Archives de catégorie : Publications

Mobilités du lignage anglo-normand de Briouze (mi-XIe siècle-1326)

Amélie Rigollet

Mobilités du lignage anglo-normand de Briouze (mi-XIe siècle–1326)

Turnhout : Brepols, 2021 (Histoires de famille. La parenté au Moyen Âge-HIFA 22)

ISBN: 978-2-503-59248-0 / 519 p., 79€

La famille de Briouze se désigne elle-même, depuis le milieu du XIe siècle, par un toponyme, en référence au centre originel de sa puissance territoriale. Le qualificatif d’« anglo-normand » employé pour désigner le lignage de Briouze permet d’évoquer sa double appartenance culturelle. Le lignage dépasse cette acception binaire en s’implantant dans les régions annexées par la couronne anglaise. Les Briouze sont des seigneurs transrégionaux, puisqu’au gré des conquêtes, ils construisent un vaste patrimoine transmaritime, morcelé à l’intérieur du monde anglo-normand.

Relier les parcours individuels et les stratégies lignagères aux évolutions d’ensemble : cette démarche permet de saisir la complémentarité des phénomènes à des échelles variées pour discerner les particularismes propres aux Briouze. L’interconnexion entre expansion territoriale, ascension sociale et loyauté envers la royauté est l’une des caractéristiques de leur histoire. Cette dernière est écrite par le recoupement d’actes collectés dans les fonds ecclésiastiques et les archives du pouvoir souverain, croisés aux discours produits par l’historiographie médiévale. Les discontinuités coïncident avec l’évolution de la structure du lignage et des rapports entre la famille et le pouvoir.

La capacité d’adaptation – ou l’inadaptation – du lignage de Briouze aux différentes formes de mobilités, question centrale de cet ouvrage, transparaît dans leur aptitude à affronter et surmonter les situations de crise. À l’intersection des formes de mobilités aux évolutions distinctes – politique, sociale, culturelle et économique – se trouve la mobilité géographique, trait d’union entre ces transformations différenciées ainsi imbriquées. Chaque rupture, chaque chute du lignage éclate sous la pression du pouvoir politique mais survient lorsque les possibilités d’expansions territoriales sont contrariées ou empêchées.
Docteure en histoire médiévale, chercheuse associée au CESCM.

 

Table of Contents

Remerciements
Table des matières
Abréviations
Préface

Introduction. Sur les traces des Briouze

Première partie : 1066-1175

Des seigneurs pionniers
Briouze, du toponyme à la topolignée
La seigneurie nouvelle de Briouze aux confins du duché
Guillaume Ier de Briouze (c. 1030-c. 1095), de Briouze à Bramber, gardien des frontières du monde anglo-normand
La fidélité des Briouze face à l’instabilité du pouvoir (1087-1154)
Conclusion : Distance entre les Briouze et le pouvoir royal

Tripolarité castrale
Briouze, en bordure du marais du Grand Hazé
Bramber, dans l’estuaire de l’Adur
Radnor, sur un éperon rocheux de la Radnor Forest
Conclusion : À la conquête de l’ouest

Fondations bénédictines
Le fief de Briouze, entre idéal aristocratique et réalité monastique
La seigneurie de Bramber, un nouvel enjeu très attractif
Conclusion : Décentrement du dominium

Polarisation des affinités
Une topolignée mobile au gré des stratégies matrimoniales
La parenté de Briouze, un réseau égocentré
Identifier les réseaux de fidélité dans l’entourage seigneurial
Conclusion : Typologie de la polarisation des affinités

Gérer la dispersion des richesses foncières
Le capital : les terres recensées par les enquêtes royales
Les ressources : profits complémentaires issus du domaine
Le personnel : délégation de la gestion des terres éparses
Les charges : indices d’une stratégie d’extension territoriale
Conclusion : Gérer le polycentrisme territorial

Deuxième partie : 1175-1211

De pionnier à occupant, expansion castrale dans la marche de Galles
Densification de l’implantation galloise
Les Briouze, gardiens et protecteurs de châteaux de la marche
Conclusion : Être seigneur dans une région frontalière hybride

