Archives de catégorie : Appels à communication

Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janv. 2021)

Appel à communication : Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janv. 2021)

Université de Poitiers – CESCM – CNRS, en collaboration avec la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl

Comité d’organisation : Claudio Galderisi

Vladimir Agrigoroaei, Christelle Chaillou, Pierre-Marie Joris, Pierre Levron, Cinzia Pignatelli

Version imprimable  ICI


Présentation

La question du réel est tout entière celle des lettres médiévales : de leur réalité matérielle et intellectuelle, de leur horizon de production et de réception, de leurs auteurs affichés ou anonymes, de leur vocation. Mais qu’est-ce que le réel au Moyen Âge ?

Qu’il s’agisse de la matérialité de l’œuvre, de sa paternité, des commanditaires ou des destinataires qui en éclairent l’existence, des faits de langue qui la connotent, la localisent, la datent, l’inscrivent dans un continuum linguistique, des enjeux intellectuels, politiques ou religieux qui la subsument ou de la création poétique ou fictionnelle qui en fait une réalité littéraire à la fois subsidiaire et autonome par rapport à l’horizon temporel dans lequel le texte est écrit, la recherche est confrontée à l’éternel calibrage de la bonne distance critique. Si ce que l’on doit comprendre est déjà en partie compris dans le texte, il est alors indispensable pour l’herméneute de savoir reconnaître ce que l’intention des auteurs a voulu faire apparaître dans l’œuvre pour qu’elle soit ainsi comprise, de savoir identifier ce que s’y est glissé et qui constitue la partie résiduelle du cercle herméneutique que seuls le temps et la recherche peuvent espérer mettre au jour.

Le premier de ces deux réels, que Roland Barthes a baptisé « effet de réel », paraît signaler des processus esthétiques qui jouent sur les ressorts de l’illusion référentielle et de la suspension d’incrédulité. Le second, que Nancy Regalado a appelé avec une formule heureuse « effet du réel », semble désigner les traces plus ou moins conscientes des relations biunivoques que le texte entretient avec la réalité extratextuelle. Ainsi posés l’un en face de l’autre, ces deux réels semblent recouvrir la presque totalité des lettres médiévales. Rares sont en effet les œuvres où l’auteur n’a pas essayé d’entraîner le lecteur vers un monde en trompe l’œil ; encore plus rares sont les textes qui ne révèlent pas des signes, du moins à nos yeux, de la réalité historique, linguistique ou intellectuelle dont ils sont à la fois le reflet et le creuset.

Or la notion de réel n’est évidemment pas la même au Moyen Âge et aujourd’hui ; elle est aussi très différente pour un auditeur de la matière de Bretagne ou des chansons de geste au XIIe siècle ou pour un lecteur de Charles d’Orléans et de François Villon à la moitié du XVe siècle.

Les lettres médiévales posent à l’herméneute une multitude de questions qui gravitent autour de ces deux réels et de leurs seuils. Qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui ne l’est pas pour un lecteur médiéval qui croit davantage aux merveilles et aux miracles qu’à la réalité qui l’entoure ? En lisant le Roman d’Eneas, dont l’auteur ne revendique pas la source réelle, le lecteur médiéval reconnaît-il dans ce silence une volonté de dissimuler l’effet du réel, une sorte de refus de l’effet de réel ou un effet du réel poétique ? Et que pense ce même lecteur devant ce que nous appelons le topos du livre source qu’il rencontre dans un grand nombre de romans arthuriens ? Effet de réel ou effet du réel, ou les deux, selon que l’on se situe du côté de l’auteur ou d’un lecteur pas toujours suffisant ? Que perçoit au juste ce lecteur de l’effet du réel ? Les enjeux historiques, idéologiques, dynastiques qui traversent les lettres médiévales et qui expliquent en partie les choix des auteurs, sont-ils compris comme des effets du réel par des lecteurs qui seraient en dehors du cercle des commanditaires ou destinataires ? L’effet de réel du lecteur médiéval est-il le même que croit reconnaître aujourd’hui l’herméneute en quête d’illusion référentielle ? Et, a contrario, comment se façonne pour un auteur médiéval et pour son propre lecteur la perception du réel ? Robert de Clari décrivant Constantinople reflète-t-il ce qu’il voit ou témoigne-t-il de la diffusion de la matière d’Antiquité dans son milieu culturel ? Y a-t-il une langue pour les effets de réel et une langue propre à l’effet du réel ? Ces deux effets sont-ils l’un et l’autre associés spécifiquement à des motifs, à des genres, à des matières ? L’illusion référentielle opère-t-elle de la même manière dans un poème en vers ou dans un récit en prose ? La réalité psychologique et la réalité historique peuvent-elles modifier l’interaction entre ces deux réels jusqu’à parfois les confondre ? Enfin, comment la réalité plurielle du texte médiéval s’articule-t-elle avec ces deux expressions de la subjectivité littéraire ?

