Tous les articles par Manon Durier

Soutenance de thèse d’Émilie Mineo, CESCM (13 décembre 2016)

Le mardi 13 décembre 2016, Émilie Mineo a soutenu au CESCM son mémoire de thèse de doctorat intitulé : L’artiste, l’écrit et le monument. Signatures épigraphiques en France au Moyen Âge central. Cette recherche est présentée sous la forme de deux volumes abondamment illustrés en couleurs, le premier de synthèse faisant 399 pages et le second d’annexes de 198 pages. La diversité des spécialités des examinateurs invités traduisait bien la pluridisciplinarité du travail présenté.

Ce jury, réuni en salle Crozet, était composé de :

Monique Bourin, professeure émérite d’histoire du Moyen Âge, université Paris I Panthéon-Sorbonne

Manuel Antonio Castiñeiras Gonzalez, professeur agrégé d’histoire de l’art du Moyen Âge, université autonome de Barcelone (Espagne), rapporteur

Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS, CESCM (Poitiers)

Eliana Magnani, chargée de recherche au CNRS, LAMOP (Paris)

Benoît-Michel Tock, professeur d’histoire du Moyen Âge, université de Strasbourg, rapporteur et président

Cécile Treffort, professeure d’histoire du Moyen Âge, université de Poitiers, directrice de recherche.

 Chauvigny (86), église Saint-Pierre, chapiteau de l’adoration de mages et signature de Gofridus. (Cliché Émilie Mineo)

Chauvigny (86), église Saint-Pierre, chapiteau de l’adoration de mages et signature de Gofridus. (Cliché Émilie Mineo)

La candidate a commencé par retracer l’évolution de ses travaux, à partir d’un sujet d’abord pensé comme l’édition d’un corpus, associée à une solide introduction analysant la condition sociale de l’artiste à l’époque romane. En effet l’historiographie, principalement italienne, incitait à penser que l’auteur désigné par une inscription était nécessairement l’artiste à l’origine de l’œuvre ainsi signée. Néanmoins les réalités documentaires très contrastées entre la France et l’Italie, tant en quantité qu’en contenu, rendaient d’autant plus indispensable l’établissement d’une réflexion théorique jusqu’alors absente des publications sur les signatures épigraphiques. À partir de la cinquantaine d’attestations conservées en France pour les XIe-XIIe siècles et d’une documentation manuscrite variée, Émilie Mineo a entrepris de refonder les bases méthodologiques de son sujet en clarifiant les terminologies employées et en réalisant un important travail de terrain pour nourrir une réflexion sur le support.

Il en résulte en premier lieu une définition précise de l’expression conventionnelle « signature épigraphique » : il s’agit de « toute inscription dont la fonction est d’assigner à un ou plusieurs individu(s), au moyen d’un énoncé verbal, la responsabilité de la réalisation d’une œuvre à laquelle l’inscription est matériellement ou visuellement rattachée (indépendamment de la véracité d’une telle attribution) ». La jeune chercheuse a ensuite orienté son analyse autour de trois problématiques. La première questionne la valeur auctoriale des sources considérées, c’est-à-dire le lien entre signature et artiste, avec un traitement tout en nuances qui montre pourquoi les interrogations contemporaines sur la paternité des œuvres sont non seulement biaisées, mais aussi anachroniques. La seconde, la plus originale selon le jury, touche à la réalisation matérielle de la signature épigraphique. L’accent a été mis sur ce qu’elle implique en termes de maîtrise de l’écrit, et donc de formation culturelle de l’ensemble hétérogène formé par les scripteurs. Le troisième axe de réflexion vise à éclairer les enjeux associés aux signatures épigraphiques. Leur localisation montre qu’elles étaient généralement peu voire pas visibles, mais qu’elles s’approchaient des parties les plus sacrées des édifices ecclésiaux : Émilie Mineo argumente leur lecture dans une perspective eschatologique.

Le président du jury, Benoît-Michel Tock, a ensuite passé la parole à la directrice de recherche de la candidate.

