Tous les articles par Stéphane Boissellier

[24-25 nov.] Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels

Programme de recherche Le lexique du territoire et la nomination des lieux dans les œuvres savantes et les sources documentaires, en latin, langues romanes et arabe (Fédération de recherches 3482-FESMAR).

Après une première réunion les 9 et 10 décembre 2016, destinée à organiser le programme de recherche et la mise en place des instruments pour constituer un lexique collaboratif, une journée d’étude, dont les actes ont vocation à être publiés, est organisée à Poitiers : elle portera spécifiquement sur le thème Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels.

Organisé par Stéphane Boissellier (CESCM) et Nathalie Bouloux (CESR)

Dates : 24 et 25 novembre 2017

Lieu : CESCM (salle Berger) – Poitiers

Les hommes donnent des noms propres à eux-mêmes, à d’autres êtres vivants qui leur sont le plus familiers (les animaux domestiques), à certains objets (les épées des chevaliers) et enfin aux lieux. Dans le dernier cas, ces noms peuvent être descriptifs, commémoratifs (d’un homme ou d’un événement) ou invocatoires (noms de saints notamment). Ils s’appliquent à l’origine à un lieu « ponctuel » (habitat ou élément bien caractérisé de l’environnement), en suivant des processus de nomination dont les acteurs nous échappent le plus souvent ; l’usage pesant d’un poids considérable dans l’emploi de ces toponymes, il est probable que ce sont les usagers eux-mêmes qui jouent un rôle déterminant, sinon dans le choix initial, au moins dans la perpétuation des noms.

La formation des territoires fait appel à des processus plus complexes mais plus accessibles documentairement, parce qu’ils impliquent une volonté collective, souvent concentrée et exercée par des autorités politiques. En ce qui concerne le nom propre de ces territoires, c’est le plus souvent un lieu particulièrement notable, déjà nommé donc obéissant aux mécanismes susdits), qui est choisi comme éponyme pour désigner la totalité du territoire, dont il constitue d’ailleurs souvent le « chef-lieu » ; le problème du « choix » est donc secondaire.

Mais ces territoires s’inscrivent dans un maillage de l’espace plus ou moins systématique, mis en œuvre par les autorités ; ils sont donc désignés aussi par un nom commun qui constitue une catégorie administrative (baillage, wilaya…). A priori, c’est la culture savante des milieux dirigeants qui préside au choix des vocables désignant les circonscriptions administratives – et plus encore pour les « territoires imaginaires » servant aux géographes à découper l’espace rationnellement et abstraitement.

Toutefois, la culture populaire peut jouer un rôle jusque dans la nomination générique des espaces, et ceci de deux façons. Tout d’abord, il existe des entités spatiales en étendue qui sont quasiment inconnues des autorités (les « quartiers » agricoles ou résidentiels au sein d’un terroir, ou les « pays » issus de vieilles divisions, notamment tribales, disparues auxquels les usagers restent attachés) ; certes, ces « territoires » n’ont pas un contenu politique, au sens institutionnel, et ne maillent pas forcément l’espace de façon exhaustive. Mais c’est plus encore par l’usage des différentes catégories de territoires (même dûment désignées par les autorités) que les populations peuvent intervenir : quand ils s’adressent à un notaire ou répondent à un enquêteur (ou encore quand des auteurs les font parler de façon réaliste, comme dans les fabliaux), les gens du peuple inscrivent leur vie dans un territoire officiel mais vécu (la paroisse, le hisn), aux dépens des circonscriptions plus abstraites (fiscales, militaires) ou trop grandes imposées par le pouvoir, lesquelles sont sur-représentées dans la documentation écrite et donc dans l’esprit des historiens…

 

Programme

 

Vendredi 24 novembre 14h-18h

Nommer les lieux étrangers et lointains, un mode d’appropriation ?

