Archives de catégorie : Colloques …

[5 mars] Journée d’études : Les cryptes romanes et leur décor peint

Journée d’études organisée par le CESCM, sous la coordination de Marcello Angheben et Claire Boisseau.
 

Date :  Jeudi 5 mars 2020 – 9h / 17h30

Lieu : Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet
24 rue de la chaîne – Bât. E13

Ouvert à tous

Programme :

 

• 9h – Accueil et présentation de la journée

• 9h30 – Christian Sapin (Directeur de recherche émérite CNRS, UMR Artehis, Auxerre-Dijon) : Architecture, fonctions et circulations

• 10h10 – Marcello Angheben (Maître de conférence en histoire de l’art, Université de Poitiers / CESCM) : Présentation des problématiques : les exemples italiens

10h50 – Pause

• 11h10 – Carolina Sarrade (Archéographe, ingénieure d’études, Université de Poitiers / CESCM) : La crypte de Saint-Savin : approche technique

• 11h50 – Claire Boisseau (Doctorante, Université de Poitiers / CESCM) : Comprendre les peintures de la crypte de Saint-Savin à la lumière du culte des saints

 

• 14h – Amaëlle Marzais (Doctorante contractuelle, Université de Tours / CESR, en codirection avec le CESCM) : La crypte de Tavant : architecture et décor peint

• 14h40 – Géraldine Fray (Conservatrice-restauratrice de peinture murale, EURL FRAY) : Bilan sanitaire de la crypte de Notre-Dame-la-Grande : une stabilité précaire

15h20 – Pause

• 15h40 – Claudine Landry (Docteure en histoire de l’art) : Le décor de la crypte de l’église Notre-Dame de Montmorillon

• 16h20 – Cécile Voyer (Professeure d’histoire de l’art, Université de Poitiers, CESCM) : Le décor peint de la crypte de la collégiale de Saint-Aignan-sur-Cher, une image de la confession

• 17h – Conclusions

Voir le programme ICI


       

[30 janv.] : Les RV du Moyen Âge

Beowulf, un poème héroïque chrétien du haut Moyen Âge

Par Alban Gautier, professeur à l’Université de Caen, membre du CRAHAM, dans le cadre des Rendez-vous du Moyen Âge.

 

Lieu : CESCM (salle Crozet)

Date :  jeudi 30 janvier à 18h30

Entrée libre et gratuite


Le Beowulf , poème anonyme en vieil anglais de plus de 3000 vers, est connu par un manuscrit unique des environs de l’an 1000, mais il a probablement été composé bien avant cette date. Son influence sur la culture anglaise contemporaine, en particulier à travers l’œuvre de J.R.R. Tolkien, est considérable. Mais d’où vient ce long poème qui raconte l’histoire d’un héros tueur de monstres, qui affronte successivement deux ogres et un dragon ? Quelle est la part de la tradition et du talent d’un poète singulier ? Qu’est-ce qui, dans ce poème, relève de la culture germanique traditionnelle ou du milieu chrétien dans lequel il a été composé ? Enfin, quel est le message de cette œuvre ? On montrera comment ce poème chrétien propose un discours d’une grande finesse, assez original pour les premiers siècles médiévaux et non dépourvu d’ambiguïté, sur l’héroïsme des ancêtres païens et sur la question de leur accès au paradis.

Voir affiche en PDF
 
Anne-Sophie Traineau-Durozoy – 05.49.45.32.91
 

[5-6 févr.] Marges (XIe-XVIIe siècles). 5èmes Journées doctorales internationales de Transitions

Transitions s’associe au CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale) de l’Université de Poitiers et au CML (Centre for Medieval Literature) des universités de York et du Danemark du Sud (Odense) à l’occasion de rencontres doctorales en trois volets (2020-2021).

Mises en œuvre par les doctorant·e·s de ces trois institutions, ces journées ont pour but de favoriser l’échange et les débats entre doctorant·e·s, jeunes chercheur·se·s et collègues expérimenté·e·s dans les domaines de l’histoire, de la philologie, de la linguistique, de l’histoire de l’art, de la littérature ou encore la musicologie.

Le premier volet de ces rencontres sera organisé à Liège les 5 et 6 février 2020, autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles) », les bornes chronologiques de cet appel s’inscrivant dans celles explorées par Transitions.

Transitions - Marges

Programme :

 

Mercredi 5 février

09.00 : Accueil des participants
09. 30 : Introduction

Frontières physiques et marges symboliques
Modérateur : Elizabeth TYLER (University of York)

10.00 :  Paula PEREZ MILAN (Università di Siena) – On the Role of Water as a Symbolic Border in Medieval Marvellous Tales.
Cory RICHARDS (Université de Poitiers) – How the British Missions Changed Saint Germanus. A Hagiographical Use of Frontier.

Discussion / Pause

10. 40 : Élise VERNEREY (Université de Poitiers) – Les images en marge : réflexions sur l’homme et la matière au seuil de l’église médiévale.
11. 00 : Hannah REEVE (Newcastle University) – Beating Back the Parish Boundaries: Plotting Preambulation in the Seventeenth Century.


