Tous les articles par Manon Durier

[9 mai] Codices et rotuli : les cartulaires en Aquitaine

Journée d’études organisée dans le cadre du programme régional Aquitania Monastica, en collaboration avec le programme ANR Rotulus

Lieu : Salle Crozet – Hôtel Berthelot (rez-de-chaussée)  – 24 rue de la Chaîne –Poitiers

Date : jeudi 9 mai, 10h-18h

Ouverte à tous – renseignement : cecile.treffort@univ-poitiers.fr

 

Lien vers le programme en PDF

Atelier organisée dans le cadre du projet ANR Rotulus le 10 mai voir ICI

Programme

 

10hAccueil des participants

10h30 – Début des travaux et présentation de la journée   

  • Accueil par Martin Aurell, directeur du CESCM
  • « Le programme régional Aquitania Monastica », par Cécile Treffort
  • « Le programme ANR Rotulus », par Jean-Baptiste Renault

11h-13h / Les cartulaires : approche régionale

  • Cécile Treffort, « Originaux ou copies ? Panorama général et études récentes sur les cartulaires d’Aquitaine »
  • Élodie Papin, Jean-Baptiste Renault, « La rédaction des cartulaires-rouleaux d’Aquitaine : panorama et enquêtes en cours »
  • Yoan Mattalia, « Des cartulaires en rouleaux chez les ordres militaires »

14h30-16h / Formes et contenu des compilations d’actes

  • Cécile Treffort, « À la recherche des cartulaires-rouleaux perdus »
  • Thomas Deswarte et Georges Pon, « Autour du cartulaire de Montazais »  
  • Anaël Vignet, « Le rouleau de Villejoubert, prieuré de Saint-Amant-de-Boixe (AD 16) »
  • Laura Viaut, « Le cartulaire et les rouleaux de Solignac (BnF et AD 87) »

16h30-18h / Aux confins d’un type documentaire : enquêtes, pancartes … 

  • Gaël Chenard, « Le rouleau de Sainte-Croix de Poitiers et les bois de Montreuil-Bonnin (AD 86) »
  • Stéphane Lafaye, « La pancarte du prieuré de Moustier-Ventadour (BnF, Coll. Bourgogne 79 n° 48»
  • Cécile Treffort, « Le rouleau de l’Abbaye-aux-Dames de Saintes (AD 17) »

        

[10 janvier] Moines, sciences et techniques au Moyen Âge

Moines, sciences et techniques au Moyen Âge

 

La rencontre a réuni près de 70 auditeurs : étudiants, enseignants-chercheurs, médiateurs du patrimoine et curieux. Son enregistrement audio est disponible en ligne ici.

 

Date : Jeudi 10 janvier – 9h30-17h

Lieu : Espace Mendès France à Poitiers

Sous la direction scientifique de Cécile Treffort, professeure en histoire médiévale, CESCM-CNRS, université de Poitiers ; Pascale Brudy et Manon Durier, ingérieures de recherche en histoire médiévale, CESCM-CNRS, université de Poitiers.

Dans le cadre du programme Aquitania Monastica, soutenu par la région Nouvelle-Aquitaine.

Présentation générale de la journée

Par la copie de manuscrits et la constitution de vastes bibliothèques, les moines du Moyen Âge ont, en plus de leur activité spirituelle et religieuse, contribué à préserver une partie de la connaissance antique, de la grammaire à la musique en passant par l’astronomie ou les mathématiques. Plus encore, avant l’éclosion des universités, s’est perpétuée dans les écoles monastiques une tradition d’enseignement et de réflexion d’où sont nés certains savoirs nouveaux tandis que dans le cadre de leur activité temporelle, les communautés religieuses ont permis, soutenu, stimulé le développement de techniques très élaborées dans le domaine de la construction, de l’hydraulique, de la métallurgie, de la production viticole ou salicole par exemple. Cette journée d’études explore, à partir de dossiers thématiques et d’exemples régionaux, quelques facettes de ce monde encore méconnu de savoirs et de savoir-faire dont nous sommes en partie héritiers.

