Archives de catégorie : Actualités / News

[7 déc.] Remise de ses mélanges à Claude Andrault-Schmitt, professeure émérite de l’Université de Poitiers

 

• 7 décembre 2018 – 14h / 17h

• Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet, 24 rue de la chaîne – Bât. E13

• Séminaire coordonné par Marcello Angheben (CESCM / Université de Poitiers), dans le cadre du Séminaire interdisciplinaire du CESCM, master Mondes médiévaux.

• Ouvert à tous les étudiants et personnels de l’Université

PROGRAMME

14h/16h : « Regards croisés sur le monument médiéval : autour des mélanges dédiés à Claude Andrault-Schmitt »

Marcello Angheben (coord.), avec la participation de plusieurs contributeurs de l’ouvrage

Échanges autour de l’ouvrage Regards croisés sur le monument médiéval. Mélanges offerts à Claude Andrault-Schmitt (Marcello Angheben dir., Brepols, 2018). Ce livre de mélanges rassemble trente-cinq contributions consacrées principalement à l’architecture du quart sud-ouest de la France.

 

16h/17h : Remise des mélanges

Les étudiants, enseignants et personnels de l’Université de Poitiers sont cordialement invités à assister à la remise des mélanges, et au vin d’honneur qui sera servi à l’issue des échanges.

16h/17h : remise des mélanges

[24-26 avril 2019] Colloque Poitiers-Stanford

Transferts culturels : France et Orient latin aux XIIe et XIIIe siècles. 24-26 avril 2019
Cultural Transfers: France and the Latin East in the 12th-13th c. April 24-26, 2019

 

Colloque international co-organisé par le CESCM (Université de Poitiers/CNRS) et le CMEMS (Stanford University/FSCIS)

International Conference co-organized by CESCM (University of Poitiers/CNRS) and CMEMS (Stanford University/FSCIS)

Lieu/place : Salle Crozet, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers

Contacts :

Comité scientifique / Conference Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Nicolas Prouteau (Université de Poitiers-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)
  • Fiona Griffiths (Stanford University-CMEMS)
  • Rowan Dorin (Stanford University-CMEMS)

Comité d’organisation / Organizing Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)

Texte de cadrage / Conference Description:

La fécondité de la notion ou plutôt de la méthode des « transferts culturels », issue des recherches menées par Michel Espagne et de Michael Werner dès les années 1980[1], n’est plus à démontrer. L’existence même d’un laboratoire d’excellence sur cette thématique (le labex TransferS[2]) en est la preuve, tout autant que la pléthore de colloques et d’ouvrages intégrant l’expression dans leur titre[3], ou encore la création d’une collection proprement dédiée aux transferts culturels aux Presses de l’Université d’Ottawa.

Pensée dans le dessein d’analyser les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand des XVIIIe-XIXe siècles, la méthode a également conquis les médiévistes pour analyser les processus d’interaction, les dynamiques de transformations sémantiques qui résultent du passage d’un objet culturel d’un contexte à un autre, qu’il s’agisse de données matérielles ou immatérielles. Travaux personnels et projets collectifs ont vu le jour, jusqu’à l’organisation d’une école doctorale internationale d’été à Göttingen en 2002 ; chacun réfléchissant à l’adaptation de la méthode[4], à un terrain ou une discipline spécifique : la traduction du latin aux langues vernaculaires (projet Transmédie[5]), la Méditerranée[6] ou encore l’art gothique[7], pour ne citer que quelques grands programmes français. Les médiévistes américains ou anglophones n’ont pas été en reste, essayant d’articuler les transferts culturels avec la notion de contact ou de représentation (particulièrement dans les relations entre Islam et Chrétienté)[8].

