Archives de catégorie : Colloques …

[7 mai 2021] STEMMATA QUID FACIUNT ? NOBLESSE D’AME OU DE SANG AU MOYEN ÂGE

Journée d’étude, CESCM (Poitiers), le vendredi 7 mai 2021

Dir. Martin Aurell et Clément de Vasselot

Journée d’étude en présentiel au CESCM, salle Crozet, dans la limite des places disponibles dans le respect des consignes sanitaires.

La journée sera retransmise en distanciel, les personnes intéressées doivent contacter l’adresse suivante : clement.devasselot@univ-angers.fr pour obtenir un accès à la salle virtuelle.

 

« À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu. » Cité à satiété par les intellectuels du XIIe siècle, le célèbre passage des Satires de Juvénal résume une croyance fort répandue dans leur milieu. Cette idée est-elle spécifique à quelques clercs savants, férus de classiques latins et défenseurs de l’idée paulinienne de l’égalité radicale des baptisés « ne faisant qu’un dans le Christ » (Gal 3, 28) ? À l’encontre de la taxinomie sociale de l’époque, une telle conception ne leur serait-elle pas exclusive ?

N’en déplaise à Juvénal et à ses commentateurs médiévaux, la généalogie compte pour beaucoup dans la conscience que les nobles ont d’eux-mêmes, alors que leurs aïeux héroïques leur semblent bien supérieurs au commun des mortels. Au sein du lignage, la transmission onomastique ou héraldique corrobore une filiation prestigieuse. Il en va encore davantage avec le domaine familial, doté d’un château, symbole de leur seigneurie, et d’une nécropole où reposent les ancêtres. De longue date, les médiévistes suivent ces pistes. La prosopographie les pousse à structurer chaque lignage dans un tableau de filiation, et à retracer les réseaux consolidant sa domination. Ils définissent ainsi la noblesse en fonction de son monopole de la guerre, de son autorité sur les hommes et de sa possession de la terre. Sa capacité à transmettre à sa descendance l’héritage ancestral leur semble capitale.

Au-delà de ses biens matériels, l’aristocratie médiévale perdure à cause d’une large reconnaissance sociale. Elle devient ainsi « noblesse », selon la vieille définition des Étymologies d’Isidore de Séville, qui joue sur notus (participe passé adjectivé de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis pour conclure : « Le noble est celui dont le nom et la famille sont connus. » Cette reconnaissance sociale est la réputation ou fama, le regard qu’autrui porte sur chacun. Elle se mêle inextricablement de l’honneur, mais aussi de la honte (verecundia) qu’entraîne sa perte. C’est pourquoi le comportement individuel rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire. « Dans les nobles doit reparaître la grandeur d’âme de leurs ancêtres qui conquirent la noblesse par leurs exploits », affirme Jean de Meung. La prééminence sociale dépend étroitement de la vertu, qu’on conçoit certes comme la qualité découlant des actes bons posés par le libre arbitre individuel, mais aussi comme une virtus ou force charismatique se transmettant de père en fils dans quelques lignées privilégiées.

 

Programme

 

9h-9h30 – Martin AURELL (Univ. Poitiers) et Clément de VASSELOT (Univ. Angers) : Introduction

9h30-10h – Michel FAUQUIER (Institut Albert-le-Grand, Université de Poitiers, Rennes School of Business) : Faut-il être noble pour être saint ? Les faux-semblants de l’hagiocratie à travers l’exemple mérovingien

10h-10h30 : Discussion

10h30-10h45 : Pause

10h45-11h15Guy PERRY (Univ. Oxford) : Advertising virtue and minimizing vice : the case of the house of Brienne, c.950-1356

11h15-11h45 : Discussion.

11h45-12h15 – Gregory LIPPIATT (Univ. Exeter) : Creating Real Crusading Dynasties : The Montforts and the Briennes around the Mediterranean in the Thirteenth Century

12h15-12h30 : Discussion

 

14h00-14h30Rodolphe BILLAUD (ICES) : Le futur Édouard Ier et les faiblesses du lignage noble en Angleterre au milieu du XIIIe siècle

14h30-15h : Discussion.

15h-15h30 : Charles de MIRAMON (CNRS) et Maaike van der LUGT (Univ. Versailles) : L’angoisse de la descendance. Noblesse, hérédité et eugénisme à la fin du Moyen Âge

15h30-16h : Discussion

16h-16h15 : Pause

16h15-16h45Adriane BOUSSAC (EPHE) : Pour faire cas vilain homme noble perd sa noblesse. Théories et pratiques de la déchéance de la noblesse dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge

16h45-17h15 : Discussion.

