Archives de catégorie : Appels à communication

Appel à communications : 5e Journées doctorales internationales de Transitions

English version bellow

Voir version PDF

 

 Marges (XIe-XVIIe siècles) : 5e Journées doctorales internationales de Transitions

(Université de Liège, Belgique)

 

L’Unité de recherches (UR) Transitions. Moyen Âge et première Modernité de l’Université de Liège s’associe au CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale) de l’Université de Poitiers et au CML (Centre for Medieval Literature) des universités de York et du Danemark du Sud (Odense) à l’occasion de rencontres doctorales en trois volets (2020-2021).

Mises en œuvre par les doctorant·e·s de ces trois institutions, ces journées ont pour but de favoriser l’échange et les débats entre doctorant·e·s, jeunes chercheur·se·s et collègues expérimenté·e·s dans les domaines de l’histoire, de la philologie, de la linguistique, de l’histoire de l’art, de la littérature ou encore la musicologie.

Le premier volet de ces rencontres sera organisé à Liège les 5 et 6 février 2020, autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles) », les bornes chronologiques de cet appel s’inscrivant dans celles explorées par Transitions.

Argumentaire

De l’histoire à la linguistique, en passant par l’histoire de l’art, la philologie et la musicologie, la notion de marge est omniprésente, et la tendance actuelle de la recherche dans ces disciplines est à la reconsidération de sa définition. Le concept de marge, qu’il soit envisagé dans son acception première ou figurée, suscite aujourd’hui encore la réflexion des chercheur·se·s, lesquel·le·s interrogent les potentialités multiples qu’il offre en vue de renouveler l’approche de leur objet d’étude.

L’idée traditionnelle de « frontière » et le couple notionnel « centre/périphérie » soulèvent d’importantes interrogations : quelles relations le centre entretient-il avec « sa » périphérie ? Quelles en sont les dynamiques, en matière de pouvoir et de domination (politiques, religieux, culturels, artistiques ou linguistiques) ? Quelle valeur convient-il encore d’accorder au concept de Kunstgeographie ? La frontière géographique tend aussi à déterminer certains domaines d’étude : comment la langue et la littérature évoluent-elles en territoire limitrophe ? Comment ces marges sont-elles représentées dans l’art et dans les lettres ? Quelles sont les limites des mondes fictionnels ? Comment peuvent-elles être dépassées, pour peu qu’elles doivent l’être ?

La marge peut aussi être explorée en rapport avec une norme. Elle devient alors un espace de contrainte ou de liberté dont l’artiste et l’homme de lettres s’emparent pour créer des œuvres alliant tradition et innovation. Comment auteurs, peintres, sculpteurs et architectes détournent-ils les codes et modèles afin de développer des formules inédites ? Comment les grammairiens établissent-ils les normes d’une langue, quelles en sont les conséquences sur les pratiques, littéraires mais aussi sociales (sociolectes), de cette langue ? Quelles résistances ces normes suscitent-elles ?

La marge peut aussi être interrogée dans sa matérialité, en tant que séparateur spatial, entre monde réel et espace fictif. Grotesques, architecture en trompe l’œil, tapisseries feintes – l’artiste transgresse avec ingéniosité la limite imposée par le cadre. C’est également dans l’espace paratextuel que le copiste ou l’imprimeur interagit avec les autres intervenants du processus de création et de réception du livre (corrections, gloses, instructions à destination de l’enlumineur, du graveur ou du lecteur ; colophons, lettres au lecteur) ; que le possesseur peut se faire connaître (marques d’appartenance, commentaires) ; que remanieurs et maîtres d’atelier, enfin, créent un véritable apparat destiné à faciliter l’interaction entre texte et lecteur (rubriques, tables des matières, titres courants).

À partir des objets et des disciplines qui leurs sont propres, les participant·e·s sont invité·e·s à proposer une réflexion sur la notion de marge et sur les notions sœurs que sont celles de limites, de confins ou de frontières, de même que sur la place que celles-ci occupent au sein de leurs recherches.

Les communications, d’une durée de vingt minutes, pourront être présentées en français, en anglais, en allemand, en espagnol ou en italien. Au terme de chaque session sera engagée, avec le public présent, une discussion que le comité organisateur souhaite résolument transdisciplinaire.