Héritier de cette réflexion au long cours, le partenariat CESCM Poitiers–CMEMS Stanford a souhaité en extraire toutes les richesses en l’appliquant à l’aire géochronologique à la base de la collaboration : la France et l’Orient latin du XIIe et du XIIIe siècle, à la suite de la première rencontre en Californie, les 19-20 avril 2018, sur le thème « Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges ». Il y a près de quinze ans, le colloque édité par Daniel H. Weiss et Lisa Mahoney portait précisément sur la France et la Terre Sainte, et essayait de comprendre la culture franque ou levantine à la fin des croisades comme une culture ni occidentale, ni orientale, mais au carrefour des mondes latin, byzantin et arabo-musulman à travers l’art, la poésie ou l’architecture[9]. C’est bien la spécificité de cette culture, analysée au prisme des transferts, qui sera au cœur de ce colloque, pensé comme pluri/interdisciplinaire et faisant se croiser et se répondre histoire, histoire de l’art, archéologie, épigraphie, numismatique, littérature, philologie, philosophie et théologie.

De la prise de Jérusalem en 1099, avec l’institution d’états nés de la croisade, à la chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291, la présence latine s’est intensifiée « outremer », dans ce vaste espace compris entre la Méditerranée orientale, la mer Égée et la péninsule balkanique, Constantinople et la Mer noire, tant dans ses franges côtières que dans ses arrière-pays. En retour l’ « Orient », tout particulièrement la « Terre Sainte », a pénétré un peu plus en France. Au sein de ce va-et-vient entre la France et l’Orient latin, quels furent les transferts d’idées, de formes, de courants, de technologies ? Le processus de sélection montrent les éléments de fascination, ou au contraire d’oubli et de rejet. Quels furent et que firent les vecteurs de ces échanges et les lieux de médiation ? Comment se mit en œuvre ce processus ? Peut-on l’articuler avec les notions d’ « influence » et de « diffusion » ? Quels furent les enjeux et les stratégies de ces importations ? Que révèlent-ils des sociétés médiévales latines, mais aussi de leurs contacts, avec les mondes byzantin et islamique environnants ? Telles sont quelques-unes des problématiques que soulèvent la méthode des transferts culturels – au sens de tout ce qui a trait à la médiation entre les hommes – et ses outils, afin de penser en terme de flux, de dynamique et de mouvance les relations et les identités des deux pôles ici questionnés.

Grâce au renouveau des études sur l’Orient latin, les croisades et les ordres militaires, à la publication des sources littéraires et diplomatiques, aux découvertes archéologiques ou au défrichage de nouveaux champs comme la vie quotidienne ou l’usage du français au Levant, dont témoigne notamment le vaste programme de la rencontre tenue à Haïfa en début d’année 2018 à l’occasion du 800e anniversaire du château d’Atlit[10], de nombreux sujets seront abordés : de la traduction textuelle à la conversion religieuse, de l’appropriation d’objets à l’adaptation et la perméabilité des techniques, en passant par les négociations et les échecs de transferts ou les résistances ainsi que la réflexion critique sur la notion même de « transferts culturels » et ses implications théoriques.

Since Michel Espagne and Michael Werner’s research on the topic, the richness and complexity of “cultural transfers” as a concept and method is no longer debated.[1] The existence of a “laboratoire d’excellence” on this topic (le labex TransferS[2]), plethora of colloquia and works that integrate this expression in the title,[3] and creation of collected works dedicated to cultural transfers by the University of Ottawa Press offer further evidence of its continuing importance.

First considered for the analysis of intercultural relations in the Franco-German sphere of the 18-19th centuries, the method has gained traction among medievalists for analyzing processes and dynamics of semantic transformations that result from the passage of one cultural object in one context to another, as either material or immaterial data. Individual and collective projects have appeared (and even a graduate colloquium held at Göttingen in 2002) that investigated the adaptation of the method[4] to different disciplines and contexts, such as the translation of Latin into vernacular (project Transmédie[5]), the Mediterranean,[6] and Gothic art.[7] American and Anglophone medievalists have approached the notion of cultural transfer though contact or representation, especially in Islamic and Christian relations.[8]

Building on these studies, the collaboration between CESCM Poitiers and CMEMS Stanford focuses on a particular place and time: France and the Latin East of the 12th and 13th centuries, and continues the scholarly exchange that took place at Stanford April 19-20, 2018 on “Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges.” Almost 15 years has passed since the publication of conference papers edited by Daniel H. Weiss and Lisa Mahoney that treated France and the Holy Land: the collected essays investigate Frankish or Levantine culture at the end of the crusades as a culture that was neither western nor eastern, but at the crossroads of Latin, Byzantine, and Arabo-Muslim culture as seen through art, poetry, and architecture.[9] It is precisely this specificity of this culture, analyzed from the lens of transfers, that will be the aim of the conference, considered from an interdisciplinary perspective that includes the fields of history, history of art, archaeology, epigraphy, numismatics, literature, philology, philosophy, and theology.

