Tous les articles par Manon Durier

I am a research engineer for the project and my goal is to build the database. I discovered the great interest in medieval inscriptions during my PhD on funerary sculpture at the University of Poitiers (CESCM), and have never been able to forget them since. I generaly work on memory and religious networks. I love open science, research methodology and database design.

Nomination de Cécile Treffort à l’IUF (projet CARMECA)

Billet écrit à quatre mains, par M. Durier et C. Treffort.

Cécile Treffort vient d’être nommée membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF), au terme d’une sélection confiée à un jury pluridisciplinaire international qui entend ainsi récompenser et soutenir, au sein d’une riche carrière académique, une recherche scientifique de haut niveau. Elle reste en poste à l’Université de Poitiers, mais cette distinction est accompagnée, pour une durée de cinq ans à partir du 1er octobre 2021, d’une importante décharge de cours et de crédits scientifiques lui permettant de mener à bien un programme personnel tout en favorisant l’émergence de nouveaux travaux collectifs, par exemple par l’organisation de rencontres scientifiques, et en assurant la diffusion de ses résultats auprès des étudiants comme du grand public.

Si le projet présenté à l’IUF s’inscrit dans la lignée de plusieurs de ses travaux précédents1, Cécile Treffort entend surtout, grâce à cette nomination, explorer un champ en grande partie nouveau pour elle : le monde vaste et multiforme de la poésie dite épigraphique, jusqu’alors délaissée par les historiens et pourtant omniprésente, tant dans les manuscrits que dans les inscriptions matérielles. Son projet de recherche, intitulé CARMECA (Carmina epigraphica carolingiens) repose d’abord sur l’inventaire, l’édition, la traduction et l’étude des poèmes d’usage ou à vocation épigraphique des VIIIe-Xe siècles, y compris ceux transmis par voie uniquement manuscrite. Il vise à comprendre les modalités de leur composition littéraire, leur relation à la matière et à l’espace, leur enjeu historique. Les Carmina epigraphica (ou épigrammes) relèvent en effet d’une production versifiée (notamment métrique) inscrite ou rédigée dans l’intention plus ou moins explicite de la faire apposer sur la pierre, le métal, la peinture murale, la mosaïque, voire le tissu, le verre, l’os ou tout autre matériau.

Révélant le sens de l’objet ou de l’édifice-support, ces poèmes font partie intégrante de la culture écrite, visuelle et monumentale du regnum Francorum. Loin d’être un genre littéraire mineur, cette production représentait 1 à 2 % des 400 000 inscriptions de l’empire romain et certains recueils tardo-antiques (l’Anthologie latine, la sylloge de Tours) ont été copiés massivement dans les scriptoria carolingiens. Les inscriptions rédigées aux VIIIe-Xe siècles sont beaucoup moins nombreuses, mais la proportion de textes versifiés plus importante. En embrassant tous les types (épitaphes, dédicaces, objets parlants…), on parvient déjà, après un premier repérage rapide, à plusieurs centaines de pièces poétiques. Il s’agit donc d’une production significative, puisant ses racines dans une tradition ancienne, dont les plus grands littérateurs carolingiens se sont emparée, lui octroyant de nouvelles lettres de noblesse : ainsi, Alcuin, Théodulf, Walafrid Strabon, Raban Maur, Micon en ont composé pour les communautés religieuses de Poitiers, Tours, Lyon, Saint-Riquier en Francie occidentale, Cologne, Salzburg, Fulda ou encore Reichenau en Francie orientale.

