Archives de catégorie : Actualités / News

Appel à contributions FOCUS année universitaire 2019-2020

Construits comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds documentaire de la Photothèque et le travail des chercheurs, et ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial.

Pour rappel ces Focus sont des moments d’échanges scientifiques et de convivialité, mis en place par Chrystel Lupant.
 
Toute contribution ayant un lien quelconque avec le fonds photographique et/ou la base Romane est donc bienvenue ! Chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants, ingénieurs de recherche et d’étude, si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à nous contacter pour définir le thème de votre intervention.
Les propositions sont à envoyer avant le 21 juin 2019 (pour le premier semestre) ou le 15 septembre 2019 (pour le second semestre) à phototheque.cescm@univ-poitiers.fr.
 

 

Compte-­rendu des Journées Jeunes Chercheurs de l’association JANUA  

Compte-­rendu des Journées Jeunes Chercheurs de l’association Janua  (11-­12 avril 2019) – « Prendre la route » : les raisons du voyage de l’Antiquité à nos jours.

L’association Janua regroupe les étudiants de master et les doctorants rattachés aux trois laboratoires suivants : HeRMA, CESCM et Criham. Chaque année, l’association se charge de l’organisation d’une journée d’études ouverte à tous les jeunes chercheurs sans distinction de disciplines ni de périodes, désireux d’échanger sur un sujet scientifique ayant trait aux sciences humaines.

Les 11 et 12 avril derniers eurent lieu les traditionnelles Journées Jeunes Chercheurs de l’association Janua. Habituellement focalisées sur les périodes antique et médiévale la nouveauté fut d’y intégrer cette année les époques moderne et contemporaine et d’organiser l’événement sur deux jours.

La thématique retenue pour cette session 2019 des Journées Jeunes Chercheurs était une question universelle et toujours d’actualité, celle du voyage. L’enjeu intellectuel de cette rencontre était de s’interroger sur les raisons du voyage de l’Antiquité à nos jours en explorant à la fois les causes et objectifs justifiant un départ, les modalités pratiques du déplacement mais aussi les témoignages de voyageurs.

Intitulée « Voyager pour exercer », la séance d’ouverture questionna une réalité particulière, celle de la nécessité du voyage dans l’exercice de certaines professions. Ainsi Doris Bages (université Paul Valéry de Montpellier) exposa la situation de Publius Sittius mercenaires du Ier siècle à la solde de Rome en Numidie, cas précis où convergent motivations guerrières, appât du gain, soif de gloire et d’aventure. Alexandra Pierré-­Caps (université de Lorraine) poursuivit l’exploration du phénomène dans l’Antiquité. S’appuyant sur la correspondance de l’orateur Symmaque, elle retraça l’obligation, pour les hauts fonctionnaires de l’Antiquité, de répondre présents aux convocations de l’empereur à Rome. C’est donc la réalité des déplacements officiels, parfois vécus comme une contrainte, qui fut au cœur de sa réflexion. Puis Corinne Lamour (université de Poitiers) dressa un parallèle convaincant entre les médecins d’aujourd’hui et ceux d’hier, plus précisément les médecins médiévaux dont les déplacements quotidiens avaient pour but de soigner, de se former ou même d’accompagner la cour royale dans son itinérance. Enfin, Anousheh Barzanooni (EPHA Paris) nous présenta l’exemple des déplacements professionnels des architectes du XVIe siècle qui firent éclore un nouveau mouvement artistique en France, la Renaissance.

