du jury : Martin Aurell (président de jury, Université de Poitiers), Michel Pastoureau (garant, EPHE), Andrea Zajic (Université de Vienne, Autriche), Jean-Marie Moeglin (Université Sorbonne Paris IV), Michel Nassiet (Université d’Angers) et Frédérique Lachaud (Université de Lorraine)

Fred III et Giovanni bianchini détail
Fred III et Giovanni bianchini détail

Le jury a déclaré Laurent Hablot habilité à diriger des recherches, en ajoutant leurs félicitations officieuses et unanimes, à l’issue d’une soutenance aux discussions nourries, suivie par une assistance nombreuse.

Après avoir présenté de façon précise son parcours (la rencontre avec le système héraldique, son accueil au sein du CESCM, le choix de son sujet sur le partage héraldique et les pistes futures de recherche) et rendu un hommage appuyé à sa famille et à sa « parenté choisie », celle des héraldistes et des médiévistes, la soutenance a commencé, vivement orchestrée par Martin Aurell. Les qualificatifs élogieux sur le travail de Laurent Hablot ont plu durant l’après-midi : « impressionnant », « neuf », « opus magnum en quantité autant qu’en qualité », « ampleur des problématiques », « renouvellement de la recherche » ; le dossier était composé d’un mémoire de synthèse (le mémoire d’egohistoire) dont chacun a souligné la qualité du style et du contenu, empreint de sincérité et qui permet de très bien retracer la vocation-passion de Laurent Hablot pour le système de signes et de couleurs de l’héraldique médiévale dont il continue d’admirer la complexité et la souplesse d’adaptation. Un deuxième volume rassemblait une sélection de « seulement » 16 articles sur un total de plus de 70. Enfin, le mémoire inédit de plus de 800 pages portait sur la pratique du partage héraldique sous le titre des « Affinités héraldiques, concessions, augmentations et partages d’armoiries en Europe, XIIe-XVIe siècle ».

Chaque membre du jury a appelé de ses vœux la publication des recherches, sous la forme de livres qui développeraient le traité d’héraldique déjà publié par Michel Pastoureau. La démarche de L.H. qui fait de l’héraldique un facteur essentiel de la compréhension de la société médiévale a été unanimement saluée. Il a contribué, de manière décisive, à faire sortir l’héraldique d’une position encore trop marginale au sein des études historiques. Les projets nombreux qu’il pilote (Sigilla, ARMMA, Devise), les rendez-vous réguliers que sont devenues les « journées héraldiques » du CESCM, l’animation de la recherche et notamment la direction de 30 masters à Poitiers y ont fortement contribué, et ce n’est qu’un aperçu de l’infatigable activité de L.H.

La lecture du mémoire inédit, stimulante pour les membres du jury, a encore amené à proposer d’autres pistes de recherche que celles ouvertes par L.H. : quel a pu être l’apport de la littérature médiévale au développement de l’héraldique, les liens entre héraldique et diplomatique à propos de chartes de concession d’armes, devant notamment permettre de mieux appréhender les origines mal connues du système héraldique, mais aussi approfondir la question de la culture héraldique médiévale (qui, en effet, compose les signes ; qui est en mesure de les comprendre au Moyen Âge ?).

La soutenance a montré combien féconde est la recherche de L.H. et déjà plusieurs sujets de thèses attendent désormais leur chercheur. D’autant que de nombreuses pistes de recherche ont été soulevées, en plus de celles, déjà abondantes, que L.H. a l’idée de proposer à de futurs doctorants. L’habilitation à la direction des recherches vient ainsi logiquement donner le développement et l’ouverture mérités aux travaux entrepris par Laurent Hablot.

La croisée des signes : Habilitation à diriger des recherches de Vincent Debiais, CESCM-CNRS (4 décembre 2015)

Vendredi 4 décembre, 14h (CESCM, salle Crozet), Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS (CESCM), présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches.

Composition du jury  : Daniel Russo (président de jury, Université Dijon-Bourgogne), Éric Palazzo (garant, Université de Poitiers), Herbert Kessler (Université Johns Hopkins), Cécile Treffort (Université de Poitiers), Geneviève Bührer-Thierry (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), Gaëlle Viard (Université Aix-Marseille 1).

Tapisserie de la création de Gérone (cathédrale), fin XIe début XIIe s.
Tapisserie de la création de Gérone (cathédrale), fin XIe début XIIe s.

Partant du constat de l’omniprésence de l’écriture dans l’image médiévale, deux questions, simples dans leur formulation mais complexes et audacieuses dans leurs implications, sont au centre de l’essai de Vincent Debiais. Qu’est-ce que l’écriture dans l’image ? – ce qui revient à poser la question des implications intellectuelles et sémiologiques de la coprésence de signes iconiques et alphabétiques au sein d’une même construction visuelle ou plastique. Quels sont les effets de cette coprésence sur la forme et le sens de l’objet ainsi généré ? – ce qui revient à étudier ce que produit l’écriture pour l’image. C’est à cette double interrogation que le mémoire inédit intitulé La croisée des signes. L’écriture dans les images monumentales médiévales (88-1200) tente de répondre, en se focalisant sur les inscriptions, dans une acception large (la croix de Mayence, la tapisserie de Gérone, l’autel portatif de Roda, la patène et du calice de Saint-Godehard d’Hildesheim, les peintures murales de l’abside de Sainte-Eulalie d’Estaon…).