Il ne s’agit là que de quelques-unes parmi les interrogations que pose la question du réel, sous toutes ses formes, dans les textes médiévaux. Ces questions seront abordées lors des deux journées de communications et dans les conférences du samedi ouvertes au grand public : au réel de la ville. Le colloque sera structuré en quatre séances qui recouvrent les principales questions ici évoquées et qui correspondent à autant d’approches du sujet : épistémologique, historique et historiographique, linguistique, esthétique.

Les propositions de communication (titre et résumé), seront soumises au comité scientifique du colloque. Elles sont à adresser à colloqueCESCM2021@gmail.com, avant le 30 avril 2020.

Comité scientifique : Martin Aurell, Joëlle Ducos, Jean-Marie Fritz, Claudio Galderisi, Nancy Regalado, Jean-Claude Schmitt, Jean-René Valette, Jean-Jacques Vincensini, Fabio Zinelli, Michel Zink.

Appel à présentations FOCUS 2020/2021

Construits comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds documentaire de la Photothèque et le travail des chercheurs, et ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial.

Tout sujet ou support, travail en cours ou étude
accomplie peut être soumis sous réserve d’un lien
avec le fonds de la Photothèque et/ou la base Romane.
Axé sur l’échange scientifique et chaleureux,
ce rendez-vous ouvert à tous se déroule au Pôle
documentaire du CESCM de Poitiers, de 12h à 13h.

Les propositions de contributions, d’une dizaine de
lignes avec un ou des exemples précis, sont à retourner
avant le 15 juin 2020 (Focus 1er semestre) ou
le 15 septembre 2020 (Focus 2e semestre) par mail à : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr


[Appel à communication] Journées jeunes chercheurs Janua 2020

Appel à communication : espace(s) et pouvoir(s)

Les journées auront lieu les 9 et 10 avril 2020.

Ces journées d’études sont organisées par JANUA, l’association des étudiants de master et doctorants de l’Université de Poitiers qui regroupe les laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et CRIHAM (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie). L’objectif de ces deux journées d’études est de présenter les travaux de jeunes chercheurs sur le thème « espace(s) et pouvoir(s) » dans une perspective pluridisciplinaire et méthodologique laissant place au dialogue. Le choix de ce thème, large et riche en possibilités, permet un accès à toutes les disciplines et à toutes les périodes historiques, afin de favoriser l’ouverture d’esprit et l’apprentissage dans un moment d’émulation intellectuelle.

Photographie des vestiges du mur d’Adrien, à 1,6 km du fort romain de Houseteads, 27 octobre 2007.
Jean et Herman de Limbourg, Le Calendrier : Le mois d’avril, Les Très Riches Heures du duc de Berry, f.
4 verso, 1411-1416, Musé Condé, Chantilly.

Horace Vernet, Combat de l’Habrah, 1840, Musée de Versailles, Versailles .

Cabinet Robert de Cotte, Plan du château de Versailles, 1685, Bibliothèque nationale de France, Département Estampes et Photographies, Paris.