Since the capture of Jerusalem in 1099 that established the crusader states until the fall of Saint Jean d’Acre in 1291, Latin culture intensified in Outremer—the vast area that includes the eastern Mediterranean, the Aegean sea, and the Balkan peninsula, Constantinople and the Black Sea, as well as border fringes and inland regions. On the other hand, the “East,” the Holy Land in particular, penetrated further into France. In this vacillation between France and the Latin East, what was the transfer of ideas, forms, trends, and technologies? The process of selection demonstrates elements of fascination, or in contrast of forgetting or rejection. What were the vectors of exchanges and places of mediation? How does one delimit the process? Can one articulate the notions of influence and diffusion? What were the stakes and strategies of importation? What do they reveal about medieval Latin societies, but also their contacts with the Byzantine and Islamic worlds? These are some of the problems that the method of cultural transfers raises, in the sense of mediation among people and their tools: things in flux, a dynamic of movement among relations and mobile identities.

Thanks to the recent interest in studies on the Latin East, the crusades and military orders, and publication of literary and diplomatic sources, archaeological discoveries, and translation of new fields of daily life and French usage in the Levant (among which we must note the vast program of speakers who met at Haïfa at the beginning of 2018 on the occasion of the 800th anniversary of the Chateau d’Atlit[10]), numerous topics have been pursued: the textual translation of religious conversion, the appropriation of objects and their adaptation, the permeability of techniques that are shaped by negotiations and failures of transfer, and even resistances or questioning of the idea of cultural transfer and its theoretical implications. 

Exposition photographique / Photography Exhibition:

Sur la thématique des transferts culturels entre la France et l’Orient aura lieu une exposition des clichés photographiques issus du fonds de la Photothèque, dans le pôle documentaire et la salle Crozet.

An exhibition consisting of photos from the Photothèque, based on the theme of cultural transfers between France the East, will take place in the Documentary Center and the Salle Crozet.

Liste et qualité des communicants / List of Speakers:

  • Aslanov Cyril, Professeur de linguistique,  Aix-Marseille Université
  • Aurell Martin, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Besson Florian, Docteur, Centre Roland Mousnier
  • Boas Adrian, Professor of Archaeology, University of Haïfa – Israël
  • Boissellier Stéphane, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Burgwinkle Bill, Professor of Medieval French and Occitan Literature, King’s College Cambridge – Angleterre
  • Folda Jaroslav, N. Ferebee Taylor Professor Emeritus of the History of Art, University of North Carolina at Chapel Hill – USA
  • Galderisi Claudio, Professeur de philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Galvez Marisa, Associate Professor of French and Italian, Stanford University/CMEMS – USA
  • Gasc Sébastien, Chercheur associé – IRAMAT Centre Ernest Babelon 
  • Girbea Catalina, Professeure, Université de Bucarest/CESCM – Roumanie
  • Halloumi Abderrazak, Doctorant, Université de Poitiers/CESCM
  • Hanne Olivier, Docteur, Professeur aux écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan
  • Ingrand-Varenne Estelle, Ingénieure de recherche, CNRS/CESCM
  • Isaac Steven, Simpson Distinguished Professor, Longwood University – USA
  • Kühnel Bianca, Professor of Art History, Hebrew University of Jerusalem – Israël
  • Lyons-Penner Mae, Doctorante, Stanford University/CMEMS – USA
  • Minervini Laura, Professeure de philologie et de linguistique romane, Université de Naples Federico II – Italie
  • Murray Alan, Senior Lecturer in Medieval Studies, University of Leeds – Angleterre
  • Pignatelli Cinzia, Maître de Conférences en philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Prouteau Nicolas, Maître de Conférences en archéologie, Université de Poitiers/CESCM
  • Rouxpetel Camille, Florence Gould, Fellow Harvard University
  • Junge Ruhland Johannes, Doctorant, Stanford University/CMEMS – USA
  • Shawcross Teresa, Associate Professor of History and Hellenic Studies, Princeton University – USA
  • Tolan John, Professeur d’histoire, Université de Nantes
  • Vasselot Clément de, Doctorant, Université de Nantes/Université de Poitiers/CESCM
  • Zouache Abbès, Chargé de recherche CNRS, directeur du CEFAS – Koweït