Ces considérations professionnelles du voyage nous conduisirent naturellement à nous attarder sur le « voyage et ses enjeux ». Cette deuxième séance permit d’élargir nos horizons à de nouvelles perspectives. De nouvelles catégories de voyageurs furent présentées, associant quêtes spirituelles, matérielles, intellectuelles ou mémorielles. Les enjeux spirituels prirent une place importante dans notre questionnement, à travers les interventions de Sarah Gouin‐Béduneau (université de Poitiers) et de Guillaume Rossello (université de Poitiers), qui évoquèrent respectivement le voyage des Mages et celui des pèlerins du XIXe siècle. Sarah nous présenta une figuration unique associant la chevauchée des Mages et son enjeu, à savoir à l’adoration elle‐même, sur le tympan de l’église de Bourg-­Argental (XIIe siècle). Quant à Guillaume, il revint sur l’espoir de guérison qui fut la principale motivation pour se rendre en pèlerinage vers trois sanctuaires mariaux poitevins au XIXe siècle. Jean-­Christophe Temdaoui (université de Poitiers) contribua aux échanges en apportant un panorama varié d’enjeux matériels et parfois vitaux de déplacements de ceux qui, au XVIIIe siècle en Saintonge, « prirent la route pour prendre la mer ». Brigitte Rigaux-­Pirastru (université catholique de l’Ouest, université d’Angers), s’interrogea à travers le support du cinéma, sur le voyage mémoriel opéré en Allemagne par un peuple en quête de son passé, désireux de renouer avec ses origines après les épreuves du XXe siècle. Enfin, c’est à Éva Bergherbi (université de Poitiers, École du Louvre) que revint la tâche de clore cette première journée en retraçant pour nous l’itinéraire de trois sculptrices britanniques expatriées à Paris dans le but de s’y faire un nom, d’y être exposées ou encore d’apprendre auprès des plus grands.

Après ces appréciations sur la nature du voyage, ses enjeux divers et ses réalités particulières, la matinée du vendredi 12 nous plongea dans le récit de « tribulations de voyageurs ». À travers des témoignages biographiques ou autobiographiques, des portraits individuels ou collectifs de voyageurs furent esquissés. Ainsi Catherine Negovanovic (université Paris-­Sorbonne) aborda l’histoire et l’évolution du patriarche Joseph sous l’angle de ses nombreux voyages contraints, qui furent la cause et le reflet de son évolution spirituelle, préfigurant ainsi l’itinéraire du Christ lui-­même. Lisa Dubost (université de Poitiers), poursuivit avec l’évêque et évangélisateur des Flandres, saint Amand. Le recours aux enluminures du manuscrit 502 de la Bibliothèque Municipale de Valenciennes fut un atout précieux pour visualiser les voyages multiples à travers l’Europe et leur contribution dans le développement de la personnalité du saint. Puis Priscilla Mourgues (université Bordeaux-­Montaigne) brossa le portrait haut en couleurs de Riccold de Monte Croce dont le parcours est le reflet de ces voyages qui se soldent par un échec et où l’enthousiasme initial laisse la place à une désillusion profonde aboutissant même à un reniement de ce qui le définissait. Enfin, Marianne Albertan-­Coppola (université de Nanterre) apporta la touche finale à notre réflexion en dessinant un large panorama des catégories de pauvres, de leurs attentes économiques et de leurs craintes vis à vis du voyage, et ce à travers la littérature romanesque du XVIIIe siècle.

Pour clore ces deux journées, le comité organisateur mit le patrimoine pictavien à l’honneur et proposa aux intervenants et auditeurs intéressés d’effectuer leur propre voyage, à travers la ville de Poitiers, guidés par plusieurs membres de l’association qui leur permirent d’étancher leur soif de savoir avant de s’envoler pour d’autres horizons.

Grâce à des approches disciplinaires variées et aux contributions de spécialistes de chacune des quatre grandes périodes de l’Histoire, ces deux journées ébauchèrent donc une vue d’ensemble satisfaisante et pertinente de la nature et de l’évolution des raisons du voyage de l’Antiquité à nos jours. La variété des interventions couplées à leur qualité intellectuelle en firent un temps d’échanges scientifiques indéniable. Les communications seront publiées l’an prochain dans la revue électronique : Les Annales de Janua.

