Archives de catégorie : Appels à communication

[23 mai] Rencontres du GRIM (12e édition) Matérialité, visualité et signification

Journées d’études :

Date : 23 mai 2019, 10h – 16h

Lieu : Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari, Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits- Champs – 75 002 Paris

Métro : Ligne 3 : Bourse Lignes 1 et 7 : Palais Royal – Musée du Louvre Lignes 7 et 14 : Pyramides

Pour plus d’information

Accueil INHA : 01 47 03 89 00 –  www.inha.fr

Télécharger le programme ICI

Evangéliaire de Bernward, Hildesheim, Dom-Museum, DS 18, f. 17, début xie, Photo © Dom-Museum Hildesheim (détail).

Le GRIM – Groupe de recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres médiévales ainsi qu’aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Dorénavant lié à IMAGO et favorisant la prise de parole de jeunes chercheurs, il organise sa 12e journée d’études sur le thème « Matérialité, visualité et signification ».

Les notions de matérialité et de visualité constituent deux champs de recherche majeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales. Centrées autour de l’œuvre comme artefact et comme chose vue, elles permettent de nouer un riche dialogue entre l’histoire de l’art, l’anthropologie, la culture matérielle et l’histoire des sciences et des techniques. Les interventions poseront la rencontre entre le matériau, le signe et l’image, et rendront compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

En partenariat avec le GRIM et IMAGO (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, université de Poitiers)

Comité scientifique

Charlotte Denoël (BnF), Isabelle Marchesin (INHA), Anne- Orange Poilpré (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Cécile Voyer (université de Poitiers)

Intervenants

Amal Azzi (Master 2, université de Nantes), Virginia Grossi (Master 2, université de Pise-Scuola, Normale Superiore de Pise), Maria Lesimple (doctorante, université Grenoble- Alpes), Francisco Mamani Fuentes (doctorant, École Normale Supérieure-PSL et université de Grenade), Cécile Maruéjouls (doctorante, université de Poitiers), Melissa Nieto (doctorante, université de Lausanne), Audrey Pennel (docteure, université Bourgogne-Franche-Comté), Emeric Rigault (doctorant, université Toulouse-Jean Jaurès), Audrey Ségard (docteure, université Lille 3), Élise Vernerey (doctorante, université de Poitiers)


Programme

 

10hIntroduction par Charlotte Denoël, Isabelle Marchesin, Anne-Orange Poilpré et  Cécile Voyer

10h10 – La charpenterie  mudéjar : le bois comme support d’un langage symbolique en Espagne, Francisco Mamani Fuentes (doctorant, École Normale Supérieure- PSL et université de Grenade)

10h30 – Focus sur la matérialité des murs, traces de l’intervention humaine et mémoire des hommes. L’exemple de saint Georges au château de Selles de Cambrai (Nord), Audrey Ségard (docteure, université Lille 3)

10h50 – Stratégies dévotionnelles de Marguerite d’Autriche. Le trésor de Brou : reconstitution in situ du trésor légué par Marguerite d’Autriche à sa fondation funéraire, Maria Lesimple (doctorante, université Grenoble-Alpes) Discussion et pause

11h10- Discussion et pause

11h40 – Entre matérialité et iconographie de l’architecture : la rotonde de Saint-Jean à Vigolo Marchese (Plaisance) comme interprétation du modèle du Saint-Sépulcre, Virginia Grossi (Master 2, université de Pise-Scuola, Normale Superiore de Pise)

12h – Une sculpture sans-papiers : approche méthodologique de la matérialité, Amal Azzi (Master 2, université de Nantes)

12h20 – Discussion

12h45 – Pause déjeuner

14h – Exacerber la matière picturale  pour faire connaître l’intervalle entre le sensible et le divin. L’exemple du sanctuaire de Saint-Martin de Fenollar, Élise Vernerey (doctorante, université de Poitiers)

14h20 – Le corps, le signe et l’image : autour  de la console figurative de la Dernière communion de Marie l’Égyptienne (Colmar, musée Unterlinden, v. 1150), Cécile Maruéjouls (doctorante, université de Poitiers)

14h40 – La danseuse et la relique. À propos d’un chapiteau roman de la cathédrale de Besançon et des nouvelles pratiques de l’image de saint Jean-Baptiste au tournant des XIe  et XIIe  siècles, Emeric Rigault (doctorant, université Toulouse-Jean Jaurès)

15h – Discussion et pause

15h30 – Salvum me fac deus : réflexions sur la matérialité d’un psautier- bréviaire bâlois féminin du XIIIe  siècle, Melissa Nieto (doctorante, université de Lausanne)

15h50 – Du portrait de Toute Belle à la statue de Pygmalion : l’image du féminin modelé comme support de prière amoureuse, aux XIVe  et XVe siècles, Audrey Pennel (docteure, université Bourgogne-Franche-Comté)

16h10 – Discussion

  

Appel à contributions FOCUS année universitaire 2019-2020

Construits comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds documentaire de la Photothèque et le travail des chercheurs, et ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial.

