Archives de catégorie : Publications

Religión y sociedad en la Zamora medieval

 Religión y sociedad en la Zamora medieval

Charles Garcia

Zamora : Instituto de estudios zamoranos ‘Florián de Ocampo’ – Diputación de Zamora, 2021

282 p.

ISBN : 978-84-18846-05-2

 

Les études portant sur les liens entre religion et société dans le présent volume ont pour but de montrer les relations dialectiques qui se développèrent à Zamora, et dans les terres environnantes, entre les catégories vivant à cet endroit au Moyen Âge ; une série de relations qui aboutit, de fait, à l’organisation de cet espace dans ses aspects les plus variés.   

Les premiers chapitres renvoient à la figure de Marie en ce que la dévotion mariale constatée localement permet d’étudier des thèmes comme l’organisation de l’espace, le contrôle de la société par les clercs, les activités agraires, voire la signification du sacrement du mariage. La deuxième partie traite de la croyance médiévale en l’intercession des saints et dans la présence matérielle et effective de Dieu à travers les espèces consacrées, les images ou les reliques. Le dernier volet évoque, enfin, le contrôle politique de la société tel qu’il fut exercé par la monarchie et la noblesse à travers le mécénat d’œuvres monumentales ou la fondation de monastères et prieurés.   

Les Plantagenêts et le Maine

Les Plantagenêts et le Maine

Martin Aurell, Ghislain Baury, Vincent Corriol, Laurent Maillet (Dir.)
 
Rennes, PUR, 2022
 
320 p.
ISBN : 978-2-75358-285-9
 
Situé sur un axe assurant la jonction entre l’Aquitaine au sud et le pôle anglo-normand au nord, le comté du Maine, contrôlé par la dynastie Plantagenêt depuis le début du XIIe siècle, occupe paradoxalement une place marginale dans l’économie et le pouvoir des comtes d’Anjou, devenus rois d’Angleterre avec Henri II. Son statut est paradoxal car, en dépit de sa situation périphérique, ce comté revêt une importance capitale lors de l’affrontement entre Philippe Auguste et les souverains anglais.

Les études réunies ici permettent d’éclairer les différents aspects de l’implantation, de la circulation et de la représentation d’un pouvoir qui ne fait bien souvent que traverser le comté mais n’y réside jamais de manière durable. L’exemple du comté du Maine permet de porter un regard neuf sur l’exercice du pouvoir dans l’ensemble plantagenêt. Il invite aussi à réexaminer les pratiques du pouvoir en termes de représentation locale et de négociations avec les pouvoirs en place, révélant un équilibre subtil des forces en présence que les Plantagenêts s’efforcent de maintenir en leur faveur. C’est enfin l’occasion de révéler les dernières recherches concernant les éléments majeurs du patrimoine manceau, comme l’abbaye de l’Épau, l’hôtel-Dieu de Coëffort ou le portail royal de la cathédrale Saint-Julien du Mans, qui constituent autant de jalons matériels de leur pouvoir.

Sommaire


Avant-propos et remerciements
Introduction. Les Plantagenêts et le Maine : histoire, historiographie et perspectives, Laurent Maillet

Les Plantagenêts et le territoire manceau

– La place du Maine dans l’itinérance des Plantagenêts, Fanny Madeline
– Politique monastique et contrôle des territoires : les Plantagenêts, l’abbaye de Perseigne et son abbé Adam, Laurent Maillet
– La « perte du Maine » ? Jean sans Terre, comte des Manceaux,
et l’aristocratie mancelle, Daniel Power
– Henri III et le Maine, Stephen Church


Les Plantagenêts et leurs relais locaux


– Les évêques du Mans, des relais du pouvoir plantagenêt dans le Maine (milieu XIIe-milieu XIIIe siècle), Jean-René Ladurée
– Administration épiscopale et droit canonique au Mans sous l’épiscopat de Guillaume de Passavant, Richard E. Barton 
– Les Plantagenêts et l’ordre du Temple dans le Maine, Emmanuel Johans
– Le sénéchal d’Anjou, les Plantagenêts et le Maine : le cas de Guillaume des Roches (1199-1222), Ghislain Baury
– Une prise de position à contre-courant de l’aristocratie du Maine et de l’Anjou : l’intervention loyale du seigneur de Craon, Maurice II, envers le Plantagenêt, son suzerain, Fabrice Lachaud


