Archives de catégorie : Appels à communication

[Appel à communication] journées jeunes chercheurs Janua 2023

Appel à communication : « La Ville : représentation, matérialité, spatialité » – Jeudi 6 et vendredi 7 avril 2023

 Ces journées d’études sont organisées par JANUA, l’association des étudiants de master et doctorants de l’Université de Poitiers qui regroupe les laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et CRIHAM (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie). L’objectif de ces deux journées d’études est de présenter les travaux de jeunes chercheurs sur le thème « La Ville : représentation, matérialité, spatialité », dans une perspective pluridisciplinaire et méthodologique. Ce thème, large et foisonnant, est un objet d’études pour de nombreuses disciplines et intéresse toutes les périodes historiques.

L’étude de l’espace urbain est très ancienne ; elle connaît cependant un essor aux XVIe et XVIIe siècles. Les érudits Humanistes, mais aussi les congrégations religieuses s’emparent de ce sujet. L’accent est alors mis sur la ville comme lieu de pouvoir, sur les symboles de puissance qui la parsème ou encore sur les grands hommes qui sont à son origine. Au XIXe siècle, les études urbaines se démultiplient dans un contexte de mutations profondes des structures urbaines, en lien avec l’industrialisation. Les villes croissent et les populations augmentent de manière exponentielle. C’est dans cette même optique que sont réalisées les études de la ville dans la première moitié du XXe siècle : la population urbaine explose et passe de 55% au milieu du siècle à 85% à son terme. Dans la seconde moitié du XXe siècle, la ville est un objet de recherche particulièrement l’école des Annales, qui consacre notamment, en 1970, un numéro spécial des Annales d’histoire économique et sociale sur l’ « Histoire et urbanisation ». La ville a longtemps été étudiée donc au niveau social culturel et politique. Les études archéologiques ne sont pas en reste, en raison notamment des destructions occasionnées par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Ces dernières se sont multipliées depuis, bien que les synthèses globales soient difficiles, la définition de la ville sur une période aussi large étant difficile.

Les formes ainsi que l’organisation des ensembles urbains changent en fonction de l’ère chronologique et géographique. La définition de la ville change selon le contexte spatio-temporel. Ces mutations urbaines s’appuient à la fois sur une continuation, une réappropriation des structures précédentes ainsi que sur des transformations plus profondes. Les villes sont des structures essentielles des régions dans lesquelles elles se situent, rassemblant des fonctions de pouvoir, administratives et religieuses ; trois domaines liés jusqu’à la fin de la période médiévale au moins. La ville est structurante démographiquement, réorganisant les dynamiques entre les différentes catégories sociales, mais également économiquement. La ville entretient des centres d’échanges aux longues ramifications, bien plus que ceux de la campagne. Par son activité artisanale, puis industrielle, la ville demeure un centre de production. Précédées par le système aristotélicien du Lycée antique, les universités fleurissent à partir du XIIe siècle, renforçant la ville comme un centre intellectuel et culturel.

Dans cette optique, les présentations pourront être organisées selon trois axes différents :

  • Le premier axe s’articulera autour des représentations de la ville : comment la ville et ses habitants sont pensés, représentés dans les arts visuels et littéraires ? Le paysage urbain est une “image fragmentaire de la ville”, mais il manque ici un élément : la ville se caractérise surtout par une multiplicité ? “surtout la multiplicité d’images”, comme le dit Maria Luiza Carrozza1. L’espace urbain est le théâtre de textes littéraires, tout comme l’objet de récits qui mettent en scène la ville en mutation, la ville industrielle ou détruite, la « ville-marché », la ville, lieu de Centre de diffusion, il est une source d’inspiration pour les artistes. Avec ses préoccupations, ses populations, et ses représentations, la ville constitue un cadre singulier : elle se différencie ainsi des milieux extra-urbains. Sa matérialité est façonnée par les innovations techniques et technologiques.
  • Le second axe abordera la ville dans son aspect matériel. La ville est conditionnée par une culture matérielle propre et singulière. Centre commercial, artisanal et industriel, la ville est un foyer de production et un carrefour dans la circulation des Elle est donc un pôle de commerce, local mais également régional voire international, et ce, toutes périodes confondues. En raison des fonctions spécifiques à l’espace urbain, l’architecture, les objets et les méthodes archéologiques doivent être pensées de façon connexe. Par ailleurs, la matérialité se traduit par les productions textuelles issues des institutions inhérentes au bon fonctionnement de la ville. Outre la représentation textuelle des institutions, la concrétisation matérielle du pouvoir passe par le paraître architectural, à l’image de Versailles comme reflet de l’absolutisme royal.
  • Le dernier axe s’intéressera à la spatialité de la ville par l’observation de ses structures matérielles et l’analyse de l’occupation de cet espace – documents planimétriques, des outils de cartographie, documentation textuelle et artistique. Parmi les divers outils d’analyse spatiale, le système d’information géographique (SIG) s’impose depuis ces dernières décennies comme majeur dans les approches historiques et archéologiques en permettant une gestion et une analyse des données issues de la densité matérielle et de la pluralité fonctionnelle des espaces spatio-temporels. Le SIG a notamment été le centre du projet ALPAGE (AnaLyse diachronique de l’espace urbain PArisien : approche Geomatique) de 2006 dirigé par Hélène Noizet . La topographie, la répartition des données spatiales, mais aussi la manière dont l’espace urbain est l’objet d’enjeux de pouvoir, d’appropriations et de représentations, sont à considérer. Les méthodes de l’analyse spatiale constituent une approche supplémentaire pour appréhender et exploiter des sources de nature différente qui relèvent de champs disciplinaires variés. À l’image du programme SICAVOR (Système d’Information Contextuel sur les Caves et Cavités d’Orléans) dirigé par Clément Alix, l’analyse spatiale permet une approche sociologique de l’espace, menant à définir une socio- topographie urbaine complexe à partir des données issues des différentes sources rencontrées, et émanant aussi bien de la suprastructure que de l’infrastructure, le tout mis en perspective dans un SIG .