Programme et intervenants

9h30 : Mot d’accueil par Didier Moreau, directeur de l’Espace Mendès France et Martin Aurell, professeur d’histoire médiévale et directeur du Centre d’études supérieures en civilisation médiévale (CESCM), université de Poitiers.

Introduction par Cécile Treffort, professeure en histoire médiévale au CESCM.

 

10h00 : Alain DIERKENS,professeur d’histoire à l’Université libre de Bruxelles.

Monastères, art et artisanat : quelques exemples du Haut Moyen Âge en guise d’introduction

On connaît relativement bien l’organisation des scriptoria monastiques du haut Moyen Âge et on sait que la réalisation d’un codex manuscrit fait appel à des techniques et à des compétences très différentes, parfois complexes, relevant de domaines que nous qualifierions aujourd’hui, selon les cas, de semi-industriels, d’artisanaux ou d’artistiques. On se concentrera ici sur la production, en contexte monastique, de textiles : tissage, tapisserie, broderie. On évoquera aussi les arts du métal et l’orfèvrerie et on s’interrogera sur l’éventuelle polyvalence des auteurs de ces œuvres, qu’il s’agisse de moines, de moniales ou de spécialistes extérieurs. Ces réflexions d’ordre méthodologique seront appuyées par quelques études de cas, en particulier par la Vita carolingienne d’Harlinde et Relinde, deux sœurs qui, dans le second quart du VIIIe siècle, furent successivement abbesses de la petite abbaye mosane d’Aldeneik et à l’activité desquelles étaient attribués des manuscrits enluminés et des textiles brodés.

11h00 : Cécile TREFFORT,professeure d’histoire médiévale, CESCM, Université de Poitiers.

La transmission livresque des savoirs : le témoignage des bibliothèques monastiques

« Un cloître sans bibliothèque est comme une forteresse sans arsenal » : si cet adage médiéval se réfère en premier lieu aux armes de la foi, donc aux livres sacrés et aux œuvres religieuses, les abbayes médiévales ont représenté, jusqu’au XIIe siècle, les principaux lieux de culture savante. Parmi, et au-delà de la série canonique des sept arts libéraux, la distinction contemporaine entre disciplines « littéraires » et « scientifiques » est brouillée par la perspective encyclopédique de la science médiévale et par la nouvelle coloration, spirituelle ou pragmatique, donnée à l’héritage antique. Après un tour d’horizon général des œuvres présentes dans les bibliothèques monastiques, l’intervention étudiera comment, à partir des savoirs astronomiques et géographiques de l’Antiquité, s’articulent un ensemble d’œuvres médiévales qui, de l’agronomie à la cosmographie en passant par le comput ecclésiastique, ont permis aux religieux d’appréhender le temps et l’espace du monde créé, et de s’y inscrire pleinement.

12h00 : repas

13h30 : Geneviève XHAYET,historienne des sciences et techniques, directrice-adjointe du Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques, Université de Liège.

Connaissances et pratique de la médecine en milieu monastique

Présente dans les préceptes de la règle bénédictine (via les bonnes œuvres ou les recommandations relatives aux fratres infirmi), une activité médicale se développe dans les monastères occidentaux dès le Haut Moyen Âge. Avec un substrat intellectuel pour partie hérité de l’Antiquité, et pour partie construit, cette activité apparaît tout à la fois médicale, pharmaceutique et chirurgicale. Son importance dans l’historiographie de la discipline est considérable. La médecine monastique est reconnue comme la première phase de l’histoire de la médecine médiévale, avec pour bornes chronologiques les VIIe et XIIe siècles. Ce dernier terme correspond au moment où l’École de Salerne évince la médecine monastique tandis que les autorités ecclésiastiques restreignent ses conditions d’exercice par les religieux réguliers. De tels coups de boutoir n’empêchent toutefois pas la poursuite jusqu’au XVIIIe siècle d’une activité médicale dans les abbayes, avec une réorientation, principalement vers la pharmacie. Cette histoire sera au cœur de notre exposé. L’accent sera mis sur la pratique et les savoirs médicaux dans les monastères carolingiens, dont celui de Saint-Gall qui jouit, comme on le sait, d’une documentation particulièrement riche.

