Archives de catégorie : Actualités / News

[17-28 juin] : Semaines d’études médiévales 2019

Le CESCM organise depuis 1954 une session annuelle internationale francophone de formation, qui regroupe une cinquantaine d’étudiants, doctorants et jeunes chercheurs, français et étrangers. Les conférences, les séances de travail autour des ressources documentaires, les excursions et visites au programme des stagiaires sont proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier.

Cette manifestation interdisciplinaire, unique en son genre, a contribué à construire et à renforcer, depuis une soixantaine d’années, un solide réseau national et international dans le domaine de l’étude du Moyen Âge.

Date : 17 au 28 juin 2019

Lieu : CESCM – Hôtel Berthelot – 24 rue de la Chaine – Poitiers


Admission sur dossier, date limite de candidature : 30 mars 2019

 

Les candidatures des stagiaires peuvent être renvoyées dès à présent* au moyen du Formulaire de candidature

Auditeurs libres : Bulletin d’inscription

Pour consulter les  Modalités pratiques

*Merci d’imprimer le document et de le remplir puis de nous le transmettre par courriel ou par voie postale.


Renseignement : sem.cescm@univ-poitiers.fr

Tél.  33(0)5 49 45 45 57

Cliché J.-P. Brouard/CESCM




Programme

Lundi 17 juin

9h30 – Accueil des stagiaires, présentation du déroulement des Semaines d’études et des ressources documentaires,  visite des locaux.

14h – Visite de l’église Notre-Dame-la-Grande (Cécile Voyer)

16h30 – Conférence inaugurale de Corrado Bologna (École normale supérieure de Pise) : Dante : pouvoir de la langue et langue du pouvoir

18h30 : Cocktail de bienvenue

Mardi 18 juin

Annulé : 9h – Corinne Beck (Université de Valenciennes) : Géohistoire des forêts : au croisement entre temporalités et territorialités

14h – Lola Badia (Université de Barcelone) : La France dans le roman catalan du XVe siècle Curial e Güelfa

17h – Visite de l’église Saint-Hilaire-le-Grand (Cécile Voyer)

Mercredi 19 juin

9h – Quitterie Cazes (Université de Toulouse Jean Jaurès) : Art et politique à Toulouse autour de 1100

Après-midi : séance aux Archives départementales de la Vienne

14h – Joseph Morsel (Université Panthéon-Sorbonne) : Pour quand écrire ? Temporalité médiévale, représentation spatio-temporelle et production de chartes (dans l’Empire, XIII-XVe siècles)

16h30 – Présentation d’archives (Gaël Chenard et Pierre Carouge)

Jeudi 20 juin

9h – Isabelle Ragnard (Sorbonne Université – Faculté des lettres) :  L’invention de la musique médiévale dans la première moitié du XXe siècle par le prisme des enregistrements discographiques

13h30 – Visite des salles médiévales du Musée Sainte-Croix (Marcello Angheben, Cécile Treffort)

16h30 – Café-débat Janua

Vendredi 21 juin

9h – Marco Mostert (Université d’Utrecht) : Nouvelles démarques dans l’étude de la communication au Moyen Âge : l’oral, l’écrit et le non-verbal parmi les sans-nom 

14h – Howard Bloch (Université de Yale) : Les pierres disputantes : Théophile, saint Étienne, et Abélard sur les portails nord et sud de Notre-Dame de Paris 

17h – Visite de la cathédrale Saint-Pierre (Claude Andrault-Schmitt)

Samedi 22 juin – journée libre
Dimanche 23 juin

Excursion dans le Poitou : château de Gencay, église de Civray, bourg et abbaye de Charroux (Clément Armand, Martin Aurell, Cécile Treffort, Cécile Voyer)

Lundi 24 juin

10h30 – Présentation des ressources numériques de la médiévistique (Anne-Sophie Traineau-Durozoy) en salle informatique de l’UFR SHA

14h – Alban Gautier (Université de Caen Normandie) : Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux : bilan et perspectives 

16h30 – Visite du baptistère Saint-Jean (Cécile Treffort)

Mardi 25 juin

9h – Maria Colombo (Sorbonne Université – STIH) : Du langaige rommaint antique au langage moderne françois: réécritures et sentiment de la langue entre le XIIe et le XVIe siècle

