Archives de catégorie : Appels à communication

Appel à communications : Journée d’études : Carnets de recherche en Histoire de l’art et Archéologie

Journée d’études organisée par le département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers, sous la coordination de Marcello Angheben (CESCM) et Véronique Meyer (Criham), avec la participation de l’Institut Catholique de Paris.

• Appel à communications jusqu’au : 4 octobre 2021

• Date et lieu de la journée d’études : Jeudi 14 octobre 2021 – Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche en Histoire de l’art et Archéologie, par les étudiants de master de l’Université de Poitiers : master Histoire, Civilisations et Patrimoine et master Mondes médiévaux, avec la participation de l’Institut Catholique de Paris.
Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 présentent les résultats de leur mémoire de recherche.

Informations complémentaires

Propositions de communications

Les propositions de communication sont à adresser par mail avant le 4 octobre 2021.
Elles devront faire figurer un résumé (200 à 300 mots), accompagné d’une courte biographie (comprenant vos nom, prénom, adresse email, laboratoire).

Contacts

Marcello Angheben et Véronique Meyer
✉  marcello.angheben@univ-poitiers.fr, veronique.meyer@univ-poitiers.fr

À consulter

Appel à communication : Politique et poétique du gueux (13-14 oct. 2022)

A Notable Discovery of Cozenage, 1591, Robert Greene

Politique et poétique du gueux : rogues et pícaros dans l’Espagne et l’Angleterre médiévales et renaissantes (13-14 oct. 2022)

Más abajo la versión en español 
Please scroll down for English

 

FRANÇAIS/FRANCÉS/FRENCH


Porteurs de projet :
Pierre DARNIS (Université de Bordeaux 3, AMERIBER – EA 3656)
Pascale DROUET (Université de Poitiers, CESCM – UMR 7302)

Date et lieu : 13-14 octobre 2022
Université de Poitiers, CESCM–UMR 7302 (Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers)

Argumentaire :


Au sein de la littérature occidentale, on a rapidement perçu dans la picaresque une « tradition historiquement et géographiquement délimitée »1 propre à l’Espagne du « Siècle d’or », un genre à part quasiment sans précédent. À cette idée reçue, de récentes études viennent rappeler l’importance des origines apuléiennes et lucianesques de cette formule narrative « neuve ». Le gueux à l’esprit madré semble bien ainsi le fils prodigue des Anciens. Ne faudrait-il pas, dès lors, prolonger la réflexion et reconsidérer à tout le moins le cliché scientifique qui voit dans ce personnage le parfait exemple (dissident) du héros de la Renaissance ? Le Moyen Âge n’a-t-il pas participé lui aussi à l’engendrement de l’aigrefin ?

Du reste, sur la péninsule Ibérique, qui vit naître Lazarillo sur les rives du Tormès, il ne serait pas surprenant de voir affleurer quelques racines qui durent marquer de leur empreinte les vicissitudes de cet anti-héros propre à la première modernité. Que penser, en effet, de l’influent personnage de l’insubordonné qui, se
positionnant contre le monarque ou contre ses différents bras institutionnels, a trouvé de nombreux échos ? Le Cid Campeador, dont s’inspira Corneille en France, est certainement l’une des figures les plus marquantes du Moyen Âge sud-européen, dans la
continuité d’Achille contre Agamemnon et, plus proche de lui, de Renaud de Montauban contre Charlemagne.

En Angleterre, le débat scientifique invite à questionner la pluralité des métamorphoses picaresques. À la charnière du XVIe et du XVIIe siècle, les « connycatching pamphlets » de Robert Greene, ces opuscules qui détaillent par le menu les agissements frauduleux d’habiles plume-pigeons, rencontrent un franc succès. Thomas Nashe publie The Unfortunate Traveller, considéré comme roman picaresque. Avec les personnages de Falstaff dans King Henry IV et d’Autolycus dans The Winter’s Tale, Shakespeare met en scène des roublards somme toute sympathiques et dont la notion très relative de l’honneur n’est pas sans rappeler l’ethos paradoxal du pícaro,
« incarnation exemplaire de l’antihonneur »2 . Beaucoup de ces figures de fictions sont héritières de la mètis grecque, des ruses du baron de Maupertuis, traduites par William Caxton sous le titre The History of Reynard the Fox (1481), tout autant que des premiers récits picaresques espagnols. On pourra donc se demander comment la source espagnole « se greffe en Angleterre sur la tradition nationale (celle des livres de gueuserie et du Jack Wilton de Thomas Nashe), qu’il infléchit dans le sens d’un anathème contre le vice »3.

Les personnages marginaux appelés respectivement rogues et pícaros ont déjà fait, séparément, l’objet d’études variées4. La perspective ici envisagée propose de les mettre en regard et de les faire dialoguer, afin de s’interroger sur la création, la circulation et l’évolution des modèles littéraires d’une époque à l’autre (Moyen Âge et Renaissance) et d’un pays à l’autre (Espagne et Angleterre). Dans ce cadre, on invitera les chercheurs à considérer ce que ces représentations fictionnelles nous disent de la société dans laquelle ils agissent : les choix sociopolitiques qui s’expriment d’une part,
des attentes et les réponses éventuelles des lecteurs et des spectateurs de l’autre. On pourra se demander alors de quelle manière les gueux s’inscrivent dans la société ou s’en démarquent, quelle voie, peut-être, suggère leur auteur, dans un contexte où le
conformisme et l’utopisme s’entrecroisent fréquemment.

