Archives de catégorie : Actualités / News

Herbert Leon Kessler, Docteur Honoris Causa de l’université de Poitiers

L’université de Poitiers a décerné le jeudi 30 mai 2024, le titre de docteur Honoris Causa au professeur Herbert Leon Kessler, historien renommé de l’art du Moyen Âge dans la zone nord-américaine et dans le monde.
 

Cette cérémonie s’est déroulée dans le cadre du colloque international « L’art roman au XXIe siècle – L’avenir d’un passé à réinventer » organisé par le CESCM.

De renommée internationale, Herbert Leon Kessler est considéré comme un des plus grands historiens de l’art du Moyen Âge dans la zone nord-américaine et dans le monde. Son doctorat de 1965 portait sur l’étude de l’un des principaux groupes de manuscrits enluminés de l’époque carolingienne, réalisés au monastère de Saint-Martin de Tours.

L’influence intellectuelle de Herbert L. Kessler a été considérable durant les cinquante dernières années sur le continent nord-américain mais aussi très largement en Europe. Depuis de nombreuses années, ses liens avec la France sont très étroits et n’ont cessé de croître d’année en année, et son œuvre a marqué plusieurs générations d’historiennes et d’historiens de l’art du Moyen Âge en France.

Ses relations avec le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale sont depuis longtemps très actives. Outre les liens personnels étroits noués au fil des années avec les historiennes et historiens de l’art du Moyen Âge à Poitiers, Herbert L. Kessler a participé à plusieurs manifestations organisées par le CESCM, notamment avec sa conférence donnée à l’occasion du cinquantenaire du Centre en 2003.

C’est pour sa carrière et son amitié que l’université de Poitiers a décidé d’honorer Herbert Leon Kessler en lui décernant le titre de docteur Honoris Causa.

Recrutement : ingénieur·e de recherche CNRS en épigraphie médiévale

Le poste d’ingénieur·e de recherche en épigraphie médiévale pour le Corpus des inscriptions de la France médiévale au CESCM est mis au concours par le CNRS : concours n° 50 BAP D – Ingénieur·e de recherche en analyse des sources historiques et culturelles.
 
Les candidatures sont à déposer avant la fin du mois de juin sur le portail emploi CNRS uniquement.
 
 
BAP : D – Sciences humaines et sociales
Corps : Ingénieur de recherche
Emploi type : Ingénieur·e de recherche en analyse des sources historiques et culturelles (D1C23)

Mission :

L’ingénieur·e de recherche conduit en expert l’élaboration et l’exploitation du Corpus des inscriptions de la France médiévale (papier et numérique), en lien avec le directeur de collection et l’équipe d’épigraphie.

Activités :

• Inventorier, répertorier et étudier les sources épigraphiques médiévales.

• Préparer et réaliser des missions de terrain.

• Assurer le suivi scientifique et matériel de la production du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

• Concevoir les outils, papier et numériques, de traitement, d’analyse critique et de diffusion des sources épigraphiques ; les alimenter.

• Exploiter ces sources dans son domaine d’expertise pour produire des connaissances.

• Gérer, enrichir et valoriser des ressources documentaires et scientifiques spécialisées en épigraphie médiévale.

• Assurer une veille scientifique et technique.

• Participer à l’organisation des manifestations scientifiques, aux montages de projets, et au développement des réseaux européens et des collaborations internationales.

• Organiser et assurer la diffusion des sources et des connaissances auprès de la communauté scientifique, nationale et internationale.

• Valoriser sa discipline auprès du public ; concevoir et réaliser des supports de communication.

• Actualiser ses connaissances disciplinaires et techniques.

Compétences :

Savoirs

 

• Bonne connaissance de l’épigraphie médiévale.

• Bonne connaissance de la paléographie médiévale.

• Maîtriser le latin et avoir des connaissances générales en français médiéval.

• Connaître les méthodes, pratiques et instruments de travail en épigraphie médiévale et plus largement en médiévistique.

• Maîtrise de l’anglais niveau B1 (cadre européen commun de référence pour les langues).

