Archives de catégorie : Soutenances/Habilitations

Soutenance de thèse de Caroline Lambert (30 nov. 2019)

Le 30 novembre 2019, dans la Salle des Actes de l’Hôtel Fumé, Madame Caroline Lambert soutenait sa thèse de doctorat, Entre traduction, translation et création : Le Livre des douze perilz d’enfer. Étude et édition, devant un jury composé par Claudio Galderisi (Université de Poitiers, Directeur de thèse) Cinzia Pignatelli (Université de Poitiers, Co-directrice de thèse), Françoise Laurent (Université de Bourgogne/Franche-Comté, Rapporteur), Tania Van Hemelryck (Université Catholique de Louvain, Rapporteur) et Jean-Marie Fritz (Université Clermont Auvergne, Président de jury).

Inspiré par les recherches autour des translations médiévales – et plus particulièrement par le grand projet de recensement Transmedie – le travail de Caroline nous fournit l’édition critique d’un texte inédit du XVe siècle, Le Livre des douze perilz d’enfer, complétée par une étude du contexte de production et de réception. 

Œuvre probable de Robert Blondel, composée à la demande et à l’intention de la reine Marie d’Anjou vers 1450, le Livre des douze perilz d’enfer est « un ouvrage moral, voire pieux, à caractère didactique, dispensant des conseils pour éviter lesdits périls et ayant l’ambition de dissuader les pécheurs, en recourant au rappel des finalités infernales » (p. xxiv).

L’un des plus grands mérites de cette thèse – comme l’ont à plusieurs reprises souligné les membres du jury – est, sans doute, d’avoir identifié le texte-source, un sermon latin du franciscain Bernardin de Sienne  (De duodecim periculis quae superveniunt peccatoribus in ultimo fine), saint prédicateur très proche du frère de Marie, René d’Anjou.

L’étude comparative menée par Caroline a montré qu’entre traduction, translation et création, l’auteur du Livre s’approprie, avec originalité, une œuvre-matricielle qui finalement « sert de modèle et d’inspiration bien plus que de texte-source » (Conclusion générale, p. cdlxxxiv).

À la fois traducteur, translateur et auteur, Robert Blondel fait donc d’un texte homilétique un traité d’édification morale et politique où les renvois intertextuels se multiplient.

Après quelques ajustements, la thèse de Caroline fera l’objet d’une publication qui permettra aux futurs lecteurs non seulement de disposer d’une édition critique solide qui demeurait attendue et souhaitée, mais également d’avoir accès à un texte passionnant, de grand intérêt linguistique et littéraire, qui pourra ouvrir la voie à d’autres études et approfondissements.

Finalement, à la suite d’une discussion animée par les plus riches échanges, Caroline a obtenu le grade de Docteur de l’Université de Poitiers.

Nos plus sincères félicitations, Caroline ! Ad maiora !

 

 

Alessia Chapel

Soutenance de thèse de Mélanie Riveault, CESCM (22 nov. 2019)

Le 22 novembre 2019, à l’Hôtel Berthelot, en salle Crozet du CESCM, Mélanie Riveault soutenait sa thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval.

Son travail, intitulé L’iconographie des bréviaires monastiques en usage en France ; le décor enluminé et historié du bréviaire de Montiéramey (Paris, BnF, ms. Latin 796), XIIe siècle, a été présenté devant un jury composé d’Éric Palazzo (Université de Poitiers, directeur de thèse), Cécile Voyer (Université de Poitiers), Vincent Debiais (Chargé de recherche CNRS, rapporteur) et Daniel Russo (Université de Bourgogne Franche-Comté, président du jury, rapporteur).

Comme le rappelle l’impétrante lors de l’ouverture des échanges, la thèse de Mélanie Riveault s’inscrit en prolongement des travaux de recherche menés dans le cadre de son master en histoire de l’art médiéval. Initialement consacré à l’analyse des décors de quinze bréviaires-manuscrits d’usage monastique en France médiévale du XIe à la fin du XIVe siècle, ce travail de doctorat a finalement été focalisé sur l’étude des vingt-et-une initiales historiées et de la peinture du bréviaire de Montiéramey. La pertinence de cette approche monographique a été soulignée par le jury, eu égard à l’absence d’étude de ces images et cela en dépit de l’originalité et de l’importance, dorénavant manifeste, de ce manuscrit du XIIe siècle.