Discussion / Déjeuner

Penser la marge dans la construction territoriale d’un État
Modérateur : Christophe MASSON (Université de Liège)

14. 00 : Damien VARENNE (Université Paris-Sorbonne – Université de Liège) – Entre centre et marges, le Sénonais médiéval au tournant de l’an mil.
Josep MASNOU PRA TDESABA (Universidad de Barcelona) – Iglesia y violencia contra el Islam en Catalunya (XI-XII).
Lydia Cristina ALLUÉ ANDRES (Université de Toulouse 2 – Universidad de Zaragoza) – En los márgenes de la extremadura aragonesa: evolución del poblamiento y del uso del suelo de la Comunidad de aldeas de Daroca (siglos XIII-XVI).

Discussion Pause

La marge et son rapport à la norme
Modérateur : Julien RÉGIBEAU (Université de Liège)

16. 00 : Chiara D’ AGOSTINI (University of Southern Denmark) – Borders to cross the bounds: Tzetzes and Ptolemy’s Geography in the 12th Century.
Marianoemi BOVA (Universitá di Napoli Federico II) – Una questione linguistica: il caso Conon de Béthune (RS 1837).
Adèle PAYEN DE LA GARANDERIE (Université de Paris-Sorbonne) – Le Livret de Folastries de Ronsard (1553) : une œuvre transgressive ?


Discussion

18.30, salle Académique

Conférence de Patrick BOUCHERON, Professeur au Collège de France : Passages, exclusions, transgressions. À propos de la Porta Romana de Milan au XIIe siècle.

 

Jeudi 6 février

Intérêts et enjeux de l’étude des contenus marginaux. I : littérature et philologie
Modérateur : Gianluca VALENTI (Université de Liège)

09. 00 : Nicolas MICHEL (Université de Namur) – Le Policraticus de Jean de Salisbury au prisme des marges : une relecture du projet de l’auteur ? (v. 1159).
Corinne LAMOUR (Université de Poitiers) – The Surgery de Henri de Mondeville : un manuscrit à la marge ?
Alessandro FERRI (Università per Stranieri di Perugia) – El sol si scopirrà nel tempo obscuro. I commenti all’ Anima peregrina di Tommaso Sardi.

Discussion / Pause

Intérêts et enjeux de l’étude des contenus marginaux.
II : pratiques et stratégies du discours

Modérateur : Emmanuel JOLY (Institut Royal du Patrimoine Artistique – Université de Liège)

11. 00 : Alexandre GODERNIAUX (Université de Liège) – La marge de la Commentaires liminaires et gloses marginales dans les pamphlets catholiques (France et Pays-Bas habsbourgeois, 1580-1594).
Rosa Anna PARADISO (Università di Napoli Federico II – Université Paris 8) – Sondaggi storico-linguistici sulle dinamiche centro-periferia emergenti nelle relazioni a stampa sui disastri prodotte in età moderna.
Julia CASTIGLIONE (Université Paris 3)  – Annoter Vasari : de l’irrévérence à la critique.

Discussion / Déjeuner

Intérêts et enjeux de l’étude des contenus marginaux. III. Iconographie
Modérateur : Anne-Sophie LARUELLE (Université de Liège)

14. 00 : Delphine GRENET (Université Paris-Sorbonne), Laura CECCANTINI (Université Paris 1) – Iconographie marginale dans l’habitat domestique : les charpentes peintes médiévales (XIIe-XVIe siècles).
Gaylen VANKAN (Université de Liège) – Au-delà du cadre : intérêts et enjeux de l’étude des marges dans l’œuvre de Jan Swart van Groningen.
Amandine JELEN (Université de Tours) – Les marges des livres équestres européens (XVIe-XVIIe s.).

Conclusions


Informations pratiques :

5 et 6 février 2020

Université de Liège, Salle Wittert
Place du XX Août
4000 Liège

Entrée libre

https://www.transitions.uliege.be/

transitions.jd2020@gmail.com


Comité scientifique : Renaud Adam, Giulia Barison, Émilie Corswarem, Laure Fagnart, Alexandre Goderniaux, Marie-ÉlisabethHenneau, Hélène Miesse, Julie Piront, Eva Trizzullo, GaylenVankan, VéroniqueWinand

 

Programme en PDF

[12 déc] Conférence : L’énergie : un concept pour comprendre l’art

Éric PALAZZO, Professeur d’histoire de l’art, Université de Poitiers, CESCM.

L’énergie : un concept pour comprendre l’art

La conférence abordera le thème de l’énergie dans la liturgie et l’art du Moyen Age et son importance pour la théologie chrétienne. Dans ce cadre, l’énergie est pensée comme le cœur de la nature de Dieu et la forme parfaite du chemin spirituel que le chrétien doit accomplir dans les rituels de la liturgie. La conférence s’intéressera aussi au thème de l’énergie à travers la forme de la spirale et de sa réception dans l’art jusqu’au XXe siècle.


Lieu : Médiathèque François-Mitterrand, 4 rue de l’Université – 86000 Poitiers – Salle Jean-Richard Bloch – 05 49 52 31 51

Date : Jeudi 12 décembre à 18h30

Voir l’affiche ICI

 

Dans le cadre de Traversées \ Kimsooja.
En partenariat avec le CESCM et l’INHA.