Pour rappel ces Focus sont des moments d’échanges scientifiques et de convivialité, mis en place par Chrystel Lupant.
 
Toute contribution ayant un lien quelconque avec le fonds photographique et/ou la base Romane est donc bienvenue ! Chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants, ingénieurs de recherche et d’étude, si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à nous contacter pour définir le thème de votre intervention.
Les propositions sont à envoyer avant le 21 juin 2019 (pour le premier semestre) ou le 15 septembre 2019 (pour le second semestre) à phototheque.cescm@univ-poitiers.fr.
 

 

Appel à participation – Repenser l’aristocratie dans la France capétienne (987-1328) / ‘Re-thinking the Aristocracy in Capetian France, 987-1328’: A Workshop

Atelier : « Repenser l’aristocratie dans la France capétienne (987-1328)


Lieu :CESCM – Université de Poitiers

Date : 6 et 7 juin 2019

Déclaration de forfaiture rendue par les barons français contre le Comte de Bretagne Pierre Mauclerc. Au camp devant Ancenis, juin 1230. Cote AE/II/231

L’aristocratie a longtemps été la pierre angulaire de nombreuses études de la médiévistique française. Les sessions tenues en 2018 à l’International Medieval Congress de Leeds et à la Conférence internationale de la Haskins Society ont présenté des recherches sur l’aristocratie française dans la longue durée du royaume capétien, en mettant l’accent sur une analyse nuancée et totale, en contraste avec des discours plus anciens, fragmentées ou simplistes.

À la lumière des récents échanges, cet atelier bilingue (français/anglais) se propose de rassembler des chercheurs, quelle que soit leur expérience, travaillant sur les femmes, les hommes, les enfants et les familles de l’aristocratie capétienne, pour discuter de l’état de la question, partager des savoir-faire et encourager la collaboration et le dialogue. L’atelier mettra l’accent sur les questionnements, l’échange et l’exploration de nouvelles idées. Les communications serviront de point de départ pour la discussion, mais le format question-réponse sera évité en faveur d’un plus large échange entre tous les participants. Deux conférences seront données par les invités d’honneur de cet atelier : le Professeur Frédérique Lachaud (Université Paris-Sorbonne) et le Professeur Nicholas Vincent (Université de East Anglia). De plus, une session interactive sur « Les aristocrates dans les archives » sera présidée par Gaël Chénard (Archives départementale de la Vienne). Nous espérons que cet atelier permettra la construction d’un partenariat et d’un réseau durables et dévoués à l’étude de cet important sujet pour l’histoire de l’Europe médiévale.

Les doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés sont invités par cet appel à proposer une communication et à participer à l’atelier. Les propositions devront être écrites pour ne pas dépasser les 10 minutes d’intervention, souligner des approches, des problèmes et des questions relatives à tous les aspects de l’histoire de l’aristocratie dans la sphère capétienne (définie de manière large). Elles devront aussi ouvrir sur une discussion et donc être ouvertes plutôt que de présenter des conclusions définitives.

Les thèmes de chaque session seront définis sur la base de la contribution des participants ; voici une liste non exhaustive des thèmes possibles :
– Définir et identifier l’aristocratie
– Les sources pour l’histoire de l’aristocratie (chartes, chroniques, lettres, littérature, culture visuelle et matérielle, archéologie)
– L’historiographie de l’aristocratie (nouvelles approches et méthodologies incluses)
– Les réseaux aristocratiques (parenté, patronage, politique)
– L’aristocratie et l’Église
– L’aristocratie et la monarchie capétienne.
– La base économique de l’aristocratie (la propriété, la richesse, les droits seigneuriaux)
– L’aristocratie capétienne à l’extérieur du royaume de France (Angleterre, Ibérie, Sicile, Terre Sainte)

Les propositions (en français ou en anglais) ne devant pas dépasser les 300 mots sont à envoyer à l’adresse capetianaristocracy@gmail.com au plus tard le 28 janvier 2019. Nous demandons également aux participants éventuels d’inclure une courte description de leurs thématiques de recherche et de leurs projets actuels.

