Archives de catégorie : Plateau Documentaire

Don d’Isabelle Crozet au CESCM

Suite à l’exposition de 2023, Pêle-mêle, 70 ans de vie au CESCM, madame Isabelle Crozet, petite-fille de l’illustre René Crozet, a contacté la photothèque du CESCM afin de répondre favorablement à notre requête : identifier des personnes sur les photographies exposées.

Le 22 novembre 2023, en tant que photothécaire j’ai eu le plaisir d’accueillir Isabelle Crozet ainsi que son mari, Jacques-Marie Loiseau. Cette rencontre chaleureuse a permis de connaître davantage l’homme et le grand-père qu’était René Crozet. À cette occasion Mme Crozet a proposé de nous apporter des archives. Nous l’avons de nouveau reçu  au CESCM avec Cécile Voyer, le 29 avril 2024. C’est à cette occasion qu’elle a généreusement fait don de précieuses archives : 672 cartes postales de la Vienne et 345 documents. Il s’agit de courriers, de télégrammes et de cartes adressés à René Crozet lors du décès de sa femme Henriette en 1964.

[Exposition] L’art roman dans l’objectif des photographes. Florilège de la photothèque du CESCM

Souillac (46) Abbatiale Notre-Dame (Cliché A. Lallemand)

Poitiers, UFR Sciences humaines et arts et hôtel Berthelot

du 17 mai au 17 juillet 2024 à l’espace d’expositions de l’UFR SHA, 8 rue René Descartes – bâtiment E18, niveau 4
Avec une présentation documentaire à la BU Michel Foucault.

du 17 mai au 4 novembre 2024 à l’hôtel Berthelot, Pôle documentaire du CESCM et salle Crozet – 24 rue de la Chaîne – bât. E13

 

Entrée libre, aux horaires d’ouverture de l’établissement


À l’occasion du colloque international sur L’art roman au XXIe siècle, la photothèque du CESCM vous propose une exposition de documents iconographiques issus de sa collection. Elle présente une quarantaine de photographies mettant en lumière l’architecture, la sculpture et la peinture de l’époque romane en France, et réalisées par sept photographes, de la fin du XIXe siècle à nos jours. Elle vise à dévoiler de magnifiques photographies et à interroger l’évolution des regards sur l’art roman, au fil du temps photographique.

Le vaste fonds de la photothèque rassemble plus de 250 000 documents iconographiques relatifs à l’art médiéval en Europe occidentale. Dans les années 1960 à 1980, près de 1 000 clichés de format 30×50 cm et 50×60 cm ont été acquis par le CESCM. Ce sont ces belles épreuves noir et blanc en grand format du fonds « ancien » qui ont constitué le point de départ de la sélection. Parmi les milliers d’auteurs représentés, quatre photographes, dont l’activité s’échelonne entre les années 1890 et 1980, ont été retenus : Eugène Lefèvre-Pontalis, Jean Dieuzaide-Yan, Auguste Allemand et Bernard Biraben. Afin de prolonger le parcours, trois photographes contemporains enrichissent la sélection : Jean-François Amelot, Jean-Pierre Brouard (ancien photographe au CESCM) et Lisa-Oriane Crosland (actuelle photographe au CESCM). Parmi ces sept auteurs, seul Eugène-Lefèvre Pontalis n’est pas un photographe professionnel. Sa présence s’explique par la qualité remarquable de ses clichés, mais aussi par leur ancienneté, au tournant du XIXe et du XXe siècle.

Saint-Savin-sur-Gartempe (86) Abbatiale (cliché J.-P. Brouard)

Ce florilège révèle les évolutions de la photographie au fil des décennies, avec les variations de supports, de formats et de technologies, mais témoigne aussi d’une diversité d’approches, oscillant entre tentation esthétique et finalité documentaire. Les images sont le reflet des différents contextes de réalisation, entre travaux d’auteurs, illustrations pour l’édition d’art et recherches scientifiques. Chacun des auteurs présentés a ainsi pu composer ses prises de vue en fonction du contexte de la commande et de la singularité de son approche, mettant parfois l’accent sur l’environnement du monument et les perspectives, ou dessinant le volume de la pierre par un clair-obscur le volume de la pierre, ou encore en portant son attention sur le rendu des matières et des couleurs du sujet.

En complément de l’exposition, nous vous invitons à poursuivre votre visite par la consultation de ROMANE, base de données de la photothèque du CESCM.

Cette exposition a été réalisée par Lisa-Oriane Crosland et Stéphanie Thomas (Photothèque-CESCM), Isabelle Fortuné (UFR SHA) et Amal Azzi (doctorante CESCM), sous la direction de Cécile Voyer (Professeur d’histoire de l’art et Directrice du CESCM), Éric Palazzo (Professeur d’histoire de l’art, CESCM) et Marcello Angheben (Maître de conférences habilité en histoire de l’art, CESCM).