Poèmes d’Alcuin pour les lieux d’un monastère, ici le dortoir et les latrines (Wien, Österreischische Nationalbibliothek, ms 808, fol. 229, en ligne sur le site de la ÖnB)

La place de ces poèmes dans la culture carolingienne a déjà suscité un réel intérêt chez certains chercheurs, pour reconstituer un paysage architectural disparu (même si l’exercice est délicat) ou en tant qu’épigraphie littéraire, sorte de poésie du lieu, de l’image et de la matière. Ils n’ont en revanche pas été analysés comme phénomène culturel en soi et n’ont pas suscité de réflexion de fond quant à leur nature, leur fonction, voire leur légitimité scientifique en tant que type documentaire spécifique. Or, indépendamment de son support, la poésie épigraphique carolingienne semble présenter une vraie cohérence, formelle et fonctionnelle. L’établissement d’un inventaire, indispensable pour réunir un solide corpus d’étude, permet d’abord de réfléchir à la caractérisation du « poème épigraphique ». L’hésitation terminologique (versus, titulus, carmen, inscriptio, epigramma) pose en effet la question de la limite du genre, difficile à établir notamment pour les témoins manuscrits qui oscillent entre intention et fiction de monumentalisation. Dans certains recueils, des épitaphes alternent ainsi avec des poèmes destinés à des objets parlants, qui pouvaient tout aussi bien être lus comme des énigmes, tandis que par les formules ou les lieux communs convoqués, certaines d’entre elles, très longues, se rapprochent du genre de la déploration funèbre (planctus).

Les carmina epigraphica sont donc au cœur de cette poésie de la « renaissance » carolingienne, métrique, rythmique ou autre, usant volontiers de la rime ou de l’allitération pour donner au discours une musicalité particulière. À la triple perspective de visibilité, de lisibilité et de publicité généralement reconnue à l’écriture « exposée », s’ajoute donc une recherche de rythme et d’harmonie dont on se demande si elle a, ou non, une incidence sur la mémorisation des textes, voire sur une éventuelle performance orale. Marquée par une forte intertextualité qui transcende les supports et les lieux, ces carmina forment une matière littéraire mouvante, avec des formules, des vers, des distiques qui passent d’une inscription à l’autre, des carmina qui puisent citations ou allusions dans des poèmes extérieurs, des compositions en apparence identiques qui présentent d’importantes variantes selon les manuscrits.

L’étude de la tradition manuscrite va de fait bien au-delà d’une simple pratique éditoriale. En effet, les carmina epigraphica peuvent revêtir une tonalité particulière selon leur contexte de copie, qu’ils soient ordonnés en série plus ou moins fixe, dispersés parmi d’autres écrits ou intégrés dans une trame narrative. On peut d’ailleurs s’interroger sur la fréquence et la raison de leur intégration massive dans des récits qui révèlent les circonstances de leur mise en écriture, en matière, presque en scène. L’analyse des procédés rhétoriques inhérents à la narration devient alors nécessaire pour déterminer les degrés relatifs de réalité et de fiction à l’œuvre dans cette rédaction enchâssée.

Poème de Théodulf d’Orléans inscrit sur la mosaïque d’abside de l’église de Germigny-des-Prés (cliché J.-P. Brouard / CESCM)

La fascination carolingienne envers ces inscriptions poétiques réelles ou fictives oblige à s’interroger in fine sur ce qui leur donne tant de valeur aux yeux des élites politico-religieuses. Suscitant un réel engouement, les carmina epigraphica marquent en effet les plus grandes œuvres d’art et constructions monumentales de l’époque, portant la titulature des autels et des églises, révélant le nom des commanditaires, appelant à la prière, complétant le message iconographique par des mots qui font écho à la culture religieuse ou savante contemporaine. Circulant dans tout l’empire par copies manuscrites interposées, ces textes présentent, au-delà d’une apparente diversité, une réelle unité formelle et thématique aux fortes résonnances politico-religieuses. S’affranchissant des contraintes physiques d’un ancrage dans un lieu donné (y compris quand le « lieu » est un « objet »), on peut se demander dans quelle mesure ils peuvent participer à la construction d’un monde idéel qui porte les valeurs et les espoirs des Carolingiens, parallèlement au monde réel qu’ils ponctuent de leurs mots.

