Archives de catégorie : Plateau Documentaire

[15 novembre] Focus n° 2 : le ciborium de San Marco

Vous êtes chaleureusement convié.e.s au Focus n° 2, autour du ciborium de San Marco de Venise.

Le jeudi 15 novembre, 12h-13h, CESCM-Pôle documentaire.

Construit comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds physique, la base Romane et le travail scientifique, et ce par la collaboration des chercheurs et de l’équipe de la Photothèque.

Le 15 novembre, nous vous proposons une discussion scientifique et conviviale sur le ciborium de San Marco de Venise, en compagnie de notre invitée Maria Villano, doctorante sous la direction de Stefano Riccioni et de Vincent Debiais. Le questionnement portera sur une sélection iconographique et épigraphique de cette œuvre célèbre, mais peu étudiée jusqu’à présent et à la datation controversée. Ouvert à tous et axé sur l’interactivité, vous êtes convié à partager ce moment autour d’un verre.

N’hésitez pas à apporter votre casse-croûte, nous déjeunerons ensemble lors de cet échange.

[4 octobre] Focus n° 1 : La chapelle axiale de Saint-Savin

Vous êtes chaleureusement convié.e.s le jeudi 4 octobre 2018, 12h-13h, CESCM-Pôle documentaire,  autour d’un déjeuner collectif.

Nous avons le plaisir de vous convier chaleureusement au Focus n° 1 consacré à la chapelle axiale de Saint-Savin. Construit comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds physique, la base Romane et le travail des chercheurs de notre laboratoire et ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial.

Nous engagerons une discussion libre, scientifique et conviviale autour des peintures de la chapelle axiale de Saint-Savin et des saints sous arcades représentés dans la partie basse, en compagnie de notre invitée Claire Boisseau, doctorante au CESCM.

Ouvert à tous et axé sur l’interactivité, vous êtes conviés à partager ce moment autour d’un verre. N’hésitez pas à apporter votre casse-croûte, nous déjeunerons ensemble lors de cet échange.


Inscriptions médiévales et humanités numériques : le stage était presque parfait

Alexandre Gaudin est venu faire son stage de fin d’études au CESCM. Toujours à l’écoute et d’une efficacité redoutable, sa venue de trois mois et demi au sein du laboratoire a été très appréciée. La soutenance prochaine de son mémoire est l’occasion de faire connaître son travail.

Portrait sur la fouille du château de Scorbé-Clairvaux (Cl. : M. Durier)

Tu as intégré l’École des chartes au sein d’un master professionnel. De quoi s’agit-il ?

L’École des chartes est connue pour sa formation d’archiviste-paléographe avec un parcours en 4 ans finalisé par une thèse. Mais l’École propose par ailleurs 4 masters ; le mien s’appelle « Technologies numériques appliquées à l’histoire ». Les cours sont communs avec les archivistes-paléographes en première année, tandis que la formation au numérique est concentrée sur la deuxième. On apprend des langages de programmation, des langages à balises… C’est à la fois général et très appliqué grâce à des projets réalisés par groupe de 4 ou 5 personnes. Le mien devait créer un flux d’information : une sorte de Twitter qui récupère des flux RSS et où l’utilisateur peut poster des informations sur le monde des archives et des bibliothèques.

Pourquoi avoir choisi le CESCM pour ton stage de fin d’études ?

J’aime bien tout ce qui concerne le Moyen Âge : sa part d’inconnu m’a donné envie de le découvrir. C’est déjà pour ça que j’avais choisi le parcours « archives médiévales » en entrant à l’École des chartes.

Tu as rejoint plus spécifiquement le projet Titulus, dirigé par Estelle Ingrand-Varenne dans le cadre du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM). Quelles étaient tes missions ?

Le projet Titulus vise à rendre plus accessible le CIFM, et plus largement l’épigraphie médiévale. On trouve sur son site les anciens volumes publiés entre 1974 et 2010, mais aussi des notices inédites et enrichies de nouvelles formes d’analyses. Ces nouvelles notices sont encodées dans un langage adapté : l’XML-TEI. Il s’agit d’un système de description d’un document au moyen de balises, qui permet d’une part d’en faire une analyse textuelle et d’autre part de préparer l’automatisation de sa mise en page. Cet encodage a été mis en place pour Titulus par Clara Renedo Mirambell lors d’un précédent stage puis d’un contrat comme ingénieure d’études.