N’est-ce pas, d’ailleurs, une nouvelle taxinomie qui émerge alors ? À quel moment ces termes spécifiques apparaissent-ils et pourquoi précisément à ce moment là ? Selon l’Oxford English Dictionary, la première occurrence rogue daterait de 1489, avec pour sens de « idle vagrant, vagabond », alors que l’acception varie en 1568 où il se
met à désigner « a dishonest, unprincipled person ; a rascal, a scoundrel »5 ; la langue anglaise s’approprierait le terme de pícaro en 1622, comme synonyme de « rogue, scoundrel »6. Or, ces deux termes, qui ne sont pas exactement synonymes, ne recouvrent-pas une réalité semblable. Des emprunts existent-ils d’un pays à l’autre qui conservent la spécificité de chaque terme ? À quel moment les divers ouvrages (opuscules populaires, ballades en prose, récits, pièces de théâtre) qui les représentent sont-ils traduits de l’anglais à l’espagnol ou de l’espagnol à l’anglais ? Dans quelle optique ? Pourquoi, par exemple, environ vingt-quatre années s’écoulent entre la parution du Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán et sa traduction par James Mabbe ? Comment la représentation de l’anti-honneur évolue-t-elle ? Pourquoi Richard Head reprend-il la veine picaresque à l’époque de la Restauration avec The English Rogue ? Ce sont là quelques questions, parmi d’autres, auxquelles ce colloque espère pouvoir répondre.


Comité scientifique :

William C. CARROLL (Boston University, USA)
Michel CAVILLAC (University of Bordeaux Montaigne)
Pierre DARNIS (University of Bordeaux Montaigne)
Pascale DROUET (University of Poitiers)
Gordon MCMULLAN (King’s College London, England)
Valentín NUÑEZ RIVERA (Université de Huelva, Espagne)
Fabrice QUERO (University of Paul-Valéry Montpellier 3)

+ une bio-biblio rédigée de 200 mots maximum + merci de préciser si vous êtes intéressé par une publication ultérieure) avant fin août à pierre.darnis@u-bordeaux-montaigne.fr et pascale.drouet@univ-poitiers.fr

Les communications pourront se faire en 3 langues : français, anglais, espagnol


Política y poética picarescas: rogues y pícaros en la España y la Inglaterra medievales y renacentistas (13-14 de oct. de 2022)

Convocatoria:

Dentro de la literatura occidental, la crítica vio muy pronto en la picaresca una “tradición histórica y geográficamente acotada”7, propia de la España del Siglo de Oro,  un género aparte casi sin precedentes. A este respecto, estudios recientes comienzan a poner de relieve la importancia de los orígenes apuleyano y lucianesco de esta “nueva” fórmula narrativa. Con su espíritu ladino, el pícaro se presenta como el hijo pródigo de los Antiguos. ¿No convendría, por lo tanto, seguir rastreando sus huellas y cuestionar el clisé científico que ve en este personaje un acabado ejemplo del antihéroe renacentista? ¿No participó también la Edad Media en la gestación del futuro “mozo de muchos amos”?

Sea como fuere, no sería de extrañar que la particular y moderna configuración de este antihéroe encontrara en la península ibérica algunas raíces viejas capaces aún de dar nuevos frutos. ¿No podemos pensar, por ejemplo, que el influyente personaje del rebelde, por su oposición al monarca o a sus distintos brazos institucionales, desencadenará profundas repercusiones intertextuales? La figura de El Cid campeador, que Pierre Corneille retomó en Francia, fue sin duda una de las más importantes del Medievo meridional, en la línea del Aquiles contra Agamenón y del Reinaldos de Montalván contra Carlomagno.

En Inglaterra, el debate científico invita a cuestionar la pluralidad de las metamorfosis picarescas. En el umbral del siglo XVII, los “cony-catching pamphlets” de Robert Green, aquellos opúsculos que cuentan con todo lujo de detalles las ingeniosas trampas de agudos estafadores, empiezan a triunfar. Thomas Nashe publica The Unfortunate Traveller, que entronca con el género picaresco. Con los personajes de Falstaff en King Henry IV y de Autolycus en The Winter’s Tale, Shakespeare pone en escena unos trúhanes bastante simpáticos, cuyo singular concepto del honor recuerda el ethos paradójico del pícaro, “ejemplar encarnación del antihonor”8. No pocos protagonistas de estas ficciones son los herederos de la mètis griega, de las astucias del barón de Maupertuis, que William Caxton tradujo al inglés con el título The History of Reynard the Fox (1481), y de los primeros relatos picarescos españoles. Habría que preguntarse entonces cómo el subtexto español “casa en Inglaterra con la tradición nacional (la de los libros de vagabundos y del Jack Wilton de Thomas Nashe), y lo reviste con un acusado matiz de condena del vicio”9. Los personajes marginales, llamados respectivamente rogues y pícaros, han sido objeto ya de varios estudios independientes10. La perspectiva que propone este encuentro busca, pues, cotejarlos y relacionarlos entre sí para que la crítica se interrogue sobre la creación, la circulación y la evaluación de los modelos literarios desde una época hacia otra (Edad Media/Edad Primomoderna) y de un país a otro (España/Inglaterra). En este marco, el CESCM invita a los investigadores a que examinen lo que estas representaciones ficcionales revelan sobre la realidad sociopolítica en que se enmarcan, así como las expectativas y eventuales respuestas de lectura que inducen. Asimismo, cabría preguntarse de qué manera los pícaros se inscriben dentro de la sociedad, o se desmarcan de la misma, en un contexto en que el conformismo y el utopismo se entrecruzan a menudo.

Una nueva taxonomía parece también tomar forma. ¿En qué momento, por consiguiente, se irá perfilando un léxico específico y por qué precisamente en aquellos años? Según el Oxford English Dictionary, la primera ocurrencia del rogue dataría de 1489 con el sentido de “idle vagrant, vagabond”, mientras que el significado del vocablo cambiaría en 1568, cuando empezó a designar a un “dishonest, unprincipled person; a rascal, a scoundrel”11; la lengua inglesa se apropiaría el término pícaro en 1622, como sinónimo de “rogué, scoundrel”12. Ahora bien, estos dos términos no son rigurosamente sinónimos. ¿Existen, pues, de una lengua a otra préstamos que conservan las especificidades de cada término original? ¿En qué momento las distintas obras (opúsculos populares, baladas en prosa, relatos, comedias) que los acogen se traducen del inglés al castellano y del castellano al inglés? ¿Con qué finalidad? ¿Por qué, por ejemplo, entre la publicación del Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán y la de su traducción por James Mabble transcurren nada menos que veinticuatro años? ¿Qué evolución se puede percibir en la representación del antihonor? ¿Por qué retomará Richard Head la vena picaresca durante la época de la Restauración con The English Rogue? Estos son sólo algunos de los interrogantes a los cuales el coloquio que presentamos tratará de dar respuesta.