14h – Stéphane Boissellier (Université de Poitiers – CESCM) : D’une culture (arabo-musulmane) à une autre (latino-chrétienne) dans le Gharb al-Andalus / sud du Portugal, XIIe-XVe siècle

16h30 – Présentation des manuscrits enluminés de la Médiathèque François-Mitterrand (Cécile Voyer)

Mercredi 26 juin

9h – Maria Filomena Coelho (Université de Brasilia) : Entre Portugal et Bourgogne : allers retours d’une historiographie des institutions (XIIe siècle)

13h30/ 19h – Excursion à Parthenay : église Saint-Pierre de Parthenay-le-Vieux, couvent des Cordeliers, ville médiévale (Pierre Levron, Robert Maxwell, Cécile Treffort)

Jeudi 27 juin

9h – Robert A. Maxwell (Institute of Fine Arts – Université de New Yok) : Discernement et crédulité dans l’art du XIIe siècle 

14h – Visite de l’église Sainte-Radegonde (Claude Andrault-Schmitt)

19h – Repas international (Association Janua – Société d’études médiévales)

Vendredi 28 juin

9h – Conférence de clôture : Roberto Delle Donne (Université de Naples Federico II) : Fiscalité et culture politique dans le Royaume angevin de Sicile

11h30 – Conclusions par Martin Aurell, directeur du CESCM

 


 

                  

                   

 

Robert Favreau se raconte auprès d’une élève de 3e

Tout d’abord, je me présente. Je suis Sarah Arlaud, élève de troisième au collège Camille Claudel de Civray qui vient de réaliser son stage au CESCM, après de longs mois d’attente !

Ensuite, voici l’interview de M. Robert Favreau, un homme d’histoire, avec qui j’ai eu l’occasion de passer un peu de temps. J’ai pu découvrir une mine d’or humaine ! J’en profite pour remercier Mme. Vanessa Ernst-Maillet pour m’avoir proposé cette publication, et maintenant, place à l’action !

Avant de travailler dans l’épigraphie, vous m’avez dit avoir exercé un autre métier. Peut-être pourrions-nous commencer par en parler ?

Oui, j’ai commencé par être conservateur aux Archives Nationales, et à la direction des Archives de France, puis aux Archives Départementales du Maine-et-Loire. C’est un métier qui consiste à s’assurer de la bonne conservation de toutes les archives nationales, du patrimoine, de tout ce qui a été protégé depuis les origines, de les inventorier, et de les mettre à la disposition du public.

J’ai donc fait ce travail, aux Archives de France, à Paris, et ensuite en province, à Angers, où j’étais directeur des Archives pendant 15 ans. J’ai travaillé dans le cadre des Archives de France pendant 11 ans.

Aviez-vous déjà besoin de connaître le latin et les documents anciens ?

Le cursus de l’École des chartes nécessite de bien connaître le latin. De mon temps, pour le concours d’entrée à cette école, il fallait faire une version latine sans dictionnaire et un thème latin sans dictionnaire. La version latine, ça allait, mais le thème, c’était plus difficile !

C’est donc ensuite que vous a été proposé un poste d’épigraphiste ?

On m’a proposé en juillet 1968 un poste d’enseignant en histoire médiévale à l’Université de Poitiers, avec pour objectif de mettre en place un enseignement d’épigraphie médiévale. Donc j’avais toute une série de cours d’histoire, plus un cours sur l’épigraphie médiévale, chaque année.

Comment est-ce que le changement entre ces deux professions, qui sont quand même assez différentes, s’est-il effectué ?

Alors, ce n’est pas tout à fait simple, bien que ce soit toujours de l’histoire médiévale, pour ça ce n’était pas un problème, mais pour pouvoir faire carrière dans l’Éducation nationale à titre d’enseignant à l’université, j’ai dû faire une thèse de doctorat, c’est un travail considérable, et j’avais déjà à ce moment-là, quand je suis arrivé ici, 4 enfants, et quand j’ai terminé, j’en avais 6. Mais c’était difficile de tout mettre d’aplomb, dans l’ensemble.

Donc, j’ai soutenu ma thèse de doctorat en 1974, puis j’ai suivi le cursus normal : maître de conférence, et ensuite, professeur.

Avez-vous eu du mal, au début ?

Non, je n’ai pas eu du mal, mais il a fallu beaucoup travailler, tout le temps.

