Archives de catégorie : Appels à communication

[Appel à communication] Journée jeunes chercheurs Janua 2018

Appel à communication : La violence guerrière : de l’Antiquité au Moyen-Âge

Janua, association des étudiants en Master et des doctorants de l’Université de Poitiers antiquisants et médiévistes, rattachés respectivement aux laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique) et CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale), organise le 26 avril 2018 une journée d’étude à destination des jeunes chercheurs (de l’inscription en master aux trois ans écoulés après la soutenance de thèse), elle sera consacrée au thème de la ‘violence guerrière’. Son objectif est de présenter des travaux, achevés ou en cours, sur l’usage et la représentation de cette dernière. Dans une perspective transdisciplinaire, le choix de ce thème questionne la richesse de ses appréhensions et ouvre des discussions sur les divergences et les similarités de celles-ci à travers des sources (textes, images, architectures, musiques et objets mobiliers) et des périodes diverses (Antiquité et Moyen Âge).

Chapiteau de Conques (Cliché CESCM Léonet-Bastien)

De par son étymologie, la notion de violence (violentia) possède une connotation péjorative. Elle qualifie l’absence de contrôle, l’emportement. Dérivée du concept mélioratif de vis (vigueur, force), sa définition repose avant tout sur le principe d’outrance. Dans l’Antiquité comme au Moyen Âge, la violence de la nature et des colères divines est essentiellement perçue comme juste, bien qu’insaisissable pour l’homme. Au contraire, la ‘violence humaine’ suppose que la force employée se déploie hors de son cadre moral ou de ses limites sociales et institutionnelles. La violence individuelle, non contrôlée par la raison, est brute voire brutale (brutalis) et renvoie à la démesure (hubris). Elle est, de fait, condamnable et son contrôle constitue l’un des enjeux politiques majeurs des institutions.

La sécurité intérieure est le socle de la prospérité d’un territoire et du bien-être d’une communauté. Toutefois, le maintien de cette stabilité implique paradoxalement l’usage de la violence par l’institution qui en est la garante. L’accroissement d’un pouvoir, la défense de ses frontières et de ses règles ne peuvent se faire sans le recours à la fonction militaire. S’intéresser à la violence guerrière nécessite alors d’envisager toute l’ambiguïté supportée par cette expression.

Cette journée d’étude se trouvera découpée en trois axes. Le premier sera l’occasion d’aborder la ‘violence guerrière’ via ses représentations (historiques, iconographiques, philosophiques, musicales et littéraires) et leurs dépendances au contexte historique et social dans lequel elles ont été exprimées. Le second regroupera les études (archéologiques et historiques) de la réalité concrète de la pratique guerrière. Le troisième axe rassemblera quant à lui les interventions qui porteront sur les sources théoriques des rapports entre le concept de ‘guerre’ et celui de ‘violence’.

Axe 1 : Quels discours ?

La représentation, visuelle ou textuelle, de la ‘violence guerrière’ est un témoignage de sa réalité. Elle suppose aussi de considérer un autre niveau de lecture. En donnant à voir ou en décrivant celle-ci, on révèle une idéologie. La légitimé de la ‘violence guerrière’ reflète celle de l’autorité qui la commande et la régule. Exalter les qualités des figures de cette violence ou condamner leurs démérites n’est jamais neutre et s’inscrit en parallèle avec les rapports de force qui en motivent le discours.

Sa dénonciation insiste généralement sur le caractère irréfléchi et déloyal du combat. Elle fait écho, pour ces critiques, à la déviance morale individuelle de son représentant. Au contraire, la valorisation de cette violence est légitimée par le caractère transcendant de la mission qui lui est assignée. Son acteur n’est que le médiateur d’une justice qui le dépasse, le bras armé du divin ou le garant de la paix et de la prospérité dont la guerre est la promesse. En ayant recours à ce ‘mal nécessaire’, on justifie les desseins qui sont profitables à une communauté, au-delà de l’individu.

Axe 2 : Quelles réalités ?

Les sources textuelles, les images et la littérature sont des reconstructions qui permettent d’éclairer sur la réalité de la pratique martiale. Toutefois, à ce titre, les vestiges archéologiques sont primordiaux en tant que témoins objectifs et matériels. Ils sont les traces d’une réalité complexe. Le statut du guerrier, par exemple, dépend pour une grande part de sa place dans la hiérarchie militaire. Il est perceptible dans la qualité de son armement et par sa situation lors du combat.

