Tous les articles par Janua

[Publications] Annales de Janua n° 8, « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Les huitièmes Journées Jeunes Chercheurs organisées par l’association Janua ont réuni les 11 et 12 avril 2019 de jeunes chercheuses et chercheurs en sciences humaines avec l’objectif de présenter les raisons qui poussaient les femmes et les hommes à entreprendre un ou plusieurs voyages, de l’Antiquité à nos jours. Les contributions originales qui sont rassemblées dans ce huitième numéro des Annales de Janua mettent en exergue toute la richesse et la complexité de ce thème résolument pluridisciplinaire.

Ce numéro réalisé par Valentin Louineau (master 2 au Mondes Médiévaux en 2019-2020) et Cécile Maruéjouls (doctorante), est une réussite d’un point de vue méthodologique. De l’histoire à la littérature en passant par l’histoire de l’art, il ressort avec évidence de ces articles l’intérêt de croiser les sources – historiques, littéraires, épistolaires, iconographiques et cinématographiques – selon les périodes pour questionner un tel objet d’étude. Les autrices et l’auteur de ce numéro ont non seulement mis en évidence la diversité des raisons de prendre la route à travers les siècles et les différentes cultures étudiées, mais ils ont également permis d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche sur les dimensions politiques, mémorielles, émotionnelles, spirituelles et esthétiques qui sous-tendent le voyage et ses représentations.

Dans son étude sur les pérégrinations du patriarche vétérotestamentaire Joseph, Catherine Negovanovic questionne les enjeux fraternels, politiques et spirituels du voyage du jeune hébreu. Sa lecture typologique du récit met en exergue le voyage intérieur de Joseph, dont l’âme fait le chemin jusqu’au Salut.

À travers les correspondances de Symmaque, Alexandra Pierré-Caps met en évidence la manière dont ce haut fonctionnaire de l’Empire romain conçoit sa mobilité professionnelle entre le nord et le sud de la péninsule italique au IVe siècle de notre ère. Des motifs de l’excursion à la lassitude de celui qui l’entreprend en passant par les modalités pratiques des déplacements officiels, l’autrice nous offre une analyse complète et poussée du voyage d’un aristocrate à la fin de l’Antiquité.

Notre chemin se poursuit avec l’itinérance des médecins à la période médiévale. Dans son article, Corinne Lamour met en avant la nécessaire mobilité géographique des praticiens. Apprentissage, collaboration, guerre, … nombreuses sont les occasions et obligations poussant les médecins médiévaux à prendre la route.

Sarah Gouin‑Béduneau a minutieusement étudié le portail de l’église de Bourg‑Argental qui représente une image singulière des Rois mages, fusionnant le voyage et son enjeu : l’Adoration. La mise en images de ce voyage fait intervenir des procédés narratifs révélant la dimension spirituelle du long et périlleux voyage qu’ils entreprennent à la force de leur foi pour reconnaître Dieu.

Dans un autre ordre d’idées, Lisa Dubost porte son attention sur la représentation du voyage dans un manuscrit de la Vita et miracula s. Amandi conservé à la bibliothèque municipale de Valenciennes sous la cote 502. En s’appuyant sur l’analyse iconographique du parcours visuel, l’autrice montre dans quelle mesure le voyage géographique rencontre le voyage spirituel de l’évangélisateur de la Flandre.

C’est également un voyage en deux dimensions que nous propose Priscilla Mourgues avec son article portant sur le pèlerinage de Riccold de Monte Croce en Terre sainte au XIIIe siècle. Entre itinéraire géographique et cheminement spirituel, les écrits de ce moine florentin sont riches d’enseignement. Lorsque son Liber de peregrinationis se place comme un guide des peuples, des régions et des religions qu’il a rencontrés au Proche-Orient, ses Epistolae témoignent de la manière dont ce voyage a mis à l’épreuve sa foi.

La période moderne s’ouvre avec l’article de Jean-Christophe Temdaoui, qui brosse le paysage de l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois, marqué aux XVIIe et XVIIIe siècles par une migration d’une partie de sa population vers les Amériques, et en particulier vers la Caraïbe. L’auteur présente et analyse de manière très fine les différentes raisons de l’attrait de ces personnes pour les opportunités ultra-marines et les modalités de leurs voyages.

À travers le prisme des romans, Marianne Albertan-Coppola s’intéresse à l’itinérance des pauvres dans la France du XVIIIe siècle. Qu’elle soit la cause du voyage, sa conséquence, ou que le trajet en soit empreint, la pauvreté des personnages issus de ces œuvres littéraires est révélatrice de tout un pan de l’histoire sociale moderne.