Les propositions de communication (environ 500 mots) doivent être envoyées, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 20 février 2023.

Les communications retenues ont impérativement vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua http://annalesdejanua.edel.univpoitiers.fr


Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés au début du mois de mars.
L’événement se déroulera sur deux journées. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des
frais de transport à hauteur de 50€ par intervenant. La possibilité d’effectuer des conférences en distanciel peut être envisagée.


Bibliographie indicative :

 

ALAZARD Florence, et al., Images et imaginaires dans la ville à l’époque moderne, Presses universitaires François-Rabelais, 1998.

ALIX Clément, GAUGAIN Lucie, SALAMAGNE Alain, et al., Caves et celliers dans l’Europe médiévale et moderne [Actes du Colloque “Caves et celliers du Moyen Âge à l’époque moderne”, 4-6 octobre 2017, Tours], Tours, Presses universitaires François- Rabelais de Tours, 2019.

ARNAUD Jean-Luc, Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine, Marseille, Parenthèses MMSH, 2008.

BALAY Olivier, et al., Les cinq sens de la ville : Du Moyen Âge à nos jours, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2013.

BALLET Pascale, et al., La ville et ses déchets dans le monde romain : Rebuts et recyclages [Actes du colloque de Poitiers, 19-21 septembre 2002], Montagnac, Ed. M. Mergoil, 2003.

BALLET Pascale, DIEUDONNE-GLAD Nadine, SALIOU Catherine, et al., La rue dans l’Antiquité : Définition, aménagement et devenir de l’Orient méditerranéen à la Gaule, [Actes du colloque de Poitiers, 7-9 septembre 2006], Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

BLARY François, Origines et développements d’une cité médiévale, Château-Thierry : Approches archéologiques et historique d’une petite ville d’accession médiévale, Senlis, Revue archéologique de Picardie, 2013.

BOURDIN Stéphane, PAOLI Michel, RELTGEN-TALLON Anne, et al., La forme de la ville : De l’Antiquité à la Renaissance, [Actes du colloque international, Amiens, 2011], Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

BULTÉ Cécile, Images dans la ville. Décors monumentaux et identités urbaines en France à la fin du Moyen-Âge, dir. F. Joubert, thèse dactyl., Paris IV, 2012.

CHANT Colin et GOODMAN David (dir.), European Cities and Technology. Industrial to Post- Industrial City, Londres, Routledge, 1999.

COHEN Jean-Louis et ELEB Monique, Casablanca : mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Hazan, 1998.

COHEN Jean-Louis, OULEBSIR Nabila et al. (dir.), Alger. Paysage urbain et architectures (1800-2000), Paris- Besançon, Éd. de l’Imprimeur, 2003.

COQUERY Natacha, La boutique et la ville : Commerces, commerçants, espaces et clientèles XVIe-XXe siècle [Actes du colloque des 2, 3 et 4 décembre 1999], Tours, Centre d’histoire de la ville moderne et contemporaine, Publication de l’université François Rabelais, 2000.

COSTA Sandra, Représentations et formes de la ville européenne : Le patrimoine et la mémoire [Actes de la 4e journée d’études franco- italienne du département d’histoire de l’art de l’Université Pierre Mendès-France], Paris, L’Harmattan, 2006.

DUBY Georges, et al., L’histoire de Paris par la peinture, Paris, Citadelles & Mazenod, 2008.

ESQUIEU Yves, Les couleurs de la ville : Réalités historiques et pratiques contemporaines [Actes du colloque de Viviers, du 9 au 11 septembre 2011], Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2016.

FROMMEL Sabine, Les maquettes d’architecture : Fonction et évolution d’un instrument de conception et de réalisation, Paris, Picard, 2015.

GAUTHIEZ Bernard, ZADORA-RIO Elisabeth, GALINIE Henri, Village et ville au Moyen âge : Les dynamiques morphologiques, t. 1 et 2, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2003.

HAMON Étienne, WEISS Valentine, et al., La demeure médiévale à Paris [Exposition présentée aux Archives nationales, Paris, 17 octobre 2012-13 janvier 2013], Paris, Somogy éd. d’art, 2012.

HAROUEL Jean-Louis, L’embellissement des villes. L’urbanisme français au XVIIIe siècle, Paris, Picard, 1993. JOURNOT Florence, La maison urbaine au Moyen Âge : Art de construire et art de vivre, Paris, Picard, 2018.

KNAEPEN Arnaud, Approvisionner la ville : Flux alimentaires et circulations urbaines du Moyen âge au XIXe siècle, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2018.

LAVAUD Sandrine, BURGHART Schmidt, et al., Représenter la ville : Moyen Âge-XXIe siècle, Bordeaux, Ausonius, 2012.

LORENZ Jacqueline, et al., Construire la ville : Histoire urbaine de la pierre à bâtir [Actes du 137e congrès des sociétés historiques et scientifiques “Composition(s) urbaine(s)”, Tours, 23-28 avril 2012], Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2014.

MACON Philippe, DURAND Raphaël, TROADEC Jacques, Les espaces funéraires et la ville : Cimetières médiévaux de Bourges, formation et transformation (5e-16e siècles), Bourges, Éditions de la ville de Bourges, Service d’archéologie, 2008.

MAGRI Susanna, TISSOT Sylvie, Explorer la ville contemporaine par les transferts, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2017.

MICHEL Christian, Les Halles. La Renaissance d’un quartier, 1966-1988, Paris, Masson, 1988.