Lucie Malbos (université de Poitiers) : Des peuples aux royaumes en Scandinavie au haut Moyen Âge

Emmanuelle Vagnon (Cnrs Lamop Paris I) : Nommer les lieux sur les cartes marines : reflet de la pratique ou représentation politique ? (XIIIe-XVIe siècles)

Le lexique des circonscriptions administratives

Émilie Kurdziel (université de Poitiers) : La nomination des circonscriptions administratives dans les actes italiens des IXe-XIe siècles

Pause

Yassir Benhima (université Paris III–Sorbonne Nouvelle) : Organisation territoriale et nomenclature administrative au Maroc (XIIIe-XVIe siècles)

Sylvain Gouguenheim (ENS-LSH (Lyon) : Premiers aperçus sur le lexique territorial employé par l’Ordre teutonique en Prusse (XIIIe-XIVe siècles)

 

Samedi 25 novembre 8h30-12h30

 

Philippe Jansen (université de Nice – Sophia Antipolis) : Le districtus (contado ou terra) et ses subdivisions locales dans les statuts et les actes de la pratique en Italie centrale : de l’espace vécu à l’espace administré

Nommer les villes et les lieux dans les villes

Miguel Calleja (universidad de Oviedo) : Le lexique de l’espace urbain dans les chartes : León et Castille, XIIIe siècle

Pause

Régis Le Gall Tanguy : Nommer les rues : Quimper aux XIIIe-XIVe siècles

Harmony Dewez (université de Poitiers) : La topologie médiévale : entre droit, histoire et géographie

 

Contacts

Nathalie Bouloux : nathalie.bouloux@univ-tours.fr

Stéphane Boissellier : stephane.boissellier@univ-poitiers.fr


 

      

        

Marcella Lopes Guimarães, en souvenir de son passage au CESCM

J’ai voulu faire un bref récit de mon expérience en tant que Professeur invité de l’Université de Poitiers, entre mai et juin 2014.

Raconter une expérience, c’est l’organiser pour soi-même, mais publier le rapport implique de partager le vécu et son interprétation avec d’autres personnes intéressées, c’est-à-dire avec le lecteur. Du 25 mai au 28 juin, j’ai vécu de nombreuses expériences académiques, institutionnelles et personnelles très importantes pour moi, en tant que Professeur Invité à l’Université de Poitiers, auprès du CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale). Un long séjour de 34 jours. Pourquoi ? Parce que depuis ma candidature dans le cadre de l’appel lancé par l’Université de Poitiers, jusqu’à mon départ et finalement mon retour au Brésil, s’est écoulée une année.

marcella_charles
Marcella Lopes Guimarães et Charles Garcia

Les relations entre le NEMED (Núcleo de Estudos Mediterrânicos) et le CESCM existent depuis 2010, quand les collègues Fátima Regina Fernandes et Renan Frighetto ont été invités à participer aux Semaines d’Études Médiévales par le Professeur Stéphane Boissellier, notre principal partenaire depuis lors. De 2010 à aujourd’hui, notre travail est fructueux, avec de nombreux voyages au-dessus de l’océan Atlantique et un certain nombre de publications. Mon séjour à Poitiers est un nouveau chapitre dans les relations académiques entre nos laboratoires de recherche. Cette expérience a également favorisé le rapprochement de nos institutions, qui aujourd’hui souhaitent renouveler un accord ayant pris fin en 2013. Elle m’a aussi offert l’opportunité d’effectuer des recherches auprès des archives et de visiter des monuments que je ne connaissais pas.

Pendant mon séjour en tant que Professeur Invité, j’ai réalisé trois activités: j’ai collaboré à la traduction de la Chronique de D. Ferdinand (écrite par le chroniqueur portugais Fernão Lopes) – voir billet dans les carnets du CESCM -, projet dirigé par le Professeur Stéphane Boissellier; j’ai donné un atelier consacré aux sources littéraires galégo-portugaises pendant les Semaines d’Études Médiévales et j’ai participé activement aux différents débats des Semaines. De plus, j’ai pu accompagner le groupe de collègues et d’étudiants dans les visites organisées par le CESCM: à Chinon, à Fontevraud et à Saint-Savin. Beaucoup de mes impressions et découvertes ont fait objet de post presque instantanément sur mon profil Facebook et y sont toujours disponibles.