La notion d’« espace » est un concept que l’on rencontre constamment au gré de nos recherches : l’ « espace » peut être considéré comme un cadre territorial (un pays, une ville, un département, une région…), comme un lieu physique précis (un bâtiment, une salle…) ou encore comme un espace symbolique (réseaux iconographiques dans les églises, espaces liturgiques et cérémoniaux…). C’est une source de réflexion et de développements très divers car ce concept porte en lui un aspect multidimensionnel qui comprend aussi bien des notions géographiques, sociales et culturelles. L’« espace » peut être compris soit comme un territoire, c’est-à-dire un espace à l’empreinte humaine forte délimité par des frontières politiques (cité, seigneurie, commune, etc.), soit comme une étendue physique régie par des contraintes naturelles (chaînes de montagnes, interfaces maritimes, etc..). Cette zone peut alors être elle-même structurée par une société organisée en classes sociales qui se répartissent cet espace (enclaves de pauvreté, résidences élitaires). Cette notion ne peut être définie en dehors de son contexte politique car c’est ce dernier qui délimite ses frontières aussi bien géographiquement et physiquement que culturellement. Il est donc naturel d’en venir à la question suivante : dans quelle mesure cette notion « d’espace » est liée au thème du pouvoir ? Bien souvent, l’appropriation de l’espace est un enjeu pour le pouvoir. Ce fut le cas lors de l’acquisition de l’habitat aristocratique par l’administration de l’État durant le siècle des Lumières ou bien pour transformer les hôtels particuliers en bâtiments publics au XIXe siècle. Pour comprendre le lien entre l’expression des rapports de pouvoir et l’espace, il suffit de s’intéresser aux conquêtes, colonisations, migrations, mais également aux déplacements de frontières allant souvent de pair avec les échanges culturels. Par exemple, la façon dont certains camps romains ont été les structures de base d’un développement urbain (Cologne et Bonn en Germanie) montre l’importance que peut parfois prendre la relation entre le pouvoir en place et le ou les espace(s) structurant la géographie d’un lieu. Il ne s’agit pas alors seulement de frontières bien définies, de lignes fixes, mais d’un espace plus large au cœur duquel les échanges culturels sont fréquents et structurent un territoire. Ces périodes de mutations ont apporté avec elles la question de l’appropriation d’un lieu, d’un territoire étendu qui est le lieu de projection du pouvoir de celui ou ceux qui le contrôlent.

Ce thème d’« espace(s) et pouvoir(s) » s’articulera autour d’un cadre géographique (un pays, une région, une ville ou même un bâtiment), en changeant les rapports d’échelle, et en combinant sa réflexion avec les rapports que ces espaces ont pu avoir avec les pouvoirs politiques. Ce projet se réfèrera à des problématiques sur l’émergence de nouvelles conceptions du pouvoir ainsi qu’aux dynamiques sociales exprimées par l’espace. Il abordera également des thématiques moins étendues, comme le rôle défensif d’un territoire pour servir le pouvoir, d’un espace dans lequel le pouvoir s’exerce ou qui est la vitrine sociale de celui qui le possède, témoin de sa puissance (militaire, économique, influence sociale).

Dans ce cadre, les présentations pourront être organisées selon trois axes différents :

  • Le premier axe s’articulera autour des dynamiques de contrôle d’un espace par les pouvoirs politiques.  Il sera possible d’évoquer plusieurs questionnements sur le maintien du pouvoir lié à un espace, un processus d’attachement à un espace en lien avec l’autorité y exerçant un pouvoir, etc. Il s’agira ainsi de traiter l’administration du pouvoir dans un ensemble, comme par exemple le pouvoir royal, seigneurial ou politique dans un lieu.
  • Le deuxième axe sera réservé aux espaces dits « concrets », qui sont des espaces construits par l’homme, comme des bâtiments religieux, d’habitation, à but militaire ou politique, ou bien encore certaines parties de ces bâtiments, comme les salles réservées à l’exercice du pouvoir.
  • Le troisième axe abordera l’espace en tant que symbole culturel, et notamment son rôle dans la représentation et la théâtralisation des rapports politiques, religieux et sociaux. Touchant à tous les domaines d’études, ce thème offre de grandes possibilités de propositions de communication. Cette réflexion a pour but la transdisciplinarité, à travers l’analyse des sources étudiées par les jeunes chercheurs, qu’elles soient écrites ou matérielles.

