Archives de catégorie : Publications

Transferts culturels entre France et Orient latin (XIIe-XIIIe siècles)

 Transferts culturels entre France
et Orient latin (XIIe-XIIIe siècles)

Sous la dir. de Martin Aurell, Marisa Galvez et Estelle Ingrand-Varenne

Paris : Classiques Garnier, 2021

(Rencontres, Série Histoire, n° 10)

ISBN : 978-2-406-11405-5 (br.)  36€ / 978-2-406-11406-2 (rel.) 75€

Comment comprendre les relations entre France et Orient au Moyen Âge ? La méthode des transferts culturels permet de réfléchir aux circulations et interactions des langages, idées, biens et modes de vie, dans le va-et-vient incessant entre mondes latin, byzantin et arabo-musulman aux XIIe-XIIIe siècles.

How can we understand the relationship between France and the East in the Middle Ages? The method of cultural transfers allows to reflect on the interactions of languages, ideas, goods and ways of life, in the incessant to-and-fro between the Latin, Byzantine and Arab-Muslim worlds in the 12th-13th c.

 

Table des matières

 

Martin AURELL, Marisa GALVEZ et Estelle INGRAND-VARENNE : Introduction


Première partie

Échange, circulation, imitation


Jaroslav FOLDA : Crusader Gothic. Artistic Imitation, Interaction, and Transfer

Stéphane BOISSELLIER : Religious elites in Christian and Islamic societies, a possible comparison?

Estelle INGRAND-VARENNE : Transferts épigraphiques. Les inscriptions de l’abbaye du Val de Josaphat à Jérusalem

Robert KOOL : Finding French Deniers in the Latin Kingdom of Jerusalem. The Archaeological and Cultural Perspective

Sébastien GASC : Les monnayages méditerranéens des XIIe et XIIIe siècles. Exemples numismatiques des influences et transferts culturels entre Islam et chrétienté latine


Deuxième partie

Interaction linguistique, littéraire et scientifique

Laura MiINERVINI : Les manuscrits français d’Outremer. Un nouveau bilan

Cyril ASLANOV : Old French and Armenian in Contact in Cilicia.
A Short-Lived Episode?

Cinzia PiGNATELLI : Deux guides de Terre Sainte dans les Otia imperialia de Gervais de Tilbury et leur traduction par Jean d’Antioche

Catalina GIRBEA : Des transferts culturels épiques et romanesques
aux XIIe-XIIIe siècles

Abderrazak HALLOUMI : Le Livre de l’Eschiele Mahomet : un exemple d’un double transfert ? Adaptation ou réécriture ?

Olivier HANNE : Adélard de Bath et les Arabes. Le renouvellement des sciences en Syrie du Nord au XIIe siècle

Troisième partie

Altérité et acculturation

Florian BESSON : Devenir étranger. Des anti-transferts culturels
en Orient latin

Martin AURELL : De l’acculturation à l’ethnotype.
L’altérité du Latin d’Orient

Adrian BOAS : The Acclimatisation of the Frankish Population
to Life in the Latin East. Some Examples from Daily Life

Clément de VASSELOT de RÉGNÉ : Guy de Lusignan. Pouvoir et récits du règne entre Occident, Orient latin et Chypre

Steven ISAAC : “There and Back Again”. Women and Holy War

Claudio GALDERISI : Conclusions. De la translatio studii et imperii à la translatio imperii et studii

Index des personnes
Index des lieux
Résumés

Fontevraud et ses prieurés. Etudes d’histoire, histoire de l’art et archéologie

Fontevraud et ses prieurés. Etudes d’histoire, histoire de l’art et archéologie

Claude Andrault-Schmitt, Patrick Bouvart et Cécile Treffort

Limoges : Presses universitaires de Limoges, 2021

302 p.