14h30 : Jean-Luc SARRAZIN, professeur émérite en histoire médiévale, Université de Nantes.

L’hydraulique monastique en Marais poitevin (XIeXIIIe siècle)

Appréhendée dans sa globalité, l’hydraulique monastique concerne d’abord l’enceinte claustrale de chaque monastère. Les aménagements et les dispositifs auxquels ont donné lieu l’adduction, la distribution et l’évacuation de l’eau sont étudiés, pour l’essentiel, par la recherche archéologique. La conférence envisagera la maîtrise de l’eau mais à l’extérieur des monastères, sur les rivières et les terres composant le temporel des établissements dans le cadre du Marais poitevin entre le XIe et le XIIIe siècle. Jusque vers la fin du XIIe siècle, l’hydraulique monastique se limite, dans le bassin de la Sèvre niortaise, à l’exploitation des eaux courantes. Au tournant du XIIe et du XIIIsiècle, se produit une profonde mutation : les abbayes cisterciennes se lancent dans de grandes opérations de drainage. Les autres établissements monastiques s’inscrivent dans cette dynamique. Des équipements de régulation hydraulique sont installés aux endroits stratégiques. Ainsi naît le premier Marais poitevin.

15h30 : Pause

16h00 : Olivier BRUAND, enseignant-chercheur en histoire médiévale, Université Clermont Auvergne.

Les moines et les salines du littoral poitevin aux Xe et XIe siècles

À partir du Xe siècle, les salines se développent sur les côtes charentaises et un gros travail d’aménagement des marais salants se met progressivement en place. Les nouvelles salines attirent rapidement l’attention des établissements monastiques qui veulent en faire des éléments marquants de leur temporel. Des monastères régionaux comme Saint-Maixent ou Saint-Jean d’Angély ne tardent pas à investir dans l’or blanc et par leurs relations de confraternité, ils encouragent également des établissements plus lointains à s’y intéresser, comme les frères de la communauté d’Ebreuil. Il ne faut pourtant pas faire des moines des entrepreneurs systématiques car bien souvent, ils ne créent pas les salines mais les rachètent ou les rattachent à leur seigneurie foncière dans l’optique d’en toucher le profit plus que de se lancer dans une nouvelle activité dont ils sont loin d’être les acteurs dominants.

17h00 : Conclusions de la journée par Cécile Treffort.

Programme complet en PDF

L’histoire monastique à l’honneur

Rendez-vous trimestriel de la culture, L’Actualité Nouvelle-Aquitaine est une revue hors norme. Jean-Luc Terradillos et son équipe réussissent en effet à ancrer le paysage scientifique dans l’imaginaire des lecteurs. Unanimement reconnue, la première caractéristique de cette publication est son exceptionnelle qualité visuelle. La deuxième est son lien étroit avec le territoire régional, sans jamais verser dans le nombrilisme. La troisième est la priorité donnée à la recherche en cours.

Thématique, le numéro d’été de cette année est consacré aux communautés de vie et débute par une soixantaine de pages dédiées à l’histoire monastique. Dix-sept articles font la part belle à l’étude des abbayes médiévales. Ce dossier est présenté dans le cadre du programme régional Aquitania monastica dirigé par Cécile Treffort. Il donne une vitrine aux premiers résultats du projet, avec par exemple une présentation de Pascale Brudy sur l’abbaye de Baignes et son réseau monastique, celle de Manon Durier sur la fondation contestée du prieuré de Rochechouart ou la vision renouvelée des moniales de la région offerte par Cécile Treffort.