Les propositions de communication (environ 500 mots) doivent être envoyées, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 15 février 2020. Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.

Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés au début du mois de mars. L’événement se déroulera sur deux journées. L’après-midi de la seconde journée sera consacrée à une visite du centre-ville de Poitiers pour les participants intéressés. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des frais de transport à hauteur de 50 euros par intervenant.

Voir le document en PDF

Exemples de références bibliographiques :

ANDRAULT-SCHMITT Claude (dir.), Le palais des comtes à Poitiers, Nicolas PROUTEAU, « Richard Cœur de Lion : entre mythes et réalités », Snoeck, 2016, p.82-87.

BECKER Jean-Jacques, Serge BERSTEIN, Sophie CHAUVEAU, Ouvriers, villes et société, Autour d’Yves Lequin et de l’histoire sociale, Paris, Nouveau monde éditions, 2005.

BOURILLON Florence, Les villes en France au XIXe siècle, Paris, Ophrys, 1992.

BREFE Fonseca, CLAUDIA Ana, GUALDÉ Krystel, « Pouvoirs : représenter le pouvoir en France du Moyen âge à nos jours » : exposition, Château des ducs de Bretagne-Musée  d’histoire de Nantes, du 4 octobre 2008 au 4 janvier 2009, Paris, Somogy éditions d’art, 2008.

BRUNET Roger, FERRAS Robert, THÉRY Hervé, Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, Édition Reclus – La Documentation Française, 2009 (3ème édition revue et augmentée) ; voir notamment les définitions d’ « espace » de la page 193 à la page 195, de « pouvoir » aux pages 398 et 399 et de « territoire » aux pages 480 et 481.

DESTEMBERG Antoine, LE GOFF Fabrice, Atlas de la France médiévale : hommes, pouvoirs et espaces, du Ve au XVe siècle, Paris, Éditions Autrement, 2017.

DORIGNY Marcel, LE GOFF Fabrice, Atlas des premières colonisations : XVedébut XIXe siècle, des conquistadores aux libérateurs, Paris, Autrement, 2013.

DUBASQUE François et KOCHER-MARBOEUF  Éric (dir), Terres d’élections,  Les dynamiques de l’ancrage politique, 1750-2009, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

DUSSERRE Aurélia, HOUTTE Arnaud-Dominique, BALAVOINE Guillaume, Atlas de la France au XXe siècle : 1914-2002, De la Grande Guerre à une nouvelle société, Paris, Éditions Autrement, 2018.

HUBERT Étienne, L’« Incastellamento » en Italie centrale : Pouvoirs, territoire et peuplement dans la vallée du Turano au Moyen Âge, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2002.

MALIGORNE Yvan, L’architecture romaine dans l’ouest de la Gaule, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

NEWTON William Ritchey, L’espace du roi : la cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, Fayard, 2000.

PHAN Bernard, Colonisations et décolonisations (XVIeXXe siècle), Paris, Presses Universitaires de France, 2017.

TRÉMENT Frédéric, « Élites et villae dans le territoire de la cité arverne », Actes du colloque, Les élites et leurs facettes, les élites locales dans le monde hellénistique et romain, (Clermont-Ferrand, 24-26 novembre 2000) p.661-676.