[15-16 mai] Temps et mémoire = les 80 ans du CNRS

11 laboratoires1 de recherche, en partenariat avec l’Espace Mendès France et la Médiathèque François-Mitterrand, organisent jusqu’en décembre un cycle de conférences pour célébrer les 80 ans du CNRS et démontrer la contribution des laboratoires aux progrès scientifiques et aux avancées sociétales.

Interdisciplinaire, il associe les sciences humaines et sociales et les sciences fondamentales, expérimentales et appliquées. Ce cycle de conférences est un regard croisé sur différentes thématiques en lien avec les questionnements citoyens. En filigrane, apparaîtront la démarche scientifique, la notion de preuve, les applications, les thématiques en devenir, l’aspect pluridisciplinaire et les retombées.

PROGRAMME

Mercredi 15 mai,  18h-21h

Conférence inaugurale

La mémoire tout au long de la vie, Laurence TACONNAT – CERCA

Les fossiles, marqueurs du temps, mémoire du vivant, Jean-Renaud BOISSERIE – PALEVOPRIM

Chroniques et études des processus temporels, Julien MICHEL – LMA

Origines de la Vie sur Terre : un nouveau chapitre sous les pieds de Darwin, vieux de 2,1 milliards d’années, Abderrazak el ALBANI – IC2MP

Jeudi 16 mai, 18h30-21h

Mémoire épigraphique des Latins en Terre Sainte au Moyen Âge, Estelle INGRAND-VARENNE – CESCM

Mesurer la couleur au cours des âges, entre l’œil et la physique, Noël RICHARD – X-LIM

Les mesures optiques en mécanique au service de la restauration et la conservation d’œuvres peintes sur bois : exemple de la Joconde et plusieurs œuvres du XVIe siècle, Jean-Christophe DUPRÉ – PPRIME

L’archéographie des cycles peints au Moyen Âge, Carolina SARRADE – CESCM

en partenariat avec cnrs.80ans

           

  1. les laboratoires sont sous les co-tutelles CNRS, Université de Poitiers, ISAE-ENSMA, Université de Limoges. []

Le master Mondes Médiévaux 2019-2020

Présentation

Le Moyen Âge est une période historique particulièrement exotique, qui exerce à juste titre une vraie fascination. Mais, pour comprendre réellement cette période, il faut acquérir une formation intellectuelle exigeante : les textes (littéraires ou pratiques), les images, les monuments, les restes matériels que nous a laissés cette période ne sont pas directement accessibles, et ils nécessitent des techniques variées pour être intelligibles.

Le Master Mondes Médiévaux de l’Université de Poitiers, adossé à un laboratoire de recherches pluridisciplinaire de haut niveau, le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM), propose une formation complète en études médiévales, qui n’exclut pas une spécialisation progressive dans une discipline (histoire, histoire de l’art, archéologie, études littéraires, philologie, épigraphie, musicologie). Comptant parmi les rares formations réellement interdisciplinaires en études médiévales proposées en France, visant l’excellence, ce master se veut aussi fortement tourné vers l’international – dimension qui pourra être encore renforcée par l’ouverture d’un master conjoint Erasmus Mundus, actuellement en projet.

Objectifs

L’objectif premier de la formation est de former de futurs chercheurs et enseignants de haut niveau dans les différents champs disciplinaires couverts par le diplôme. Au-delà de l’apprentissage formel, la formation vise toutefois à rendre les étudiants autonomes, à développer leurs propres capacités (de communication notamment) et leur propre stratégie intellectuelle. Ce faisant, le diplôme obtenu leur permettra d’occuper un emploi dans de nombreux domaines exigeant de la créativité, mais aussi des qualités d’analyse et de synthèse, bien au-delà de la spécialisation qu’ils auront acquise. En outre, l’étude du passé développe une intelligence du monde (logiques sociales, identité et relativité des cultures, langues variées), formant de véritables citoyens, capables d’une distance critique envers tout discours et tout type de relation humaine. Sans que l’étude du passé éclaire directement le présent, elle donne les moyens intellectuels d’être au monde de façon satisfaisante pour l’individu et pour la société.