Lugar:

Université de Poitiers, CESCM – UMR 7302 (Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers)

Comité organizador:

Pierre Darnis (Université de Bordeaux 3, AMERIBER – EA 3656) Pascale Drouet (Université de Poitiers, CESCM – UMR 7302)

Comité científico:

William C. CARROLL (Boston University, USA)
Michel CAVILLAC (University of Bordeaux Montaigne)
Pierre DARNIS (University of Bordeaux Montaigne)
Pascale DROUET (University of Poitiers)
Gordon MCMULLAN (King’s College London, England)
Valentín NUÑEZ RIVERA (Université de Huelva, Espagne)
Fabrice QUERO (University of Paul-Valéry Montpellier 3)

Las propuestas, que se pueden enviar hasta el 31 de agosto de 2021 en formato PDF, deben incluir

  • un título,
  • un resumen de 300 palabras como máximo con el eje temático al que se adscribe
  • una bibliografía indicativa (hasta 200 palabras).

Email de contacto:

pascale.drouet@univ-poitiers.fr

pierre.darnis@u-bordeaux-montaigne.com


ANGLAIS/INGLÉS/ENGLISH

Política y poética picarescas: rogues y pícaros en la España y la Inglaterra medievales y renacentistas (13-14 de octubre de 2022)

Rogues and Pícaros in Medieval and Early Modern Spain and England: Politics and Poetics International Conference in Poitiers (France)

Conference Organizers:

Pierre DARNIS (University of Bordeaux 3, AMERIBER – EA 3656) Pascale DROUET (University of Poitiers, CESCM – UMR 7302)

Venue:

13-14 October 2022

University of Poitiers, CESCM – UMR 7302 (Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers, France – https://cescm.labo.univ- poitiers.fr)

Argument:

Within Western literature, the picaresque was quickly perceived as a “historically and geographically delimited tradition”13 specific to Spain during the Golden Age, a genre apart from the rest, almost without precedent. Going against this common misconception, recent studies have reminded us of the importance of the Apuleian and Lucian origins of this ‘new’ narrative formula. The wily beggar thus seems the prodigal son of the Ancients. Shouldn’t we therefore extend the reflection and, at the very least, reconsider the scientific cliché that sees in this character the perfect (dissident) example of the Renaissance hero? Didn’t the Middle Ages also contribute to the creation of the cunning rogue?

Moreover, on the Iberian peninsula, where Lazarillo was born on the banks of the Tormès River, it would not be surprising to find some precursors of this early modern antihero. What about the influential character of the insubordinate, who, whether  against the monarch or his various institutional arms, found an interesting echo? The

Cid Campeador, on whom Corneille drew inspiration in France, is certainly one of the most striking figures of the South European Middle Ages, in the continuity of Achilles against Agamemnon and, closer to him, of Renaud de Montauban against Charlemagne.

In England, the academic debate invites us to question the plurality of picaresque metamorphoses. At the turn of the sixteenth and seventeenth centuries, Robert Greene’s conny-catching pamphlets, which detailed the fraudulent activities of cozeners, were a great success. Thomas Nashe’s The Unfortunate Traveller was considered as a picaresque novel. With the characters of Falstaff in King Henry IV and Autolycus in The Winter’s  Tale, Shakespeare portrayed a number of endearing rogues whose notion of honour was reminiscent of the paradoxical ethos of the pícaro, “the exemplary embodiment of anti- honour”14. Many of these fictional figures are heirs to the Greek mètis, to the ruses of the Baron de Maupertuis, translated by William Caxton in 1481 as The History of Reynard the Fox, and to early Spanish picaresque novels. The question is how the picaresque novel “grafted itself in England on the national tradition (that of the beggar books and Thomas Nashe’s Jack Wilton), which it inflected in the direction of anathema against vice”15.

The marginal characters known respectively as rogues and pícaros have already been the subjects of various academic studies, yet separately16. The perspective envisaged here proposes to compare them and place them in dialogue, in order to question the creation, circulation and evolution of literary models from one period to another (Middle Ages and Renaissance) and from one country to another (Spain and England). One may thus wonder what these fictional representations tell us about the society in which they acted, about its socio-political choices on the one hand, and about the expectations and answers of readers and spectators on the other. One may wonder whether (and/or how) rogues find their places in society or how they stand out from it, and where the author stand especially in a socio-political context in which conformism and utopianism often intersect.

When do these specific terms, ‘rogues’ and ‘pícaros’, appear and why precisely at this point? According to the Oxford English Dictionary, the first occurrence of ‘rogue’ dates back to 1489, meaning “idle vagrant, vagabond”, but the meaning changes in 1568, when it begins to designate “a dishonest, unprincipled person; a rascal, a scoundrel”17; the English language appropriated the term ‘pícaro’ in 1622, as a synonym of ‘rogue, scoundrel”18. However, these two terms, which are not exactly synonymous, do not cover a similar reality. Do borrowings exist from one country to another, thus  preserving the specificity of each term? When were the various works (popular pamphlets, prose ballads, stories, plays) that represent them translated from English to Spanish or from Spanish to English? What did these translations target? For example, why is there a gap of about twenty-four years between the publication of Mateo Alemán’s Guzmán de Alfarache and its translation by James Mabbe? How did the representation of the notion of anti-honour evolve? Why did Richard Head take up the picaresque vein at the time of the Restoration with The English Rogue and not earlier? These are some of the questions this conference aims at answering.