Portrait historiographique de Guillaume III, seigneur de la marche
Un guerrier cruel
Un chevalier pieux, protecteur de l’Église galloise
Conclusion : Portrait ambivalent d’un seigneur de la marche

Guillaume III de Briouze, « favori » du roi Jean (1199-1207)
Les étapes de la faveur royale
Guillaume III a-t-il les moyens de ses ambitions ?
Conclusion : Les prémices de la disgrâce

Prévalence de la parentèle dans l’entourage de Guillaume III de Briouze
Importance des Saint-Valéry
Placer ses parents
Conclusion : Un réseau familial en clair-obscur

L’obsession irlandaise
La mémoire d’un échec familial (1177)
Guillaume III de Briouze obnubilé par Limerick
Les absents ont toujours tort
Conclusion : « Risquer les périls de la Fortune »

La Fortune destructrice : récits d’un déclin
Les motifs narratifs de la chute
Les récits de la chute, critiques voilées du pouvoir royal
Mathilde de Briouze, cible de la disgrâce
Guillaume IV le Jeune, l’oublié des récits
Dualité des contestations de Gilles de Briouze, évêque rebelle
Conclusion : Une vérité insaisissable

Troisième partie : 1211-1326

Altérités (1211-1232)
Quand le parent devient Autre
Altération de l’autorité familiale divisée
Quand l’Autre devient parent  
Conclusion : Un patronyme, deux sous-lignées

Ève de Briouze et ses filles (1230-1246)
Ève, épouse de Guillaume V de Briouze et dame de la Marche
Les quatre filles d’Ève, objets de convoitise
Ève, une jeune veuve dynamique et autonome
Conclusion : Extinction de la sous-lignée cadette

Chevaliers au lion (mi-XIIIe siècle-1326)
La figure du chef : expression de la domination seigneuriale
Guillaume VI, un loyal partisan du roi
Le lion combattant pour la lutte du Bien contre le Mal
Emblème du chevalier chrétien
Conclusion : Identité et mémoire familiale

L’attachement des vassaux
Implantation des lignées vassaliques
Servir les seigneurs de Briouze
Conclusion : Des liens d’affection durables

Dislocation de la puissance seigneuriale
Jean de Montbray, le substitut
Le Gower et la remise en cause de l’autorité des Briouze
La réaction des Briouze
Conclusion : Collision de trajectoires

Conclusion : Progressions du lignage de Briouze

Annexe 1: Actes émis par les seigneurs de Briouze
Annexe 2: Les possessions anglaises de Guillaume Ier de Briouze selon le Domesday Book
Annexe 3: Itinéraire de Guillaume III de Briouze, témoin royal (1194-1207)
Annexe 4: Enquête menée en 1319 sur les terres de Guillaume VII de Briouze, seigneur de Gower

Sources et Bibliographie

Table des figures

Shakespeare and the denial of territory: Banishment, abuse of power and strategies of resistance

Shakespeare and the denial of territory: Banishment, abuse of power and strategies of resistance

Pascale Drouet

Manchester University press, 2021

ISBN: 978-1-5261-4406-5

238 p., 88€

 

This book analyses three Shakespearean plays that particularly deal with abusive forms of banishment: King Richard II, Coriolanus, and King Lear. In these plays, the abuses of power are triggered by fearless speeches that question the legitimacy of power and are misinterpreted as breaches of allegiance; in these plays, both the bold speech of the fearless speaker and the performative sentence of the banisher trigger the relentless dynamics of what Deleuze and Guattari termed ‘deterritorialisation’. This book approaches the central question of the abusive denial of territory from various angles: linguistic, legal and ethical, physical and psychological. Various strategies of resistance are explored: illegal return, which takes the form of a frontal counterattack employing a ‘war machine’; ruse and the experience of internal(ised) exile; and mental escape, which nonetheless may lead to madness, exhaustion or heartbreak.