Eva Belgherbi s’intéresse aux voyages de trois artistes britanniques, Mary Pownall, Ottilie Maclaren et Kathleen Bruce, en direction de la capitale parisienne pour se former à la sculpture. C’est en analysant avec justesse leurs parcours respectifs, leurs rencontres artistiques, leurs choix de carrière à partir de leurs correspondances et leurs autobiographies, que l’autrice fait notamment la lumière sur les conditions d’accès à la formation des femmes artistes dans l’histoire de la sculpture au tournant du XIXe siècle.

Enfin, Brigitte Rigaux-Pirastru propose une étude sur les mouvements migratoires des allemands vivants en Europe de l’Est et du Sud-Est entre 1944 et 1950 sur la base de sources cinématographiques. Pour un sujet peu traité en langue française, la démarche est tout à fait pertinente car elle permet d’interroger cet exode forcé au regard de l’histoire des idées, l’histoire affective, mémorielle, voire politique.

Nous adressons nos remerciements les plus sincères aux autrices et à l’auteur de ces articles, ainsi qu’à l’ensemble des membres du comité scientifique, des secrétaires de rédaction et à la secrétaire d’édition de ce huitième numéro des Annales de Janua.

Voir la revue ICI

[Appel à communication] Journées jeunes chercheurs Janua 2020

Appel à communication : espace(s) et pouvoir(s)

Les journées auront lieu les 9 et 10 avril 2020.

Ces journées d’études sont organisées par JANUA, l’association des étudiants de master et doctorants de l’Université de Poitiers qui regroupe les laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et CRIHAM (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie). L’objectif de ces deux journées d’études est de présenter les travaux de jeunes chercheurs sur le thème « espace(s) et pouvoir(s) » dans une perspective pluridisciplinaire et méthodologique laissant place au dialogue. Le choix de ce thème, large et riche en possibilités, permet un accès à toutes les disciplines et à toutes les périodes historiques, afin de favoriser l’ouverture d’esprit et l’apprentissage dans un moment d’émulation intellectuelle.

Photographie des vestiges du mur d’Adrien, à 1,6 km du fort romain de Houseteads, 27 octobre 2007.
Jean et Herman de Limbourg, Le Calendrier : Le mois d’avril, Les Très Riches Heures du duc de Berry, f.
4 verso, 1411-1416, Musé Condé, Chantilly.

Horace Vernet, Combat de l’Habrah, 1840, Musée de Versailles, Versailles .

Cabinet Robert de Cotte, Plan du château de Versailles, 1685, Bibliothèque nationale de France, Département Estampes et Photographies, Paris.

La notion d’« espace » est un concept que l’on rencontre constamment au gré de nos recherches : l’ « espace » peut être considéré comme un cadre territorial (un pays, une ville, un département, une région…), comme un lieu physique précis (un bâtiment, une salle…) ou encore comme un espace symbolique (réseaux iconographiques dans les églises, espaces liturgiques et cérémoniaux…). C’est une source de réflexion et de développements très divers car ce concept porte en lui un aspect multidimensionnel qui comprend aussi bien des notions géographiques, sociales et culturelles. L’« espace » peut être compris soit comme un territoire, c’est-à-dire un espace à l’empreinte humaine forte délimité par des frontières politiques (cité, seigneurie, commune, etc.), soit comme une étendue physique régie par des contraintes naturelles (chaînes de montagnes, interfaces maritimes, etc..). Cette zone peut alors être elle-même structurée par une société organisée en classes sociales qui se répartissent cet espace (enclaves de pauvreté, résidences élitaires). Cette notion ne peut être définie en dehors de son contexte politique car c’est ce dernier qui délimite ses frontières aussi bien géographiquement et physiquement que culturellement. Il est donc naturel d’en venir à la question suivante : dans quelle mesure cette notion « d’espace » est liée au thème du pouvoir ? Bien souvent, l’appropriation de l’espace est un enjeu pour le pouvoir. Ce fut le cas lors de l’acquisition de l’habitat aristocratique par l’administration de l’État durant le siècle des Lumières ou bien pour transformer les hôtels particuliers en bâtiments publics au XIXe siècle. Pour comprendre le lien entre l’expression des rapports de pouvoir et l’espace, il suffit de s’intéresser aux conquêtes, colonisations, migrations, mais également aux déplacements de frontières allant souvent de pair avec les échanges culturels. Par exemple, la façon dont certains camps romains ont été les structures de base d’un développement urbain (Cologne et Bonn en Germanie) montre l’importance que peut parfois prendre la relation entre le pouvoir en place et le ou les espace(s) structurant la géographie d’un lieu. Il ne s’agit pas alors seulement de frontières bien définies, de lignes fixes, mais d’un espace plus large au cœur duquel les échanges culturels sont fréquents et structurent un territoire. Ces périodes de mutations ont apporté avec elles la question de l’appropriation d’un lieu, d’un territoire étendu qui est le lieu de projection du pouvoir de celui ou ceux qui le contrôlent.

