Archives de catégorie : Actualités / News

ANR PSalteRATIO

Analysis and rationale of the first French and English metrical psalters = Analyse raisonnée des premiers psautiers métriques français et anglais.
Détail d’un manuscrit du Premier psautier métrique français : ms Londres, British Library, Harley 4070, f. 19r. Source : capture d’écran d’après le fac-similé en ligne de la British Library (http://www.bl.uk/).

Il était une fois le Psautier, livre liturgique en latin, que les clercs et moines connaissaient par cœur et récitaient quotidiennement. Parallèlement, l’école cathédrale n’avait pas oublié que les Psaumes étaient à l’origine des poèmes. Les écoliers médio-latins s’amusaient à en faire des adaptations en vers. Ce n’est pas donc étonnant que la jeune littérature française se soit appropriée cette mode savante pour divertir les ‘simples gens’. Le ‘Premier psautier métrique français’ est issu du sillage de cette tradition savante médio-latine : mais il n’est pas seul. Deux autres textes vernaculaires – le ‘Deuxième psautier métrique français’ et le ‘Psautier Surtees moyen anglais’ – suivent la même voie et forment alors un groupe multilingue de psautiers métriques des XIIe et XIIIe siècles, qui préfigure sous une autre fonction et nature le futur succès du Psautier Huguenot à la Renaissance.

Le projet ANR PSalteRATIO étudie les liens de ces trois textes avec les traductions en prose française et anglaise des psaumes datant des XIIe-XIVe siècles aussi bien que leur dépendance de la littérature exégétique médiévale (tant latine que vernaculaire, XIe-XIVe siècles). Il développe une fusion méthodologique entre édition génétique et ecdotique philologique traditionnelle. Il s’agit d’une analyse raisonnée, appuyée sur un corpus Open-Access, dont le résultat final est la publication d’une édition numérique commune des trois textes déjà mentionnés et une étude globale de leur évolution littéraire et génétique.

Le projet sera réalisé par quatre équipes partenaires françaises spécialisées dans l’histoire de la langue / littérature française et anglaise médiévale et dans les humanités numériques : le CESCM, représenté par Vladimir Agrigoroaei, coordinateur du projet, et son équipe ; Ileana Sasu pour l’Université de Tours ; la MSH Val-de-Loire, représentée par Laurence Rageot ; et l’Université Paris 13, avec Xavier-Laurent Salvador. Deux équipes internationales financées indépendamment par la République tchèque –Institut de la Langue Tchèque, avec une équipe dirigée par Kateřina Voleková – et la Roumanie – Université de Jassy, avec Ana Maria Gînsac – complètent le projet. Cette participation internationale devra ouvrir un débat sur la philologie, la traductologie et les ‘théologies vernaculaires’ et conduire à une proposition commune ERC Synergy.

Les thèmes principaux de PSalteRATIO concernent les automatismes de traduction et les clusters (sujet principal de recherche théorique), aussi bien que les liens entre la tradition vernaculaire et latine médiévale, les approches littéraires comparatistes, la sociolinguistique ou l’histoire culturelle. S’ajoutent la prosodie, la codicologie et paléographie, la textométrie et la lexicographie. Ces aspects seront discutés par les six équipes partenaires dans une série de séminaires ouverts aux étudiants de licence et master, donnant lieu à des articles individuels et collectifs publiés dans la revue ‘open-review’ du projet.

[20 juin-21 octobre 2022] Exposition : les instruments de musique au Moyen Âge

 Exposition au CESCM (salle Crozet et Pôle documentaire)  du 20 juin au 21 octobre 2022.

 

Les différents instruments de musique au Moyen Âge, à travers les fonds photographiques du CESCM, de Musiconis et d’Apemutam.

 

Les équipes de recherche Patrimoine et langages Musicaux et Sens Texte Informatique Histoire de l’Université Paris-Sorbonne, en association avec l’équipe du Centre d’études supérieur de civilisation médiévale de l’Université de Poitiers, ont mis en place le projet Musiconis. Ce dernier, financé par l’Agence Nationale de la Recherche, s’est réalisé de 2011 à 2015. Dans ce cadre, les photographies représentant des instruments de musique à l’époque médiévale, réalisées par Lionel Dieu et données à l’association Apemutam, ont fait l’objet d’une numérisation et d’une indexation dans les bases de données du CESCM ( ROMANE ) et de Musiconis.

 

Cliché Lionel Dieu (CESCM-Musiconis-Apemutam)

Au Moyen Âge, la musique est essentiellement vocale et jusqu’au XIIIe siècle, le nombre des instruments est relativement limité.