         

[15 mai] Table ronde

Stemmata quid faciunt ? Noblesse d’âme ou de sang au Moyen Âge

Table ronde, CESCM (Poitiers), le vendredi 15 mai 2020

« À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu. » Cité à satiété par les intellectuels du XIIe siècle, le célèbre passage des Satires de Juvénal résume une croyance fort répandue dans leur milieu. Cette idée est-elle spécifique à quelques clercs savants, férus de classiques latins et défenseurs de l’idée paulinienne de l’égalité radicale des baptisés « ne faisant qu’un dans le Christ » (Gal 3, 28) ? À l’encontre de la taxinomie sociale de l’époque, une telle conception ne leur serait-elle pas exclusive ?

N’en déplaise à Juvénal et à ses commentateurs médiévaux, la généalogie compte pour beaucoup dans la conscience que les nobles ont d’eux-mêmes, alors que leurs aïeux héroïques leur semblent bien supérieurs au commun des mortels. Au sein du lignage, la transmission onomastique ou héraldique corrobore une filiation prestigieuse. Il en va encore davantage avec le domaine familial, doté d’un château, symbole de leur seigneurie, et d’une nécropole où reposent les ancêtres. De longue date, les médiévistes suivent ces pistes. La prosopographie les pousse à structurer chaque lignage dans un tableau de filiation, et à retracer les réseaux consolidant sa domination. Ils définissent ainsi la noblesse en fonction de son monopole de la guerre, de son autorité sur les hommes et de sa possession de la terre. Sa capacité à transmettre à sa descendance l’héritage ancestral leur semble capitale.

Au-delà de ses biens matériels, l’aristocratie médiévale perdure à cause d’une large reconnaissance sociale. Elle devient ainsi « noblesse », selon la vieille définition des Étymologies d’Isidore de Séville, qui joue sur notus (participe passé adjectivé de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis pour conclure : « Le noble est celui dont le nom et la famille sont connus. » Cette reconnaissance sociale est la réputation ou fama, le regard qu’autrui porte sur chacun. Elle se mêle inextricablement de l’honneur, mais aussi de la honte (verecundia) qu’entraîne sa perte. C’est pourquoi le comportement individuel rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire. « Dans les nobles doit reparaître la grandeur d’âme de leurs ancêtres qui conquirent la noblesse par leurs exploits », affirme Jean de Meung. La prééminence sociale dépend étroitement de la vertu, qu’on conçoit certes comme la qualité découlant des actes bons posés par le libre arbitre individuel, mais aussi comme une virtus ou force charismatique se transmettant de père en fils dans quelques lignées privilégiées.

La dialectique entre le sang et la vertu sera au cœur de notre journée d’études. On y abordera les comportements attendus pour prétendre à la prééminence sociale, la déchéance du noble transgressif et la damnation de la mémoire des siens, l’ascension sociale par le mérite socialement reconnu, l’anoblissement par les études, mais aussi la persistance d’une conception plus étroitement généalogique, voire génétique, dans un monde en pleine mutation intellectuelle.

Programme

 

Matinée

Martin Aurell et Clément de Vasselot (Université de Poitiers) : Introduction

Michel Fauquier (ESM Saint-Cyr) : Faut-il être noble pour être saint ? Les faux-semblants de l’hagiocratie à travers l’exemple mérovingien

Guy Perry (Université d’Oxford) : Advertising virtue and minimizing vice : the case of the house of Brienne, c.950-1356

Gregory Lippiatt (Université d’Exeter) : Créer de vraies dynasties de croisés : les Montfort et les Brienne autour la Méditerranée au XIIIe siècle

 

Après-midi

Rodolphe Billaud (ICES) : Famille, noblesse et liens de parenté dans l’apanage du futur Edouard Ier d’Angleterre (1254-1272)

Charles de Miramon (CNRS, Maaike van der Lugt, Université de Versailles) : L’angoisse de la descendance. Noblesse, hérédité et eugénisme à la fin du Moyen Âge

Adriane Boussac (EPHE) : Pour faire cas vilain homme noble perd sa noblesse. Théories et pratiques de la déchéance de la noblesse dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge

Thierry Dutour (Sorbonne Université) : Nous sommes esgaulx à peu près. Les incertitudes de la justification de la supériorité nobiliaire à la fin du Moyen Age en France

Liste d’adresses e-mails

Martin Aurell : Martin.aurell@univ-poitiers.fr

Rodolphe Billaud : drrodbillaud@gmail.com

Adriane Boussac : adriane.boussac@ephe.psl.eu

Thierry Dutour : dutour@me.com

Michel Fauquier : michel.fauquier@orange.fr

Gregory Lippiatt : gemlippiatt@gmail.com

Maike van der Lugt : maaike.vanderlugt@uvsq.fr

Charles de Miramon : miramon@ehess.fr

Guy Perry : guy.perry@keble.ox.ac.uk

Clément de Vasselot : clement.de.vasselot@univ-poitiers.fr

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)