Archives de catégorie : Colloques …

[24-26 avril 2019] Colloque Poitiers-Stanford

Transferts culturels : France et Orient latin aux XIIe et XIIIe siècles. 24-26 avril 2019
Cultural Transfers: France and the Latin East in the 12th-13th c. April 24-26, 2019

 

Colloque international co-organisé par le CESCM (Université de Poitiers/CNRS) et le CMEMS (Stanford University/FSCIS)

International Conference co-organized by CESCM (University of Poitiers/CNRS) and CMEMS (Stanford University/FSCIS)

Lieu/place : Salle Crozet, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers

Contacts :

Comité scientifique / Conference Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Nicolas Prouteau (Université de Poitiers-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)
  • Fiona Griffiths (Stanford University-CMEMS)
  • Rowan Dorin (Stanford University-CMEMS)

Comité d’organisation / Organizing Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)

Texte de cadrage / Conference Description:

La fécondité de la notion ou plutôt de la méthode des « transferts culturels », issue des recherches menées par Michel Espagne et de Michael Werner dès les années 1980[1], n’est plus à démontrer. L’existence même d’un laboratoire d’excellence sur cette thématique (le labex TransferS[2]) en est la preuve, tout autant que la pléthore de colloques et d’ouvrages intégrant l’expression dans leur titre[3], ou encore la création d’une collection proprement dédiée aux transferts culturels aux Presses de l’Université d’Ottawa.

Pensée dans le dessein d’analyser les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand des XVIIIe-XIXe siècles, la méthode a également conquis les médiévistes pour analyser les processus d’interaction, les dynamiques de transformations sémantiques qui résultent du passage d’un objet culturel d’un contexte à un autre, qu’il s’agisse de données matérielles ou immatérielles. Travaux personnels et projets collectifs ont vu le jour, jusqu’à l’organisation d’une école doctorale internationale d’été à Göttingen en 2002 ; chacun réfléchissant à l’adaptation de la méthode[4], à un terrain ou une discipline spécifique : la traduction du latin aux langues vernaculaires (projet Transmédie[5]), la Méditerranée[6] ou encore l’art gothique[7], pour ne citer que quelques grands programmes français. Les médiévistes américains ou anglophones n’ont pas été en reste, essayant d’articuler les transferts culturels avec la notion de contact ou de représentation (particulièrement dans les relations entre Islam et Chrétienté)[8].

Héritier de cette réflexion au long cours, le partenariat CESCM Poitiers–CMEMS Stanford a souhaité en extraire toutes les richesses en l’appliquant à l’aire géochronologique à la base de la collaboration : la France et l’Orient latin du XIIe et du XIIIe siècle, à la suite de la première rencontre en Californie, les 19-20 avril 2018, sur le thème « Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges ». Il y a près de quinze ans, le colloque édité par Daniel H. Weiss et Lisa Mahoney portait précisément sur la France et la Terre Sainte, et essayait de comprendre la culture franque ou levantine à la fin des croisades comme une culture ni occidentale, ni orientale, mais au carrefour des mondes latin, byzantin et arabo-musulman à travers l’art, la poésie ou l’architecture[9]. C’est bien la spécificité de cette culture, analysée au prisme des transferts, qui sera au cœur de ce colloque, pensé comme pluri/interdisciplinaire et faisant se croiser et se répondre histoire, histoire de l’art, archéologie, épigraphie, numismatique, littérature, philologie, philosophie et théologie.

De la prise de Jérusalem en 1099, avec l’institution d’états nés de la croisade, à la chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291, la présence latine s’est intensifiée « outremer », dans ce vaste espace compris entre la Méditerranée orientale, la mer Égée et la péninsule balkanique, Constantinople et la Mer noire, tant dans ses franges côtières que dans ses arrière-pays. En retour l’ « Orient », tout particulièrement la « Terre Sainte », a pénétré un peu plus en France. Au sein de ce va-et-vient entre la France et l’Orient latin, quels furent les transferts d’idées, de formes, de courants, de technologies ? Le processus de sélection montrent les éléments de fascination, ou au contraire d’oubli et de rejet. Quels furent et que firent les vecteurs de ces échanges et les lieux de médiation ? Comment se mit en œuvre ce processus ? Peut-on l’articuler avec les notions d’ « influence » et de « diffusion » ? Quels furent les enjeux et les stratégies de ces importations ? Que révèlent-ils des sociétés médiévales latines, mais aussi de leurs contacts, avec les mondes byzantin et islamique environnants ? Telles sont quelques-unes des problématiques que soulèvent la méthode des transferts culturels – au sens de tout ce qui a trait à la médiation entre les hommes – et ses outils, afin de penser en terme de flux, de dynamique et de mouvance les relations et les identités des deux pôles ici questionnés.