MONDADA Lorenza, Décrire la ville : La construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte, Paris, Anthropos, 2000.

MOTTA Anne, Noblesses et villes de cour en Europe (XVIIe-XVIIIe) : La ville de résidence princière, observatoire des identités nobiliaires à l’époque moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021.

NOIZET Hélène, BOVE Boris, COSTA Laurent, et al., Paris de parcelles en pixels : Analyse géomatique de l’espace parisien médiéval et moderne [Actes du colloque « Paris de parcelles en pixels : Des plans Vasserot au SIG ALPAGE », 7-8 juin 2010], Saint Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2013.

PASTRE Jean-Marc, La ville, du réel à l’imaginaire [Actes du colloque de Rouen, 8-10 novembre 1988], Mont-Saint-Aignan, Publications de l’Université de Rouen, 1991.

PINOL Jean-Luc (dir.), Histoire de l’Europe urbaine : De l’Antiquité au XVIIIe siècle. Genèse des villes européennes (t. I,); De l’ancien Régime à nos jours. Expansion et limites d’un modèle (t. II), Paris, Éditions du Seuil, 2003.

PINON Pierre, Paris détruit. Du vandalisme architectural aux grandes opérations d’urbanisme, Paris, Éd. Parigramme, 2011.

PRETI-HAMARD Monica, SETTIS Salvatore, Villes en ruine : Images, mémoires, métamorphoses, Paris, Musée du Louvre Hazan, 2015.

SCHÜLER Chris, La ville : La cartographie urbaine de l’Antiquité au XXe siècle, Paris, Éd. Place des victoires, 2011. VILAIN Ambre, Imago urbis. Les sceaux de villes au Moyen-Âge, CTHS/INHA, coll. « L’art et l’essai », Paris, 2018.

ROSEN, SLUITER (éds), City, Countryside and the Spatial Organization of Value in Classical Antiquity, Université du Michigan, Brill, 2006

STOREY (éd.), Urbanism in the Preindustrial World, University of Alabama Press, 2006

  1. Maria Luiza Carrozza, « Paysage urbain : matérialité et représentation », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, n°17, 1996. []

Appel à communication – 14èmes rencontres du GRIM-IMAGO

Appel à communication

Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO

Quatorzièmes Rencontres du GRIM
Jeudi 8 juin 2023- Paris, INHA

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Age, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art sise au CESCM de Poitiers, et porté par un comité scientifique (Charlotte Denoël, Conservateur en chef, service des manuscrits médiévaux, BnF ; Isabelle Marchesin, MCF HDR, Université de Poitiers/CESCM ; Anne-Orange Poilpré, MCF HDR, Université Paris 1/HiCSA ; Cécile Voyer, Pr, Université de Poitiers/CESCM).

Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris), qui sont ouvertes à tous.

Une place privilégiée est accordée aux interventions des jeunes chercheurs (dès le Master 2).

Les communications durent 20 mn. Elles sont dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie, et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

La création artistique à l’épreuve des héritages : continuités, mutations, ruptures

(Jeudi 8 juin 2023, Paris, INHA)

Qu’est-ce que créer au Moyen Âge ? La culture de cette époque, où les mots « art » et « artiste » n’ont pas leurs significations modernes et où l’Église a longtemps généré l’essentiel des commandes, est marquée par des références permanentes aux autorités du passé. En outre, le seul geste authentiquement créateur est celui de Dieu à l’origine du monde et ne peut être égalé. S’appuyer sur une tradition, se prévaloir d’un héritage intellectuel ou esthétique explicite est ainsi revendiqué comme la seule manière de créer de la pensée : « des nains hissés sur les épaules de géants », selon la célèbre expression que Jean de Salisbury attribue à son maître, Bernard de Chartres. De nombreuses publications se sont penchées sur cette façon de faire naître du neuf à partir de l’ancien (Des nains ou des géants ? Emprunter et créer au Moyen Âge, éd. C. Andrault-Schmitt, E. Bozoky, Poitiers, 2016 ; Créer créateurs, créations, créatures au Moyen Âge, éd. F. Besson, V. Griveau-Genest, J. Pilorget, Paris, 2019 ; Les modèles dans l’art du Moyen Âge (XIIe-XVe siècles), éd. L. Terrier Aliferis, D. Borlée, Turnhout, 2018) et l’on souhaite ici poursuivre ce questionnement autour de l’image. La recherche récente dans ce domaine, réceptive aux apports de l’anthropologie historique, a montré combien ce versant de la production intellectuelle fait preuve d’une remarquable inventivité à exprimer, par les moyens du visuel, une conception du monde agencée par la cosmologie chrétienne en jouant de nombreux effets de continuité et de nouveauté. Comment l’image procède-t-elle pour faire vivre cette inscription dans une tradition visuelle tout en élaborant de nouvelles formulations ? Imiter et répéter des formules visuelles est-il antinomique à l’inventivité d’une démarche créatrice, et comment les types et les langages visuels se transmettent-ils et sont-ils adaptés ? L’expression de la permanence divine est-elle contradictoire avec l’idée de mutation ou de renouveau ?  Revendiquer un héritage, notamment celui du passé antique, revient-il à souscrire à toute ses implications ? Y a-t-il des types d’œuvres plus sujets que d’autres au poids des héritages ? Dans l’affirmation d’une continuité avec le passé, l’image peut-elle exprimer de nouvelles notions ? On s’interrogera également sur le rôle des conditions d’usage, des matériaux et des types de supports dans l’émergence d’un énoncé visuel de format inédit.

À partir d’études de cas qui s’attacheront à mettre en évidence leur méthodologie, les interventions de cette journée interrogeront la notion de création dans la production des images médiévales, confrontée aux nécessaires continuités et héritages qui structurent par ailleurs la pensée médiévale.

