Archives de catégorie : Colloques …

[20-22 janv. 2022] : Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires

Université de Poitiers, CESCM–CNRS, en collaboration avec la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl

 

Lieu : salle Crozet du CESCM, 24 rue de la Chaîne – POITIERS

Inscription en ligne sur Sciences conf : Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires – Sciencesconf.org

Voir programme si-dessous

Bathsheba Bathing; Jean Bourdichon (French, 1457 – 1521); 1498–1499; Tempera and gold on parchment; Leaf: 24.3 × 17 cm (9 9/16 × 6 11/16 in.); Ms. 79 (2003.105), recto; No Copyright – United States (http://rightsstatements.org/vocab/NoC-US/1.0/)

La question du réel est tout entière celle des lettres médiévales : de leur réalité matérielle et intellectuelle, de leur horizon de production et de réception, de leurs auteurs affichés ou anonymes, de leurs destinations. Mais qu’est-ce que le réel au Moyen Âge ? 

Qu’il s’agisse de la matérialité de l’œuvre, de sa paternité, des commanditaires ou des destinataires qui en éclairent l’existence, des faits de langue qui la connotent, la localisent, la datent, l’inscrivent dans un continuum linguistique, des enjeux intellectuels, politiques ou religieux qui la subsument ou de la création poétique ou fictionnelle qui en font une réalité littéraire à la fois subsidiaire et autonome par rapport à l’horizon temporel dans laquelle elle s’écrit, la recherche est confrontée à l’éternel calibrage de la bonne distance critique. Si ce que l’on doit comprendre est déjà en partie compris dans le texte, il est alors indispensable pour l’herméneute de savoir reconnaître ce que l’intention des auteurs a voulu faire apparaître dans l’œuvre pour qu’elle soit ainsi comprise, de savoir identifier ce que s’y est glissé et qui constitue la partie résiduelle du cercle herméneutique que seuls le temps et la recherche peuvent révéler. 

Or ces deux réels peuvent paraître antagonistes. Le premier, que Roland Barthes a baptisé « effet de réel », paraît signaler des processus esthétiques qui jouent sur les ressorts de l’illusion référentielle et de la suspension d’incrédulité. Le second, que Nancy Regalado a appelé avec une formule heureuse « effet du réel », semble désigner les traces plus ou moins conscientes des relations biunivoques que le texte entretient avec la réalité extratextuelle. Ainsi posés l’un en face de l’autre, ces deux réels semblent recouvrir la presque totalité des lettres médiévales. Rares sont en effet les œuvres où l’auteur n’a pas essayé d’entraîner le lecteur vers un monde en trompe l’œil ; encore plus rares sont les textes qui ne révèlent pas des signes, du moins à nos yeux, de la réalité historique, linguistique ou intellectuelle dont ils sont à la fois le reflet et le creuset. 

Or la notion de réel n’est évidemment pas la même au Moyen Âge et aujourd’hui ; elle est aussi très différente pour un auditeur de la matière de Bretagne ou des chansons de geste au XIIe siècle ou pour un lecteur de Charles d’Orléans et de François Villon à la moitié du XVe siècle. 

Les lettres médiévales posent alors au philologue/herméneute une multitude de questions qui gravitent autour de ces deux réels et de leurs seuils. Qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui ne l’est pas pour un lecteur médiéval qui croit davantage aux merveilles et aux miracles qu’à la réalité qui l’entoure ? En lisant le Roman d’Eneas, dont l’auteur ne revendique pas la source réelle, le lecteur médiéval reconnaît-il dans ce silence une volonté de dissimuler l’effet du réel, une sorte de refus de l’effet de réel ou un effet du réel poétique ? Et que pense ce même lecteur devant ce que nous appelons le topos du livre source qu’il rencontre dans la plupart des romans arthuriens ? Effet de réel ou effet du réel, ou les deux, selon que l’on se situe du côté de l’auteur ou d’un lecteur pas toujours suffisant ? Que perçoit  au juste ce lecteur de l’effet du réel ? Les enjeux historiques, idéologiques, dynastiques qui traversent presque toutes les lettres médiévales et qui en expliquent en partie les raisons et les enjeux, sont-ils compris comme des effets du réel par des lecteurs qui seraient en dehors du cercle des commanditaires ou destinataires ? L’effet de réel du lecteur médiéval est-il le même que croit reconnaître aujourd’hui l’herméneute en quête d’illusion référentielle ? Et, a contrario, comment se façonne pour un auteur médiéval et pour son propre lecteur la perception du réel ? Robert de Clari décrivant Constantinople reflète-t-il ce qu’il voit, ou témoigne t-il de la diffusion de la matière d’Antiquité dans son milieu culturel ? Y a-t-il une langue pour les effets de réel et une langue propre à l’effet du réel ? Ces deux effets sont-ils l’un et l’autre liés plus spécifiquement à des genres, à des motifs, à des matières, à des auteurs ? L’illusion référentielle opère-t-elle de la même manière dans un poème en vers ou dans un récit en prose ? Comment la réalité psychologique et la réalité historique peuvent-elles modifier les confins entre ces deux réels jusqu’à parfois les confondre ? Et, encore, comment la réalité plurielle du texte médiéval s’articule-t-elle avec ces deux réels si intimement liés à la subjectivité littéraire ? 