Modalités pratiques

Les propositions des doctorant·e·s, belges ou étranger·ère·s, sont attendues pour le 31 août 2019, sous forme d’un dossier pdf à adresser par courriel à l’UR Transitions (transitions.jd2020@gmail.com), en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom) du/de la doctorant·e et celles du/de la (des) directeur·rice(s) de recherche, le titre de la thèse et l’année d’inscription en thèse, l’intitulé de la communication, et un résumé d’une quinzaine de lignes de la communication proposée, rédigé en français, en anglais, en allemand, en espagnol ou en italien. Les doctorant·e·s seront informé·e·s des résultats de la sélection le 15 septembre 2019.

À l’issue des deux journées, une attestation de participation sera délivrée sur demande.

L’UR Transitions est heureuse d’annoncer que les déjeuners et les pauses café des deux journées seront offerts. Les frais relatifs au transport et au logement seront en revanche à charge des participant·e·s.

Comité organisateur : Giulia Barison, Alexandre Goderniaux, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Comité scientifique : Renaud Adam, Giulia Barison, Émilie Corswarem, Laure Fagnart, Alexandre Goderniaux, Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Quelques mots à propos de Transitions

Du Moyen Âge aux bouleversements engendrés par la science galiléenne, l’Europe vit d’incessants questionnements qui remettent en cause ses équilibres politiques et leurs légitimations, qui ébranlent les fondements de l’unité confessionnelle et déplacent les limites du savoir et de la création. En tentant de transcender les clivages hérités d’une longue tradition historiographique, l’UR Transitions de l’Université de Liège (http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/fr/) se penche sur ces mutations continuelles en Occident et dans le bassin méditerranéen. Ouverte aux médiévistes et aux modernistes, elle encourage la confrontation des pratiques de recherche, les collaborations inédites et le partage des résultats dans une perspective interdisciplinaire. Par ailleurs, elle tente de mettre en lumière les multiples facteurs qui ont concouru à la construction des cadres sociaux et culturels dans lesquels nous nous définissons encore aujourd’hui.

       


Margins (XIth-XVIIth Century)

5th International Postgraduate Symposium

Transitions (University of Liege, Belgium)

Call for papers

The Research Unit Transitions (Research Department on the Middle Ages and the Early Modern Period, University of Liège), in collaboration with the CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, University of Poitiers) and the Center for Medieval Literature (University of York and University of Southern Denmark, Odense) is pleased to open the call for its biennial postgraduate symposium, divided in three sessions.

These meetings are organized by PhD candidates and constitute a platform for exchange between junior researchers and senior colleagues of different fields, such as History, Philology, Linguistics, Art History, Literature, Codicology, Paleography, or Book History.

The first session will be held in Liège, Belgium, on February 5th-6th  2020 and will be dedicated to the notion of margins (XIth-XVIIth centuries).

Themes

From History to Philology, to Art History, to Codicology, and Linguistics, the notion of margin is omnipresent. This meaningful concept, both in its literal and figurative acceptions, has remained at the heart of critical thought for a long time, as scholars have sought to reflect on its particular potentialities whilst attempting to renew approaches to their own subjects of study.

The traditional idea of “border” and the fertile notional duo “centre/periphery” still raise central questions: what are the relations between the so-called centre and “its” periphery? What are the dynamics in terms of power and supremacy (in the political, religious, cultural, artistic or linguistic domains)? Is the concept of Kunstgeographie still relevant today? Moreover, we know that the geographic border tends to determine some fields of study. But how do language and literature evolve in bordering territories? How do art and literature play with these borders? What are the limits of fictional spaces and fictional worlds? How can one work beyond these limits, and do they need to be overcome?

The margin can also be interpreted in relation to a norm. It might then become a space of either constraint or freedom to be used by artists and authors in the creation of works that synthesize both tradition and innovation. How do authors, painters, sculptors, and architects engage with codes and norms to conceive novelty? Can we identify any resistances or opposition to these rules? In which ways do grammarians establish the norms of a language? What is the impact of their prescriptions on writing practices and language productions, above all on literature and on specific strata of society (e.g. the concept of sociolect)? Do rules lead to resistance or opposition to the rule, and how can the latter be described?

Margins can be also be studied for their materiality, e.g. when separating real and fictional worlds. Marginalia, grotesques, trompe l’œil – the artist cleverly transgresses the structural limits imposed by the frame.  In the paratext, the copyist or the printer interacts with other contributors to the making or the reception of a book (corrections, glosses, instructions for the illuminator, engraver or reader). This space is also where the owner makes himself known (ex libris, comments), and where redactors and planners of manuscripts create a setup to facilitate the interaction between text and reader (titles, summaries).