Les propositions de communications (accompagnées d’un CV) sont attendues avant le vendredi 27 janvier 2023, à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.com

Une réponse sera donnée à la fin du mois de février au plus tard.

Le programme définitif sera diffusé par mail et réseaux sociaux, également disponible sur le site du CESCM : https://cescm.labo.univ-poitiers.fr/la-formation/grim-imago/

L’accès aux Rencontres du GRIM est ouvert à tous, et les étudiants de licence et de Master sont cordialement invités à venir écouter les conférenciers. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, les intervenants et les auditeurs s’adresseront aux centres de recherche dont ils dépendent pour une éventuelle prise en charge des frais.

Les responsables du GRIM-IMAGO

[Appel à communications] Journée d’études : Carnets de recherche en Histoire de l’art et Archéologie

Journée d’études organisée par le département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers, sous la coordination de Marcello Angheben (CESCM), avec la participation de l’Institut Catholique de Paris.

• Appel à communications jusqu’au : 26 septembre 2022

• Date et lieu de la journée d’études : Jeudi 20 octobre 2022 – Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche en Histoire de l’art et Archéologie, par les étudiants de master de l’Université de Poitiers : master Histoire, Civilisations et Patrimoine et master Mondes médiévaux, avec la participation de l’Institut Catholique de Paris.
Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 présentent les résultats de leur mémoire de recherche.

Informations complémentaires

Propositions de communications

Les propositions de communication sont à adresser par mail avant le 26 septembre 2021.
Elles devront faire figurer un résumé (200 à 300 mots), accompagné d’une courte biographie (comprenant vos nom, prénom, adresse email, laboratoire).

Contacts

Marcello Angheben
✉  marcello.angheben@univ-poitiers.fr

À consulter

Appel à com’ du 54e congrès de la SHMESP (Poitiers, 11-14 mai 2023)

Appel à communication du 54e congrès de la SHMESP (Poitiers, 11-14 mai 2023)

« Environnement et sociétés au Moyen Âge »

Appel à communication jusqu’au 30 avril 2022

 

Le 54e Congrès de notre société se tiendra au CESCM à Poitiers, du 11 au 14 mai 2023 sur le thème « Environnement et sociétés au Moyen Âge ». Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-joint l’argumentaire scientifique : SHMESP 2023 Poitiers – appel à communication.

Les propositions de communication en français, accompagnées d’un résumé d’une page maximum (à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte), doivent être envoyées d’ici le 30 avril 2022 à : secretariat@shmesp.fr. Les sociétaires intéressés sont invités à prendre attentivement connaissance des grandes orientations fixées par le comité scientifique. Celui-ci fera connaître courant juin les contributions retenues.

Nous rappelons que la Société ne prend pas en charge les frais des intervenants. Des bourses sont toutefois proposées aux doctorantes et doctorants, ainsi qu’aux jeunes chercheuses et chercheurs, qui interviendraient lors de ce congrès.

 Les actes des congrès de le SHMESP paraissent régulièrement à l’occasion de l’Assemblée générale de l’année qui suit, grâce notamment au travail des responsables des publications. Les collègues qui proposent une communication s’engagent donc moralement à publier leur texte en le rendant dans les délais imposés par ce calendrier serré, soit le pour 1er septembre 2023, et en respectant le nombre de signes défini par les responsables des publications, soit un texte de 35 000 signes (espaces, notes et documents compris), en vue d’une parution de l’ouvrage à l’automne 2024.

 Nous encourageons vivement les jeunes chercheurs à participer à ce congrès. Les directeurs de thèses sont donc invités à informer au plus vite les doctorants susceptibles d’être intéressés.



Prise de conscience des dérèglements climatiques, menace de crises écologiques majeures, débat sur le concept dAnthropocène ont donné ces dernières décennies une dimension nouvelle à lintérêt déjà bien établi des sciences humaines et sociales pour l’étude des relations entre l’homme et son environnement. C’est ce champ de recherche transdisciplinaire et dynamique que la SHMESP entend investir pour son 54e congrès dédié aux rapports entre « Environnement et sociétés au Moyen Âge » dans les espaces occidentaux, byzantins et arabomusulmans, aussi bien que nordiques et slaves non chrétiens.

En ancien français, aux XIIIeXIVe siècles, le mot « environnement » désigne l’action d’entourer, mais aussi ce qui entoure, ce qui se trouve tout autour de l’homme ou des êtres vivants. Passé depuis le français médiéval dans la langue anglaise, c’est dans ce sens qu’il est
d’abord réintroduit et utilisé en français moderne au XIXe siècle, par exemple chez Jules Michelet lorsqu’il interroge l’incidence des actions humaines sur l’équilibre des milieux. Privilégié aujourd’hui en sciences humaines et sociales par rapport au concept de « nature » (présent dans les sources mais très polysémique et revêtant une dimension plus statique), mais aussi à celui de « milieu » (plutôt employé dans le sens restrictif de « milieu physique »), l’environnement peut être défini comme l’« ensemble des facteurs naturels, ou naturels modifiés par l’homme, voire artificiellement créés, qui conditionnent son existence (ou celle d’un autre organisme) » (Robert Delort). Autrement dit, il résulte de la combinaison des facteurs physicochimiques, biologiques et socioéconomiques qui forment le cadre de vie des groupes humains.