• Connaissance bienvenue d’autres langues vivantes.

 

Savoir-faire

• Maîtriser et contrôler les méthodes de prospection et d’inventaire des sources.

• Transcrire et analyser les écritures (manuscrits, documents épigraphiques et imprimés anciens, etc.).

• Éditer les textes épigraphiques médiévaux.

• Formaliser les besoins et contraintes pour l’élaboration des outils de traitement des données ; être en mesure de contrôler leur développement en fonction des objectifs scientifiques.

• Connaître le fonctionnement des bases de données et de l’édition numérique en XML-TEI.

• Connaître les règles juridiques en matière de propriété scientifique et intellectuelle.

• Avoir le sens du travail en équipe et du dialogue avec les différents partenaires.

• Avoir des capacités rédactionnelles.

Contexte :

Le CESCM est une unité mixte de recherche relevant de l’Université de Poitiers et du CNRS, qui soutient, développe et anime une recherche scientifique d’excellence dans le domaine des études médiévales (histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, philologie, épigraphie, musicologie etc.).
L’épigraphie médiévale est un des domaines d’excellence du CESCM, créée il y a plus de 50 ans. Elle se déploie autour de quatre activités : l’édition (le Corpus des inscriptions de la France médiévale/TITULUS, édition numérique de ce corpus : https://titulus.huma-num.fr/), la documentation (inscripthèque), la formation (enseignement en master, écoles d’été) et la recherche (projets en cours comme European Research Council GRAPH-EAST, Equipement d’excellence+ Biblissima+, projet Institut Universitaire de France CARMECA, IGAMA), valorisée par une revue numérique (http://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/) et des carnets de recherche (https://epimed.hypotheses.org/). L’ensemble est désormais regroupé au sein du laboratoire dans une structure en cours de constitution : la « Maison de l’épigraphie », qui a pour but de promouvoir et d’enrichir la discipline, d’accueillir et former les jeunes chercheurs français et étrangers et de développer le réseau des épigraphistes en Europe et en Méditerranée.

L’ingénieur·e sera placé·e sous l’autorité hiérarchique de la directrice d’unité. Il·elle s’intégrera au sein d’une équipe composée d’enseignants chercheurs, de chercheurs, de doctorants et d’ingénieurs contractuels. Il·elle interagira avec les autres services du pôle documentaire du CESCM (photothèque, bibliothèque, laboratoire photo), et avec les chercheurs du CESCM, notamment ceux des équipes Ecclesia et Culture visuelle. Il·elle s’impliquera dans la communauté scientifique, les communautés d’intérêt et de pratique et les réseaux professionnels. Il·elle pourra effectuer des déplacements sur le terrain en France (environ 4 semaines par an) et en Europe (de façon occasionnelle).

 

[19 juin] Le Moyen Âge nous parle !

 

 

14h – Conférence : “Forgeries et falsifications de chartes au Moyen Âge : du travail du faussaire à celui du critique”, par Laurent Morelle, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (Université PSL, Paris).

En partenariat avec les Archives de la Vienne – 30 rue des champs balais – Quartier de la Gibauderie – Poitiers

Cette conférence universitaire, qui s’adresse avant tout aux jeunes médiévistes accueillis à Poitiers dans le cadre des Semaines d’études médiévales du CESCM, est ouverte exceptionnellement à un public plus large désireux de découvrir les derniers acquis de la recherche scientifique en matière d’histoire de l’écriture au Moyen Âge.

 18h – Concert : À la cour des Ducs d’Aquitaine, de Guillaume IX “Le Troubadour” à Aliénor, par le duo Séraphîm : Manolo Gonzalez (Chant, Organetto), Carole Matras (Chant, Lyre, Harpe).

En prélude à la Fête de la musique, plongez dans ce “siècle d’or” qui a vu l’éclosion de la polyphonie et l’avènement de la Fin’Amor des troubadours.