Introduction

Part I: The dynamic of deterritorialisation in King Richard II, King Lear and Coriolanus
1 Swearing allegiance or questioning power
2 Abuse of power and banishment: from ‘effet de retour‘ to unnaturalness
3 The talion effect: deterritorialisation for deterritorialisaion

Part II: The dynamic of riposte in King Richard II and Coriolanus
4 The politics of illegal return
5 The necessity of the ‘war machine’
6 Alternatives to the ‘war machine’

Part III: The experience of internal(ised) exile in King Lear
7 Dissembling and avoiding banishment
8 Assuming otherness, or the spiral of degradation
9 Home as a foreign elsewhere

Part IV: The dialectic of endurance and exhaustion in King Richard II and King Lear
10 Mental spaces and types of interiority
11 The limits of endurance and the signs of exhaustion
12 Maps of emotions

Conclusion
Bibliography
Index


Pascale Drouet is Professor in Early Modern British Literature at the University of Poitiers in France

Textus & Musica : volume 3.

Le troisième numéro de la revue interdisciplinaire Textus & Musica créée par Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM) et Federico Saviotti (Université de Pavie) avec la collaboration de Vanessa Ernst-Maillet (CNRS/CESCM ) pour la mise en ligne vient  de paraître. Il s’intitule : Langues et musiques dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance.

Le présent fascicule de Textus&Musica rassemble une partie des communications prononcées lors de la quatrième rencontre interdisciplinaire organisée par le groupe de recherche franco-italien « Philologie et musicologie » du 1er au 5 juin 2019 (https://philomusi4.sciencesconf.org/). Le congrès international Langues et musiques dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, qui eut lieu à l’abbaye de Morimondo et à l’Université de Pavie, avait pour perspective d’étudier les influences de la langue sur la composition musicale dans les répertoires chantés du XIIe au XVIe siècle, en latin ou en langues vernaculaires. Ainsi, les contributions de ce volume proposent d’étudier cette question dans une perspective transversale, même lorsqu’elles ne traitent que d’un seul domaine, afin de considérer les pièces dans leur globalité pour mieux en comprendre la texture musicale et textuelle, de problématiser l’approche des objets d’étude en fonction des apports de l’autre discipline et de stimuler la réflexion au sein même de l’autre champ disciplinaire.

 La 4e rencontre « Philologie et Musicologie », placée sous le label de l’Université Franco-Italienne, a bénéficié d’un soutien matériel et financier important, y compris pour l’organisation du Festival Musici vagantes (https://philomusi4.sciencesconf.org/resource/page/id/2), associé aux travaux du Congrès. Les organisateurs tiennent à remercier particulièrement : le Dipartimento di Studi umanistici dell’Università di Pavia (“Dipartimenti di Eccellenza Program [2018–2022]” financé par le Ministère de l’Education, de l’Université et de la Recherche [MIUR]) ; le Centre International des Musiques Médiévales de Montpellier ; l’Université Paul-Valery et le Centre d’Études Médiévales de Montpellier ; le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de Poitiers ; l’École Pratique des Hautes Études (SAPRAT EA 4116) ; l’Université Franco-Italienne ; la commune de Morimondo, la fondation Abbatia Sancte Marie de Morimundo, la paroisse de Santa Maria Nascente de Morimondo (MI), l’office de tourisme de Morimondo pour leur accueil et la mise à disposition de leurs locaux.

La revue Textus & Musica propose d’accueillir et de promouvoir le dialogue entre les disciplines philologique et musicologique. Prenant naissance de l’expérience du groupe de recherche franco-italien « Philologie et Musicologie », Textus & Musica souhaite prolonger la réflexion interdisciplinaire sur les compositions poético-musicales du Moyen Âge et de la Renaissance, en valorisant les études sur les corpus chantés, de toutes formes et de toutes traditions, provenant de toute aire culturelle de l’Europe jusqu’en 1600.

La revue accueille des articles individuels ou collectifs, en français, italien ou anglais, portant un regard à la fois sur le texte et sur la musique. Publiée en accès libre, la revue, à cadence semestrielle, fera paraître chaque année : 1) un premier fascicule thématique, faisant l’objet d’un appel à contributions, ou bien contenant l’édition d’actes des rencontres « Philologie et Musicologie » ou d’autres journées d’études d’intérêt interdisciplinaire ; 2) un deuxième fascicule « mélanges » (dont les articles seront mis en ligne au fur et à mesure), contenant des études scientifiques de thématique libre, de courts essais ou notes et des comptes rendus d’ouvrages.