Est-ce que ça vous a fait peur, de changer comme ça, d’un coup ?

 

Non, je n’ai pas eu peur, ça m’allait bien, d’enseigner l’histoire du Moyen Âge. Il n’y a pas eu de problème de peur. Il faut bien préparer son travail, c’est tout, c’est toujours la même chose.

Pourquoi avez-vous accepté cette proposition ? Pourquoi vous êtes-vous lancé dans cette aventure ?

Ce sont parfois les hasards d’une carrière. Si je n’avais pas eu cette proposition, je serais resté aux Archives. Et en même temps, à la même date, on m’a proposé un poste de professeur à l’École des chartes. Ce qui n’était pas trop mal non plus !

Donc, j’avais déjà 4 enfants, et je n’avais pas envie de continuer ce que j’avais fait durant mon début carrière, c’est-à-dire de les promener sur les trottoirs de Paris. Je souhaitais que mes enfants aient une éducation tranquille, qu’ils puissent respirer le bon air. De plus, mes parents étaient en Poitou et mes beaux-parents étaient en Limousin, ce qui n’était pas trop loin non plus.

C’est pour cette raison là que j’ai changé. Ça a été pour moi un choix difficile. Pour tout vous dire, précisément, mon quatrième enfant, qui avait 5 mois, a eu une très grave maladie en novembre, et je devais donner une réponse positive à Poitiers pour commencer à y travailler en janvier 1969. Il a été en danger de mort. On l’a récupéré le 24 décembre 1968. Aujourd’hui, il va très bien ! Mais ça a été difficile à prendre comme décision.

C’était quelque chose d’assez inattendu. Peut-on dire que cela vous déclencha une nouvelle passion ?

Ce n’est pas comme ça que je répondrais. Cela m’a apporté beaucoup au niveau du travail d’un historien médiéviste. L’historien médiéviste étudie les sources, il met en place et il fait une synthèse. Mais pour l’épigraphie médiévale, on a un texte, il faut savoir exactement ce qu’il veut dire. C’est-à-dire que ça élargit considérablement la culture. Il faut vraiment se mettre à la place d’une personne du XIème-XIIème siècle, quelle était sa culture, quelles étaient ses connaissances, quelle était sa façon de prier, notamment la liturgie. Il y avait le calendrier des saints, il faut tenir compte de ça aussi. Il y avait la question de la théologie, ou le commentaire de l’écriture aussi ! On trouve une citation biblique et on réfléchit à ce qu’on voulait lui faire dire à l’époque. Il faut donc aller voir tous les auteurs qui en ont parlé. Ça m’a apporté beaucoup, ça je peux le dire, ça m’a apporté beaucoup de faire de l’épigraphie.

Quelles étaient les conditions dans lesquelles vous avez évolué ? Comment avez-vous consacré du temps à l’épigraphie, en parallèle de votre travail ?

C’est un travail supplémentaire, par rapport à l’enseignement. C’était presque un double travail, car la partie épigraphie médiévale m’obligeait à faire des recherches sur le terrain, même si ce n’était pas mon travail. Ni tout le reste : les publications et la circulation sur le terrain pour photographier et étudier les inscriptions. Tout ça, c’était de la charge en plus, et bénévole, bien sûr. Mais ce n’est pas grave. L’argent n’est pas tellement important, ce qui compte c’est ce qu’on aime faire.

Comment en avez-vous fait, finalement, un métier ? Car vous l’avez totalement intégré dans votre vie, et vous êtes donc devenu épigraphiste, en quelque sorte ?

Oui, je suis devenu épigraphiste. Et je suis resté historien. L’épigraphie fait partie de l’histoire. C’est une source de l’histoire. La seule chose, c’est qu’elle a été peu étudiée par les historiens médiévistes parce qu’il y a des tonnes et des tonnes de chartes, de registres et autres à étudier. On ne va pas forcément aller étudier les inscriptions à côté. Donc là, une bonne partie de tout ce que j’ai fait, ça a été pour mettre cette source à la disposition des historiens et pour montrer aux historiens, qu’ils doivent comprendre les sources épigraphiques dans les sources de l’histoire. Ça c’est vraiment important. Je dirais une chose, quand j’ai commencé à travailler et que j’utilisais la photothèque, on avait des photos qui étaient prises pour l’historien de l’art. Et quand il y avait une inscription tout à fait en bas d’un tableau, souvent elle ne figurait pas sur la photo, bien qu’elle fasse parti du travail de l’historien de l’art. Donc j’ai fait un travail un petit peu dans tous les domaines possibles, de manière que les historiens, les historiens de l’art, soient conscients qu’il faut qu’ils les étudient. J’ai fait plus de 80 articles sur l’épigraphie et les inscriptions françaises, mais aussi italiennes, espagnoles, allemandes, suisses, … Elles sont dans différentes revues de façon à ce que l’attention des gens soit attirée. Donc, le travail c’était d’enseigner l’épigraphie, de mettre les textes à disposition des historiens et de les amener à inclure les inscriptions médiévales dans les sources. Il y a les sources écrites, iconographiques et puis, il y a les sources épigraphiques. Il faut en tenir compte.