L’ancrage dans la pierre du pouvoir plantagenêt

– Résidences comtale et épiscopale du Mans sous les Plantagenêts, Annie Renoux
– Le portail royal de la cathédrale du Mans et les ambitions des Plantagenêts autour de 1150, Marcello Angheben
– La grande salle de l’Hôtel-Dieu de Coëffort au Mans :
l’architecture comme acte de mémoire, Bénédicte Fillion-Braguet
L’architecture de l’Épau à l’aune des fondations cisterciennes
princières du XIIIe siècle, Claude Andrault-Schmitt
L’abbaye de l’Épau, une fondation plantagenêt ?, Vincent Corriol

Conclusions, Martin Aurell et Vincent Corriol

Bibliographie
Index nominorum
Index locorum 
Les auteurs 
Sommaire

avec le soutien de Le Mans Université et en partenariat avec la Société Historique et Archéologique du Maine

Les Chevaliers de la Table ronde

Les Chevaliers de la Table ronde. Romans arthuriens

Traductions de l’ancien français, du moyen gallois et du latin

Martin Aurell et  Michel Pastoureau (Ed.)

Gérard Gros, Pierre-Yves Lambert, Jacques-Charles Lemaire, Laurence Mathey-Maille, Daniel Poirion et Philippe Walter (Trad.).

Paris : Gallimard, 2022 (Collection Quarto), 1080 p.
 

ISBN : 978-2-07284-941-1

 
Héritée d’une tradition païenne antique, ancrée dans l’opposition et la résistance des Bretons à l’envahisseur germanique, chantée par les bardes dans un dialecte celtique, la légende arthurienne prend corps au IXe siècle, en terre galloise, dans les récits en latin et en prose. C’est à partir de 1130 que l’histoire légendaire de ce roi vaillant et brave, chef charismatique et incontesté, personnage fabuleux et victorieux, connaît un écho retentissant auprès du public, à travers toute l’Europe, grâce à l’ambitieuse chronique du clerc anglais Geoffroi de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne. À sa suite, en particulier sous l’impulsion de Chrétien de Troyes, le roman arthurien s’enrichit de nombreux épisodes des aventures du roi et de ses compagnons chevaliers : exploits prodigieux, conquêtes amoureuses, quête du saint Graal…
À la lumière de l’histoire culturelle, sociale et politique du Moyen Âge et de ses images (enluminures, sceaux, armoiries…), cette édition propose de mieux comprendre la transformation de la matière dite de Bretagne en l’une des plus grandes légendes de tous les temps.
Cycle sans égal inscrit au patrimoine littéraire mondial, la légende arthurienne n’a cessé de nourrir toutes les formes de la création – des récits de Chrétien de Troyes aux opéras de Wagner, aux beautés préraphaélites, jusqu’au nonsense des Monty Python… – et de hanter notre imaginaire.
 
Sommaire
 
– Kulhwch et Olwen
– Histoire des rois de Bretagne : « Les Temps d’Arthur », de Geoffroi de Monmouth
– Yvain ou le Chevalier au Lion, de Chrétien de Troyes
– Perceval ou le Conte du Graal, de Chrétien de Troyes
– Le Roman du roi Yder
– La Quête du saint Graal
– La Mort du roi Arthur
– La Fortune d’Arthur : de la légende au roman, préface de Martin Aurell et Michel Pastoureau
– Dictionnaire des principaux personnages de la littérature arthurienne de langue française, par Michel Pastoureau
– Le Roi Arthur, un personnage éminemment politique, par Martin Aurell
– Chronologie illustrée.
 

 Le livre enluminé médiéval instrument politique

Le livre enluminé médiéval instrument politique

Vinni Lucherini et Cécile Voyer (dir.)

Rome, Viella, 2022 (Quaderni napoletani di storia dell’arte medievale, 6)

ISBN : 978-8-83313-700-1. 406 p. 58€.