La conception de Textus & Musica est celle d’une publication en ligne, profitant de tout le potentiel qu’offre le support numérique, afin de favoriser le partage des produits de la recherche philologique et musicologique. L’intégration de contenus divers (images et schémas, éditions multimédia, enregistrements de performances philologiquement et musicologiquement fondées, etc.) est vivement encouragée.

Les articles du fascicule thématique sont soumis à évaluation de la part des curateurs et/ou du comité scientifique ; les autres articles sont évalués selon un principe de double expertise (double-blind peer-review). Les propositions d’articles peuvent être envoyées à l’adresse suivante : textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr. Le premier numéro, “Qui dit tradition dit faute ?” La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, dirigé par Christelle Chaillou-Amadieu et Federico Saviotti rassemble une partie des communications de la troisième rencontre « Philologie et Musicologie » organisée en mai 2017 à Saint-Guilhem-le-Désert par Gisèle Clément (Université de Montpellier, directrice du CIMM), Fabio Zinelli (EPHE-SAPRAT) et les éditeurs du volume. La perspective de la rencontre était de faire ressortir les ressemblances et les divergences dans le traitement, théorique et pratique, des erreurs léguées par les traditions philologique et musicologique. Les contributions montrent de multiples facettes aussi bien sur l’exploitation de la faute par le chercheur que sur la conception même de l’erreur à l’époque où ont été́ produites – et reproduites – les œuvres étudiées.

L’imaginaire de la sainteté

L’imaginaire de la sainteté

Edina Bozoky

Les éditions du Cerf, 2021 (à paraître)

ISBN : 978-2-2041-4726-2

288 p. – 24€

 

 

Dans l’imaginaire de la sainteté chrétienne, il est peu de cultes et de légendes qui ne soient liés à la présence de reliques. À partir du IVe siècle, la croyance en leur pouvoir miraculeux favorise les découvertes – inventions – des tombeaux des saints oubliés ou peu connus, et la reconnaissance officielle de leur sainteté quand des miracles sont attestés. Le processus de la « fabrique » de légendes se met alors en marche, à grand renfort de récits sur l’histoire des saints présumés, et sur la translation miraculeuse de leur corps retrouvé en un lieu inattendu.


De l’Antiquité tardive à l’époque moderne en Occident, de saint Jacques de Compostelle aux saints inconnus des catacombes romaines, en passant par Marie Madeleine à Vézelay et à Saint-Maximin, Edina Bozoky nous offre la première grande synthèse de la genèse des cultes de sainteté liés aux inventions de reliques, assortie d’une iconographie inédite.


Maître de conférences émérite de l’université de Poitiers, et membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Edina Bozoky est spécialiste de l’histoire religieuse du Moyen Âge.

Gouverner l’empire Plantagenêt (1152-1224) : autorité, symboles, idéologie

Gouverner l’empire Plantagenêt (1152-1224) : autorité, symboles, idéologie

Martin Aurell (dir.)

Coédition Région Pays de la Loire, 2021 (Collection Colloques Patrimoines en Région)

ISBN : 979-10-93572-66-6

388 pages, 22

En mars 1165, dans une lettre adressée à Thomas Becket, Arnoul de Lisieux souligne les difficultés auxquelles se trouve confronté le roi Henri II Plantagenêt : « bien qu’il ne le laisse pas paraître, d’amères difficultés troublent son esprit […]. Il s’émeut en effet de la haine des Français, des calomnies des Flamands, de la perversité des Gallois, des pièges tendus par les Écossais, de l’audace des Bretons, des alliances des Poitevins, des dépenses de l’Aquitaine intérieure, de l’inconstance des Gascons et, ce qui est plus grave, de l’inimitié de presque tous ceux qui sont ses sujets ».
Gouverner l’empire Plantagenêt est un exercice complexe : il faut s’adapter aux impératifs qui s’imposent à différentes échelles, développer des stratégies de gouvernement in absentia, orienter les priorités en fonction de la conjoncture, du poids politique et économique de chaque entité territoriale et s’adapter aux spécificités identitaires de chacune. Comment les Angevins ont-ils pu relever ce défi ?
L’historien médiéviste Martin Aurell réunit dans le cadre exceptionnel de l’abbaye de Fontevraud des chercheurs d’horizons variés, dans une perspective résolument pluridisciplinaire, pour une investigation dédiée à l’étude du gouvernement Plantagenêt. Cet ouvrage présente les contributions de ce colloque (7-9 octobre 2021) mené par les plus grands spécialistes du sujet en Europe.