               


[1] Espagne Michel, Werner Michael., « La construction d’une référence culturelle allemande en France : Genèse et histoire (1750-1914) », Annales ÉSC, 4 (juillet-août 1987), p. 969-992 ; repris dans Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècle), M. Espagne et M. Werner dir. Paris, 1988 ; Espagne Michel, Dimitrieva Katia (dir.), Philologiques IV. Transferts culturels triangulaires France – Allemagne – Russie, Paris : MSH, 1996.

[2] Celui-ci réunit l’ensemble des laboratoires de Sciences Humaines et Sociales de l’École normale supérieure, ses bibliothèques littéraires et deux unités du Collège de France, voir : http://www.transfers.ens.fr/

[3] Les derniers colloques en date étant « Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge » 20-22 septembre 2018, organisé par la Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane ; « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs », 5-7 octobre 2017, Caen, resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller.

[4] Joyeux-Prunel Béatrice, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèses 2003/1 (6), p. 149-162.

[5] Galderisi Claudio dir., Translations médiévales (Transmédie). Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe–XVe siècles). Étude et Répertoire, Turnhout, 2011.

[6] Abdellatif Rania, Benhima Yassir, König Daniel, Ruchaud Elisabeth, Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, De Gruyter, 2012.

[7] Dubois Jacques, Guillouët Jean-Marie, Van den Bosshe Benoît dir., Ersek Annamaria coord., Les transferts artistiques dans l’Europe gothique. Repenser les circulations des hommes, des œuvres, des savoir-faire et des modèles (XIIe-XVIe siècle), Paris : Picard, 2014.

[8] Feuchter Jörg, Hoffmann Friedhelm, Yun Bee ed., Cultural transfers in dispute: representations in Asia, Europe, and the Arab world since the Middle Ages, Frankfurt-on-Main ; New York, 2011.

[9] Weiss Daniel H., Mahoney Lisa, France and the Holy Land, Frankish Culture at the End of the Crusades, The Johns Hopkins University Press : Baltimore & London, 2004.

[10] « The Latin East in the 13th Century: Institutions, Settlements and Material Culture. Commemorating the 800th aniversary of ‘Atlit Castle », 31 janvier 2018- 2 février 2018, Haifa University.

 

[Exposition] Détails – inattendus, curiosités et bizarreries. Les peintures de la nef de Saint-Savin


Exposition de photographies de détails des peintures de Saint-Savin, captés par Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM

Dates : du 9 novembre 2018 au 19 décembre 2018
Apéritif inaugural : jeudi 8 novembre, à 11h30, pôle documentaire Berthelot

Lieux : Poitiers, Faculté des Sciences humaines et arts
* Espace d’expositions de SHA et BU Michel Foucault – 8 rue René Descartes, bât. E18
* Hôtel Berthelot, pôle documentaire et salle Crozet – 24 rue de la chaîne, bât. E13

Exposition organisée par le CESCM, sous la coordination de Chrystel Lupant et Carolina Sarrade, avec le soutien de la commission Vie culturelle et associative de la faculté des Sciences humaines et arts, en partenariat avec l’EPCC de Saint-Savin-sur-Gartempe et Vallée des Fresques, et la BU Michel Foucault.

Entrée libre

 
Joseph main Pharaon 1200 (Cliché J-P Brouard / CESCM)

L’occasion de redécouvrir les peintures de Saint-Savin-sur-Gartempe, si souvent citées ou publiées, mais dont nous méconnaissons beaucoup de détails. Les photographies montrent ce que l’œil ne voit pas depuis le sol de la nef, les repentirs des peintres, les modifications, les curiosités et autres bizarreries.
L’exposition permet aussi de découvrir les strates de la peinture, grâce au travail d’archéographie réalisé par Carolina Sarrade et aux panneaux prêtés par l’EPCC de Saint-Savin. Une sélection de quelques ouvrages de la BU complète cette présentation.