 Comité Scientifique

Stéphane BOISSELLIER, Professeur en Histoire médiévale au CESCM

François DUBASQUE, Maître de conférences en Histoire contemporaine au CRIHAM

Charles  GARCIA, Maître de conférences HDR en Histoire et Littérature médiévale espagnole au CESCM

Philippe MAINTEROT, Maître de conférences en Histoire de l’Art et Archéologie antique à HeRMA

Vincent MICHEL, Professeur en Histoire de l’Art et Archéologie antique à HeRMA

Marie-Luce PUJALTE-FRAYSSE, Maître de conférences en Histoire de l’Art moderne au CRIHAM

Fabrice VIGIER, Maître de conférences d’Histoire moderne au CRIHAM

Alexandre VINCENT, Maître de conférences en Histoire romaine à HeRMA

Comité d’organisation : Association Janua

Mélanie FERREIRA (CESCM, Diplômée du master II Mondes Médiévaux en archéologie du bâti)

Emilie MARGAIX (CESCM, Doctorante en Histoire médiévale)

Mehdi MONTET (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale)

Camille PACCOU (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale)


   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Appel à communications et à inscriptions – 13èmes Rencontres du GRIM (27 mai 2020)

Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO

Treizièmes Rencontres du GRIM
Mercredi 27 mai 2020- Paris, INHA, salle Vasari

Appel à communications et à inscriptions

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Âge, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art sise au CESCM de Poitiers, et porté par un nouveau comité scientifique : Isabelle Marchesin, conseillère scientifique du domaine histoire de l’art médiéval, INHA ; Charlotte Denoël, Conservateur en chef, service des manuscrits médiévaux, BnF ; Anne-Orange Poilpré, MCF, Université Paris 1/HiCSA ; Cécile Voyer, Pr, Université de Poitiers/CESCM).

Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris), qui sont ouvertes à tous, tout en donnant une place notable aux doctorants et aux jeunes chercheurs (dès le Master 2).

Comme pour les précédentes journées du GRIM, les communications dureront 20 mn. Elles seront dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie, et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

La journée d’étude du mercredi 27 mai 2020, qui aura lieu à l’INHA (salle Vasari), s’intitule : Les états du corps en images.

Depuis les deux dernières décennies, les historiographies médiévistes anglo-américaine et  européenne se sont emparées de la question de la matérialité et de la perception sensible des œuvres.

Au-delà de la matérialité et de la sensorialité, une question mérite d’être explorée, dont l’horizon d’anthropologie religieuse est fondamental pour la compréhension des images et des comportements : celui des états du corps, rendus visibles par des ornements, des traits anatomiques des mouvements spécifiques, et par des situations singulières dans les lieux et les espaces des images. Or, figurer le corps suppose un recours à une grande variété d’approches et de moyens plastiques : dissimulé par son vêtement ou révélé par la nudité, montré entièrement ou partiellement, marqué ou non par des caractères sexués, exalté dans sa chair et son volume par un rendu tridimensionnel, ou sublimé par l’abstraction. Bien qu’ayant renoncé un temps à la représentation en ronde-bosse, l’art médiéval repense la représentation du corps, autorisant une forme de séduction physique à travers la figuration, notamment à partir de la fin du XIIe siècle.  

Le corps est omniprésent dans les images médiévales car son intérêt est sans cesse renouvelé par l’éventail de possibles presque infini qu’il offre. Il est en effet considéré comme un instrument dont le chrétien dispose. Autrement dit, il est neutre et peut conduire au meilleur comme au pire, siège des faiblesses humaines, mais aussi voie du Salut. Le refus du dualisme entre corps et âme – contre toute la tradition antique – s’explique par la revalorisation de la chair liée à l’incarnation du Christ (« la chair est le gond du Salut » explique Tertullien). Toutes ces manières de concevoir le corps en image renvoient bien sûr à sa valeur anthropologique, mais aussi à une capacité à traduire, par le travail plastique et visuel, différents niveaux de conscience, de connaissance ou d’ignorance. Au-delà de sa présence, on s’interrogera sur ce que le figuré exprime de l’état du corps tour à tour pécheur, souffrant, contraint, martyrisé, transcendé par l’esprit, ressuscité, glorieux, divin, objet d’adoration dont la substance se manifeste dans les espèces eucharistiques.