Scientific Committee:

William C. CARROLL (Boston University, USA)
Michel CAVILLAC (University of Bordeaux Montaigne)
Pierre DARNIS (University of Bordeaux Montaigne)
Pascale DROUET (University of Poitiers)
Gordon MCMULLAN (King’s College London, England)
Valentín NUÑEZ RIVERA (Université de Huelva, Espagne)
Fabrice QUERO (University of Paul-Valéry Montpellier 3)

Proposals (300 words maximum for the abstract + a written bio-biblio of 200 words maximum + please specify if you are interested in having your paper published) should be sent before late August 2021 to pierre.darnis@u-bordeaux-montaigne.fr and pascale.drouet@univ-poitiers.fr

Proposals may be submitted (and papers given) in 3 languages: French, English and Spanish.

  1. Gérard Genette, Des genres et des oeuvres, Paris, Seuil, 2012, p. 131. []
  2. Maurice Molho & Jean-François Reille (éd.), « Introduction à la pensée picaresque », Romans picaresques espagnols, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1968, p. cv. []
  3. Marcel Bataillon, Le Roman picaresque, Paris, La Renaissance du livre, 1931, p. cxxx. []
  4. Voir, par exemple, Craig Dionne and Steve Mentz (eds), Rogues in Early Modern English Culture, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2006 ; Pascale Drouet, De la filouterie dans l’Angleterre de
    Shakespeare : Études sur Shakespeare et ses contemporains, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2013. []
  5. Oxford English Dictionary, « rogue, n. and adj.», A.n.1, puis 2.a. []
  6. Ibid., « picaro ». []
  7. Gérard Genette, Des genres et des œuvres, Paris, Seuil, 2012, p. 131. []
  8. Maurice Molho & Jean-François Reille (éd.), « Introduction à la pensée picaresque », Romans picaresques espagnols, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1968, p. cv. []
  9. Marcel Bataillon, Le Roman picaresque, Paris, La Renaissance du livre, 1931, p. cxxx. []
  10. Voir, par exemple, Craig Dionne and Steve Mentz (eds), Rogues in Early Modern English Culture, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2006 ; Pascale Drouet, De la filouterie dans l’Angleterre de Shakespeare : Études sur Shakespeare et ses contemporains, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2013 []
  11. Oxford English Dictionary, « rogue, n. and adj.», A.n.1, puis 2.a. []
  12. Ibid., « picaro ». []
  13. Gérard Genette, Des genres et des œuvres, Paris, Seuil, 2012, p. 131. []
  14. Maurice Molho & Jean-François Reille (éd.), « Introduction à la pensée picaresque », Romans picaresques espagnols, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1968, p. cv. []
  15. Marcel Bataillon, Le Roman picaresque, Paris, La Renaissance du livre, 1931, p. cxxx. []
  16. See, for example, Craig Dionne and Steve Mentz (eds), Rogues in Early Modern English Culture, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2006 ; Pascale Drouet, De la filouterie dans l’Angleterre de Shakespeare : Études sur Shakespeare et ses contemporains, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2013. []
  17. Oxford English Dictionary, « rogue, n. and adj.», A.n.1, puis 2.a. []
  18. Ibid., « picaro ». []

[Appel à communication] : L’absence au Moyen Âge (9-10 sept. 2021)

Appel à communications
L’absence au Moyen Âge –  9 et 10 septembre 2021

 

Journées doctorales internationales du CESCM (Université de Poitiers, France)

Le centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers associé à l’Unité de recherches (UR) Transitions. Moyen Âge et première modernité de l’Université de Liège et au Centre for Medieval Literature des Universités de York et du Danemark du Sud (Odense), organise le deuxième volet des rencontres doctorales internationales.

Le premier volet de ces rencontres s’est tenu à Liège en février 2020 autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles), le deuxième volet se tiendra à Poitiers autour du thème « L’absence au Moyen Âge » les 9 et 10 septembre 2021. Le troisième volet aura lieu à York.

JEAN PUCELLE, La mise au tombeau, Les Heures de Jeanne d’Évreux, reine de France, v. 1324–1328, Folio 82 v. Metropolitan Museum of Art, New York.
Feuillet de papyrus, paraissant contenir des rescrits impériaux, Latin 12475, 5e feuillet, 401-600, Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits, Paris.
FRA ANGELICO, La découverte du tombeau vide, (1437-1446), musée national San Marco, Florence.
Procès de Robert d’Artois à Amiens, le 9 juin 1329, en présence du roi de France Philippe VI de Valois, Recueil de Gaignières, folio 32v, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, fonds Gaignières 255, RES OA-11-FOL.

Argumentaire

« Car tout dépérit en ce monde ; tout est sujet à la défaillance et à la mort. Ainsi elles ne sont pas plutôt nées, qu’elles tendent en croissant à un être plus parfait ; et plus elles se hâtent d’être plus parfaitement tout ce qu’elles sauraient être, plus elles se hâtent de n’être plus. » Saint Augustin, pleurant la disparition de son ami, prend conscience du caractère éphémère du monde terrestre : chaque chose s’achemine vers sa propre disparition. Sa souffrance face à l’absence de l’être aimé, écrit-il, est proportionnelle à son désir de le garder à ses côtés.

L’absence n’est, en effet, perceptible que pour l’individu conscient de la déficience qu’elle induit. Elle se distingue en cela du néant. En prenant la forme d’une carence, l’absence implique nécessairement le concept de temporalité. Ressentir l’absence revient à entretenir un souvenir, autant qu’un désir. L’absence fait appel à la mémoire et à l’affect, à la nostalgie. En retour, la conscience d’une présence est révélée par l’éventualité de l’absence.

Le thème de l’absence sera au cœur de ces journées d’études. La notion d’absence est effectivement au fondement de toute science historique ; le principe de l’histoire est de mettre en lumière la présence derrière le manque. L’absence pourra d’abord être considérée comme celle à laquelle se confronte le médiéviste. Si les sources sont le fondement de son raisonnement, la prise en considération de leur absence est le garde-fou de son travail. Plus que les sources elles-mêmes, qui ont pu subir des modifications, des suppressions ou ont simplement été perdues avec le temps, leur défaut peut s’avérer révélateur pour le chercheur.

