Archives de catégorie : Colloques …

[4 oct. 2019] Table ronde : Le médiévalisme ou le Moyen Âge aujourd’hui

Table ronde : « Le médiévalisme ou le Moyen Âge aujourd’hui »

Lieu : CESM

Date : vendredi 4 octobre 2019, 9-18 heures

Le Moyen Âge est vivant. Il se manifeste dans bien des aspects de notre quotidien : roman historique, série télévisée, bande dessinée, fête villageoise, propagande politique… Ces media véhiculent la doxa de l’obscurantisme moyenâgeux ou, au contraire, d’une période ludique, joyeuse et parfois grivoise qu’on regrette avec nostalgie. Cette résurrection du Moyen Âge ne saurait se cantonner au registre prétendument populaire. Elle touche aussi des approches plus scientifiques, parmi lesquelles l’archéologie expérimentale tient le haut du pavé. Depuis quelques années, les spécialistes s’intéressent à toutes ces résurgences, et ils les analysent dans une nouvelle branche de leur discipline qu’ils nomment le « médiévalisme » et qu’ils distinguent de l’historiographie, centrée davantage sur le travail érudit. Les enjeux de ce nouveau champ du savoir sont essentiels, car la réception du Moyen Âge par nos concitoyens conditionne la reconnaissance sociale de la médiévistique en tant que science et, par conséquent, la survie même de nos disciplines dans un monde démocratique. Le CESCM ne saurait rester à l’écart de cette réflexion.

Programme

 

Martin Aurell (professeur d’histoire médiévale, directeur du CESCM) : « Le médiévalisme : sociologie, pédagogie, art ».

 

Transmettre la médiévistique à la société globale

Vincent Debiais (chargé de recherche, CRH-AHLoMA (EHESS-CNRS, Paris) : « Adapter le Moyen Âge : citations, évocations, transferts ».

Ileana Sasu (docteur en littérature anglaise médiévale, CESCM) : « User du médiévalisme dans les manifestations scientifiques et pédagogiques ».

Florian Besson (normalien, agrégé d’histoire, docteur en histoire médiévale) : « Louis le Pieux s’assoit sur le trône de fer : les enjeux pédagogiques du médiévalisme ».

 

User et abuser du Moyen Âge aujourd’hui

Georges Bertin (directeur de recherches en sciences sociales du CNAM des Pays de La Loire) : « De la religiosité médiévale au néo-paganisme contemporain ».

Xavier Storelli (agrégé d’histoire, docteur en histoire médiévale, CESCM) : « L’œuvre de Tolkien entre médiévalisme, traditionalisme et postmodernisme ».

Tina Anderlini (docteur en histoire de l’art, CESCM) : « Vêtir le Moyen Âge à l’écran, une historicité impossible ? ».

Justine Breton (agrégée de lettres, docteur en littérature médiévale, CAREF, Université de Picardie) : « Le Moyen Âge télévisé : un humour (dés)enchanteur ».

 

[6-7 juin] Atelier international : Repenser l’aristocratie dans la France capétienne (987-1318)

INTERNATIONAL  WORKSHOP  • ATELIER INTERNATIONAL

ReThinking the Aristocraty in Capetian France, 987-1328 = Repenser l’aristocratie dans la France capétienne (987-1318)

Lieu : CESCM, salle Crozet, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers

Voir l’affiche ICI et le programme ICI

L’aristocratie a longtemps été la pierre angulaire de nombreuses études de la médiévistique française. Les sessions tenues en 2018 à l’International Medieval Congress de Leeds et à la Conférence internationale de la Haskins Society ont présenté des recherches sur l’aristocratie française dans la longue durée du royaume capétien, en mettant l’accent sur une analyse nuancée et totale, en contraste avec des discours plus anciens, fragmentées ou simplistes.

