Archives de catégorie : Actualités / News

Le projet épigraphique GRAPH-EAST récompensé par l’ERC

L’ERC récompense le projet d’épigraphie GRAPH-EAST au CESCM, nous avons interviewé Estelle Ingrand-Varenne, lauréate de cette bourse ERC Starting grant.

Bonjour Estelle, et félicitation pour ce projet. Avant que tu nous le présentes en détail, l’ERC c’est quoi ?

J.P. Brouard/CESCM (mission 2015)

 ERC est l’abréviation de European Research Council dont la devise est : « Supporting top researchers from anywhere in the world ». Il attribue des bourses de recherche individuelles pour des projets exploratoires originaux, en particulier à l’interface des champs disciplinaires. Les bourses starting grant s’adressent aux jeunes chercheurs qui ont 3 à 7 d’expérience après leur thèse (j’ai soutenu en 2013)1. Elles sont d’1,5 million d’euros pour 5 ans.

 

Quel est le but de GRAPH-EAST : « Latin as an Alien Script in the Medieval ‘Latin East’ » ?

Aujourd’hui, la plupart des panneaux de signalisation au Moyen-Orient porte les noms de villes transcrits en caractères latins, ce qui les rend familiers à tous. C’était le contraire au VIIe s. à l’aurore de la conquête arabe et alors que l’empire devient byzantin. L’écriture latine disparaît du paysage graphique monumental de la Méditerranée orientale.

Progressivement, jusqu’à l’expansion ottomane au XVIe s., les pèlerins, les marchands, les croisés venus d’Occident établissent des hospices, des églises, des châteaux, et y apposent des inscriptions et graffiti en alphabet latin, autrement dit un signe devenu exogène. Ils tentent ainsi à travers la pierre, la peinture ou la mosaïque, de s’approprier tant graphiquement que spatialement et symboliquement les lieux, dont les lieux saints du Christianisme.

L’étude de ces inscriptions se heurte à 3 problèmes : l’absence d’un corpus complet, le concept d’ « Orient latin » suggérant une latinisation uniforme, mêlant écriture, langue, culture et rite religieux, et limité aux croisades, et une vision de l’épigraphie figée et cloisonnée, ne prenant pas en compte l’environnement plurigraphique propre à l’Orient.

GRAPH-EAST veut changer d’échelle et de paradigme en explorant l’écriture épigraphique latine en Méditerranée orientale, de la Grèce et de la Turquie à l’Égypte en passant par la Syrie-Palestine et Chypre, en contact, en interaction et en concurrence avec les inscriptions grecques, arabes, hébraïques, arméniennes, syriaques, etc.

Le projet propose une étude innovante d’environ 2 500 inscriptions et graffitis, dont beaucoup sont inédits. Il vise à comprendre la représentation et la pratique de l’écriture latine, étrangère dans les empires byzantin et islamique, à fournir une histoire de l’épigraphie dans cette région, et à analyser cette écriture latine migrante à travers le prisme des transferts culturels entre l’Occident et l’Orient, avec une équipe internationale et pluridisciplinaire.

Que va faire concrètement l’équipe pendant les 5 ans ?

Le projet va se dérouler en deux temps : 3 ans pour répertorier, transcrire, traduire, éditer tous ces textes sur TITULUS, afin de les rendre accessibles à tous. Cela signifie de nombreuses missions de terrain dans les 10 pays concernés, où on va tester de nombreuses techniques de prises de vue surtout pour les graffitis (3D, photogrammétrie, RTI, laser), mais aussi en archives et en bibliothèque. Avec la situation sanitaire actuelle, qui plus est différente d’un pays à l’autre, il faudra aussi faire preuve de flexibilité, d’adaptabilité et redoubler d’inventivité.

Pendant les deux dernières années, nous allons réfléchir lors de colloques et workshops avec une équipe d’experts internationaux spécialistes des inscriptions byzantines, arabes, hébraïques, syriaques, arméniennes, éthiopiennes, sur la rencontre des écritures.

Enfin, une exposition virtuelle sera organisée avec le Musée de Cluny ; j’espère que d’autres musées nous rejoindront. Une série documentaire va aussi être réalisée grâce à deux vidéastes qui vont suivre l’équipe pendant les 5 ans.

Comment as-tu préparé ce projet ? On imagine qu’il faut s’y prendre bien en amont ; quelles ont été les étapes ?

