Archives de catégorie : Actualités / News

[13 nov.] Conférence de Raluca Radulescu

Raluca Radulescu, professeur de philologie anglaise à l’université de Bangor – où elle dirige le Center for Arthurian Studies -, prononcera  la conférence :


« Narrer Arthur après Geoffroy de Monmouth : émotions, langages et pouvoir »

Date : Mardi 13 novembre, 16h-18h
 
Lieu : Poitiers, Faculté des Sciences humaines et arts, salle Crozet  du CESCM, 24 rue de la chaîne – Bâtiment E13
 
Entrée libre – Ouvert à tous
 

Cette présentation a pour objet  le développement du thème  du pouvoir dans les chroniques écrites par les successeurs de Geoffroy de Monmouth – en particuliers les auteurs ‘anonymes’ du Brut en dialecte Anglo-Normand et en moyen anglais. Dans les  manuscrits encore disponibles à l’heure actuelle  (plus de 200)  des remaniements peuvent être identifiés, non seulement dans les chapitres traitant de l’histoire récente, à savoir le Haut  Moyen Âge (la période où les manuscrits les plus modifies ont été produits), mais aussi dans les chapitres traitant de la figure  légendaire du roi Arthur. Quelques exemples représentatifs seront examinés, ainsi que l’influence qu’ils  ont exercé sur l’évolution ultérieure de la littérature anglaise.


Raluca Radulescu est professeure de littérature médiévale à l’Université de Bangor, Pays de Galles, et directrice du Centre d’Études Arthuriennes. Elle a été  élue Fellow of the Learned Society of Wales (équivalente a la British Academy pour le Pays de Galles) en 2018. Elle a édité le Journal of the International Arthurian Society (revue scientifique de la Société Internationale Arthurienne) de 2011 à 2017 et co-directrice de l’Institut d’Etudes Médiévales et de la Renaissance (Institute for Medieval and Early Modern Studies) de 2013 à 2018. Ce centre multidisciplinaire réunit plus de 50 spécialistes  de cinq universités au Pays de Galles. Elle a publié deux monographies (The Gentry Context for Malory’s Morte Darthur, Cambridge, 2003; Romance and Its Contexts in Late Medieval England: Politics, Piety and Penitence, Cambridge, 2013) et coordonné huit autres ouvrages, sur des thèmes allant de la politique à la généalogie, etc. (publiés par Oxford University Press, Brepols, Boydell & Brewer, etc.).

Voir sa pageacadémique ICI

[1-5 oct] Atelier interdisciplinaire du master « Mondes Médiévaux »

L’atelier interdisciplinaire, obligatoire en Master 2, est proposé aux étudiants de Master 1 comme initiation à la recherche. Il est ouvert aux étudiants extérieurs à l’université de Poitiers, aux étudiants de licence et aux auditeurs libres. Les journées sont organisées selon des thématiques qui traduisent ou enrichissent, grâce à des chercheurs invités, les axes scientifiques du laboratoire et leurs outils.

Coordination Pierre-Marie Joris :  pierre.marie.joris@univ-poitiers.fr

Les conférences et ateliers se déroulent en salle Crozet du CESCM, excepté la conférence du jeudi 4 qui a lieu à la Médiathèque François-Mitterrand.

 

Lundi 1er octobre

Atelier d’ouverture

14h-17h45 – Humanités numériques

  • Humanités numériques et nouvelles approches scientifiques du document, par Pierre GLAUDES (Prof. Sorbonne-Université/Resp. DIM : Science des textes et connaissances nouvelles
  • Éditer l’inédit à l’âge du numérique : le cas du légendier carolingien de Reims, BM 1395, par Clara RENEDO-MIRAMBELL (doctorante PSL/Paris 3-Énc)
  • La base de données Bibale et son contexte de développement, par Hanno Wijsman (IRHT-CNRS)

17h45 – Pot d’ouverture (JANUA/CESCM)

 

Mardi 2 octobre

  • 9h30-11h – Inventer l’image du « premier Moyen Âge », par Cécile VOYER (CESCM)
  • 11h-12h – Photothèque du CESCM : L’image médiévale : source et ressource, par Chrystel LUPANT (CESCM) & Carolina SARRADE (CESCM-CNRS)
  • 14h30-16h30 – Épigraphie : signes, techniques et lieux, par Annick GAGNÉ (doctorante CESCM), Thierry GREGOR (enseignant EREA doctorant CESCM) & Estelle INGRAND-VARENNE (CESCM-CNRS)