Organisateurs : Sarah Casano-Skaghammar (Université de Poitiers), Charlotte Crouch (Université de Reading), Niall O’Suilleabhain, (Trinity College, Dublin)

Comité Scientifique : Professeur Martin Aurell (University de Poitiers), Professeur Lindy Grant (Université de Reading), Professeur Daniel Power (Université de Swansea)

   


‘Re-thinking the Aristocracy in Capetian France, 987-1328’: A Workshop

CESCM- Université de Poitiers
6-7 June 2019

The aristocracy has long been the cornerstone of many studies of French medieval history. Recent sessions held at Leeds IMC 2018 and the Haskins Society Conference 2018 have presented research considering the French aristocracy across the longue durée of the Capetian kingdom, with emphasis on a nuanced and holistic analysis, in contrast to older, more fragmented or simplistic narratives.

In light of these recent discussions, this bilingual French/English workshop seeks to bring together researchers of all levels working on women, men, children and families of the Capetian aristocracy, to discuss the state of the field, share methodologies, encourage collaboration, and foster dialogues. The workshop will place an emphasis on questions, discussion, and the exploration of new ideas. Papers will serve as starting points for discussion in each session, but question-and-answer formats will be avoided in favour of wider discussion among all participants. Keynote lectures will be presented by Frédérique Lachaud (Université Paris-Sorbonne) and Nicholas Vincent (University of East Anglia) and an interactive session on ‘Aristocrats in the Archives’ will be facilitated by Gaël Chenard (Archives Départementales de la Vienne). It is hoped that this workshop will result in the establishment of new and long-lasting partnerships and networks devoted to the study of this important topic in the history of medieval Europe.

Doctoral students, early career researchers and established scholars are invited to propose papers and to participate in the workshop. Papers should be of no more than 10 minutes length, outlining approaches, problems and questions relating to any aspect of the history of the aristocracy in the Capetian sphere (broadly defined). They should be aimed at beginning a discussion and should therefore be open-ended, rather than presenting firm conclusions.

The themes of each session will be determined based on the submissions of participants; possible themes include (but are not limited to):
– Defining and identifying the aristocracy
– The sources for aristocratic history (charters, chronicles, letters, literature, visual and material culture, archaeology)
– The historiography of the aristocracy (including new approaches & methodologies)
– Aristocratic networks (kinship, patronage, political)
– The aristocracy and the church/the aristocracy and the Capetian monarchy
– The economic base of the aristocracy (property, wealth, seigneurial rights)
– The Capetian aristocracy outside of France (England, Iberia, Sicily, Crusades)

Abstracts for 10-minute, discussion-starter papers (in French or English) should be no longer than 300 words and should be sent to capetianaristocracy@gmail.com no later than 28 January 2019. Potential participants are also asked to include a short description of their current research interests and projects.

Organisers: Sarah Casano-Skaghammar (University of Poitiers), Charlotte Crouch (University of Reading), Niall O’Suilleabhain, (Trinty College, Dublin)

Comité Scientifique: Prof. Martin Aurell (University of Poitiers), Prof. Lindy Grant (University of Reading), Prof. Daniel Power (Swansea University)

[Appel à communication] Journées Jeunes chercheurs Janua 2019

Appel à communication : « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Janua, association des étudiants de Master et doctorat de l’Université de Poitiers en histoire, des laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale), et Criham (Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie) organise les 11 et 12 avril 2019 deux journées d’étude à destination des jeunes chercheurs, consacrées au thème : Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours. 

Cette réflexion se veut transdisciplinaire, donnant la parole à des jeunes chercheurs (doctorants, masterants ou jeunes docteurs) en histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, musicologie ou philosophie, quelle que soit leur époque de prédilection. Les analyses des sources politiques, économiques, religieuses, artistiques et littéraires sont les bienvenues.