Organisé en six chapitres, le volume de 347 pages, richement illustré, s’ouvre sur une large remise en contexte du manuscrit dans l’histoire des bréviaires en occident, du point de vue textuel comme de celui des décors. Le propos de Mélanie Riveault se concentre ensuite sur l’étude de son environnement de création immédiat et la définition de son usage probable au sein du monastère de Montiéramey, monastère dont elle démontre, par ailleurs, toute l’importance et le rayonnement historique.

 Le cœur de l’étude, que constitue l’analyse discursive des décors du manuscrit, est introduit par une nécessaire synthèse d’ordre stylistique de ces derniers. La « démarche iconographique » est organisée de façon thématique et selon une approche sélective des images permettant des développements scientifiques jugés appréciables et perspicaces par le jury, bien que reposants sur un argumentaire qui gagnerait, toujours selon ses membres, à être approfondi. Au-delà d’une analyse justifiée du décor, mettant en lumière le développement d’une véritable « pensée ecclésiologique et sacrificielle », le travail Mélanie Riveault lui permet d’avancer l’hypothèse d’une commande du manuscrit en l’honneur de la translation, dans le monastère, des reliques du saint Victor d’Arcis au XIIe siècle.

Si des défauts de nature formelle ont pu être relevés concernant le corps du texte, la finesse de la réflexion est corroborée par un minutieux examen codicologique, sous la forme d’une base documentaire détaillée et constituée de notices placées en annexe, un travail très solide, amplement salué par le jury pour son irréprochable rigueur et la grande qualité de son contenu.

Ce travail de doctorat sérieux et intéressant, qui participe pleinement à l’approfondissement de la connaissance des manuscrits du XIIe siècle, a fait l’objet d’échanges enrichissants entre la candidate et les membres du jury. Après une brève délibération, le jury a accordé de manière unanime le titre de docteur à Mélanie Riveault.

 

 

Soutenance de thèse de Véronique Soreau, CESCM (29 octobre 2018)

Le 29 octobre 2018, à l’Hôtel Berthelot du CESCM (salle Crozet), Véronique Soreau soutenait, en français et en anglais, sa thèse de Doctorat.

Son travail, intitulé La médecine par les plantes et les étoiles entre le quinzième et le seizième siècle en Angleterre. Edition inédite d’une sélection de textes en moyen-anglais de quatre manuscrits situés à Trinity College Library, Cambridge: MSS O.1.13, O.5.26, R.14.32, R.14.51, et commentaires, a été présenté devant un jury composé par : M. Stephen Morrison (Université de Poitiers, directeur de thèse), Päivi Pahta (Université de Tampere, rapporteur), Fabienne Toupin (Université de Tours, rapporteur) et Martine Yvernault (Université de Limoges, présidente du jury).

Le projet de Véronique s’inscrit dans la continuité de ses travaux de recherche menés durant sa Maîtrise et son DEA en Civilisation Médiévale Anglaise, à l’Université de Poitiers.

Ses premières études portaient sur les jardins médiévaux dans leur réalité concrète et symbolique. Sa grande passion pour les plantes l’a ensuite amenée à s’intéresser à leur emploi dans le domaine médical. Son édition des recettes médicinales contenues dans le manuscrit moyen anglais O.1.13 (Trinity College Library, Cambridge) montrait, notamment, le caractère essentiel des plantes dans les pratiques quotidiennes du soin apporté aux malades au Moyen Âge.

La thèse de Véronique, conçue comme un outil pour les chercheurs, se proposait de rendre accessibles différentes typologies de textes médicaux (charmes, poèmes, recettes et traités) datant du XVe et XVIe siècle.

Tous les membres du jury ont salué cette recherche comme étant un « travail d’ampleur aux enjeux scientifiques louables et utiles ».

Le manuscrit O.5.26, f.76r. Cliché: V. Soreau. With acknowledgements to The Master and Fellows of Trinity College, Cambridge.

Cet “original and innovating piece of work” – tel que M. Morrison l’a défini – contribue, en effet, à combler les vides existant dans l’édition des textes scientifiques en moyen anglais.

Le travail philologique qui est au cœur de cette thèse fournit une importante base d’étude et de référence, non seulement pour les anglicistes, mais également pour les linguistes historiens de la langue anglaise et pour les lexicographes. À ce propos, Mme Toupin souligne que la thèse de Véronique « apporte une contribution effective à notre connaissance du Moyen Anglais tardif ».