Grâce au renouveau des études sur l’Orient latin, les croisades et les ordres militaires, à la publication des sources littéraires et diplomatiques, aux découvertes archéologiques ou au défrichage de nouveaux champs comme la vie quotidienne ou l’usage du français au Levant, dont témoigne notamment le vaste programme de la rencontre tenue à Haïfa en début d’année 2018 à l’occasion du 800e anniversaire du château d’Atlit[10], de nombreux sujets seront abordés : de la traduction textuelle à la conversion religieuse, de l’appropriation d’objets à l’adaptation et la perméabilité des techniques, en passant par les négociations et les échecs de transferts ou les résistances ainsi que la réflexion critique sur la notion même de « transferts culturels » et ses implications théoriques.

Since Michel Espagne and Michael Werner’s research on the topic, the richness and complexity of “cultural transfers” as a concept and method is no longer debated.[1] The existence of a “laboratoire d’excellence” on this topic (le labex TransferS[2]), plethora of colloquia and works that integrate this expression in the title,[3] and creation of collected works dedicated to cultural transfers by the University of Ottawa Press offer further evidence of its continuing importance.

First considered for the analysis of intercultural relations in the Franco-German sphere of the 18-19th centuries, the method has gained traction among medievalists for analyzing processes and dynamics of semantic transformations that result from the passage of one cultural object in one context to another, as either material or immaterial data. Individual and collective projects have appeared (and even a graduate colloquium held at Göttingen in 2002) that investigated the adaptation of the method[4] to different disciplines and contexts, such as the translation of Latin into vernacular (project Transmédie[5]), the Mediterranean,[6] and Gothic art.[7] American and Anglophone medievalists have approached the notion of cultural transfer though contact or representation, especially in Islamic and Christian relations.[8]

Building on these studies, the collaboration between CESCM Poitiers and CMEMS Stanford focuses on a particular place and time: France and the Latin East of the 12th and 13th centuries, and continues the scholarly exchange that took place at Stanford April 19-20, 2018 on “Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges.” Almost 15 years has passed since the publication of conference papers edited by Daniel H. Weiss and Lisa Mahoney that treated France and the Holy Land: the collected essays investigate Frankish or Levantine culture at the end of the crusades as a culture that was neither western nor eastern, but at the crossroads of Latin, Byzantine, and Arabo-Muslim culture as seen through art, poetry, and architecture.[9] It is precisely this specificity of this culture, analyzed from the lens of transfers, that will be the aim of the conference, considered from an interdisciplinary perspective that includes the fields of history, history of art, archaeology, epigraphy, numismatics, literature, philology, philosophy, and theology.

Since the capture of Jerusalem in 1099 that established the crusader states until the fall of Saint Jean d’Acre in 1291, Latin culture intensified in Outremer—the vast area that includes the eastern Mediterranean, the Aegean sea, and the Balkan peninsula, Constantinople and the Black Sea, as well as border fringes and inland regions. On the other hand, the “East,” the Holy Land in particular, penetrated further into France. In this vacillation between France and the Latin East, what was the transfer of ideas, forms, trends, and technologies? The process of selection demonstrates elements of fascination, or in contrast of forgetting or rejection. What were the vectors of exchanges and places of mediation? How does one delimit the process? Can one articulate the notions of influence and diffusion? What were the stakes and strategies of importation? What do they reveal about medieval Latin societies, but also their contacts with the Byzantine and Islamic worlds? These are some of the problems that the method of cultural transfers raises, in the sense of mediation among people and their tools: things in flux, a dynamic of movement among relations and mobile identities.

Thanks to the recent interest in studies on the Latin East, the crusades and military orders, and publication of literary and diplomatic sources, archaeological discoveries, and translation of new fields of daily life and French usage in the Levant (among which we must note the vast program of speakers who met at Haïfa at the beginning of 2018 on the occasion of the 800th anniversary of the Chateau d’Atlit[10]), numerous topics have been pursued: the textual translation of religious conversion, the appropriation of objects and their adaptation, the permeability of techniques that are shaped by negotiations and failures of transfer, and even resistances or questioning of the idea of cultural transfer and its theoretical implications. 

Exposition photographique / Photography Exhibition:

Sur la thématique des transferts culturels entre la France et l’Orient aura lieu une exposition des clichés photographiques issus du fonds de la Photothèque, dans le pôle documentaire et la salle Crozet.

An exhibition consisting of photos from the Photothèque, based on the theme of cultural transfers between France the East, will take place in the Documentary Center and the Salle Crozet.