Participants, starting from their specific subjects and disciplines, are invited to reflect on the notion of margin, on the similar notions of limit and border, and on the place they hold in their own research.

Presentations (c. 20 min.) can be given in either English, French, German, Spanish or Italian. At the end of each presentation, there will be time for questions and comments; the organizers strongly encourage all participants to engage in transdisciplinary discussions.

Practical Informations

Proposal must be submitted by August 31th 2019 at the latest, in pdf format, and sent by e-mail to RU Transitions (transitions.jd2020@gmail.com). The proposal will include the name and surname of the PhD candidate and those of their advisor(s), as well as the title of the thesis, the starting year of their PhD, the title of the lecture and a fifteen-line abstract, written in French, English, German, Spanish or Italian.

Applicants will be contacted by September 15th 2019, after the committee completes the selection process. At the end of the symposium, a certificate of participation will be released on request.

RU Transitions is delighted to offer lunches and coffee breaks to the participants. Travel and accomodation costs, however, will be at the expense of participants or of their research centres.

Organising committee: Giulia Barison, Alexandre Goderniaux, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Scientific committee: Renaud Adam, Émilie Corswarem, Giulia Barison, Laure Fagnart, Alexandre Goderniaux, Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

About Transitions

From the Middle Ages until the upheavals brought about by Galilean science, Europe underwent a period of unceasing questioning which challenged the political stability and its legitimacy, shook the foundations of confessional unity, and expanded the limits of knowledge and creation. In an attempt to transcend the inherited divisions of a long historiographical tradition, the Research Unit Transitions at the University of Liege (http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/fr/) explores these constant transformations in the Western and in the Mediterranean Basin. Open to Medievalists and Modernists, it promotes confrontation between research practices, original collaborations, and the sharing of results in an interdisciplinary fashion. Furthermore, it attempts to elucidate several factors which have contributed to the construction of the social and cultural frameworks by which we define ourselves even today.

       

Appel à communication : Carnets de recherche. Histoire de l’art et Archéologie

Appel à communications à destination des étudiants de master
 

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche par les étudiants de master en Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers (master Histoire, Civilisations et Patrimoine et master Mondes médiévaux), avec la participation de l’Institut Catholique de Paris.

Le Jeudi 10 octobre 2019

 
 
 
Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 pourront présenter les résultats de leur mémoire de recherche.
 
La durée de chaque communication est de 20 mn.
 
Propositions de communications :
 
Les propositions de communication sont à adresser avant le
16 septembre 2019 à :
 
 
Elles devront faire figurer un court résumé (200 à 300 mots), accompagné d’une courte biographie (comprenant vos nom, prénom, adresse email, laboratoire).
 
Université de Poitiers – Département d’Histoire de l’art et d’Archéologie
 
 

 
       
 
 

 

 

Appel à contributions FOCUS année universitaire 2019-2020

Construits comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds documentaire de la Photothèque et le travail des chercheurs, et ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial.

Pour rappel ces Focus sont des moments d’échanges scientifiques et de convivialité, mis en place par Chrystel Lupant.
 
Toute contribution ayant un lien quelconque avec le fonds photographique et/ou la base Romane est donc bienvenue ! Chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants, ingénieurs de recherche et d’étude, si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à nous contacter pour définir le thème de votre intervention.
Les propositions sont à envoyer avant le 21 juin 2019 (pour le premier semestre) ou le 15 septembre 2019 (pour le second semestre) à phototheque.cescm@univ-poitiers.fr.
 

 

Appel à participation – Repenser l’aristocratie dans la France capétienne (987-1328) / ‘Re-thinking the Aristocracy in Capetian France, 987-1328’: A Workshop

Atelier : « Repenser l’aristocratie dans la France capétienne (987-1328)


Lieu :CESCM – Université de Poitiers

Date : 6 et 7 juin 2019

Déclaration de forfaiture rendue par les barons français contre le Comte de Bretagne Pierre Mauclerc. Au camp devant Ancenis, juin 1230. Cote AE/II/231

L’aristocratie a longtemps été la pierre angulaire de nombreuses études de la médiévistique française. Les sessions tenues en 2018 à l’International Medieval Congress de Leeds et à la Conférence internationale de la Haskins Society ont présenté des recherches sur l’aristocratie française dans la longue durée du royaume capétien, en mettant l’accent sur une analyse nuancée et totale, en contraste avec des discours plus anciens, fragmentées ou simplistes.

