Archives de catégorie : Plateau Documentaire

[6 mars] Focus n° 4 : Bible de Saint-Yrieix

Vous êtes chaleureusement convié.e.s au Focus n° 4, autour Bible de Saint-Yrieix.

Le lundi 6 mars 2017, 12h-13h, CESCM-Pôle documentaire,  autour d’un déjeuner collectif.

Nous avons le plaisir de vous convier chaleureusement au Focus n° 4 consacré à la Bible de Saint-Yrieix. Construit comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds physique, la base Romane et le travail des chercheurs de notre laboratoire et ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial.

Le lundi 6 mars, les ingénieures de la Photothèque invitent Pamela Nourrigeon, docteure en histoire de de l’art, lors d’une discussion libre consacrée à un manuscrit de la fin du XIe ou du début du XIIe siècle, conservé actuellement à la médiathèque de Saint-Yrieix-la-Perche.

Ouvert à tous et axé sur l’interactivité, vous êtes conviés à partager ce moment autour d’un verre. N’hésitez pas à apporter votre casse-croûte, nous déjeunerons ensemble lors de cet échange.

La base de données Romane … un bilan, une enquête.

À la fin de ce billet, il y a un sondage : il nous tient à cœur que vous preniez le temps de le remplir.

 

Depuis sa création en 1955, la photothèque du CESCM veille à l’accroissement constant de son fonds patrimonial d’art roman, couvrant l’Europe occidentale du VIIIe au XIIIe siècle. Cette collection – initiée grâce au parcours en images à travers la France effectué par René Crozet -, s’est vu enrichie par de nombreux dons de spécialistes et passionnés du patrimoine médiéval, mais également par les acquisitions faites auprès de photographes professionnels et d’institutions spécialisées.

Le fonds comporte actuellement près de 200 000 documents : clichés noir et blanc, diapositives, plaques de verre, cartes postales, plans et coupes axonométriques des édifices, relevés archéographiques de peintures murales et une augmentation permanente d’images numériques réalisées par Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM.

La vocation première des ingénieures de la Photothèque, spécialistes de l’image médiévale, repose sur la conservation, la valorisation et la mise à disposition des clichés servant aux recherches et aux publications en histoire de l’art médiéval des enseignants, des chercheurs, des étudiants et du public en général.

Pendant de nombreuses années, la consultation de la collection s’est effectuée soit à partir des fichiers manuels thématiques disponibles au sein de la salle Saint-Louis, soit à travers une recherche de type ‘topographique’ qui s’effectuait dans la salle d’archives attenante.

Au milieu des années 90, avec l’arrivée des images numériques et des nouvelles technologies, la Photothèque a mis l’accent sur les missions photographiques des monuments dans leur ensemble, et envisagé la gestion électronique de son fonds. Deux bases de données sont nées de cette réflexion : la première « Romane », une base de type monographique, ayant pour objectif de présenter le fonds sous la forme d’images associées à un contenu textuel. La seconde « Peinture », base de type iconographique liée au projet d’inventaire des peintures murales romanes de France, engagé par John Ottaway1. L’interface de ces deux bases conçues d’une façon analogue a facilité leur refonte en 2006, vers une seule base de données qui est l’actuelle BASE ROMANE. Mise en ligne en 2012, elle contient actuellement plus de 18 000 fiches dans sa version interne et environ 12 000 dans sa version publique.

Depuis 2014, le fonds documentaire et l’exploitation des données recueillies sur le terrain sont mis à disposition des consultants dans un compactus mutualisé avec le fonds épigraphique, optimisant ainsi la conservation des documents fragiles. La photothèque fait à présent partie intégrante du Pôle Documentaire Berthelot, espace d’étude dédié à la production scientifique et au travail intellectuel ; lieu propice à la recherche par la richesse de son fonds et des compétences des ingénieurs d’études en charge des collections : archéographe, documentaliste, épigraphiste, historien de l’art.

L’accès aux données patrimoniales est assidument enrichi par leur indexation dans la base ROMANE, offrant la possibilité aux chercheurs de constituer des corpus sériels, d’établir des comparaisons et d’observer les œuvres dans leur contexte.

