Archives de catégorie : Publications

Dante et Shakespeare

Dante et Shakespeare Cosmologie, politique, poétique

Isabelle BATTESTI et Pascale DROUET

Paris : Classiques Garnier, 2020

(Encounters, 468), 351 p.

ISBN : 978-2-406-10125-3

 

This collection of essays invites a comparative approach of Dante and Shakespeare’s respective works according to three main lines: cosmology (a meditation on the divine and on the natural order); politics (a reflection upon human society and political constitution); and poetics (a reflection upon the art of writing).

Voir la parution sur le site de l’éditeur ICI


TABLE DES MATIÈRES

 

Isabelle BATTESTI et Pascale DROUET : Introduction

Première Partie

ORDRE COSMIQUE, DÉSORDRES POLITIQUES

Piero BOITANI : La musique des sphères. Dante et Shakespeare

Arianna HIJAZIN et Federico ROSSI : « Quasi una ordinata civilitade ». Ordre cosmique et ordre politique chez Dante et Shakespeare

William FRANKE : De Dante à Mallarmé à travers l’Hamlet de Shakespeare. Négativité de la révélation poético-prophétique dans la modernité

Deuxième partie

AVEUGLEMENTS ET DÉRÈGLEMENTS DU DÉSIR

Angela SCHUMANN : « Let me be ignorant ». Une lecture thomiste de l’aveuglement chez Dante et Shakespeare

Manuele GRAGNOLATI et Francesca SOUTHERDEN : Compulsion, plaisir, regret. Volonté et passivité dans trois sonnets de Dante, Pétrarque et Shakespeare

Raffaele PINTO : Théologisme philogyne (Dante) et anti-théologisme misogyne (Shakespeare)

Troisième partie

RENCONTRES POÉTIQUES, RENCONTRES RHÉTORIQUES

Emilia DI ROCCO : Dante et Shakespeare, une relation difficile

Christophe CAMARD : « In abito leggier di peregrino ». Échos et influence de Dante dans le Roméo et Juliette de Shakespeare

Franziska MEIER : Dante et Shakespeare, et les couleurs rhétoriques

Quatrième partie

L’HÉRITAGE CONTEMPORAINLA « FONCTION-AUTEUR » DE DANTE ET SHAKESPEARE

Bruno PINCHARD : Hugo entre Dante et Shakespeare. Une médiation poétique

Emilie GEORGES : Éclat dantesque. Splendeur et fragment dans les Cantos d’Ezra Pound

Filippo FONIOLES :  Livres perdus de Dante et de Shakespeare. Les classiques à l’épreuve de la littérature de genre

René de CECCATTY : Écriture, traduction et modernité. La Divine Comédie aujourd’hui

Louis ANDRE et Édouard LEKSTON : Dante et Shakespeare, croisements graphiques.entretien de Louis André avec Édouard Lekston

Bibliographie

Index des noms propres

Résumés

Table des illustrations

Revue interdisciplinaire : Textus & Musica

Le premier numéro de la revue interdisciplinaire Textus & Musica créée par Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM) et Federico Saviotti (Université de Pavie) avec la collaboration de Vanessa Ernst-Maillet (CNRS/CESCM ) pour la mise en ligne vient  de paraître.

La revue Textus & Musica propose d’accueillir et de promouvoir le dialogue entre les disciplines philologique et musicologique. Prenant naissance de l’expérience du groupe de recherche franco-italien « Philologie et Musicologie », Textus & Musica souhaite prolonger la réflexion interdisciplinaire sur les compositions poético-musicales du Moyen Âge et de la Renaissance, en valorisant les études sur les corpus chantés, de toutes formes et de toutes traditions, provenant de toute aire culturelle de l’Europe jusqu’en 1600.

La revue accueille des articles individuels ou collectifs, en français, italien ou anglais, portant un regard à la fois sur le texte et sur la musique. Publiée en accès libre, la revue, à cadence semestrielle, fera paraître chaque année : 1) un premier fascicule thématique, faisant l’objet d’un appel à contributions, ou bien contenant l’édition d’actes des rencontres « Philologie et Musicologie » ou d’autres journées d’études d’intérêt interdisciplinaire ; 2) un deuxième fascicule « mélanges » (dont les articles seront mis en ligne au fur et à mesure), contenant des études scientifiques de thématique libre, de courts essais ou notes et des comptes rendus d’ouvrages.

La conception de Textus & Musica est celle d’une publication en ligne, profitant de tout le potentiel qu’offre le support numérique, afin de favoriser le partage des produits de la recherche philologique et musicologique. L’intégration de contenus divers (images et schémas, éditions multimédia, enregistrements de performances philologiquement et musicologiquement fondées, etc.) est vivement encouragée.

Les articles du fascicule thématique sont soumis à évaluation de la part des curateurs et/ou du comité scientifique ; les autres articles sont évalués selon un principe de double expertise (double-blind peer-review). Les propositions d’articles peuvent être envoyées à l’adresse suivante : textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr.