 

Mercredi 3 octobre

  • 9h30-11h30 – Sources et méthodes de l’hagiographie, par Edina BOZOKY (Univ. Poitiers) & Charles GARCIA (Univ. Poitiers/Directeur adjoint du CESCM)
  • 14h30-16h30 – Conférence / La dimension philologique des transferts culturels, par Michel ESPAGNE (Dir. de recherche CNRS)

 

Jeudi 4 octobre

Transferts culturels

L’héritage de Transmédie

Traduction et traductologie : les ateliers de l’ARC LINGUAE

  • 9h30-10h – Présentation, par Claudio GALDERISI (CESCM)
  • 10h-10h45 – Le Dit des trois morts et des trois vifs entre texte et image. Un phénomène européen, par Caroline LAMBERT (doctorante CESCM)
  • 11h-12h15 – Memento mori : vers et revers de la version anglaise du dit des Trois morts et des trois vifs, par Corinne LAMOUR (doctorante CESCM) & Stephen MORRISON (CESCM)
  • La version latine du dit des Trois morts et des trois vifs, par Chiara CRACCO (Doctorante CESCM/Vérone)

12h15-14h – Buffet offert à tous les participants (sur inscription le lundi 1er)

  • 14h15-15h30 – Littérature et anthropologie / Penser la vie et la mort : la vocation anthropologique du récit médiéval, par Jean-Jacques VINCENSINI (Univ. Tours/CESR)
  • 15h45-17h – Boccace à la cour de René d’Anjou : les  premières traductions d’œuvres romanesques d’italien en français, par Gabriel BIANCIOTTO (ancien Recteur des Universités ; ancien Directeur du CESCM)
  •  
18h30 – Médiathèque François-Mitterrand (en partenariat avec l’UFR Lettres & Langues)
Conférence de la Maison du Moyen Âge
Conférence-Lecture chantée
La musique profane médiévale : la lyrique des troubadours et des trouvères
Par Gérard LE VOT  (Univ. Lyon)

Vendredi 5 octobre

Atelier de clôture

  • 10h-12h15 – Traditions, interprétations et inventions. Les troubadours, paroles et musique, par Christelle CHAILLOU-AMADIEU (CESCM-CNRS) / Gérard LE VOT (Univ. Lyon)

Poitiers : Le doyen Palazzo va passer une année à Princeton

Article paru dans La nouvelle République du Centre-Ouest le 2 septembre 2018, publié par Laurent  Favreuille et repris avec son aimable autorisation.

Voir l’article ICI


Doyen de la faculté de sciences humaines et arts de Poitiers jusqu’à jeudi dernier, Éric Palazzo a quitté son bureau de l’Hôtel Fumé pour rejoindre le prestigieux Institute for Advanced Study de Princeton. Il y restera un an.

Photo NR

Doyen de l’UFR de sciences humaines et arts de l’université de Poitiers, Éric Palazzo s’est envolé jeudi pour l’Institut de Princeton, aux États-Unis.