17h15-17h45  – Thierry DUTOUR (Sorbonne Univ.) : Nous sommes esgaulx à peu près. Les incertitudes de la justification de la supériorité nobiliaire à la fin du Moyen Age en France

17h45-18h : Discussion. Fin du colloque

 

Liste d’adresses e-mails

Martin Aurell : Martin.aurell@univ-poitiers.fr

Rodolphe Billaud : drrodbillaud@gmail.com

Adriane Boussac : adriane.boussac@ephe.psl.eu

Thierry Dutour : dutour@me.com

Michel Fauquier : michel.fauquier@orange.fr

Gregory Lippiatt : gemlippiatt@gmail.com

Maike van der Lugt : maaike.vanderlugt@uvsq.fr

Charles de Miramon : miramon@ehess.fr

Guy Perry : guy.perry@keble.ox.ac.uk

Clément de Vasselot : clement.de.vasselot@univ-poitiers.fr

[2-3 juin 2021] : Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique

Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique

Dates : 2 et 3 juin 2021

Lieu : CESCM-Poitiers / Distanciel

Les journées auront lieu au CESCM, selon les mesures sanitaires en vigueur. Les personnes désirant participer aux journées à distance recevront les informations de connexion par mail. Pour assister aux journées, en présence ou à distance, merci de vous inscrire.

Inscriptions et informations : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

PROGRAMMATION

 

Mercredi 2 juin

9h : Accueil des participants

9h30-10h : Pamela NOURRIGEON (Univ. Poitiers) : Introduction

10h-10h45 : Marcello ANGHEBEN (Univ. Poitiers) : La Tour de Babel de l’indexation des images médiévales : réflexions sur la conception des thésaurus

Pause

11h00-11h45 : Pierre-Olivier DITTMAR (EHESS) : L’indexation comme performance et prétexte

11h45-12h15 : Elise HADDAD (EHESS) : Bases de données et sérialité des images : un usage statistique

Repas

14h-14h45 : Angélique FERRAND (Univ. Nantes) : Indexer, localiser, contextualiser les images médiévales pour mieux saisir leurs dynamiques : mise en réseau(x) des signes du Zodiaque figurés en contexte ecclésial

14h45-15h30 : Raphaël DEMES (Univ. Lille) : De l’image au texte. Réflexions sur la formalisation des informations à partir d’une base de données sur l’iconographie du paon et du phénix au Moyen Âge

Pause

15h45-16h30 : Catherine FERNANDEZ (Univ. Princeton) : L’iconographie in-situ et l’articulation digitale de l’espace : Nouveaux développements à l’Index of Medieval Art

 

Jeudi 3 juin 2021

 

9h00-9h45 : Ismérie TRIQUET (Univ. Rouen) : Indexer les images des mondes normands et anglo-normands issues des manuscrits médiévaux

9h45-10h30 : Cristina CABADA GIADAS (Univ. Saint-Jacques de Compostelle) : Une expérience d’indexation fine

Pause

10h45-11h30 : Marie-Thérèse CAMUS (Univ. Poitiers) et Tancredi BELLA (Univ. Catane) : Un apport capital dans la connaissance de l’art médiéval au XIXe siècle : la collection Fernand de Dartein au CESCM, indexation

Repas

14h-16h : Séance d’indexation collective

Pause

16h-17h : Discussions et perspectives


Les journées auront lieu au CESCM, selon les mesures sanitaires en vigueur. Les personnes désirant participer aux journées à distance recevront les informations de connexion par mail. Pour assister aux journées, en présence ou à distance, merci de vous inscrire.

Inscriptions et informations : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

Journées d’études organisées par :

Photothèque du CESCM, Université de Poitiers. – 24, rue de la Chaine, POITIERS

             

[29 avril 2021] Journée d’études : Les cryptes romanes et leur décor peint

Journée d’études organisée par le CESCM, sous la coordination de Marcello Angheben et Claire Boisseau
 

Date :  Jeudi 29 avril 2021 – 9h / 17h30

En visioconférence : lien de connexion

La journée se déroule en présentiel (Poitiers, hôtel Berthelot – 24 rue de la chaîne – salle Crozet), pour les étudiants de Master 1 Mondes médiévaux (séminaire Histoire de l’art II, coordonné par Marcello Angheben), sur inscription préalable :
marcello.angheben@univ-poitiers.fr, claire.boisseau@univ-poitiers.fr

Programme :

 

• 9h – Accueil et présentation de la journée

• 9h30 – Christian Sapin (Directeur de recherche émérite CNRS, UMR Artehis, Auxerre-Dijon) : Architecture, fonctions et circulations