 

À la lumière des récents échanges, cet atelier bilingue (français/anglais) se propose de rassembler des chercheurs, quelle que soit leur expérience, travaillant sur l’aristocratie capétienne, pour discuter de l’état de la question, partager des savoir-faire et encourager la collaboration et le dialogue. L’atelier mettra l’accent sur les questionnements, l’échange et l’exploration de nouvelles idées. Les communications serviront de point de départ pour la discussion, mais le format question-réponse sera évité en faveur d’un plus large échange entre tous les participants. Deux conférences seront données par le Professeur Xavier Hélary (Université Jean Moulin – Lyon III) et le Professeur Nicholas Vincent (Université de East Anglia). De plus, une session interactive intitulée « Google et l’archiviste : un combat perdu d’avance ? » sera présidée par Gaël Chénard (Directeur de archives départementale de la Vienne). Nous espérons que cet atelier permettra la construction d’un partenariat et d’un réseau durables et dévoués à l’étude de cet important sujet pour l’histoire de l’Europe médiévale.

 

Organisateurs : Sarah Casano-Skaghammar (Université de Poitiers), Charlotte Crouch (Université de Reading), Niall O’Suilleabhain, (Trinity College, Dublin)

 

Comité Scientifique : Professeur Martin Aurell (Université de Poitiers), Professeur Lindy Grant (Université de Reading), Professeur Daniel Power (Université de Swansea)

The aristocracy has long been the cornerstone of many studies of French medieval history. Recent sessions held at Leeds IMC 2018 and the Haskins Society Conference 2018 have presented research considering the French aristocracy across the longue durée of the Capetian kingdom, with emphasis on a nuanced and holistic analysis, in contrast to older, more fragmented or simplistic narratives.

 

In light of these recent discussions, this bilingual French/English workshop seeks to bring together researchers of all levels working on the Capetian aristocracy, to discuss the state of the field, share methodologies, encourage collaboration, and foster dialogues. The workshop will place an emphasis on questions, discussion, and the exploration of new ideas. Papers will serve as starting points for discussion in each session, but question-and-answer formats will be avoided in favour of wider discussion among all participants. Keynote lectures will be presented by Xavier Hélary (Université Jean-Moulin – Lyon III) and Nicholas Vincent (University of East Anglia) and an interactive session on Google and archivists, will be facilitated by Gaël Chenard (Archives Départementales de la Vienne). It is hoped that this workshop will result in the establishment of new and long-lasting partnerships and networks devoted to the study of this important topic in the history of medieval Europe.

 

Organisers: Sarah Casano-Skaghammar (University of Poitiers), Charlotte Crouch (University of Reading), Niall O’Suilleabhain, (Trinity College, Dublin)

 

Comité Scientifique: Prof. Martin Aurell (University of Poitiers), Prof. Lindy Grant (University of Reading), Prof. Daniel Power (Swansea University)

 

Thursday 6th June • Jeudi 6 Juin

 

9h • Welcome / Accueil

9h30 • Keynote 1 / Conference 1 • Moderator / Modératrice : Lindy Grant (University of Reading)

Xavier Hélary (Université Jean Moulin – Lyon III) – Joinville, seigneur, chevalier, croisé

10h30  Break / Pause

11h • Session 1 : Negotiating Power / La négociation du pouvoir • Moderator / Modérateur : Niall Ó Súilleabáin (Trinity College, Dublin)

Fraser Mcnair (University of Leeds) – Failed Counts in the Long Tenth Century

Amicie Pélissié du Rausas  (Université de Poitiers) – Le miroir de la diplomatie : aristocratie et pouvoir royal dans les négociations franco-anglaises, 1240-1260

Jillian Bjerke (University of Colorado) – Power, Property, and Paris: Creating Relationships between King and Subject

12h30 • Lunch / Déjeuner

14h • Session  2 : Sources For The History Of The Aristocraty /  Sources pour l’histoire de l’aristocratie • Moderator / Modératrice : Charlotte Crouch (University of Reading)

Sébastien Fray (Université Jean Monnet, Saint-Étienne) – Documentation hagiographique et histoire de l’aristocratie au Moyen Âge central (Xe-XIIe siècles)

Jérome Limorté (Université Paris-Sorbonne) – La chronique des seigneurs d’Amboise et les chartes : approche nouvelle au travers de sources complémentaires

David Bardey (Université de Bourgogne-Franche-Comté) – L’étude des pratiques documentaires pour repenser l’aristocratie : l’exemple du cartulaire et des actes de la seigneurie de Chassagne (fin XIIIe siècle)

15h30 • Break / Pause

16h • Session 3 : Aristocratic Art and Culture / L’art et la culture aristocratique • Moderator /  Modératrice : Lindy Grant (University of Reading)