Depuis 2012, l’équipe de la photothèque porte une attention particulière à la précision des datations en s’appuyant sur la bibliographie consultée. Elle participe à la critique d’authenticité des œuvres à travers l’indexation des clichés avant et après restauration, montrant les différents états de conservation ainsi que les éléments disparus, ce qui constitue un outil historiographique essentiel à la recherche.

Depuis novembre 2015, en collaboration avec la plateforme de numérisation de la MSHS et l’ingénieur David Chesnet, ROMANE a commencé à intégrer les clichés numériques de près de 300 plans grand-format et de plaques de verre, inexploités jusqu’alors.

En mars 2016, dans le but de donner à ROMANE une plus-value scientifique et une meilleure visibilité, nous avons débuté le protocole de migration pour la sauvegarde et l’hébergement de la base depuis le CRITT-Informatique vers le TGIR Huma-Num (CNRS), avec l’implantation d’un module permettant le moissonnage par ISIDORE.

L’évolution numérique des bases des données et la facilité d’accès aux images via internet remettent en question la réflexion sur les problèmes de consultation et d’indexation. Il est important pour notre équipe d’estimer la valeur de la documentation fournie par la base ROMANE auprès du public. Nous avons donc établi une enquête de satisfaction auprès des utilisateurs de la base dans le but de réfléchir à son éventuelle restructuration, perfectionner ses modules informatiques et viser à une base plus performante et répondant au plus près aux besoins des usagers.

Ce sondage, à l’initiative des ingénieures de la Photothèque du CESCM, porte sur l’utilisation de la base de données ROMANE et vise à déterminer quelle utilisation est faite de cet outil dans les divers domaines de la recherche et de l’enseignement de l’histoire de l’art médiéval.


L’enquête en ligne

L’équipe de la Photothèque du CESCM remercie toutes les personnes qui prendront le temps de répondre à ce questionnaire (de 5 minutes) qui nous permettra d’avoir une vue sur les besoins et les attentes formulées par les usagers.

http://enquete.univ-poitiers.fr/index.php?sid=99468&lang=fr

 

  1. article dans les Cahiers de civilisation médiévale,  1996, Vol 39, n° 156, pp. 391-394 : voir article []

[Exposition] : Pôle documentaire du CESCM

Une nouvelle exposition s’invite au Pôle documentaire du CESCM jusqu’au 20 mars 2017.
le-liget00016594web
Grâce à 8 clichés couleur, vous pourrez découvrir (ou redécouvrir) la chapelle Saint-Jean appartenant à la chartreuse du Liget située en Indre-et-Loire. L’exposition permet d’apprécier toute la richesse du décor de ce petit édifice circulaire caché en pleine nature. Si les modillons sculptés ont été restaurés au XIXe siècle, les peintures murales sont encore le reflet original de l’art de la seconde moitié du XIIe siècle.
le-liget00016644aweb

Le CESCM et le SCD de Poitiers dans les réseaux sociaux et sur le woueb

« Le SCD de Poitiers et le CESCM dans les réseaux sociaux », présenté par Anne-Sophie Traineau-Durozoy (SCD de Poitiers) et Vanessa Ernst-Maillet (CESCM-CNRS) le mardi 10 janvier à 16h45, dans le cadre de l’atelier interdisciplinaire du CESCM (9 au 13 janvier 2017).

Une synthèse des outils proposés et la manière dont le SCD et le CESCM diffusent les informations sur les réseaux sociaux, afin de montrer quel type de collaboration se fait via ces outils.

1 – Présentation des outils du SCD de Poitiers

L’accès aux adresses http des blogs et réseaux sociaux du SCD de Poitiers se fait via : http://scd.univ-poitiers.fr/blogs-et-reseaux/

On y trouve le Twitter du SCD : https://twitter.com/SCD_Poitiers

La Bibliothèque Michel Foucault et la BU lettres disposent chacune  d’un compte Facebook (accès sous condition d’avoir un compte Facebook) :

Le compte Pinterest présente les nouveautés du SCD, par domaine : il est possible de prendre également connaissance de ces nouveautés sur les carnets du CESCM, dans les billets élaborés par Yann Pichon : https://cescm.hypotheses.org/5354

2 – Présentation des outils du CESCM

Le site institutionnel du CESCM : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/

Tous les événements du CESCM (colloques, publications, événements divers) sont communiqués par des billets dans les Carnets du CESCM : https://cescm.hypotheses.org/

Ces billets sont relayés sur les réseaux sociaux :

! noter que la photothèque du CESCM, riche de collaboration a aussi un compte twitter : https://twitter.com/PolePhototheque

3 – Réseau Ménestrel

Ménestrel développe un réseau documentaire « études médiévales » sur internet depuis 1997. Ce groupe s’est constitué à partir de l’équipe du Médiéviste et l’Ordinateur à laquelle se sont joints des chercheurs et professionnels de la documentation appartenant à diverses institutions.