Au départ il y a deux ingrédients : une idée qui tient à cœur (les inscriptions de l’Orient latin) et l’émulation (avec Martin Aurell qui préparait un ERC Consolidator). J’ai commencé à prendre quelques renseignements sur le montage de projet ERC auprès de Cédric Lebailly à la cellule de valorisation de l’Université de Poitiers en fin d’année 2018. Mon séjour de trois mois à Jérusalem au premier trimestre 2019 m’a ensuite confortée dans le choix du sujet : l’épigraphie latine en Méditerranée orientale médiévale est un (quasi) désert scientifique ! Il y a un vrai défi à relever, un champ disciplinaire à ouvrir. J’ai commencé à me mettre à préparer le dossier en mai à mon retour.

Au CNRS, on a la chance d’être très bien accompagné pour un tel montage : un ingénieur projet a suivi le dossier jusqu’au dépôt (budget, administratif, éthique), un soutien financier de l’InSHS m’a été attribué pour faire des missions préparatoires, enfin j’ai suivi une formation à Paris sur l’écriture de ce type de projet qui a été d’une grande aide.

En octobre 2019, le dossier a été déposé. L’évaluation se fait en deux étapes, par un panel d’experts. La seconde étape est une audition à Bruxelles, elle n’a pas eu lieu cette année à cause de la COVID-19 ; le jury a décidé à partir des dossiers écrits.

Je dois ajouter que, si c’est un sujet de recherche personnel, l’aventure a été collective. J’ai contacté de nombreux experts et leur enthousiasme m’a beaucoup motivée ; j’ai demandé des relectures critiques à plusieurs collègues du CESCM, j’ai fait appel aux collègues anglophones pour affiner la langue, et deux chercheurs – Cécile Treffort et Vladimir Agrigoroaei – font partie intégrante de l’équipe. J’en profite pour tous les remercier chaleureusement. C’est donc un travail et une réussite de groupe, pour la discipline épigraphie et pour le laboratoire.

Un mot de conclusion ?

Je ne peux qu’inciter fortement mes jeunes collègues à se lancer dans cette aventure, on a vraiment carte blanche pour monter son projet. Et maintenant, j’ai hâte que GRAPH-EAST commence réellement, même si j’ai déjà préparé le terrain par mon détachement au Centre de recherche français à Jérusalem ; le vrai lancement aura lieu au début d’année 2021.

  1. E. Ingrand-Varenne, Langues de bois, de pierre et de verre Latin et français dans les inscriptions médiévales, Paris, Classiques Garnier, 2018, 579 p. []

Un projet collectif de recherches et un chantier de fouilles au palais de Poitiers

Le palais comtal et ducal de Poitiers est un monument exceptionnel, mais qui n’est pas aussi bien connu qu’on pourrait le supposer. Dans la plupart des monographies, ce sont les programmes constructifs et décoratifs de la fin du Moyen Âge, et notamment ceux mis en œuvre par Jean de France duc de Berry, qui ont principalement retenu l’attention des chercheurs. On ne sait pratiquement rien de l’occupation du quartier à l’époque altomédiévale et la forme qu’à pu prendre le premier complexe palatial carolingien, si tant est qu’il ait existé à cet endroit. Comme l’a rappelé Luc Bourgeois, la morphologie du palais de Poitiers avant le XIIIe siècle est, elle aussi, très mal connue.

Grande Salle du palais de Poitiers (dite « Salle des pas perdus)
Cl. N. Prouteau 2019

Dans cette conjoncture, a été entrepris, au CESCM (UMR 7302 du CNRS/Université de Poitiers) un Projet Collectif de Recherche de trois ans minimum sur le palais de Poitiers et son quartier à l’époque médiévale (IXe-XVIe s.). Ce PCR est placé sous la direction de Nicolas Prouteau, maître de conférences en archéologie médiévale et Claude Andrault-Schmitt, professeure émérite en histoire de l’architecture médiévale en partenariat avec la DRAC Nouvelle-Aquitaine site de Poitiers et la Ville de Poitiers. Il réunit près d’une quinzaine de chercheurs et doctorants médiévistes du Cescm. Dans la mesure où les origines du quartier du palais et son évolution sur la longue durée sont analysées, le Pcr intègre aussi des spécialistes de l’Antiquité (HeRMA- EA 3811 Université de Poitiers) et de la période moderne et contemporaine (Criham- EA 4270 Universités de Poitiers et Limoges). 