Au-delà de la méthode, l’objet d’étude du médiéviste fait la part belle à la notion d’absence. Cette dernière est le moteur de la société médiévale. Du latin abstentia à son apparition dans le vocabulaire français au début du XIIIe siècle, le terme « absence » se définit par contraste : elle signifie littéralement « la non-présence »[1]. Il est appliqué à l’absence physique d’une personne, mais peut aussi incarner un manque plus abstrait[2]. Questionner la notion d’absence, revient à interroger l’Homme – son être, ses désirs, sa mémoire, ses réactions face au deuil, à la séparation comme les interrogations qui en découlent. Il s’agit également, à l’échelle de la société, de se demander de quelle manière les institutions encadrent-t-elles et comblent-t-elles les besoins dont le manque est la conséquence. La considération du concept d’absence engage, en effet, la mise en ordre des structures médiévales : le sentiment d’injustice, par exemple, motive la mise en place des institutions juridiques, la défaillance du corps entraîne le recours à la médecine, l’absence de la présence incarnée du divin rend, quant à elle, indispensable la médiation des membres de son Église.

Dans un second temps, l’absence pourra être pensée à l’échelle de l’individu. Bien souvent douloureuse quand elle concerne l’entourage, la famille ou l’être aimé, l’absence peut s’avérer féconde. Elle se révèle être un sujet d’une grande richesse dans les arts. Dire l’absence c’est aussi exalter, par contraste, un idéal. En outre, la mise en forme fictionnelle possède cette puissance de rendre l’absent présent à l’esprit. In absentia, la figure plastique ou littéraire devient le substitut allégorique de l’objet. Toutefois, l’absence ne peut être uniquement considérée comme le contre-point négatif de la présence. La pratique spirituelle en témoigne. Dans les modes de vie érémitique ou anachorétique, notamment, la volonté de « mourir au monde » des grands solitaires, mise en œuvre par une pratique intensive de l’ascèse, leur permet d’acquérir l’impassibilité propice à l’élévation spirituelle. Il s’agira, enfin, de réfléchir sur la manière dont les médiévaux ont chercher à pallier ou à exacerber l’absence à travers des modes de pensée et de représentation divers. Comment, par exemple, dire et représenter le principe divin ? Face au constat de l’absence de sa connaissance parfaite, porté notamment par la théologie apophatique, la mise en place du culte des reliques et la figuration de signum (alphabétique et iconique) de la présence divine sont autant de moyens mis en œuvre en réponse au sentiment humain d’absence.

En somme, le thème de l’absence permettra, nous espérons, d’aborder sous un regard nouveau des domaines aussi divers qu’essentiels de la société médiévale : la théologie et la philosophie mais aussi la pratique artistique, politique, judicaire ou familiale. Parce que le concept d’absence embrasse toutes les sphères de la vie humaine, il n’existe pas de travail de recherche dédié spécifiquement à cet objet d’étude. Il a pourtant été abordé en filigrane par de nombreux médiévistes. Parmi ceux-là peuvent être cités Claude Gauvard, dans le domaine judiciaire, Martin Aurell et Barbara Hanawalt, concernant la parenté, André Vauchez et Peter Brown, à propos de la sainteté, Michel Zink et Herbert Kessler, relativement à la création médiévale, ou encore Alain de Libera et Olivier Boulnois, au sujet des implications théologiques de la notion.

Au cours de ces journées, les communications chercheront à explorer la notion d’absence au Moyen Âge. Ce colloque, résolument pluridisciplinaire, sera l’occasion d’explorer et de discuter son influence centrale sur la culture médiévale. Il est largement ouvert aux chercheurs en histoire, histoire des textes et de la littérature, histoire de l’art et des images, philosophie, anthropologie, archéologie, sociologie etc.

Les propositions devront s’insérer dans les axes suivants :

1. Le médiéviste face à l’absence

  • La trace :  les mots ou les objets manquants, les sources perdues, les objets périssables, le fragment
  • L’expression de l’absence : l’ellipse, le raccourci, la synthèse, le lexique défaillant, le vide, l’obscurité ou le blanc, le non-dit
  • L’absence volontaire : l’usage de faux, l’effacement, la destruction délibérée, l’iconoclasme
  • L’enquête, la quête, l’inaccessible, l’implicite

2. L’absence dans le domaine judiciaire et politique : 

  • La législation face à l’absent
  • Le jugement par contumace
  • L’exil et le bannissement en absence imposée
  • Les réactions face à l’absence du pouvoir politique
  • Les manques de la société : famines, soulèvements populaires

3. L’expérience de l’absence :

  • Les liens familiaux défaillants : abandons, infanticides, divorce, séparation de corps
  • Le défaut ou la départie de l’être aimé
  • La mort de l’être cher et son deuil
  • L’attente, la fuite, l’expérience du vide, le mystère amoureux

4. L’absence de foi :

  • L’athéisme et l’hérésie
  • La déloyauté, l’infidélité et la félonie dans les relations féodales

5. L’absence désirée :

  • La perfection (l’absence d’erreurs)
  • L’ascétisme (le monachisme, l’érémitisme et l’anachorétisme, la pauvreté volontaire, le renoncement, la solitude)
  • Pratique de l’absence : le silence, le jeune, la privation, le mutisme

6. Dire/pallier l’absence :

  • La matérialisation et le contournement de l’absence dans le processus de création littéraire et plastique (les transferts culturels, la translatio, la figuration de l’altérité) ainsi que le théâtre (l’absence ludique, le simulacre)
  • L’articulation entre la fiction et la réalité (querelle des universaux, débats sur le réalisme eucharistique, rhétorique de l’absence)
  • Penser le concept d’absence : la théologie apophatique, le mal contre absence de bien, les enjeux du mystère dans la théologie et la pratique liturgique, la description de « l’ineffable »
  • La substitution : le culte des reliques, les signes de la présence divine, les miracles

Les communications d’une durée de vingt minutes pourront être présentées en français ou en anglais.