Le renouvellement en cours, en histoire médiévale, des questionnements liés à l’interrelation entre homme et environnement hérite à la fois des travaux fondateurs des géographes et des archéologues, d’une longue tradition d’histoire rurale et de géohistoire à la française et des premiers jalons d’une histoire du climat et des catastrophes naturelles posés dans les années 19701990 par des historiens comme Emmanuel Le Roy Ladurie ou Jacques Berlioz. Il se nourrit également des liens avec le courant d’histoire environnementale né aux ÉtatsUnis dans les années 1970 et fortement lié dès l’origine à l’écologisme ; ainsi que de l’apparition de nouvelles spécialités, telles que l’archéogéographie et des développements les plus récents des études paléoenvironnementales et des techniques et méthodes o et bioarchéologiques (palynologie, carpologie, anthracologie, sédimentologie, sans oublier l’archéozoologie, essentielle pour comprendre les relations entre homme et animal). Autant d’approches qui contribuent à renouveler notre façon d’appréhender et de comprendre les conséquences des implantations humaines sur les équilibres écologiques. La réflexion récente menée dans d’autres champs des sciences humaines et sociales lanthropologie, l’écocritique, l’écosophie ou l’écothéologie contribue également à enrichir les questionnements des médiévistes, incitant par exemple à se demander si le concept dhomo ecologicus, qui s’impose des obligations d’ordre éthique envers son environnement, a une réalité au Moyen Âge ou s’il s’agit d’une création du monde contemporain. Plus récemment, c’est à travers des problématiques novatrices émanant de l’histoire des émotions ou même de nouvelles approches en histoire politique que certains médiévistes ont réévalué la place de l’environnement dans l’histoire sociale, manifestant là encore la valeur heuristique du prisme environnemental pour l’appréhension des sociétés du passé. Les recherches sur des sujets aussi variés que l’histoire des paysages, les relations entre les hommes et les animaux, mais aussi entre les hommes et les plantes, l’exploitation des ressources minières ou aquacoles, ou encore les représentations de la nature, y compris dans l’art et la littérature, se sont ainsi multipliées ces dernières décennies, témoignant de la diversité des angles possibles pour appréhender le rapport, construit, entre sociétés humaines et environnement.

Autant de voies qui pourront être explorées lors de ce congrès, sans jamais étudier pour euxmêmes les phénomènes extérieurs à l’homme, mais en se concentrant sur les interactions de ces phénomènes avec les sociétés médiévales, selon trois axes. Pour ce faire, tous types de supports pourront être mobilisés dans la lignée de nombreux travaux récents associant, par exemple, documents d’archive, données archéologiques, iconographie ou textes littéraires afin de représenter au mieux la diversité des modes d’expression, des échelles et des temporalités complémentaires de ces rapports, du local au global, des temps géologiques à l’événement.

1. Aménagement, exploitation, pratiques sociales et spatiales

Ce premier axe cherchera à comprendre comment les sociétés médiévales s’adaptent à leur environnement et le transforment, intégrant ou contournant ses contraintes et exploitant ses atouts. La réflexion, en évitant toute approche déterministe, pourra s’articuler autour de l’occupation et de l’aménagement de l’environnement par l’homme, de ses habitats, de ses activités et des infrastructures qu’il met en place. Les interactions entre homme et environnement s’y traduisent de plusieurs façons : rapports de production, construction et pratiques de l’espace, concurrence et collaboration autour de l’accès aux ressources, impact sur les espèces animales et végétales…
Les activités de production incluent l’exploitation du sol, qu’il s’agisse de l’espace cultivé ou dédié à l’élevage (pratiques agraires, modes de culture et de gestion des sols,
extension des terroirs par assèchement de marais, défrichements ou autres ; structures agricoles spécifiques telles que les salines ou endiguements ; équilibre élevage/culture céréalière ; emprise spatiale de l’élevage ; élevage itinérant ; diffusion de pratiques telles que les garennes), mais aussi des ressources du soussol (minerais et métaux, pierre, tourbe, sel, etc.), des forêts (bois de charpente ou de chauffe, charbon, chasse et braconnage, etc.), ou d’autres milieux plus spécifiques. La pêche et la pisciculture, en mer ou en eau douce (gestion des étangs, pêcheries), et leur impact sur les écosystèmes comme sur les sociétés seront également à prendre en compte. Nombre de ces activités posent aussi la question de la temporalité, des rythmes, de la saisonnalité : certaines ont par exemple une dimension cyclique (le temps de la reconstitution du couvert forestier, du stock de poissons ou de gibier…), incitant à une approche évolutive et non statique des interactions entre les sociétés médiévales et leur environnement.
Audelà des considérations pratiques, on s’interrogera sur la dimension sociale de l’activité productive : usage collectif ou concurrentiel (communs, assolement, chasse, droits de boisillage ou de glanage…) ; organisation sociale autour de l’exploitation ; ou encore compétition pour l’accès aux ressources. En effet, le partage des ressources naturelles est un enjeu crucial pour toute société, particulièrement en cas de rareté (manque d’eau et de bois d’œuvre en zone aride par exemple), jusqu’à faire l’objet de réflexions juridiques sur la « propriété » et les usages coutumiers.

Ces questionnements seront l’occasion de mettre en exergue les nouvelles façons d’appréhender les dynamiques entre hommes, animaux, plantes, ressources et espaces développées ces dernières années, que ce soit à travers des études microhistoriques ou des
perspectives relevant de l’histoire globale.


2. Équilibres environnementaux, crises et résilience

Certaines de ces activités humaines sont source de déséquilibres et de nuisances (pollution, déforestation, amenuisement des ressources…), pouvant aller, dans des cas extrêmes, jusqu’à la destruction de certaines ressources. La thématique des pollutions et contaminations en particulier peut être développée dans des directions très diverses : pollution d’un espace rural ou urbain, mais aussi des corps euxmêmes, amenant à considérer les conséquences sanitaires, les maladies liées à l’environnement (pollution au plomb par exemple). Si une forme de surexploitation peut être la cause de ces dérèglements, d’autres facteurs peuvent être considérés, comme les déprédations et ravages des guerres (politique de la terre brûlée).
On pourra réfléchir sur les notions de seuil et d’extrême : commencent la surexploitation, le déséquilibre, voire la crise ? Observeton l’existence d’un effort de préservation par les hommes et femmes du Moyen Âge d’une partie de leur milieu (sauvegarde d’une partie du couvert forestier, gestion de l’eau en zone sèche ou de la pollution et du débit des cours d’eau…) ? Autant de questions qui amènent à interroger les notions d’équilibre et de « crises environnementales », notamment pour le XIVe siècle dans le cas de l’Europe.