Émanation de l’équipe Aquitania monastica, le numéro valorise aussi le travail d’une autre communauté : celle du CESCM. Plusieurs collègues du laboratoire ont été sollicités, comme Christelle Chailloux autour de la musicologie ou Edina Bozóky pour les pèlerinages. Un portrait de Georges Pon retrace également son parcours d’enseignant-chercheur à l’université de Poitiers. Les collaborations scientifiques sont aussi à l’honneur : une interview de l’archéologue Christian Sapin ouvre le numéro, une autre donne la parole à l’historien de l’art américain Scott Brown. On y trouve encore un article de Stéphane Lafaye présentant l’implantation de Cluny en Aquitaine ou une mise en lumière du fonds photographique légué par Jean Cabanot à la photothèque du CESCM.

Sommaire :

Christian Sapin : à la recherche des monastères perdus. Entretien Cécile Treffort et Jean-Luc Terradillos.

Hors du temps, hors du monde ? Cécile Treffort

Communauté de silence. Vincent Debiais

Chanter à Saint-Martial du XIe au XIIIe siècle. Christelle Chaillou-Amadieu

Enquête monastique. Pascale Brudy

1067 : les chanoines de Saint-Junien se rebiffent. Manon Durier

Requiem pour Ramnulfe. Manon Durier

Cluny en Aquitaine. Stéphane Lafaye

Moines au féminin. Cécile Treffort

Fontevraud en Castille. Communauté de deux sexes ou assemblée de femmes ? Charles Garcia

Aquitania Monastica : retour aux sources. Cécile Treffort

Claude Andrault-Schmitt : la fabrique de la mémoire. Entretien Cécile Lavergne et Jean-Luc Terradillos

Scott Brown. Vous êtes les propriétaires, je suis le visiteur. Entretien Manon Durier

Terrain archéologique. Seaux et brouettes. Pascale Brudy

Les confréries Saint-Jacques. Edina Bozóky

Jean Cabanot. Historien d’art et photographe. Carolina Sarrade et Jean Cabanot

Georges Pon. Traduction, édition, érudition. Entretien Edina Bozóky et Jean-Luc Terradillos

Ce riche et beau numéro vient clore une année universitaire par ailleurs très active dans le domaine de la transmission des savoirs. Outre un important travail de recherche fondamentale sur les sources et l’enrichissement de la base nationale Monastères, le travail de l’équipe a en effet permis d’irriguer l’enseignement universitaire (Atelier interdisciplinaire, cours de licence et de master) et d’enrichir plusieurs manifestations scientifiques destinées au grand public (4e rencontres de Trizay, XXe congrès archéologique de France…)

Visite de la salle capitulaire de Fontdouce (17) dans le cadre du congrès de la SFA (cl. P. Brudy)

Le prochain article de médiation scientifique du programme Aquitania monastica est à paraître dans la revue du CNRS Microscoop en octobre prochain.

Je remercie Cécile Treffort et Pascale Brudy pour leur précieuse relecture.

Inscriptions médiévales et humanités numériques : le stage était presque parfait

Alexandre Gaudin est venu faire son stage de fin d’études au CESCM. Toujours à l’écoute et d’une efficacité redoutable, sa venue de trois mois et demi au sein du laboratoire a été très appréciée. La soutenance prochaine de son mémoire est l’occasion de faire connaître son travail.

Portrait sur la fouille du château de Scorbé-Clairvaux (Cl. : M. Durier)

Tu as intégré l’École des chartes au sein d’un master professionnel. De quoi s’agit-il ?

L’École des chartes est connue pour sa formation d’archiviste-paléographe avec un parcours en 4 ans finalisé par une thèse. Mais l’École propose par ailleurs 4 masters ; le mien s’appelle « Technologies numériques appliquées à l’histoire ». Les cours sont communs avec les archivistes-paléographes en première année, tandis que la formation au numérique est concentrée sur la deuxième. On apprend des langages de programmation, des langages à balises… C’est à la fois général et très appliqué grâce à des projets réalisés par groupe de 4 ou 5 personnes. Le mien devait créer un flux d’information : une sorte de Twitter qui récupère des flux RSS et où l’utilisateur peut poster des informations sur le monde des archives et des bibliothèques.