Il n’est pas commun, étant loin de sa famille et de ses proches, et vivant intensément une autre culture, de se sentir à l’aise, comme parmi ses amis… Eh bien, au fil du temps, j’ai de nouveau rencontré des personnes admirables, qui font partie de mon cœur et de ma bibliothèque.  Je remercie surtout mon ami Stéphane Boissellier et sa famille, qui m’ont accueillie à bras ouverts chez eux ; l’ami Charles Garcia, son zèle et sa disponibilité, et Cécile Treffort, son amitié et son soutien. Je tiens à souligner le bonheur d’avoir vécu avec l’excellente Claude Andrault-Schmitt, avec la joie de Marcello Angheben, avec la courtoisie de Stephen Morrison et la sympathie de Vanessa Ernst-Maillet et Catherine Girault.

Voir l’article en portugais : http://nemed.he.com.br/relato_profa_marcella/

Une belle rencontre France-Brésil au CESCM

Marcella Lopes Guimarães est Professeure d’histoire du Moyen Âge au Brésil, elle est au CESCM pour 1 mois et nous parle de son séjour.

Bonjour Marcella, quelles sont les raisons de votre venue à Poitiers :

Je suis arrivée en France le 25 mai et je repars au Brésil le 28 juin. Je suis à Poitiers dans le cadre du programme de recrutement d’enseignants invités au titre de l’année universitaire 2013-2014.

Mes tâches principales en France consistent à relancer avec vous, Professeur Stéphane Boissellier, le projet de traduction de la Chronique de D. Ferdinand, écrite par le chroniqueur portugais Fernão Lopes1, et présenter un atelier consacré aux sources littéraires du Portugal médiéval aux participants des Semaines d’Études Médiévales, le 18 juin. Pour la traduction, une réunion à Paris, le 3 juin, a permis de relancer le projet.

Je profite de mon séjour à Poitiers pour faire des recherches dans les bibliothèques de l’Université de Poitiers et participer aux conférences prévues lors les Semaines d’Études Médiévales du CESCM, du 16 au 27 juin. J’espère pouvoir établir des dialogues académiques fructueux avec les collègues et avec les étudiants participants au colloque.

última foto em Paris

Pourquoi avoir choisi Poitiers ?

Mon laboratoire le NEMED et le CESCM, ont organisé conjointement 2 colloques : en 2010 les brésiliens ont été invités à Poitiers et en 2011 un premier colloque a eu lieu à l’Université Fédérale du Paraná, avec des collègues français et nous avons tous collaboré autour du thème de l’histoire et de l’écriture du Moyen Âge. Je suis moi-même déjà venue à Poitiers cette même année pour présenter une communication et participer à des débats autour des résultats de la traduction de la Chronique de D. Ferdinand. Les textes présentés aux 2 colloques précédemment cités ont été publiés dans la revue du NEMED, Diálogos Mediterrânicos et dans la revue du Círculo de Estudos Bandeirantes.

Cette même année, j’ai entrepris un projet de recherche tout à fait intégré au but de cette initiative conjointe, dont l’objectif et mes contributions personnelles portent sur l’analyse des circonstances, des données, des formes et de la réception de nouvelles entre Portugal, Castille et France dans la chronique médiévale.

On voit là une réelle collaboration entre nos deux centres ?

Il suffit de relire votre chronique parue dans les Cahiers de Civilisation Médiévale2, qui parle du développement de la recherche et de l’enseignement en histoire médiévale au Brésil et du souhait de ce pays d’élargir le champ des disciplines au niveau des autres grandes nations culturelles.