Il ne s’agit là que de quelques-unes parmi les interrogations que pose la question du réel, sous toutes ses formes, dans les textes médiévaux. Ces questions seront abordées lors des deux journées de communications et dans les deux conférences du samedi, ouvertes au grand public : au réel de la ville. Le colloque sera structuré en quatre séances qui recouvrent les principales questions ici évoquées et qui correspondent à autant d’approches du sujet : épistémologique, historique, linguistique et esthétique.


Jeudi 20 janvier


8h45 – Accueil
9h – Introduction

9h15/10h30 – Conférences

  • Jean-Jacques VINCENSINI (Univ. Fr. Rabelais / CESR Tours) : Chassez le réel par la porte, il revient par la fenêtre. Observations post-barthésiennes.
  • Beate LANGENBRUCH (ENS de Lyon / CIHAM, UMR 5648) : Quête d’identité au miroir de l’altérité voisine : la matière de France et d’Alemaigne.


10h30/11h – Pause

11h/12h30 – Table ronde ÉCLATS DE MONDE

  • Thibaut RADOMME (ECCLA, Univ. Jean-Monnet Saint-Étienne) : Joinville metteur en scène : l’art du récit dans la Vie de saint Louis.
  • Sung-Wook MOON (Sorbonne Univ., EA 4349 ) : Études et édition de textes médiévaux’ : Rutebeuf contre les Mendiants, ou un sujet d’actualité.
  • Emmanuelle DANTAN (LiLPa, Univ. Strasbourg)  : ‘Effet de réel’ et’ effet du réel’ Des voix de femmes dans les chansons de trouvères des XIIe et XIIIe siècle.
  • Gautier GRÜBER (Acad. Bordeaux / Lycée Paul-Guérin de Niort) : Réalités politiques dans la Geste des Loherains.


14h/15h15 – Conférences

  • Joana CASENAVE (Univ. Lille) : Le geste critique à l’épreuve du réel. Réflexions sur les éditions d’écrits contemporains de la Peste
    Noire.
  • Sébastien FRAY (Univ. Jean-Monnet Saint-Étienne / Laboratoire d’études sur les monothéismes, UMR 8584) :
    Discours hagiographique et réalité sociale : le cas des miracles de sainte Foy de Conques.

15h15/15h45 – Pause

15h45-17h – Table ronde RÉFÉRENTIELS

  • Vera SOUKUPOVÁ (Univ. Charles de Prague) : La référentialité et le reflet du réel dans le discours allégorique : les polémiques tchèques et françaises au temps de crises.
  • Nicolas GARNIER (EA 4349 / Sorbonne Univ.) : Trubert : illusion référentielle et référence de l’illusion.
  • Valentine EUGÈNE (Sorbonne Univ.) : Fabliaux et sacrilège : le triomphe du réel ?

17h-17h30 – Pause

17h30-18h15 – Conférence


Philippe HAUGEARD (Univ. Orléans / Laboratoire POLEN EA 4710) : Effet de réel et temporalité historique : le paradoxe de la vassalité (Marc Bloch) au miroir de la chanson de geste.


Vendredi 21 janvier


8h30h/10h – Conférences

  • Marco MAULU (Univ. Sassari, Sardaigne) : La notion de réel chez les Sept Sages de Rome.
  • Hélène BOUGET (Univ. Bretagne Occidentale, Brest) : Faille textuelle, faillite du réel dans quelques manuscrits de la Queste del Saint Graal.