Au XVIe siècle, Montaigne disait à propos de l’éducation des enfants : « Pour frotter et limer leur cervelle contre celle d’autruy, je voudrois qu’on commençast à le promener dès sa plus tendre enfance » (Essais, chap. 25, livre 1). L’une des plus nobles raisons d’entreprendre un voyage est ici énoncée : propice aux rencontres et aux échanges, il est formateur pour l’intelligence et participe intégralement de l’éducation.
Au contraire, s’opposant à ce goût manifeste pour le voyage et ses fruits, Jules Renard déclare, désabusé : « À quoi bon voyager ! Il y a de la nature, de la vie et de l’histoire partout » (Journal, 27 août 1906). Qu’importent donc les motivations du voyageur, son entreprise est vaine car il ne découvrira rien d’autre qu’un environnement similaire au sien. Voyager n’est qu’un leurre, l’histoire se répète et l’homme se résume en une médiocrité indigne d’intérêt.
Ce désenchantement, propre à un siècle que des perspectives d’aventures ne font plus vibrer, est catégoriquement opposé à l’engouement ordinaire suscité par les nombreux exemples historiques d’individus, peuples ou catégories sociales entreprenant périples, pèlerinages ou expéditions par nécessité, profit ou plaisir. Du nomadisme primitif à l’exploration spatiale, en passant par les pèlerinages religieux ou le commerce des épices, les prétextes pour partir ne manquent pas et se diversifient au fil des siècles. Chaque homme ou chaque femme qui entreprend un périple est motivé(e) par des causes qui lui sont tout à la fois propres et culturelles. S’interroger sur les raisons du voyage nous permettrait d’approfondir nos connaissances aussi bien sur l’imaginaire entourant ce phénomène que sur la vie quotidienne des sociétés passées et présentes.
À l’heure du tourisme de masse, où le voyage est un loisir dont l’organisation génère peu de difficultés et la réalité quelques imprévus discrets, la peur de voyager paraît difficilement concevable. Pourtant, cette activité fut longtemps périlleuse. Partir dans un pays lointain, sur une route inconnue, échapper aux corsaires sur mer ou aux brigands sur terre, se nourrir et se loger en toutes circonstances, se frayer un chemin au milieu de populations parfois hostiles, mais aussi répondre à de simples questions financières sont autant d’arguments pertinents pour décourager des velléités de départ.
La question se pose alors des motivations du voyage et donc de son intérêt et de son utilité pour ceux qui l’entreprennent car, face à milles contrariétés, pourquoi entreprendre un périple qui n’est qu’incertitude ? Pourquoi voyager ? Qu’en retire-t-on ? La réalité est-elle à la hauteur des espérances des voyageurs ? Quel bilan peut-on en dresser une fois le voyage achevé ?

Pour répondre à cette question, nous envisagerons le voyage dans son sens le plus vaste incluant les courtes et longues distances, les déplacements individuels ou collectifs, les expéditions terrestres, maritimes ou aériennes, les allers-retours ou les voyages à sens unique, afin de s’interroger véritablement sur les motivations qui, depuis l’Antiquité, ont poussé et poussent des êtres humains à se déplacer.
Les propositions de communication s’inscriront suivant trois axes :

  • Le premier s’intéressera aux attentes. En effet, partir, pour un temps ou pour toujours, ne se fait pas sans espérances, espoirs ou craintes. Le questionnement débutera donc par une exploration des aspirations qui motivent le voyageur et le poussent à surmonter les difficultés, réelles ou fantasmées, dans son entreprise. Ces attentes peuvent être aussi bien spirituelles qu’économiques, diplomatiques, scientifiques, guerrières. Les impératifs vitaux, la soif d’une vie meilleure comme la nécessité de partir pour des raisons politiques, seront pris en compte au sein de cet axe.
  • Le deuxième axe concernera les enjeux. Il s’agira d’examiner les modalités et l’organisation logistique concrète du voyage de l’Antiquité à nos jours. Où part-on ? Comment se déplace-t-on ? Quelles périodes sont les plus propices au voyage ? Quels dangers et contraintes se rencontrent sur la route ? Cet axe vise à mettre en lumière les façons de voyager, les moyens mis à disposition des voyageurs, ainsi que la durée et la distance à parcourir. La question du déplacement de population, que ce soit sous la contrainte, pour répondre à une nécessité, ou par mode de vie sera intégrée à cette réflexion.
  • Enfin, le troisième axe portera sur les témoignages. Il s’agira de considérer les retours sur expérience. Une fois le voyage accompli, que reste-t-il ? Quels sont les acquis, les pertes ? Est-ce un succès ou un échec ? Quel récit idéalisé ou discours dissuasif fait suite à l’expédition en elle-même ? La manière dont les voyageurs font mémoire de leur expédition à travers les témoignages littéraires, artistiques ou musicaux, sera explorée.