Pourquoi avoir choisi le CESCM pour ton stage de fin d’études ?

J’aime bien tout ce qui concerne le Moyen Âge : sa part d’inconnu m’a donné envie de le découvrir. C’est déjà pour ça que j’avais choisi le parcours « archives médiévales » en entrant à l’École des chartes.

Tu as rejoint plus spécifiquement le projet Titulus, dirigé par Estelle Ingrand-Varenne dans le cadre du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM). Quelles étaient tes missions ?

Le projet Titulus vise à rendre plus accessible le CIFM, et plus largement l’épigraphie médiévale. On trouve sur son site les anciens volumes publiés entre 1974 et 2010, mais aussi des notices inédites et enrichies de nouvelles formes d’analyses. Ces nouvelles notices sont encodées dans un langage adapté : l’XML-TEI. Il s’agit d’un système de description d’un document au moyen de balises, qui permet d’une part d’en faire une analyse textuelle et d’autre part de préparer l’automatisation de sa mise en page. Cet encodage a été mis en place pour Titulus par Clara Renedo Mirambell lors d’un précédent stage puis d’un contrat comme ingénieure d’études.

L’un des objectifs de mon stage était d’enrichir le site de Titulus par une carte interactive répertoriant l’ensemble des inscriptions présentes dans les 26 volumes parus du CIFM. Cependant, Clara ayant déjà mis en place l’édition numérique, ma principale mission était de développer un complément pour l’édition papier. Il s’agissait de pouvoir créer (presque) automatiquement un document PDF à envoyer à l’imprimeur. Je devais donc générer ce fichier à partir des notices encodées en XML-TEI, mais aussi composer le restant du volume : une carte, des index… J’ai travaillé, pour mettre en place les outils nécessaires, sur le volume hors-série de Cécile Treffort à paraître prochainement sur les inscriptions carolingiennes.

Tu avais seulement 3 mois et demi pour réaliser ce programme ambitieux : y es-tu parvenu ?

Oui ! La quasi-totalité du travail de mise en page des volumes publiés par le CIFM est maintenant automatisé. J’ai écrit pour cela plusieurs feuilles de style qui traitent les notices et génèrent les index. J’ai aussi créé des fonds de carte réutilisables ainsi qu’une méthodologie pour faciliter la cartographie des prochaines publications.

Carte de localisation des inscriptions carolingiennes réalisée par Alexandre Gaudin.

La carte interactive est également en ligne, avec tous les volumes distingués par des couleurs différentes. Quand on clique sur le signet, une fenêtre pop-up indique le nom de la ville, la référence bibliographique de l’inscription dans le CIFM et le lien vers la notice numérique lorsqu’elle existe.

Visualisation de la cartographie interactive réalisée par Alexandre Gaudin.

Bravo ! Il faut ajouter que tu n’as pas seulement suivi des instructions : tu as aussi su choisir la marche à suivre… Quitte à mettre en œuvre un langage de programmation (LateX) et des logiciels de cartographie (QGis, U-Map) que tu n’avais jusqu’alors jamais utilisés…

Ce stage t’a-t-il plu ?

Oui, d’autant que le projet Titulus permet de voir rapidement l’avancement de son travail ! Par ailleurs, l’avantage de ce stage est aussi d’assister à des conférences sur le Moyen Âge, notamment lors des Semaines d’études médiévales.

Je voudrais remercier tout le monde : les collègues et le cadre de travail sont très sympathiques. C’est vraiment génial.

Merci, nous sommes ravis de t’accueillir ! Ta formation se termine : quels sont tes nouveaux projets ?

Je commence dès cet automne un contrat de 3 mois aux Archives nationales ! Parallèlement, je vais passer les concours de conservateur dès 2019.

Bonne continuation et merci encore pour ton travail !