Horaires d’ouverture :
– Espace d’expositions et BU Michel Foucault :
du lundi au vendredi : 8h30 / 18h30
le samedi : 9h / 17h (accès le samedi par le 23 bis rue des Carmélites)
– Hôtel Berthelot – Pôle documentaire :
du lundi au vendredi : 9h / 17h

L’œil et le clic : la captation du sensible

Johannes (Jan) Vermeer – Christ in the House of Martha and Mary – Google Art Project.jpg

Parmi les milliers d’images qu’il a photographiées et numérisées au cours de sa longue carrière au CESCM, Jean-Pierre Brouard a sans aucun doute traité, à un moment ou à un autre, une peinture ou une sculpture figurant la scène de l’évangile de Luc, dans laquelle le Christ est reçu par Marthe et Marie.

Les deux figures, dans leur relation à celui qui entre dans leur maison, proposent deux modalités complémentaires de la vie de service. Marthe, qui s’avance pour accueillir Jésus, remplit la parabole de ses gestes et de ses paroles ; Marie, assise, silencieuse et attentive à l’enseignement du Christ, s’installe dans une contemplation aimante – c’est tout le sens du grand tableau de Vermeer. Marthe interroge Jésus au sujet de l’inaction de sa sœur, mais au lieu de lui adresser un reproche, il affirme que c’est bien l’attitude de Marie qui a sa faveur. En perspective chrétienne, et ceux qui ont le plaisir de travailler à ses côtés en font l’expérience quotidienne, Jean-Pierre serait plutôt du côté de Marie, et c’est tant mieux pour lui et les autres ! Il préfère la quiétude à l’agitation, le silence aux discours, l’ordre au désordre ; une discipline du détail finalement qui se retrouve dans tous les aspects de son travail.

Au moment où le CESCM s’imposait en France comme l’un des grands centres documentaires au service des recherches en histoire de l’art et en épigraphie, Jean-Pierre Brouard a été un acteur incontournable des travaux d’acquisition et de traitement des clichés aujourd’hui accessibles à la photothèque et à l’inscripthèque à Poitiers, et à travers les portails numériques ROMANE et TITULUS. Qu’il s’agisse de panneaux de peintures murales, de vues d’architecture, d’éléments sculptés ou encore d’inscriptions, la consultation du fonds photographique du CESCM permet d’apprécier l’exceptionnelle qualité du travail de Jean-Pierre et c’est un euphémisme de dire que ses clichés rendent hommage à la diversité, à la dextérité, à la virtuosité parfois de l’esthétique médiévale. Ils conjuguent la rigueur scientifique d’une prise de vue réaliste, en accord avec l’objet d’étude, et une sensibilité aiguë pour le geste qui l’a produit. La maîtrise technique que l’on attend d’un photographe professionnel se voit ainsi épaissie d’une empathie que l’on rencontre chez un artiste. L’une et l’autre exigent de la patience : regarder les œuvres pour déterminer ce qui doit être rendu visible sur les clichés ; comprendre le monument ou l’objet pour établir ce qui doit apparaître dans la publication ; connaître les enjeux scientifiques pour décider du niveau de détail à atteindre. Pour y parvenir, il faut être Marie : s’assoir et observer. Jean-Pierre Brouard exige de la patience. En mission sur le terrain, il impose silencieusement le rythme des images et oblige le chercheur qui l’accompagne à une lenteur salutaire, celle qui permet de ne plus s’agiter comme Marthe, mais au contraire de s’imprégner d’un objet, d’une image, de leur environnement. On n’explore jamais tant les recoins d’une église médiévale que lorsque l’on accompagne notre photographe en mission et que l’on attend patiemment, sans trop parler, qu’il capture la bonne image.

