Tous les articles par Martin Aurell

Jörg Peltzer, professeur d’histoire médiévale de Université de Heidelberg, de passage au CESCM (mars 2014)

Jörg Peltzer, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Heidelberg, profite de la pause des cours en Allemagne, entre le premier et le second semestre 2014, pour mener des recherches au CESCM.

Pourquoi avoir choisi Poitiers pour passer ce mois de mars ?

Le CESCM occupe une place importante dans ma vie académique. En 1996-1997, j’ai quitté l’Université de Bamberg où j’étudiais l’histoire, pour une année Erasmus à l’Université Catholique de l’Ouest d’Angers. J’ai alors rencontré à Poitiers, Monsieur Robert Favreau (Professeur honoraire du CESCM/Université de Poitiers), qui m’a suggéré d’envisager de choisir les évêques sous le roi Jean sans Terre comme éventuel sujet de maîtrise. Cet avis n’est pas resté sans conséquences substantielles. Dans le cadre d’un Master of Philosophy en 1997-1998 à l’Université de Birmingham (Royaume Uni), j’ai commencé à travailler sur les relations d’Henri II et les évêques de ses principautés continentales. J’ai repris ce sujet pour mon doctorat en histoire médiévale à l’Université d’Oxford, que j’ai réalisé à Christ Church College entre 1999 et 2003. Cette thèse a été publiée sous le titre Canon Law, Careers and Conquest. Episcopal Elections in Normandy and Greater Anjou, c. 114012301. Au cours de mes recherches, j’ai de nouveau profité du CESCM et notamment de vos travaux et conseils, Martin Aurell (CESCM/Université de Poitiers) et vos études et colloques ont énormément contribué à faire progresser la connaissance de la maison d’Anjou et de ses domaines.

peltzer_joerg_160x200Qu’avez-vous fait après votre doctorat à Oxford ?

Après des séjours, brefs mais enrichissants, en tant que boursier aux Instituts Historiques Allemands de Londres et de Paris en 2003, j’ai été élu research fellow à Peterhouse, Cambridge. Je suis retourné en Allemagne en 2004 où j’ai obtenu un poste à peu près comparable à celui d’un maître de conférences à l’Université de Heidelberg : j’y suis devenu professeur en 2012.

Votre installation à Heidelberg a-t-elle marquée une inflexion dans vos sujets de recherche ?

Mes recherches ont alors pris une nouvelle voie. J’ai travaillé sur les comtes palatins du Rhin, des personnages très importants de l’Empire romain germanique à la fin du Moyen Âge, qui m’ont fait réfléchir sur la configuration et la dynamique des ordres politiques et sociaux en Europe à l’aube de la modernité. Grâce au Emmy Noether-programme de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) (« Fondation allemande de recherche », l’équivalent allemand de l’ANR en France) et à un Starting Grant de l’European Research Council (2008–2014)2, j’ai eu la possibilité de fonder l’équipe de recherche Rang und Ordnung/RANK dont le but est de traiter de la formation des élites princières du Bas Moyen Âge, surtout dans l’Empire, l’Angleterre et la France. La méthode est comparative et interdisciplinaire3. Elle se penche en particulier sur les manifestations ostentatoires de sa domination depuis le vêtement jusqu’à l’architecture.

L’équipe de recherches RANK définit le « rang » comme l’identité sociale d’un individu dans une société hiérarchique et donc comme une catégorie centrale pour analyser le comportement et les stratégies des acteurs et, par conséquent, sur l’ensemble de l’ordre social4. L’équipe (deux historiens et deux historiens de l’art) s’est centrée sur une analyse du rang dans les armories (Thorsten Huthwelker, désormais au Generallandesarchiv Karlsruhe), sur l’architecture princière anglaise – et, dans un cadre plus limité, allemande –  (Maximilian Wemhöner, Université de Heidelberg) et sur l’architecture princière française (Géraldine Victoire, maître de conférences à l’Université de Montpellier). J’ai moi-même abordé, dans une perspective comparatiste, le rang princier en Angleterre (earls, marquis, ducs) et dans l’Empire (princes impériaux, électeurs) aux XIIIe et XIVe siècles.5

Quelle méthode utilisez-vous pour étudier le « rang princier » ?