  1. Mémoires carolingiennes, PUR, 2008, Corpus des épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest, CNRS Éditions, 2020, articles dédiés à Alcuin et Théodulf notamment []

[9 mai 2019] Codices et rotuli : les cartulaires en Aquitaine

Journée d’études organisée dans le cadre du programme régional Aquitania Monastica, en collaboration avec le programme ANR Rotulus

Lieu : Salle Crozet – Hôtel Berthelot (rez-de-chaussée)  – 24 rue de la Chaîne –Poitiers

Date : jeudi 9 mai, 10h-18h

Ouverte à tous – renseignement : cecile.treffort@univ-poitiers.fr

 

Lien vers le programme en PDF

Atelier organisée dans le cadre du projet ANR Rotulus le 10 mai voir ICI

Programme

 

10hAccueil des participants

10h30 – Début des travaux et présentation de la journée   

  • Accueil par Martin Aurell, directeur du CESCM
  • « Le programme régional Aquitania Monastica », par Cécile Treffort
  • « Le programme ANR Rotulus », par Jean-Baptiste Renault

11h-13h / Les cartulaires : approche régionale

  • Cécile Treffort, « Originaux ou copies ? Panorama général et études récentes sur les cartulaires d’Aquitaine »
  • Élodie Papin, Jean-Baptiste Renault, « La rédaction des cartulaires-rouleaux d’Aquitaine : panorama et enquêtes en cours »
  • Yoan Mattalia, « Des cartulaires en rouleaux chez les ordres militaires »

14h30-16h / Formes et contenu des compilations d’actes

  • Cécile Treffort, « À la recherche des cartulaires-rouleaux perdus »
  • Thomas Deswarte et Georges Pon, « Autour du cartulaire de Montazais »  
  • Anaël Vignet, « Le rouleau de Villejoubert, prieuré de Saint-Amant-de-Boixe (AD 16) »
  • Laura Viaut, « Le cartulaire et les rouleaux de Solignac (BnF et AD 87) »

16h30-18h / Aux confins d’un type documentaire : enquêtes, pancartes … 

  • Gaël Chenard, « Le rouleau de Sainte-Croix de Poitiers et les bois de Montreuil-Bonnin (AD 86) »
  • Stéphane Lafaye, « La pancarte du prieuré de Moustier-Ventadour (BnF, Coll. Bourgogne 79 n° 48»
  • Cécile Treffort, « Le rouleau de l’Abbaye-aux-Dames de Saintes (AD 17) »

        

[10 janvier 2019] Moines, sciences et techniques au Moyen Âge

Moines, sciences et techniques au Moyen Âge

 

La rencontre a réuni près de 70 auditeurs : étudiants, enseignants-chercheurs, médiateurs du patrimoine et curieux. Son enregistrement audio est disponible en ligne ici.

 

Date : Jeudi 10 janvier – 9h30-17h

Lieu : Espace Mendès France à Poitiers

Sous la direction scientifique de Cécile Treffort, professeure en histoire médiévale, CESCM-CNRS, université de Poitiers ; Pascale Brudy et Manon Durier, ingérieures de recherche en histoire médiévale, CESCM-CNRS, université de Poitiers.

Dans le cadre du programme Aquitania Monastica, soutenu par la région Nouvelle-Aquitaine.

Présentation générale de la journée

Par la copie de manuscrits et la constitution de vastes bibliothèques, les moines du Moyen Âge ont, en plus de leur activité spirituelle et religieuse, contribué à préserver une partie de la connaissance antique, de la grammaire à la musique en passant par l’astronomie ou les mathématiques. Plus encore, avant l’éclosion des universités, s’est perpétuée dans les écoles monastiques une tradition d’enseignement et de réflexion d’où sont nés certains savoirs nouveaux tandis que dans le cadre de leur activité temporelle, les communautés religieuses ont permis, soutenu, stimulé le développement de techniques très élaborées dans le domaine de la construction, de l’hydraulique, de la métallurgie, de la production viticole ou salicole par exemple. Cette journée d’études explore, à partir de dossiers thématiques et d’exemples régionaux, quelques facettes de ce monde encore méconnu de savoirs et de savoir-faire dont nous sommes en partie héritiers.