Maeve Doyle (Eastern Connecticut State University) – Illuminating Aristocratic Networks in the “Clary Psalter” (BNF lat. 10435)

Sabine  Berger (Université  Paris-Sorbonne) – Service  royal  et patronage artistique  vers  1300  : Hugues II de Bouville (c. 1240 – 18 août 1304), conseiller de Philippe le Bel, et sa famille

17h • Free Time / Temps libre

19h30 • Workshop Dinner / Dîner de l’atelier

 

Friday 7th June • Vendredi 7 juin

 

9h • Session 4 : Constructing Aristocratic identities / La construction des identités aristocratiques • Moderator / Modérateur : Daniel Power (University of Swansea)

Alexander Hurlow (University of Manchester) – Remembering the Frankish Past: The Geste de France in thirteenth-century Normandy

Caroline Simonet (Université de Caen) – Les Rozoy : Peut-on être aristocrate sans titre comtal ?

Gregory Lippiatt (University of East Anglia) – Franks into Frenchmen?: The Crusades and the creation of French Aristocratic Identity

10h30 • Break / Pause

11h • Keynote 2 / Conférence 2Moderator / Modérateur : Martin Aurell (Université de Poitiers)

Nicholas Vincent (University of East Anglia) – The Introduction of Scutage into England (or should that be France?)

12h • Lunch / Déjeuner

13h30 • Interactive session / Session interactive

Gaël Chenard (Archives départementales de la Vienne) – Google et l’archiviste : un combat perdu d’avance ?

14h30 • Session 5 : Aristocratic Networks/ Les réseaux aristocratiquesModerator / Modératrice : Sarah Casano-Skaghammar (Université de Poitiers)

Amy Livingstone (Ball State University) – Searching for the Threads: Aristocratic Women’s Female Networks

Christian Thibaut (Université  de Poitiers) – Du  Poitou  à  l’Angleterre.  Itinéraire  d’une  famille châtelaine, les Rochefort (Xe-XIIIe siècles)

15h30 • Concluding remarks / Conclusion


[9 mai] Codices et rotuli : les cartulaires en Aquitaine

Journée d’études organisée dans le cadre du programme régional Aquitania Monastica, en collaboration avec le programme ANR Rotulus

Lieu : Salle Crozet – Hôtel Berthelot (rez-de-chaussée)  – 24 rue de la Chaîne –Poitiers

Date : jeudi 9 mai, 10h-18h

Ouverte à tous – renseignement : cecile.treffort@univ-poitiers.fr

 

Lien vers le programme en PDF

Atelier organisée dans le cadre du projet ANR Rotulus le 10 mai voir ICI

Programme

 

10hAccueil des participants

10h30 – Début des travaux et présentation de la journée   

  • Accueil par Martin Aurell, directeur du CESCM
  • « Le programme régional Aquitania Monastica », par Cécile Treffort
  • « Le programme ANR Rotulus », par Jean-Baptiste Renault

11h-13h / Les cartulaires : approche régionale

  • Cécile Treffort, « Originaux ou copies ? Panorama général et études récentes sur les cartulaires d’Aquitaine »
  • Élodie Papin, Jean-Baptiste Renault, « La rédaction des cartulaires-rouleaux d’Aquitaine : panorama et enquêtes en cours »
  • Yoan Mattalia, « Des cartulaires en rouleaux chez les ordres militaires »

14h30-16h / Formes et contenu des compilations d’actes

  • Cécile Treffort, « À la recherche des cartulaires-rouleaux perdus »
  • Thomas Deswarte et Georges Pon, « Autour du cartulaire de Montazais »  
  • Anaël Vignet, « Le rouleau de Villejoubert, prieuré de Saint-Amant-de-Boixe (AD 16) »
  • Laura Viaut, « Le cartulaire et les rouleaux de Solignac (BnF et AD 87) »

16h30-18h / Aux confins d’un type documentaire : enquêtes, pancartes … 

  • Gaël Chenard, « Le rouleau de Sainte-Croix de Poitiers et les bois de Montreuil-Bonnin (AD 86) »
  • Stéphane Lafaye, « La pancarte du prieuré de Moustier-Ventadour (BnF, Coll. Bourgogne 79 n° 48»
  • Cécile Treffort, « Le rouleau de l’Abbaye-aux-Dames de Saintes (AD 17) »

        