 

 

Don d’Isabelle Crozet au CESCM

Suite à l’exposition de 2023, Pêle-mêle, 70 ans de vie au CESCM, madame Isabelle Crozet, petite-fille de l’illustre René Crozet, a contacté la photothèque du CESCM afin de répondre favorablement à notre requête : identifier des personnes sur les photographies exposées.

Le 22 novembre 2023, en tant que photothécaire j’ai eu le plaisir d’accueillir Isabelle Crozet ainsi que son mari, Jacques-Marie Loiseau. Cette rencontre chaleureuse a permis de connaître davantage l’homme et le grand-père qu’était René Crozet. À cette occasion Mme Crozet a proposé de nous apporter des archives. Nous l’avons de nouveau reçu  au CESCM avec Cécile Voyer, le 29 avril 2024. C’est à cette occasion qu’elle a généreusement fait don de précieuses archives : 672 cartes postales de la Vienne et 345 documents. Il s’agit de courriers, de télégrammes et de cartes adressés à René Crozet lors du décès de sa femme Henriette en 1964.

Cécile Maruéjouls entre ciel et terre

Lauréate du prix de thèse “L ‘art et l’essai “, INHA/CTHS 2024
 
Cécile Maruéjouls, qui a soutenu une très belle thèse, le 24 novembre 2023 au CESCM, sur le thème « Entre la Terre et le Ciel. La figure de Marie l’Égyptienne dans tous ses états en Occident (XIIe-XVIe siècle) »1, sous la direction de Cécile Voyer, est lauréate du prix de thèse “L’art et l’essai 2024” de l’Institut national d’histoire de l’art et le Comité des travaux historiques et scientifiques. Elle a également reçu les prix de thèse SHES,  de l’université de Poitiers et de l’École Doctorale Humanités 2023. (cf. le billet consacré à sa soutenance).
 
Depuis 2004, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) décernent le prix de thèse « L’Art et l’Essai ». Destiné à soutenir les travaux de recherche en histoire de l’art, il permet la publication de deux thèses par an aux éditions de l’INHA et du CTHS. 
 
BL, Royal 10 E IV, Raymund de Peñafort avec glose de Bernard de Parme, Calendarium, Décrétales de Grégoire IX avec glossa ordinaria dites les Décrétales de Smithfield, Toulouse (copiste), Londres (enlumineur), 4ème quart du XIIIe – 1er quart du XIVe s., f. 284 (détail). Le miracle de la lévitation, Zosime se prosternant devant Marie l’Égyptienne au désert © Bl.uk/manuscripts / BL

Résolument pluridisciplinaire, c’est une enquête stimulante qu’elle livre sur cette figure féminine du repentir et du rachat. Marie l’Égyptienne est donc une figure de la conversion. Or comment traduire plastiquement la conversion qui se déroule en deux phases éprouvée par la pécheresse. Les concepteurs d’images ont trouvé des solutions visuelles pour exprimer ces deux phases de la conversio : ils jouent sur la plasticité du corps de la femme. Les différentes étapes par lesquelles la pécheresse repentie passent sont signalées par des changements corporels (nu/vêtu, la pilosité, l’état sauvage, etc). Toutes ces transformations qu’observe Cécile Maruéjouls lui permettent de magnifiques et pertinentes réflexions sur la fluidité des identités : homme/femme, pécheresse/sainte, humain/bête,… Elle offre une très belle démonstration sur la manière d’obtenir le salut, le rachat, le corps, les relations corps-âme dans le système de croyance chrétien. Toutes ces analyses s’ouvrent sur une réflexion très fine sur la relation à trois, « corps-âme, cœur » pour aboutir à une nouvelle définition de l’individu médiéval (la persona). L’individu serait donc non seulement composé du corps – caro – et l’âme – anima – mais aussi du cœur – cor. Pour reprendre la formule de l’un des membres du jury : « C’est dans ce type de propositions nouvelles que l’on reconnaît une vraie thèse ».

Toutes nos félicitations à la lauréate.
  1. Billet de sa soutenance : https://cescm.hypotheses.org/21674 []