ISBN : 978-284-287-817-7

Présentation

Si le monastère de Fontevraud est étudié depuis longtemps, et savamment, le réseau de ses prieurés reste insuffisamment exploré, qu’il s’agisse des établissements installés au plus près du Moûtier principal, dans la même enceinte, ou des satellites dispersés en France, en Angleterre et un peu en Espagne. En septembre 2015, un colloque a permis d’ouvrir ce dossier passionnant. Chacun des sites évoqués a été traité de façon autonome, mais l’ensemble a mis en cause la pertinence des listes tardivement établies, l’universalité du système des prieurés doubles (femmes et hommes dans deux cloîtres proches), la façon de nommer les dépendances.

La recherche n’est qu’amorcée. Toutefois, les Actes ici réunis montrent que si la problématique est originale, en raison d’un gouvernement centralisé, exercé par une femme, elle est susceptible d’éclairer l’étude d’autres ordres religieux. Ainsi, interroger la terminologie et la notion de prieuré, qui au Moyen Âge central renvoie exclusivement aux personnes, prieurs et prieures, se situe au cœur de l’actualité scientifique.

Introduit par un avant-propos de Jacques Dalarun, l’ouvrage aborde ensuite des sujets soulignant l’originalité du phénomène fontevriste : les questions de l’inventaire, de la genèse, voire de l’échec, des prieurés; la présentation des fonds d’archives disponibles ; une mise en perspective politique et artistique dans l’Aquitaine plantagenêt. La quatrième et plus importante partie du recueil réunit six ensembles claustraux en huit contributions. Ces monographies sont diversement argumentées en raison des conditions de l’investigation archéologique mais aussi des rythmes d’évolution des fondations; elles appellent au lancement de nouveaux chantiers et à la multiplication des enquêtes.

Sommaire

– Présentation – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Avant-propos : Le projet de Fontevraud – Jacques DALARUN

I – La question de l’ordre fontevriste

– Les prieurés de l’ordre de Fontevraud : définition et inventaire des sites – Patrick BOUVART

– Divorcer de Pétronille ou adhérer à Fontevraud. Géraud de Salles et la genèse de l’Ecclesia fontevriste – Alexis GRELOIS

II – Les sources

– Le « Trésor » de l’abbaye de Fontevraud  aux Archives départementales de Maine-et-Loire – Élisabeth VERRY

– Le grand cartulaire de Fontevraud, un monument pour le premier siècle de l’ordre – Robert FAVREAU

– Un prieuré fontevriste frustré dans l’Espagne  du XIIe siècle, Gema del Vino – Charles GARCIA

III – Le contexte de l’Aquitaine Plantagenêt

– The Plantagenets and the Priories of Fontevraud: New Connections, Old Resonances? – Nicholas VINCENT

– Fontevraud et les ordres « au désert ».  L’expression architecturale de l’austérité et sa chronologie en territoire Plantagenêt – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Les prieurés fontevristes de Lencoître et Villesalem : la place de la sculpture dans les églises – Bénédicte FILLION-BRAGUET

IV- Les prieurés à la lumière des enquêtes archéologies

– Saint-Lazare de Fontevraud – Daniel PRIGENT

– Le Clos de la Madeleine à Fontevraud : étude préalable d’archéologie – Stéphane AUGRY

– Quelques réflexions sur le Clos de la Madeleine à Fontevraud : bilan et perspectives – Patrick BOUVART et Stéphane AUGRY

– Les fouilles archéologiques du prieuré de la Madeleine-lez-Orléans – Philippe BLANCHARD

– Une installation difficile pour les moniales,  une archéologie complexe. L’exemple de Montazais – Patrick BOUVART

– Tusson : de la recherche archéologique à la valorisation patrimoniale – Didier DELHOUME, Patrick BOUVART

– 50 ans de recherches au prieuré de  Moreaucourt (Somme) : des résultats et un potentiel à explorer – Sébastien SIREAU

– Les possessions de l’eau du prieuré fontevriste de Moreaucourt (XIIe-XVIIIe siècle) – Christophe CLOQUIER

– Conclusions – Cécile TREFFORT

– Références complètes des ouvrages cités

– Index des noms de personnes (antérieurs à la Révolution)

– Établissements religieux et églises cités

La rumeur des distances traversées

La rumeur des distances traversées.
Transferts culturels, traductions et translations entre Moyen Âge et Modernité.