Programme et intervenants

9h30 : Mot d’accueil par Didier Moreau, directeur de l’Espace Mendès France et Martin Aurell, professeur d’histoire médiévale et directeur du Centre d’études supérieures en civilisation médiévale (CESCM), université de Poitiers.

Introduction par Cécile Treffort, professeure en histoire médiévale au CESCM.

 

10h00 : Alain DIERKENS,professeur d’histoire à l’Université libre de Bruxelles.

Monastères, art et artisanat : quelques exemples du Haut Moyen Âge en guise d’introduction

On connaît relativement bien l’organisation des scriptoria monastiques du haut Moyen Âge et on sait que la réalisation d’un codex manuscrit fait appel à des techniques et à des compétences très différentes, parfois complexes, relevant de domaines que nous qualifierions aujourd’hui, selon les cas, de semi-industriels, d’artisanaux ou d’artistiques. On se concentrera ici sur la production, en contexte monastique, de textiles : tissage, tapisserie, broderie. On évoquera aussi les arts du métal et l’orfèvrerie et on s’interrogera sur l’éventuelle polyvalence des auteurs de ces œuvres, qu’il s’agisse de moines, de moniales ou de spécialistes extérieurs. Ces réflexions d’ordre méthodologique seront appuyées par quelques études de cas, en particulier par la Vita carolingienne d’Harlinde et Relinde, deux sœurs qui, dans le second quart du VIIIe siècle, furent successivement abbesses de la petite abbaye mosane d’Aldeneik et à l’activité desquelles étaient attribués des manuscrits enluminés et des textiles brodés.

11h00 : Cécile TREFFORT,professeure d’histoire médiévale, CESCM, Université de Poitiers.

La transmission livresque des savoirs : le témoignage des bibliothèques monastiques

« Un cloître sans bibliothèque est comme une forteresse sans arsenal » : si cet adage médiéval se réfère en premier lieu aux armes de la foi, donc aux livres sacrés et aux œuvres religieuses, les abbayes médiévales ont représenté, jusqu’au XIIe siècle, les principaux lieux de culture savante. Parmi, et au-delà de la série canonique des sept arts libéraux, la distinction contemporaine entre disciplines « littéraires » et « scientifiques » est brouillée par la perspective encyclopédique de la science médiévale et par la nouvelle coloration, spirituelle ou pragmatique, donnée à l’héritage antique. Après un tour d’horizon général des œuvres présentes dans les bibliothèques monastiques, l’intervention étudiera comment, à partir des savoirs astronomiques et géographiques de l’Antiquité, s’articulent un ensemble d’œuvres médiévales qui, de l’agronomie à la cosmographie en passant par le comput ecclésiastique, ont permis aux religieux d’appréhender le temps et l’espace du monde créé, et de s’y inscrire pleinement.

12h00 : repas

13h30 : Geneviève XHAYET,historienne des sciences et techniques, directrice-adjointe du Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques, Université de Liège.

Connaissances et pratique de la médecine en milieu monastique

Présente dans les préceptes de la règle bénédictine (via les bonnes œuvres ou les recommandations relatives aux fratres infirmi), une activité médicale se développe dans les monastères occidentaux dès le Haut Moyen Âge. Avec un substrat intellectuel pour partie hérité de l’Antiquité, et pour partie construit, cette activité apparaît tout à la fois médicale, pharmaceutique et chirurgicale. Son importance dans l’historiographie de la discipline est considérable. La médecine monastique est reconnue comme la première phase de l’histoire de la médecine médiévale, avec pour bornes chronologiques les VIIe et XIIe siècles. Ce dernier terme correspond au moment où l’École de Salerne évince la médecine monastique tandis que les autorités ecclésiastiques restreignent ses conditions d’exercice par les religieux réguliers. De tels coups de boutoir n’empêchent toutefois pas la poursuite jusqu’au XVIIIe siècle d’une activité médicale dans les abbayes, avec une réorientation, principalement vers la pharmacie. Cette histoire sera au cœur de notre exposé. L’accent sera mis sur la pratique et les savoirs médicaux dans les monastères carolingiens, dont celui de Saint-Gall qui jouit, comme on le sait, d’une documentation particulièrement riche.