• 10h10 – Marcello Angheben (Maître de conférence en histoire de l’art, Université de Poitiers / CESCM) : Présentation des problématiques : les exemples italiens

10h50 – Pause

• 11h10 – Carolina Sarrade (Archéographe, ingénieure d’études, Université de Poitiers / CESCM) : La crypte de Saint-Savin : approche technique

• 11h50 – Claire Boisseau (Doctorante, Université de Poitiers / CESCM) : Comprendre les peintures de la crypte de Saint-Savin à la lumière du culte des saints

 

• 14h – Amaëlle Marzais (Doctorante contractuelle, Université de Tours / CESR, en codirection avec le CESCM) : La crypte de Tavant : architecture et décor peint

• 14h40 – Géraldine Fray (Conservatrice-restauratrice de peinture murale, EURL FRAY) : Bilan sanitaire de la crypte de Notre-Dame-la-Grande : une stabilité précaire

15h20 – Pause

• 15h40 – Claudine Landry (Docteure en histoire de l’art) : Le décor de la crypte de l’église Notre-Dame de Montmorillon

• 16h20 – Cécile Voyer (Professeure d’histoire de l’art, Université de Poitiers, CESCM) : Le décor peint de la crypte de la collégiale de Saint-Aignan-sur-Cher, une image de la confession

• 17h – Conclusions

Contacts :

marcello.angheben@univ-poitiers.fr

claire.boisseau@univ-poitiers.fr

Voir le programme ICI 


       

[29 mars-2 avril 2021] : Les médiévistes face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ?

Cinq sessions tous les soirs, de 16h30 à 19h

INSCRIPTION GRATUITE ET OBLIGATOIRE sur https://urlz.fr/eT7M

 Le Moyen Âge est vivant. Nos contemporains le recréent continuellement : roman historique, série télévisée, bande dessinée, fête villageoise, propagande politique… Pour désigner cette réappropriation, si éloignée de leurs pratiques académiques, les chercheurs ont forgé le mot de « médiévalisme », qu’ils opposent à « médiévisme », c’est-à-dire leur propre analyse méthodique des sources documentaires et le discours de type scientifique qui en découle. Ils ne sauraient pourtant se désintéresser de la libre adaptation à visée artistique, voire, de façon plus gênante, idéologique, par laquelle le tout venant peut s’immiscer dans leur champ d’érudition.

La plupart des médiévistes ont conscience que le « contrat référentiel » qu’ils passent avec leurs auditeurs ou lecteurs — trop souvent leurs propres collègues — se distingue du « contrat fictionnel » établi entre un vaste public et le romancier, le scénariste ou le metteur en scène. Ils ne craignent donc pas qu’on puisse assimiler leur démarche à celle du créateur. Les historiens professionnels apprécient, de même, que le médiévalisme attire des amateurs éclairés vers leur discipline et qu’elle suscite de jeunes vocations. Du reste, J.R.R. Tolkien, le père de la heroic fantasy, ou Umberto Ecco, auteur d’un triller palpitant à résonance planétaire, n’appartenaient-ils pas à leur milieu ? Enfin, l’archéologie expérimentale, qui a tant fait progresser la connaissance des gestes du travail et de la vie matérielle des médiévaux, recoupe souvent l’attraction touristique, comme en témoigne l’engouement actuel pour le château de Guédelon.

À l’heure où la diffusion de la recherche s’impose plus que jamais, le médiéviste doit-il sortir de sa tour d’ivoire pour s’adresser de façon pédagogique aux non-spécialistes ? Son champ d’érudition ne saurait devenir sa chasse-gardée. Les passerelles tendues entre le « médiévisme » et le « médiévalisme » ne l’empêchent néanmoins pas de combattre l’instrumentalisation politique dont le Moyen Âge est aujourd’hui l’objet. Ce détournement s’assimile presque toujours au soi-disant « choc des civilisations », où des templiers et autres croisés auto-proclamés ferraillent avec des musulmans, dont les plus extrémistes sont tentés par le retour aux temps bénis, rigoureux et austères du prophète et de ses combattants. Plus innocentes semblent les fêtes et autres spectacles où l’époque médiévale devient carnavalesque, ripailleuse et grivoise. Cette vision ludique s’oppose à une tout autre simplification qui insiste sur la barbarie moyenâgeuse, obscurantiste, oppressante et cruelle.