10h/10h30 – Pause

10h30-11h45 – Table ronde SAVOIRS & INSTITUTIONS

  • Jérôme DEVARD (CESFima/Polen EA 4710) / Université d’Orléans) : Quand la littérature épique devient une source juridico-historique : l’illusion référentielle de la
    cour des pairs primitive à l’institution des douze pairs fictionnels.
  • Tamara ALVARADO (Sorbonne Nouvelle. ED 120, Littérature comparée) : Le topos du livre source dans les romans et les traités magico-scientifiques. L’utilisation de la fiction pour cacher la réalité des textes (XIIIe et XVe siècles).
  • Annelise RENCK (Carroll College, Helena, Montana, États-Unis) : La lecture dévotionnelle au XVe siècle : la médiation du livre dans La Grant Vita Christi en françoys.

13h30-15h00 – Conférences

  • Bernard RIBÉMONT (Univ. Orléans/ MARen) :
    Écriture philosophico-encyclopédique et effet de réel : Guillaume de Conches et Adélard de Bath.
  • Sabrina FERRARA (Univ. Fr. Rabelais / CESR  Tours) : Historia « réelle » et historia personnelle dans les Epîtres de Boccace.

15h/15h30 – Pause

15h30/17h – Table ronde CAS « CHRONIQUES »

  • Charlotte GUIOT (Univ. Grenoble / UMR 5136) : Le chroniqueur poète : dialogue entre réel et fiction pastorale dans quelques pastourelles de Jean Froissart.
  • Ismérie TRIQUET (Univ. Rouen, GRHis EA 3831) : Le traitement iconographique de la Normandie et de l’Angleterre dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge : entre réel et imaginaire.
  • Lucia ARRIGHI (Sorbonne Univ.-CLEA EA 4083 / Univ. Corse – UMR LISA 6240) : Les Choses de Corse de Giovanni della Grossa (1380-1464) : fable, fiction ou histoire ?
  • Cristian BRATU (Division Director for French & Italian; Department of Modern Languages & Cultures, Baylor University, États-Unis) : L’histoire et ses « effets » : effet de parlé et effet d’écrit dans les récits historiques médiévaux.

17h/17h30 – Pause

17h30/18h15 – Conférence

  • Edina BOZOKY (Univ.  Poitiers) : L’effet de réel chez Jean d’Outremeuse : les épisodes de l’Histoire des Huns.
  • Christine FERLAMPIN-ACHER (Univ. de Rennes II) :
    Onomastique, gestes et émotions : effets de/du réel (XIVe-XVe s.) du manuscrit à l’imprimé dans quelques textes néo-arthuriens.

18h15/19h15 – CONFÉRENCE de CLÔTURE

Espace Pierre Mendès France

Conférence de Michel ZINK de l’Académie française

 

 Samedi 22 janvier

 

 

9h15/12h – Assemblée générale SLLMOO 

14h-16h – Table ronde : Effet de réel et du réel du Moyen Âge à la Renaissance (Projet FESMAR)


Comité d’organisation

Vladimir Agrigoroaei, Christelle Chaillou-Amadieu, Pierre-Marie Joris, Pierre Levron, Cinzia Pignatelli

Comité scientifique

Martin Aurell, Joëlle Ducos, Jean-Marie Fritz, Nancy Regalado, Jean-Claude Schmitt,Jean-René Valette,Jean-Jacques Vincensini, Fabio Zinelli,Michel Zink

[4-8 oct. 2021] : Atelier interdisciplinaire

Atelier interdisciplinaire du master “Mondes médiévaux”/CESCM

L’atelier interdisciplinaire, obligatoire en Master 1, est proposé aux étudiant.e.s de Master 2 comme initiation à la recherche, Les thésardes et thésards sont aussi les bienvenus. Il est ouvert aux étudiants extérieurs à l’université de Poitiers, aux étudiants de licence et aux auditeurs libres. Les journées sont organisées selon des thématiques qui traduisent ou enrichissent, grâce à des chercheurs invités, les axes scientifiques du laboratoire et leurs outils.

Coordination : Pierre-Marie Joris : pierre-marie.joris@univ-poitiers.fr

Les conférences et ateliers se déroulent en salle Crozet du CESCM.