Ce thème d’« espace(s) et pouvoir(s) » s’articulera autour d’un cadre géographique (un pays, une région, une ville ou même un bâtiment), en changeant les rapports d’échelle, et en combinant sa réflexion avec les rapports que ces espaces ont pu avoir avec les pouvoirs politiques. Ce projet se réfèrera à des problématiques sur l’émergence de nouvelles conceptions du pouvoir ainsi qu’aux dynamiques sociales exprimées par l’espace. Il abordera également des thématiques moins étendues, comme le rôle défensif d’un territoire pour servir le pouvoir, d’un espace dans lequel le pouvoir s’exerce ou qui est la vitrine sociale de celui qui le possède, témoin de sa puissance (militaire, économique, influence sociale).

Dans ce cadre, les présentations pourront être organisées selon trois axes différents :

  • Le premier axe s’articulera autour des dynamiques de contrôle d’un espace par les pouvoirs politiques.  Il sera possible d’évoquer plusieurs questionnements sur le maintien du pouvoir lié à un espace, un processus d’attachement à un espace en lien avec l’autorité y exerçant un pouvoir, etc. Il s’agira ainsi de traiter l’administration du pouvoir dans un ensemble, comme par exemple le pouvoir royal, seigneurial ou politique dans un lieu.
  • Le deuxième axe sera réservé aux espaces dits « concrets », qui sont des espaces construits par l’homme, comme des bâtiments religieux, d’habitation, à but militaire ou politique, ou bien encore certaines parties de ces bâtiments, comme les salles réservées à l’exercice du pouvoir.
  • Le troisième axe abordera l’espace en tant que symbole culturel, et notamment son rôle dans la représentation et la théâtralisation des rapports politiques, religieux et sociaux. Touchant à tous les domaines d’études, ce thème offre de grandes possibilités de propositions de communication. Cette réflexion a pour but la transdisciplinarité, à travers l’analyse des sources étudiées par les jeunes chercheurs, qu’elles soient écrites ou matérielles.

Les propositions de communication (environ 500 mots) doivent être envoyées, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 15 février 2020. Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.

Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés au début du mois de mars. L’événement se déroulera sur deux journées. L’après-midi de la seconde journée sera consacrée à une visite du centre-ville de Poitiers pour les participants intéressés. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des frais de transport à hauteur de 50 euros par intervenant.

Voir le document en PDF

Exemples de références bibliographiques :

ANDRAULT-SCHMITT Claude (dir.), Le palais des comtes à Poitiers, Nicolas PROUTEAU, « Richard Cœur de Lion : entre mythes et réalités », Snoeck, 2016, p.82-87.

BECKER Jean-Jacques, Serge BERSTEIN, Sophie CHAUVEAU, Ouvriers, villes et société, Autour d’Yves Lequin et de l’histoire sociale, Paris, Nouveau monde éditions, 2005.

BOURILLON Florence, Les villes en France au XIXe siècle, Paris, Ophrys, 1992.

BREFE Fonseca, CLAUDIA Ana, GUALDÉ Krystel, « Pouvoirs : représenter le pouvoir en France du Moyen âge à nos jours » : exposition, Château des ducs de Bretagne-Musée  d’histoire de Nantes, du 4 octobre 2008 au 4 janvier 2009, Paris, Somogy éditions d’art, 2008.

BRUNET Roger, FERRAS Robert, THÉRY Hervé, Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, Édition Reclus – La Documentation Française, 2009 (3ème édition revue et augmentée) ; voir notamment les définitions d’ « espace » de la page 193 à la page 195, de « pouvoir » aux pages 398 et 399 et de « territoire » aux pages 480 et 481.

DESTEMBERG Antoine, LE GOFF Fabrice, Atlas de la France médiévale : hommes, pouvoirs et espaces, du Ve au XVe siècle, Paris, Éditions Autrement, 2017.

DORIGNY Marcel, LE GOFF Fabrice, Atlas des premières colonisations : XVedébut XIXe siècle, des conquistadores aux libérateurs, Paris, Autrement, 2013.

