Tous les articles par Pamela Nourrigeon

[Exposition] : Pôle documentaire du CESCM

Une nouvelle exposition s’invite au Pôle documentaire du CESCM jusqu’au 20 mars 2017.
le-liget00016594web
Grâce à 8 clichés couleur, vous pourrez découvrir (ou redécouvrir) la chapelle Saint-Jean appartenant à la chartreuse du Liget située en Indre-et-Loire. L’exposition permet d’apprécier toute la richesse du décor de ce petit édifice circulaire caché en pleine nature. Si les modillons sculptés ont été restaurés au XIXe siècle, les peintures murales sont encore le reflet original de l’art de la seconde moitié du XIIe siècle.
le-liget00016644aweb

La voix à Issoire : petit aperçu du 26e colloque d’art roman

Les 21 et 22 octobre 2016, la ville d’Issoire a accueilli pour la 26e année, son colloque international d’art roman. Ce rendez-vous, bien connu des médiévistes, est l’occasion de se confronter au grand public et d’échanger avec des non spécialistes. Les enjeux de cette rencontre sont donc scientifiques mais également pédagogiques.

Cliché P. Nourrigeon
Cliché P. Nourrigeon

Le thème retenu cette année était celui de « Parler, chanter, crier. La voix à l’époque romane ». Après une introduction rappelant que la voix médiévale ne nous est aujourd’hui plus perçue que par des sources écrites ou visuelles, et qu’il est parfois difficile d’appréhender les différentes formes et usages qu’elle a pu revêtir (Marie Charbonnel), les conférences se sont succédées pour offrir un beau panorama des recherches actuelles sur les usages vocaux au Moyen Âge. C’est ainsi qu’ont été traitées les questions de la voix en contexte liturgique (Océane Boudeau), de ses usages profanes (Laurent Hablot), de son emploi dans la prédication (Anne-Zoé Rillon-Marne), de son rôle comme marqueur identitaire (Fabien Vivier), de ses représentations iconographiques (Martine Jullian, Chrystel Lupant, Raphäel Demes, Pamela Nourrigeon) et de sa présence dans la littérature (Eléonore Andrieu, Patrick Del Duca, Julien Muzard)[1]. Les belles conclusions d’Isabelle Marchesin rappellent que la voix, si elle est une extension du corps qui interagit avec le monde physique, possède également une qualité signifiante qui déborde le langage pour indiquer une réelle intention.

Les interventions de Bruno Phalip, de David Morel et de Nicolas Clément ont clôturé ces deux jours de colloque en montrant le dynamisme de la recherche archéologique en Auvergne, notamment à travers la présentation de deux chantiers de fouilles que sont ceux de l’abbaye Saint-Robert de la Chaise-Dieu et du monastère de Saint-Géraud d’Aurillac. Chrystel Lupant a également présenté la base Romane du CESCM, donnant une meilleure visibilité de cet outil d’une grande richesse documentaire.

Public et communicants ont également apprécié deux moments forts de cette rencontre. Le premier est le superbe concert donné par l’ensemble Dialogos dans l’abbatiale de Saint-Austremoine d’Issoire le vendredi soir. L’échange qui a suivi la représentation a permis une meilleure compréhension du travail d’interprétation proposé par les deux chanteuses. Le second s’est déroulé le dimanche 23 octobre avec la découverte de quatre petits édifices romans au cours d’une excursion menée dans la région des Combrailles (visite des églises de Montfermy et ses peintures murales du XIVe siècle, de Comps, de Saint-Bonnet de Miremont et de Saint-Pierre de Biollet avec ses chapiteaux sculptés pour le moins énigmatiques).

Il ne reste plus qu’à attendre patiemment la publication des Actes du colloque afin de lire ou de relire la grande richesse et les belles découvertes offertes par ces journées…

[1] Helene Debax, qui devait communiquer sur « La voix des vassaux : oral et écrit dans les actes languedociens des XIe et XIIe siècles) n’a malheureusement pas pu être présente au colloque.

De la nécessité de voir : une heure au cœur de l’image médiévale (26 février 2015)

C’est avec une communication intitulée « Rendre visible l’invisible » qu’Éric Palazzo a ouvert le nouveau cycle de conférences proposé par l’UFR SHA de Poitiers : « L’heure nécessaire de Sciences Humaines ». Cette « Heure nécessaire » se veut être le rassemblement mensuel au cours duquel sont présentées les recherches conduites au sein de l’UFR et rendues possibles grâce aux efforts de l’ensemble des personnels.