La journée du jeudi 7 a lieu à l’espace Mendès France et la conférence du soir à la Médiathèque François-Mitterrand, journée entière sur réservation : https://emf.fr/38979


Lundi 4 octobre

Introduction générale

10h/12h – Présentation du CESCM & des axes de recherche, par Martin AURELL (Directeur du CESCM)

  • Le CESCM dans les réseaux sociaux, parVanessa ERNST-MAILLET (CESCM-CNRS)
  • Le réseau Ménestrel. Médiévistes sur le net : sources, travaux & références en ligne, par Anne-Sophie TRAINEAU-DUROZOY (BU)
  • Le SCD (Service commun de documentation) de Poitiers, par Yvan HOCHET (BU Michel Foucault) et Martine HENROT (Pôle documentaire du CESCM-CNRS)

14h/16h

Atelier d’ouverture

La Cornerie des Anges de Vaillant ou les pièges de l’équivoque médiévale, par Elisabeth PINTO-MATHIEU (Univ. Angers ; délégation CESCM 2020-2022)

16h15/17h – La photothèque du CESCM, par Pamela NOURRIGEON (CESCM) & Carolina SARRADE (CESCM-CNRS)

 

Mardi 5 octobre

 

10h/12h – Emblématique médiévale et humanités numériques, l’exemple des bases DEVISE, ARMMA et SIGILLA, par Laurent HABLOT (EPHE Paris, Section des sciences Historiques et Philologiques ; Emblématique occidentale)

14h/17h – Regards croisés sur un monument complexe. La collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines : bilan et perspectives, par Cécile VOYER (CESCM, Histoire de l’art), Éric SPARHUBERT (Univ. Limoges, CRIHAM-CESCM), Cécile TREFFORT (CESCM-IUF, Histoire/Epigraphie) Emilie KURDZIEL (Univ. Poitiers, Histoire) Carolina SARRADE (CESCM-CNRS)

Première partie : présentation en salle

Deuxième partie : présentation de l’architecture et de son décor à la collégiale Saint-Hilaire

 

Mercredi 6 octobre

 

9h30/11h30 – L’épigraphie en Méditerranée orientale : nouveaux paradigmes, échelles et méthodes, Introduction par Cécile TREFFORT (CESCM-IUF) ; Maria VILLANO (postdoc ERC GRAPH-EAST), Sercan SAGLAM (postdoc ERC GRAPH-EAST), Manon DURIER (IR-CESCM).

14h/16h – Ornement : un concept pour comprendre le Moyen Âge chrétien ? par Éric Palazzo (CESCM)

 

Jeudi 7 octobre

 

Espace Mendès France

9h30/12h30 et 14h/17h30

Histoire des sciences et des techniques au Moyen Âge

Des chiffres et des lettres au Moyen Âge

Programme détaillé en fin de billet.

18h30 – Médiathèque François-Mitterrand (en partenariat avec l’UFR Lettres & Langues)

Cycle des « Rendez-vous du Moyen Âge »

Le théâtre des mystères, ou l’énergie de tous les diables

Darwin SMITH (directeur de recherche émérite CNRS/Paris I Panthéon-Sorbonne)

Vendredi 8 octobre

 

10h/12h – Atelier de clôture

Le théâtre médiéval : textes, documents & jeu. Approche des pratiques dramatiques à la fin du Moyen Âge en France, Darwin SMITH (directeur de recherche émérite CNRS/Paris I Panthéon-Sorbonne)


Programme du Jeudi 7 octobre

Espace Mendès France

9h30-17h30

Uniquement sur révervation : https://emf.fr/38979

Voir le détail de la journée ICI

9h30 – Accueil par Didier MOREAU (Directeur de l’Espace Mendès France) et Pierre-Marie JORIS (pour le CESCM)

9h45 – Introduction par Joëlle DUCOS (Sorbonne université ; EPHE, PSL)

10h15 – Écrire les nombres au Moyen Âge par Marc MOYON (Univ. Limoges)

11h – Questions

11h20 – Algorismes et abaques au XVe siècle par Stéphane LAMASSÉ (Univ. Paris)

12h10 – Questions

12h30/14h Repas

14h – e = 5, a = 1, c = 3 » ou du bon usage de quelques vers mnémoniques contenus dans le Compotus manualis d’Anianus et autres « composts et kalendriers » par Christine SILVI (Sorbonne Université).

14h45 – Questions

15h10 – De la culture mathématique à l’écriture : chiffres et nombres chez Richard de Fournival, Joëlle Ducos (professeure de linguistique médiévale et de philologie à Sorbonne université et
directrice d’études à l’EPHE, PSL).