Les propositions de communication (500 mots environ) sont à envoyer, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 31 janvier 2019. Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.
Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés courant février. L’évènement se déroulera sur deux journées, les 11 et 12 avril 2019. L’après-midi du vendredi sera consacrée à une visite du centre-ville de Poitiers pour les participants intéressés. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des frais de transport à hauteur de 50€ par intervenant


Comité d’organisation : Association Janua


Zoé Le Nel (CESCM, Master II Mondes médiévaux, littérature médiévale)


Claire Boisseau (CESCM, Doctorante en histoire de l’art médiéval)

Julie Caron (HeRMA, Doctorante en archéologie antique)

Marie Cloutour (Criham, Doctorante en histoire moderne)

Gabrielle Schmid (CESCM, Doctorante en histoire de l’art médiéval)

Comité scientifique :

Yves Lafond (HeRMA, Professeur d’histoire grecque)

Séverine Lemaître (HeRMA, Maîtresse de conférences en histoire de l’art et archéologie antique)

Vincent Michel (HeRMA, Professeur d’archéologie antique, Directeur du laboratoire)

Martin Aurell (CESCM, Professeur d’histoire médiévale, Directeur du laboratoire)

Claudio Galderisi (CESCM, Professeur en langues et littératures françaises du Moyen Âge)

Guillaume Bourgeois (Criham, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine, Directeur du laboratoire)

François Brizay (Criham, Professeur d’histoire moderne)

Nabila Oulebsir (Criham, Maîtresse de conférence HDR en histoire de l’art contemporain)


Responsable :

Janua

url de référence :

https://associationjanua.wordpress.com/


      

 

Appel à communications et à inscriptions – 12èmes Rencontres du GRIM (23 mai 2019)

Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO

Douzièmes Rencontres du GRIM
jeudi 23 mai 2019 – Paris, INHA

Appel à communications et à inscriptions

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Âge, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art liée au CESCM de Poitiers, et porté par un nouveau comité scientifique.

Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art), qui sont ouvertes à tous, tout en donnant une place notable aux doctorants et aux jeunes chercheurs (dès le Master 2).

Comme pour les précédentes journées du GRIM (les programmes sont disponibles sur le site http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/, onglet Autres projets/GRIM), les communications dureront 20 mn. Elles seront dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie, et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

La journée d’étude du 23 mai 2019,qui aura lieu à l’INHA, s’intitule : Matérialité, visualité et signification.

Les notions de matérialité et de visualité constituent aujourd’hui deux champs de recherche majeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales. Centrées autour de l’œuvre comme artefact et comme chose vue, elles permettent de nouer un riche dialogue entre l’histoire de l’art, l’anthropologie, la culture matérielle et l’histoire des sciences et des techniques, et elles renouvellent l’ensemble de l’interprétation iconographique. À partir d’études de cas, il s’agira donc de poser la rencontre entre le matériau, le signe et l’image, et de rendre compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

On s’attachera tout particulièrement à la notion de support, sans que cela exclue d’autres questionnements. Après le geste du peintre, du sculpteur, de l’orfèvre, du brodeur etc., la matière devient une condition de l’image. En quoi est-elle agissante, signifiante ? Ne fait-elle qu’un avec son support ? Y-a-t il du jeu entre l’image et sa mise en œuvre technique, ses matériaux ? De quelle manière les matériaux employés et leurs caractéristiques visuelles peuvent-ils être questionnés ? Et si l’image figure et imite parfois des matériaux (marbre,pierres précieuses, éléments d’orfèvrerie), en quoi ces procédés jouent-ils un rôle dans le discours du figuré ?

Les propositions de communications se feront par retour du formulaire ci-dessous en courrier attaché avant le 16 mars, à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.com

Formulaire GRIM ICI


L’accès aux Rencontres du GRIM est ouvert à tous, et les étudiants de licence et de Master sont cordialement invités à venir écouter les conférenciers. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, les intervenants et les auditeurs s’adresseront aux centres de recherche dont ils dépendent pour une éventuelle prise en charge des frais.

Le programme définitif sera établi et diffusé début mai, envoyé par e-mail à toutes les personnes inscrites, et également disponible sur le site du CESCM : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/forma/grim-imago/

Les Responsables du GRIM

NB. Indépendamment de la journée d’étude du 23 mai, les chercheurs en iconographie médiévale occidentale, byzantine ou islamique, peuvent, s’ils le souhaitent, inscrire leur sujet d’étude et leurs publications dans le Répertoire du GRIM, par l’entremise d’un autre formulaire ci-joint, à remplir ou à mettre à jour pour les personne déjà inscrites.

Fiche répertoire ICI