C’est le genre d’opportunité qui ne se refuse pas dans une carrière de chercheur. Quand Éric Palazzo a su qu’il était choisi par l’Institute for Advanced Study de Princeton pour passer une année entière aux États-Unis, il en a aussitôt parlé au président de l’université de Poitiers qui l’a félicité et lui a simplement dit : « Tu dois y aller. »
L’amphithéâtre où enseignait Albert Einstein est resté en l’état. Il faut dire que, dans le monde de la recherche universitaire, l’institut de Princeton tient lieu de Graal. Fondé dans les années trente par de riches mécènes philanthropes, il a notamment accueilli Albert Einstein lorsque le physicien a choisi l’exil outre-Atlantique. « Einstein à Princeton, c’est un peu comme la Tour Eiffel à Paris : un monument ! sourit Éric Palazzo. Il y est resté vingt ans et l’amphi où il enseignait est demeuré en l’état : on n’a touché à rien. »
Tous les ans, les quatre écoles qui composent l’institut privé (études historiques, mathématiques, sciences naturelles, sciences sociales) sélectionnent chacune une trentaine de chercheurs parmi l’élite mondiale pour leur offrir les meilleures conditions possibles. « On y a une liberté absolue », poursuit celui qui était doyen de la faculté de sciences humaines et arts de Poitiers jusqu’à fin août (David Clarys lui succède à ce poste). « J’ai pour objectif d’écrire un livre, cette année, mais on n’a aucune obligation et on n’est soumis à aucun contrôle. Il n’y a pas beaucoup d’endroits dans le monde où on permet ça. Et surtout pas en France, même s’il y a le CNRS J’y suis entré en 1992 et j’y ai bénéficié d’une certaine liberté, mais c’était dans le cadre d’un laboratoire, avec un programme bien précis. »
À Princeton, le chercheur poitevin n’aura donc pas d’obligations vis-à-vis de l’université voisine, puisque l’institut en est totalement indépendant. Mais des liens forts se sont néanmoins tissés entre ces deux structures. « J’ai déjà une quinzaine d’interventions prévues dans différentes universités américaines, détaille Éric Palazzo. Je vais donner des conférences à Columbia ou à Yale, par exemple, mais j’ai aussi été invité par un groupe d’étudiants de l’université de Washington. »
Et quand on lui demande s’il ne regrette pas de quitter son poste de doyen, deux ans à peine après sa prise de fonction, l’universitaire se montre philosophe : « Les projets que j’avais pour la faculté sont déjà en place, souligne le quinquagénaire. Cette deuxième année de mandat a été consacrée à l’élaboration de la nouvelle offre de formation et à la gestion des blocus étudiants Voir notre faculté abîmée, avec des tags et des portes cassées, ça a nuit d’une certaine manière à l’image de la ville. Mais j’ai aussi eu la satisfaction de voir se monter, au département d’histoire de l’art, une exposition au Musée Sainte-Croix dont les commissaires étaient les étudiants qui ont choisi des œuvres dans les collections du Frac (ndlr : le Fonds régional d’art contemporain). C’est une belle façon de relier une faculté à sa ville et aux institutions. »
Faire rayonner Poitiers L’ancien directeur du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) est surtout heureux de pouvoir faire rayonner l’université et la ville de Poitiers à l’étranger, tout en ayant l’opportunité de replonger dans la recherche. « Pendant dix ans, j’ai travaillé sur les cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age, explique le médiéviste. À Princeton, je vais travailler sur le thème de l’énergie et du mouvement dans la liturgie médiévale. Et je suis excité à l’idée de pouvoir discuter d’énergie et de mouvement avec les plus grands physiciens mondiaux. »

Bio express

 

4 mai 1963 : Naissance d’Éric Palazzo à Antony (Hauts-de-Seine).
16 février 1990 : Soutenance d’une thèse de doctorat, Histoire et archéologie des mondes médiévaux, à l’Université de Paris X-Nanterre.
1992-1999 : Chargé de recherches au CNRS, rattaché à la section « Liturgie » de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (Orléans).
Depuis 1999 : Professeur d’histoire de l’art du Moyen Age à l’université de Poitiers.
2000-2007 : Directeur du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) de l’université de Poitiers.
2011-2016 : Membre senior à l’Institut universitaire de France.
2014-2018 : Directeur du département d’histoire de l’art et d’archéologie, université de Poitiers.
2016-2018 : Doyen de l’UFR sciences humaines et arts de l’université de Poitiers.
2018-2019 : Chercheur invité à l’Institute for Advanced Study de Princeton (États-Unis).

De la Perse à Poitiers

Le projet De la Perse à Poitiers, porté par l’association les Clefs de Notre-Dame, est né de la rencontre des deux artistes François Diot et Jaleh Talebpour, a pour but de présenter, à travers divers événements artistiques, l’échange culturel millénaire entre la Perse et Poitiers.

Ces manifestations artistiques, créées pour les Journées européennes du patrimoine 2018, reprennent ainsi le thème « L’art du partage ».


L’exposition de Jaleh Talebpour se tiendra les 15 et 16 septembre à la cathédrale de Poitiers et présentera ses peintures, inspirées par les sculptures de Persépolis et la statuaire médiévale de Notre-Dame-la-Grande et de la Cathédrale Saint-Pierre.

En préambule, sa résidence de création va donner lieu à une journée porte-ouverte le mercredi 12 septembre (3 rue du 125e Régiment d’Infanterie à Poitiers).

 

La projection de photographies de François Diot offre un voyage poétique entre les sculptures de Persépolis et la façade sculptées de Notre-Dame-la-Grande. La diffusion de ces images ouvrira une conférence et des échanges avec le public, les 15 et 16 septembre de 16h à 17h à Notre-Dame-la-Grande.