La valeur donnée, souvent a posteriori, à la ‘violence guerrière’ repose entièrement sur les causes, les conditions et les conséquences de son exercice. La longueur des hostilités et le nombre de vies sacrifiées, l’attaque de la population civile sont autant de propriétés d’une guerre néfaste. Souvent mises en exergue par les sources littéraires et iconographiques, ces données formelles ne sont vérifiables que par la recherche archéologique.

Axe 3 : Quelles définitions ?

Ce troisième axe est orienté vers une appréhension de la ‘violence guerrière’ au niveau spéculatif. Il s’agit de saisir comment penser la guerre comme concept. Ces études sont possibles par le biais des sources philosophiques notamment mais aussi des arts lorsque, par exemple, la guerre y est personnifiée.

Entre celle du dernier recours par une posture uniquement défensive telle qu’elle est prônée par Platon et celle de la démesure inévitable d’un gouvernement réaliste selon Machiavel, la définition intellectuelle du bon usage du fait guerrier reçoit une acceptation flexible et généreuse en réflexions. Ces dernières, nous l’espérerons, feront naître de nombreux échanges à propos de la ‘violence guerrière’ au cours de cette journée qui lui sera dédiée.


Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antique et médiévale peut faire une proposition de communication. Les contributions apportées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.

Les propositions de communication peuvent être rédigées en français et doivent être envoyées avant le jeudi 1er février 2018 (inclus), accompagnées d’un curriculum vitae, à l’adresse association.janua@gmail.com sous la forme d’un résumé d’environ 500 mots.

Elles seront soumises au conseil scientifique qui donnera une réponse autour du 1er mars 2018. La JJC aura lieu le 26 avril 2018 au CESCM de Poitiers.

L’hébergement et la restauration seront pris en charge par JANUA, ainsi qu’une partie des frais de transport (pour ces derniers, les intervenants seront remboursés sur justificatif et dans la limite de 80 euros par personne). N’hésitez pas à nous contacter à l’adresse email de l’association pour toute information complémentaire.

            Comité scientifique

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique, directrice de l’EA 3811 HeRMA)

Martin Aurell (Professeur d’Histoire médiévale, directeur de l’UMR 7302 CESCM)

Cécile Voyer (Professeure d’Histoire de l’art du Moyen Âge)

Claudio Galderisi (Professeur de Lettres médiévales)

Alexandre Vincent (Maître de conférences en Histoire romaine)

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)

Mathilde Carrive (Maître de conférences en Histoire de l’Art de l’Antiquité romaine)

 

Responsable :

Janua

 

       

 

Call for papers: International Congress on Medieval Studies – Kalamazoo, 2018

Church in the City. Ecclesiastical Power and Urban Government in Medieval Italy (10th-13th c.)

In Italian historiography, history of the Church and history of the Communes, and even urban history in a broader sense, have been completely partitioned for long. A s a consequence, the question of the relations between Church and urban secular institutions of government have little been studied. True, from the 1960’s on, scholars started to pay attention to some aspects of this question, starting with the specific problem of the relations between the bishop and the city, and more specifically between the bishop and the emerging Commune. The main purpose of the numerous studies produced on the subject, was to understand how bishops, who were at the head of urban government in the 10th century, could have bit by bit given way to communal authorities in the following centuries, and how they dealt with it.

 It is now a trite to say that in the central Middle Ages, civil and religious spheres were as closely intertwined and even inseparable as they were in the former period and that in terms of political organization of the city, this resulted in what Giovanni Tabacco has defined as the “institutional synthesis of the bishop and the city” – a reality that persisted in the early communal era. However, what was fundamentally at stake in this debate was the birth of the Communes and how bishops had acted as a driving force in the process or, on the contrary, resisted to it. So that the bishop was seen as a central but isolated figure, embodying all by himself the Church, whose other members and manifestations were not taken into account in the discussion.

In the 90’s, the question of the relationships between Church and City was approached from a different angle, that of the “civic religion”, or as André Vauchez defined it, how urban powers appropriated “ values of the religious life (…) for the purposes of legitimation, celebration and public well-being”. The main figure here was not the bishop but the patron saint(-s), and the Church it was about essentially the cathedral, whose bell-tower served as the fulcrum of urban identity. More recently, studies dedicated to the employment of secular clerics and monks in communal administrations has shown that the issue of the relationships between secular and religious institutions could be addressed in a renewed perspective and was still widely to investigate.