Dans le cadre de ce PCR, une fouille archéologique programmée sera organisée chaque année pendant 2 mois. À partir du 17 août et jusqu’au 25 septembre prochain, un premier chantier débutera au palais avec pour mission d’étudier la tour Maubergeon et le corps de logis qui lui est adossé. Ce chantier-école permettra à une vingtaine d’étudiants en archéologie de l’université de Poitiers de se former, de perfectionner leurs techniques de fouilles et d’en apprendre plus sur l’histoire de ce monument.

Vue de la tour Maubergeon et du pignon sud de la salle des pas perdus (Cl. GrandPoitiers)

La recherche archéologique sur le site est basée sur une démarche résolument interdisciplinaire et intègre à la fois des sondages dans le sol mais aussi des études d’archéologie du bâti. Le programme prévoyait d’aborder initialement quatre secteurs différents : Le soubassement du corps de logis et de la tour Maubergeon dans le square Jeanne d’Arc, le sous-sol de la tour Maubergeon, le premier étage de la tour Maubergeon et une petite salle dotée d’une citerne médiévale sous le corps de logis. Etant donné le contexte et les contraintes sanitaires, seuls le sous-sol de la tour Maubergeon et la salle de la citerne seront fouillés en 2020. Les autres secteurs seront fouillés à la fin du premier semestre 2021.  

Pour des raisons d’accès et de contexte sanitaire, les fouilles archéologiques ne feront pas l’objet de visites publiques cette année. Un volet médiation (visites du chantier, ateliers, conférences) est cependant prévu dès 2021.   


Afin de retracer à grands traits l’évolution du palais et le rôle de ses mécènes ou visiteurs prestigieux, une exposition intitulée « Les belles heures du palais » est accessible gratuitement au public du 15 juillet au 27 septembre 2020, du mardi au dimanche de 11h à 18h. L’exposition a été réalisée par Claude Andrault-Schmitt et Nicolas Prouteau en collaboration avec le service Culture de la ville de Poitiers.

Les belles heures du Palais à Poitiers

 

Le master Mondes Médiévaux 2020-2021

Modalités d’inscription :

Elle se fait sur l’application e-candidat
– Du 20 avril au 15 mai
– Résultats au plus tard normalement le 19 juin

Présentation

Le Moyen Âge est une période historique particulièrement exotique, qui exerce à juste titre une vraie fascination. Mais, pour comprendre réellement cette période, il faut acquérir une formation intellectuelle exigeante : les textes (littéraires ou pratiques), les images, les monuments, les restes matériels que nous a laissés cette période ne sont pas directement accessibles, et ils nécessitent des techniques variées pour être intelligibles.

Le Master Mondes Médiévaux de l’Université de Poitiers, adossé à un laboratoire de recherches pluridisciplinaire de haut niveau, le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM), propose une formation complète en études médiévales, qui n’exclut pas une spécialisation progressive dans une discipline (histoire, histoire de l’art, archéologie, études littéraires, philologie, épigraphie, musicologie). Comptant parmi les rares formations réellement interdisciplinaires en études médiévales proposées en France, visant l’excellence, ce master se veut aussi fortement tourné vers l’international – dimension qui pourra être encore renforcée par l’ouverture d’un master conjoint Erasmus Mundus, actuellement en projet.

Objectifs

L’objectif premier de la formation est de former de futurs chercheurs et enseignants de haut niveau dans les différents champs disciplinaires couverts par le diplôme. Au-delà de l’apprentissage formel, la formation vise toutefois à rendre les étudiants autonomes, à développer leurs propres capacités (de communication notamment) et leur propre stratégie intellectuelle. Ce faisant, le diplôme obtenu leur permettra d’occuper un emploi dans de nombreux domaines exigeant de la créativité, mais aussi des qualités d’analyse et de synthèse, bien au-delà de la spécialisation qu’ils auront acquise. En outre, l’étude du passé développe une intelligence du monde (logiques sociales, identité et relativité des cultures, langues variées), formant de véritables citoyens, capables d’une distance critique envers tout discours et tout type de relation humaine. Sans que l’étude du passé éclaire directement le présent, elle donne les moyens intellectuels d’être au monde de façon satisfaisante pour l’individu et pour la société.

Savoir-faire et compétences

Quelle que soit la discipline de prédilection de l’étudiant, il doit fréquenter et être capable d’aborder tous les types de sources médiévales, ce qui nécessite la compréhension de langues anciennes (latin ou langues vernaculaires, voire arabe), la maîtrise des règles du discours écrit (littéraire, épigraphique et diplomatique), la capacité à analyser les formes des monuments artistiques et des restes matériels vernaculaires ; une partie de cette analyse et la présentation des résultats passent par la maîtrise d’outils informatiques et numériques, dans la perspective des « humanités numériques », et par l’usage de langues étrangères modernes. Plus largement, la formation vise au développement de compétences analytiques, rédactionnelles et de synthèse.