L’étude des rapports entre le texte et l’image a été un thème privilégié de recherche, en histoire, en histoire de l’art et en littérature au cours des années 1980-2000. Herbert Kessler rappelait qu’en 1986 il prononçait une conférence sur le thème « visibility of words in monumental art », mais les réponses apportées alors étaient bien naïves – selon ses propos – alors que le travail de VD apporte une contribution décisive sur la rencontre entre le matériau et le signe, l’institution de l’œuvre par le façonnement de l’écriture et de l’image.

L’essai de VD s’articule en quatre temps, voire quatre rythmes avec pour ligne directrice l’ontologie selon Daniel Russo. La toile de fond biblique et patristique tout d’abord présentée montre que de la Genèse à l’Apocalypse de Jean, la dimension graphique de la révélation est omniprésente, dans les manifestations de la divinité, dans les modalités de son action sur les hommes, dans la définition de son être, dans les procédés narratifs fondant la Tradition. Un Dieu-Logos (Genèse, Prologue de Jean) et un Dieu-Littera (révélation au Sinaï et vision de l’Apocalypse) : cette dualité structure la toile de fond idéel au sujet de la représentation au Moyen Âge et des capacités respectives de l’écriture et de l’image à devenir signe de la Vérité.

Saint-Savin, Noé sortant de l'arche (cliché CESCM)
Saint-Savin, Noé sortant de l’arche (cliché CESCM)

Ces conceptions commandent l’emploi de dispositifs particuliers, de solutions graphiques signifiantes qui sont autant d’empreintes laissées par le processus créatif au sein de l’œuvre, montrant un discours réflexif sur la matière et ses capacités à figurer. VD détaille ainsi les différentes modalités de la représentation (montrer et enseigner ; dévoiler et révéler ; évoquer) centrées sur le thème du « faire » et de la matérialité.

Le passage de l’idée à l’objet est au cœur du troisième temps de l’essai, consacré aux modalités techniques de la cohabitation écriture/image. Livres, phylactères, banderoles sont autant de dispositifs se prêtant à l’incorporation de l’alphabétique dans l’iconique, considérés comme agent actif de la mixtion en jeu dans la création du visuel. VD propose ainsi d’éclater la notion de support et de coprésence au profit d’une autre plus opérante et saluée par l’ensemble du jury : la mixtion (les éléments gardant leur nature dans le produit qui en résulte). Les deux catégories de signes se croisent grâce au dispositif et c’est de cette « croisée » qu’émerge le sens du paradigme.

La pragmatique, objet de la quatrième partie, permet d’aborder l’effet de cette croisée, car l’écrit produit quelque chose dans l’image, plus exactement sur la nature même de la figure, ce qui permet à VD d’introduire la notion d’ontologie. L’inscription active l’image, transforme la figure en figuration : son action est donc de nature sacramentelle. L’écriture a désormais la capacité d’inscrire l’image dans un contexte déterminé et de définir ses relations avec son environnement sémiotique, liturgique, sonore ou architectural. Elle entraîne l’image dans une action à grande échelle et la met en résonnance avec d’autres images placées sur d’autres lieux ou d’autres supports. Elle met à l’épreuve la dimension réticulaire du décor et convoque pour son enrichissement de nouvelles images, réelles, fictives ou imaginées. Entre inventio du sens et dépassement de la forme, la croisée écriture/image met le visuel dans un ordre augmenté et permet au paradigme qui la met en scène de venir son propre trope.

Après un tel cheminement, partant d’une théologie chrétienne de la création et de la transcendance et menant à une ontologie démultipliée des signes, faisant résonner ensemble de nombreuses disciplines (épigraphie, paléographie, iconographie, histoire de liturgie, histoire de la théologie…), les interrogations sur signes et sens ne sont pas pour autant closes. VD a déjà un autre projet de recherche sur le métier autour de la thématique du silence dans les images médiévales.

À l’issue des quatre heures de discussion, denses et riches, mettant en valeur les apports essentiels de ce travail, ainsi que quelques limites (les implicites du corpus, la contextualisation des exemples, la traduction de termes latins), suivie d’une brève délibération, le jury déclare Vincent Debiais habilité. Il salue ainsi « la hauteur intellectuelle, la séduction de l’écriture et la grande érudition » du candidat (Geneviève Bührer-Thierry), « son parcours rapide, intense et brillant » à dimension internationale (Cécile Treffort), « son esprit libre et créatif » (Éric Palazzo).