DUBASQUE François et KOCHER-MARBOEUF  Éric (dir), Terres d’élections,  Les dynamiques de l’ancrage politique, 1750-2009, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

DUSSERRE Aurélia, HOUTTE Arnaud-Dominique, BALAVOINE Guillaume, Atlas de la France au XXe siècle : 1914-2002, De la Grande Guerre à une nouvelle société, Paris, Éditions Autrement, 2018.

HUBERT Étienne, L’« Incastellamento » en Italie centrale : Pouvoirs, territoire et peuplement dans la vallée du Turano au Moyen Âge, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2002.

MALIGORNE Yvan, L’architecture romaine dans l’ouest de la Gaule, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

NEWTON William Ritchey, L’espace du roi : la cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, Fayard, 2000.

PHAN Bernard, Colonisations et décolonisations (XVIeXXe siècle), Paris, Presses Universitaires de France, 2017.

TRÉMENT Frédéric, « Élites et villae dans le territoire de la cité arverne », Actes du colloque, Les élites et leurs facettes, les élites locales dans le monde hellénistique et romain, (Clermont-Ferrand, 24-26 novembre 2000) p.661-676.


 Comité Scientifique

Stéphane BOISSELLIER, Professeur en Histoire médiévale au CESCM

François DUBASQUE, Maître de conférences en Histoire contemporaine au CRIHAM

Charles  GARCIA, Maître de conférences HDR en Histoire et Littérature médiévale espagnole au CESCM

Philippe MAINTEROT, Maître de conférences en Histoire de l’Art et Archéologie antique à HeRMA

Vincent MICHEL, Professeur en Histoire de l’Art et Archéologie antique à HeRMA

Marie-Luce PUJALTE-FRAYSSE, Maître de conférences en Histoire de l’Art moderne au CRIHAM

Fabrice VIGIER, Maître de conférences d’Histoire moderne au CRIHAM

Alexandre VINCENT, Maître de conférences en Histoire romaine à HeRMA

Comité d’organisation : Association Janua

Mélanie FERREIRA (CESCM, Diplômée du master II Mondes Médiévaux en archéologie du bâti)

Emilie MARGAIX (CESCM, Doctorante en Histoire médiévale)

Mehdi MONTET (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale)

Camille PACCOU (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale)


   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Compte ­rendu des Journées Jeunes Chercheurs de l’association JANUA  

Compte ­rendu des Journées Jeunes Chercheurs de l’association Janua  (11-­12 avril 2019) – « Prendre la route » : les raisons du voyage de l’Antiquité à nos jours.

L’association Janua regroupe les étudiants de master et les doctorants rattachés aux trois laboratoires suivants : HeRMA, CESCM et Criham. Chaque année, l’association se charge de l’organisation d’une journée d’études ouverte à tous les jeunes chercheurs sans distinction de disciplines ni de périodes, désireux d’échanger sur un sujet scientifique ayant trait aux sciences humaines.

Les 11 et 12 avril derniers eurent lieu les traditionnelles Journées Jeunes Chercheurs de l’association Janua. Habituellement focalisées sur les périodes antique et médiévale la nouveauté fut d’y intégrer cette année les époques moderne et contemporaine et d’organiser l’événement sur deux jours.

La thématique retenue pour cette session 2019 des Journées Jeunes Chercheurs était une question universelle et toujours d’actualité, celle du voyage. L’enjeu intellectuel de cette rencontre était de s’interroger sur les raisons du voyage de l’Antiquité à nos jours en explorant à la fois les causes et objectifs justifiant un départ, les modalités pratiques du déplacement mais aussi les témoignages de voyageurs.

Intitulée « Voyager pour exercer », la séance d’ouverture questionna une réalité particulière, celle de la nécessité du voyage dans l’exercice de certaines professions. Ainsi Doris Bages (université Paul Valéry de Montpellier) exposa la situation de Publius Sittius mercenaires du Ier siècle à la solde de Rome en Numidie, cas précis où convergent motivations guerrières, appât du gain, soif de gloire et d’aventure. Alexandra Pierré-­Caps (université de Lorraine) poursuivit l’exploration du phénomène dans l’Antiquité. S’appuyant sur la correspondance de l’orateur Symmaque, elle retraça l’obligation, pour les hauts fonctionnaires de l’Antiquité, de répondre présents aux convocations de l’empereur à Rome. C’est donc la réalité des déplacements officiels, parfois vécus comme une contrainte, qui fut au cœur de sa réflexion. Puis Corinne Lamour (université de Poitiers) dressa un parallèle convaincant entre les médecins d’aujourd’hui et ceux d’hier, plus précisément les médecins médiévaux dont les déplacements quotidiens avaient pour but de soigner, de se former ou même d’accompagner la cour royale dans son itinérance. Enfin, Anousheh Barzanooni (EPHA Paris) nous présenta l’exemple des déplacements professionnels des architectes du XVIe siècle qui firent éclore un nouveau mouvement artistique en France, la Renaissance.