Ces corps en images sont à considérer en fonction de l’environnement iconique qu’ils peuplent, mais aussi en tenant compte du contexte, notamment celle de la mise en visibilité des images. En outre, cette journée permettra d’aborder les questions de simulacre, de séduction, d’imaginatio, propres aux images mais aussi de mesurer l’apport des études comportementales à notre discipline. À partir d’études de cas, il s’agira donc de considérer la rencontre entre la représentation et son support, et de rendre compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

Les propositions de communications se feront par retour du formulaire ci-joint en courrier attaché avant le vendredi 24 janvier 2020, à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.com
Formulaire inscription ICI

 

L’accès aux Rencontres du GRIM est ouvert à tous, et les étudiants de licence et de Master sont cordialement invités à venir écouter les conférenciers. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, les intervenants et les auditeurs s’adresseront aux centres de recherche dont ils dépendent pour une éventuelle prise en charge des frais.

Le programme définitif sera établi et diffusé début mai, envoyé par e-mail à toutes les personnes inscrites, et également disponible sur le site du CESCM : https://cescm.labo.univ-poitiers.fr/la-formation/grim-imago/

Les Responsables du GRIM


NB : Indépendamment de la journée d’étude du 27 mai, les chercheurs en iconographie médiévale occidentale, byzantine ou islamique, peuvent, s’ils le souhaitent, inscrire leur sujet d’étude et leurs publications dans le Répertoire du GRIM, par l’entremise d’un autre formulaire ci-joint, à remplir ou à mettre à jour pour les personnes déjà inscrites.

Voir le formulaire ICI

Appel à communications : 5e Journées doctorales internationales de Transitions

English version bellow

Voir version PDF

 

 Marges (XIe-XVIIe siècles) : 5e Journées doctorales internationales de Transitions

(Université de Liège, Belgique)

 

L’Unité de recherches (UR) Transitions. Moyen Âge et première Modernité de l’Université de Liège s’associe au CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale) de l’Université de Poitiers et au CML (Centre for Medieval Literature) des universités de York et du Danemark du Sud (Odense) à l’occasion de rencontres doctorales en trois volets (2020-2021).

Mises en œuvre par les doctorant·e·s de ces trois institutions, ces journées ont pour but de favoriser l’échange et les débats entre doctorant·e·s, jeunes chercheur·se·s et collègues expérimenté·e·s dans les domaines de l’histoire, de la philologie, de la linguistique, de l’histoire de l’art, de la littérature ou encore la musicologie.

Le premier volet de ces rencontres sera organisé à Liège les 5 et 6 février 2020, autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles) », les bornes chronologiques de cet appel s’inscrivant dans celles explorées par Transitions.

Argumentaire

De l’histoire à la linguistique, en passant par l’histoire de l’art, la philologie et la musicologie, la notion de marge est omniprésente, et la tendance actuelle de la recherche dans ces disciplines est à la reconsidération de sa définition. Le concept de marge, qu’il soit envisagé dans son acception première ou figurée, suscite aujourd’hui encore la réflexion des chercheur·se·s, lesquel·le·s interrogent les potentialités multiples qu’il offre en vue de renouveler l’approche de leur objet d’étude.

L’idée traditionnelle de « frontière » et le couple notionnel « centre/périphérie » soulèvent d’importantes interrogations : quelles relations le centre entretient-il avec « sa » périphérie ? Quelles en sont les dynamiques, en matière de pouvoir et de domination (politiques, religieux, culturels, artistiques ou linguistiques) ? Quelle valeur convient-il encore d’accorder au concept de Kunstgeographie ? La frontière géographique tend aussi à déterminer certains domaines d’étude : comment la langue et la littérature évoluent-elles en territoire limitrophe ? Comment ces marges sont-elles représentées dans l’art et dans les lettres ? Quelles sont les limites des mondes fictionnels ? Comment peuvent-elles être dépassées, pour peu qu’elles doivent l’être ?

La marge peut aussi être explorée en rapport avec une norme. Elle devient alors un espace de contrainte ou de liberté dont l’artiste et l’homme de lettres s’emparent pour créer des œuvres alliant tradition et innovation. Comment auteurs, peintres, sculpteurs et architectes détournent-ils les codes et modèles afin de développer des formules inédites ? Comment les grammairiens établissent-ils les normes d’une langue, quelles en sont les conséquences sur les pratiques, littéraires mais aussi sociales (sociolectes), de cette langue ? Quelles résistances ces normes suscitent-elles ?