 

Le concert de l’ensemble Cor D-LUS accompagné par Shadi Fathi (15 septembre à 20h, Notre-Dame-la-Grande) se poursuivra dans un échange avec les musiciens. Les commentaires sur les poèmes chantés lors du concert ainsi que l’échange, seront l’occasion de découvrir l’histoire du Vase dit d’Aliénor et des troubadours occitans, histoire liée à une Perse à la fois réelle et imaginaire.

La Bibliothèque Universitaire Michel Foucault et le CESCM s’associent au projet en présentant une exposition photographique de François Diot (du 5 au 29 septembre dans l’espace exposition Bât E18 et dans les bâtiments du CESCM).

 

Martin Aurell, directeur du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM, Poitiers) présentera une conférence sur « Les Comtes de Poitou et l’Orient » le vendredi 14 septembre à 18h en salle Crozet du CESCM.

 

 

Le projet se déploie également à travers les réseaux sociaux : https://www.facebook.com/Perse.a.Poitiers/ et sur le site internet  : https://www.perse-poitiers.fr/

 


Les contenus et les échanges interactifs seront assurés par Dihia Kissoum (dihia.kissoum@etu.univ-poitiers.fr).

Retour sur Leeds 2018

Article co-rédigé par Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Émilie Kurdziel et Pamela Nourrigeon.

L’International Medieval Congress de Leeds (2-5 juillet) fêtait cette année ses 25 ans, d’où le choix du thème « Memory », analysé dans de nombreuses sessions et conférences plénières comme celle de Mary Carruthers et Richard Dance. À cet anniversaire s’en ajoutaient deux autres : les 50 ans de l’Institute for Medieval Studies, désormais lié par convention au CESCM, et de l’International Medieval Bibliography, partenaire de longue date de la bibliographie de civilisation médiévale. Une délégation de 6 membres du laboratoire y était présente, parmi plus de 2500 participants cette année !

Ils y ont présenté certaines de leurs recherches en cours dans trois sessions sponsorisées conjointement par le CESCM et l’IMS de Leeds, consacrées au thème de la relation entre mémoire et communauté (‘Memory and Community I, II et III’). L’un des aspects saillants des neuf conférences prononcées dans ce cadre s’est révélé être la question du lien entre la mémoire et sa matérialité, rejoignant ainsi l’intervention de Pamela Nourrigeon dans une autre session intitulée ‘Memory and the Materiality of Medieval Texts, II: Books and Beyond’. La publication de ces travaux est envisagée sous la forme d’un dossier spécial dans une revue.

En plus d’un nombre de sessions déjà impressionnant, le programme du congrès regorge d’ateliers de travail, de réunions informatives ou encore d’expositions. Ainsi, par exemple, l’Institute for Medieval Research de Nottingham, dans une séance organisée par Rob Lutton, proposait aux doctorants et jeunes chercheurs de se retrouver pour échanger autour de la difficile question de l’insertion professionnelle dans le domaine de la recherche et l’enseignement supérieur. Plusieurs interventions ont permis de donner des clés aux futurs candidats pour postuler correctement aux offres d’emploi, mettant en avant les différences capitales entre Royaume-Uni et États-Unis.

Selon une toute autre idée, CARMEN, réseau regroupant des médiévistes du monde entier et auquel le CESCM est associé, proposait un atelier collectif autour de la question de la mémoire au Moyen Âge et dans l’historiographie. La distribution de textes et l’entreprise résolument participative ont permis de créer un lieu de travail et d’échanges entre les participants comme ne le font pas les autres sessions. L’initiative tend à faire du congrès un vrai moment de collaborations entre les médiévistes de tous horizons.

Saluons enfin l’initiative du personnel de la Brotherton Library de la bibliothèque universitaire de Leeds qui a proposé chaque midi un temps fort autour de ses collections spéciales. Les bibliothécaires y ont présenté certains des documents les plus précieux des réserves : livres d’Heures du XVe siècle, rouleau du tribunal de Ripon ou encore premiers livres de voyages à Jérusalem imprimés du XVIIe siècle. L’objectif est de faire connaître le fonds conservé et d’inviter les chercheurs à y travailler.

A peine rentrés, les idées fusent pour organiser de nouvelles sessions l’an prochain sur le thème « Materialities » (le congrès aura lieu du 1er au 4 juillet 2019).