Liste et qualité des communicants / List of Speakers:

  • Aslanov Cyril, Professeur de linguistique,  Aix-Marseille Université
  • Aurell Martin, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Besson Florian, Docteur, Centre Roland Mousnier
  • Boas Adrian, Professor of Archaeology, University of Haïfa – Israël
  • Boissellier Stéphane, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Burgwinkle Bill, Professor of Medieval French and Occitan Literature, King’s College Cambridge – Angleterre
  • Folda Jaroslav, N. Ferebee Taylor Professor Emeritus of the History of Art, University of North Carolina at Chapel Hill – USA
  • Galderisi Claudio, Professeur de philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Galvez Marisa, Associate Professor of French and Italian, Stanford University/CMEMS – USA
  • Gasc Sébastien, Chercheur associé – IRAMAT Centre Ernest Babelon 
  • Girbea Catalina, Professeure, Université de Bucarest/CESCM – Roumanie
  • Halloumi Abderrazak, Doctorant, Université de Poitiers/CESCM
  • Hanne Olivier, Docteur, Professeur aux écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan
  • Ingrand-Varenne Estelle, Ingénieure de recherche, CNRS/CESCM
  • Isaac Steven, Simpson Distinguished Professor, Longwood University – USA
  • Kühnel Bianca, Professor of Art History, Hebrew University of Jerusalem – Israël
  • Lyons-Penner Mae, Doctorante, Stanford University/CMEMS – USA
  • Minervini Laura, Professeure de philologie et de linguistique romane, Université de Naples Federico II – Italie
  • Murray Alan, Senior Lecturer in Medieval Studies, University of Leeds – Angleterre
  • Pignatelli Cinzia, Maître de Conférences en philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Prouteau Nicolas, Maître de Conférences en archéologie, Université de Poitiers/CESCM
  • Rouxpetel Camille, Florence Gould, Fellow Harvard University
  • Junge Ruhland Johannes, Doctorant, Stanford University/CMEMS – USA
  • Shawcross Teresa, Associate Professor of History and Hellenic Studies, Princeton University – USA
  • Tolan John, Professeur d’histoire, Université de Nantes
  • Vasselot Clément de, Doctorant, Université de Nantes/Université de Poitiers/CESCM
  • Zouache Abbès, Chargé de recherche CNRS, directeur du CEFAS – Koweït

               


[1] Espagne Michel, Werner Michael., « La construction d’une référence culturelle allemande en France : Genèse et histoire (1750-1914) », Annales ÉSC, 4 (juillet-août 1987), p. 969-992 ; repris dans Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècle), M. Espagne et M. Werner dir. Paris, 1988 ; Espagne Michel, Dimitrieva Katia (dir.), Philologiques IV. Transferts culturels triangulaires France – Allemagne – Russie, Paris : MSH, 1996.

[2] Celui-ci réunit l’ensemble des laboratoires de Sciences Humaines et Sociales de l’École normale supérieure, ses bibliothèques littéraires et deux unités du Collège de France, voir : http://www.transfers.ens.fr/

[3] Les derniers colloques en date étant « Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge » 20-22 septembre 2018, organisé par la Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane ; « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs », 5-7 octobre 2017, Caen, resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller.

[4] Joyeux-Prunel Béatrice, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèses 2003/1 (6), p. 149-162.

[5] Galderisi Claudio dir., Translations médiévales (Transmédie). Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe–XVe siècles). Étude et Répertoire, Turnhout, 2011.

[6] Abdellatif Rania, Benhima Yassir, König Daniel, Ruchaud Elisabeth, Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, De Gruyter, 2012.

[7] Dubois Jacques, Guillouët Jean-Marie, Van den Bosshe Benoît dir., Ersek Annamaria coord., Les transferts artistiques dans l’Europe gothique. Repenser les circulations des hommes, des œuvres, des savoir-faire et des modèles (XIIe-XVIe siècle), Paris : Picard, 2014.

[8] Feuchter Jörg, Hoffmann Friedhelm, Yun Bee ed., Cultural transfers in dispute: representations in Asia, Europe, and the Arab world since the Middle Ages, Frankfurt-on-Main ; New York, 2011.

[9] Weiss Daniel H., Mahoney Lisa, France and the Holy Land, Frankish Culture at the End of the Crusades, The Johns Hopkins University Press : Baltimore & London, 2004.

[10] « The Latin East in the 13th Century: Institutions, Settlements and Material Culture. Commemorating the 800th aniversary of ‘Atlit Castle », 31 janvier 2018- 2 février 2018, Haifa University.

 

[21 nov.] Du Trône de la Sagesse à l’Image Vivante. Les images miraculeuses de la Vierge à travers la culture visuelle du Moyen Âge

Date : 21 novembre 2018 – 14h/16h

Lieu : Poitiers, hôtel Berthelot, salle Crozet, 24 rue de la chaîne – bât. E13

Entrée libre – ouvert à tous

Conférence par Fuensanta Murcia Nicolás (Fundación Seneca, Murcia), organisée dans le cadre du séminaire de master 2 dirigé par Marcello Angheben (CESCM / Université de Poitiers), Les fonctions liturgiques et dévotionnelles des images : l’exemple de la Vierge à l’Enfant – master Mondes médiévaux.