15h55 – Questions

16h15 – Le chiffre dans les lettres : structures symboliques, codage des noms ou des dates, langage énigmatique par Sylvie LEFÈVRE (Sorbonne Université)

17h – Questions et conclusion

   

[23 sept. 2021] : les RV du Moyen Âge

BnF, Ms Français 118, « L’Enserrement de Merlin » de Robert de Borron, f. 296v. XIV-XVe siècles

 L’épée invincible du chevalier : un imaginaire médiéval.

Par Martin Aurell, Professeur d’histoire du Moyen Âge et directeur du CESCM

Gratuit, dans la limite des places disponibles

Lieu : Médiathèque François-Mitterrand
4 rue de l’Université – Poitiers – Salle Jean-Richard Bloch


Date :  jeudi 23 septembre à 18h30

Voir le PDF

 

 

 

 

[9-10 sept. 2021] : l’absence au Moyen Âge

Journées doctorales internationales du CESCM (Université de Poitiers, France)

Lieu : CESCM, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, POITIERS

Dates : 9 et 10 septembre 2021

Le Pass sanitaire (vaccin ou PCR de moins de 72h) sera demandé pour l’accès aux pauses cafés et aux repas

Pour les personnes ne pouvant être sur place voir les liens en distanciel :

Jeudi 9 : https://univ-poitiers.webex.com/univ-poitiers/j.php?MTID=mb22300a8ee533efa4f8be496adddeb2b

Vendredi 10 : https://univ-poitiers.webex.com/univ-poitiers/j.php?MTID=ma2d4515eb0a4331c2d35eb327d35bb44

 

Jeudi 9 septembre

 

Modération : Cécile MARUEJOULS et Élise VERNEREY

 

09.00 – Accueil des participants

09.30 – Martin AURELL, Professeur d’histoire médiévale, directeur du CESCM : Introduction aux journées d’études

 

Le médiéviste face à l’absence

 Composer avec l’absence de sources

 

 10.00 – Claire BOISSEAU (Univ. Poitiers) : Étudier les peintures murales : l’archéographie comme remède à la disparition de vestiges picturaux

10.20 – Isaac MARTINEZ ESPINOSA (Univ. Madrid) : The absence of war and castles on the Northern Border: absence of control and revolts in the late Middle Ages

Discussion / Pause

Considérer l’absence délibérée

11.00 – Julie RICHARD DALSACE (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : Absence de la carte, absences de textes dans les manuscrits carolingiens du livre XIV des Étymologies

11.20 – Lorenz A. HINDRICHSEN (Univ. Copenhague) : Reading absence: Interpreting erasure in late medieval visual representations of ethnicity

Discussion / Déjeuner

 

La quête de l’absence

Matérialiser l’absence

14.00 – Gabrielle SCHMID (Univ. Poitiers) : Pallier l’absence : voir, c’est toucher. Thomas l’apôtre comme médiateur vers le corps du Christ.

14.20 – Marie-Anne LE LANNOU (Univ. Poitiers) : Absence du Graal et transformation des corps vivants en reliques dans les romans du Graal : exemples du Haut Livre du Graal et de la Quatrième21Continuation de Perceval

Discussion

 Penser le repli

 15.00 – Annabel DUKES (Univ. York) : Sore he may wepin. Ant bittre teris letin. Mon þad of luue con. Experiencing the Crucifixion through Interacting Types of Absence in Thirteenth-Century Middle English Poems

15.20 – Marta MILAZZO (Univ. Padoue) : L’expérience de l’absence de Merlin : un cas inédit d’interfictionalité

Discussion / Pause

Le langage de l’absence

 16.00 – Julien STOUT (Univ. de Montréal) : En présence de l’auteur, en l’absence de grammaire, aux limites de la ville et de la vie : l’impossible autorité livresque d’Adam de la Halle, poète arrageois de langue d’Oil, dans le manuscrit de Paris, BnF fr. 295566

16.20 – Maxime JUIN (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne/EHESS) : Libérer l’absence

L’image à l’épreuve des passés contingents

16.40 – Abderrazak HALLOUMI (Univ. Poitiers) : La révélation voilée. Le langage apophatique dans le Livre de l’Eschiele Mahomet et dans les récits du mi’rāj en arabe

Discussion 

18.00 – Conférence d’Olivier BOULNOIS, Professeur à l’École Pratique des Hautes Études

 

 Vendredi 10 Septembre

 

Modération : Émilie MARGAIX et Corinne LAMOUR

Faire face à l’absence

Ressentir l’absence : une expérience familiale

 

9.00 – Justine AUDEBRAND (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : « Pourquoi donc, mon frère, as-tu laissé s’écouler tant de temps sans venir me voir ? » : dire et pallier l’absence du frère au début du Moyen Âge (VIIe-Xe siècles)