Donc vous-avez rendu l’épigraphie accessible, vous l’avez rendu importante ?

Plus accessible sûrement, c’était vraiment difficile de l’étudier. Il faut la comprendre parmi les sources donc il faut l’étudier avec les sources.

Travaillez-vous en équipe ?

Je crois que c’est important. Déjà, l’enseignement, ce n’est pas uniquement faire un cours général, c’est aussi être en contact avec des étudiants qui font des travaux, des mémoires, des thèses. Il faut les suivre, les aider, leur proposer des choses différentes. Donc dès le début, on travaillait en équipe. De toute façon, il y a tout un travail de mise en place des fichiers et autres que je ne pouvais pas faire. Il fallait aussi quelqu’un qui assure la mise au propre, la mise en page. J’ai contrôlé tout le travail, mais je ne pouvais pas faire tous ces travaux matériels. Cela n’aurait pas été possible. Du moins, du point de vue du temps. Et puis je pense que c’est toujours d’actualité. Il y a beaucoup de parties du travail où on échange ; l’un a une idée, l’autre à une autre idée. Le travail en équipe est important.

Tous ces ouvrages que vous avez écrits, vous l’avez fait avec l’un de vos collègues, c’est ça ?

Oui, j’y ai participé. J’ai signé ces volumes avec Jean Michaud, qui était là depuis le début. Et puis, avec une autre personne, qui était chargée de revoir toutes les publications, les revues, pour introduire dans les fichiers les nouvelles références qu’on pouvait trouver. Donc, nous avons signé à trois. C’est très bien, et je crois que c’est comme ça qu’il faut faire. Ça se fait, mais si vous regardez les inscriptions allemandes, espagnoles, suisses, c’est une seule personne qui a fait le travail. Je préfère comme nous avons fait.

Pour avoir plusieurs angles et points de vue ?

Oui, l’important, ce n’est pas d’avoir son nom, cité tout seul. L’important, c’est que le travail se fasse, et qu’il soit de bonne qualité. Et il est meilleur lorsqu’on travaille en équipe.

L’épigraphie médiévale » est l’un de vos ouvrages. Il regroupe toutes les bases de l’épigraphie. Pourquoi l’avoir publié ?

D’abord parce que l’on me l’a demandé, et ensuite parce que j’étais à la retraite, du moins j’y arrivais. J’avais quand même près de 30 ans de travail d’épigraphie médiévale et il n’y avait rien pour guider les nouveaux chercheurs, les étudiants. Donc, c’est toute mon expérience de 30 ans que j’ai mise à la disposition de la recherche en réalisant cet ouvrage. C’est difficile de faire un premier manuel car il n’y a pas de références. Mais, j’étais, comme je l’ai dit, à la retraite, et j’ai commencé ce travail le premier jour de ma retraite. J’ai alors commencé à ouvrir les fichiers, les archives, il m’a fallu trois ans pour le mener à bien.

Et finalement, quel regard portez-vous sur votre parcours ?

Ah ! Mon parcours à moi ! J’ai fait de mon mieux ce que j’avais à faire au moment où je travaillais. Et ça, c’est peut-être ma meilleure fierté. J’ai quand même 87 ans, et j’ai bien fait mon travail d’archiviste, puisque quand je suis parti on m’avait proposé d’être professeur d’archivistique à l’École des chartes. Ce qui veut dire que je n’avais pas mal travaillé quand même. On m’a appelé ici et on m’a chargé d’épigraphie médiévale. J’ai fait le travail, et je pense que ça a été plutôt positif ! J’ai fait de mon mieux à chaque fois que j’avais un travail qui m’était confié. Alors après, j’ai publié beaucoup ouvrages, mais bon, ça c’est une chose. Pour moi, en tant qu’homme, c’est d’avoir bien fait ce que j’avais à faire !