L’un des objectifs de mon stage était d’enrichir le site de Titulus par une carte interactive répertoriant l’ensemble des inscriptions présentes dans les 26 volumes parus du CIFM. Cependant, Clara ayant déjà mis en place l’édition numérique, ma principale mission était de développer un complément pour l’édition papier. Il s’agissait de pouvoir créer (presque) automatiquement un document PDF à envoyer à l’imprimeur. Je devais donc générer ce fichier à partir des notices encodées en XML-TEI, mais aussi composer le restant du volume : une carte, des index… J’ai travaillé, pour mettre en place les outils nécessaires, sur le volume hors-série de Cécile Treffort à paraître prochainement sur les inscriptions carolingiennes.

Tu avais seulement 3 mois et demi pour réaliser ce programme ambitieux : y es-tu parvenu ?

Oui ! La quasi-totalité du travail de mise en page des volumes publiés par le CIFM est maintenant automatisé. J’ai écrit pour cela plusieurs feuilles de style qui traitent les notices et génèrent les index. J’ai aussi créé des fonds de carte réutilisables ainsi qu’une méthodologie pour faciliter la cartographie des prochaines publications.

Carte de localisation des inscriptions carolingiennes réalisée par Alexandre Gaudin.

La carte interactive est également en ligne, avec tous les volumes distingués par des couleurs différentes. Quand on clique sur le signet, une fenêtre pop-up indique le nom de la ville, la référence bibliographique de l’inscription dans le CIFM et le lien vers la notice numérique lorsqu’elle existe.

Visualisation de la cartographie interactive réalisée par Alexandre Gaudin.

Bravo ! Il faut ajouter que tu n’as pas seulement suivi des instructions : tu as aussi su choisir la marche à suivre… Quitte à mettre en œuvre un langage de programmation (LateX) et des logiciels de cartographie (QGis, U-Map) que tu n’avais jusqu’alors jamais utilisés…

Ce stage t’a-t-il plu ?

Oui, d’autant que le projet Titulus permet de voir rapidement l’avancement de son travail ! Par ailleurs, l’avantage de ce stage est aussi d’assister à des conférences sur le Moyen Âge, notamment lors des Semaines d’études médiévales.

Je voudrais remercier tout le monde : les collègues et le cadre de travail sont très sympathiques. C’est vraiment génial.

Merci, nous sommes ravis de t’accueillir ! Ta formation se termine : quels sont tes nouveaux projets ?

Je commence dès cet automne un contrat de 3 mois aux Archives nationales ! Parallèlement, je vais passer les concours de conservateur dès 2019.

Bonne continuation et merci encore pour ton travail !

Appel à contributions FOCUS, 2018-2019 : L’étude des images

Construits comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds documentaire de la Photothèque et le travail des chercheurs, et ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial.

Axé sur l’échange scientifique et chaleureux, ce rendez-vous ouvert à tous se déroule une fois par mois  au Pôle documentaire du CESCM, de 12h à 13h.

Initiés depuis octobre 2016, les Focus ont été l’occasion de nombreux zoom sur des aspects précis de la recherche en médiévistique. La présentation d’une heure sur le temps de midi est l’occasion d’échanges scientifiques hors du contexte conventionnel de séminaires ou de conférences. La diversité des approches, des supports et des méthodes enrichit les discussions, lesquelles permettent de présenter des travaux mais aussi d’affermir des hypothèses, d’expérimenter de nouvelles pistes ou de vérifier des approches novatrices, et ce dans un cadre bienveillant et amical ouvert à tous.

L’année 2018-2019 sera orientée vers l’étude de l’image par la culture visuelle, l’iconographie, la technique, l’analyse des signes iconiques et alphabétiques, etc.

Enseignants-chercheurs, chercheurs, docteurs, ingénieurs de recherches et d’études, professionnels, spécialistes et doctorants sont invités à proposer leur contribution. Tout sujet, work in progress ou étude accomplie, est susceptible d’être soumis sous réserve d’un lien avec le fonds de la Photothèque du CESCM et/ou la base Romane.

 


Proposition de contribution (résumé 10 lignes max. avec exemples précis) à communiquer sont à retourner avant le 10 juin 2018 par mail à phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

Tout sujet ou support, work in progress ou étude accomplie est susceptible d’être soumis sous réserve d’un lien avec le fonds de la Photothèque et/ou la base Romane.

Pour toute information complémentaire : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

[5 avril] : Atelier numérique : les bases de données de manuscrits

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 6 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

Christine de Pizan Multi-Tasking, par Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0
  • Date : jeudi 5 avril de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : Les bases de données sur les manuscrits
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Vladimir Agrigoroaei (chargé de recherche CNRS au CESCM)

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

 

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.