9.20 – Antonin BESSON (Univ. d’Orléans) : Le bruit et le silence. Autour du Deuil d’Aude dans le manuscrit de Châteauroux de La chanson de Roland

9.40 – Teresa STEFFENINO (Univ. Bâle) : La maternité absente et l’absence de la maternité absente. Le cas d’Aurembiaix d’Urgell en contexte

Discussion / Pause

 

En l’absence du pouvoir : Déléguer et pallier

10.20 – Camille RUTSAERT (Univ. Saint-Louis-Bruxelles) : Absence de père, absence de frère, la fragilité d’une succession féminine. Préparer l’héritière et les mentalités dans les principautés des Pays-Bas aux XIVe-XVe siècles

10.40 – Diana MARTINS (Univ. Lisbonne) : Eyes, mouth and ears of an absent King: the actions of the protuguese ambassador Joao Simao (1300-1304)

Discussion

11.00 – Clarck Junior MEMBOUROU MOICHEMEME (Univ. Bretagne Occidentale) : Pallier l’absence de l’émir à La Mecque (XIIIe-XIVe siècle)

11.20 – Marie DELEZENNE (Univ. d’Artois) : Kant mesirez en ala horz du pais. Pallier les absences de Robert II en Artois (1270-1292)

Discussion / Déjeuner

 

L’absence et la loi

Légiférer l’absence 

14.00 – Margot LAPRADE (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Forcer l’absence : la séparation de corps du couple clérical en Gaule au haut Moyen Âge (IVe-XIe siècle)

14.20 – Sami BENKHERFALLAH (Univ. Poitiers et Univ. de Tlemcen) : S’absenter bon gré, mal gré : fuir, se cacher, s’exiler à la cour mamelouke

Discussion / Pause

 

Légiférer en l’absence 

15.00 – Bastien MICHEL (Univ. Caen) : Défaillants et justiciés pour leurs deffaultes : l’absence de Robert de Tancarville à l’ost de Flandre (1297)

15.20 – Vincent LÉTHUMIER (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : Le roy ne doibt surseoir de procedder audict proces par leur absence. Les incertitudes procédurales autour des pairs de France absents pour juger au Parlement de Paris (XIIIe-XVe siècles)

Discussion / Conclusions


Absence in the Middle Ages, 9 and 10 September 2021

CESCM International Doctoral Days

(University of Poitiers, France)

 

Practical information :

Date : 9 and 10 September 2021

Place : CESCM, University of Poitiers, Crozet Room, 24 rue de la Chaîne, 86000 Poitiers

The health pass (vaccine or PCR of less than 72 hours) will be requested for access to coffee breaks and meals

  

Thursday 9 September

Moderation: Cécile Maruéjouls and Elise Vernerey

 

09.00 – Welcome of the participants

09.30 – Martin AURELL, Professor of medieval history, director of the CESCM: Introduction to the symposium

 

The medievalist faced with absence

Dealing with the absence of sources

 

 10.00 – Claire BOISSEAU (University of Poitiers): Studying wall paintings: archaeography as a remedy for the disappearance of pictorial remains.

10.20 – Isaac MARTINEZ ESPINOSA (University of Madrid): The absence of war and castles on the Northern Border: absence of control and revolts in the late Middle Ages.

Discussion / Break

 

Considering deliberate absence

 11.00 – Julie RICHARD DALSACE (University of Paris I Panthéon-Sorbonne): Absence of the map, absences of texts in Carolingian manuscripts of book XIV of the Etymologies.

11.20 – Lorenz A. HINDRICHSEN (University of Copenhagen): Reading absence: Interpreting erasure in late medieval visual representations of ethnicity.

Discussion / Lunch

 

The quest for absence

 Materializing absence

  

14.00 – Gabrielle SCHMID (University of Poitiers): Overcoming absence: to see is to touch. Thomas the apostle as mediator towards the Body of Christ.

14.20 – Marie-Anne LE LANNOU (University of Poitiers) : Absence of the Grail and transformation of living bodies into relics in the Grail novels: examples of the High Book of the Grail and the Fourth Continuation of Perceval.

Discussion

 

Thinking about withdrawal

15.00 – Annabel DUKES (University of York) : Sore he may wepin. Ant bittre teris letin. Mon þad of luue con. Experiencing the Crucifixion through Interacting Types of Absence in Thirteenth-Century Middle English Poems.