Quelles ont été, selon vous, les étapes les plus importantes de votre parcours ?

D’abord l’École des Chartes, là c’est plus personnel. J’ai été longtemps malade, donc quand j’ai recommencé à pouvoir travailler, je suis allé à Paris faire le concours d’entrée de cette école. Je l’ai préparé tout seul, et, au lieu de deux ans, en un seul, en travaillant quatorze – quinze heures par jour. Et ce, tous les jours. Ça a été une étape. Après, j’ai fait mon travail aux Archives Nationales et Départementales, et j’étais très bien dans ce métier, parce qu’on était tout le temps en contact avec le document. Et moi, c’est ça qui m’intéresse ; le document, l’étudier, voir tout ce qu’il apprend en le mettant à la disposition des historiens.  J’aurais pu continuer longtemps là-bas, ça ne m’aurait pas du tout gêné. Et puis, quand je suis venu ici, j’ai dû faire un changement radical ; changement de vie, parce qu’il fallait que j’enseigne quelque chose que je ne connaissais pas, et parce qu’il fallait être enseignant. A l’époque le CESCM était sous la tutelle d’une commission de spécialistes à Paris, et donc, quand le directeur est parti à la retraite en 1981 il n’y a pas eu d’élections, on m’a dit : « C’est vous, qui allez le remplacer ». J’ai accepté.

La vie vous mène comme ça. Il a fallu, pendant plus de trente ans, être à la fois professeur d’épigraphie, directeur du centre et parent, quand même.

Dernière question. Maintenant, quels sont vos projets ?

Quels sont mes projets ? Maintenant, je n’ai plus vraiment de projets. Il faut être raisonnable, et je n’ai plus l’âge de faire des projets à de longues distances, parce que, un jour ou l’autre on meurt, et à mon âge, c’est beaucoup plus près que pour vous ! Donc, pour le moment, ce qui m’intéresse, c’est d’aider l’épigraphie médiévale, qui n’a pas beaucoup de moyens. Simplement car il n’y a qu’un chercheur. Et donc, je fais du travail, tous les matins, pour l’épigraphie médiévale. Puis, Estelle Ingrand-Varenne (IR -CNRS en analyse de sources au CESCM) est partie pour 3 mois en mission, et elle m’a demandé un travail pour préparer le prochain volume du corpus. Et pour le reste, j’avais beaucoup de dossiers en attente que j’avais travaillés. J’ai réglé tous les problèmes et tous les dossiers. Maintenant je fais des recherches, publie des articles, fait des conférences quand on me le demande. Après, on verra.


Je remercie M. Favreau pour le temps qu’il m’a accordé, aussi bien pour ses explications sur l’épigraphie et les découvertes qu’il m’a fait faire, que pour cette interview. Ce fut une expérience très intéressante, riche et surtout, épanouissante. Et là, je parle de l’ensemble de ce stage. J’en reviens changée, et décidée à affronter l’avenir !

Merci à tout le CESCM !

 

 

 

[Exposition] Détails – inattendus, curiosités et bizarreries. Les peintures de la nef de Saint-Savin


Exposition de photographies de détails des peintures de Saint-Savin, captés par Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM

Dates : du 9 novembre 2018 au 19 décembre 2018
Apéritif inaugural : jeudi 8 novembre, à 11h30, pôle documentaire Berthelot

Lieux : Poitiers, Faculté des Sciences humaines et arts
* Espace d’expositions de SHA et BU Michel Foucault – 8 rue René Descartes, bât. E18
* Hôtel Berthelot, pôle documentaire et salle Crozet – 24 rue de la chaîne, bât. E13

Exposition organisée par le CESCM, sous la coordination de Chrystel Lupant et Carolina Sarrade, avec le soutien de la commission Vie culturelle et associative de la faculté des Sciences humaines et arts, en partenariat avec l’EPCC de Saint-Savin-sur-Gartempe et Vallée des Fresques, et la BU Michel Foucault.