Soutenance de thèse d’Émilie Mineo, CESCM (13 décembre 2016)

Le mardi 13 décembre 2016, Émilie Mineo a soutenu au CESCM son mémoire de thèse de doctorat intitulé : L’artiste, l’écrit et le monument. Signatures épigraphiques en France au Moyen Âge central. Cette recherche est présentée sous la forme de deux volumes abondamment illustrés en couleurs, le premier de synthèse faisant 399 pages et le second d’annexes de 198 pages. La diversité des spécialités des examinateurs invités traduisait bien la pluridisciplinarité du travail présenté.

Ce jury, réuni en salle Crozet, était composé de :

Monique Bourin, professeure émérite d’histoire du Moyen Âge, université Paris I Panthéon-Sorbonne

Manuel Antonio Castiñeiras Gonzalez, professeur agrégé d’histoire de l’art du Moyen Âge, université autonome de Barcelone (Espagne), rapporteur

Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS, CESCM (Poitiers)

Eliana Magnani, chargée de recherche au CNRS, LAMOP (Paris)

Benoît-Michel Tock, professeur d’histoire du Moyen Âge, université de Strasbourg, rapporteur et président

Cécile Treffort, professeure d’histoire du Moyen Âge, université de Poitiers, directrice de recherche.

 Chauvigny (86), église Saint-Pierre, chapiteau de l’adoration de mages et signature de Gofridus. (Cliché Émilie Mineo)

Chauvigny (86), église Saint-Pierre, chapiteau de l’adoration de mages et signature de Gofridus. (Cliché Émilie Mineo)

La candidate a commencé par retracer l’évolution de ses travaux, à partir d’un sujet d’abord pensé comme l’édition d’un corpus, associée à une solide introduction analysant la condition sociale de l’artiste à l’époque romane. En effet l’historiographie, principalement italienne, incitait à penser que l’auteur désigné par une inscription était nécessairement l’artiste à l’origine de l’œuvre ainsi signée. Néanmoins les réalités documentaires très contrastées entre la France et l’Italie, tant en quantité qu’en contenu, rendaient d’autant plus indispensable l’établissement d’une réflexion théorique jusqu’alors absente des publications sur les signatures épigraphiques. À partir de la cinquantaine d’attestations conservées en France pour les XIe-XIIe siècles et d’une documentation manuscrite variée, Émilie Mineo a entrepris de refonder les bases méthodologiques de son sujet en clarifiant les terminologies employées et en réalisant un important travail de terrain pour nourrir une réflexion sur le support.

Il en résulte en premier lieu une définition précise de l’expression conventionnelle « signature épigraphique » : il s’agit de « toute inscription dont la fonction est d’assigner à un ou plusieurs individu(s), au moyen d’un énoncé verbal, la responsabilité de la réalisation d’une œuvre à laquelle l’inscription est matériellement ou visuellement rattachée (indépendamment de la véracité d’une telle attribution) ». La jeune chercheuse a ensuite orienté son analyse autour de trois problématiques. La première questionne la valeur auctoriale des sources considérées, c’est-à-dire le lien entre signature et artiste, avec un traitement tout en nuances qui montre pourquoi les interrogations contemporaines sur la paternité des œuvres sont non seulement biaisées, mais aussi anachroniques. La seconde, la plus originale selon le jury, touche à la réalisation matérielle de la signature épigraphique. L’accent a été mis sur ce qu’elle implique en termes de maîtrise de l’écrit, et donc de formation culturelle de l’ensemble hétérogène formé par les scripteurs. Le troisième axe de réflexion vise à éclairer les enjeux associés aux signatures épigraphiques. Leur localisation montre qu’elles étaient généralement peu voire pas visibles, mais qu’elles s’approchaient des parties les plus sacrées des édifices ecclésiaux : Émilie Mineo argumente leur lecture dans une perspective eschatologique.

Le président du jury, Benoît-Michel Tock, a ensuite passé la parole à la directrice de recherche de la candidate.