De plus, l’accessibilité de ces textes est également importante aux fins d’une meilleure compréhension des pratiques sociales et de la culture humaine, en particulier sur deux siècles où – comme le rappelle Mme Pahta – la médecine astrologique et la médecine par les plantes vivent leur période de plus grand essor en Angleterre. A ce propos, Mme Phata a salué le travail de Véronique comme « a competently executed edition » et « an important contribution to scholarship in medieval medicine and a number of other fields […]».

Dans une approche résolument interdisciplinaire, la thèse s’enrichit donc d’un cadre socio-historique et littéraire qui permet de remettre en contexte le travail d’édition et de mieux appréhender les pratiques médicales de l’époque, notamment le lien qu’elles entretenaient avec l’astrologie, la religion et la philosophie.

En plus d’une introduction générale revenant sur la médecine médiévale et d’une description codicologique, chaque texte édité s’accompagne d’une analyse qui permet d’en comprendre les contenus, le sens, la finalité et d’en investiguer les sources.

À la lumière de l’analyse minutieuse développée pour ce « programme éditorial d’ampleur fondé sur un bon choix de textes » (Mme Yvernault), Véronique a reçu le titre de Docteur en langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes.

Emilie Mineo, jeune docteure du CESCM lauréate du Prix de thèse 2017

Comme chaque année, le Collège des Écoles doctorales de Poitiers a organisé un concours de prix de thèse ouvert à tous les docteurs de l’établissement ayant soutenu leur thèse entre le 1er novembre 2016 et le 10 octobre 2017. Quatre prix, d’un montant de 600 euros chacun, viennent récompenser un docteur pour chaque secteur doctoral : Droit ; Sciences pour l’Ingénieur et Aéronautique ; Ingénierie chimique, biologique et géologique ; Sciences Humaines économiques et sociales.

Les critères de sélection pris en compte par le jury du concours sont la valorisation de la thèse (sous la forme de publications, de communications à des congrès, de création de brevets etc.), l’évaluation de la thèse par les rapporteurs et le jury de soutenance, le caractère innovant et l’originalité de la thèse, son ouverture à l’international, la capacité du candidat à communiquer sur ses travaux en direction d’un public de non-spécialistes.

Pour participer il fallait adresser à l’école doctorale de rattachement un dossier de candidature comprenant une lettre de présentation de la thèse, un CV et la copie des pré-rapports et du rapport de soutenance, selon les modalités indiquées dans le règlement.

Cette année, Emilie Mineo, une des jeunes docteures du CESCM a remporté le prix, grâce à sa thèse intitulée : L’artiste, l’écrit et le monument. Signatures épigraphiques en France au Moyen Âge central.  (cf. le billet consacré à sa soutenance).

Emilie, pouvez-vous nous dire comment cela s’est déroulé ?

Comme ma thèse avait été très bien reçue par mon jury de soutenance, j’ai décidé de tenter ma chance et d’envoyer le dossier…. quelques jours plus tard, j’ai reçu un courriel m’informant que le jury scientifique du collège doctoral m’avait classée première et que j’étais donc lauréate pour le secteur SHES (regroupant les écoles doctorales Lettres Pensée Art et Histoire , Cognition, Comportements, Langage(s) et Sociétés et Organisations) !

La remise des prix s’est effectuée au moment de la cérémonie de remise des diplômes de doctorat le 15 décembre 2017 à la Faculté de Droit et des Sciences sociales. Chacun des quatre lauréats y a présenté sa thèse en 5 minutes chrono, avant que les docteurs de l’année de chaque secteur viennent recevoir la médaille et le diplôme de la main du parrain de la promotion, Pierre Delvolvé.

Recevoir ce prix est pour moi un grand honneur et je suis ravie, à titre personnel et pour le CESCM, qu’une thèse en Histoire médiévale obtienne cette reconnaissance. Comme je travaille désormais à l’Université de Namur (Belgique) en tant que chercheuse post-doc, c’est aussi une belle occasion de revenir à Poitiers pour revoir mes collègues du CESCM. Grâce à cette récompense, j’espère pouvoir publier ma thèse plus facilement.

L’appel de ce prix est bien diffusé par les écoles doctorales, qui le signalent par mail à leurs nouveaux diplômés. J’encourage donc les futurs docteurs à participer au concours et leur souhaite de tout cœur d’avoir la chance qui m’est donnée aujourd’hui.

Merci, Emilie, et toutes nos félicitations !