Fuensanta Murcia Nicolás est docteure en histoire de l’art de l’université de Murcia. Ses thématiques de recherche portent sur les images miraculeuses de la Vierge dans les manuscrits du “Miroir Historial”. Elle a publié des travaux sur les images médiévales et en particulier sur les manuscrits illustrés de Gautier de Coinci.
Elle a obtenu une bourse de deux ans de la Fundación Séneca – Agencia de Ciencia y Tecnología de la Región de Murcia, et elle est actuellement accueillie comme post-doctorante au CESCM.

Voir l’affiche ICI

Contact : marcello.angheben@univ-poitiers.fr

         

[25 oct.] Journée d’études : Carnet de recherche en histoire de l’art et en archéologie

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche par les étudiants de master en Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers, avec la participation de l’Institut Catholique de Paris. Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 peuvent présenter les résultats de leur mémoire de recherche.
Organisée par le département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers, sous la coordination de Marcello Angheben (CESCM) et Véronique Meyer (Criham), avec la participation des laboratoires CESCM, Criham et HeRMA, et de l’Institut catholique de Paris.
Date : 25 octobre / 9h – 17h30
Lieu : Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet
24 rue de la Chaîne – Bât. E13
La participation à cette journée est obligatoire pour tous les étudiants de Licence 3 – parcours Histoire de l’art et parcours Archéologie.
Ouvert à tous

Programme

9h – Accueil café

• 9h15 – Véronique Meyer (Criham) et Marcello Angheben (CESCM) : Introduction

• 9h30 – Dihia Kissoum (CESCM) : La représentation des Saintes Femmes au Tombeau dans le décor monumental des églises de l’ancienne région Poitou-Charentes entre le XIe et le XIIIe siècle

• 10h – Emma Dubroca (CESCM) : Les anneaux et les bagues du XIVe au XVIIe siècle : de la production à l’étude archéologique

10h30 – Pause

• 11h – Blanche Lagrange (CESCM) : Le Psautier d’Odbert (Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, ms. 20)

• 11h30 – Henrique Sarmento Pedro (CESCM) : L’artisanat des matières dures d’origine animale en contexte aristocratique dans le Centre-Ouest de la France (XIIe-XVe siècles). Contribution à l’étude d’un artisanat méconnu

• 12h – Claire Jouy (Institut catholique de Paris) : Les vélins de zoologie de Nicolas Maréchal (1753-1802). La vie sensible et plurielle au Muséum national d’histoire naturelle entre 1793 et 1802

• 13h30 – Manon Jamain (Criham) : La mise en valeur du vêtement : préparation de l’exposition Le vêtement et l’école au Musée national de l’Éducation

• 14h – Alice Gautier (Criham) : L’inventaire général du patrimoine culturel à l’échelle des communes, l’exemple de Nalliers (Vienne)

14h30 – Malwina Pottier (HeRMA) : La place des coffrets à canopes en Égypte antique, étude stylistique et typo-chronologique

15h – Pause

• 15h30 – Anne Dubus  (Institut catholique de Paris) : Alberto Pasini, le voyage comme carrefour de la création (1826-1899)

• 16h – Sandra Guinot (Institut catholique de Paris) : La photographie néo-pictorialiste des années 1980

• 16h30 – Jonathan Achard (Criham) : La pochettes de disques : entre inscription dans l’Histoire de l’art et autonomie d’un medium, une lecture transmusicale

• 17h – Véronique Meyer (Criham) et Marcello Angheben (CESCM) : Conclusions

Télécharger le programme de la journée d’études

       

[10-12 oct.] Categorising the Church II = Ordonner l’Église II

Categorising the Church II:  Clerical and monastic communities in the Carolingian World (8th-10th) / Ordonner l’Église II : Communautés cléricales et communautés monastiques dans le monde carolingien (8e-10e s.)

 

Date : Du 10 au 12 octobre.

Lieu : Poitiers, Faculté des Sciences humaines et arts, salle Crozet  du CESCM, 24 rue de la chaîne – Bâtiment E13

Entrée libre – Ouvert à tous

Programme ICI 

 

Mercredi 10 octobre / Wednesday 10 october

 

10h                        Accueil

10h30                  Introduction. Emilie Kurdziel et Rutger Kramer.

11h                        Keynote

Julia Barrow (Institute for Medieval Studies, U. Leeds) : Is Reform an Appropriate Term for Change in Clerical Communities between the Ninth and the Eleventh Centuries?

 

– Communautés monastiques – Aquitaine –

 

13h30                  Cécile Treffort (CESCM, U. Poitiers) : La réforme monastique en Aquitaine sous Louis le Pieux : autour de quelques exemples emblématiques.

14h00                  Anne Massoni (CRIHAM, U. Limoges) : Saint-Etienne de Limoges du IXe au XIe siècle.

14h30                  Bertrand Lesoing (U. Pontificale du Latran) : Réorganisations ecclésiales et reconfigurations mémorielles dans les établissements martiniens du diocèse de Tours.