Je m’intéresse, entre autres, aux actes de promotion au rang princier (les chartes nous font comprendre les justifications officielles, les facteurs du rang princier et les actes d’investiture nous en apprennent par conséquent beaucoup sur la relation entre le roi et le prince), la position des princes aux tribunaux (ce qui nous apporte de nouveaux éléments sur la relation roi-prince, mais aussi sur la perception des princes comme un groupe à part), leurs stratégies matrimoniales (reflet du degré des différences sociales entre les nobles), les assemblées (car c’est surtout à ces occasions que l’ordre du rang est établi) et évidemment les signes du rang (les sceaux, les titres, les vêtements, leurs usages, leurs développements, etc.). En ce qui concerne le rang princier dans l’Empire les résultats de ces recherches viennent d’être publiés dans mon livre Der Rang der Pfalzgrafen bei Rhein. Die Entwicklung der politisch-sozialen Ordnung des Reichs im 13. und 14. Jahrhundert6.

En cela, vous rejoignez à nouveau les centres d’intérêt des médiévistes de Poitiers…

Après les Plantagenêts, le CESCM croise encore de façon significative le chemin de mes recherches. Vos travaux, Monsieur Aurell, sur la noblesse et la famille médiévale sont bien connus. Vous avez été dès le début un partenaire de l’équipe RANK. Les recherches de Laurent Hablot (CESCM/Université de Poitiers) sur les devises, les sceaux et les blasons sont elles aussi capitales sur ce sujet, et vous avez d’ailleurs tous deux participé dans le passé, aux colloques de l’équipe RANK à Heidelberg. Les sceaux en eux-mêmes, mais aussi comme porteurs d’armoiries, sont des marqueurs importants du rang ou des aspirations au rang. Ma communication du jeudi 20 mars 2014 à Poitiers, sur le sceaux en Angleterre et dans l’Empire, a cherché le comparatisme. Pendant mon séjour à Poitiers, le but est de poursuivre ces échanges fructueux, de profiter de l’expertise des uns et des autres sur la noblesse médiévale et ses signes, et surtout de mieux comprendre le développement français, de tester et de discuter les résultats de recherches de l’équipe RANK et trouver de nouvelles collaborations pour l’avenir.

Pour information, Jörg Peltzer interviendra le jeudi 26 juin dans le cadre des Semaines d’Études médiévales 2014 du CESCM pour une allocution intitulée Le rang comme catégorie d’analyse des actions des grands au bas Moyen Age.

Consulter son CV et sa bibliographie


 

  1. J. PELTZER, Canon Law, Careers and Conquest. Episcopal Elections in Normandy and Greater Anjou, c. 11401230, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 2008, 329 p., and paperback 2012 []
  2. DFG : ‘Rang und Ordnung’: PE 1515/2-1; ERC : sous le VIIème programme-cadre de Recherche et Développement de l’Union européenne (FP7/2007-2013) /ERC Grant agreement n° 204905 (RANK). []
  3. Pour des informations plus détaillées sur l’équipe voir : http://www.uni-heidelberg.de/fakultaeten/philosophie/zegk/ranguordnung/index.html []
  4. Pour la définition du rang voir J. PELTZER, Der Rang der Pfalzgrafen bei Rhein. Die Gestaltung der politisch-sozialen Ordnung des Reichs im 13. und 14. Jahrhundert (RANK. Politisch-soziale Ordnungen im mittelalterlichen Europa 2) Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2013, pp. 22–31 []
  5. Dans la collection RANK, publiée chez Jan Thorbecke Verlag, sont déjà parus : T. HUTHWELKER, J. PELTZER, M. WEMHÖNER (eds.), Princely Rank in late Medieval Europe. Trodden Paths and Promising Avenues, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2011 (RANK.  Politisch-soziale Ordnungen im mittelalterlichen Europa ; 1), 360 p. / J. PELTZER, Der Rang … (voir note 2) / Thorsten HUTHWELKER, Die Darstellung des Rangs in Wappen und Wappenrollen des späten Mittelalters, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2013 (RANK. Politisch-soziale  Ordnungen im mittelalterlichen Europa 3), 224 p. Pour les publications de l’équipe voir les volumes de la collection RANK, publiés chez Jan Thorbecke Verlag : http://www.thorbecke.de/rank-c-310_138_413.html ; et les listes de publications des (anciens) membres de l’équipe : http://www.uni-heidelberg.de/fakultaeten/philosophie/zegk/ranguordnung/team.html []
  6. Voir le compte-rendu d’Annika PRÖBE, Review of Peltzer, Jörg, Der Rang der Pfalzgrafen bei Rhein: Die Gestaltung der politisch-sozialen Ordnung des Reichs im 13. und 14. Jahrhundert. H-Soz-u-Kult, H-Net Reviews. March, 2014. URL : http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=41330 []