Pour visionner la remise des diplômes ICI (Emilie est à la 33e minute)

Deux doctorantes du CESCM en contrat doctoral à l’INHA

Suite à la nomination de Marion Loiseau (doctorante au CESCM) à l’INHA à la rentrée de septembre 2016, nous avons de nouveau cette année le plaisir d’avoir une doctorante du CESCM ayant à son tour obtenu un contrat doctoral de l’INHA, Marjolaine Massé. Nous avons rencontré ces deux doctorantes de Cécile Voyer.

En quoi consiste un contrat doctoral à l’INHA ?

Les chargés d’études et de recherche, recrutés sous contrat doctoral pour une durée de 2 ans (qui peut être prorogée par période d’une année, sans pouvoir excéder quatre ans au total), effectuent un service partagé entre les programmes scientifiques et documentaires de l’Institut et leurs travaux personnels de recherche ; ils se voient confier des tâches documentaires et scientifiques en relation avec les programmes de recherches en cours.

Parlez-nous de vos parcours universitaires :

Marjolaine : en 2011, j’ai fait une licence en histoire de l’art à l’École du Louvre, puis j’ai voulu parfaire mon allemand lors d’un séjour en Allemagne. J’y ai passé neuf mois, d’abord en tant qu’assistante de Français dans un lycée à Essen ; j’ai ensuite effectué un stage au Trésor de la cathédrale d’Essen, puis un autre au musée Schnütgen, le musée du Moyen Âge de Cologne. Par la suite j’ai effectué un Master en art médiéval à Paris IV (2015) sous la direction de Philippe Lorentz, mais je n’ai pas poursuivi mon parcours à ses côtés car il est spécialisé dans la fin du Moyen Âge.

Marion : mon parcours est assez classique : licence en histoire de l’art, option patrimoine, à l’Université Bordeaux Montaigne, puis un master recherche en histoire de l’art médiéval sous la direction de Chiara Piccinini et Cécile Voyer, que j’ai complété avec une maîtrise en philosophie, mention “religions et sociétés” obtenue en 2015. Mon parcours professionnel a été suivi en parallèle avec plusieurs saisons en tant qu’agent d’accueil et chargée de visite pour l’Office de Tourisme de Bordeaux.

Pourquoi avoir choisi le CESCM pour effectuer votre doctorat ?

Marion : Après avoir suivi les cours donnés par Cécile Voyer, puis avoir travaillé sous sa supervision pendant mon Master 2, je souhaitais poursuivre mes recherches dans le même cadre. Bien que nous travaillions sur des sujets assez différents, la méthodologie et l’approche développées par Cécile Voyer ont été des modèles pour le développement de mes propres réflexions.

Marjolaine : Je suivais des séminaires avec Anne-Orange Poilpré, c’est elle qui m’a orientée vers Cécile Voyer.

Vous êtes toutes deux sous la direction de Cécile Voyer, quel est votre sujet de thèse ?

Marjolaine : « Les représentations des élites dans les images du IXe au XIe siècle en Occident », sous la direction de Cécile Voyer et d’Anne-Orange Poilpré. Cette thèse est dans la continuité de mon Master dont j’ai élargi le sujet. J’avais auparavant travaillé sur les images de l’empereur et des élites dans l’art carolingien et ottonien, mais en me concentrant uniquement sur les objets d’art. Je m’intéresse maintenant aux images sur tous types de supports, en les replaçant dans leur environnement culturel et social tout en utilisant les grilles d’analyse de l’anthropologie.

Marion : J’ai démarré ma thèse en 2015, qui porte aujourd’hui sur  Les femmes et leurs images, identité, projection, invention de soi dans les livres d’heures de la France de l’Ouest au XVe siècle. À travers l’analyse et la mise en lumière du contenu discursif des images, ce projet a pour but d’interroger les spécificités de la pratique religieuse des femmes laïques à la fin du Moyen Âge.

Être à l’INHA vous permet de collaborer avec des membres du CESCM :

Oui car les membres et anciens membres du CESCM sont bien représentés à l’INHA. Marion et moi sommes intégrées au domaine de recherche Histoire de l’art du IVe au XVe siècle sous la direction d’Isabelle Marchesin, Conseillère scientifique en histoire de l’art médiéval à l’INHA et Maître de conférences HDR détachée du CESCM ; nous participons de plus au programme de recherche Ontologie du Christianisme médiéval en images : il s’agit d’un projet collaboratif mené par Isabelle Marchesin et Sébastien Biay, pensionnaire à l’INHA et ancien doctorant du CESCM.