14h30 : Jean-Luc SARRAZIN, professeur émérite en histoire médiévale, Université de Nantes.

L’hydraulique monastique en Marais poitevin (XIeXIIIe siècle)

Appréhendée dans sa globalité, l’hydraulique monastique concerne d’abord l’enceinte claustrale de chaque monastère. Les aménagements et les dispositifs auxquels ont donné lieu l’adduction, la distribution et l’évacuation de l’eau sont étudiés, pour l’essentiel, par la recherche archéologique. La conférence envisagera la maîtrise de l’eau mais à l’extérieur des monastères, sur les rivières et les terres composant le temporel des établissements dans le cadre du Marais poitevin entre le XIe et le XIIIe siècle. Jusque vers la fin du XIIe siècle, l’hydraulique monastique se limite, dans le bassin de la Sèvre niortaise, à l’exploitation des eaux courantes. Au tournant du XIIe et du XIIIsiècle, se produit une profonde mutation : les abbayes cisterciennes se lancent dans de grandes opérations de drainage. Les autres établissements monastiques s’inscrivent dans cette dynamique. Des équipements de régulation hydraulique sont installés aux endroits stratégiques. Ainsi naît le premier Marais poitevin.

15h30 : Pause

16h00 : Olivier BRUAND, enseignant-chercheur en histoire médiévale, Université Clermont Auvergne.

Les moines et les salines du littoral poitevin aux Xe et XIe siècles

À partir du Xe siècle, les salines se développent sur les côtes charentaises et un gros travail d’aménagement des marais salants se met progressivement en place. Les nouvelles salines attirent rapidement l’attention des établissements monastiques qui veulent en faire des éléments marquants de leur temporel. Des monastères régionaux comme Saint-Maixent ou Saint-Jean d’Angély ne tardent pas à investir dans l’or blanc et par leurs relations de confraternité, ils encouragent également des établissements plus lointains à s’y intéresser, comme les frères de la communauté d’Ebreuil. Il ne faut pourtant pas faire des moines des entrepreneurs systématiques car bien souvent, ils ne créent pas les salines mais les rachètent ou les rattachent à leur seigneurie foncière dans l’optique d’en toucher le profit plus que de se lancer dans une nouvelle activité dont ils sont loin d’être les acteurs dominants.

17h00 : Conclusions de la journée par Cécile Treffort.

Programme complet en PDF

L’histoire monastique à l’honneur

Rendez-vous trimestriel de la culture, L’Actualité Nouvelle-Aquitaine est une revue hors norme. Jean-Luc Terradillos et son équipe réussissent en effet à ancrer le paysage scientifique dans l’imaginaire des lecteurs. Unanimement reconnue, la première caractéristique de cette publication est son exceptionnelle qualité visuelle. La deuxième est son lien étroit avec le territoire régional, sans jamais verser dans le nombrilisme. La troisième est la priorité donnée à la recherche en cours.

Thématique, le numéro d’été de cette année est consacré aux communautés de vie et débute par une soixantaine de pages dédiées à l’histoire monastique. Dix-sept articles font la part belle à l’étude des abbayes médiévales. Ce dossier est présenté dans le cadre du programme régional Aquitania monastica dirigé par Cécile Treffort. Il donne une vitrine aux premiers résultats du projet, avec par exemple une présentation de Pascale Brudy sur l’abbaye de Baignes et son réseau monastique, celle de Manon Durier sur la fondation contestée du prieuré de Rochechouart ou la vision renouvelée des moniales de la région offerte par Cécile Treffort.