Cliché Daphné Doron-Poupard (Univ. de Poitiers)
Cliché Daphné Doron-Poupard (Univ. de Poitiers)

Dans la lignée des recherches qu’il mène depuis plusieurs années et qui ont donné naissance à son dernier ouvrage paru aux éditions du Cerf[1], Éric Palazzo a guidé le public à la découverte de la sensorialité des images médiévales. Comme il l’a rappelé en ouverture du sujet, le thème des « cinq sens » intéresse les historiens et les historiens de l’art mais également les philosophes, les psychologues, les sociologues, etc. Les matériaux du médiéviste ne doivent donc pas être les seuls utilisés pour aborder ce vaste sujet car mettre l’interdisciplinarité au cœur des recherches en sciences humaines est devenu une nécessité. De quoi parle-t-on lorsqu’on évoque les cinq sens dans le christianisme médiéval ? Pour répondre à cette question Éric Palazzo a expliqué la hiérarchie des cinq sens selon l’exégèse biblique, privilégiant la vue et l’odorat, l’interchangeabilité possible entre eux (entendre pouvant dire toucher, voir pouvant signifier sentir) et l’existence d’un sixième sens, intérieur, celui du cœur, dont l’activation est la finalité des cinq sens corporels et la justification de l’usage de ces sens dans la liturgie.

img-6[1]
Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 15, fol. 56v.
L’étude de deux exemples précis a mené le public àmieux voir ce que l’image médiévale ne laisse pas toujours paraitre au premier abord. Éric Palazzo interprète ainsi l’aigle d’une initiale historiée ouvrant l’évangile de Jean[2] comme le porteur d’un double message.Il est à la fois celui qui prive Arius de ses organes sensoriels afin d’empêcher la diffusion de son hérésie – l’arianisme niant la divinité du Christ – mais également celui qui tire le moine vers l’activation positive de ses sens corporels.

Charte CanigouLe second exemple fut extrait du « cartulaire » de Saint-Martin-du-Canigou[3], charte de fondation de la confraternité de l’abbaye dont le rôle est l’entretien des luminaires de l’église et la célébration d’une messe hebdomadaire en l’honneur des frères défunts.La miniature contenue dans ce rouleau – exceptionnelle dans ce type d’écrit – témoigne de l’activation des sens dans la liturgie, de la théologie des cinq sens et de leur mise en image dans l’art médiéval, ici en renvoyant directement à Pâques et aux femmes au tombeau.

En entendant Éric Palazzo lors de cette « Heure nécessaire », chacun a pu voir le rôle crucial des cinq sens dans la liturgie médiévale et sentir que l’image se fait le reflet d’une théologie de ces cinq sens. En touchant de plus près à la polysémie de l’iconographie, le public a ainsi été mené au cœur des images médiévales et de leur perception sensorielle.

Conférence à voir ou à revoir sur UPtv


 

[1] L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age, Cerf, Paris, 2014.

[2] Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 15, fol. 56v.

[3] Bibliothèque de l’école de beaux-arts, Paris, ms. 28.

Avec l’aimable collaboration d’Estelle Ingrand-Varenne

Le grand « Zoo » de Kalamazoo

L’International Congress on Medieval Studies qui s’est tenu à Kalamazoo (Michigan) du 8 au 11 mai 2014, est une véritable institution qui fêtera son cinquantième anniversaire l’an prochain. La première fois que l’on tente l’expérience de ce grand « Zoo » – comme le nomment les Américains, car il s’agit du plus grand congrès mondial de médiévistique – le plus impressionnant n’est finalement pas de devoir traverser l’Atlantique ou de découvrir l’immensité du campus kalamazien, mais bien de voir que l’intérêt pour le Moyen Age peut aujourd’hui réunir, pendant quatre jours, autant de personnes dans un même lieu !

Quelques chiffres pour cerner l’ampleur de cet événement : 3000 médiévistes ; 370 sessions, tables rondes, ateliers, conférences plénières ; 90 réunions et réceptions ; 70 exposants dont de nombreuses maisons d’édition, 29 600 diapos de Power Point…Kalamazoo 2014

Passée la joie de la découverte vient la frustration : celle de devoir accepter qu’il n’est pas possible d’assister à tout ce qui peut nous sembler intéressant ! Pendant quatre jours les sessions se suivent donc, mais ne se ressemblent pas. En effet, si la plupart d’entre elles permettent d’ouvrir de réelles perspectives en proposant des réflexions nouvelles et nous plonger dans les courants et sujets qui traversent la médiévistique actuellement (tels que les émotions, le material turn, les femmes ou encore les digital humanities), d’autres sont plus anecdotiques et quelques unes vraiment en dessous du niveau que l’on attend d’un tel rassemblement. Mais soyons bon joueur, cette année plus de bonnes surprises que de mauvaises. La diversité des intervenants a cependant un avantage, celui d’offrir un grand panel de méthodes et de comprendre les différences d’approche américaine et européenne. Il est extrêmement enrichissant de pouvoir se rendre compte qu’il y a bien des façons de faire de la recherche et de la diffuser.

