Archives de catégorie : Appels à communication

Sessions CESCM-IMS à Kalamazoo en 2018 – Memory: Public Display and Material Evidences

Pour la deuxième année consécutive, le CESCM, en association avec l’IMS-Paris, organise des sessions au Congrès international des médiévistes de Kalamazoo qui se tiendra dans le Michigan (USA) du 10 au 13 mai 2018. Les sessions porteront sur les moyens de la mémoire au Moyen Âge, sur les manifestations publiques de la commémoration et sur les objets et monuments produits dans cette perspective.

Les propositions de communication (300 mots) peuvent être adressés à Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) avant le 10 septembre 2017, en français ou en anglais. On trouvera ci-dessous le texte de l’appel à communication et dans ce lien l’appel à communications général du prochain Congrès de Kalamazoo.

Memory – Public Display and Material Evidences I & II

The two sessions cosponsored by the IMS-Paris and the CESCM-Poitiers aim to explore how medieval men and women used material devices, artefacts, and inscriptions to stage the memory of people and facts in public spaces.

In the perspective of Oexle’s seminal work, participants are invited to elaborate on the meaning and shape of public monuments erected for individual or institutional commemorations, and on the effect of such devices in the collective construction of past. Commemorative inscriptions, statues, fountains, columns translate memory into material signs, footprints of the past in medieval landscapes. In the other hand, public ceremonies, processions and liturgical celebrations need provisional constructions and displays to perform the public and demonstrative side of memory. Thus, the sessions would like to explore how daily practices and permanent installations of commemoration give shape to medieval understanding of time and space.

In order to go beyond the state of art, and to nuance the boundaries between private and public spaces, religious and political ceremonies, individual and collective memory, these sessions aim to gather specialists from different disciplines: history, art history, epigraphy, literature, liturgy, musicology… At the crossroad of visual studies and social history, the sessions would like to echo the new research trends on the complex notion of “memory” by articulating within a single approach historical facts and the material way they have been understood and commemorated by medieval groups and individuals.

Participants are invited to submit papers on the following topics (non-exhaustive list):

  • Civic memory and public ceremonies,
  • Epigraphic programs for private and public commemorations,
  • Monuments and artefacts of memory,
  • Liturgical and para-liturgical aspects of commemorations,
  • Permanent vs. provisional in commemoration,
  • Feasts, celebrations, ceremonies in urban contexts,
  • Signs and devices for commemoration.

The International Medieval Society-Paris is a non-profit association that welcomes international scholars of the Middle Ages in France and promotes international exchange with French colleagues. It organizes an annual symposium in Paris at the end of June and several meetings with senior scholars and graduate students all along the academic year (http://www.ims-paris.org).

The Centre d’études supérieures de civilisation médiévale in Poitiers is one of the main research institution in Europe for teaching and research in the field of medieval studies. Founded at the end of the 1950’s, it gathers scholars in different disciplines (history, art history, literature, archeology, musicology) and hosts several publications, among which is the journal Cahiers de civilisation médiévale (http://cescm.labo.univ-poitiers.fr).

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

Appel à contributions, revue des Cahiers de civilisation médiévale

Appel à contributions

À l’occasion du soixantième anniversaire de la revue des Cahiers de civilisation médiévale, nous envisageons de publier un numéro spécial sur le concept de « Civilisation » qui avait présidé, en 1953 et 1958, à la naissance du CESCM, puis des Cahiers. C’est sur la base de ce projet, à l’initiative des membres du comité et conseil scientifique de la revue, que notre collègue Claudio Galderisi, professeur de littérature médiévale à l’Université de Poitiers, propose quelques linéaments sur l’évolution de la notion et quelques pistes de recherche sur les articles que nous souhaiterions recevoir

(La Direction des Cahiers).


Le Moyen Âge : une civilisation ou un « arc-en-ciel » de cultures ?

Pour une réflexion interdisciplinaire sur le concept de « civilisation médiévale »

« Nous sentons qu’une civilisation a la même fragilité qu’une vie. »

Paul Valéry, La Crise de l’esprit (1919).

En 1964, Jacques Le Goff pouvait écrire dans un ouvrage fondateur « que, au moins à partir du XIe siècle, on ne peut plus parler, comme on l’a fait du XVIe au XIXe siècle, d’âge des ténèbres pour désigner le Moyen Âge et notre temps y reconnaît notre enfance »1.