Entrée libre

 
Joseph main Pharaon 1200 (Cliché J-P Brouard / CESCM)

L’occasion de redécouvrir les peintures de Saint-Savin-sur-Gartempe, si souvent citées ou publiées, mais dont nous méconnaissons beaucoup de détails. Les photographies montrent ce que l’œil ne voit pas depuis le sol de la nef, les repentirs des peintres, les modifications, les curiosités et autres bizarreries.
L’exposition permet aussi de découvrir les strates de la peinture, grâce au travail d’archéographie réalisé par Carolina Sarrade et aux panneaux prêtés par l’EPCC de Saint-Savin. Une sélection de quelques ouvrages de la BU complète cette présentation.


Horaires d’ouverture :
– Espace d’expositions et BU Michel Foucault :
du lundi au vendredi : 8h30 / 18h30
le samedi : 9h / 17h (accès le samedi par le 23 bis rue des Carmélites)
– Hôtel Berthelot – Pôle documentaire :
du lundi au vendredi : 9h / 17h

L’œil et le clic : la captation du sensible

Johannes (Jan) Vermeer – Christ in the House of Martha and Mary – Google Art Project.jpg

Parmi les milliers d’images qu’il a photographiées et numérisées au cours de sa longue carrière au CESCM, Jean-Pierre Brouard a sans aucun doute traité, à un moment ou à un autre, une peinture ou une sculpture figurant la scène de l’évangile de Luc, dans laquelle le Christ est reçu par Marthe et Marie.

Les deux figures, dans leur relation à celui qui entre dans leur maison, proposent deux modalités complémentaires de la vie de service. Marthe, qui s’avance pour accueillir Jésus, remplit la parabole de ses gestes et de ses paroles ; Marie, assise, silencieuse et attentive à l’enseignement du Christ, s’installe dans une contemplation aimante – c’est tout le sens du grand tableau de Vermeer. Marthe interroge Jésus au sujet de l’inaction de sa sœur, mais au lieu de lui adresser un reproche, il affirme que c’est bien l’attitude de Marie qui a sa faveur. En perspective chrétienne, et ceux qui ont le plaisir de travailler à ses côtés en font l’expérience quotidienne, Jean-Pierre serait plutôt du côté de Marie, et c’est tant mieux pour lui et les autres ! Il préfère la quiétude à l’agitation, le silence aux discours, l’ordre au désordre ; une discipline du détail finalement qui se retrouve dans tous les aspects de son travail.

Au moment où le CESCM s’imposait en France comme l’un des grands centres documentaires au service des recherches en histoire de l’art et en épigraphie, Jean-Pierre Brouard a été un acteur incontournable des travaux d’acquisition et de traitement des clichés aujourd’hui accessibles à la photothèque et à l’inscripthèque à Poitiers, et à travers les portails numériques ROMANE et TITULUS. Qu’il s’agisse de panneaux de peintures murales, de vues d’architecture, d’éléments sculptés ou encore d’inscriptions, la consultation du fonds photographique du CESCM permet d’apprécier l’exceptionnelle qualité du travail de Jean-Pierre et c’est un euphémisme de dire que ses clichés rendent hommage à la diversité, à la dextérité, à la virtuosité parfois de l’esthétique médiévale. Ils conjuguent la rigueur scientifique d’une prise de vue réaliste, en accord avec l’objet d’étude, et une sensibilité aiguë pour le geste qui l’a produit. La maîtrise technique que l’on attend d’un photographe professionnel se voit ainsi épaissie d’une empathie que l’on rencontre chez un artiste. L’une et l’autre exigent de la patience : regarder les œuvres pour déterminer ce qui doit être rendu visible sur les clichés ; comprendre le monument ou l’objet pour établir ce qui doit apparaître dans la publication ; connaître les enjeux scientifiques pour décider du niveau de détail à atteindre. Pour y parvenir, il faut être Marie : s’assoir et observer. Jean-Pierre Brouard exige de la patience. En mission sur le terrain, il impose silencieusement le rythme des images et oblige le chercheur qui l’accompagne à une lenteur salutaire, celle qui permet de ne plus s’agiter comme Marthe, mais au contraire de s’imprégner d’un objet, d’une image, de leur environnement. On n’explore jamais tant les recoins d’une église médiévale que lorsque l’on accompagne notre photographe en mission et que l’on attend patiemment, sans trop parler, qu’il capture la bonne image.