15h                        Pause

 

– Communautés monastiques – Austrasie –

 

16h15                  Rutger Kramer  (SFB VISCOM, IMAFO ÖAW/U. Vienna) : The Unbearable Timelessness of Being a Monk: Self-Reflection and Ideas of Reform in the Chronicle of Saint-Mihiel (9th-11th centuries).  

16h45                 Gordon Blennemann (Dpmt d’histoire, U. Montréal) : L‘implication des femmes religieuses dans la réforme monastique : l’exemple des communautés de bénédictines de Metz (9e-11e s.).

17h15                  Claire Burridge (Faculty of History, U. Cambridge) : Life in Lorsch: Exploring a Carolingian Monastic Community through Archeological Evidence.

 

Jeudi 11 octobre / Thursday 11 october

 

9h30                     Keynote : Steven Vanderputten (Faculty of Arts and Philosophy, U. Ghent) : What did Reformers want, and What did Reform actually do? Perspectives on Institutional and Ideological Change in Eight- to Tenth- Century Monasticism.

10h30                  Pause

 

– Chanoines, chanoinesses et communautés doubles 1 –

 

11h                        Emilie Kurdziel (CESCM, U. Poitiers) : Des chanoines ? Les communautés cléricales du royaume d’Italie (8e-10e siècles).

11h30                  Sarah Greer (School of History, U. St. Andrews) : ’Devoted to Canonical Custom’: the Impact of the 816/9 Reforms on the Growth of Saxon Female Monasticism.                       

 

– Chanoines, chanoinesses et communautés doubles 2 –

 

13h30                   Anna Trumbore-Jones (Lake Forest College, Chicago) : Property, “Reform”, and the Canons of Saint-Hilaire (9th-11th Centuries)

14h00                   Nathanaël Nimmegeers (CIHAM, Lyon) : Moines et chanoines dans le diocèse de Vienne.

14h30                    Brigitte Meijns (Medieval History, KU Leuven) : Abbot Fridugis and the Implementation of the Aachen Councils: the Canons and Monks at Sithiu (Saint-Omer, 820-833).

 15h                       Pause

 

– Communautés monastiques – Neustrie –

 

16h15                   Matthew Mattingly (Centre for Medieval Studies, U. Toronto) : From Imitation to Veneration: The Cult of St. Wandrille and the Creation of a Carolingian Monastic Complex at Ninth-Century Fontenelle.

16h45                   Thomas Roche (Archives départementales de l’Eure) : Comment peut-on être normand ? La communauté monastique de Saint-Wandrille d’une réforme à l’autre (IXe-XIe s.).

 

Vendredi 12 octobre / Friday 12 october

 

9h30                     Keynote : Christian Sapin (ARTEHIS, CNRS, U. Bourgogne) : Entre réformes monastiques et canoniales : bilan archéologique en France pour le 9e siècle.

10h30                  Pause

 

– Communautés monastiques – Bourgogne –

 

11h                        Noëlle Deflou-Leca (LEM-CERCOR, U. Grenoble-Alpes) : Les communautés monastiques de Bourgogne du Nord jusqu’à la première moitié du XIe siècle : état des lieux.

11h30                  Thomas Greene (Texas A&M University – San Antonio) : Reformed Bodies: The Monastic Community of Saint-Germain in Auxerre.

 

– Perspectives –

 

13h30                   James Palmer (School of History, U. St. Andrews) : Our Computus’? Knowledge Networks and the Organisation of the Liturgy under Louis the Pious and his Heirs (c. 813-c. 877).

14h00                   Carine Van Rhijn (Faculty of HUmanities, U. Utrecht) : Another Kind of Community: Diocesan Priests.

14h35                   Graeme Ward (Faculty of History, U. Oxford) : Recasting Reform: Ademar of Chabannes, Amalarius of Metz and the Authority of the Carolingian Church in Eleventh-Century Aquitaine.

 


         

             

 

[20-22 sept.] Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge / Transferts culturali italo-francesi nel contesto medievale europeo

Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge /

Transferts culturali italo-francesi nel contesto medievale europeo  

Colloque organisé par la Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane

Sous le haut patronage de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et de la Fondation Primoli.

Avec le soutien du CESCM : Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (Poitiers–CNRS), de SAPRAT : Savoirs et Pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle (Paris) et d’Alithila : Analyses littéraires et histoire de la langue (Lille)

Comité scientifique :

Roberto Antonelli, Anna Maria Babbi, Marie-Madeleine Castellani, Véronique Dominguez, Joëlle Ducos, Claudio Galderisi, Lino Leonardi, Maria Luisa Meneghetti, Elisabeth Pinto-Mathieu, Antonio Pioletti, Arianna Punzi.