Le premier numéro, « Qui dit tradition dit faute ? » La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, dirigé par Christelle Chaillou-Amadieu et Federico Saviotti rassemble une partie des communications de la troisième rencontre « Philologie et Musicologie » organisée en mai 2017 à Saint-Guilhem-le-Désert par Gisèle Clément (Université de Montpellier, directrice du CIMM), Fabio Zinelli (EPHE-SAPRAT) et les éditeurs du volume. La perspective de la rencontre était de faire ressortir les ressemblances et les divergences dans le traitement, théorique et pratique, des erreurs léguées par les traditions philologique et musicologique. Les contributions montrent de multiples facettes aussi bien sur l’exploitation de la faute par le chercheur que sur la conception même de l’erreur à l’époque où ont été́ produites – et reproduites – les œuvres étudiées.

 


[Publications] Annales de Janua n° 8, « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Les huitièmes Journées Jeunes Chercheurs organisées par l’association Janua ont réuni les 11 et 12 avril 2019 de jeunes chercheuses et chercheurs en sciences humaines avec l’objectif de présenter les raisons qui poussaient les femmes et les hommes à entreprendre un ou plusieurs voyages, de l’Antiquité à nos jours. Les contributions originales qui sont rassemblées dans ce huitième numéro des Annales de Janua mettent en exergue toute la richesse et la complexité de ce thème résolument pluridisciplinaire.

Ce numéro réalisé par Valentin Louineau (master 2 au Mondes Médiévaux en 2019-2020) et Cécile Maruéjouls (doctorante), est une réussite d’un point de vue méthodologique. De l’histoire à la littérature en passant par l’histoire de l’art, il ressort avec évidence de ces articles l’intérêt de croiser les sources – historiques, littéraires, épistolaires, iconographiques et cinématographiques – selon les périodes pour questionner un tel objet d’étude. Les autrices et l’auteur de ce numéro ont non seulement mis en évidence la diversité des raisons de prendre la route à travers les siècles et les différentes cultures étudiées, mais ils ont également permis d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche sur les dimensions politiques, mémorielles, émotionnelles, spirituelles et esthétiques qui sous-tendent le voyage et ses représentations.

Dans son étude sur les pérégrinations du patriarche vétérotestamentaire Joseph, Catherine Negovanovic questionne les enjeux fraternels, politiques et spirituels du voyage du jeune hébreu. Sa lecture typologique du récit met en exergue le voyage intérieur de Joseph, dont l’âme fait le chemin jusqu’au Salut.

À travers les correspondances de Symmaque, Alexandra Pierré-Caps met en évidence la manière dont ce haut fonctionnaire de l’Empire romain conçoit sa mobilité professionnelle entre le nord et le sud de la péninsule italique au IVe siècle de notre ère. Des motifs de l’excursion à la lassitude de celui qui l’entreprend en passant par les modalités pratiques des déplacements officiels, l’autrice nous offre une analyse complète et poussée du voyage d’un aristocrate à la fin de l’Antiquité.

Notre chemin se poursuit avec l’itinérance des médecins à la période médiévale. Dans son article, Corinne Lamour met en avant la nécessaire mobilité géographique des praticiens. Apprentissage, collaboration, guerre, … nombreuses sont les occasions et obligations poussant les médecins médiévaux à prendre la route.

Sarah Gouin‑Béduneau a minutieusement étudié le portail de l’église de Bourg‑Argental qui représente une image singulière des Rois mages, fusionnant le voyage et son enjeu : l’Adoration. La mise en images de ce voyage fait intervenir des procédés narratifs révélant la dimension spirituelle du long et périlleux voyage qu’ils entreprennent à la force de leur foi pour reconnaître Dieu.

Dans un autre ordre d’idées, Lisa Dubost porte son attention sur la représentation du voyage dans un manuscrit de la Vita et miracula s. Amandi conservé à la bibliothèque municipale de Valenciennes sous la cote 502. En s’appuyant sur l’analyse iconographique du parcours visuel, l’autrice montre dans quelle mesure le voyage géographique rencontre le voyage spirituel de l’évangélisateur de la Flandre.

C’est également un voyage en deux dimensions que nous propose Priscilla Mourgues avec son article portant sur le pèlerinage de Riccold de Monte Croce en Terre sainte au XIIIe siècle. Entre itinéraire géographique et cheminement spirituel, les écrits de ce moine florentin sont riches d’enseignement. Lorsque son Liber de peregrinationis se place comme un guide des peuples, des régions et des religions qu’il a rencontrés au Proche-Orient, ses Epistolae témoignent de la manière dont ce voyage a mis à l’épreuve sa foi.

La période moderne s’ouvre avec l’article de Jean-Christophe Temdaoui, qui brosse le paysage de l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois, marqué aux XVIIe et XVIIIe siècles par une migration d’une partie de sa population vers les Amériques, et en particulier vers la Caraïbe. L’auteur présente et analyse de manière très fine les différentes raisons de l’attrait de ces personnes pour les opportunités ultra-marines et les modalités de leurs voyages.

