Archives de catégorie : Plateau Documentaire

[20 oct. 2020] Atelier ressources numériques : L’étude des blocs de pierre en général et des blocs inscrits en particulier

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison d’ateliers de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

  • Date : mardi 20 octobre 2020 de 12h à 13h

 

  • Lieu : Pôle documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique :

L’étude des blocs de pierre en général et des blocs inscrits en particulier.

  • Intervenant.e.s :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Thierry Gregor, doctorant au CESCM

Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel (masque obligatoire)

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.

Le projet épigraphique GRAPH-EAST récompensé par l’ERC

L’ERC récompense le projet d’épigraphie GRAPH-EAST au CESCM, nous avons interviewé Estelle Ingrand-Varenne, lauréate de cette bourse ERC Starting grant.

Bonjour Estelle, et félicitation pour ce projet. Avant que tu nous le présentes en détail, l’ERC c’est quoi ?

J.P. Brouard/CESCM (mission 2015)

 ERC est l’abréviation de European Research Council dont la devise est : « Supporting top researchers from anywhere in the world ». Il attribue des bourses de recherche individuelles pour des projets exploratoires originaux, en particulier à l’interface des champs disciplinaires. Les bourses starting grant s’adressent aux jeunes chercheurs qui ont 3 à 7 d’expérience après leur thèse (j’ai soutenu en 2013)1. Elles sont d’1,5 million d’euros pour 5 ans.

 

Quel est le but de GRAPH-EAST : « Latin as an Alien Script in the Medieval ‘Latin East’ » ?

Aujourd’hui, la plupart des panneaux de signalisation au Moyen-Orient porte les noms de villes transcrits en caractères latins, ce qui les rend familiers à tous. C’était le contraire au VIIe s. à l’aurore de la conquête arabe et alors que l’empire devient byzantin. L’écriture latine disparaît du paysage graphique monumental de la Méditerranée orientale.

Progressivement, jusqu’à l’expansion ottomane au XVIe s., les pèlerins, les marchands, les croisés venus d’Occident établissent des hospices, des églises, des châteaux, et y apposent des inscriptions et graffiti en alphabet latin, autrement dit un signe devenu exogène. Ils tentent ainsi à travers la pierre, la peinture ou la mosaïque, de s’approprier tant graphiquement que spatialement et symboliquement les lieux, dont les lieux saints du Christianisme.

L’étude de ces inscriptions se heurte à 3 problèmes : l’absence d’un corpus complet, le concept d’ « Orient latin » suggérant une latinisation uniforme, mêlant écriture, langue, culture et rite religieux, et limité aux croisades, et une vision de l’épigraphie figée et cloisonnée, ne prenant pas en compte l’environnement plurigraphique propre à l’Orient.

GRAPH-EAST veut changer d’échelle et de paradigme en explorant l’écriture épigraphique latine en Méditerranée orientale, de la Grèce et de la Turquie à l’Égypte en passant par la Syrie-Palestine et Chypre, en contact, en interaction et en concurrence avec les inscriptions grecques, arabes, hébraïques, arméniennes, syriaques, etc.

Le projet propose une étude innovante d’environ 2 500 inscriptions et graffitis, dont beaucoup sont inédits. Il vise à comprendre la représentation et la pratique de l’écriture latine, étrangère dans les empires byzantin et islamique, à fournir une histoire de l’épigraphie dans cette région, et à analyser cette écriture latine migrante à travers le prisme des transferts culturels entre l’Occident et l’Orient, avec une équipe internationale et pluridisciplinaire.

Que va faire concrètement l’équipe pendant les 5 ans ?

Le projet va se dérouler en deux temps : 3 ans pour répertorier, transcrire, traduire, éditer tous ces textes sur TITULUS, afin de les rendre accessibles à tous. Cela signifie de nombreuses missions de terrain dans les 10 pays concernés, où on va tester de nombreuses techniques de prises de vue surtout pour les graffitis (3D, photogrammétrie, RTI, laser), mais aussi en archives et en bibliothèque. Avec la situation sanitaire actuelle, qui plus est différente d’un pays à l’autre, il faudra aussi faire preuve de flexibilité, d’adaptabilité et redoubler d’inventivité.