La marge peut aussi être interrogée dans sa matérialité, en tant que séparateur spatial, entre monde réel et espace fictif. Grotesques, architecture en trompe l’œil, tapisseries feintes – l’artiste transgresse avec ingéniosité la limite imposée par le cadre. C’est également dans l’espace paratextuel que le copiste ou l’imprimeur interagit avec les autres intervenants du processus de création et de réception du livre (corrections, gloses, instructions à destination de l’enlumineur, du graveur ou du lecteur ; colophons, lettres au lecteur) ; que le possesseur peut se faire connaître (marques d’appartenance, commentaires) ; que remanieurs et maîtres d’atelier, enfin, créent un véritable apparat destiné à faciliter l’interaction entre texte et lecteur (rubriques, tables des matières, titres courants).

À partir des objets et des disciplines qui leurs sont propres, les participant·e·s sont invité·e·s à proposer une réflexion sur la notion de marge et sur les notions sœurs que sont celles de limites, de confins ou de frontières, de même que sur la place que celles-ci occupent au sein de leurs recherches.

Les communications, d’une durée de vingt minutes, pourront être présentées en français, en anglais, en allemand, en espagnol ou en italien. Au terme de chaque session sera engagée, avec le public présent, une discussion que le comité organisateur souhaite résolument transdisciplinaire.

Modalités pratiques

Les propositions des doctorant·e·s, belges ou étranger·ère·s, sont attendues pour le 31 août 2019, sous forme d’un dossier pdf à adresser par courriel à l’UR Transitions (transitions.jd2020@gmail.com), en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom) du/de la doctorant·e et celles du/de la (des) directeur·rice(s) de recherche, le titre de la thèse et l’année d’inscription en thèse, l’intitulé de la communication, et un résumé d’une quinzaine de lignes de la communication proposée, rédigé en français, en anglais, en allemand, en espagnol ou en italien. Les doctorant·e·s seront informé·e·s des résultats de la sélection le 15 septembre 2019.

À l’issue des deux journées, une attestation de participation sera délivrée sur demande.

L’UR Transitions est heureuse d’annoncer que les déjeuners et les pauses café des deux journées seront offerts. Les frais relatifs au transport et au logement seront en revanche à charge des participant·e·s.

Comité organisateur : Giulia Barison, Alexandre Goderniaux, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Comité scientifique : Renaud Adam, Giulia Barison, Émilie Corswarem, Laure Fagnart, Alexandre Goderniaux, Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Quelques mots à propos de Transitions

Du Moyen Âge aux bouleversements engendrés par la science galiléenne, l’Europe vit d’incessants questionnements qui remettent en cause ses équilibres politiques et leurs légitimations, qui ébranlent les fondements de l’unité confessionnelle et déplacent les limites du savoir et de la création. En tentant de transcender les clivages hérités d’une longue tradition historiographique, l’UR Transitions de l’Université de Liège (http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/fr/) se penche sur ces mutations continuelles en Occident et dans le bassin méditerranéen. Ouverte aux médiévistes et aux modernistes, elle encourage la confrontation des pratiques de recherche, les collaborations inédites et le partage des résultats dans une perspective interdisciplinaire. Par ailleurs, elle tente de mettre en lumière les multiples facteurs qui ont concouru à la construction des cadres sociaux et culturels dans lesquels nous nous définissons encore aujourd’hui.

       


Margins (XIth-XVIIth Century)

5th International Postgraduate Symposium

Transitions (University of Liege, Belgium)

Call for papers

The Research Unit Transitions (Research Department on the Middle Ages and the Early Modern Period, University of Liège), in collaboration with the CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, University of Poitiers) and the Center for Medieval Literature (University of York and University of Southern Denmark, Odense) is pleased to open the call for its biennial postgraduate symposium, divided in three sessions.