À travers le prisme des romans, Marianne Albertan-Coppola s’intéresse à l’itinérance des pauvres dans la France du XVIIIe siècle. Qu’elle soit la cause du voyage, sa conséquence, ou que le trajet en soit empreint, la pauvreté des personnages issus de ces œuvres littéraires est révélatrice de tout un pan de l’histoire sociale moderne.

Eva Belgherbi s’intéresse aux voyages de trois artistes britanniques, Mary Pownall, Ottilie Maclaren et Kathleen Bruce, en direction de la capitale parisienne pour se former à la sculpture. C’est en analysant avec justesse leurs parcours respectifs, leurs rencontres artistiques, leurs choix de carrière à partir de leurs correspondances et leurs autobiographies, que l’autrice fait notamment la lumière sur les conditions d’accès à la formation des femmes artistes dans l’histoire de la sculpture au tournant du XIXe siècle.

Enfin, Brigitte Rigaux-Pirastru propose une étude sur les mouvements migratoires des allemands vivants en Europe de l’Est et du Sud-Est entre 1944 et 1950 sur la base de sources cinématographiques. Pour un sujet peu traité en langue française, la démarche est tout à fait pertinente car elle permet d’interroger cet exode forcé au regard de l’histoire des idées, l’histoire affective, mémorielle, voire politique.

Nous adressons nos remerciements les plus sincères aux autrices et à l’auteur de ces articles, ainsi qu’à l’ensemble des membres du comité scientifique, des secrétaires de rédaction et à la secrétaire d’édition de ce huitième numéro des Annales de Janua.

Voir la revue ICI

Les Sociétés nordiques et baltes à l’aube de la christianisation

Les Sociétés nordiques et baltes à l’aube de la christianisation.

Nordic and Baltic Societies at the Dawn of Christianisation

Lucie MALBOS et Maurice CARREZ (coord.)

Revue d’histoire Nordique = Nordic historical Review, n° 26

ISBN : 978-2-8107-0674-7. – 266 p.

Voir le site de l’éditeur ICI


Le dossier étudie, d’un point de vue archéologique et historique, les sociétés nordiques et baltes dans les siècles qui ont précédé l’introduction plus ou moins massive du christianisme dans ces contrées, parfois à l’aide de croisades au XIIIe siècle. Il montre que ces sociétés, loin d’être retardataires, avaient un degré non négligeable de développement. Il souligne aussi que la christianisation a été un processus relativement lent et compliqué, se heurtant à des structures sociétales et mentales solides.
Les deux articles des « mélanges » portent, l’un sur les De la Gardie, une famille française anoblie au service des rois de Suède, et l’autre sur les facteurs socio-économiques qui ont favorisé la victoire russe et la conquête de la Finlande lors de la Grande Guerre du Nord de 1700 à 1714.
La rubrique « Sources » présente pour sa part une traduction française (inédite) de l’œuvre célèbre de Johann Gröning, Navigatio libera.

Lucie MALBOS est maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Poitiers. Elle est spécialiste d’histoire des sociétés et des économies littorales en Europe du Nord durant le haut Moyen Âge. Elle est l’auteure d’un ouvrage intitulé Les ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle) paru chez Brepols en 2017 et d’une vingtaine d’articles et contributions sur l’histoire de la Scandinavie médiévale.

Maurice CARREZ est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Strasbourg (Sciences Po Strasbourg) et spécialiste d’histoire socio-politique des pays de l’aire baltique aux XIXe et XXe siècles. Il a publié plusieurs ouvrages et de très nombreux articles et contributions touchant à l’histoire des pays du Nord.

 

The Middle English ‘kynge Appolyn of Thyre’

The Middle English Kynge Appolyn of Thyre: Edited from the Text Published by Wynkyn De Worde 1510; With a Parallel Text of the Medieval French La Cronicque Et Hystoire De Appollin, Roy De Thir.

Stephen MORRISON & Jean-Jacques VINCENSINI (eds.)

Universitatsverlag Winter, 2020 (Middle English Texts 58)

ISBN : 978-3825347031. – 115 p.


The Latin ‘Historia Apollonii Regis Tyr’i, the original of which may have been written in Greek, is the ultimate source for an extensive network of medieval vernacular versions of the romance narrative ‘Apollonius of Tyre’. The Middle English version edited here was published by Wynkyn de Worde in 1510, and is a translation and adaptation by Robert Copland (fl. c. 1505-47) of the Middle French ‘La cronicque et hystoire de Appollin, roy de Thir’.In order to illustrate Copland’s work as both translator and adaptor, his Middle English text is set in parallel with ‘La cronicque’. The Introduction highlights features of Copland’s translation practice, in particular his use of doublets, and the extent to which he elaborated points in the narrative and embellished the text. It also discusses Copland as wordsmith by drawing attention to his use of coinings and senses that were new or have rarely been detected. The Introduction concludes with an annotated list of rare lexical items and ante-datings. The parallel texts are preceded by a map of the travels of Apollonius, and followed by a commentary, glossary, index of personal and place names, and a bibliography.