Émanation de l’équipe Aquitania monastica, le numéro valorise aussi le travail d’une autre communauté : celle du CESCM. Plusieurs collègues du laboratoire ont été sollicités, comme Christelle Chailloux autour de la musicologie ou Edina Bozóky pour les pèlerinages. Un portrait de Georges Pon retrace également son parcours d’enseignant-chercheur à l’université de Poitiers. Les collaborations scientifiques sont aussi à l’honneur : une interview de l’archéologue Christian Sapin ouvre le numéro, une autre donne la parole à l’historien de l’art américain Scott Brown. On y trouve encore un article de Stéphane Lafaye présentant l’implantation de Cluny en Aquitaine ou une mise en lumière du fonds photographique légué par Jean Cabanot à la photothèque du CESCM.

Sommaire :

Christian Sapin : à la recherche des monastères perdus. Entretien Cécile Treffort et Jean-Luc Terradillos.

Hors du temps, hors du monde ? Cécile Treffort

Communauté de silence. Vincent Debiais

Chanter à Saint-Martial du XIe au XIIIe siècle. Christelle Chaillou-Amadieu

Enquête monastique. Pascale Brudy

1067 : les chanoines de Saint-Junien se rebiffent. Manon Durier

Requiem pour Ramnulfe. Manon Durier

Cluny en Aquitaine. Stéphane Lafaye

Moines au féminin. Cécile Treffort

Fontevraud en Castille. Communauté de deux sexes ou assemblée de femmes ? Charles Garcia

Aquitania Monastica : retour aux sources. Cécile Treffort

Claude Andrault-Schmitt : la fabrique de la mémoire. Entretien Cécile Lavergne et Jean-Luc Terradillos

Scott Brown. Vous êtes les propriétaires, je suis le visiteur. Entretien Manon Durier

Terrain archéologique. Seaux et brouettes. Pascale Brudy

Les confréries Saint-Jacques. Edina Bozóky

Jean Cabanot. Historien d’art et photographe. Carolina Sarrade et Jean Cabanot

Georges Pon. Traduction, édition, érudition. Entretien Edina Bozóky et Jean-Luc Terradillos

Ce riche et beau numéro vient clore une année universitaire par ailleurs très active dans le domaine de la transmission des savoirs. Outre un important travail de recherche fondamentale sur les sources et l’enrichissement de la base nationale Monastères, le travail de l’équipe a en effet permis d’irriguer l’enseignement universitaire (Atelier interdisciplinaire, cours de licence et de master) et d’enrichir plusieurs manifestations scientifiques destinées au grand public (4e rencontres de Trizay, XXe congrès archéologique de France…)

Visite de la salle capitulaire de Fontdouce (17) dans le cadre du congrès de la SFA (cl. P. Brudy)

Le prochain article de médiation scientifique du programme Aquitania monastica est à paraître dans la revue du CNRS Microscoop en octobre prochain.

Je remercie Cécile Treffort et Pascale Brudy pour leur précieuse relecture.

Inscriptions médiévales et humanités numériques : le stage était presque parfait

Alexandre Gaudin est venu faire son stage de fin d’études au CESCM. Toujours à l’écoute et d’une efficacité redoutable, sa venue de trois mois et demi au sein du laboratoire a été très appréciée. La soutenance prochaine de son mémoire est l’occasion de faire connaître son travail.

Portrait sur la fouille du château de Scorbé-Clairvaux (Cl. : M. Durier)

Tu as intégré l’École des chartes au sein d’un master professionnel. De quoi s’agit-il ?

L’École des chartes est connue pour sa formation d’archiviste-paléographe avec un parcours en 4 ans finalisé par une thèse. Mais l’École propose par ailleurs 4 masters ; le mien s’appelle « Technologies numériques appliquées à l’histoire ». Les cours sont communs avec les archivistes-paléographes en première année, tandis que la formation au numérique est concentrée sur la deuxième. On apprend des langages de programmation, des langages à balises… C’est à la fois général et très appliqué grâce à des projets réalisés par groupe de 4 ou 5 personnes. Le mien devait créer un flux d’information : une sorte de Twitter qui récupère des flux RSS et où l’utilisateur peut poster des informations sur le monde des archives et des bibliothèques.