Ces considérations professionnelles du voyage nous conduisirent naturellement à nous attarder sur le « voyage et ses enjeux ». Cette deuxième séance permit d’élargir nos horizons à de nouvelles perspectives. De nouvelles catégories de voyageurs furent présentées, associant quêtes spirituelles, matérielles, intellectuelles ou mémorielles. Les enjeux spirituels prirent une place importante dans notre questionnement, à travers les interventions de Sarah Gouin‐Béduneau (université de Poitiers) et de Guillaume Rossello (université de Poitiers), qui évoquèrent respectivement le voyage des Mages et celui des pèlerins du XIXe siècle. Sarah nous présenta une figuration unique associant la chevauchée des Mages et son enjeu, à savoir à l’adoration elle‐même, sur le tympan de l’église de Bourg-­Argental (XIIe siècle). Quant à Guillaume, il revint sur l’espoir de guérison qui fut la principale motivation pour se rendre en pèlerinage vers trois sanctuaires mariaux poitevins au XIXe siècle. Jean-­Christophe Temdaoui (université de Poitiers) contribua aux échanges en apportant un panorama varié d’enjeux matériels et parfois vitaux de déplacements de ceux qui, au XVIIIe siècle en Saintonge, « prirent la route pour prendre la mer ». Brigitte Rigaux-­Pirastru (université catholique de l’Ouest, université d’Angers), s’interrogea à travers le support du cinéma, sur le voyage mémoriel opéré en Allemagne par un peuple en quête de son passé, désireux de renouer avec ses origines après les épreuves du XXe siècle. Enfin, c’est à Éva Bergherbi (université de Poitiers, École du Louvre) que revint la tâche de clore cette première journée en retraçant pour nous l’itinéraire de trois sculptrices britanniques expatriées à Paris dans le but de s’y faire un nom, d’y être exposées ou encore d’apprendre auprès des plus grands.

Après ces appréciations sur la nature du voyage, ses enjeux divers et ses réalités particulières, la matinée du vendredi 12 nous plongea dans le récit de « tribulations de voyageurs ». À travers des témoignages biographiques ou autobiographiques, des portraits individuels ou collectifs de voyageurs furent esquissés. Ainsi Catherine Negovanovic (université Paris-­Sorbonne) aborda l’histoire et l’évolution du patriarche Joseph sous l’angle de ses nombreux voyages contraints, qui furent la cause et le reflet de son évolution spirituelle, préfigurant ainsi l’itinéraire du Christ lui-­même. Lisa Dubost (université de Poitiers), poursuivit avec l’évêque et évangélisateur des Flandres, saint Amand. Le recours aux enluminures du manuscrit 502 de la Bibliothèque Municipale de Valenciennes fut un atout précieux pour visualiser les voyages multiples à travers l’Europe et leur contribution dans le développement de la personnalité du saint. Puis Priscilla Mourgues (université Bordeaux-­Montaigne) brossa le portrait haut en couleurs de Riccold de Monte Croce dont le parcours est le reflet de ces voyages qui se soldent par un échec et où l’enthousiasme initial laisse la place à une désillusion profonde aboutissant même à un reniement de ce qui le définissait. Enfin, Marianne Albertan-­Coppola (université de Nanterre) apporta la touche finale à notre réflexion en dessinant un large panorama des catégories de pauvres, de leurs attentes économiques et de leurs craintes vis à vis du voyage, et ce à travers la littérature romanesque du XVIIIe siècle.

Pour clore ces deux journées, le comité organisateur mit le patrimoine pictavien à l’honneur et proposa aux intervenants et auditeurs intéressés d’effectuer leur propre voyage, à travers la ville de Poitiers, guidés par plusieurs membres de l’association qui leur permirent d’étancher leur soif de savoir avant de s’envoler pour d’autres horizons.

Grâce à des approches disciplinaires variées et aux contributions de spécialistes de chacune des quatre grandes périodes de l’Histoire, ces deux journées ébauchèrent donc une vue d’ensemble satisfaisante et pertinente de la nature et de l’évolution des raisons du voyage de l’Antiquité à nos jours. La variété des interventions couplées à leur qualité intellectuelle en firent un temps d’échanges scientifiques indéniable. Les communications seront publiées l’an prochain dans la revue électronique : Les Annales de Janua.