Cécile Treffort a tout d’abord résumé la richesse du parcours professionnel de la chercheuse à Poitiers, après une solide formation à l’université de Pise. Dans le cadre de son contrat doctoral puis en tant qu’ATER, elle a en effet montré la variété de ses qualités pédagogiques tandis que ses publications attestent déjà ses compétences scientifiques. Abordant ensuite les deux volumes présentés, Cécile Treffort a loué la finesse et la rigueur de l’analyse, malgré une historiographie italienne chargée et une documentation française ingrate. Elle a également insisté sur le travail de terrain, aussi coûteux que chronophage. Le résultat est selon elle une synthèse qui établit une nouvelle méthodologie, pose des questions inédites et parvient à renverser des consensus anciens. Michel Castiñeiras a notamment relevé la maturité dans l’utilisation des sources, avec une réflexion épistémologique riche qui fait progresser la recherche en histoire de l’art. Vincent Debiais n’a pas manqué de superlatifs pour exprimer son admiration et sa reconnaissance pour un travail novateur combinant inventaire et analyse historique, sur un sujet qui méritait d’être traité du point de vue épigraphique. Le soin apporté à l’étude anthroponymique a naturellement beaucoup intéressé Monique Bourin, mais elle a également souligné la variété des sources traitées ainsi que la rigueur de la jeune chercheuse qui n’a pas hésité à démonter idées reçues plus charmantes que fondées. L’exemplarité méthodologique d’Émilie Mineo a également été relevée par Eliana Magnani. Quant à Benoît-Michel Tock, il a fait le portrait scientifique d’une jeune médiéviste pétrie de talents, ouverte d’esprit, dotée de solides capacités de lecture et d’analyse, ayant acquis une connaissance impressionnante de la bibliographie internationale. L’appel de ses vœux d’une publication rapide a été approuvé par ses collègues.

Quelques inévitables regrets ont été pointés. Michel Castiñeiras aurait souhaité une plus grande contextualisation des datations dans les notices ainsi que, dans la synthèse, un développement plus important du thème de la matérialité des supports. Pour Vincent Debiais, les notices auraient également pu contextualiser davantage les édifices concernés. Il a en outre proposé, pour questionner le sens du geste d’écriture, une étude plus approfondie de la place du corpus choisi au sein des pratiques épigraphiques en général. L’absence de véritable lien entre le volume de synthèse et celui de notices a posé problème à Michel-Benoît Tock, de même que quelques éditions désormais obsolètes. Après Monique Bourin et Eliana Magnani, il a vivement regretté l’absence de tableaux et de cartes, reproche entendu par la candidate, qui a néanmoins argumenté par la non-représentativité statistique d’un ensemble documentaire d’une cinquantaine d’inscriptions souvent datées dans des fourchettes chronologiques larges : elle a fait ces outils lors de ses recherches, mais les a jugés trop trompeurs pour les inclure dans le document final.

L’ensemble des membres du jury s’est accordé à souligner la variété des compétences mises en œuvre par la candidate : épigraphie, paléographie, latin, histoire, histoire de l’art, diplomatique mais aussi lexicographie, métrique et même photographie. La qualité de la rédaction et de la mise en page a également fait l’unanimité. Les notices, les prolégomènes historiographiques ainsi que la partie consacrée à la formation culturelle des artistes ont particulièrement convaincus les examinateurs. Ils en ont conclu à la solidité des résultats établis par Émilie Mineo, tout en évoquant l’étendue du vaste programme de recherche qui s’ouvre désormais devant elle.

Après 3h40 d’échanges scientifiques, les membres du jury se sont brièvement retirés pour délibérer. À leur retour, le président a souligné la très grande qualité de la soutenance, la précision des réponses et l’ardeur de la candidate. En raison de la qualité de ses travaux, Il a ensuite déclaré Émilie Mineo digne du titre de docteur de l’université de Poitiers en histoire et histoire de l’art des mondes anciens et médiévaux, avec la mention Très Honorable. Il a ajouté que, si le règlement avait permis cette précision, le jury aurait unanimement ajouté ses félicitations.

Cérémonie de remise des diplômes aux docteurs de l’université de Poitiers, promotion Pascal Ory (2016) (Cliché Hervé Jolly)

Voir les références bibliographiques d’Emilie Mineo

Cahiers de civilisation médiévale 59/3 (fascicule 235) : Hommage inédit à Jacques Le Goff

 Hommage inédit à Jacques Le Goff

 Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale – CESCM – (Université de Poitiers-CNRS) publie un hommage à ce médiéviste exceptionnel qu’était Jacques Le Goff, dans le numéro 235 de sa revue Cahiers de civilisation médiévale.

bat2_cescm_235_couv_page_1

Intitulé Jacques Le Goff, approches interdisciplinaires d’une œuvre, le fascicule 235 des Cahiers de civilisation médiévale  propose un recueil d’analyses historiographiques. Anciens collaborateurs et jeunes chercheurs européens se sont associés pour mettre en lumière la richesse du cheminement intellectuel de l’historien. L’interdisciplinarité est donc au rendez-vous puisque c’est le plus fort point de convergence entre le médiéviste et les Cahiers de civilisation médiévale.