 

Cet ouvrage réunit quatorze essais sur l’utilisation des livres enluminés médiévaux dans le cadre d’actions, de comportements et de relations politiques au sein des sociétés européennes, entendant ici par “politique” l’exercice du pouvoir à travers ses multiples manifestations. En analysant les liens entre le livre enluminé et le fait politique, les auteurs ont étudié les raisons des commanditaires et des concepteurs des manuscrits dans leurs contextes historiques et sociaux de réalisation, la vie des livres comme objets dotés d’une valeur à la fois économique et symbolique, leur utilisation comme moyen de communication ainsi que leur postérité.

 

Table des matières :

  • Vinni Lucherini, Cécile Voyer, Préface
  • Ivan Foletti, The Book on the Throne as Image of Orthodoxy in the Late Antique Mediterranean (and Beyond)
  • Cécile Voyer, Le Livre et le roi au premier Moyen Âge
  • Kateřina Kubínová, The Carolingian Gospel Book Cim 2 in Prague Cathedral and the Search for the Bohemian Coronation Gospel
  • Anne-Orange Poilpré, Les livres de Drogon : attributs d’une renovatio épiscopale carolingienne
  • Adam S. Cohen, The Theopolitical Image of Henry the Wrangler
  • Eliza Garrison, Abbess Uta of Niedermünster and Iconographies of Reform at St. Emmeram in Regensburg
  • Charlotte Denoël, Le livre d’évangiles au service d’une ecclésiologie politique: les nouveaux exemplaires produits dans le nord de la France aux alentours de l’an Mille
  • Mathieu Beaud, Le corps saint et son territoire : l’hagiographie enluminée du manuscrit M.736 de la Morgan Library
  • Anne D. Hedeman, History, Power, and Visual Memory in the Library of King Charles V
  • Vinni Lucherini, Il piacere intellettuale di uno sguardo storico. Pietro III di Catalogna-Aragona (1336-1387) e i «libres de cròniques dels reys»
  • Jaume Aurell, Between Symbolic and Material Capital. The Libraries of the Merchants in Fifteenth-Century Barcelona
  • Teresa D’Urso, Joana Barreto, L’illustration de Virgile dans la Naples aragonaise: le statut politique du manuscrit S. II. 19 de l’Escorial
  • Patrizia Carmassi, Passaggi di mano e note di possesso di manoscritti come indicatori di realtà e contesti politici tra Medioevo e prima età moderna
  • Laura Cleaver, Olivia Baskerville, The Purchase of the Life of St. Cuthbert for the Nation: Art, History and Politics (c. 1903-1920)
  • Index des noms
  • Index des lieux
  • Index des manuscrits
  • Les auteurs

La Bibliographie de civilisation médiévale (BCM) : l’outil indispensable pour sa recherche

La BCM est issue de la bibliographie papier publiée dans les Cahiers de civilisation médiévale entre 1958 et 2010. L’année 2010 marque la fin de la version papier. Initialement consacrée au Xe-XIIe siècle, comme les Cahiers, elle s’est étendue progressivement jusqu’à englober toute la période médiévale, incluant même l’Antiquité tardive. L’élargissement du champ chronologique de dépouillement de l’équipe du CESCM a ainsi permis l’intensification du service de presse pour des ouvrages qui sont indexés dans la BCM et transmis pour la plupart à la BU Michel Foucault.

Si le format papier s’est arrêté en 2010, la BCM a continué d’exister sous le format numérique. Depuis 1988 une base bibliographique informatisée existe et depuis 2004 une convention est signée avec l’éditeur Brepols pour développer la BCM en ligne.

L’lnternational Medieval Bibliography (IMB) a été fondée en 1967 avec le soutien de la Medieval Academy of America. Son équipe éditoriale est basée à l’université de Leeds. L’IMB a autour d’une trentaine d’équipes à travers le monde.

Par l’intermédiaire de Brepols, le CESCM a donc choisi de collaborer plus étroitement avec l’IMB pour partager le fruit des travaux menés dans deux projets spécifiques, mais néanmoins complémentaires. C’est pour cela qu’on parle souvent d’IMB/BCM, les deux équipes travaillant conjointement sur la même base de données.