Table des matières

 

Introduction : Gouverner l’Empire Plantagenêt : les idées et les personnes, Martin AURELL

POUVOIR : LES HOMMES ET LES INSTITUTIONS

Le gouvernement par chancellerie : le bureau d’écriture des rois Plantagenêts, principal département d’État, Nicholas VINCENT, Traduction : Gauthier HERRMANN

Gouverneurs de l’Angleterre angevine, William Longchamp, Hubert Walter et l’écriture contemporaine, Michael STAUNTON, Traduction : Gauthier HERRMANN

Hubert Gautier, mediator à la cour Plantagenêt : un Wolsey du XIIe siècle ?, Amaury CHAUOU

IMAGINAIRE : GESTUELLE, POÉSIE, FICTION

Humour et absence d’humour à la cour d’Henri II, Peter J.A. JONES, Traduction : Gauthier HERRMANN

Désirer servir, aimer combattre. Les troubadours face aux rois Plantagenêt (1152-1224), Sébastien-Abel LAURENT

Le roi combattant dans les chroniques de l’espace Plantagenêt (1152-1224), Pierre COURROUX

ESPACE : CENTRALISATION OU SÉDITION ?

Espace : centralisation ou sédition ? La cour comme instrument de gouvernement impérial : mobilité des corps et territoires de l’empire, Fanny MADELINE

Le roi Jean et la répression de la rébellion (1199-1216), Matthew STRICKLAND, Traduction : Caroline ABOLIVIER

Gérer des vassaux turbulents. Les Plantagenêts face aux Lusignan (1152-1224), Clément de VASSELOT

Le Quercy Plantagenêt a-t-il existé ? L’enquête sur la dot de Jeanne d’Angleterre (1196-1286), Amicie PELISSIE DU RAUSAS

CHATEAUX : LIEUX DE POUVOIR

Guillaume III de Briouze et sa nef au service de l’Empire Plantagenêt (1177-1203), Amélie RIGOLLET

Le développement du complexe palatial du château de Caen, Bénédicte GUILLOT

Le palais d’Angers et les fortifications angevines sous les Plantagenêts, Jean BRODEUR, Emmanuel LITOUX, Teddy VERON

MONACHISME : FONTEVRAUD ET L’ARCHITECTURE “ANGEVINE”

« L’utilisation » de la sculpture dans le domaine Plantagenêt et la représentation des figures de pouvoir : Mythe ou réalité , Bénédicte FILLION-BRAGUET

L’architecture gothique « angevine » constitue-t-elle un marqueur de souveraineté dans les terres orientales des Plantagenêts ?, Claude ANDRAULT-SCHMITT

Les cuisines du Grand Moutier de l’abbaye de Fontevraud : un mécénat Plantagenêt ?, Jean-Yves HUNOT

JEAN SANS TERRE : EFFRONDREMENT D’UNE IDENTITÉ POLITIQUE

Jean sans Terre et le gouvernement par un étranger : l’exemple du Poitou, Stephen CHURCH, Traduction : Julia KERNINON

Jean sans Terre et Londres, Frédérique LACHAUD

Un chaînon manquant ? Le sénéchal méridional dans l’ombre des Plantagenêts (1210-1229), Gregory LIPPIAT, Traduction : Julia KERNINON

Conclusions

Art de gouverner, gestes politiques et pratiques de l’espace dans l’Empire Plantagenêt, Maïté BILLORE