Ces déséquilibres et le problème de l’accès aux ressources (terres, minerais, bois, eau…) posent aussi la question des liens entre crises et pouvoirs politiques : comment ces derniers anticipentils éventuellement une catastrophe ou y réagissentils a posteriori ? La période de l’aprèscrise constitue un moment intéressant à étudier : quelles sont les réactions ? Quels dispositions et aménagements suivent, qu’il s’agisse d’abandon ou de reprise d’infrastructures ou d’espaces, plus largement de réorganisation ? Selon quels rythmes ? Les réponses peuvent
également être d’ordre religieux : processions, litanies, rédaction de traités pour la prévention des épidémies
Ce deuxième axe sera ainsi l’occasion de croiser la part des facteurs « naturels » (aléas climatiques, sismicité, invasions de nuisibles…) et celle des facteurs sociaux dans l’émergence de crises environnementales. Dans le cas des crises alimentaires, la ligne de partage entre les deux n’est pas toujours claire : si des facteurs climatiques peuvent les engendrer, elles peuvent également être dues à une mauvaise gestion des stocks ou à des phénomènes d’accaparement et de spéculation.


3. Représentations et perceptions de l’environnement

Confronté au monde qui l’entoure, l’homme a cherché à appréhender et à rendre compte de cet environnement, ainsi qu’à trouver des explications aux manifestations de la nature, aux phénomènes géomorphologiques, météorologiques et climatiques, aux maladies. Toutes les formes de constructions intellectuelles (textuelles ou figurées) élaborées par les acteurs du Moyen Âge afin d’appréhender et d’interpréter leur environnement seront ainsi au cœur de ce dernier axe : conceptions théologiques, philosophiques, juridiques, littéraires, esthétiques, mais aussi didactiques ou géographiques (cartes par exemple), permettant à la fois de représenter le monde environnant, de se l’approprier et de l’expliquer.
Au cours de la période médiévale se développent de nouveaux rapports dynamiques entre l’homme, le monde et Dieu, qui témoignent d’une attention croissante pour la nature. L’étude de la théologie et des cadres juifs, chrétiens et musulmans d’explication du monde est une des perspectives qui permettent d’envisager ces rapports. La perception de la nature comme produit de la Création induit des schémas d’interprétation, des pratiques, des comportements : l’idée de colère ou de bienveillance divine, une conception providentialiste du monde, une certaine efficience prêtée à la parole tournée vers le Ciel ou adressée aux saints. Pourront ainsi être mobilisés les récits de miracles liant le saint et la nature dans la littérature hagiographique, les mentions de bénédictions destinées à favoriser les cultures dans certains sacramentaires, ou de messes votives destinées à faire tomber la pluie, repousser la tempête ou la maladie des animaux.

Alors que l’essor des sciences arabes, au carrefour d’influences multiples, est déjà ancien, en Occident, c’est avec le développement scolastique et l’apport de nombreux textes philosophiques et scientifiques traduits depuis le grec ou l’arabe que les descriptions et
explications de phénomènes « naturels » se multiplient. Tandis que la philosophie naturelle étend son domaine disciplinaire audelà de l’ancien quadrivium, on observe un intérêt croissant pour l’explication rationnelle du monde. On pourra se demander quels sont les facteurs qui expliquent de tels changements de perspective, mais également quelle est la part de la mystique dans l’investigation de la nature. Le développement de la médecine, de la pharmacopée, de la botanique influe sur les conceptions et le discours sur l’environnement, entraînant la multiplication de nouveaux écrits : traités de médecine ou vétérinaires, d’astronomie, de chasse, encyclopédies… À la fin du Moyen Âge, alors que le monde commence à être compris par l’observation, les peintres témoignent aussi, à leur façon, de ces nouvelles façons d’appréhender l’environnement, en introduisant un souci nouveau de réalisme dans sa représentation.

In fine, ce congrès sera l’occasion de se demander comment ces différentes dimensions des relations entre les sociétés médiévales et leur environnement peuvent permettre aux médiévistes, quel que soit leur espace d’étude, de se réapproprier et de reconsidérer sous un jour différent des thématiques anciennes, tout en faisant dialoguer approches matérielles, textuelles et iconographiques afin de croiser les regards sur les représentations et les pratiques sociales médiévales.

[Appel à communication] : Le sang et la vertu. Noblesse de sang et noblesses d’âme au Moyen Âge (oct. 2023)

Appel à communications : Le sang et la vertu.
Noblesse de sang et noblesses d’âme au Moyen Âge

Colloque international – Poitiers, 12-14 octobre 2023

CESCM – UMR 7302 et CRM – UMR 8596

Call for papers: Blood and Virtue.
Nobility of Blood and Nobilities of soul in the Middle Ages

International colloquium – Poitiers, 12th-14th October 2023

CESCM – UMR 7302 and CRM – UMR 8596

            L’existence, au Moyen Âge, d’une catégorie sociale disposant d’une situation élevée en raison de sa naissance est un véritable lieu commun. Dès le VIIe siècle, Isidore de Séville, jouait sur notus (de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis, et définissait le noble comme « celui dont le nom et la famille sont connus ». Cependant, alors que cette qualité se transmet de manière héréditaire, la prééminence sociale de la noblesse est aussi justifiée par les qualités et les vertus éminentes de ses membres. Vers 1030, Wolfhere de Hildesheim rappelle, dans sa Vita Godehardi, que « nul ne doit être considéré comme noble s’il ne peut prouver avoir été anobli par la vertu ». Les auteurs du XIIe siècle reprennent longuement cette idée, s’appuyant sur les écrivains de l’Antiquité et notamment sur un célèbre passage des Satires de Juvénal : « À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu ».