Modalités pratiques 

Les propositions des doctorant.e.s sont attendues pour le 15 décembre 2020, sous forme d’un dossier pdf à adresser par courriel à colloque-absence@protonmail.com en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom) du/de la doctorant.e et celles du/de la directeur.rice de recherche, le titre de la thèse et l’année d’inscription en thèse,  un CV, l’intitulé de la communication, et un résumé de la communication d’une page maximum, seront suivie d’une courte bibliographie indicative. Les doctorant.e.s seront informé.e.s des résultats de la sélection le 15 janvier 2021.

A l’issue des deux journées, une attestation de participation sera délivrée sur demande.

L’événement se déroulera les 9 et 10 septembre 2021 au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers. Le CESCM offrira des déjeuners et les pauses cafés des deux journées. Les frais relatifs au transport et à l’hébergement seront en revanche à charge des participant.e.s. ou de leurs laboratoires.

Comité organisateur : Corinne Lamour, Emilie Margaix, Cécile Maruéjouls, Elise Vernerey.


 Call for papers

Absence in the Middle Ages –  9-10 September 2021

International Postgraduate Symposium – CESCM (Université of Poitiers, France)

The CESCM (centre d’études supérieures de civilisation médiévale, University of Poitiers) in collaboration with the Research Unit transitions (research department on the Middle Ages and the Early Modern Period, University of Liege) and the Centre for Medieval Literature of the Universities of York and Southern Denmark (Odense) is pleased to open the call for the second session of the postgraduate symposium.

The first session was held in Liège, Belgium, in February 2020 and was dedicated to the notion of margins (XIth-XVIIth centuries). The second session will be held in Poitiers, on September 9th-10th 2021 and will be dedicated to the notion of absence in the Middle Ages. The third part will take place in York.

Themes

« For everything in this world is withering away; everything is subject to failure and death. Thus they are just born and they already tend to grow to a more perfect being, and the more hastily they hasten to be the most perfect things that they know how to be, the more hastily they hasten to be no more”. Saint Augustine, mourning the death of his friend, becomes aware of the ephemeral nature of the earthly world: everything is heading towards its own demise. His suffering in the face of the absence of his loved one is proportional to his desire to keep him at his side.

Absence is, in fact, only perceptible to the individual who is aware of the deficiency it induces. In this, it is different from nothingness. By taking the form of a deficiency, absence necessarily implies the concept of temporality. To feel absence is to maintain a memory, as much as a desire. Absence appeals to memory and affect, to nostalgia. In return, the awareness of a presence is revealed by the possibility of absence.

The theme of absence will be at the heart of this symposium. The notion of absence is at the foundation of all historical science; the principle of history is to bring to light the presence behind the lack. Absence can first of all be considered as the absence that the medievalist confronts. If the sources are the basis of his reasoning, the consideration of their absence is the safeguard of his work. More than the sources themselves, which may have undergone modifications, deletions or simply been lost over time, their defect may prove to be revealing for the researcher.

Beyond the method, the medievalist’s object of study gives pride of place to the notion of absence. The latter is the driving force of medieval society. From the Latin abstentia to its appearance in the French vocabulary at the beginning of the 13th century, the term « absence » is defined by contrast: it literally means « non-presence »[1]. It is applied to a person’s physical absence, but can also embody a more abstract lack[2]. To question the notion of absence is to question Man – his being, his desires, his memory, his reactions to grief, to separation and the questions that arise from it. At the level of society as a whole, it is also a question of asking how institutions frame and meet the needs that result from absence. Consideration of the concept of absence in fact involves putting medieval structures in order: the feeling of injustice, for example, motivates the establishment of legal institutions, the failure of the body leads to recourse to medicine, the absence of the incarnate presence of the divine makes the mediation of the members of one’s church indispensable.

In a second way, absence can be thought of at the individual level. Very often painful when it concerns friends, family or the loved one, absence can be fruitful. It proves to be a subject of great richness in art. To express absence is also to exalt, by contrast, an ideal. Moreover, fictional formating has the power to make the absent present in the mind. In absentia, the plastic or literary figure becomes the allegorical substitute for the object.

However, absence cannot only be seen as the negative counterpoint to presence. Spiritual practice bears witness to this. In the eremitical or anachoretic way of life, in particular, the will to « die to the world » of the great loners, implemented by an intensive practice of asceticism, enables them to acquire the impassibility conducive to spiritual elevation. Finally, it will be a question of reflecting on the way in which medieval people sought to compensate or exacerbate absence through various modes of thought and representation. How, for example, to say and represent the divine principle? Faced with the acknowledgement of the absence of its knowledge, advocated in particular by apophatic theology, the establishment of relic worship and the representation of signum (alphabetical and iconic) of the divine presence are all means implemented in response to the human feeling of absence.

In summary, we hope that the theme of absence will allow us to take a fresh look at fields as diverse as they are essential to medieval society: theology and philosophy, but also artistic, political, judicial or family practice. For the concept of absence embraces all spheres of human life, there is no research work specifically dedicated to this object of study. It has, however, been approached as a filigree by many medievalists. Among these can be cited Claude Gauvard, in the judicial field, Martin Aurell and Barbara Hanawalt, on kinship, André Vauchez and Peter Brown, on holiness, Michel Zink and Herbert Kessler, on medieval creation, or Alain de Libera and Olivier Boulnois, on the theological implications of the notion. During these days, the papers will seek to explore the notion of absence in the Middle Ages. This multidisciplinary symposium will be an opportunity to explore and discuss central influence on medieval culture. It is widely open to researchers in history, history of texts and literature, philology, history of art and images, philosophy, anthropology, archaeology, sociology, etc.