La recherche dans les Archives Nationales de Londres (Kew National Archives)

Nicolas Prouteau a passé 2 semaines aux Archives nationales de Londres du 7 au 21 octobre 2013, dans le cadre d’une mission de recherche pour le Service Archéologique d’Indre-et-Loire (37), en collaboration avec le projet RIHVAGE menée par l’université de Tours.

Cette mission s’est concentrée sur « Le château et la ville de Chinon dans les sources de l’administration anglo-normande conservées aux Archives Nationales de Londres ».

Rouleau de Richard Coeur de Lion. Charte concernant Guillaume Briwerre et les forêts de Chinon (1194). Avec l'aimable autorisation des Archives Nationales de Londres (Kew). Cl. N. Prouteau 2013.
Rouleau de Richard Coeur de Lion. Charte concernant Guillaume Briwerre et les forêts de Chinon (1194). Avec l’aimable autorisation des Archives Nationales de Londres (Kew). Cliché N. Prouteau (2013).

 Dans ce cadre, il lui a été permis d’accéder aux documents originaux relatifs à la Touraine à l’époque Plantagenêt et pendant la Guerre de Cent Ans. Cette mission lui a permis d’approfondir les thèmes de recherche suivants :

– Fonction du site et enjeux de la fortification (résidentielle, défensive, conquête, économique, administrative … stratégie de l’implantation et de la mise en défense, etc.).

– Étude des différents propriétaires/commanditaires du château (rois, comtes, seigneurs, châtelains …)

– Histoire de la construction à travers la documentation comptable (Financement des chantiers, matériaux, recrutement de maîtres d’oeuvres et d’ouvriers, connexions avec d’autres chantiers royaux…)

– Prosopographie des officiers de Chinon (Relations entre le château et la prévôté de Chinon, la sénéchaussé héréditaire de Touraine… gouverneurs ; sénéchaux ou baillis du château en l’absence du propriétaire ; chevaliers ; cléricature et personnel dédié à la trésorerie de Touraine).

– Séjours des rois Plantagenêt à Chinon (royautés itinérantes, rôle et fréquence de la résidence, logement de la suite royale au château ? dans la ville ?)

– Étude du phénomène curial (influence de la cour Plantagenêt sur la région, Relations entre Chinon et les autres centres de pouvoirs (Caen, Londres … etc).

Il n’est nul besoin de revenir sur la qualité de conservation, la quantité des archives britanniques et l’accueil chaleureux qui est réservé aux chercheurs à Kew (contrairement à la British Library où l’accès aux manuscrits, chartes et actes est beaucoup plus complexe). Pour les doctorants et chercheurs français qui travaillent sur le bas Moyen Âge et le monde Plantagenêt (que ce soit en histoire ou en histoire de l’art et archéologie d’ailleurs), le passage par les Archives Nationales de Londres est un réel enrichissement.