Les + de la formation

Appuyée sur le « Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale » (CESCM), le master « Mondes médiévaux » entend offrir une formation transdisciplinaire d’excellence dans le domaine des études médiévales. L’ancrage provincial d’une telle offre, qui tire parti des recherches d’un laboratoire reconnu en France et à l’étranger et de ressources documentaires locales de première importance, le nombre des champs disciplinaires concernés (histoire, histoire de l’art, archéologie, lettres, philologie, épigraphie et musicologie) en font une formation sans équivalent aux échelles nationales et internationales.

Son originalité dans le paysage académique français tient aux diverses approches méthodologiques et à la familiarisation concomitante avec

– les écrits (littéraires et documentaires),

– les productions matérielles utilitaires,

– les œuvres d’art (peintures, sculptures)

– les mécanismes sociaux,

– les contacts et les échanges linguistiques et culturels

– les pratiques anthropologiques

et

– les dynamiques de l’histoire.

Par une insertion précoce dans les activités multiples du laboratoire (colloques, séminaires, semaines d’études médiévales, master class, conférences…), elle offre aux étudiants l’occasion d’une expérience peu commune et fortement tournée vers l’international, ainsi que l’opportunité de rencontres avec des chercheurs français et étrangers accueillis au Centre pour quelques jours ou pour des séjours de recherche de plusieurs mois.

Une formation tournée vers l’international

Le CESCM, unité mixte de recherche regroupant des chercheurs CNRS et des enseignants-chercheurs, jouit d’un vaste réseau de relations internationales du fait du rayonnement personnel de ses membres, des liens tissés avec les anciens étudiants des Semaines d’études médiévales, et de ceux noués avec de nombreux instituts étrangers, formalisés par des conventions de collaborations scientifiques. Outre des accords Erasmus conclus avec 66 universités européennes, des partenariats pédagogiques sont en cours avec les universités de Leeds et de Knoxville (Texas). Désireuse de développer la mobilité entrante, l’équipe pédagogique  entend déposer un projet de Master Erasmus Mundus.


La formation est conjointe aux UFR de Lettres et Langues et de Sciences Humaines et Arts.

Voir le site du master : http://sha.univ-poitiers.fr/master-mention-mondes-medievaux/

 

 

[18 janv. 2020] Le Moyen Âge en lumière, redonner corps aux voix du passé

Le Moyen Âge en lumière, redonner corps aux voix du passé

Date : 18 janvier 2020, 17h-18h

Lieu : Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers

Lectures à plusieurs voix du Voyage de Charlemagne à Jérusalem et Constantinople, une épopée pour rire qui culmine avec la visite de courtoisie chez l’empereur de Constantinople où un concours de rodomontades est organisé (les fameux « gabs »), avec la participation des étudiants de M1 du Master Mondes Médiévaux.
 
Des textes d’auteurs médiévaux ou d’essais d ‘historiens de l’art évoquant la pensée foisonnante et les œuvres du Moyen Âge feront également l’objet de lectures.
En clôture de l’exposition L’art médiéval est-il contemporain ? Acte IV accueillie dans le cadre de de Traversées \ Kimsooja seront lus entre autres des extraits des chroniques de Girard de Cambrai, des poèmes de François Villon ou de Marie de France, mais aussi des textes de médiévistes sur l’art des IXe-XIIIe siècles …
 
En partenariat avec le CESCM. Dans le cadre de la Nuit de la lecture.
 

[18 février 2020] Les RV du Moyen Âge

Guillaume Durand, Rational des divins offices. 14e siècle. Bibliothèque nationale de France, Ms. français 437.

Une image vaut-elle
vraiment mille mots ?
Regard sur la relation texte-image
dans le manuscrit médiéval,

Par Pamela Nourrigeon
Docteur en histoire de l’art médiéval,
Membre associé du CESCM (Poitiers).

 

 

 

Date : Mardi 18 février à 18h30

Lieu : Médiathèque François-Mitterrand
4 rue de l’Université – Poitiers – Salle Jean-Richard Bloch
Renseignements : 05 49 52 31 51

Entrée libre et gratuite

Voir l’affiche en PDF