Ma directrice de thèse, Fátima R. Fernandes, Professeure de Curitiba, a d’ailleurs été la première invitée brésilienne aux Semaines d’Études Médiévales en 2010, dans une communication intitulée « Les défis de l’historiographie médiévale brésilienne actuelle ».

De plus, je suis en train de mettre en place, avec vous cher Stéphane, une première expérience de co-tutelle (entre l’Université de Poitiers et l’UFPR et entre le CESCM et le NEMED) avec une étudiante brésilienne en doctorat de l’UFPR. Je suis sa directrice de thèse et suis enchantée par cette formidable l’opportunité.  

Parlez-nous de votre parcours universitaires :

J’ai commencé mes études dans le domaine des lettres (langue portugaise et littérature portugaise), puis je me suis orientée vers l’histoire médiévale au moment de mon doctorat. Aujourd’hui, je suis Professeure d’histoire du Moyen Âge au département d’histoire de l’Université Fédérale du Paraná et chercheuse du NEMED (Núcleo de Estudos Mediterrânicos, Centre d’Études Méditerranéennes). J’ai été vice-coordinatrice du cours d’histoire de l’Université Fédérale du Paraná.

Fernão Lopes (1385?-1460)
Fernão Lopes (1385?-1460)

De plus, et ce avant de commencer mon doctorat, j’ai enseigné la littérature portugaise à l’Université Catholique (PUCPR), et j’ai travaillé dans un journal dédié à la critique littéraire : Rascunho.

J’ai développé une thèse sur les chroniques du portugais Fernão Lopes. C’est en raison de mes recherches sur le chroniqueur depuis 1999 que je fais partie de l’équipe de traduction que vous dirigez.

Vous avez une activité littéraire parallèle des plus intéressantes :

L’année dernière, j’ai effectivement été invitée par la maison d’édition Positivo à écrire une collection d’oeuvres dédiés aux enfants (lecteurs de 6 à 10 ans). Le thème était « Identité, altérité et mémoire ». La collection est formée de 10 livres et ils ont été publiés cette année. Ils sont désormais le travail plus important de ma carrière jusqu’à ce moment !

 

Bibliographie

  • Ouvrages consacrés à l’histoire médiévale

GUIMARÃES Marcella Lopes, FRIGHETTO Renan, FERNANDES Fátima Regina, MACEDO José Rivair de, ORTA D. A. A. (eds), Por São Jorge! Por São Tiago! Batalhas e narrativas ibéricas medievais (Curitiba : Editora da UFPR, 2013) 198 p.

GUIMARÃES, Marcella Lopes, Capítulos de História: o trabalho com fontes (Curitiba : Editora Aymará, 2012)  175 p.

GUIMARÃES Marcella Lopes, FRIGHETTO Renan (eds.), Instituições, poderes e jurisdições : Seminário Argentina-Brasil-Chile de História Antiga e Medieval (Curitiba : Editora Juruá, 2007) 202 p.

  • Ouvrages consacrés aux études littéraires

GUIMARÃES Marcella Lopes (Org.), Literatura dos anos 90 : diversidades cultural e recepcional (Curitiba : Editora Juruá, 2003) 148 p.

GUIMARÃES Marcella Lopes, Visões da cidade: um passeio por RUA de Miguel Torga (Curitiba : Editora Juruá, 2001) 136 p.

 

Voir le CV de Marcella Lopes Guimarães.

  1. Je me dédie à l’oeuvre du chroniqueur portugais Fernão Lopes (1385-1460) depuis 1999 []
  2. Stéphane Boissellier, « Le Moyen Âge entre Europe et Amérique latine. Le dialogue avec une nouvelle historiographie médiévistique : autour d’un ouvrage et d’une table ronde récents », Cahiers de civilisation Médiévale, 24, 2011, p. 215-220 []