[11-12 avril 2019] Journées d’étude jeunes chercheurs 2019 – Association JANUA

« Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Lieu : CESCM, 24 rue de la Chaine – POITIERS (Salle Crozet)

Janua, association des étudiants en Master et des doctorants en histoire de l’Université de Poitiers, rattachés respectivement aux laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et Criham (Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie) organise les 11 et 12 avril 2019 deux journées d’étude à destination des jeunes chercheurs (de l’inscription en master aux trois ans écoulés après la soutenance de thèse), elle sera consacrée au thème « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours.


Programme :

Jeudi 11 avril 2019

 

9h – Accueil des participants

9h30 – Introduction aux Journées par Zoé Le Nel, présidente de Janua.

Axe 1 : Voyager pour exercer

Modératrices : Julie Caron et Gabrielle Schmid

9h45 – Doris Bages (Docteure en Archéologie, Université Paul Valéry, Montpellier III) : Les Douze salopards en Numidie.

10h15 – Alexandra Pierré-Caps (Docteure en Histoire, Université de Lorraine) :  » Voyager à sens unique ». Exemple de la mobilité des hauts fonctionnaires vers la cour au IVe siècle de notre ère.

10h45 – Pause

11h – Corinne Lamour (Doctorante en Philologie anglaise, Université de Poitiers) : Voyager pour mieux soigner. Le déplacement professionnel des médecins au Moyen Âge.

11h30 – Anousheh Barzanooni (Docteure en Histoire de l’architecture, EPHE de Paris) : La Renaissance en France : le fruit du voyage des grands architectes français et italiens.

12h – Questions

12h30 – Pause déjeuner

 

Axe 2 : Le voyage et ses enjeux

Modératrice : Marie Cloutour

14h – Sarah Gouin-Béduneau (Master 1 Histoire de l ’art, Université de Poitiers) : Du voyage à l’arrivée : les Rois mages du tympan de l’église de Bourg-Argental (XIIe siècle).

14h30 – Jean-Christophe Temdaoui (Doctorant en Histoire, Université de Poitiers) :  Du fleuve Charente à l’Artibonite, exister entre deux rives : l’opportunité ultra-marine dans l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois (XVIIe-XVIIIe siècles).

15h – Pause

15h15 – Guillaume Rossello (Doctorant en Histoire, Université de Poitiers) : « e viens aujourd’hui vous supplier de me sauver ». Voyage à la recherche d’un miracle: les pèlerinages mariaux en France (XIXe-XXe siècles).

15h45 – Brigitte Rigaux-Pirastru (Doctorante en Civilisation germanique, Université Catholique de l’Ouest, Université d’Angers) : D’étranges voyages vers l’Est : les Allemands à la (re)découverte de leur passé.

16h15 – Eva Belgherbi (Doctorante en Histoire de l ’art, Université de Poitiers école du Louvre) : « Paris at last ! Paris, our great goal ! » : trajectoires de trois sculptrices britanniques à Paris au tournant du XIXe siècle.

16h45 – Questions

17h15 – Présentation des Annales de Janua

 

Vendredi 12 avril 2019

 

9h – Accueil des participants.

Axe 3 : Tribulations de voyageurs

Modératrice : Claire Boisseau

9h30 – Catherine Negovanovic (Docteure en Littérature générale et comparée, Université Paris-Sorbonne) : Les  » voyages  » de Joseph : initiation, destin et préfiguration.

10h – Lisa Dubost (Master 2 Histoire de l’art, Université de Poitiers) : Quand le voyage géographique fusionne avec le cheminement spirituel. Le cas du manuscrit 502 de la Bibliothèque Municipale de Valenciennes – une Vita illustrée de saint Amand.

10h30 – Pause

10h45 – Priscilla Mourgues (Doctorante en Littérature, Université Bordeaux Montaigne) : Itinéraire de Riccold de Monte Croce en Terre sainte : de l’enthousiasme au désespoir.

11h15 – Marianne Albertan-Coppola (Doctorante en Littérature, Université de Nanterre) : Pérégrinations des pauvres dans le roman du XVIIIe siècle: « vie errante, vie souffrante ».