15.20 – Marta MILAZZO (University of Padua) : The experience of Merlin’s absence: a new case of inter-fictionality.

Discussion / Break

 
The language of absence

 

16.00 – Julien STOUT (University of Montreal) : In the presence of the author, in the absence of grammar, at the limits of the city and of life : the impossible bookish authority of Adam de la Halle, poet from Arras, in the Paris manuscript, BnF fr. 295566.

16.20 – Maxime JUIN (University Paris I Panthéon-Sorbonne/EHESS) : Releasing absence, the image in the test of the contingent past.

16.40 – Abderrazak HALLOUMI (University of Poitiers) : Veiled revelation. Apophatic language in the Book of Eschiele Muhammad and in the narratives of the mi’rāj in Arabic.

Discussion

18.00 – Lecture by Olivier BOULNOIS, Professor at the École Pratique des Hautes Études

 

Friday 10 September 

Moderation: Émilie Margaix and Corinne Lamour

Coping with absence

Feeling the absence: a family experience

 

9.00 – Justine AUDEBRAND (Université Paris I Panthéon-Sorbonne) : “Why then, my brother, have you let so much time pass without coming to see me? : saying and coping with absence of a brother in the early Middle Ages (7th-10th centuries).

9.20 – Antonin BESSON (University of Orléans) : Noise and Silence. Around Aude’s mourning in the Châteauroux manuscript of La chanson de Roland.

9.40 – Teresa STEFFENINO (University of Basel) : Absent motherhood and absence of absent motherhood. Aurembiaix d’Urgell’s case in context.

Discussion / Break

 

In the absence of power: Delegating and compensating

 

10.20-  Camille RUTSAERT (Université Saint-Louis-Bruxelles) : Absence of a father, absence of a brother, the fragility of a female succession. Preparing the heiress and mentalities in the principalities of the Netherlands in the 14th-15th centuries.

10.40 – Diana MARTINS (University of Lisbon) : Eyes, mouth and ears of an absent King: the actions of the Portuguese ambassador Joao Simao (1300-1304).

 Discussion

11.00 – Clarck Junior MEMBOUROU MOICHEMEME (University of Western Brittany) : Coping with Emir’s absence in Mecca (13th-14th centuries).

11.20 – Marie DELEZENNE (University of Artois) : Kant mesirez en ala horz du pais. Coping with Robert II’s absences in Artois (1270-1292).

Discussion / Lunch

 

Absence and the law

 Legislating absence

 

14.00 – Margot LAPRADE (University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Forcing absence: the legal separation of the clerical couple in early medieval Gaul (4th-11th century).

14.20 – Sami BENKHERFALLAH (University of Poitiers) : Being absent willingly or unwillingly: fleeing, hiding, going into exil at the Mamluk court

Discussion / Break

 

Legislating in absence

 

15.00 – Bastien MICHEL (University of Caen) : Défaillants et justiciés pour leurs deffaultes : Robert de Tancarville’s absence from the Flanders ost (1297).

15.20 – Vincent LÉTHUMIER (University of Paris I Panthéon-Sorbonne) : Le roy ne doibt surseoir de procedder audict proces par leur absence. Procedural uncertainties surrounding peers of France absent to judge at the Parliament of Paris (13th-15th centuries).

Discussion / Conclusions

   


Comité scientifique :

Corinne Lamour, Cécile Maruéjouls, Émilie Margaix et Elise Vernerey

   

[7 mai 2021] STEMMATA QUID FACIUNT ? NOBLESSE D’AME OU DE SANG AU MOYEN ÂGE

Journée d’étude, CESCM (Poitiers), le vendredi 7 mai 2021

Dir. Martin Aurell et Clément de Vasselot

Journée d’étude en présentiel au CESCM, salle Crozet, dans la limite des places disponibles dans le respect des consignes sanitaires.

La journée sera retransmise en distanciel, les personnes intéressées doivent contacter l’adresse suivante : clement.devasselot@univ-angers.fr pour obtenir un accès à la salle virtuelle.

 

« À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu. » Cité à satiété par les intellectuels du XIIe siècle, le célèbre passage des Satires de Juvénal résume une croyance fort répandue dans leur milieu. Cette idée est-elle spécifique à quelques clercs savants, férus de classiques latins et défenseurs de l’idée paulinienne de l’égalité radicale des baptisés « ne faisant qu’un dans le Christ » (Gal 3, 28) ? À l’encontre de la taxinomie sociale de l’époque, une telle conception ne leur serait-elle pas exclusive ?