Merci à l’équipe logistique et à la commission Culture de l’UFR SHA, à la Bibliothèque universitaire Michel Foucault, à l’équipe du CESCM, ainsi qu’à Juliette Carrique pour leur participation.

[16 mai 2024] Atelier de la doc

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) et Martine Henrot (CNRS, bibliothèque du CESCM) proposent une nouvelle saison d’ateliers de formation d’une heure, visant à présenter les ressources numériques autour du Moyen Âge et valoriser la méthodologie documentaire.

Christine de Pizan Multi-Tasking, par Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0

 

  • Date :  jeudi 16 mai 12h30 à 13h30
  • Lieu : Pôle documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)

Du dessin de caractères typographiques aux problématiques de la recherche : l’encodage de caractères dans les humanités numériques

Présentation par Delia Préteux

Comprendre le fonctionnement et l’évolution des différents standards d’encodage de caractères typographiques et les ressources développées pour en faciliter l’usage peut ouvrir des potentiels élargis en matière d’édition notamment dans le contexte des humanités numériques. La création de caractères typographiques dédiés constitue un autre jalon du processus d’édition de la recherche. Ce prochain atelier de la doc se propose de présenter plusieurs projets dont certains développés à l’Atelier national de recherche typographique afin d’explorer les perspectives qu’offrent l’encodage et la création de caractères numériques pour la recherche.

Ouvert aux Master 1 et 2, doctorants, enseignants-chercheurs, personnel et extérieurs.

Nous espérons vous y voir nombreux, cet atelier est ouvert à tous, destiné à échanger sur les ressources numériques et axé sur l’interactivité : vous êtes chaleureusement conviés à partager ce moment !

[21 mai 2024] Atelier Humanités Numériques : la TEI

 Rémi Bonnin, Léontine Fortin (Projet ANR Maritem) et Damien Strzelecki (Biblissima+) vous invitent à leur premier Atelier Humanités Numériques.

Ces ateliers ont pour but la présentation d’un logiciel, d’un langage de programmation ou de développement. Ici, pas question de vous former, ni de vous faire un cours, mais de vous sensibiliser aux humanités numériques afin d’en comprendre l’importance.

Avec XML, IIIF, Heurist, QGIS, OMEKA et bien d’autres langages et logiciels, les humanités numériques offrent un éventail de possibilités pour analyser et visualiser des données issues des sciences humaines et sociales.

Cette première session aura lieu en salle Saint-Louis du CESCM le 21 mai 2024 à 17h. Nous aborderons l’un des langages les plus courants en Humanités Numériques :

La TEI (Text Encoding Initiative)

La présentation durera une heure suivie d’un moment d’échange autour du sujet.

L’atelier est ouvert aux Master 1 et 2, doctorants, enseignants-chercheurs, personnel et extérieurs.

Pour tout renseignements : remi.bonnin@univ-poitiers.fr  

Accéder à un large éventail de ressources sur le patrimoine écrit : le portail Biblissima et l’infrastructure Biblissima+

(Compte rendu de l’atelier de la Doc’ présenté par Anne-Sophie Traineau-Durozoy et Damien Strzelecki au pôle documentaire du CESCM le 10 avril 2024).

Le portail Biblissima est une bibliothèque virtuelle créée et enrichie entre 2012 et 2021. Il donne accès à un patrimoine écrit (manuscrits, incunables, imprimés anciens) du Moyen Âge et de la Renaissance en Occident du VIIIe au XVIIIe siècle. Les données sont interrogeables de plusieurs manières et elles sont alignées par le biais de référentiels permettant l’alignement, la désambigüisation et la normalisation des données. Biblissima s’appuie sur l’International Image Interoperability Framework (IIIF) pour la visualisation des données et des métadonnées et notamment garantir un accès en haute définition aux images, de les annoter ou encore de travailler simultanément sur plusieurs manuscrits. Enfin, une boîte à outils a été développée, laquelle est disponible sur le portail, apportant des ressources et outils pour mieux appréhender les données disponibles sur le portail.  

Biblissima+ est une infrastructure numérique multipolaire lancée en 2021 qui s’inscrit dans la droite lignée de Biblissima1. Il s’agit d’élargir à l’ensemble de la culture écrite, en allant de l’Antiquité mésopotamienne aux archives d’érudits modernes et de chercheurs contemporains. La diversité des sources et des ambitions est au cœur de Biblissima+ : il ne compte pas moins de 7 clusters. Le CESCM est fièrement représenté dans le projet en participant activement au cluster 5A : Épigraphie et TEI.  D’ici à 2030, le portail sera augmenté de nombreuses données et ressources., dont celles produites par l’équipe d’épigraphie médiévale. 

  1. Biblissima+ bénéficie d’une aide de l’État gérée par l’ANR au titre du Programme d’investissements d’avenir intégré à France 2030, portant la référence ANR-21-ESRE-0005. []