Amicie Pélissié du Rausas (Université de Poitiers et King’s College de Londres), et Vanina Kopp (Institut historique allemand), étudient la manière choisie par Jacques Le Goff pour renouveler le genre de la biographie historique. Jean-Claude Schmitt revient dans un entretien avec Edina Bozoky (Université de Poitiers – CESCM), sur les réflexions menées sur les « cultures populaires » par celui qui a été son directeur de thèse puis son collègue. L’analyse du fait politique est traitée par Jaume Aurell (Université de Navarre). Quant à Catalina Girbea (Université de Bucarest), elle dresse un premier bilan de l’apport de l’historien à l’étude de la littérature médiévale. Enfin, Henryk Samsonowicz (membre de l’Académie polonaise des sciences) revient sur l’écho international de Jacques Le Goff.

Unanimement admiré, Jacques Le Goff a été le premier historien à recevoir la prestigieuse médaille d’or du CNRS. Il fait partie des rares scientifiques à avoir su combattre les préjugés du grand public sur le Moyen Âge, longtemps considéré comme une sombre parenthèse entre l’Antiquité et la Renaissance. De livres en émissions de radio, Jacques Le Goff a en effet montré que la période médiévale devrait être prolongée jusqu’à la révolution industrielle. Ses riches transformations façonnent encore en partie le monde d’aujourd’hui. Mais le médiéviste est également parvenu à ouvrir l’esprit de ses collègues à un dialogue fructueux entre disciplines. Il est ainsi le fondateur en 1975 de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Le rayonnement international de cette institution reflète bien les liens étroits tissés par Jacques Le Goff avec des chercheurs de nombreux pays. On lui doit également le succès d’une manière profondément pluridisciplinaire d’analyser les sociétés passées : l’anthropologie historique. Ses recherches personnelles ont par ailleurs profondément marqué toute une génération de médiévistes avec des ouvrages aussi influents que La naissance du purgatoire ou le célèbre Saint Louis.

Cette publication paraît le 30 novembre 2016.

Un exemplaire de ce fascicule sera offert par le CESCM à la famille de Jacques Le Goff.


Les Cahiers de civilisation médiévale

Édités par l’Université de Poitiers, les Cahiers de civilisation médiévale ont été créés en 1958 par le CESCM. Destinée à publier en français des auteurs du monde entier, cette revue trimestrielle diffuse l’actualité de la recherche dans tous les domaines concernés par l’époque romane (histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, philologie, musicologie…). La programmation permet d’associer des articles scientifiques à de nombreuses recensions sur la bibliographie récente, informant ainsi les lecteurs de la richesse de l’actualité des nouvelles découvertes sur le Moyen Âge. Aux quatre numéros courants, s’ajoute un fascicule annuel hors-série. Toujours thématique, il rassemble soit des comptes rendus soit des articles.

La revue rend hommage aux médiévistes récemment disparus par le biais de notices nécrologiques. Le décès de Jacques Le Goff (1924-2014) avait ainsi immédiatement été suivi d’un premier bilan biographique en trois pages par  son collègue et ami Alain Boureau. L’importance de Jacques Le Goff dans l’évolution, depuis le milieu du XXe siècle, des recherches sur le Moyen Âge justifie cependant aux yeux du comité scientifique des Cahiers de civilisation médiévale de développer une analyse historiographique de son œuvre pour mieux la comprendre et la faire connaître.

Contact presse

Martin Aurell, directeur du CESCM, directeur des Cahiers de civilisation médiévale

Martin.aurell@univ-poitiers.fr

Manon Durier, secrétaire de rédaction aux Cahiers de civilisation médiévale

Manon.durier@univ-poitiers.fr

Elisabeth Nau, chargée de communication et valorisation du CESCM

elisabeth.nau@univ-poitiers.fr

05 49 45 45 71

—————————————————————

Plus d’informations sur le site du CESCM

CESCM UMR7302

Hôtel Berthelot – 24 rue de la Chaîne E13

TSA 81118

86073 Poitiers Cedex 9

 

—————————————————————

Références

 

Cahiers de civilisation médiévale

Fascicule 235, septembre-octobre 2016

Abonnement ou vente au numéro

 

Contact : abonne.cahiers.cescm@univ-poitiers.fr

 

 

3 Poitiers Cedex 9

 

—————————————————————

Références

 

Cahiers de civilisation médiévale

Fascicule 235, septembre-octobre 2016

Abonnement ou vente au numéro

 

Contact : abonne.cahiers.cescm@univ-poitiers.fr

 

 

L’érotique des dictionnaires de langues : compte rendu de l’atelier du 18 décembre 2014

Pour la deuxième séance de l’atelier de formation autour des ressources numériques organisé au CESCM, Estelle Ingrand-Varenne, Anne-Sophie Traineau-Durozoy et Pierre-Marie Joris ont imaginé une thématique sur les dictionnaires de langues médiévales.