[1er-5 juin] Languages and music within the vocal corpuses from the Middle Ages and the Renaissance

Languages and music within the vocal corpuses from the Middle Ages and the Renaissance  = Lingua e musica nei corpora cantati del Medioevo e del Rinascimento

4th French-Italian Meeting: International Symposium “Philology and Musicology” and Festival “Musici Vagantes” = IV incontro italo-francese: Congresso internazionale “Filologia e Musicologia” e Festival “Musici Vagantes”

 

Abbazia di Morimondo, Morimondo (MI), Italy – June 1st-4th 2019

Università di Pavia, Pavia (PV), Italy – June 5th 2019

philomusi4@sciencesconf.org 

Détails et inscription : https://philomusi4.sciencesconf.org/


Program

 

Samedi 1er juin

Abbaye de Morimondo, salle Capitulaire

13h30 – Accueil et inscriptions

14h00 – Ouverture du congrès par Fabio Zinelli 

14h15 – Conférence inaugurale de Maria Sofia Lannutti : Lingua, metro, musica nella tradizione della lirica medievale : in che modo la musica interpreta la poesia?

15h45-17h45 – Session 1 : Langues et traditions en contact 

Kristin Hoefener : L’office O felix Germania en l’honneur des vierges de Cologne : quel rapport entre texte et musique ? 

Shin Nishimagi : Mélodies intervalliques dans les manuscrits du Dialogus de Musica 9

Lou Lousberg : Rhetoric in Gregorian Chant

Clélia Bergerot : Duende, Joi et Tarab, ou comment guérir par les larmes (Inspiration, improvisation et guérison)

 

Dimanche 2 juin

Abbaye de Morimondo, salle Capitulaire

11h30-12h30 –  Session 1 (suite)

Nina-Maria Wanek et Jean-François Goudesenne : «Quando Romani in graeco cantabant… ». Byzantine and Greek Remnants in Latin Roman-Frankish Liturgies (8th-12th centuries)

 

14h-17h30 –  Session 2 : Poésie lyrique, XIIe-XIVe siècles

Davide Daolmi et Stefano Resconi : « Fortz chausa es que tot lo major dan» di Gaucelm Faidit: il rapporto tra parole e musica in un planh

Gianluca Bocchino : Fra testo e musica: considerazioni sulle chansons de toile del canzoniere di Saint-Germain-des-Prés (Paris, BnF, fr.20050)

Fabio Sangiovanni : La cesura epica come problema lirico

Christelle Chaillou-Amadieu et Delphine Pasques : Chanter l’amour en langue allemande au XIVsiècle, entre tradition et innovation

 

Lundi 3 juin

Abbaye de Morimondo, salle Capitulaire

 

9h-11h00 – Session 3 : XIVe siècle et Ars nova

Giorgio Monari : Red notes and the text of the Roman de Fauvel

Antonio Calvia : La formalizzazione delle strutture formali della poesia e della musica nel repertorio metrico-musicale plurilingue dell’Ars Nova europea

Lucia Marchi e Angelica Vomera : Verso una definizione dei criteri metodologici per l’analisi comparata di testo e musica nel repertorio tardo trecentesco

  

14h-18h – Session 4 : Du Moyen Âge à la Renaissance

Michela Spacagno et Yunhao Na : Les hexa-heptasyllabes musicaux dans le théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance

David Fiala et Jean-Eudes Girot : Les chansons combinatoires : un double défi philologique

Sophie Chouvion, Timothée Premat, Axelle Verner : Henry Fresneau, polyphonie et musication. L’association de la musique et du texte chez un compositeur du XVIesiècle

 

Mardi 4 juin

Abbaye de Morimondo, salle Capitulaire

9h-10h30 – Session 4 (suite)

Séverine Grélois et Sebastián León : «¿Quién ha de responder a hombres que no se mueven sino al son de los consonantes?» : l’adoption de la métrique italienne dans l’Espagne de la Renaissance

Isabelle His, La tedesca italienne

 

11h – Conférence Plénière de Michel Banniard : Le latin entre scripturalité réelle et oralité virtuelle : éléments d’une reconstruction « in vivo » 

 

14h30-17h30 – Session 5 : Le Manuscrit du Roi (Paris, BnF, fr. 844) 