La philosophie de Kalamazoo est en fait simple : rassembler les médiévistes et faciliter la rencontre et l’échange intellectuel, sans hiérarchie entre les intervenants (chercheurs, enseignants, doctorants, auteurs, universitaires, ou indépendants) ; offrir un large panel sur les études touchant au Moyen Âge, jusqu’aux travaux de Tolkien et aux jeux vidéos, en encourageant la diversité et la liberté de proposition, et surtout en rendant très simple l’organisation des sessions.

Si l’émulation intellectuelle et scientifique est au rendez-vous, ce qui l’est également, peut-être même davantage, c’est le réel aspect « social » du congrès. C’est en effet le moment de rencontrer de nombreux chercheurs, de tous horizons, géographiques et disciplinaires. Une large place est faite aux repas, « wine hours » – réceptions organisées par différentes sociétés d’études médiévales – et divers moments de rencontre, jusqu’au bal du samedi soir, pour permettre l’échange entre les participants. Kalamazoo se fait ainsi alors le lieu de naissance de nombreux projets communs.

Le CESCM était bien représenté cette année, avec quatre interventions :

Pamela Nourrigeon « Talking Empty Scroll : Zechariah’s Images in the Rationale divionorum officiorum« ,

Estelle Ingrand-Varenne « The Shift from Latin to Vernacular Languages in Epigraphic Texts : A Sociolinguistic Change »,

Barbara Haggh-Huglo « Carlier’s Tribute to Fulbert in a Cambrai Marian Officium« ,

Vincent Debiais « Writing in Silver and Gold: Interaction between Material and Letters in Medieval Inscriptions of Metalwork Objects ».

Riche de rencontres, de sujets, de projets, de nouvelles pistes, c’est une expérience souvent surprenante, assez inoubliable, en tous les cas unique au monde, que ce grand « Zoo » de Kalamazoo.

Billet co-écrit avec Estelle Ingrand-Varenne

ESSEP 2013 : last but not least

La session 2013 de l’European Summer School in Epigraphy (ESSEP) s’est déroulée du 18 août au 1 septembre dernier. Pour la troisième année consécutive, Poitiers a donc vu se réunir des étudiants et des enseignants venus de neuf universités européennes : Athènes, Heidelberg, Helsinki, Louvain, Madrid, Newcastle, Poitiers, Varsovie et Venise. Pendant deux semaines, entre tables rondes, excursions et ateliers pratiques, chacun a pu en apprendre davantage et échanger autour du thème de l’épigraphie antique et médiévale.

82-00017548-300_1371110104084Pour les étudiants, le maître-mot de cette rencontre a probablement été « poster ». En effet, répartis en équipes, tous ont travaillé à la réalisation de panneaux explicatifs sur des thèmes aussi variés que « rôle et statut des femmes dans les inscriptions », « écrire sur les objets » ou « épigraphie et anthroponymie ». L’ensemble de ce travail donne lieu à une exposition intitulée « Epigraphies européennes », visible dans le hall de la BUSHAMA jusqu’au 10 septembre 2013.

Les étudiants ont partagé leur temps entre travaux de groupes, conférences et ateliers pratiques. Tables rondes et exercices ont permis de mieux comprendre les enjeux actuels en matière d’épigraphie. L’un des atouts majeurs d’ESSEP est la vision diachronique mais également transculturelle qu’elle propose puisque la session traîte à part égale des inscriptions grecques, romaines et médiévales. Les sessions intensives ont été complétées par de nombreuses visites à Poitiers, Saintes et Bordeaux, en musée ou directement sur site. La visite d’un atelier de tailleurs de pierre (Saintes) ou celle des réserves épigraphiques du musée d’Aquitaine (Bordeaux) sont autant de moments uniques rendus plus agréables encore grâce à l’accueil chaleureux de professionnels ravis de faire partager leur savoir et leurs compétences. Ces visites sont également le moyen de faire découvrir aux étudiants étrangers la richesse historique et patrimoniale de la France.

DSC_0031

En plus d’offrir une formation de qualité, ce qui rend ESSEP unique c’est la richesse de l’expérience humaine qu’elle propose. Tout essepien vous le dira, cette formation est une grande aventure  qui se déroule sous le signe de la diversité linguistique et culturelle. Le soir venu, la fermeture des salles de cours ne provoque pas la séparation du groupe, bien au contraire. Discuter, boire un verre ou prendre un pique-nique deviennent vite les rendez-vous quotidiens et permettent de faire naître de réelles amitiés européennes. Passées deux semaines, c’est toujours le cœur serré que le groupe se sépare sur les quais de la gare et il ne reste alors plus qu’à espérer que 2015 continue d’agrandir la famille essepienne, à Poitiers où ailleurs…