The session will thus examine the multiple and complex links between the Church and urban civil authorities, in order to determine how Church took part in the government of the city after the bishop had lost the better part of his prerogatives in that matter. More broadly, the aim would be to address the problem of the cooperation or rivalry between those two institutionnal entities. In this perspective, the Church will be apprehended as a whole, in its different manifestations : its staff (not only the bishop, but also his closest associates, the canons of the cathedral, and beyond, the other secular or regular clerics and monks present in the city), its institutions (not only the cathedral, but also the other urban churches and monasteries), its rights, properties and jurisdictions, etc. Several aspects and topics could be investigated : the transfer of “personnel”, normative models or administrative practices from one sphere to another ; jurisdictional issues (who judges what and where ?) ; rivalry or disputes relating to the control of certain areas or over certain institutions (hospitals for example), etc.

Le Goff depicted medieval Italy as an “exception” respected to the rest of Europe in the central Middle Ages. In full line with this reflection, one of the goals of the session would be to highlight some of the specificities of the history of the Peninsula between the 10th and the 13th century ; but also, in the meantime, to stress certain original developments in terms of political or institutionnal organisation, which tend to be hidden by the great traditionnal narrative of the history of the Communes.


This session of papers is co-organised by Arnaud Fossier, Associate Professor at the University of Bourgogne (France) and Émilie Kurdziel, Associate Professor at the University of Poitiers (France).

Please send proposals (title + 250 words outline of your paper + your current affiliation) by 15 September to:

Émilie Kurdziel

emilie.kurdziel@univ-poitiers.fr

 

Appel à communication : la formule au Moyen Âge

Date du colloque : 13-15 juin  2018

Lieu : CESCM, Poitiers

Deadline des propositions : 30 septembre 2017

Pour sa quatrième édition, le colloque bisannuel sur la formule (GRENDEL – IDEA) aura lieu les 13, 14 et 15 juin 2018, sous l’égide du CESCM, Université de Poitiers-CNRS. La manifestation se déroulera dans l’hôtel Berthelot, en centre-ville. Une demi-journée de découverte du patrimoine est proposée.

Argumentaire

Les modes de pensée et de représentation médiévaux sont profondément marqués par l’usage de reprises et de régularités attendus et reconnaissables, qui sont sources de tensions productives entre expression individuelle et normes collectives, changement et continuité, création et convention. De façon très générale, toute formule se caractérise par un figement ou une régularité plus ou moins marqué laissant la place, en creux, à l’innovation. La définition de la formule se décline différemment en fonction de la discipline considérée, et le colloque sera l’occasion d’en établir les diverses acceptions et de s’interroger sur leur compatibilité éventuelle, ainsi que d’analyser l’effet pragmatique engendré par les répétitions formulaires, entre autres pistes de réflexion possibles.

Axes thématiques :

Ce colloque, qui s’inscrit dans une logique internationale et interdisciplinaire, s’adresse aux médiévistes quels que soient leurs domaines de recherche:

  • littérature (poésie, théorie orale-formulaire, tournures consacrées, topoi…)
  • histoire de l’art (motifs, procédés de production, signatures artistiques…)
  • histoire (médecine, cuisine, magie…)
  • droit et diplomatique (études de serments, de testaments, de préambules de chartes…)
  • codicologie (codex, colophons…)
  • épigraphie (inscriptions funéraires, dédicatoires…)
  • linguistique (politesse et interactions ritualisées, histoire de la langue, études de corpus de textes techniques ou savants…)
  • musicologie (écriture et thèmes musicaux…)
  • pratique et vie religieuses (prédications, liturgie…)

Modalités de soumission

Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots maximum) sont à envoyer avant le 30 septembre 2017 à Elise Louviot (elise.louviot@univ-reims.fr) et Stephen Morrison (stephen.morrison@univ-poitiers.fr).

Langues acceptées : français, anglais, espagnol, allemand.

     

IMC 2018: Call for paper ‘Memory and Community’

IMC 2018: Call for paper ‘Memory and Community’

One of the way in which the medieval societies have been explored has been though the concept of community. Often very well-delineated such as monastic community, that of specific settlement, location, religious group, minority or one connected by other type of bonds. The ‘production’ of community, its evolution, inclusion and exclusion are important approaches to examine social dynamics.