Christelle Cazaux-Kowalski et Luca Gatti : “Un descort en langue d’oïl et des chansons latines à la Vierge : le cas de La douce acordance  et Iam mundus ornatur dans le Chansonnier du Roi”

Alexandros Maria Hatzikiriakos et Sara Maria Fantini : Le addizioni tardive dello Chansonnier du Roi : segno, suono, performance

Pierre Huard : Les chansons de Bernard de Ventadour dans le Chansonnier du Roi (W, BnF fr 844) 

 

Mercredi 5 juin

Université de Pavie

10h – Table-ronde : Le Manuscrit du Roi. Image, Texte, Musique (projet ANR 2018 MaRITEM)

            Modérateurs : Maria-Luisa Meneghetti, Christelle Chaillou-Amadieu & Federico Saviotti

 Avec la participation de : Christelle Cazaux-Kowalski, Jean-Baptiste Camps, Gisèle Clément, Oreste Floquet, Fañch Thoraval, Isabelle Ragnard

12h30 – Conclusions du congrès


The 4th symposium “Philology and Musicology” aims to address the question of the relationship between languages and music in the vocal corpuses from the Middle Ages and the Renaissance. How does language directly affect the compositional process?

In order to answer this question, we consider a double postulate:  on the one hand, the very substance of a language would condition certain elements of the musical composition associated with it, such as the rhythm or the musical phrase and, on the other hand, the compositional process might be common to certain linguistic traditions, for example, the processes of “centonization”. Although the literature on the subject is abundant, it is mainly monodisciplinary; transversal work combining equal skills in philology and musicology are rare. While many musicologists and philologists have been interested in the relationship between music and language, we wish now to orient our studies towards a real collaboration between musicologists and text specialists. In the same way, comparative studies of several linguistic traditions are relatively rare, as are studies of their implications in musical creation. Moreover, we question whether this relation to language varies according to genres and forms, and how the same language is treated in monody or polyphony. Finally, the consideration of this question diachronically up to the 16th century will aim to delimit the continuities and particularities between different periods, both linguistic and musical.

Texts in both Latin and the vernacular languages will be taken into account. Following a now well-established tradition, the meeting will privilege interdisciplinary and collaborative contributions. Individual contributions and/or contributions devoted to one or the other of the two disciplines are nevertheless encouraged, as long as they aim to problematize the consideration of the objects of study in relation to the contributions of the other discipline, or if they stimulate reflection within the other disciplinary domain. The subject may be treated according to two main axes:

I. The literal relationship between music and language.The theme suggests a study of the direct links between music and text; it is particularly suited to interdisciplinary work. Comparative works situated among several linguistic traditions are welcome. Possible approaches might include:

  1.  Morphosyntax and musical structure: language and musical form, language and structure of musical motifs, etc.
  2. Metrics and music: accentuation and musical rhythm, choice of meter / specific rhythmic sequence, etc.
  3. Phonetics and music: relationship between the sound material of the language (grammatical and metrical accents) and musical curve, alliterations, assonances, rhymes and music, etc.
  4. Music and language in diachrony: changes in the relationship between language and music, linguistic and musical evolution, etc.
  5. Musical particularities of plurilingual texts.
  6. Translation of texts: continuity or discontinuity of music, relation with prosody, etc.
  7.  

II. Diversity of languages and musical traditions. The second theme is mainly comparative; it may concern the following axes:

  1. Linguistic features in vocal corpuses that could affect melody or polyphony.
  2. Musical features related to the language used.
  3. Comparison between languages: metrics, accentuation, sound, etc.
  4. Comparison between melodies or polyphonies setting texts in different languages: troubadours, trouvères, Minnesänger, etc.
  5. Rewritings: borrowings, contrafacta, quotations, etc.
  6.  

The fourth meeting will take place in Italy in the village of Morimondo, which will also host the medieval music festival Musici Vagantes, associated with our congress since the Rome meeting in 2015.