Savoir-faire et compétences

Quelle que soit la discipline de prédilection de l’étudiant, il doit fréquenter et être capable d’aborder tous les types de sources médiévales, ce qui nécessite la compréhension de langues anciennes (latin ou langues vernaculaires, voire arabe), la maîtrise des règles du discours écrit (littéraire, épigraphique et diplomatique), la capacité à analyser les formes des monuments artistiques et des restes matériels vernaculaires ; une partie de cette analyse et la présentation des résultats passent par la maîtrise d’outils informatiques et numériques, dans la perspective des “humanités numériques”, et par l’usage de langues étrangères modernes. Plus largement, la formation vise au développement de compétences analytiques, rédactionnelles et de synthèse.

Les + de la formation

Appuyée sur le “Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale” (CESCM), le master “Mondes médiévaux” entend offrir une formation transdisciplinaire d’excellence dans le domaine des études médiévales. L’ancrage provincial d’une telle offre, qui tire parti des recherches d’un laboratoire reconnu en France et à l’étranger et de ressources documentaires locales de première importance, le nombre des champs disciplinaires concernés (histoire, histoire de l’art, archéologie, lettres, philologie, épigraphie et musicologie) en font une formation sans équivalent aux échelles nationales et internationales.

Son originalité dans le paysage académique français tient aux diverses approches méthodologiques et à la familiarisation concomitante avec

– les écrits (littéraires et documentaires),

– les productions matérielles utilitaires,

– les œuvres d’art (peintures, sculptures)

– les mécanismes sociaux,

– les contacts et les échanges linguistiques et culturels

– les pratiques anthropologiques

et

– les dynamiques de l’histoire.

Par une insertion précoce dans les activités multiples du laboratoire (colloques, séminaires, semaines d’études médiévales, master class, conférences…), elle offre aux étudiants l’occasion d’une expérience peu commune et fortement tournée vers l’international, ainsi que l’opportunité de rencontres avec des chercheurs français et étrangers accueillis au Centre pour quelques jours ou pour des séjours de recherche de plusieurs mois.

Une formation tournée vers l’international

Le CESCM, unité mixte de recherche regroupant des chercheurs CNRS et des enseignants-chercheurs, jouit d’un vaste réseau de relations internationales du fait du rayonnement personnel de ses membres, des liens tissés avec les anciens étudiants des Semaines d’études médiévales, et de ceux noués avec de nombreux instituts étrangers, formalisés par des conventions de collaborations scientifiques. Outre des accords Erasmus conclus avec 66 universités européennes, des partenariats pédagogiques sont en cours avec les universités de Leeds et de Knoxville (Texas). Désireuse de développer la mobilité entrante, l’équipe pédagogique entend déposer un projet de Master Erasmus Mundus à l’hiver 2019.

La formation est conjointe aux UFR de Lettres et Langues et de Sciences Humaines et Arts.

Voir le site du master : http://sha.univ-poitiers.fr/master-mention-mondes-medievaux/

[17-28 juin] : Semaines d’études médiévales 2019

Le CESCM organise depuis 1954 une session annuelle internationale francophone de formation, qui regroupe une cinquantaine d’étudiants, doctorants et jeunes chercheurs, français et étrangers. Les conférences, les séances de travail autour des ressources documentaires, les excursions et visites au programme des stagiaires sont proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier.

Cette manifestation interdisciplinaire, unique en son genre, a contribué à construire et à renforcer, depuis une soixantaine d’années, un solide réseau national et international dans le domaine de l’étude du Moyen Âge.

Date : 17 au 28 juin 2019

Lieu : CESCM – Hôtel Berthelot – 24 rue de la Chaine – Poitiers


Admission sur dossier, date limite de candidature : 30 mars 2019

 

Les candidatures des stagiaires peuvent être renvoyées dès à présent* au moyen du Formulaire de candidature

Auditeurs libres : Bulletin d’inscription

Pour consulter les  Modalités pratiques

*Merci d’imprimer le document et de le remplir puis de nous le transmettre par courriel ou par voie postale.