Les arts visuels médiévaux et plus particulièrement la sculpture monumentale et les manuscrits sont les sources principales de documentation concernant les instruments de musique, telle la vièle ou la rote fréquemment représentées.

La photothèque du CESCM vous propose une exposition présentant des photographies issues du fonds du CESCM et de Musiconis illustrant divers instruments de musique de l’époque médiévale : instruments à cordes (frottés ou pincés), instruments à vent et instruments à percussion.

[Exposition] : L’ours, le cygne et le crocodile, les animaux dans l’entourage du Prince au Palais

À partir du 17 juin 2022 au Palais, place Alphonse-Lepetit à Poitiers, inauguration de l’exposition  le vendredi 17 juin à 17h.

Illustration Emilie Vast

 

Le Palais propose une exposition  pour toute la famille. De quels animaux à poils ou à plumes, réels ou représentés, s’entouraient les comtes de Poitou et ducs d’Aquitaine en leur Palais ? L’exposition, présentée au Palais, explore ce bestiaire médiéval autour de trois thèmes principaux.
L’un d’eux concerne l’alimentation, à travers les animaux que l’on cuisinait et servait à la table de ces grands du royaume. Suite aux fouilles archéologiques, des restes cuisinés de grue, crevette, veau et cochon ont été retrouvés dans le logis reliant la salle des Pas Perdus à la tour Maubergeon. Un autre thème présente les animaux vivant au Palais dans la basse-cour ou la volière, celle-ci se trouvant
dans le château bâti par Jean de Berry au bord du Clain. Le troisième thème concerne l’héraldique et ses différentes représentations animalières sur les armoiries, mais aussi les allégories ou symboles ornant les tapisseries, enluminures, sculptures… Si Jean de Berry avait l’ours pour emblème, son épouse Jeanne avait choisi le cygne. Un autre animal, occupant le Palais au 17e siècle, crée l’étonnement en clôture de l’exposition. Nous en conservons la surprise ! Savante et ludique Le contenu de  l’exposition a été co-conçu avec les historiens du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) de l’université de Poitiers.


L’exposition se présente sous une forme ludique destinée également aux enfants, avec des livrets-jeux dédiés. Désormais présentée sur la
table numérique dans la salle de médiation, l’exposition « Les belles heures du Palais » fait écho en dressant le panorama des grands personnages qui ont marqué l’histoire du site. Autour de l’exposition, une programmation de visites et divers rendez-vous dans des lieux culturels de Poitiers, s’appropriera le thème du bestiaire.

Commissaires d’exposition : Claude Andrault-Schmitt, Nicolas Prouteau et Fabrice Vigier / Illustrations d’ Émilie Vast

L’envol de Marion Loiseau

 
Lauréate du prix de thèse “L ‘art et l’essai “, INHA/CTHS 2022
 
 Marion Loiseau qui a soutenu une très belle thèse, le 24 septembre 2021 au CESCM, sur « Les femmes et leurs images, identité, projection, invention de soi dans les livres d’heures de la France de l’Ouest au XVe siècle », sous la direction de Cécile Voyer, est lauréate du prix de thèse “L’art et l’essai 2022” de l’Institut national d’histoire de l’art et le Comité des travaux historiques et scientifiques.
 
Depuis 2004, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) décernent le prix de thèse « L’Art et l’Essai ». Destiné à soutenir les travaux de recherche en histoire de l’art, il permet la publication de deux thèses par an aux éditions de l’INHA et du CTHS. 
La thèse de Marion Loiseau met en lumière le contenu discursif des images et les spécificités de la pratique religieuse des femmes laïques à la fin du Moyen par une analyse très fine du décor peint dans les livres d’heures. La jeune chercheuse présentera sa thèse et son projet du publication lors de la remise officielle du prix, le samedi 4 juin dans la chapelle basse Saint-Saturnin à Fontainebleau dans le cadre du festival international d’histoire de l’art.
 
Toutes nos félicitations à la lauréate.

[11 mai 2022] : Fonctions et stratégies de l’écriture historiographique d’Alphonse X le Sage

Les rdv de l’équipe “Lettres et textes médiévaux” (Équipe 1) sont de retour : Ce ne sont pas des conférences ! Ce sont des moments pour se rencontrer, discuter, apprendre en échangeant…

Vous êtes conviés à notre troisième rdv de l’année le Mercredi 11 mai, de 15h à 17h en salle Berger du CESCM

Soizic ESCURIGNAN nous parlera de ses recherches autour des fonctions et stratégies de l’écriture historiographique d’Alphonse X le Sage, des mythes et des représentations du pouvoir.