Pendant les deux dernières années, nous allons réfléchir lors de colloques et workshops avec une équipe d’experts internationaux spécialistes des inscriptions byzantines, arabes, hébraïques, syriaques, arméniennes, éthiopiennes, sur la rencontre des écritures.

Enfin, une exposition virtuelle sera organisée avec le Musée de Cluny ; j’espère que d’autres musées nous rejoindront. Une série documentaire va aussi être réalisée grâce à deux vidéastes qui vont suivre l’équipe pendant les 5 ans.

Comment as-tu préparé ce projet ? On imagine qu’il faut s’y prendre bien en amont ; quelles ont été les étapes ?

Au départ il y a deux ingrédients : une idée qui tient à cœur (les inscriptions de l’Orient latin) et l’émulation (avec Martin Aurell qui préparait un ERC Consolidator). J’ai commencé à prendre quelques renseignements sur le montage de projet ERC auprès de Cédric Lebailly à la cellule de valorisation de l’Université de Poitiers en fin d’année 2018. Mon séjour de trois mois à Jérusalem au premier trimestre 2019 m’a ensuite confortée dans le choix du sujet : l’épigraphie latine en Méditerranée orientale médiévale est un (quasi) désert scientifique ! Il y a un vrai défi à relever, un champ disciplinaire à ouvrir. J’ai commencé à me mettre à préparer le dossier en mai à mon retour.

Au CNRS, on a la chance d’être très bien accompagné pour un tel montage : un ingénieur projet a suivi le dossier jusqu’au dépôt (budget, administratif, éthique), un soutien financier de l’InSHS m’a été attribué pour faire des missions préparatoires, enfin j’ai suivi une formation à Paris sur l’écriture de ce type de projet qui a été d’une grande aide.

En octobre 2019, le dossier a été déposé. L’évaluation se fait en deux étapes, par un panel d’experts. La seconde étape est une audition à Bruxelles, elle n’a pas eu lieu cette année à cause de la COVID-19 ; le jury a décidé à partir des dossiers écrits.

Je dois ajouter que, si c’est un sujet de recherche personnel, l’aventure a été collective. J’ai contacté de nombreux experts et leur enthousiasme m’a beaucoup motivée ; j’ai demandé des relectures critiques à plusieurs collègues du CESCM, j’ai fait appel aux collègues anglophones pour affiner la langue, et deux chercheurs – Cécile Treffort et Vladimir Agrigoroaei – font partie intégrante de l’équipe. J’en profite pour tous les remercier chaleureusement. C’est donc un travail et une réussite de groupe, pour la discipline épigraphie et pour le laboratoire.

Un mot de conclusion ?

Je ne peux qu’inciter fortement mes jeunes collègues à se lancer dans cette aventure, on a vraiment carte blanche pour monter son projet. Et maintenant, j’ai hâte que GRAPH-EAST commence réellement, même si j’ai déjà préparé le terrain par mon détachement au Centre de recherche français à Jérusalem ; le vrai lancement aura lieu au début d’année 2021.

  1. E. Ingrand-Varenne, Langues de bois, de pierre et de verre Latin et français dans les inscriptions médiévales, Paris, Classiques Garnier, 2018, 579 p. []

Journées d’étude : Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique (25-26 nov.)

Appel à contributions : Journées d’études « Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique
».
 