Bien entendu cette fusion a nécessité l’adaptation de notre base de données à l’IMB afin de faire correspondre les deux classifications. Il a fallu travailler sur l’harmonisation des deux bases de données que cela passe par la langue, la hiérarchisation des mots-clefs. C’est en 2015 que cette étape a pris fin avec l’arrivée de la nouvelle base Brepols regroupant l’IMB, la BCM et l’IBHR. Elles sont hébergées sur la plateforme BREPOLIS qui comporte d’autres bases de données.

La BCM n’est pas qu’un listing des sorties récentes, mais reposent sur une indexation précise qui lui confère sa plus-value scientifique. L’indexation est l’opération qui consiste à décrire et à caractériser un document à l’aide de représentations des concepts contenus dans ce document, c’est-à-dire en transcrire en langage documentaire les concepts après les avoir extraits du document par une analyse.

Ces deux bases représentent actuellement presque 600 000 notices avec de nouveaux enregistrements ajoutés chaque année dans les mises à jour trimestrielles.

Comment accéder à la BCM :

 Se rendre sur odebu (https://odebuplus.univ-poitiers.fr/discovery/search?vid=33UDP_INST:33UDP) et s’identifier avec son compte lecteur.

Aller dans l’onglet « Ressources en ligne », sélectionner la catégorie Moyen Âge, puis Bibliographie de civilisation médiévale (BCM).

Sur cette nouvelle page cliquer sur la petite fenêtre « consulter » ce qui nous amène sur le portail Brepolis.

Dans la catégorie « Brepolis Medieval And Early Modern Bibliographies », cliquer sur « Bibliographie de Civilisation Médiévale ».

Quelques conseils d’utilisation afin d’effectuer sa recherche :

L’interface de la BCM est ergonomique et intuitive. Il est possible de choisir la langue de l’interface (anglais, français, italien, allemand et espagnol). Deux onglets sont disponibles pour effectuer sa recherche : recherche simple et recherche avancée

Recherche simple

Cet onglet dispose de deux catégories : recherche libre et recherche générale.

La recherche libre permet d’effectuer une recherche avec ses propres mots-clefs (figure historique, thématiques, événements …).

On peut également rechercher des ouvrages ou des articles par l’intermédiaire du nom d’un chercheur ou une chercheuse.

Exemple : stratégies matrimoniales

Le nombre de résultats s’affiche sur la droite. Il suffit de cliquer sur la case rechercher pour avoir la liste des références qui se présentent ainsi :

La recherche générale se réalise quant à elle par une sélection de termes prédéfinis. On peut choisir la discipline et/ou la zone géographique et/ou les siècles. Une fois les champs sélectionnés, utiliser le bouton Insérer/Fermer afin de les ajouter à votre recherche

Exemple : Si on veut avoir des références concernant les femmes lors des croisades du XIe-XIIe, on sélectionnera les termes : « Crusades » et « Etudes de genre » / Grèce et Proche-Orient / 11-12

On obtient ainsi un nombre limité de résultat, permettant d’avoir les notices les plus pertinentes possible.

Recherche avancée

L’onglet recherche avancée permet de combiner plusieurs critères et d’être encore plus précis dans sa recherche. On y retrouve notamment la recherche libre et la recherche générale. Les deux nouvelles rubriques sont la recherche bibliographique et la recherche thématique.

On peut effectuer une recherche bibliographique : par nom d’auteur et/ou par titre et/ou par langue et/ou par année de publication.

La rubrique la plus intéressante est la recherche thématique. Afin d’accéder à toutes les catégories qu’elle contient, cliquez sur « Possibilités de recherche supplémentaires ». Cette rubrique vous permet de naviguer au sein du thesaurus qui sert à l’indexation des notices en cliquant sur l’icône Parcourir se situant à la droite de chaque champ de recherche.

La première approche peut paraître compliquée et demande une certaine gymnastique mentale afin d’appréhender la logique du thesaurus. Néanmoins les résultats en valent la peine et permettent une recherche de grande précision. Ne vous découragez pas !