Renseignement : sem.cescm@univ-poitiers.fr

Tél.  33(0)5 49 45 45 57

Cliché J.-P. Brouard/CESCM




Programme

Lundi 17 juin

9h30 – Accueil des stagiaires, présentation du déroulement de la session, du CESCM, des ressources documentaires. Visite des lieux.

14h – Visite de Notre-Dame-la-Grande

16h30 – Conférence inaugurale de Corrado Bologna (École normale supérieure de Pise), Dante : pouvoir de la langue et langue du pouvoir

18h30 : Cocktail de bienvenue

Mardi 18 juin

9h – Corinne Beck (Université de Valenciennes), Géohistoire des forêts : au croisement entre temporalités et territorialités

14h – Lola Badia (Université de Barcelone), La France dans le roman catalan du XVe siècle Curial e Güelfa

17h – Visite de Saint-Hilaire-le-Grand

Mercredi 19 juin

9h – Quitterie Cazes (Université de Toulouse Jean Jaurès), Art et politique à Toulouse autour de 1100

Après-midi : séance aux Archives départementales de la Vienne

14h – Joseph Morsel (Université Panthéon-Sorbonne), Pour quand écrire ? Temporalité médiévale, représentation spatio-temporelle et production de chartes (dans l’Empire, XIII-XVe siècles)

16h30 – Présentation d’archives par Gaël Chenard et Pierre Carouge

Jeudi 20 juin

9h – Isabelle Ragnard (Sorbonne Université – Faculté des lettres), L’invention de la musique médiévale dans la première moitié du XXe siècle par le prisme des enregistrements discographiques

14h – Table ronde association Janua

16h30 – Visite du baptistère Saint-Jean

Vendredi 21 juin

9h – Marco Mostert (Université d’Utrecht), Nouvelles démarques dans l’étude de la communication au Moyen Âge : l’oral, l’écrit et le non-verbal parmi les sans-nom 

14h – Howard Bloch (Université de Yale), Les pierres disputantes : Théophile, saint Étienne, et Abélard sur les portails nord et sud de Notre-Dame de Paris 

17h – Visite du Musée Sainte-Croix

Samedi 22 juin : journée libre
Dimanche 23 juin : excursion

Gencay, Saint-Maurice-la-Clouère, Civray, Charroux

Lundi 24 juin

10h30 – Présentation des ressources numériques par Anne-Sophie Traineau-Durozoy

14h – Alban Gautier (Université de Caen Normandie), Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux : bilan et perspectives 

16h30 – Visite du Palais des comtes

Mardi 25 juin

9h – Maria Colombo (Sorbonne Université – STIH), Du langaige rommaint antique au langage moderne françois : réécritures et sentiment de la langue entre le XIIe et le XVIe siècle

14h – Stéphane Boissellier (Université de Poitiers – CESCM), D’une culture (arabo-musulmane) à une autre (latino-chrétienne) dans le Gharb al-Andalus / sud du Portugal, XIIe-XVe siècle

16h30 – Présentation des manuscrits enluminés de la Médiathèque François-Mitterrand

Mercredi 26 juin

9h – Maria Filomena Coelho (Université de Brasilia), Entre Portugal et Bourgogne : allers retours d’une historiographie des institutions (XIIe siècle)

13h30/ 19h – Excursion à Parthenay

Jeudi 27 juin

9h – Robert A. Maxwell (Institute of Fine Arts – Université de New Yok), Discernement et crédulité dans l’art du XIIe siècle 

14h – Visite de Saint-Jean de Montierneuf à Poitiers

À partir de 19h : Repas international (Association Janua – Société d’études médiévales)

Vendredi 28 juin

9h – Conférence de clôture : Roberto Delle Donne (Université de Naples Federico II), Fiscalité et culture politique dans le Royaume angevin de Sicile

11h30 – Conclusions par Martin Aurell, directeur du CESCM