Cécile Treffort a tout d’abord résumé la richesse du parcours professionnel de la chercheuse à Poitiers, après une solide formation à l’université de Pise. Dans le cadre de son contrat doctoral puis en tant qu’ATER, elle a en effet montré la variété de ses qualités pédagogiques tandis que ses publications attestent déjà ses compétences scientifiques. Abordant ensuite les deux volumes présentés, Cécile Treffort a loué la finesse et la rigueur de l’analyse, malgré une historiographie italienne chargée et une documentation française ingrate. Elle a également insisté sur le travail de terrain, aussi coûteux que chronophage. Le résultat est selon elle une synthèse qui établit une nouvelle méthodologie, pose des questions inédites et parvient à renverser des consensus anciens. Michel Castiñeiras a notamment relevé la maturité dans l’utilisation des sources, avec une réflexion épistémologique riche qui fait progresser la recherche en histoire de l’art. Vincent Debiais n’a pas manqué de superlatifs pour exprimer son admiration et sa reconnaissance pour un travail novateur combinant inventaire et analyse historique, sur un sujet qui méritait d’être traité du point de vue épigraphique. Le soin apporté à l’étude anthroponymique a naturellement beaucoup intéressé Monique Bourin, mais elle a également souligné la variété des sources traitées ainsi que la rigueur de la jeune chercheuse qui n’a pas hésité à démonter idées reçues plus charmantes que fondées. L’exemplarité méthodologique d’Émilie Mineo a également été relevée par Eliana Magnani. Quant à Benoît-Michel Tock, il a fait le portrait scientifique d’une jeune médiéviste pétrie de talents, ouverte d’esprit, dotée de solides capacités de lecture et d’analyse, ayant acquis une connaissance impressionnante de la bibliographie internationale. L’appel de ses vœux d’une publication rapide a été approuvé par ses collègues.

Quelques inévitables regrets ont été pointés. Michel Castiñeiras aurait souhaité une plus grande contextualisation des datations dans les notices ainsi que, dans la synthèse, un développement plus important du thème de la matérialité des supports. Pour Vincent Debiais, les notices auraient également pu contextualiser davantage les édifices concernés. Il a en outre proposé, pour questionner le sens du geste d’écriture, une étude plus approfondie de la place du corpus choisi au sein des pratiques épigraphiques en général. L’absence de véritable lien entre le volume de synthèse et celui de notices a posé problème à Michel-Benoît Tock, de même que quelques éditions désormais obsolètes. Après Monique Bourin et Eliana Magnani, il a vivement regretté l’absence de tableaux et de cartes, reproche entendu par la candidate, qui a néanmoins argumenté par la non-représentativité statistique d’un ensemble documentaire d’une cinquantaine d’inscriptions souvent datées dans des fourchettes chronologiques larges : elle a fait ces outils lors de ses recherches, mais les a jugés trop trompeurs pour les inclure dans le document final.

L’ensemble des membres du jury s’est accordé à souligner la variété des compétences mises en œuvre par la candidate : épigraphie, paléographie, latin, histoire, histoire de l’art, diplomatique mais aussi lexicographie, métrique et même photographie. La qualité de la rédaction et de la mise en page a également fait l’unanimité. Les notices, les prolégomènes historiographiques ainsi que la partie consacrée à la formation culturelle des artistes ont particulièrement convaincus les examinateurs. Ils en ont conclu à la solidité des résultats établis par Émilie Mineo, tout en évoquant l’étendue du vaste programme de recherche qui s’ouvre désormais devant elle.

Après 3h40 d’échanges scientifiques, les membres du jury se sont brièvement retirés pour délibérer. À leur retour, le président a souligné la très grande qualité de la soutenance, la précision des réponses et l’ardeur de la candidate. En raison de la qualité de ses travaux, Il a ensuite déclaré Émilie Mineo digne du titre de docteur de l’université de Poitiers en histoire et histoire de l’art des mondes anciens et médiévaux, avec la mention Très Honorable. Il a ajouté que, si le règlement avait permis cette précision, le jury aurait unanimement ajouté ses félicitations.

Cérémonie de remise des diplômes aux docteurs de l’université de Poitiers, promotion Pascal Ory (2016) (Cliché Hervé Jolly)

Voir les références bibliographiques d’Emilie Mineo