Cette contradiction est réutilisée à l’envi par les clercs qui, en opposant la noblesse de sang et la noblesse d’âme, entendent critiquer la conduite des aristocrates pour leur proposer un modèle comportemental davantage en accord avec la doctrine chrétienne ou encore mettre en exergue les qualités suréminentes d’une personnalité dépourvue de noblesse de sang mais revêtue de sainteté. D’autres penseurs résolvent assez facilement ce paradoxe apparent grâce à l’idée d’une transmission par le sang d’une prédisposition à la vertu. Si Jean de Meung, dans le Roman de la Rose, affirme d’abord « Nul n’est noble s’il n’est attentif aux vertus […] Noblesse vient des qualités de cœur. Car noblesse de lignage n’est pas noblesse qui vaille si la bonté du cœur y faille », il ajoute ensuite « Aussi, en eux doit reparaître la grandeur d’âme de leurs parents qui conquirent la noblesse par leurs grands exploits ». Le consensus autour de la supériorité de la noblesse d’âme sur la noblesse de sang se traduit par une attente sociale de l’existence de ces qualités éthiques chez ceux à qui l’on reconnaît une prééminence héréditaire. Cela implique également la possibilité de sa perte comme le souligne Jean Miélot, traduisant le De nobilitate de Buonaccorso de Montemagno : « Cuides-tu que on doive appeler ceulx cy nobles, desquelz la vie a este plus meschant de tant quilz ont estaient en eulx la plus excellente lumiere de noblesse ? » La réponse est sans appel : « Ilz ont deservi d’estre appellez non pas seulement non nobles, mais tres obscurs et descongneus ». La valeur sociale du sang et de la naissance est donc contrebalancée par le comportement individuel qui rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire.

            Partant du constat que la tension entre sang et vertu dans la conception de la noblesse mérite encore d’être approfondie, tout comme du besoin de faire la synthèse des recherches souvent éparses sur ces questions, une première journée de prospection a été tenue en mai 2021. Il est apparu que la dimension éthique de la représentation de la noblesse offrait un champ d’étude encore en partie à explorer, et qu’il s’agissait d’une voie d’approche particulièrement riche et prometteuse pour renouveler les travaux consacrés à la noblesse. Le projet de colloque issu de ces premières réflexions a pour objet d’examiner la manière dont s’articulent, dans la Chrétienté latine médiévale, noblesse héréditaire et noblesse d’âme. Il invite les participants à se pencher sur les représentations mentales partagées ou, au contraire, antithétiques, que les non-nobles et les nobles pouvaient avoir de la dimension éthique du rôle social de ces derniers. Il appelle à une approche largement interdisciplinaire, dans la mesure où ces thématiques relèvent de l’histoire, de l’histoire de l’art, de l’histoire du droit et de la littérature. Le cadre temporel et géographique doit amener à saisir aussi bien les continuités que les évolutions ou les spécificités régionales.

Nous proposons trois axes de réflexion pour ce colloque :

  • Axe 1 : La noblesse d’âme des nobles de sang.
  • Axe 2 : La noblesse d’âme comme fait social.
  • Axe 3 : La noblesse d’âme comme critère de noblesse.

Axe 1 : La noblesse d’âme des nobles de sang.

            Ce premier axe questionne les conceptions théoriques de la noblesse d’âme et de la vertu qui est attendue de la part des nobles. À quoi correspondent ces qualités éthiques que l’on exige des nobles ? Quels sont les comportements attendus d’un noble qui permettent de justifier sa suprématie sociale ? Peut-on parler d’une position univoque de la société face à ces attentes ? Existe-t-il des modèles concurrents ? Comment le noble vertueux ou, au contraire, son antithèse est-il représenté dans l’iconographie ou la littérature ? Comment pense-t-on les rapports entre la virtus qui se transmet de manière héréditaire et les actes bons qui relèveraient du libre arbitre individuel ?

Axe 2 : La noblesse d’âme comme fait social.

            Il s’agit ici de s’interroger sur la manière dont ces conceptions théoriques se traduisent dans les faits. Les nobles se sentent-ils tenus par des obligations éthiques ? La dialectique entre le sang et la vertu est-elle reflétée par le système de valeurs que les nobles se transmettent de génération en génération ? Se traduit-elle dans ses engagements politiques et religieux ? Qu’en est-il des communautés non-chrétiennes au sein de la Chrétienté latine ?

Axe 3 : La noblesse d’âme comme critère de noblesse.

            Ce troisième axe entend s’interroger sur la noblesse d’âme en tant que critère discriminant au sein du groupe social nobiliaire, mais aussi de la société toute entière. La reconnaissance de qualités éthiques peut-elle entraîner un anoblissement ? Le mérite éthique facilite-t-il l’intégration à la noblesse ? Est-il perçu comme déterminant dans l’ascension sociale ? Quelle est la part de l’aspect éthique dans l’existence de professions anoblissantes ou, au contraire, dérogeantes ? Quelle part tient l’absence de ces « qualités de cœur » dans la déchéance d’un noble ? Est-il possible de perdre son appartenance à la noblesse pour des raisons d’ordre exclusivement moral ? La chute d’un individu entraîne-t-elle la damnatio memoriae de toute sa maison ? Existe-t-il des possibilités de regagner sa noblesse après une déchéance ? Qu’en est-il des enfants d’un noble déchu ? Comment cela se traduit-il aussi bien symboliquement que concrètement ?