These meetings are organized by PhD candidates and constitute a platform for exchange between junior researchers and senior colleagues of different fields, such as History, Philology, Linguistics, Art History, Literature, Codicology, Paleography, or Book History.

The first session will be held in Liège, Belgium, on February 5th-6th  2020 and will be dedicated to the notion of margins (XIth-XVIIth centuries).

Themes

From History to Philology, to Art History, to Codicology, and Linguistics, the notion of margin is omnipresent. This meaningful concept, both in its literal and figurative acceptions, has remained at the heart of critical thought for a long time, as scholars have sought to reflect on its particular potentialities whilst attempting to renew approaches to their own subjects of study.

The traditional idea of “border” and the fertile notional duo “centre/periphery” still raise central questions: what are the relations between the so-called centre and “its” periphery? What are the dynamics in terms of power and supremacy (in the political, religious, cultural, artistic or linguistic domains)? Is the concept of Kunstgeographie still relevant today? Moreover, we know that the geographic border tends to determine some fields of study. But how do language and literature evolve in bordering territories? How do art and literature play with these borders? What are the limits of fictional spaces and fictional worlds? How can one work beyond these limits, and do they need to be overcome?

The margin can also be interpreted in relation to a norm. It might then become a space of either constraint or freedom to be used by artists and authors in the creation of works that synthesize both tradition and innovation. How do authors, painters, sculptors, and architects engage with codes and norms to conceive novelty? Can we identify any resistances or opposition to these rules? In which ways do grammarians establish the norms of a language? What is the impact of their prescriptions on writing practices and language productions, above all on literature and on specific strata of society (e.g. the concept of sociolect)? Do rules lead to resistance or opposition to the rule, and how can the latter be described?

Margins can be also be studied for their materiality, e.g. when separating real and fictional worlds. Marginalia, grotesques, trompe l’œil – the artist cleverly transgresses the structural limits imposed by the frame.  In the paratext, the copyist or the printer interacts with other contributors to the making or the reception of a book (corrections, glosses, instructions for the illuminator, engraver or reader). This space is also where the owner makes himself known (ex libris, comments), and where redactors and planners of manuscripts create a setup to facilitate the interaction between text and reader (titles, summaries).

Participants, starting from their specific subjects and disciplines, are invited to reflect on the notion of margin, on the similar notions of limit and border, and on the place they hold in their own research.

Presentations (c. 20 min.) can be given in either English, French, German, Spanish or Italian. At the end of each presentation, there will be time for questions and comments; the organizers strongly encourage all participants to engage in transdisciplinary discussions.

Practical Informations

Proposal must be submitted by August 31th 2019 at the latest, in pdf format, and sent by e-mail to RU Transitions (transitions.jd2020@gmail.com). The proposal will include the name and surname of the PhD candidate and those of their advisor(s), as well as the title of the thesis, the starting year of their PhD, the title of the lecture and a fifteen-line abstract, written in French, English, German, Spanish or Italian.

Applicants will be contacted by September 15th 2019, after the committee completes the selection process. At the end of the symposium, a certificate of participation will be released on request.

RU Transitions is delighted to offer lunches and coffee breaks to the participants. Travel and accomodation costs, however, will be at the expense of participants or of their research centres.

Organising committee: Giulia Barison, Alexandre Goderniaux, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Scientific committee: Renaud Adam, Émilie Corswarem, Giulia Barison, Laure Fagnart, Alexandre Goderniaux, Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

About Transitions

From the Middle Ages until the upheavals brought about by Galilean science, Europe underwent a period of unceasing questioning which challenged the political stability and its legitimacy, shook the foundations of confessional unity, and expanded the limits of knowledge and creation. In an attempt to transcend the inherited divisions of a long historiographical tradition, the Research Unit Transitions at the University of Liege (http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/fr/) explores these constant transformations in the Western and in the Mediterranean Basin. Open to Medievalists and Modernists, it promotes confrontation between research practices, original collaborations, and the sharing of results in an interdisciplinary fashion. Furthermore, it attempts to elucidate several factors which have contributed to the construction of the social and cultural frameworks by which we define ourselves even today.