Dates : 20-22 septembre 2018

Lieux :

  • 20 septembre – École pratique des Hautes Études (salle Gaston Paris)
  • 21 septembre – Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
  • 22 septembre – Sorbonne université (Amphi Guizot)

Les professeurs, les doctorant(e)s et les étudiant(e)s qui souhaitent s’inscrire pour assister au colloque pourront le faire sur le site de la « Société de langues et littératures d’oc et d’oïl » : http://www.conjointures.org/

L’entrée est libre sur inscription (dans la limite des places disponibles). Il est possible de s’inscrire au choix, le matin, l’après-midi ou la journée entière à l’adresse suivante : colloques@aibl.fr.

 

Présentation / Presentazione

La Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane ont décidé d’organiser conjointement un colloque consacré au thème des « transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge ».

Le thème des transferts culturels, choisi par les trois sociétés, est apparu comme le meilleur moyen d’étudier ce qui à la fois rapproche et sépare ces deux espaces centraux de la Romania.

« Tout passage d’un objet culturel d’un contexte dans un autre a pour conséquence une transformation de son sens, une dynamique de resémantisation, qu’on ne peut pleinement reconnaître qu’en tenant compte des vecteurs historiques du passage. » Cette définition que Michel Espagne a donné des transferts culturels dans un article (Michel Espagne, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres, mis en ligne le 01 mai 2012), où il a voulu offrir un regard rétrospectif sur une notion qu’il avait contribué à introduire dans la recherche comparatiste à la fin des années 1988, peut s’appliquer mutatis mutandis aussi à la civilisation médiévale. Au sein de cette civilisation, l’espace linguistique, culturel et littéraire franco-italien apparaît à la fois comme manifestement proche et singulièrement diversifié.

Tout semble rapprocher ces deux mondes, à commencer par une latinité qui structure des deux côtés des Alpes la clergie. Le christianisme cimente cette communauté d’esprits, de mode de vies, de cultures, de croyances ; les écoles et les universités naissantes participent à ce mouvement biunivoque entre ces deux pôles de la Romania, qu’il serait impropre, du moins pour l’Italie, d’appeler pays. Ces va-et-vient sont tellement nombreux qu’ils semblent presque remettre en cause la notion de « transfert culturel », les deux contextes n’apparaissant que comme un seul monde et ne nécessitant donc aucune « dynamique de resémantisation » spécifique. Mais les ressemblances peuvent aussi cacher des mouvements souterrains culturels, linguistiques, esthétiques, religieux, qui aboutissent à une polarisation progressive de ces deux espaces et à des identités littéraires bien distinctes. Les multiples continuités dissimulent ainsi des ruptures de plus en plus profondes, à la fois épistémiques, historiques et sociales, qui obligent les clercs à produire de nouveaux codages, à élaborer un système de transferts d’autant plus complexe que la langue d’oïl peut devenir le moyen d’expression privilégié des prosateurs italiens, et la langue d’oc le vecteur d’une nouvelle esthétique poétique, qui influence davantage les poètes transalpins que les trouvères.

Le colloque, qui aura lieu à Paris du 20 au 22 septembre 2018, entend donc contribuer au renouvellement des études comparatistes dans le domaine des lettres médiévales, favorisant une meilleure communication entre les spécialistes de la civilisation littéraire du Moyen Âge. La structuration des trois journées en cinq séances principales et deux tables rondes devrait permettre de réfléchir à ce sujet, et au-delà aux coopérations souhaitables entre les médiévistes qui s’intéressent aux études romanes, selon cinq approches complémentaires qui entendent tenir compte de l’ensemble des mouvements qui mettent en relation et en tension les lettres gallo-romanes et le volgare tout au long du Moyen Âge vernaculaire.  

***

La Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl e la Société de Linguistique romane hanno deciso di organizzare insieme un Congresso dedicato al tema dei « transferts culturali franco-italiani nel Medio-Evo ». Il tema degli scambi culturali scelto dalle tre Società è infatti sembrato il modo migliore per studiare ciò che avvicina e separa questi due spazi così centrali della Romania.

« Tout passage d’un objet culturel d’un contexte dans un autre a pour conséquence une transformation de son sens, une dynamique de resémantisation, qu’on ne peut pleinement reconnaître qu’en tenant compte des vecteurs historiques du passage. » Questa definizione proposta da Michel Espagne (« La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres, in rete dal 01 mai 2012), e che ci offre uno sguardo retrospettivo intorno ad una nozione che lo studioso stesso ha contributo a introdurre nella ricerca comparatistica alla fine degli anni Ottanta, può aplicarsi mutatis mutandis anche alla civiltà medievale- All’interno di questa civiltà, lo spazio linguistico, culturale e letterario franco-italiano appare infatti ad un tempo come particolarmente vicino ed estremamente diversificato.