La demande sociale sur l’histoire médiévale est pressante. Elle s’exprime diffusément par une « mode du Moyen Âge », perceptible à travers les media, que ce soit dans Kaamelott ou dans l’entrée de l’œuvre de Georges Duby dans la Pléiade. Cet intérêt se cristallise parfois dans l’appel aux lumières de médiévistes pour enrichir un scénario, corriger un roman ou rédiger une bande-dessinée. Devons-nous snober ces non-spécialistes sous prétexte que leurs reconstitutions dérogeraient aux règles de notre discipline ? Si besoin était, la question prouve combien il est important de réunir un grand congrès international en France pour discuter du médiévalisme, sujet maintes fois abordé dans d’autres pays et notamment aux États-Unis. Les enjeux de ce nouveau champ du savoir sont essentiels, car la réception du Moyen Âge par nos concitoyens conditionne la reconnaissance sociale des médiévistes en tant que scientifiques et, par conséquent, la survie même de nos disciplines dans un monde démocratique.     


Programme

Lundi 29 mars


16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements de Martin Aurell (Univ. Poitiers)
16h45-17h ➢ Introduction de Martin Aurell – Histoires du médiévalisme, médiévalismes historiques
17h-17h40 ➢ Conférence de Tommaso di Carpegna Falconieri (Univ. Urbino Carlo Bo) – Médiévistique et médiévalisme : un château aux destins croisés
17h40-17h55 ➢ Questions et discussions
17h55-18h05 ➢ Pause et posters
18h05-18h25 ➢ Marion Bertholet (Univ. Aix-Marseille) – Le Moyen Âge italien des Lumières à Sismondi : un anti-médiévalisme ?
18h25-18h45 ➢ Joanna Pavleski-Malingre (Univ. Rennes 2) – Étudier les fortunes politiques de Mélusine du Moyen Âge à nos jours : intérêts et enjeux d’un médiévalisme au long cours
18h45-19h ➢ Questions et discussions.


Mardi 30 mars

16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements
16h45-17h ➢ Introduction de Justine Breton – Des Moyen Âges partout
17h-17h20 ➢ Romain Vincent (Univ. Paris Sorbonne Nord) –  Médiévalisme et jeu vidéo : jouer au Moyen Âge à l’école
17h20-17h40 ➢ Martin Bostal (Univ. Caen-Normandie) – La reconstitution historique du Moyen Âge : un ‘loisir sérieux’ entre médiévalisme et recherche d’historicité
17h40-17h55 ➢ Pause et posters
17h55-18h40 ➢ Table ronde « Comment rendre présent le Moyen Âge aujourd’hui ? », Fabien Paquet (Univ. Caen), Fanny Cohen-Moreau (podcast Passion Médiévistes), Isabelle Catteddu (INRAP), Fanny Madeline (Univ. Paris 1)
18h40-19h ➢ Questions et discussions


Mercredi 31 mars


15h ➢ Assemblée générale de l’association « Modernités médiévales » (lien Zoom)
16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements
16h45-17h ➢ Introduction de Florian Besson – Bilan et perspectives
17h-17h20 ➢ Alain Corbellari (Univ. Lausanne et Univ. Neuchâtel) – L’éternel retour du Moyen Âge. Pour une histoire longue du médiévalisme
17h20-17h40 ➢ Vincent Ferré (Univ. Paris Est-Créteil) – Médiévalisme(s) : divisions disciplinaires, culturelles, linguistiques depuis 1979
17h40-17h55 ➢ Pause et posters
17h55-18h15 ➢ Georges Bertin (CNAM des Pays de la Loire) –  Médiévalisme et implication
18h15-18h45 ➢ Questions et discussions


Jeudi 1er avril

16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements
16h45-17h ➢ Introduction de Justine Breton – Le Moyen Âge en mots
17h-17h20 ➢ Anne Besson (Univ. Artois) – Fantasy médiévale et médiévistique : une relation à sens unique ?
17h20-17h40 ➢ Isabelle Olivier (Univ. Artois) – Le Moyen Âge et la littérature de jeunesse font-ils bon ménage ? Des tensions (fécondes ?) entre didactisme et divertissement
17h40-17h55 ➢ Pause et posters
17h55-18h15 ➢ Tristan Martine (Univ. Angers) – Des bulles médiévales en cases : les enjeux du médiévalisme en bande dessinée
18h15-18h45 ➢ Questions et discussions


Vendredi 2 avril

16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements
16h45-17h ➢ Introduction de Lucie Malbos  – Un médiévalisme bien vivant
17h-17h45 ➢ Table ronde « Le médiéviste face aux non-médiévistes : tensions et attentions », Paul Sturtevant (Smithsonian Institution), Florian Besson, Cécile Voyer (Univ. Poitiers) et Clovis Maillet (École Supérieure d’Art et de Design, Angers)
17h45-18h15 ➢ Questions et discussions
18h15-18h25 ➢ Pause et posters
18h25-18h40 ➢ Conclusion

       

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search