À la lumière des récents échanges, cet atelier bilingue (français/anglais) se propose de rassembler des chercheurs, quelle que soit leur expérience, travaillant sur les femmes, les hommes, les enfants et les familles de l’aristocratie capétienne, pour discuter de l’état de la question, partager des savoir-faire et encourager la collaboration et le dialogue. L’atelier mettra l’accent sur les questionnements, l’échange et l’exploration de nouvelles idées. Les communications serviront de point de départ pour la discussion, mais le format question-réponse sera évité en faveur d’un plus large échange entre tous les participants. Deux conférences seront données par les invités d’honneur de cet atelier : le Professeur Frédérique Lachaud (Université Paris-Sorbonne) et le Professeur Nicholas Vincent (Université de East Anglia). De plus, une session interactive sur « Les aristocrates dans les archives » sera présidée par Gaël Chénard (Archives départementale de la Vienne). Nous espérons que cet atelier permettra la construction d’un partenariat et d’un réseau durables et dévoués à l’étude de cet important sujet pour l’histoire de l’Europe médiévale.

Les doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés sont invités par cet appel à proposer une communication et à participer à l’atelier. Les propositions devront être écrites pour ne pas dépasser les 10 minutes d’intervention, souligner des approches, des problèmes et des questions relatives à tous les aspects de l’histoire de l’aristocratie dans la sphère capétienne (définie de manière large). Elles devront aussi ouvrir sur une discussion et donc être ouvertes plutôt que de présenter des conclusions définitives.

Les thèmes de chaque session seront définis sur la base de la contribution des participants ; voici une liste non exhaustive des thèmes possibles :
– Définir et identifier l’aristocratie
– Les sources pour l’histoire de l’aristocratie (chartes, chroniques, lettres, littérature, culture visuelle et matérielle, archéologie)
– L’historiographie de l’aristocratie (nouvelles approches et méthodologies incluses)
– Les réseaux aristocratiques (parenté, patronage, politique)
– L’aristocratie et l’Église
– L’aristocratie et la monarchie capétienne.
– La base économique de l’aristocratie (la propriété, la richesse, les droits seigneuriaux)
– L’aristocratie capétienne à l’extérieur du royaume de France (Angleterre, Ibérie, Sicile, Terre Sainte)

Les propositions (en français ou en anglais) ne devant pas dépasser les 300 mots sont à envoyer à l’adresse capetianaristocracy@gmail.com au plus tard le 28 janvier 2019. Nous demandons également aux participants éventuels d’inclure une courte description de leurs thématiques de recherche et de leurs projets actuels.

Organisateurs : Sarah Casano-Skaghammar (Université de Poitiers), Charlotte Crouch (Université de Reading), Niall O’Suilleabhain, (Trinity College, Dublin)

Comité Scientifique : Professeur Martin Aurell (University de Poitiers), Professeur Lindy Grant (Université de Reading), Professeur Daniel Power (Université de Swansea)

   


‘Re-thinking the Aristocracy in Capetian France, 987-1328’: A Workshop

CESCM- Université de Poitiers
6-7 June 2019

The aristocracy has long been the cornerstone of many studies of French medieval history. Recent sessions held at Leeds IMC 2018 and the Haskins Society Conference 2018 have presented research considering the French aristocracy across the longue durée of the Capetian kingdom, with emphasis on a nuanced and holistic analysis, in contrast to older, more fragmented or simplistic narratives.

In light of these recent discussions, this bilingual French/English workshop seeks to bring together researchers of all levels working on women, men, children and families of the Capetian aristocracy, to discuss the state of the field, share methodologies, encourage collaboration, and foster dialogues. The workshop will place an emphasis on questions, discussion, and the exploration of new ideas. Papers will serve as starting points for discussion in each session, but question-and-answer formats will be avoided in favour of wider discussion among all participants. Keynote lectures will be presented by Frédérique Lachaud (Université Paris-Sorbonne) and Nicholas Vincent (University of East Anglia) and an interactive session on ‘Aristocrats in the Archives’ will be facilitated by Gaël Chenard (Archives Départementales de la Vienne). It is hoped that this workshop will result in the establishment of new and long-lasting partnerships and networks devoted to the study of this important topic in the history of medieval Europe.