La présentation a débuté par une courte introduction de Pierre-Marie Joris. L’enseignant-chercheur en littérature médiévale a d’abord souligné avec enthousiasme la force des dictionnaires et leur capacité à faire entrer dans un monde à part entière, celui des mots. Il a ensuite communiqué à la petite assemblé présente son goût pour la poétique, et même pour l’érotique, de ces livres.

Anne-Sophie Traineau-Durozoy a abordé les ressources mises à disposition par l’université de Poitiers. Elle a dans un premier temps expliqué leur logique d’indexation. Chaque lien n’est indiqué que dans une rubrique thématique : sur le site du SCD, après avoir cliqué sur l’onglet « La doc en ligne », il faut parcourir la liste des entrées pour déterminer lesquelles sont pertinentes pour sa recherche. Les dictionnaires intéressants les médiévistes sont classés dans la rubrique « Langues et linguistique ». Il suffit ensuite de s’identifier avec son compte SEL pour y accéder. Dans un second temps, Anne-Sophie Traineau-Durozoy a montré comment retrouver la liste des dictionnaires de langues inventoriés et décrits sur le site de référence Ménestrel. La page consacrée aux dictionnaires des langues latine, française et germanique est accessible depuis la page d’accueil, en cliquant sur l’onglet « instruments » dans l’arborescence « Moyen Âge en bibliothèque ».Database of latin dictionnaries (2)

Estelle Ingrand-Varenne n’est pas intervenue en sa qualité d’ingénieure d’études pour le Corpus des inscriptions de la France médiévale, mais comme latiniste chevronnée. Elle a fait découvrir une ressource utile lorsque les dictionnaires de premiers recours ne suffisent pas : la Database of latin dictionaries.

L’éditeur Brepols commercialise en effet une base de données rassemblant 17 dictionnaires de latin (antique, médiéval, moderne) qui permet d’affiner ses recherches en fonction de critères chronologiques ou géographiques. L’interface répercute en outre immédiatement ses requêtes dans les bases de données textuelles mises en ligne par Brepols : on peut donc interroger le sens d’un mot et voir en même temps son usage dans plusieurs grands corpus de textes, comme les MGH (dont il sera question dans un prochain atelier). Les possibilités d’investigation sont si grandes qu’il est fortement recommandé de lire les 96 pages du manuel d’utilisation ! Cette ressource précieuse est consultable via le SCD Poitiers.

Anne-Sophie Traineau-Durozoy a ensuite repris la parole pour rappeler que le fameux Du Cange n’est pas un dictionnaire, mais qu’il est utile pour comprendre l’usage d’un terme à partir de citations. Elle en a présenté une des versions numériques, éditée par l’École des chartes. Là encore, il est recommandé de lire la rubrique d’aide pour optimiser ses requêtes !

Le tour est enfin revenu à Pierre-Marie Joris qui a présenté avec Paula Gaubert, étudiante en master, plusieurs dictionnaires relatifs aux langues vernaculaires et aux patois médiévaux. Le Französisches Etymologisches Wörterbuch, alias FEW, est le dictionnaire étymologique et historique du galloroman (français et dialectes d’oïl, francoprovençal, occitan, gascon). Sa version électronique permet des recherches beaucoup plus souples que l’édition imprimée car il n’est plus nécessaire ni de connaître le lemme latin du mot choisi, ni ne manipuler les nombreux volumes d’addenda… Le projet est consultable gratuitement sur le site de l’Atilf. Il en va de même pour le Dictionnaire électronique de Chrétien de Troyes, qui, contrairement à ce que son titre suggère, n’est pas un simple dictionnaire : il permet également de retrouver les occurrences de mots dans toutes les œuvres de l’auteur médiéval. Les requêtes sont si paramétrables que l’on peut spécifier si l’on veut trouver toutes les formes d’un mot ou seulement une particulière. Il est également possible de faire apparaître l’association de deux termes séparés par plusieurs lettres.Dictionnaire Chrétien de Troyes

La séance s’est terminée sur l’invitation d’Anne-Sophie Traineau-Durozoy à la contacter pour toute question concernant la recherche documentaire. Docteure en histoire de l’art médiéval, conservatrice du fond ancien du SDC de Poitiers, elle est également responsable du fonds Cadist : elle est donc particulièrement compétente pour répondre aux questions des médiévistes sur les ressources imprimées et numériques (Anne-Sophie.Durozoy@univ-poitiers.fr)

En une heure, les intervenants sont parvenus à faire découvrir des ressources peu connues ou rarement utilisées dans toutes leurs possibilités : quelle belle démonstration du potentiel érotique des dictionnaires revendiqué par Pierre-Marie Joris dans son introduction !