Tutto sembra avvicinare questi due mondi a partire dalla latinità che fonda, dai due versanti delle Alpi, la cultura. Il cristianesimo cementerà questa comunità spirituale, di modo di vivere, di cultura, di credenze; le scuole e le Università nascenti partecipano a questo movimento biunivoco fra questi due poli della Romania che sarebbe inesatto (almeno per l’Italia) chiamare paesi. La frequenza di questi scambi sembra addirittura mettere in discussione la nozione di transfert culturale, dal momento che i due contesti appaiono come un mondo unitario e non hanno quindi bisogno di una specifica “dinamica di risemantizzazione”. Ma le somiglianze possono nascondere dei movimenti sotterranei, culturali, linguistici, estetici, religiosi, che approderanno ad una polarizzazione progressiva dei due spazi e ad identità letterarie profondamente diverse. Dunque le molte continuità nascondono fratture sempre più profonde, ad un tempo epistemche, storiche e sociali che obbligano gli intellettuali a produrre nuovi codici, ad elaborare un sistema di transferts sempre più complesso nel momento in cui la lingua d’oïl diventa veicolo d’espressione privilegiata dei prosatori italiani e la lingua d’oc vettore di una nuova estetica poetica destinata ad estendere la sua influenza sui poeti transalpini e sui trovieri

Il Colloquio, che si svolgerà a Pargi dal 20 al 22 Settembre 2018, vuole dunque contribuire al rinnovamento degli studi di comparatistica el campo delle lettere medievali e favorire uno scambio più approfondito fra gli specialisri della civiltà letteraria del Medio Evo. Al di là dell’auspicabile cooperazione fra i medievisti che lavorano nel campo degli studi romanzi, la suddivisione in tre giornate ed in cinque principali sessioni e due tavole rotonde, consentirà di riflettere intorno a questo soggetto secondo cinque approcci fra loro complementari che tengano conto dell’insieme dei movimenti che mettono in relazione ed in tensione le letterature gallo romanze e i volgari dello spazio italiano.

 Voir le programme ICI


Jeudi 20 septembre

École pratique des Hautes Études

(salle Gaston Paris)

9h – 18h

9h – Accueil

9h15 – Discours de bienvenue

Thème 1 – Approches méthodologiques et traditions critiques / Approcci metodologici et tradizioni critiche

Présidence : Roberto Antonelli (Professeur émérite à Sapienza, Università di Roma, Accademia nazionale dei Lincei)

 

9h30 – Massimo Bonafin (Università di Macerata), Somiglianze e differenze nella comparazione

10h – Frédéric Duval (École nationale des Chartes–Centre Jean Mabillon), avec Elisa Guadagnini (CNR–Opera del Vocabolario Italiano), Étude comparée de la représentation lexicale du théâtre antique en français et en italien médiévaux

10h30 – Discussion et pause

11h15 – Lino Leonardi (CNR–Opera del Vocabolario Italiano–Università di Siena), Ce que la philologie italienne a appris de la philologie française

11h45 – Anne Rochebouet (Université de Versailles Saint-Quentin/DYPAC), Le franco-italien : perspectives nationales

12h15 – Discussion

12h45 – Déjeuner (buffet)

 

Thème 2 – Influences linguistiques et modèles littéraires / Influenze linguistiche e letterarie

Présidence : Marie-Madeleine Castellani (Professeur à l’Université de Lille)

 

14h – Maria Colombo-Timelli (Sorbonne Université/STIH), Usuriers, couards, traîtres : la (mauvaise) réputation des Lombards en moyen français

14h30 – Giovanni Palumbo (Université de Namur), Laura Minervini (Università di Napoli, Federico II), La tradition de la Chanson d’Aspremont entre France et Italie

15h – Cinzia Pignatelli (Université de Poitiers – CNRS/CESCM), La première traduction française des traités moraux d’Albertano da Brescia a-t-elle été réalisée par un italien ? Retour sur une thèse récente

15h30 – Discussion et pause    

Table ronde sur le thème 2

Présidence : Jean-René Valette (Professeur à Sorbonne Université)

 

16h15 – Fabrizio Cigni (Università di Pisa), Valérie Fasseur (Université de Pau/ALTER), Paolo Squillacioti (CNR/Opera del Vocabolario Italiano), Andrea Valentini (Université Sorbonne nouvelle Paris 3/CLESTHIA), Barbara Wahlen (Université de Lausanne)

17h30 – Discussion

19h30 – Cocktail de bienvenue au Club des enseignants de la Sorbonne

 

Vendredi 21 septembre

Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

9h30 – 18h

 

9h30 – Allocution de Michel Zink (Collège de France, Académie française, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)

Thème 3 – Circulations de motifs lyriques et narratifs / Circolazione di forme e generi letterari, temi e motivi lirici e narrativi

Présidence : Arianna Punzi (Professeur à Sapienza, Università di Roma)

 

10h – Maria Luisa Meneghetti (Università di Milano), Du motif littéraire au motif artistique dans la culture française du Moyen Âge