Claudio Galderisi

Turnhout : Brepols, 2021

(Bibliothèque de Transmédie (BITAM 9), 603 p. 95€

ISBN: 978-2-503-59404-0


Les vingt-cinq chapitres de cet ouvrage offrent une vue d’ensemble de la pratique de la translation, de la traduction et des transferts culturels, de leur portée quantitative et typologique, de leurs enjeux épistémologiques et historiques, de leurs impasses, de leurs silences, de leurs faux-semblants et de leurs faux-amis, mais également de leur charge vivifiante, du profit que les lettrés et les indocti peuvent en retirer.

Cet ouvrage ne s’interroge pas seulement sur l’utilitas, le plaisir, les buts éthiques, politiques et moraux de la traduction. La traduction n’est que l’un des vecteurs de la translatio studii, qui alimente à travers la circulation culturelle et universitaire, le choc des mythologies, la confrontation de la pensée sauvage et de la pensée cléricale, tous les transferts qui s’opèrent du passé vers le présent, de l’Est vers l’Ouest, et parfois de l’Ouest vers l’Est. Ce livre propose alors des études d’autres modalités de transfert culturel, d’autres types de mutations qui dessinent des fractales culturelles dans l’espace-temps qui sépare et réunit l’Antiquité et le monde médiéval, l’Orient et l’Occident, les mondes médiévaux et les mondes modernes. L’observation de ces transferts culturels nous offre une image vivante et vivifiante de la civilisation médiévale et nous oriente dans les chemins et parfois les impasses qu’elle a empruntés au Moyen Âge, et au-delà jusqu’à nous. Claudio Galderisi, professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM), a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe -XVe s.) (Brepols, 2011) et a codirigé une dizaine de volumes sur la traduction et les transferts culturels.

Table of Contents

Avant-propos : perspectives et prospectives

Partie I : L’invention du Moyen Âge
Le Moyen Âge des pertes, des gains et une capitalisation majeure
Une civilisation juchée sur les épaules des lettres

Partie II. 1 : Des géants sur les épaules des nains…
Le translateur : Pont et planche du nouveau monde
La langue d’oïl (et la langue d’oc) au miroir des traductions
Le silence des siècles et la traduction empêchée
La traduction manipulée

Partie II. 2 : Mythologie antique et horizons chrétiens : trois exemples de concurrence culturelle
Alcide, le héros oublié de la translatio studii
Alexandre : Bâtisseur et ‘fossoyeur’ d’Alexandrie
Paris au Moyen Âge entre mythisation et représentation littéraire in absentia

Partie III : Les lettres françaises à l’école des traducteurs
Des translateurs-nains aux créateurs de la prose savante
Liste des traducteurs des XIVe et XVe
Des nains devenus des maîtres à penser: Les traductions des miroirs des princes
L’âge de la traduction : Moyen Âge vs Renaissance

Partie IV : Les deux sœurs de la Romania : France et Italie
La France et l’Italie : Faux-amis et vrais transferts culturels au Moyen Âge
Un cas emblématique du bilinguisme roman : Brunetto Latini entre création, compilation et… autotraduction
Une auctoritas problématique : Bonaventure de Demena et l’autotraduction

Partie V. 1 : L’héritage de la translatio studii : de la francophonie au médiévalisme
Du même au même ? La vieille langue était une langue jeune
Lingua Gallica ad Europam

Partie V. 2 : Quatre modalités de la mutation littéraire 
La fée envolée vers la Modernité
Entre réécriture et traduction : Stendhal et les Chroniques italiennes
L’anachronisme sublimé ou La Pisanelle de D’Annunzio
Réécritures vivifiantes : Le Jongleur de Notre-Dame
Le médiévalisme en trompe-l’œil

Conclusion : Pour une nouvelle translatio studii

Apostille anachronique

Index des auteurs
Index des titres
Index des manuscrits

Les portails romans de Bourgogne

Les portails romans de Bourgogne : thèmes et programmes

Marcello Angheben

Turnhout : Brepols, 2021

Art History (Outside a Series) (STAH), 479 p., 100€

ISBN : 978-2-503-58435-5

L’ouvrage examine l’iconographie de l’ensemble des portails romans de Bourgogne en les abordant de manière sérielle, en fonction de leurs thèmes, avant de les considérer séparément comme autant de programmes uniques.