Cliché C. Voyer/CESCM

À l’heure où les moyens techniques mettent à la disposition des visual studies d’énormes quantités d’images, entr’aperçues dans le défilement stroboscopique d’un script sur un site web, la mesure et l’économie de Jean-Pierre rappellent l’historien de l’art à son devoir de lenteur et d’approfondissement. Au retour de mission, le chercheur doit encore attendre le traitement des clichés, livrés petit à petit. Il est certain en revanche que l’étalonnage des couleurs et des lumières est parfait ; il sait qu’il peut lire l’inscription sans difficulté ; il est convaincu qu’il pourra publier l’image sans encombre. Par l’application portée à chaque image, le travail de Jean-Pierre en vient finalement à réaffirmer l’unicité de l’œuvre médiévale. Cet engagement esthétique ne cantonne plus dès lors le travail du photographe au « support » ou au « service » de la recherche, il en est une dimension indispensable, pleinement scientifique. L’œil du photographe, qui a commencé sa carrière en s’intéressant aux travailleurs, aux usines, perçoit aujourd’hui ce qui fait l’intérêt d’une image ou d’un objet souvent plus vite que le chercheur lui-même. Affaire d’expérience, dira-t-on… On peut aussi l’entendre comme une capacité à voir l’homme derrière la matière. Son travail est en ce sens un atout au service des sciences humaines dans un milieu et au sein de disciplines qui le sont parfois assez peu.

La discrétion et la retenue de Jean-Pierre Brouard sont les indices d’une attention véritable aux détails, dans son travail au CESCM, mais aussi dans les relations avec ses collègues. Elles sont aussi le signe d’une vraie indépendance, d’une liberté en somme, celle du professionnel, celle de l’artiste. Plusieurs générations d’étudiants et de chercheurs pourront encore travailler sur le fruit de son investissement au CESCM et lui témoigner, à travers leurs recherches, une profonde reconnaissance pour avoir rendu la culture visuelle médiévale encore plus fascinante à travers ses clichés.

[13 nov.] Conférence de Raluca Radulescu

Raluca Radulescu, professeur de philologie anglaise à l’université de Bangor – où elle dirige le Center for Arthurian Studies -, prononcera  la conférence :


« Narrer Arthur après Geoffroy de Monmouth : émotions, langages et pouvoir »

Date : Mardi 13 novembre, 16h-18h
 
Lieu : Poitiers, Faculté des Sciences humaines et arts, salle Crozet  du CESCM, 24 rue de la chaîne – Bâtiment E13
 
Entrée libre – Ouvert à tous
 

Cette présentation a pour objet  le développement du thème  du pouvoir dans les chroniques écrites par les successeurs de Geoffroy de Monmouth – en particuliers les auteurs ‘anonymes’ du Brut en dialecte Anglo-Normand et en moyen anglais. Dans les  manuscrits encore disponibles à l’heure actuelle  (plus de 200)  des remaniements peuvent être identifiés, non seulement dans les chapitres traitant de l’histoire récente, à savoir le Haut  Moyen Âge (la période où les manuscrits les plus modifies ont été produits), mais aussi dans les chapitres traitant de la figure  légendaire du roi Arthur. Quelques exemples représentatifs seront examinés, ainsi que l’influence qu’ils  ont exercé sur l’évolution ultérieure de la littérature anglaise.


Raluca Radulescu est professeure de littérature médiévale à l’Université de Bangor, Pays de Galles, et directrice du Centre d’Études Arthuriennes. Elle a été  élue Fellow of the Learned Society of Wales (équivalente a la British Academy pour le Pays de Galles) en 2018. Elle a édité le Journal of the International Arthurian Society (revue scientifique de la Société Internationale Arthurienne) de 2011 à 2017 et co-directrice de l’Institut d’Etudes Médiévales et de la Renaissance (Institute for Medieval and Early Modern Studies) de 2013 à 2018. Ce centre multidisciplinaire réunit plus de 50 spécialistes  de cinq universités au Pays de Galles. Elle a publié deux monographies (The Gentry Context for Malory’s Morte Darthur, Cambridge, 2003; Romance and Its Contexts in Late Medieval England: Politics, Piety and Penitence, Cambridge, 2013) et coordonné huit autres ouvrages, sur des thèmes allant de la politique à la généalogie, etc. (publiés par Oxford University Press, Brepols, Boydell & Brewer, etc.).

Voir sa pageacadémique ICI