11h45 – Questions

12h15 – Clôture des Journées Jeunes Chercheurs

12h30 – Déjeuner

14h – Visite de la ville de Poitiers

17h – Fin des Journées

Programme en ligne ICI


Comité d’organisation : Association Janua

Zoé Le Nel, présidente (CESCM, Master 2 Mondes médiévaux, Littérature médiévale)

Claire Boisseau, secrétaire (CESCM, Doctorante en Histoire de l’art médiéval)

Julie Caron, trésorière (HeRMA, Doctorante en Archéologie antique)

Marie Cloutour, secrétaire adjointe (Criham, Doctorante en Histoire moderne)

Gabrielle Schmid, chargée de communication (CESCM, Doctorante en Histoire de l’art médiéval)

Comité scientifique :

Vincent Michel (HeRMA, Professeur d’Archéologie antique, Directeur du laboratoire)

Yves Lafond (HeRMA, Professeur d’Histoire grecque)

Séverine Lemaître (HeRMA, Maître de conférences HDR en Histoire de l’art et Archéologie antique)

Martin Aurell (CESCM, Professeur d’Histoire médiévale, Directeur du laboratoire)

Claudio Galderisi (CESCM, Professeur en Langue et Littérature française du Moyen Âge)

Cécile Voyer (CESCM, Professeur d’Histoire de l’art médiéval)

Guillaume Bourgeois (Criham, Maître de conférences HDR en Histoire contemporaine, ancien directeur du laboratoire)

François Brizay (Criham, Professeur d’Histoire moderne)

Nabila Oulebsir (Criham, Maître de conférences HDR en Histoire de l’art


 

Les Annales de Janua

Diffuser la richesse des échanges scientifiques réussis entre jeunes chercheurs, voilà le défi de ces Annales ! Cette revue a en effet pour vocation de publier les actes des journées d’études organisées chaque année par l’association Janua. La publication numérique des articles issus des communications permettra à chacun d’y retrouver soit la diversité des approches envisagées soit la spécificité d’un sujet traité par un jeune chercheur. Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs est associé au déroulement de l’ensemble du projet. Depuis 2013, les actes de chaque journée d’étude sont édités dans la revue de l’association : Les Annales de Janua.

Ainsi, vous pourrez retrouver les communications des éditions précédentes  : http://annalesdejanua.edel.univ-poitiers.fr

                   

[Appel à communication] Journées Jeunes chercheurs Janua 2019

Appel à communication : « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Janua, association des étudiants de Master et doctorat de l’Université de Poitiers en histoire, des laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale), et Criham (Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie) organise les 11 et 12 avril 2019 deux journées d’étude à destination des jeunes chercheurs, consacrées au thème : Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours. 

Cette réflexion se veut transdisciplinaire, donnant la parole à des jeunes chercheurs (doctorants, masterants ou jeunes docteurs) en histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, musicologie ou philosophie, quelle que soit leur époque de prédilection. Les analyses des sources politiques, économiques, religieuses, artistiques et littéraires sont les bienvenues.

Au XVIe siècle, Montaigne disait à propos de l’éducation des enfants : « Pour frotter et limer leur cervelle contre celle d’autruy, je voudrois qu’on commençast à le promener dès sa plus tendre enfance » (Essais, chap. 25, livre 1). L’une des plus nobles raisons d’entreprendre un voyage est ici énoncée : propice aux rencontres et aux échanges, il est formateur pour l’intelligence et participe intégralement de l’éducation.
Au contraire, s’opposant à ce goût manifeste pour le voyage et ses fruits, Jules Renard déclare, désabusé : « À quoi bon voyager ! Il y a de la nature, de la vie et de l’histoire partout » (Journal, 27 août 1906). Qu’importent donc les motivations du voyageur, son entreprise est vaine car il ne découvrira rien d’autre qu’un environnement similaire au sien. Voyager n’est qu’un leurre, l’histoire se répète et l’homme se résume en une médiocrité indigne d’intérêt.
Ce désenchantement, propre à un siècle que des perspectives d’aventures ne font plus vibrer, est catégoriquement opposé à l’engouement ordinaire suscité par les nombreux exemples historiques d’individus, peuples ou catégories sociales entreprenant périples, pèlerinages ou expéditions par nécessité, profit ou plaisir. Du nomadisme primitif à l’exploration spatiale, en passant par les pèlerinages religieux ou le commerce des épices, les prétextes pour partir ne manquent pas et se diversifient au fil des siècles. Chaque homme ou chaque femme qui entreprend un périple est motivé(e) par des causes qui lui sont tout à la fois propres et culturelles. S’interroger sur les raisons du voyage nous permettrait d’approfondir nos connaissances aussi bien sur l’imaginaire entourant ce phénomène que sur la vie quotidienne des sociétés passées et présentes.
À l’heure du tourisme de masse, où le voyage est un loisir dont l’organisation génère peu de difficultés et la réalité quelques imprévus discrets, la peur de voyager paraît difficilement concevable. Pourtant, cette activité fut longtemps périlleuse. Partir dans un pays lointain, sur une route inconnue, échapper aux corsaires sur mer ou aux brigands sur terre, se nourrir et se loger en toutes circonstances, se frayer un chemin au milieu de populations parfois hostiles, mais aussi répondre à de simples questions financières sont autant d’arguments pertinents pour décourager des velléités de départ.
La question se pose alors des motivations du voyage et donc de son intérêt et de son utilité pour ceux qui l’entreprennent car, face à milles contrariétés, pourquoi entreprendre un périple qui n’est qu’incertitude ? Pourquoi voyager ? Qu’en retire-t-on ? La réalité est-elle à la hauteur des espérances des voyageurs ? Quel bilan peut-on en dresser une fois le voyage achevé ?