Vous retrouverez les catégories :

  • Tous les termes : permet de rechercher n’importe quel terme de l’index (Sujets, Manuscrits, Personnes, Familles, Textes et Lieux).
  • Sujet : index de termes plus spécifiques que les rubriques thématiques comprenant des termes concrets, mais aussi des termes abstraits

Exemple : on souhaite rechercher tous les résultats qui concernent les stratégies matrimoniales, mais aucun résultat ne s’affiche dans le thesaurus. Il faut redéfinir ce qu’on recherche : les stratégies matrimoniales concernent quel acte ? Le mariage. Là on trouve une catégorie « mariage » avec des sous-divisions et notamment celle qui nous intéresse « stratégies »

  • Manuscrits : ils sont répertoriés dans un ordre comprenant (1) le nom géographique du lieu de conservation, dans sa forme originale (ex : pour Nuremberg, chercher sous Nürnberg), (2) le nom de la bibliothèque, des archives ou du musée, également dans sa forme originale, (3) la cote utilisée par le lieu de conservation

Exemple : je travaille sur le manuscrit français fr.241 conservé à la BnF, je peux trouver ainsi toutes les références indexées dans la BCM/IMB qui concernent ce manuscrit précisément. Il me suffit de rentrer Paris, Bibliothèque nationale de France, fr.241 dans le champ de recherche

  • Personnes, familles, textes : on peut rechercher le nom d’individus ou de dynastie. Les noms des individus sont constitués de deux éléments, le nom propre et un descripteur qui définit le rôle de cette personne ou sa principale activité. Dans la mesure du possible, il faut privilégier la forme native (ex : pour Thomas d’Aquin, rechercher Tommaso d’Aquino). Si la personne n’apparaît pas, chercher en anglais (ex : Louis the Great, king of Hungary). Lorsque l’auteur d’une œuvre n’est pas connu, on peut rechercher le texte par son titre (ex : Sir Gawain and the Green Knight). Les personnes comme les œuvres peuvent comporter des subdivisions permettant ainsi de n’avoir que les ouvrages et/ou articles s’intéressant à une thématique précise vis-à-vis du personnage qui nous intéresse (ex : Tommaso d’Aquino – negative theology). Attention la recherche des subdivisions se réalise en anglais.

  • Lieux : ils sont classés en ordre hiérarchique contenant l’un ou plusieurs des éléments suivant : (1) une des quinze zones géographiques principales ; (2) une unité politique moderne – normalement un Etat ; (3) la division administrative (par exemple département, province, land) ; (4) le nom des villes ou villages, dans leur forme officielle moderne (en Europe) ou dans leur forme historique médiévale ; (5) une subdivision de villes ou villages, comme un emplacement, un édifice, ou un thème

Exemple : si je réalise une recherche sur l’église Saint-Hilaire de Poitiers

Quelques astuces !

Vous n’arrivez pas à réaliser votre recherche et vous êtes perdus dans la BCM, pas d’inquiétude l’équipe est là pour vous venir en aide. Deux possibilités : vous pouvez venir nous voir directement à notre bureau situé au 1er étage du CESCM, bureau 107 ou bien nous écrire à cette adresse : philippe.paquant@univ-poitiers.fr

On vous aidera à réaliser votre recherche tout en vous redonnant des conseils et explications afin de naviguer au mieux au sein de la BCM.

Tous les outils sont bons afin de réaliser sa veille documentaire. Savez-vous que les Cahiers de civilisation médiévale mettez en ligne la liste de tous les ouvrages reçus en service presse ? Tout se trouve ici : https://ccm.cnrs.fr/ dans l’onglet « service presse > liste des ouvrages reçus en service presse ». Vous y trouverez la liste de tous les ouvrages reçus en service presse par notre service avec un lien renvoyant sur la page des éditeurs fournissant différentes informations pour savoir si l’ouvrage peut vous intéresser (résumé, mots-clefs, table des matières …). À chaque début de mois les ouvrages du mois précédents sont rajoutés, vous permettant d’être au courant des dernières sorties.