Voir le site : http://www.menestrel.fr/

Les objectifs :
- favoriser sur internet le développement de ressources européennes pour l’étude du Moyen Âge et plus particulièrement de ressources francophones, faciliter la visibilité des travaux des médiévistes au niveau international et contribuer au dynamisme des échanges savants ;
- offrir gratuitement sur le web, à l’usage des chercheurs, des étudiants et des amateurs éclairés, un répertoire critique de ressources disponibles sur internet dans le domaine des études médiévales.

Ménestrel sur Facebook : https://www.facebook.com/M%C3%A9nestrel-1007549636031663/

Ménestrel sur Twitter : https://twitter.com/Menestrel_MA

4 – Activités collaboratives du SCD et du CESCM et diffusion sur les réseaux sociaux

Le SCD propose de nombreuses formations et ateliers, des RV personnalisés sur simple demande http://scd.univ-poitiers.fr/assistance-et-formation/se-former/se-former-1398881.kjsp?RH=1447319020508

Une fois par mois le CESCM et le SCD organisent un atelier numérique d’une heure (au pôle documentaire en rez-de-jardin) sur des outils numériques sur la médiévistique, et ce en collaboration avec un enseignant chercheur spécialisé du domaine.

S’en suit un billet récapitulatif sur les carnets du CESCM, billet diffusé sur Facebook puis twitter.

Exemple :

Le 1er décembre 2016 Vincent Debiais et Anne-Sophie Traineau-Durozoy ont présenté  la base de données bibliographique Medioevo latino, leur intervention a été annoncée : https://cescm.hypotheses.org/5152 et suivie d’un billet récapitulatif sur le sujet, rédigé par Vincent D. : https://cescm.hypotheses.5361

Autre exemple, les billets sur les nouveautés Moyen Âge acquises par le SCD, sont désormais sur les carnets du CESCM comme cité ci-dessus (point 1) : https://cescm.hypotheses.org/5354

Si avec tout ça vous n’êtes pas informés de nos actualités ….. c’est que vous vivez sur Mars !

 

Les premiers pas du projet TITULUS

TITULUS est un projet d’épigraphie médiévale numérique qui vient renouveler l’édition des inscriptions : http://titulus.huma-num.fr/

Grâce à l’ANR ORIFLAMMS (Recherche en ontologie, Descripteurs d’images, Analyse des formes et lettres des écritures médiévales multilingues, 2013-2016), au soutien de COSME (Consortium sources médiévales, labellisé par la TGIR Huma-Num) et au partenariat avec l’École des chartes (master II « Technologies numériques appliquées à l’histoire »), TITULUS a pu voir le jour au cours de l’année 2016.titulus_capture

C’est un projet entre érudition et créativité,  qui entend intégrer les acquis de la recherche sur la culture écrite et visuelle grâce aux possibilités du numérique, et rendre les sources épigraphiques médiévales accessibles à tous.

Encodées en XML-TEI, chaque notice propose plusieurs versions graphiques d’une même inscription : une transcription  habituelle, une transcription allographétique grâce à MUFI (Medieval Unicode Font Initiative), les abréviations, les jeux de lettres (enclavement, entrelacement, conjonction de lettres), l’utilisation des espaces, le schéma d’encodage en XML-TEI.

Le site est encore dans sa phase de test et seules une dizaine de notices sont aujourd’hui mises en ligne. Le plan de développement du projet pour 2017 est le suivant :

  • printemps : mise en ligne sur Persée des volumes 1 à 25 du CIFM, accessible en cliquant sur la carte ;
  • été : développement du moteur de recherche ;
  • automne : sortie du 1er volume numérique, Hors-Série II sur Poitiers, VIIIe-XVe s., rédigé par Robert Favreau.

Plus d’informations sur les carnets EPIMED : https://epimed.hypotheses.org/370