Doctoral students, early career researchers and established scholars are invited to propose papers and to participate in the workshop. Papers should be of no more than 10 minutes length, outlining approaches, problems and questions relating to any aspect of the history of the aristocracy in the Capetian sphere (broadly defined). They should be aimed at beginning a discussion and should therefore be open-ended, rather than presenting firm conclusions.

The themes of each session will be determined based on the submissions of participants; possible themes include (but are not limited to):
– Defining and identifying the aristocracy
– The sources for aristocratic history (charters, chronicles, letters, literature, visual and material culture, archaeology)
– The historiography of the aristocracy (including new approaches & methodologies)
– Aristocratic networks (kinship, patronage, political)
– The aristocracy and the church/the aristocracy and the Capetian monarchy
– The economic base of the aristocracy (property, wealth, seigneurial rights)
– The Capetian aristocracy outside of France (England, Iberia, Sicily, Crusades)

Abstracts for 10-minute, discussion-starter papers (in French or English) should be no longer than 300 words and should be sent to capetianaristocracy@gmail.com no later than 28 January 2019. Potential participants are also asked to include a short description of their current research interests and projects.

Organisers: Sarah Casano-Skaghammar (University of Poitiers), Charlotte Crouch (University of Reading), Niall O’Suilleabhain, (Trinty College, Dublin)

Comité Scientifique: Prof. Martin Aurell (University of Poitiers), Prof. Lindy Grant (University of Reading), Prof. Daniel Power (Swansea University)

[Appel à communication] Journées Jeunes chercheurs Janua 2019

Appel à communication : « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Janua, association des étudiants de Master et doctorat de l’Université de Poitiers en histoire, des laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale), et Criham (Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie) organise les 11 et 12 avril 2019 deux journées d’étude à destination des jeunes chercheurs, consacrées au thème : Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours. 

Cette réflexion se veut transdisciplinaire, donnant la parole à des jeunes chercheurs (doctorants, masterants ou jeunes docteurs) en histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, musicologie ou philosophie, quelle que soit leur époque de prédilection. Les analyses des sources politiques, économiques, religieuses, artistiques et littéraires sont les bienvenues.

Au XVIe siècle, Montaigne disait à propos de l’éducation des enfants : « Pour frotter et limer leur cervelle contre celle d’autruy, je voudrois qu’on commençast à le promener dès sa plus tendre enfance » (Essais, chap. 25, livre 1). L’une des plus nobles raisons d’entreprendre un voyage est ici énoncée : propice aux rencontres et aux échanges, il est formateur pour l’intelligence et participe intégralement de l’éducation.
Au contraire, s’opposant à ce goût manifeste pour le voyage et ses fruits, Jules Renard déclare, désabusé : « À quoi bon voyager ! Il y a de la nature, de la vie et de l’histoire partout » (Journal, 27 août 1906). Qu’importent donc les motivations du voyageur, son entreprise est vaine car il ne découvrira rien d’autre qu’un environnement similaire au sien. Voyager n’est qu’un leurre, l’histoire se répète et l’homme se résume en une médiocrité indigne d’intérêt.
Ce désenchantement, propre à un siècle que des perspectives d’aventures ne font plus vibrer, est catégoriquement opposé à l’engouement ordinaire suscité par les nombreux exemples historiques d’individus, peuples ou catégories sociales entreprenant périples, pèlerinages ou expéditions par nécessité, profit ou plaisir. Du nomadisme primitif à l’exploration spatiale, en passant par les pèlerinages religieux ou le commerce des épices, les prétextes pour partir ne manquent pas et se diversifient au fil des siècles. Chaque homme ou chaque femme qui entreprend un périple est motivé(e) par des causes qui lui sont tout à la fois propres et culturelles. S’interroger sur les raisons du voyage nous permettrait d’approfondir nos connaissances aussi bien sur l’imaginaire entourant ce phénomène que sur la vie quotidienne des sociétés passées et présentes.
À l’heure du tourisme de masse, où le voyage est un loisir dont l’organisation génère peu de difficultés et la réalité quelques imprévus discrets, la peur de voyager paraît difficilement concevable. Pourtant, cette activité fut longtemps périlleuse. Partir dans un pays lointain, sur une route inconnue, échapper aux corsaires sur mer ou aux brigands sur terre, se nourrir et se loger en toutes circonstances, se frayer un chemin au milieu de populations parfois hostiles, mais aussi répondre à de simples questions financières sont autant d’arguments pertinents pour décourager des velléités de départ.
La question se pose alors des motivations du voyage et donc de son intérêt et de son utilité pour ceux qui l’entreprennent car, face à milles contrariétés, pourquoi entreprendre un périple qui n’est qu’incertitude ? Pourquoi voyager ? Qu’en retire-t-on ? La réalité est-elle à la hauteur des espérances des voyageurs ? Quel bilan peut-on en dresser une fois le voyage achevé ?