 

Proposals must fall under one of the following headings:

  1. The medievalist faced with the absence
  • The trace: missing words or objects, lost sources, perishable objects, the fragment, etc.
  • The expression of absence: the ellipse, the shortcut, the synthesis, the faulty lexicon, the void, the dark or the white, the unsaid
  • Voluntary absence: the use of forgeries, erasure, deliberate destruction, iconoclasm
  • Enquiry, quest,  the unreachable, the  implicit

2. Absence in the judicial and political field

  • legislation and absent ones
  • Judgment in absentia
  • Exile and banishment in imposed absence
  • Reactions to the absence of political power
  • The shortcomings of society : famines, popular uprisings

 3. The experience of separation

 Failing family ties: abandonment, infanticide, divorce, separation

  • The defect or departure of the loved one
  • The death of a loved one and their grief
  • waiting, flight, experience of emptiness,  mystery of love
  1. Lack of faith
  • Atheism and heresy.
  • Disloyalty, infidelity and felony in feudal relations
  1. The desired absence
  • Perfection (the absence of errors)
  • Asceticism (monasticism, the eremetical life and anchoriteism, voluntary poverty, renunciation, loneliness)
  • Practicing absence: silence, fasting, deprivatin, mustism.
  1. To tell and overcome absence
  • The materialisation and circumvention of absence in the process of literary and plastic creation (cultural transfers, translatio, figuration of otherness) as well as theatre (playful absence, simulacrum).
  • The articulation between fiction and reality (quarrel between universals, debates on Eucharistic realism, rhetoric of absence)
  • Thinking about the concept of absence: apophatic theology, evil versus absence of good, the stakes of mystery in theology and liturgical practice, the description of « Ineffable ».
  • Substitution: the worship of relics, signs of the divine presence, miracles

 

Presentations (c. 20 min.) can be given in either French or English.

Practical Informations

Proposal must be submitted by December 15th 2020 at the latest, in pdf format, and sent by e-mail to colloque-absence@protonmail.com. The proposal will include the name and surname of the PhD candidate and those of their advisor(s), as well as the title of the thesis, the starting year of their PhD, the title of the lecture and a short abstract (no longer than a page)  followed by a short bibliography.

Applicants will be contacted by January 15th 2021, after the committee completes the selection process. At the end of the symposium, a certificate of participation will be released on request.

CESCM will offer lunches and coffee breaks to the participants. Travel and accommodation costs, however, will be at the expense of participants or of their research centres.

 

Organising committee : Corinne Lamour, Emilie Margaix, Cécile Maruéjouls, Elise Vernerey.

 

[1] Trésor de la Langue Française Informatisé, ATILF – CNRS , Université de Lorraine, dernière consultation 22/05/2020 http://stella.atilf.fr/Dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?12;s=3359067315;r=1;nat=;sol=1;.

[2] Ex : En 1307 : « non présence en justice », terme cité par Armand Auguste D’HERBOMEZ , L’Histoire des Châtelains de Tournai, vol. 2, H. & L. CASTERMAN, Tournai, 1895, p. 266 ; Dans les registres de Charles le Bel de 1322 « il n’a pas de tristesse de l’absence des choses délectables », (A.N. JJ 61, fo18 vo). Portail Lexical du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, CNRS, dernière consultation, 19/05/2020, https://www.cnrtl.fr/etymologie/absence.

[Appel à communications] Journée d’études : Carnets de recherche en Histoire de l’art et Archéologie

Appel à communications à destination des étudiants de master en Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers (master ‘Histoire, Civilisations et Patrimoine’ et master ‘Mondes médiévaux’).

• Appel à communications jusqu’au : vendredi 23 octobre 2020

• Date et lieu de la journée d’études : jeudi 19 novembre 2020
Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts

• Journée d’études organisée par le département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers, sous la coordination de Marcello Angheben (CESCM) et Véronique Meyer (Criham).

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche en Histoire de l’art et Archéologie, par les étudiants de master de l’Université de Poitiers, avec la participation de l’Institut Catholique de Paris.
Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 pourront présenter les résultats de leur mémoire de recherche.
La durée de chaque communication est de 20 mn.

Informations complémentaires

Propositions de communication

Les propositions de communication doivent faire figurer un résumé (200 à 300 mots), accompagné d’une courte biographie (comprenant vos nom, prénom, adresse email, laboratoire).
Elles sont à adresser avant le 23 octobre 2020 à :

marcello.angheben@univ-poitiers.fr

veronique.meyer@univ-poitiers.fr

À consulter en ligne ICI

Contacts

Marcello Angheben et Véronique Meyer

         

Journées d’étude : Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique (25-26 nov.)

Appel à contributions : Journées d’études « Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique
».
 
Date : 25-26 novembre 2020
Lieu : CESCM, Poitiers (France)
 
Dans le cadre des activités liées au projet régional ANIMONS, la photothèque du CESCM organise deux journées d’études sur l’indexation des images médiévales. La dernière décennie a vu augmenter de manière considérable le nombre de bases de données ou de plateformes dédiées aux images médiévales. Certaines s’attachent à rendre accessibles les fonds de musées ou de bibliothèques quand d’autres optent pour des approches thématiques dont les résultats sont des plus diversifiés. Ces bases de données sont devenues incontournables pour le chercheur qui s’intéresse aux productions visuelles médiévales. L’apparente facilité d’utilisation de ces outils semble faire oublier toute la complexité du processus d’accès à l’information dont l’indexation marque une étape fondamentale. Cette dernière vise à produire un « outil sémantique inventé en vue de faciliter la sélection de documents répondant à un besoin d’information précis » (Maniez, 2012). Ceux qui se sont intéressés aux questions d’indexation des images médiévales ont cependant pu constater les évidentes contraintes et limites qu’elle pouvait engager. Déjà dans les années 1990 les premières grandes entreprises d’indexation notaient l’importance d’accompagner la recherche sans l’orienter, l’épineuse obligation de passer par l’écrit pour décrire des éléments visuels, l’exigence d’un thesaurus à la fois précis et sélectif, etc.
 