10h30 – Richard Trachsler (Universität Zürich/Romanisches Seminar), Les voyages du cœur mangé. Du ragoût au ragot

11h – Nicola Morato (Université de Liège), « Quidiés vous estre fiex de roi por che que je vous i apel ? » Lorsque l’enfant paraît dans les cycles arthuriens en prose

11h30 – Discussion

12h15 – Cocktail déjeunatoire

 

Thème 4 – Traductions et bilinguisme / Traduzioni e bilinguismo

Présidence : Michel Zink (Professeur émérite au Collège de France, membre de l’Académie français, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)

14h – Claudio Galderisi (Université de Poitiers–CNRS/CESCM), Deux cultures littéraires séparées par une même langue-mère ? Quelques seuils de la traduction entre l’oïl et l’italien (et vice-versa)

14h30 – Maria Careri (Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara), Copiare provenzale (e francese) in Italia nel Medioevo. Interferenze (paleo)grafiche.

15h – Fabio Zinelli (École pratique des Hautes Études/SAPRAT), Langues en contact et traditions littéraires dans les textes français d’Italie

15h30 – Discussion et pause

 

Table ronde sur le thème 4

Présidence : Sylvie Lefèvre (Professeur à Sorbonne Université)

 

16h15 – Luca Barbieri (Université de Fribourg), Roberto Tagliani (Università di Milano), Géraldine Veysseyre (Sorbonne Université – STIH)

17h15 – Discussion

20h – Dîner

 

Samedi 22 septembre

Sorbonne Université

9h-13h (Amphi Guizot)

Thème 5 : Modernité et Moyen Âge / Medioevo e Modernità

Présidence : Anna Maria Babbi (Professeur à l’Università di Verona)

 

9h – Roberto Antonelli (Sapeinza, Università di Roma), Nell’abisso degli archetipi

9h30 – Sébastien Douchet (Aix-Marseille Université–CIELAM), Esquisse d’une réception française de Brunet Latin à l’âge classique (XVIe-XVIIIe siècles)

10h – Discussion et pause

10h30 – Antonio Pioletti (Università di Catania), Francia, Italia, Mediterraneo: filologia romanza e filologie nazionali fra Medioevo e Moderno

11h – Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours–CESR/CNRS), Lévi-Strauss à Carduel. Pensée mythique et médiévistiques italienne et française

11h30 – Discussion et pause

12h15 – Joëlle Ducos (Sorbonne Université–École pratiques des Hautes Études, STIH et SAPRAT), Conférence de clôture sur Umberto Eco.


Présentation / Presentazione 

La Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane, avec la collaboration de la Fondation Primoli, organisent un colloque consacré au thème des « transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge ».

Le thème des transferts culturels, choisi par les trois sociétés, est apparu comme le meilleur moyen d’étudier ce qui à la fois rapproche et sépare ces deux espaces centraux de la Romania.

Les va-et-vient entre ces deux mondes sont tellement nombreux qu’ils semblent presque remettre en cause la notion de « transfert culturel », les deux contextes n’apparaissant que comme un seul monde et ne nécessitant donc aucune « dynamique de resémantisation » spécifique. Mais les ressemblances peuvent aussi cacher des mouvements souterrains culturels, linguistiques, esthétiques, religieux, qui aboutissent à une polarisation progressive de ces deux espaces et à des identités littéraires bien distinctes.

La structuration des trois journées du colloque en cinq séances principales et deux tables rondes devrait permettre de réfléchir à ce sujet selon cinq approches complémentaires qui entendent tenir compte de l’ensemble des mouvements qui mettent en relation et en tension les lettres gallo-romanes et le volgare tout au long du Moyen Âge vernaculaire.  

***

La Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl e la Société de Linguistique romane, con la collaborazione della Fondazione Primoli, organizzano un Congresso dedicato al tema dei « transferts culturali franco-italiani nel Medio-Evo ». Il tema dei transferts o scambi culturali scelto dalle tre Società è infatti sembrato il modo migliore per studiare ciò che avvicina e separa questi due spazi così centrali della Romania.

La frequenza degli scambi fra questi due mondi sembra addirittura mettere in discussione la nozione di transfert culturale, dal momento che i due contesti appaiono come un mondo unitario e non hanno quindi bisogno di una specifica “dinamica di risemantizzazione”. Ma le somiglianze possono nascondere dei movimenti sotterranei, culturali, linguistici, estetici, religiosi, che approderanno ad una polarizzazione progressiva dei due spazi e ad identità letterarie profondamente diverse.

La suddivisione del convegno in tre giornate ed in cinque principali sessioni e due tavole rotonde consentirà di riflettere intorno a questo soggetto secondo cinque approcci fra loro complementari che tengano conto dell’insieme dei movimenti che mettono in relazione ed in tensione le letterature gallo romanze e i volgari dello spazio italiano.