Pourquoi avoir choisi le CESCM pour ton stage de fin d’études ?

J’aime bien tout ce qui concerne le Moyen Âge : sa part d’inconnu m’a donné envie de le découvrir. C’est déjà pour ça que j’avais choisi le parcours « archives médiévales » en entrant à l’École des chartes.

Tu as rejoint plus spécifiquement le projet Titulus, dirigé par Estelle Ingrand-Varenne dans le cadre du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM). Quelles étaient tes missions ?

Le projet Titulus vise à rendre plus accessible le CIFM, et plus largement l’épigraphie médiévale. On trouve sur son site les anciens volumes publiés entre 1974 et 2010, mais aussi des notices inédites et enrichies de nouvelles formes d’analyses. Ces nouvelles notices sont encodées dans un langage adapté : l’XML-TEI. Il s’agit d’un système de description d’un document au moyen de balises, qui permet d’une part d’en faire une analyse textuelle et d’autre part de préparer l’automatisation de sa mise en page. Cet encodage a été mis en place pour Titulus par Clara Renedo Mirambell lors d’un précédent stage puis d’un contrat comme ingénieure d’études.

L’un des objectifs de mon stage était d’enrichir le site de Titulus par une carte interactive répertoriant l’ensemble des inscriptions présentes dans les 26 volumes parus du CIFM. Cependant, Clara ayant déjà mis en place l’édition numérique, ma principale mission était de développer un complément pour l’édition papier. Il s’agissait de pouvoir créer (presque) automatiquement un document PDF à envoyer à l’imprimeur. Je devais donc générer ce fichier à partir des notices encodées en XML-TEI, mais aussi composer le restant du volume : une carte, des index… J’ai travaillé, pour mettre en place les outils nécessaires, sur le volume hors-série de Cécile Treffort à paraître prochainement sur les inscriptions carolingiennes.

Tu avais seulement 3 mois et demi pour réaliser ce programme ambitieux : y es-tu parvenu ?

Oui ! La quasi-totalité du travail de mise en page des volumes publiés par le CIFM est maintenant automatisé. J’ai écrit pour cela plusieurs feuilles de style qui traitent les notices et génèrent les index. J’ai aussi créé des fonds de carte réutilisables ainsi qu’une méthodologie pour faciliter la cartographie des prochaines publications.

Carte de localisation des inscriptions carolingiennes réalisée par Alexandre Gaudin.

La carte interactive est également en ligne, avec tous les volumes distingués par des couleurs différentes. Quand on clique sur le signet, une fenêtre pop-up indique le nom de la ville, la référence bibliographique de l’inscription dans le CIFM et le lien vers la notice numérique lorsqu’elle existe.

Visualisation de la cartographie interactive réalisée par Alexandre Gaudin.

Bravo ! Il faut ajouter que tu n’as pas seulement suivi des instructions : tu as aussi su choisir la marche à suivre… Quitte à mettre en œuvre un langage de programmation (LateX) et des logiciels de cartographie (QGis, U-Map) que tu n’avais jusqu’alors jamais utilisés…

Ce stage t’a-t-il plu ?

Oui, d’autant que le projet Titulus permet de voir rapidement l’avancement de son travail ! Par ailleurs, l’avantage de ce stage est aussi d’assister à des conférences sur le Moyen Âge, notamment lors des Semaines d’études médiévales.

Je voudrais remercier tout le monde : les collègues et le cadre de travail sont très sympathiques. C’est vraiment génial.

Merci, nous sommes ravis de t’accueillir ! Ta formation se termine : quels sont tes nouveaux projets ?

Je commence dès cet automne un contrat de 3 mois aux Archives nationales ! Parallèlement, je vais passer les concours de conservateur dès 2019.

Bonne continuation et merci encore pour ton travail !