La Civilisation de l’Occident médiéval paraissait dans une nouvelle édition en 1982. Il avait été alors publié dans une collection dédiée aux « grandes civilisations », et c’était cette collection, comme le soulignait d’emblée son auteur dans l’Introduction, qui imposait « le cadre chronologique et le découpage de [l]’ouvrage ». L’« ogre historien » donnait ainsi un retentissement et une visibilité nouveaux à la notion de « civilisation médiévale ». Sans le théoriser ouvertement – bien que l’expression « civilisation médiévale » apparaisse dès l’Introduction –, J. Le Goff offrait une sorte de bouclier conceptuel aux médiévistes. Le Moyen Âge retrouvait ainsi son unité. Cette « globalité » devait être reconstituée et étudiée en tant que telle, ne pouvant être comprise dès lors qu’elle était morcelée, éclatée.

Unité et pluridisciplinarité devenaient les clés d’accès au monde médiéval. L’« âge des ténèbres », la période la plus sombre de l’histoire occidentale, selon une certaine vision évolutionniste des chronosophies, devenait une « civilisation », avec sa part d’ombres et de drames, certes, mais aussi avec ses lumières, ses réalisations artistiques, sa préfiguration du monde moderne. Bref, avec ses sauts et ses bonds, comme aurait dit Claude Lévi-Strauss, ses mutations sans lesquelles la modernité ne serait ni concevable, ni critiquable. Le syntagme « civilisation médiévale » pouvait enfin protéger et revaloriser ce millénaire vilainement encastré entre une chute, dont les prodromes se situent en réalité à l’âge d’or des Antonins, et une invention et une découverte, qui inaugurent les temps modernes mais qui sont en réalité des rejetons du Moyen Âge : l’imprimerie et l’Amérique. Les préjugés et les approximations qui, depuis la Renaissance, en passant par le siècle des Lumières, tendaient à faire du Moyen Âge, un temps perdu, une parenthèse médiocre, malheureuse et rétrograde dans l’histoire cumulative du temps humain, pouvaient être corrigés, relativisés. Le divers empirique pouvait enfin être réduit à un objet d’étude défini, avec des outils conceptuels partagés.

Dans ces mêmes années commençaient à circuler en France les recherches de Norbert Elias, publiées par le sociologue allemand à la fin des années 1930 à Bâle. La Civilisation des mœurs, traduite en anglais dès 1969, paraît en France chez Calmann-Lévy en 1973, suivie deux ans plus tard par La Dynamique de l’Occident, chez le même éditeur. Le concept de civilisation était analysé par Elias comme une forme d’acculturation séculaire de l’Occident qui avait abouti à une maîtrise des pulsions les plus profondes de l’individu (à un empire de soi) et à une « curialisation » progressive de la société. La civilité était au cœur de la civilisation, soulignant ainsi la valeur positive et même progressiste du concept. De la civilisation occidentale à la « civilisation médiévale » le pas était bref ; il l’était d’autant plus que l’ouvrage de J. Le Goff fondait les deux pôles Occident et médiéval en une seule entité intellectuelle.

La notion de « civilisation médiévale » trouve donc son origine, sa raison d’être, dans cette ambition de comprendre, au sens premier du terme, une réalité qui ne pouvait pas être réduite à une histoire singulière, disciplinaire, une histoire de : de l’art, du droit, des institutions, des mentalités, des lettres, des langages, des religions, des croyances, des sociétés et in fine des États.

Ce concept, qui a eu une fonction de ciment transdisciplinaire, a été productif en particulier en France – le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, fondé en 1953, et les Cahiers de civilisation médiévale, créés en 1958, en sont une parfaite illustration –, alors qu’il semble avoir été moins utilisé dans d’autres pays européens où le Moyen Âge ne souffrait pas de la même image négative. Une image dont la patrie des Lumières et de la Révolution française a affublé le Moyen Âge pour des raisons culturelles et idéologiques qui avaient souvent peu à voir avec les legs noirs des pogroms, de la censure, de l’Inquisition, et la légende rose des mythes littéraires, des cathédrales romanes et gothiques, de la naissance des universités.

Quel médiéviste n’y a pas été confronté ? Les lieux communs sont d’autant plus difficiles à combattre qu’ils sont en partie vrais, et que, par ailleurs, le monde moderne ne cesse de dénoncer tout acte de barbarie ou même toute incompatibilité culturelle comme un retour au Moyen Âge. La langue française est sans doute la seule à avoir dans son vocabulaire un mot, ‘moyenâgeux’, qui désignait au XIXe siècle et jusqu’à la moitié du siècle dernier simplement ce qui est relatif au Moyen Âge, voire dans le Journal des frères Goncourt ‘ceux qui aiment le Moyen Âge’2, et qui est devenu depuis un demi-siècle un adjectif connotant de manière clairement péjorative la période médiévale, même si le sème négatif était déjà présent dans le syntagme Media Tempestas.