Date : 25-26 novembre 2020
Lieu : CESCM, Poitiers (France)
 
Dans le cadre des activités liées au projet régional ANIMONS, la photothèque du CESCM organise deux journées d’études sur l’indexation des images médiévales. La dernière décennie a vu augmenter de manière considérable le nombre de bases de données ou de plateformes dédiées aux images médiévales. Certaines s’attachent à rendre accessibles les fonds de musées ou de bibliothèques quand d’autres optent pour des approches thématiques dont les résultats sont des plus diversifiés. Ces bases de données sont devenues incontournables pour le chercheur qui s’intéresse aux productions visuelles médiévales. L’apparente facilité d’utilisation de ces outils semble faire oublier toute la complexité du processus d’accès à l’information dont l’indexation marque une étape fondamentale. Cette dernière vise à produire un « outil sémantique inventé en vue de faciliter la sélection de documents répondant à un besoin d’information précis » (Maniez, 2012). Ceux qui se sont intéressés aux questions d’indexation des images médiévales ont cependant pu constater les évidentes contraintes et limites qu’elle pouvait engager. Déjà dans les années 1990 les premières grandes entreprises d’indexation notaient l’importance d’accompagner la recherche sans l’orienter, l’épineuse obligation de passer par l’écrit pour décrire des éléments visuels, l’exigence d’un thesaurus à la fois précis et sélectif, etc.
 
Les présentes journées d’études visent à s’interroger sur notre pratique actuelle de l’indexation des images médiévales, ainsi qu’à ses enjeux et ses possibles évolutions. Les questionnements porteront notamment sur les thesaurus et lexiques, qui sont l’une des principales composantes de ces bases de données iconographiques. Les entreprises portées par l’Index of Medieval Art de l’université de Princeton ou par l’EHESS avec la mise en place du TIMEL (Thésaurus des Images Médiévales en Ligne) montrent que la création de thesaurus participe à faire de l’indexation une construction savante et non uniquement un phénomène descriptif des images. De récents projets, comme celui de l’OMCI (Ontology of Medieval Christianity in Images) porté par l’INHA, montre qu’une réflexion sur les lexiques thématiques engage une nouvelle étape dans l’indexation qui peut prendre en compte les éléments explicites, mais également implicites présents dans les images médiévales. Les questionnements porteront aussi sur la place des outils numériques dans un processus encore tributaire de l’intervention humaine. Si le développement de la reconnaissance automatique de texte a enrichi de manière certaine l’étude des sources écrites, qu’en est-il pour les images ? Une reconnaissance des éléments visuels pourrait-elle aider/remplacer le travail des indexeurs dans un processus qui reste long, coûteux et subjectif ? Ces quelques pistes ne font qu’ouvrir une réflexion dont les ramifications sont nombreuses et variées. Ainsi, sans s’y limiter, les interventions pourront porter sur :
 
  • Les thesaurus et lexiques utilisés pour l’indexation des images médiévales.
  • Les enjeux et limites de la transcription à l’écrit d’élément visuels.
  • Les nouvelles technologies et l’indexation automatique des images.
  • Les enjeux méthodologiques liés à l’indexation des images médiévales.
  • La relation entre l’indexation et le travail des chercheurs.
  • L’indexation comme outil pédagogique.

 

Ces journées d’études visent notamment à mettre en place une réflexion collective engageant les institutions françaises et étrangères qui travaillent sur les questions liées à l’indexation des images médiévales. Afin de permettre un temps d’échange le plus ouvert possible, ces journées pourront inclure des présentations théoriques, des démonstrations pratiques ou des ateliers de prise en main d’outils. Les propositions pourront donc porter sur des études de cas, des approches méthodologiques, des outils spécifiques, etc.

Comité organisateur

Chrystel LUPANT, docteur en histoire de l’art, chercheur associé (CESCM).

Pamela NOURRIGEON, docteur en histoire de l’art, ingénieur d’études (photothèque CESCM).

Carolina SARRADE, archéographe, ingénieur d’études (photothèque CESCM).

Calendrier et modalités de soumission

Merci de transmettre vos propositions avant le 10 mai 2020. Un titre, un résumé de 500 mots maximum et un court CV sont à envoyer à l’adresse suivante :

phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

Une réponse sera envoyée avant le 15 juin 2020 aux participants retenus. Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge par les organisateurs.