Pour répondre à cette question, nous envisagerons le voyage dans son sens le plus vaste incluant les courtes et longues distances, les déplacements individuels ou collectifs, les expéditions terrestres, maritimes ou aériennes, les allers-retours ou les voyages à sens unique, afin de s’interroger véritablement sur les motivations qui, depuis l’Antiquité, ont poussé et poussent des êtres humains à se déplacer.
Les propositions de communication s’inscriront suivant trois axes :

  • Le premier s’intéressera aux attentes. En effet, partir, pour un temps ou pour toujours, ne se fait pas sans espérances, espoirs ou craintes. Le questionnement débutera donc par une exploration des aspirations qui motivent le voyageur et le poussent à surmonter les difficultés, réelles ou fantasmées, dans son entreprise. Ces attentes peuvent être aussi bien spirituelles qu’économiques, diplomatiques, scientifiques, guerrières. Les impératifs vitaux, la soif d’une vie meilleure comme la nécessité de partir pour des raisons politiques, seront pris en compte au sein de cet axe.
  • Le deuxième axe concernera les enjeux. Il s’agira d’examiner les modalités et l’organisation logistique concrète du voyage de l’Antiquité à nos jours. Où part-on ? Comment se déplace-t-on ? Quelles périodes sont les plus propices au voyage ? Quels dangers et contraintes se rencontrent sur la route ? Cet axe vise à mettre en lumière les façons de voyager, les moyens mis à disposition des voyageurs, ainsi que la durée et la distance à parcourir. La question du déplacement de population, que ce soit sous la contrainte, pour répondre à une nécessité, ou par mode de vie sera intégrée à cette réflexion.
  • Enfin, le troisième axe portera sur les témoignages. Il s’agira de considérer les retours sur expérience. Une fois le voyage accompli, que reste-t-il ? Quels sont les acquis, les pertes ? Est-ce un succès ou un échec ? Quel récit idéalisé ou discours dissuasif fait suite à l’expédition en elle-même ? La manière dont les voyageurs font mémoire de leur expédition à travers les témoignages littéraires, artistiques ou musicaux, sera explorée.

Les propositions de communication (500 mots environ) sont à envoyer, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 31 janvier 2019. Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.
Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés courant février. L’évènement se déroulera sur deux journées, les 11 et 12 avril 2019. L’après-midi du vendredi sera consacrée à une visite du centre-ville de Poitiers pour les participants intéressés. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des frais de transport à hauteur de 50€ par intervenant


Comité d’organisation : Association Janua


Zoé Le Nel (CESCM, Master II Mondes médiévaux, littérature médiévale)


Claire Boisseau (CESCM, Doctorante en histoire de l’art médiéval)

Julie Caron (HeRMA, Doctorante en archéologie antique)

Marie Cloutour (Criham, Doctorante en histoire moderne)

Gabrielle Schmid (CESCM, Doctorante en histoire de l’art médiéval)

Comité scientifique :

Yves Lafond (HeRMA, Professeur d’histoire grecque)

Séverine Lemaître (HeRMA, Maîtresse de conférences en histoire de l’art et archéologie antique)

Vincent Michel (HeRMA, Professeur d’archéologie antique, Directeur du laboratoire)

Martin Aurell (CESCM, Professeur d’histoire médiévale, Directeur du laboratoire)

Claudio Galderisi (CESCM, Professeur en langues et littératures françaises du Moyen Âge)

Guillaume Bourgeois (Criham, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine, Directeur du laboratoire)

François Brizay (Criham, Professeur d’histoire moderne)

Nabila Oulebsir (Criham, Maîtresse de conférence HDR en histoire de l’art contemporain)


Responsable :

Janua

url de référence :

https://associationjanua.wordpress.com/