Mais le bouclier conceptuel n’a fonctionné que pour une brève période. D’une part, car en voulant soustraire le Moyen Âge aux critiques des historiens évolutionnistes par le biais de la revalorisation sémantique que le mot civilisation comportait à l’époque, on a fini inévitablement par retomber dans la vision progressiste (voire évolutionniste), quasi linéaire du temps historique, oubliant ainsi la leçon relativiste que nous avait léguée l’anthropologie :

L’humanité en progrès ne ressemble guère à un personnage gravissant un escalier, ajoutant par chacun de ses mouvements une marche nouvelle à toutes celles dont la conquête lui est acquise ; elle évoque plutôt le joueur dont la chance est répartie sur plusieurs dés et qui, chaque fois qu’il les jette, les voit s’éparpiller sur le tapis, amenant autant de comptes différents. Ce que l’on gagne sur l’un, on est toujours exposé à le perdre sur l’autre, et c’est seulement de temps à autre que l’histoire est cumulative, c’est-à-dire que les comptes s’additionnent pour former une combinaison favorable3.

Les comptes médiévaux ont pu s’additionner ici ou là, sans que pour autant le solde ait été nécessairement positif, et sans que ces éventuels progrès puissent être définis comme une « civilisation ». Le médiéviste n’est et ne doit être ni un sectateur ni un pourfendeur du Moyen Âge.

Mais la défaillance du “bouclier” tient également à la progressive inadéquation du mot même de civilisation, qui est devenu obsolète (presque autant que le mot progrès), insuffisant, suspect. Il traduit pour beaucoup une vision qui privilégie l’exclusion par rapport à l’inclusion, la fermeture à la place de l’ouverture, l’humain contre le vivant, l’identité occidentale opposée aux autres identités. Même s’il faut reconnaître que quelques-unes de ces caractéristiques semblent correspondre assez bien à une conception médiévale du monde occidental.

Le mot culture, que, depuis Thomas Mann et sa Neue Rundschau, les Allemands ont toujours préféré à civilisation, semble aujourd’hui mieux rendre compte de cette diversité et de cette pluralité de visions et d’identités – C. Lévi-Strauss parlait à ce propos de « l’arc-en-ciel des cultures humaines » – qui ont façonné l’Occident médiéval. Dans un livre d’initiation aux lettres médiévales, Michel Zink s’est aussi fait récemment le chantre de cette vision culturelle et artistique de l’identité médiévale, plaidant pour un Moyen Âge que l’on puisse regarder « avec les yeux de la poésie »4. Et, pourrait-on ajouter, de la littérature.

Le temps est donc venu de s’interroger sur les bienfaits, les malentendus et les impasses du concept de « civilisation médiévale ».

À l’occasion du soixantième anniversaire de leur fondation, les Cahiers de civilisation médiévale, qui ont été avec le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale à la fois un de hauts lieux des études sur le Moyen Âge et un espace critique privilégié de cette « civilisation médiévale », entendent ouvrir une réflexion large et pluridisciplinaire sur la prégnance épistémique, la viabilité conceptuelle et les perspectives intellectuelles d’un concept dont ils ont fait un des horizons de la médiévistique.

Entre bilan et prospectives, les Cahiers de civilisation médiévale souhaitent ainsi renouveler le débat sur une notion qui est au cœur de leur “raison sociale” et, au-delà, contribuer à mieux définir l’esprit et l’identité de la culture médiévale.


Les propositions de contributions devront parvenir avant le 30 novembre 2017, elles seront soumises à l’avis du conseil scientifique et du comité de rédaction des Cahiers. Les textes définitifs ne devront pas dépasser les 80 000 signes.

À envoyer à : ccm.cescm@univ-poitiers.fr


 

  1. Jacques LE GOFF, La Civilisation de lOccident médiéval, Paris, Flammarion, “Champs histoire”, 1982, « Introduction », p. 3. []
  2. Voir l’article « Moyenâgeux » dans le Trésor de la langue française consultable en ligne, http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=4077694290. []
  3. Claude LEVI-STRAUSS, Race et Histoire, Paris, Unesco, 1952, rééd. Paris, Denoël Gontier, 1975, p. 38-39 []
  4. Michel ZINK, Bienvenue au Moyen Âge, Paris, France Inter-Équateurs, 2015, p. 13. []

Appel à communication : Carnets de recherche. Histoire de l’art et Archéologie

Appel à communications à destination des étudiants de master

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche par les étudiants de master en Histoire de l’art et Archéologie – master Civilisation, Histoire, Patrimoine et Sources – Université de Poitiers.