Cliché C. Voyer/CESCM

À l’heure où les moyens techniques mettent à la disposition des visual studies d’énormes quantités d’images, entr’aperçues dans le défilement stroboscopique d’un script sur un site web, la mesure et l’économie de Jean-Pierre rappellent l’historien de l’art à son devoir de lenteur et d’approfondissement. Au retour de mission, le chercheur doit encore attendre le traitement des clichés, livrés petit à petit. Il est certain en revanche que l’étalonnage des couleurs et des lumières est parfait ; il sait qu’il peut lire l’inscription sans difficulté ; il est convaincu qu’il pourra publier l’image sans encombre. Par l’application portée à chaque image, le travail de Jean-Pierre en vient finalement à réaffirmer l’unicité de l’œuvre médiévale. Cet engagement esthétique ne cantonne plus dès lors le travail du photographe au « support » ou au « service » de la recherche, il en est une dimension indispensable, pleinement scientifique. L’œil du photographe, qui a commencé sa carrière en s’intéressant aux travailleurs, aux usines, perçoit aujourd’hui ce qui fait l’intérêt d’une image ou d’un objet souvent plus vite que le chercheur lui-même. Affaire d’expérience, dira-t-on… On peut aussi l’entendre comme une capacité à voir l’homme derrière la matière. Son travail est en ce sens un atout au service des sciences humaines dans un milieu et au sein de disciplines qui le sont parfois assez peu.

La discrétion et la retenue de Jean-Pierre Brouard sont les indices d’une attention véritable aux détails, dans son travail au CESCM, mais aussi dans les relations avec ses collègues. Elles sont aussi le signe d’une vraie indépendance, d’une liberté en somme, celle du professionnel, celle de l’artiste. Plusieurs générations d’étudiants et de chercheurs pourront encore travailler sur le fruit de son investissement au CESCM et lui témoigner, à travers leurs recherches, une profonde reconnaissance pour avoir rendu la culture visuelle médiévale encore plus fascinante à travers ses clichés.

[13 nov.] Conférence de Raluca Radulescu

Raluca Radulescu, professeur de philologie anglaise à l’université de Bangor – où elle dirige le Center for Arthurian Studies -, prononcera  la conférence :


“Narrer Arthur après Geoffroy de Monmouth : émotions, langages et pouvoir”

Date : Mardi 13 novembre, 16h-18h
 
Lieu : Poitiers, Faculté des Sciences humaines et arts, salle Crozet  du CESCM, 24 rue de la chaîne – Bâtiment E13
 
Entrée libre – Ouvert à tous
 

Cette présentation a pour objet  le développement du thème  du pouvoir dans les chroniques écrites par les successeurs de Geoffroy de Monmouth – en particuliers les auteurs ‘anonymes’ du Brut en dialecte Anglo-Normand et en moyen anglais. Dans les  manuscrits encore disponibles à l’heure actuelle  (plus de 200)  des remaniements peuvent être identifiés, non seulement dans les chapitres traitant de l’histoire récente, à savoir le Haut  Moyen Âge (la période où les manuscrits les plus modifies ont été produits), mais aussi dans les chapitres traitant de la figure  légendaire du roi Arthur. Quelques exemples représentatifs seront examinés, ainsi que l’influence qu’ils  ont exercé sur l’évolution ultérieure de la littérature anglaise.


Raluca Radulescu est professeure de littérature médiévale à l’Université de Bangor, Pays de Galles, et directrice du Centre d’Études Arthuriennes. Elle a été  élue Fellow of the Learned Society of Wales (équivalente a la British Academy pour le Pays de Galles) en 2018. Elle a édité le Journal of the International Arthurian Society (revue scientifique de la Société Internationale Arthurienne) de 2011 à 2017 et co-directrice de l’Institut d’Etudes Médiévales et de la Renaissance (Institute for Medieval and Early Modern Studies) de 2013 à 2018. Ce centre multidisciplinaire réunit plus de 50 spécialistes  de cinq universités au Pays de Galles. Elle a publié deux monographies (The Gentry Context for Malory’s Morte Darthur, Cambridge, 2003; Romance and Its Contexts in Late Medieval England: Politics, Piety and Penitence, Cambridge, 2013) et coordonné huit autres ouvrages, sur des thèmes allant de la politique à la généalogie, etc. (publiés par Oxford University Press, Brepols, Boydell & Brewer, etc.).

Voir sa pageacadémique ICI