Congresso internazionale “Filologia e Musicologia”, IV incontro italo-francese

Lingua e musica nei corpora cantati del Medioevo e del Rinascimento

 

Abbazia di Morimondo, Morimondo (MI) – 1°-4 giugno 2019

Università di Pavia, Pavia (PV) – 5 giugno 2019

philomusi4@sciencesconf.org

 

Con il quarto incontro “Filologia e Musicologia”, intendiamo porre al centro della riflessione degli studiosi i rapporti tra lingua/lingue e musica nei corpora cantati medievali e rinascimentali. Quanto e come, innanzitutto, la lingua influisce sulle modalità competitive? Per rispondere a questa domanda, muoviamo da un postulato duplice: da una parte, è la sostanza stessa di un idioma a condizionare determinati elementi della composizione melodica ad essa strettamente associati, come il ritmo o la curva musicale; dall’altra, talune modalità compositive potrebbero rivelarsi comuni a specifiche tradizioni linguistiche (come, ad esempio, il processo di centonizzazione). Per quanto la bibliografia sull’argomento sia abbondante, essa appare in maniera preponderante limitata a una sola disciplina: gli approcci trasversali, che contemperino competenze musicologiche e filologiche, rimangono piuttosto rari. Se è vero che molti filologi e musicologi si sono già interessati al rapporto che intercorre tra lingua e musica, sarebbe assai proficuo che i nostri studi si orientassero a una condivisione delle esperienze e a un lavoro comune. Parimenti, il confronto fra ambiti linguistici diversi sul tema della creazione musicale è un campo ancora relativamente poco praticato. In tal senso, vogliamo interrogarci anche sul variare delle implicazioni linguistico-musicali a seconda dei generi, delle forme melodiche e delle tipologie testuali, così come tra monodia e polifonia. Infine, la scelta di un’ampia prospettiva diacronica, che va dal XII al XVI secolo, piuttosto inusuale anche in relazione alla specializzazione degli studiosi, consentirà – ci auguriamo – di superare le delimitazioni talvolta troppo nette tra i diversi periodi e, al contempo, di valorizzare le particolarità, tanto linguistiche quanto musicali, delle rispettive produzioni.

Oggetto dell’analisi saranno il latino e le lingue volgari dell’Europa occidentale. Seguendo una tradizione ormai ben consolidata, si privilegeranno gli interventi di taglio interdisciplinare e, in particolare, quelli proposti in collaborazione da due o tre specialisti di ambito differente. Le comunicazioni monodisciplinari e/o individuali saranno tuttavia le benvenute, qualora intendano confrontarsi con l’approccio dell’altra disciplina. Il tema potrà essere sviluppato seguendo una o più delle piste che vengono proposte di seguito.

I. Lo specifico rapporto tra lingua e musica(studio delle implicazioni dirette tra melodia e testo: si presta particolarmente a lavori interdisciplinari, nonché ad approcci comparativi che chiamino in causa diversi ambiti linguistici).

  1. Morfosintassi e struttura musicale: lingua e forma melodica, lingua e struttura dei motivi musicali, etc.
  2. Metrica e musica: accentuazione e ritmo, scelta del metro e della sequenza ritmica, etc
  3. Fonetica e musica: suoni della lingua e curva musicale, allitterazioni e assonanze, rime e melodia, etc.
  4. Musica e lingua in diacronia: cambiamenti nel rapporto tra lingua del testo e musica, evoluzioni linguistiche e musicali, etc.
  5. Particolarità musicali dei testi plurilingue.   
  6. Traduzione: continuità/discontinuità della musica, rapporto con la prosodia, etc.
  7.  

II. Varietà delle lingue e delle tradizioni musicali (studio eminentemente comparativo: potrà essere svolto mediante approcci monodisciplinari e individuali che interessino l’altra disciplina).

  1. Particolarità linguistiche che potrebbero avere incidenza sulla composizione melodica.
  2. Particolarità musicali legate alla lingua impiegata.
  3. Confronto tra le lingue: prosodia, accentuazione, sonorità, etc.
  4. Confronto tra le melodie in ambiti linguistico-letterari differenti: ad es. trovatori, trovieri e Minnesänger.
  5. Riscritture: prestiti, contrafacta, citazioni, etc.
  6.  

Il congresso si terrà nel villaggio di Morimondo (MI), tra Pavia e Milano, che accoglierà anche il festival di musica antica Musici Vagantes, associato ai nostri incontri da Roma 2015.

pubblicazione degli atti del congresso. 

Le comunicazioni individuali dureranno 20 minuti e saranno seguite da 10 minuti di discussione. Le presentazioni in collaborazione (2 o 3 relatori) disporranno del doppio del tempo.