Dans le domaine de la sculpture romane, la Bourgogne est incontestablement l’une des terres les plus fécondes, avec des centaines de chapiteaux et une cinquantaine de portails historiés. L’iconographie de ces portails n’a pourtant jamais fait l’objet d’une étude d’ensemble. Cet ouvrage vient donc combler cette lacune à travers une démarche originale consistant à étudier séparément les thèmes et les programmes. Cette méthode, qui a déjà montré sa pertinence dans l’analyse des chapiteaux romans de Bourgogne, permet de comprendre les programmes les plus rudimentaires à travers ceux qui intègrent des composantes iconiques plus explicites, et tenter ainsi de dégager les sens génériques partagés par la totalité ou la majorité des œuvres appartenant à la même série. Il est alors plus aisé de dégager dans un second temps les significations plus spécifiques des programmes à travers une approche monographique.

Le premier chapitre de l’ouvrage, consacré à la genèse et au développement des portails romans de Bourgogne, vise à les situer dans leur contexte chronologique et artistique. Les chapitres centraux, qui constituent le cœur de l’étude, traitent des thèmes principaux en les confrontant aux textes, à la tradition iconographique et au contexte historique et culturel, pour pouvoir déterminer le plus précisément possible la part de leur vaste champ sémantique privilégiée par les concepteurs : l’Ascension et les théophanies dérivées de l’Ascension, le Jugement dernier, la Pentecôte de Vézelay et la Vierge à l’Enfant. Le sixième et dernier chapitre aborde chaque portail du corpus dans l’ordre alphabétique en reprenant brièvement les conclusions issues des chapitres précédents et en approfondissant les traits originaux des programmes. Cet ouvrage offre ainsi pour la première fois un panorama exhaustif et une étude approfondie de l’iconographie des portails romans de Bourgogne.

Marcello Angheben est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université de Poitiers et membre du CESCM. Ses recherches portent principalement sur l’art des XIe-XIIIe siècles et plus particulièrement sur l’iconographie. Il a écrit un livre sur la sculpture romane de Bourgogne et deux livres sur le Jugement dernier. Ses travaux portent actuellement sur les décors des sanctuaires et leurs rapports avec la liturgie et la dévotion, et sur les peintures de la nef de Saint-Savin-sur-Gartempe au sujet desquelles il prépare une monographie collective.

Voir la table des matières ICI

 

Excalibur, Durental, Joyeuse : la force de l’épée

Excalibur, Durental, Joyeuse : la force de l’épée.

Martin Aurell

Paris : PUF, 2021

ISBN : 978-2-13-082955-3

22€

 

Excalibur, Durendal ou Joyeuse, ces noms évoquent
spontanément un riche imaginaire médiéval. Attribuer
un nom propre à l’épée est une invention du
Moyen Âge, significative de la personnalité de cet artefact
exceptionnel, nullement inanimé. En symbiose avec
son porteur, qui n’hésite pas à lui parler comme à une
compagne, elle ne donne pas seulement la mort, elle vit,
dégage de la lumière, est dotée d’une voix. Invincible,
elle peut aussi se briser entre les mains d’un félon ou
d’un couard. Un forgeron aux pouvoirs mythiques en
est le créateur. Seul le chevalier aristocratique la reçoit
au cours de l’adoubement… ou des mains d’une fée.
Symbole du pouvoir du roi et de ses auxiliaires de la
noblesse, elle est au cœur de la théorie des deux glaives,
une profonde réflexion politique séparant le religieux
du séculier dans la gouvernance de la société. Martin
Aurell éclaire l’histoire de cet objet fascinant à la fois
destiné à l’usage de la force, porteur de nombreux pouvoirs
et paré de l’attrait du merveilleux.