N’en déplaise à Juvénal et à ses commentateurs médiévaux, la généalogie compte pour beaucoup dans la conscience que les nobles ont d’eux-mêmes, alors que leurs aïeux héroïques leur semblent bien supérieurs au commun des mortels. Au sein du lignage, la transmission onomastique ou héraldique corrobore une filiation prestigieuse. Il en va encore davantage avec le domaine familial, doté d’un château, symbole de leur seigneurie, et d’une nécropole où reposent les ancêtres. De longue date, les médiévistes suivent ces pistes. La prosopographie les pousse à structurer chaque lignage dans un tableau de filiation, et à retracer les réseaux consolidant sa domination. Ils définissent ainsi la noblesse en fonction de son monopole de la guerre, de son autorité sur les hommes et de sa possession de la terre. Sa capacité à transmettre à sa descendance l’héritage ancestral leur semble capitale.

Au-delà de ses biens matériels, l’aristocratie médiévale perdure à cause d’une large reconnaissance sociale. Elle devient ainsi « noblesse », selon la vieille définition des Étymologies d’Isidore de Séville, qui joue sur notus (participe passé adjectivé de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis pour conclure : « Le noble est celui dont le nom et la famille sont connus. » Cette reconnaissance sociale est la réputation ou fama, le regard qu’autrui porte sur chacun. Elle se mêle inextricablement de l’honneur, mais aussi de la honte (verecundia) qu’entraîne sa perte. C’est pourquoi le comportement individuel rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire. « Dans les nobles doit reparaître la grandeur d’âme de leurs ancêtres qui conquirent la noblesse par leurs exploits », affirme Jean de Meung. La prééminence sociale dépend étroitement de la vertu, qu’on conçoit certes comme la qualité découlant des actes bons posés par le libre arbitre individuel, mais aussi comme une virtus ou force charismatique se transmettant de père en fils dans quelques lignées privilégiées.

 

Programme

 

9h-9h30 – Martin AURELL (Univ. Poitiers) et Clément de VASSELOT (Univ. Angers) : Introduction

9h30-10h – Michel FAUQUIER (Institut Albert-le-Grand, Université de Poitiers, Rennes School of Business) : Faut-il être noble pour être saint ? Les faux-semblants de l’hagiocratie à travers l’exemple mérovingien

10h-10h30 : Discussion

10h30-10h45 : Pause

10h45-11h15Guy PERRY (Univ. Oxford) : Advertising virtue and minimizing vice : the case of the house of Brienne, c.950-1356

11h15-11h45 : Discussion.

11h45-12h15 – Gregory LIPPIATT (Univ. Exeter) : Creating Real Crusading Dynasties : The Montforts and the Briennes around the Mediterranean in the Thirteenth Century

12h15-12h30 : Discussion

 

14h00-14h30Rodolphe BILLAUD (ICES) : Le futur Édouard Ier et les faiblesses du lignage noble en Angleterre au milieu du XIIIe siècle

14h30-15h : Discussion.

15h-15h30 : Charles de MIRAMON (CNRS) et Maaike van der LUGT (Univ. Versailles) : L’angoisse de la descendance. Noblesse, hérédité et eugénisme à la fin du Moyen Âge

15h30-16h : Discussion

16h-16h15 : Pause

16h15-16h45Adriane BOUSSAC (EPHE) : Pour faire cas vilain homme noble perd sa noblesse. Théories et pratiques de la déchéance de la noblesse dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge

16h45-17h15 : Discussion.

17h15-17h45  – Thierry DUTOUR (Sorbonne Univ.) : Nous sommes esgaulx à peu près. Les incertitudes de la justification de la supériorité nobiliaire à la fin du Moyen Age en France

17h45-18h : Discussion. Fin du colloque

 

Liste d’adresses e-mails

Martin Aurell : Martin.aurell@univ-poitiers.fr

Rodolphe Billaud : drrodbillaud@gmail.com

Adriane Boussac : adriane.boussac@ephe.psl.eu

Thierry Dutour : dutour@me.com

Michel Fauquier : michel.fauquier@orange.fr

Gregory Lippiatt : gemlippiatt@gmail.com

Maike van der Lugt : maaike.vanderlugt@uvsq.fr

Charles de Miramon : miramon@ehess.fr

Guy Perry : guy.perry@keble.ox.ac.uk

Clément de Vasselot : clement.de.vasselot@univ-poitiers.fr