 La quota d’iscrizione al congresso sarà di 40 euro (gratuito per i dottorandi). Le spese di viaggio e soggiorno saranno a carico dei partecipanti. Tuttavia, sarà possibile garantire un rimborso totale o parziale a coloro che non potessero ottenerlo dalla propria Università o centro di ricerca (la priorità sarà ovviamente data a dottorandi e non strutturati).

Comitato Organizzatore

Christelle Chaillou-Amadieu
(CNRS, CESCM UMR 7302)

Gisèle Clément 
(Université de Paul-Valéry Montpellier 3, CEMM EA4583)

Fedon Nicolaou 
(Université de Paul-Valéry Montpellier 3, CEMM EA4583)

Federico Saviotti 
(Università di Pavia)

Fabio Zinelli 
(Ecole Pratique des Hautes Etudes, EA 4116)

Comitato Scientifico

Prof. Francesco Carapezza, Università di Palermo

Dott. Christelle Cazaux-Kowalski, Fachhochschule Nordwestschweiz / Musik-Akademie Basel,
Schola Cantorum Basiliensis – Hochschule für Alte Musik

Prof. Frédéric Duval, École nationale des Chartes

ProfIsabelle Fabre, Université de Montpellier/CEMM

Prof. Claudio Galderisi, Université de Poitiers/CESCM

Prof. Isabelle His,Université de Poitiers

Prof. Maria Sofia Lannutti, Università di Firenze

Prof. Maria Luisa Meneghetti, Università di Milano / Accademia Nazionale dei Lincei

Dott. Delphine Pasques, Sorbonne Université

Prof. Michel Zink, Académie française

 

Compte ­rendu des Journées Jeunes Chercheurs de l’association JANUA  

Compte ­rendu des Journées Jeunes Chercheurs de l’association Janua  (11-­12 avril 2019) – « Prendre la route » : les raisons du voyage de l’Antiquité à nos jours.

L’association Janua regroupe les étudiants de master et les doctorants rattachés aux trois laboratoires suivants : HeRMA, CESCM et Criham. Chaque année, l’association se charge de l’organisation d’une journée d’études ouverte à tous les jeunes chercheurs sans distinction de disciplines ni de périodes, désireux d’échanger sur un sujet scientifique ayant trait aux sciences humaines.

Les 11 et 12 avril derniers eurent lieu les traditionnelles Journées Jeunes Chercheurs de l’association Janua. Habituellement focalisées sur les périodes antique et médiévale la nouveauté fut d’y intégrer cette année les époques moderne et contemporaine et d’organiser l’événement sur deux jours.

La thématique retenue pour cette session 2019 des Journées Jeunes Chercheurs était une question universelle et toujours d’actualité, celle du voyage. L’enjeu intellectuel de cette rencontre était de s’interroger sur les raisons du voyage de l’Antiquité à nos jours en explorant à la fois les causes et objectifs justifiant un départ, les modalités pratiques du déplacement mais aussi les témoignages de voyageurs.

Intitulée « Voyager pour exercer », la séance d’ouverture questionna une réalité particulière, celle de la nécessité du voyage dans l’exercice de certaines professions. Ainsi Doris Bages (université Paul Valéry de Montpellier) exposa la situation de Publius Sittius mercenaires du Ier siècle à la solde de Rome en Numidie, cas précis où convergent motivations guerrières, appât du gain, soif de gloire et d’aventure. Alexandra Pierré-­Caps (université de Lorraine) poursuivit l’exploration du phénomène dans l’Antiquité. S’appuyant sur la correspondance de l’orateur Symmaque, elle retraça l’obligation, pour les hauts fonctionnaires de l’Antiquité, de répondre présents aux convocations de l’empereur à Rome. C’est donc la réalité des déplacements officiels, parfois vécus comme une contrainte, qui fut au cœur de sa réflexion. Puis Corinne Lamour (université de Poitiers) dressa un parallèle convaincant entre les médecins d’aujourd’hui et ceux d’hier, plus précisément les médecins médiévaux dont les déplacements quotidiens avaient pour but de soigner, de se former ou même d’accompagner la cour royale dans son itinérance. Enfin, Anousheh Barzanooni (EPHA Paris) nous présenta l’exemple des déplacements professionnels des architectes du XVIe siècle qui firent éclore un nouveau mouvement artistique en France, la Renaissance.