The existence, in the Middle Ages, of a social category with a high situation because of its birth is commonplace. As early as the 7th century, Isidore of Seville played on notus (adjectivized past participle of gnosco, “know”) and its derivatives notabilis and nobilis, and defined the noble as “Someone whose name and family are known”. However, while this quality is inherited, the social pre-eminence of the nobility is also justified by the outstanding qualities and virtues of its members. Around 1030, Wolfhere of Hildesheim recalled that “no one should be considered noble if he cannot prove that he was ennobled by virtue”. The authors of the twelfth century take up this idea at length, relying on the writers of Antiquity and in particular on a famous passage of the Juvenal’s Satires: “What is the point of family trees? What is the point of being famous because of a long chain of ancestors? The only nobility is the virtue”.

This contradiction is reused nonstop by the clerics, who in opposing the nobility of blood and the nobility of soul, intend to criticize the conduct of the aristocrats to propose them a behavioral model closer with the Christian doctrine or to emphasize the overbearing qualities of a personality devoid of blood nobility but holy. Other thinkers quite easily resolve this apparent paradox through the idea of a blood transmission of a predisposition to virtue. If Jean de Meung, in the Roman de la Rose, first of all, affirms “No one is noble unless he is attentive to virtues… Nobility comes from qualities of the heart. For nobility of lineage is not nobility that is worth if the goodness of the heart fails it”, he then adds “Also in them must reappear the greatness of soul of their parents who conquered the nobility by their great exploits”. The consensus around the superiority of soul nobility over blood nobility results in a social expectation of the existence of these ethical qualities in those to whom we recognize a hereditary pre-eminence. This also implies the possibility of his loss. The social value of blood and birth is therefore counterbalanced by the individual behavior that reflects on each nobiliary dynasty.

Starting from the observation that the tension between blood and virtue in the conception of the nobility still deserves to be dealt in depth and the need to synthesize the often-scattered research on these questions, the first day of prospecting was held in May 2021. It appeared that the ethical dimension of the representation of the nobility offered a field of research still in part to be explored and that it was a particularly rich and promising approach to renew the nobility studies. The purpose of the draft colloquium resulting from these first reflections is to examine how are articulated, in medieval Latin Christianity, hereditary nobility and nobility of soul. It invites the participants to consider the shared or, on the contrary, antithetical mental representations that non-nobles and nobles could have of the ethical dimension of the latter’s social role. It calls for a broadly interdisciplinary approach, insofar as these themes relate to history, art history, the history of law, and literature. The temporal and geographical framework must make it possible to grasp both continuities and regional developments or specificities.

We propose three themes of reflection for this colloquium:

  • Theme 1: Blood nobles’ Nobility of soul.
  • Theme 2: Nobility of soul as a social fact.
  • Theme 3: Nobility of soul as a criterion of nobility.

Theme 1: Blood nobles’ Nobility of soul.

This first theme questions the theoretical conceptions of the nobility of soul and the virtue that is expected from the nobles. To what do these ethical qualities which are demanded of nobles correspond? What are the expected behaviors of a nobleman that justify his social supremacy? Can we speak of a firm’s unequivocal position in the face of these expectations? Are there competing models? How is the virtuous noble or, on the contrary, its antithesis represented in iconography or literature? How do we think about the relationship between the virtues that are passed on hereditary and the good acts that would come under an individual free will?

Theme 2: Nobility of soul as a social fact.

The question here is how these theoretical conceptions are translated into reality. Do nobles feel bound by ethical obligations? Is the dialectic between blood and virtue reflected in the system of values that the nobles pass on from generation to generation? Does it translate into its political and religious commitments? What about the non-Christian communities within Latin Christendom?

Theme 3: Nobility of soul as a criterion of nobility.

This third theme aims to question the nobility of the soul as a discriminating criterion within the aristocratic social group, but also within society as a whole. Can the recognition of ethical qualities lead to an anomaly? Does ethical merit facilitate integration into the nobility? Is it perceived as a determinant of social ascension? What is the share of the ethical aspect in the existence of ennobled or, on the contrary, derogatory professions? What part does the absence of these «qualities of heart» play in the decline of a nobleman? Is it possible to lose one’s nobility for exclusively moral reasons? Does the fall of an individual lead to the damnatio memoriae of his entire house? Are there opportunities to regain nobility after a forfeiture? What about the children of a fallen nobleman? How does this translate both symbolically and concretely?

Période/Period : Ve-XVe siècles/5th-15th centuries

Espace/Area : Chrétienté latine/The Latin West

Lieu/Place : Poitiers, CESCM.

Date/Date : 12-14 octobre 2023/12th-14th October 2023

Modalités d’intervention/Communication form

Les communicants interviendront sur une durée de 30 minutes qui sera suivie d’un temps de discussion.

Papers will be 30 minutes each, followed by a discussion.

Modalités de soumission/Submission form

Les propositions de communication devront correspondre aux thèmes de réflexion développés ci-dessus. Elles prendront la forme d’un résumé (300-500 mots), accompagné d’un titre provisoire. Elles devront être soumises par email en format Word ou OpenOffice (.doc, .docx, .odt) aux organisateurs avant le 1er juin 2022.

The communication proposals should correspond to the themes of reflection developed above. They will take the form of a summary (300-500 words), accompanied by a provisional title. They must be submitted by email in Word or OpenOffice format (.doc, .docx, .odt) to the organizers before 1 June 2022.

Organisateurs/Organizers

Édition/Publication

Les actes de ce colloque, accompagnés de ceux de la journée d’étude de prospection du 8 mai 2021, seront publiés.

The proceedings of this colloquium, along with those of the exploration Study day of May 8th, 2021, will be published.