Version en PDF ICI

 


Call for papers: Workshop « Cataloguing medieval images: from documentary language to scientific research »

Date: November, 25-26, 2020

Place: CESCM, Poitiers (France)

As part of the activities related to the regional project ANIMONS, the CESCM photo library is organising two days of study on the cataloguing of medieval images. The last decade has seen a considerable increase in the number of databases or platforms dedicated to medieval images. Some of them are dedicated to making museum or library collections accessible, while others opt for thematic with diversified results. As essential tools for researchers, their apparent ease of use overshadows the complex organization of information through the process of cataloguing. Cataloguing aims to produce an « outil sémantique inventé en vue de faciliter la sélection de documents répondant à un besoin d’information précis » (Maniez, 2012). However, those interested in the issues related to cataloguing medieval images are aware of obvious constraints and limitations involved. The earliest projects in the 1990s already highlighted issues such as the importance of integrating current art-historical scholarship, the ekphrastic limitations of the language used to describe images, as well as the need to develop an iconographic thesaurus that was both precise and selective.

The aim of these study days is to examine our current practice of cataloguing medieval images, as well as to consider the challenges related to the maintenance of such databases. Of particular significance are the questions concerning the development of a thesaurus or glossary for an iconographic database. Projects such as EHESS’s creation of TIMEL (Thesaurus of Medieval Images Online), the INHA-funded OMCI (Ontology of Medieval Christianity in Images), and the Index of Medieval Art’s online database at Princeton University certainly demonstrate a variety of ways to address the classification of iconographic subjects in medieval art. The questions will also focus on the place of digital tools in a process still dependent on human intervention. If the development of automatic text recognition has certainly enriched the study of written sources, what about images? Could recognition of visual elements help/replace the work of indexers in a process that remains long, costly and subjective?

Topics may include, but are not limited to:

– The thesaurus/glossary used for the cataloguing of medieval images.

– The implications and limits of the transcription of visual elements into written form.

– New technologies and the automation of cataloguing images.

– Methodological issues related to the cataloguing of medieval images.

– The relationship between cataloguing and the production of scholarship. – Cataloguing as a pedagogical tool.

 

The aim of these study days is to set up a collaborative reflection involving French and foreign institutions working on questions linked to the cataloguing of medieval images. These days may include theoretical presentations, practical demonstrations or workshops to familiarise participants with the tools. Proposals may therefore focus on case studies, methodological approaches, specific tools, etc.

Organizing Committee

Chrystel LUPANT, doctor in medieval art history, associate researcher (CESCM).

Pamela NOURRIGEON, doctor in art history, engineer at the photo library (CESCM).

Carolina SARRADE, archaeographer, engineer at the photo library (CESCM).

Timetable and submission modalities

Please submit your proposals before 10 May 2020. A title, an abstract of around 500 words and a short CV should be sent to the following address : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

A reply will be sent before 15 June 2020 to the selected participants. Travel and accommodation expenses will be covered by the organisers.

PDF version HERE

Appel à présentations FOCUS 2020/2021

Construits comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds documentaire de la Photothèque et le travail des chercheurs, et ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial.

Tout sujet ou support, travail en cours ou étude
accomplie peut être soumis sous réserve d’un lien
avec le fonds de la Photothèque et/ou la base Romane.
Axé sur l’échange scientifique et chaleureux,
ce rendez-vous ouvert à tous se déroule au Pôle
documentaire du CESCM de Poitiers, de 12h à 13h.

Les propositions de contributions, d’une dizaine de
lignes avec un ou des exemples précis, sont à retourner
avant le 15 juin 2020 (Focus 1er semestre) ou
le 15 septembre 2020 (Focus 2e semestre) par mail à : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr


[11 févr. 2020] Atelier ressources numériques : Les hérétiques médiévaux vus par les philologues: une bibliographie récente

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison d’ateliers de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

  • Date : mardi 11 février 2020 de 16h à 17h
  • Lieu : Pôle documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique :

Les hérétiques médiévaux vus par les philologues : une bibliographie récente.

  • Intervenantes :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Vladimir Agrigoroaei, chargé de recherche CNRS/CESCM

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.