Ces considérations professionnelles du voyage nous conduisirent naturellement à nous attarder sur le « voyage et ses enjeux ». Cette deuxième séance permit d’élargir nos horizons à de nouvelles perspectives. De nouvelles catégories de voyageurs furent présentées, associant quêtes spirituelles, matérielles, intellectuelles ou mémorielles. Les enjeux spirituels prirent une place importante dans notre questionnement, à travers les interventions de Sarah Gouin‐Béduneau (université de Poitiers) et de Guillaume Rossello (université de Poitiers), qui évoquèrent respectivement le voyage des Mages et celui des pèlerins du XIXe siècle. Sarah nous présenta une figuration unique associant la chevauchée des Mages et son enjeu, à savoir à l’adoration elle‐même, sur le tympan de l’église de Bourg-­Argental (XIIe siècle). Quant à Guillaume, il revint sur l’espoir de guérison qui fut la principale motivation pour se rendre en pèlerinage vers trois sanctuaires mariaux poitevins au XIXe siècle. Jean-­Christophe Temdaoui (université de Poitiers) contribua aux échanges en apportant un panorama varié d’enjeux matériels et parfois vitaux de déplacements de ceux qui, au XVIIIe siècle en Saintonge, « prirent la route pour prendre la mer ». Brigitte Rigaux-­Pirastru (université catholique de l’Ouest, université d’Angers), s’interrogea à travers le support du cinéma, sur le voyage mémoriel opéré en Allemagne par un peuple en quête de son passé, désireux de renouer avec ses origines après les épreuves du XXe siècle. Enfin, c’est à Éva Bergherbi (université de Poitiers, École du Louvre) que revint la tâche de clore cette première journée en retraçant pour nous l’itinéraire de trois sculptrices britanniques expatriées à Paris dans le but de s’y faire un nom, d’y être exposées ou encore d’apprendre auprès des plus grands.

Après ces appréciations sur la nature du voyage, ses enjeux divers et ses réalités particulières, la matinée du vendredi 12 nous plongea dans le récit de « tribulations de voyageurs ». À travers des témoignages biographiques ou autobiographiques, des portraits individuels ou collectifs de voyageurs furent esquissés. Ainsi Catherine Negovanovic (université Paris-­Sorbonne) aborda l’histoire et l’évolution du patriarche Joseph sous l’angle de ses nombreux voyages contraints, qui furent la cause et le reflet de son évolution spirituelle, préfigurant ainsi l’itinéraire du Christ lui-­même. Lisa Dubost (université de Poitiers), poursuivit avec l’évêque et évangélisateur des Flandres, saint Amand. Le recours aux enluminures du manuscrit 502 de la Bibliothèque Municipale de Valenciennes fut un atout précieux pour visualiser les voyages multiples à travers l’Europe et leur contribution dans le développement de la personnalité du saint. Puis Priscilla Mourgues (université Bordeaux-­Montaigne) brossa le portrait haut en couleurs de Riccold de Monte Croce dont le parcours est le reflet de ces voyages qui se soldent par un échec et où l’enthousiasme initial laisse la place à une désillusion profonde aboutissant même à un reniement de ce qui le définissait. Enfin, Marianne Albertan-­Coppola (université de Nanterre) apporta la touche finale à notre réflexion en dessinant un large panorama des catégories de pauvres, de leurs attentes économiques et de leurs craintes vis à vis du voyage, et ce à travers la littérature romanesque du XVIIIe siècle.

Pour clore ces deux journées, le comité organisateur mit le patrimoine pictavien à l’honneur et proposa aux intervenants et auditeurs intéressés d’effectuer leur propre voyage, à travers la ville de Poitiers, guidés par plusieurs membres de l’association qui leur permirent d’étancher leur soif de savoir avant de s’envoler pour d’autres horizons.

Grâce à des approches disciplinaires variées et aux contributions de spécialistes de chacune des quatre grandes périodes de l’Histoire, ces deux journées ébauchèrent donc une vue d’ensemble satisfaisante et pertinente de la nature et de l’évolution des raisons du voyage de l’Antiquité à nos jours. La variété des interventions couplées à leur qualité intellectuelle en firent un temps d’échanges scientifiques indéniable. Les communications seront publiées l’an prochain dans la revue électronique : Les Annales de Janua.