Les présentes journées d’études visent à s’interroger sur notre pratique actuelle de l’indexation des images médiévales, ainsi qu’à ses enjeux et ses possibles évolutions. Les questionnements porteront notamment sur les thesaurus et lexiques, qui sont l’une des principales composantes de ces bases de données iconographiques. Les entreprises portées par l’Index of Medieval Art de l’université de Princeton ou par l’EHESS avec la mise en place du TIMEL (Thésaurus des Images Médiévales en Ligne) montrent que la création de thesaurus participe à faire de l’indexation une construction savante et non uniquement un phénomène descriptif des images. De récents projets, comme celui de l’OMCI (Ontology of Medieval Christianity in Images) porté par l’INHA, montre qu’une réflexion sur les lexiques thématiques engage une nouvelle étape dans l’indexation qui peut prendre en compte les éléments explicites, mais également implicites présents dans les images médiévales. Les questionnements porteront aussi sur la place des outils numériques dans un processus encore tributaire de l’intervention humaine. Si le développement de la reconnaissance automatique de texte a enrichi de manière certaine l’étude des sources écrites, qu’en est-il pour les images ? Une reconnaissance des éléments visuels pourrait-elle aider/remplacer le travail des indexeurs dans un processus qui reste long, coûteux et subjectif ? Ces quelques pistes ne font qu’ouvrir une réflexion dont les ramifications sont nombreuses et variées. Ainsi, sans s’y limiter, les interventions pourront porter sur :
 
  • Les thesaurus et lexiques utilisés pour l’indexation des images médiévales.
  • Les enjeux et limites de la transcription à l’écrit d’élément visuels.
  • Les nouvelles technologies et l’indexation automatique des images.
  • Les enjeux méthodologiques liés à l’indexation des images médiévales.
  • La relation entre l’indexation et le travail des chercheurs.
  • L’indexation comme outil pédagogique.

 

Ces journées d’études visent notamment à mettre en place une réflexion collective engageant les institutions françaises et étrangères qui travaillent sur les questions liées à l’indexation des images médiévales. Afin de permettre un temps d’échange le plus ouvert possible, ces journées pourront inclure des présentations théoriques, des démonstrations pratiques ou des ateliers de prise en main d’outils. Les propositions pourront donc porter sur des études de cas, des approches méthodologiques, des outils spécifiques, etc.

Comité organisateur

Chrystel LUPANT, docteur en histoire de l’art, chercheur associé (CESCM).

Pamela NOURRIGEON, docteur en histoire de l’art, ingénieur d’études (photothèque CESCM).

Carolina SARRADE, archéographe, ingénieur d’études (photothèque CESCM).

Calendrier et modalités de soumission

Merci de transmettre vos propositions avant le 10 mai 2020. Un titre, un résumé de 500 mots maximum et un court CV sont à envoyer à l’adresse suivante :

phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

Une réponse sera envoyée avant le 15 juin 2020 aux participants retenus. Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge par les organisateurs.

Version en PDF ICI

 


Call for papers: Workshop « Cataloguing medieval images: from documentary language to scientific research »

Date: November, 25-26, 2020

Place: CESCM, Poitiers (France)

As part of the activities related to the regional project ANIMONS, the CESCM photo library is organising two days of study on the cataloguing of medieval images. The last decade has seen a considerable increase in the number of databases or platforms dedicated to medieval images. Some of them are dedicated to making museum or library collections accessible, while others opt for thematic with diversified results. As essential tools for researchers, their apparent ease of use overshadows the complex organization of information through the process of cataloguing. Cataloguing aims to produce an « outil sémantique inventé en vue de faciliter la sélection de documents répondant à un besoin d’information précis » (Maniez, 2012). However, those interested in the issues related to cataloguing medieval images are aware of obvious constraints and limitations involved. The earliest projects in the 1990s already highlighted issues such as the importance of integrating current art-historical scholarship, the ekphrastic limitations of the language used to describe images, as well as the need to develop an iconographic thesaurus that was both precise and selective.

The aim of these study days is to examine our current practice of cataloguing medieval images, as well as to consider the challenges related to the maintenance of such databases. Of particular significance are the questions concerning the development of a thesaurus or glossary for an iconographic database. Projects such as EHESS’s creation of TIMEL (Thesaurus of Medieval Images Online), the INHA-funded OMCI (Ontology of Medieval Christianity in Images), and the Index of Medieval Art’s online database at Princeton University certainly demonstrate a variety of ways to address the classification of iconographic subjects in medieval art. The questions will also focus on the place of digital tools in a process still dependent on human intervention. If the development of automatic text recognition has certainly enriched the study of written sources, what about images? Could recognition of visual elements help/replace the work of indexers in a process that remains long, costly and subjective?

Topics may include, but are not limited to:

– The thesaurus/glossary used for the cataloguing of medieval images.

– The implications and limits of the transcription of visual elements into written form.

– New technologies and the automation of cataloguing images.

– Methodological issues related to the cataloguing of medieval images.

– The relationship between cataloguing and the production of scholarship. – Cataloguing as a pedagogical tool.

 

The aim of these study days is to set up a collaborative reflection involving French and foreign institutions working on questions linked to the cataloguing of medieval images. These days may include theoretical presentations, practical demonstrations or workshops to familiarise participants with the tools. Proposals may therefore focus on case studies, methodological approaches, specific tools, etc.

Organizing Committee

Chrystel LUPANT, doctor in medieval art history, associate researcher (CESCM).

Pamela NOURRIGEON, doctor in art history, engineer at the photo library (CESCM).

Carolina SARRADE, archaeographer, engineer at the photo library (CESCM).

Timetable and submission modalities

Please submit your proposals before 10 May 2020. A title, an abstract of around 500 words and a short CV should be sent to the following address : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

A reply will be sent before 15 June 2020 to the selected participants. Travel and accommodation expenses will be covered by the organisers.

PDF version HERE