In a series of interlinked sessions at the International Medieval Congress in Leeds between 2 and 5 July 2018, the CESCM Poitiers and IMS Leeds, who have just began formal cooperation, would like to explore some of the central problems of the intersection of the community and memory. In particular we welcome contributions focusing on 1000-1550 from any part of the broadly understood medieval Europe – focusing on any type of community within Christian, Jewish or Islamic context. Comparative perspectives are particularly encouraged as well as explicitly methodological reflections.

We want to invite participants from different stages of academic career (not restricted to the CESCM or IMS members). We particularly seek papers that explore one of the following issues:

  • Memorialization of communities in textual and visual forms.
  • Dynamics of memorialization.
  • Erasing, forgetting and excluding within the communal context
  • Community and contested memories

 

Please send us proposals (title + 250 words outline of your paper + your current affiliation) by 15 September to us e-mail:

Estelle INGRAND-VARENNE (Poitiers) estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

Martin AURELL (Poitiers) martin.aurell@univ-poitiers.fr

Emilia JAMROZIAK (Leeds) E.M.Jamroziak@leeds.ac.uk

Annonce en format PDF

 


     

 

Sessions CESCM-IMS à Kalamazoo en 2018 – Memory: Public Display and Material Evidences

Pour la deuxième année consécutive, le CESCM, en association avec l’IMS-Paris, organise des sessions au Congrès international des médiévistes de Kalamazoo qui se tiendra dans le Michigan (USA) du 10 au 13 mai 2018. Les sessions porteront sur les moyens de la mémoire au Moyen Âge, sur les manifestations publiques de la commémoration et sur les objets et monuments produits dans cette perspective.

Les propositions de communication (300 mots) peuvent être adressés à Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) avant le 10 septembre 2017, en français ou en anglais. On trouvera ci-dessous le texte de l’appel à communication et dans ce lien l’appel à communications général du prochain Congrès de Kalamazoo.

Memory – Public Display and Material Evidences I & II

The two sessions cosponsored by the IMS-Paris and the CESCM-Poitiers aim to explore how medieval men and women used material devices, artefacts, and inscriptions to stage the memory of people and facts in public spaces.

In the perspective of Oexle’s seminal work, participants are invited to elaborate on the meaning and shape of public monuments erected for individual or institutional commemorations, and on the effect of such devices in the collective construction of past. Commemorative inscriptions, statues, fountains, columns translate memory into material signs, footprints of the past in medieval landscapes. In the other hand, public ceremonies, processions and liturgical celebrations need provisional constructions and displays to perform the public and demonstrative side of memory. Thus, the sessions would like to explore how daily practices and permanent installations of commemoration give shape to medieval understanding of time and space.

In order to go beyond the state of art, and to nuance the boundaries between private and public spaces, religious and political ceremonies, individual and collective memory, these sessions aim to gather specialists from different disciplines: history, art history, epigraphy, literature, liturgy, musicology… At the crossroad of visual studies and social history, the sessions would like to echo the new research trends on the complex notion of “memory” by articulating within a single approach historical facts and the material way they have been understood and commemorated by medieval groups and individuals.

Participants are invited to submit papers on the following topics (non-exhaustive list):

  • Civic memory and public ceremonies,
  • Epigraphic programs for private and public commemorations,
  • Monuments and artefacts of memory,
  • Liturgical and para-liturgical aspects of commemorations,
  • Permanent vs. provisional in commemoration,
  • Feasts, celebrations, ceremonies in urban contexts,
  • Signs and devices for commemoration.

The International Medieval Society-Paris is a non-profit association that welcomes international scholars of the Middle Ages in France and promotes international exchange with French colleagues. It organizes an annual symposium in Paris at the end of June and several meetings with senior scholars and graduate students all along the academic year (http://www.ims-paris.org).

The Centre d’études supérieures de civilisation médiévale in Poitiers is one of the main research institution in Europe for teaching and research in the field of medieval studies. Founded at the end of the 1950’s, it gathers scholars in different disciplines (history, art history, literature, archeology, musicology) and hosts several publications, among which is the journal Cahiers de civilisation médiévale (http://cescm.labo.univ-poitiers.fr).

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).