Le 19 octobre 2017

Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 pourront présenter les résultats de leur mémoire de recherche.
La durée de chaque communication est de 20 mn.
Propositions de communications :
Les propositions de communication sont à adresser avant le
15 septembre 2017 à :
Elles devront faire figurer un court résumé (200 à 300 mots), accompagné d’une courte biographie (comprenant vos nom, prénom, adresse email, laboratoire).
Université de Poitiers – Département d’Histoire de l’art et d’Archéologie
         

Appel à contributions FOCUS année universitaire 2017-2018

Construits comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds documentaire de la Photothèque et le travail des chercheurs, ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial. Axé sur l’échange scientifique et chaleureux, ce rendez-vous ouvert à tous se déroule au Pôle documentaire du CESCM, de 12h à 13h.

Initiés depuis octobre 2016, les Focus ont été l’occasion cette année d’échanger autour des chapiteaux de Moissac avec Vincent Debiais, des peintures de la crypte de Chartres avec Estelle Ingrand-Varenne, Carolina Sarrade et Chrystel Lupant, des traces d’outils  laissées dans la pierre avec Thierry Grégor, de la Bible de Saint-Yrieix avec Pamela Nourrigeon et des signatures épigraphiques avec Émilie Mineo. La diversité des approches, des supports et des méthodes enrichit ces échanges, lesquels permettent d’affermir des hypothèses, d’expérimenter de nouvelles pistes ou de vérifier des approches novatrices avant publication, et ce dans un cadre bienveillant et amical.

Chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants, ingénieurs de recherche et d’étude sont donc invités à proposer leur contribution. Les résumé 10 lignes max. avec exemples précis sont à retourner avant le 10 juillet 2017 (Focus 1er semestre) ou le 5 novembre 2017 (Focus 2e semestre) par mail à phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

Tout sujet ou support, work in progress ou étude accomplie est susceptible d’être soumis sous réserve d’un lien avec le fonds de la Photothèque et/ou la base Romane.

Pour toute information complémentaire : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

 

 

Histories, things, and anthropological approaches – materiality and gender in the Medieval and Early Modern Studies – Call for contribution

Workshop: Histories, things, and anthropological approaches –

materiality and gender in the Medieval and Early Modern Studies

April 19.–20.2017 – CESCM

For a decade now, medieval and early modern studies have been influenced by the so-called anthropological turn. This has revived the long tradition in the Medieval studies of researching the Middle Ages as ‘another culture’, distant from our own, but also prompted new attentiveness to material things, giving agency to them as objects not only used by people, but actually working together with people. A renewed concern with the presence and efficacy of crafted things falls onto the ontology of images and challenges such oppositions as object-subject or animate-inanimate. Gender historical approach, in turn, invites the scholars to think about men and women as agents, or how men and women or feminine and masculine were presented in the medieval times.

The workshop aims to look at different phenomena across Medieval and Early modern Europe from the perspective of how anthropology has affected the research, and how both the concepts of materiality and gender have been intertwined to this – where has this ‘turn’ placed us? How could different approaches have fruitful discussion over the disciplinary discourses? We wish in particular to encourage a discussion of methods and means of analysing gender and material culture within multiple research materials carried on by various disciplines. By emphasizing active dialogues between history, archaeology, anthropology, art history, theology and other close disciplines we seek to minimize the gap between the approaches in use. What problems we face with multidisciplinary analyses? How to get them done in the first place? What methods pertaining to natural sciences are we in need of?

We invite proposals for presentations (ca. 300 words). The deadline for proposals is February 28th and they should be sent to anu.z.lahtinen@helsinki.fi. Meals are covered by the workshop and travel expenses are covered for members of the GeM project.

Material culture, gender and multidisciplinary analyses in medieval studies (GeM) is a series of workshops funded by Suomen Kulttuurirahasto (Finnish Cultural Fund). The aim is to bring  together scholars on various phases of their careers who are interested in developing gender perspective and issues related to material culture and to medieval and early modern studies. Project is connected to the Medieval Gender History Network, a Nordic network aiming to enhance co-operation between scholars interested in gender and the Middle Ages in the North of Europe (see the theme issue in the web journal Mirator). The project is led by prof. Anu Lahtinen (University of Helsinki) with co-organizers, assistant prof. Visa Immonen and senior lecturer Elina Räsänen (University of Helsinki).

The first workshop in Copenhagen (June 15–17, 2016) was organized together with Louise Berglund (University of Örebro) and Martin Wangsgaard Jürgensen (National Museum, Copenhagen). This workshop aimed to inspire discussion of how ecclesiastical spaces were constructed and used by women as well as men, and how the various artefacts expressed and mediated the participation and agency of the medieval users.

logo CNRS   logo CESCM   up   culture com'