Pour répondre à cette question, nous envisagerons le voyage dans son sens le plus vaste incluant les courtes et longues distances, les déplacements individuels ou collectifs, les expéditions terrestres, maritimes ou aériennes, les allers-retours ou les voyages à sens unique, afin de s’interroger véritablement sur les motivations qui, depuis l’Antiquité, ont poussé et poussent des êtres humains à se déplacer.
Les propositions de communication s’inscriront suivant trois axes :

  • Le premier s’intéressera aux attentes. En effet, partir, pour un temps ou pour toujours, ne se fait pas sans espérances, espoirs ou craintes. Le questionnement débutera donc par une exploration des aspirations qui motivent le voyageur et le poussent à surmonter les difficultés, réelles ou fantasmées, dans son entreprise. Ces attentes peuvent être aussi bien spirituelles qu’économiques, diplomatiques, scientifiques, guerrières. Les impératifs vitaux, la soif d’une vie meilleure comme la nécessité de partir pour des raisons politiques, seront pris en compte au sein de cet axe.
  • Le deuxième axe concernera les enjeux. Il s’agira d’examiner les modalités et l’organisation logistique concrète du voyage de l’Antiquité à nos jours. Où part-on ? Comment se déplace-t-on ? Quelles périodes sont les plus propices au voyage ? Quels dangers et contraintes se rencontrent sur la route ? Cet axe vise à mettre en lumière les façons de voyager, les moyens mis à disposition des voyageurs, ainsi que la durée et la distance à parcourir. La question du déplacement de population, que ce soit sous la contrainte, pour répondre à une nécessité, ou par mode de vie sera intégrée à cette réflexion.
  • Enfin, le troisième axe portera sur les témoignages. Il s’agira de considérer les retours sur expérience. Une fois le voyage accompli, que reste-t-il ? Quels sont les acquis, les pertes ? Est-ce un succès ou un échec ? Quel récit idéalisé ou discours dissuasif fait suite à l’expédition en elle-même ? La manière dont les voyageurs font mémoire de leur expédition à travers les témoignages littéraires, artistiques ou musicaux, sera explorée.

Les propositions de communication (500 mots environ) sont à envoyer, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 31 janvier 2019. Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.
Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés courant février. L’évènement se déroulera sur deux journées, les 11 et 12 avril 2019. L’après-midi du vendredi sera consacrée à une visite du centre-ville de Poitiers pour les participants intéressés. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des frais de transport à hauteur de 50€ par intervenant


Comité d’organisation : Association Janua


Zoé Le Nel (CESCM, Master II Mondes médiévaux, littérature médiévale)


Claire Boisseau (CESCM, Doctorante en histoire de l’art médiéval)

Julie Caron (HeRMA, Doctorante en archéologie antique)

Marie Cloutour (Criham, Doctorante en histoire moderne)

Gabrielle Schmid (CESCM, Doctorante en histoire de l’art médiéval)

Comité scientifique :

Yves Lafond (HeRMA, Professeur d’histoire grecque)

Séverine Lemaître (HeRMA, Maîtresse de conférences en histoire de l’art et archéologie antique)

Vincent Michel (HeRMA, Professeur d’archéologie antique, Directeur du laboratoire)

Martin Aurell (CESCM, Professeur d’histoire médiévale, Directeur du laboratoire)

Claudio Galderisi (CESCM, Professeur en langues et littératures françaises du Moyen Âge)

Guillaume Bourgeois (Criham, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine, Directeur du laboratoire)

François Brizay (Criham, Professeur d’histoire moderne)

Nabila Oulebsir (Criham, Maîtresse de conférence HDR en histoire de l’art contemporain)


Responsable :

Janua

url de référence :

https://associationjanua.wordpress.com/