Tous les articles par Janua

[11 avril 2024] Journée jeunes chercheurs Janua

Journée Jeunes Chercheurs 2024 – JANUA

« Les loisirs au service du plaisir : entre oisiveté, distraction et contemplation »

Journée d’études jeunes chercheur.ses organisées par JANUA, l’association des étudiant.es de master et doctorant.es de l’Université de Poitiers qui regroupe les laboratoires HeRMA, CESCM et Criham.

Date : 11 avril 2024

Lieu : CESCM, salle Crozet

Ouvert à toutes et tous, dans la limite des places disponibles

9h – Accueil des participant.es

9h30 – Présentation de la journée et des Annales de Janua, avec la présence de Renée Del Porto Ortuzar et de Florent Mondon (anciens membres de l’association)

10h – Première session

  • Mélissa Jarousse (Doctorante, CRIHAM, Université de Poitiers) : Le théâtre dans le Haut Poitou des années 1770 à l’Empire

  • Henrique Sarmento Pedro (Docteur, CESCM, Université de Poitiers) : Les échecs médiévaux, un observatoire sur le phénomène d’acculturation

  • Échange avec les intervenant.es

11H15 – Pause

11h30 – Deuxième session

  • David Papotto (Doctorant, Écritures, Université de Lorraine) : Loisirs et loi du plaisir. Fausse oisiveté chez Giacomo Casanova

  • Clémence Carrasco-Vaudon (Doctorante, PLH, Université Toulouse II Jean Jaurès) : Les jeux de hasard au XVIIIe siècle : entre oisiveté, distraction et fureur

  • Échange avec les intervenant.es

12h45 – Déjeuner

14h15 – Troisième session

  • Geoffroy Poitou (Doctorant, ARCHE, Université de Strasbourg) : Stopper le travail, s’amuser, se divertir, se politiser : des grèves de juin 1936 au tourisme populaire (juin 1936 – avril 1938)

  • Nicolas Gony (Doctorant, LIS, Université de Lorraine) : La naissance du cyclotourisme comme loisir, enjeux pratiques et dimension éthique à travers l’étude de la revue Le Cycliste 

  • Échange avec les intervenant.es

15h30 – Pause

15h45 – Quatrième session

  • Elsa Dos Santos (Doctorante, HAR, Université Paris-Nanterre) : 1% artistique et espace public : quand l’œuvre d’art devient espace de loisir

  • Hakim Boussejra (Doctorant, TIL, Université de Bourgogne) : Le jeu vidéo et les enfants : un loisir contemplatif au cœur des pratiques contemporaines

  • Échange avec les intervenant.es

17h – Conclusion et clôture de la journée

Publication : Les communications retenues ont impérativement vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua

[Appel à communication] journée jeunes chercheurs janua 2024

Appel à communication :
Journées Jeunes Chercheurs de l’association Janua

“Les loisirs au service du plaisir : entre oisiveté, distraction et contemplation” – Jeudi 11 avril 2024

Chaque année, l’association des jeunes chercheuses et chercheurs inscrits en Master et en Doctorat en Sciences Humaines et Arts à l’Université de Poitiers (JANUA), organise une journée d’études. Cette journée interdisciplinaire, ayant à vocation de valoriser les travaux de jeunes chercheurs (étudiants de Master 2, doctorants et post-doctorants), portera cette année sur la thématique des loisirs.

Trois axes interprétatifs se distinguent nettement. Le premier, celui de l’oisiveté, envisage les loisirs à l’aune de leur tension entre disponibilité, nonchalance et labeur. Le deuxième, consacré à la distraction, en explore la nature d’échappatoire voire d’exutoire. Enfin, le troisième et dernier axe portant sur la contemplation envisage finalement les loisirs comme démarche intellectuelle de perception et de représentation du monde.

Chaque communication fera également l’objet d’une publication dans la revue associée Les Annales de Janua l’an prochain, et dont nous célébrons cette année la dixième année de parution.

Argumentaire

Les Journées Jeunes Chercheurs sont des journées d’études annuellement organisées par l’association JANUA, laquelle réunit les jeunes chercheurs inscrits en master et doctorat à l’Université de Poitiers, des laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et CRIHAM (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie). Ayant à vocation de valoriser les travaux entrepris par de jeunes chercheurs (étudiants de Master 2, doctorants et post-doctorants), ces journées sont par nature interdisciplinaires et concernent toutes les périodes historiques. Les communications au programme sont également destinées à être publiées dans la revue scientifique de l’association, Les Annales de Janua, dont nous célébrons cette année le dixième volume paru.

Naturel pendant du travail auquel nous nous consacrons, et parfois présenté comme son plus parfait antonyme, le loisir désigne d’abord, d’après le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL), la “possibilité, [la] liberté laissée à quelqu’un de faire ou de ne pas faire quelque chose”. Aujourd’hui, nous l’entendons davantage comme le “temps dont on a la libre disposition pour faire quelque chose” ; un glissement sémantique semble donc s’être opéré entre la capacité individuelle, en vertu ou en dépit d’une instance culminante, vers l’infime et insaisissable instant s’insérant entre deux moments de labeur. Une temporalité dont nous souhaitons interroger le long temps, et les évolutions de l’Antiquité au Contemporain.

Le loisir intéressa le monde scientifique avant même la conception de l’Université, en ce qu’il était la condition même de l’exercice intellectuel. Fait fort répandu, le terme ”école” nous parvient par exemple du latin schola (le loisir studieux, la leçon), lui-même emprunté du grec σχολη (litt. “l’arrêt du travail”, au sens de temps consacré à l’étude ; désigne également la leçon ou le groupe de personnes la recevant). Plus qu’une recherche consacrée au loisir, force est de constater que le loisir est constituant de la recherche – que celle-ci tint longtemps du moment de plaisance. Ainsi pourrions-nous par exemple faire dire à Jacques Le Goff, lorsqu’il déclarait que “le plaisir doit guider la recherche”, qu’il doit également guider le loisir. Une tension semble tout naturellement se dessiner entre ce labeur qui est le nôtre, le temps nécessaire à sa pratique, ainsi que le plaisir qu’il procure.

Devant cet état de fait, nous souhaitons interroger les différentes pratiques du loisir, quel qu’il soit – sérieux ou non, individuel ou collectif, régulier ou sporadique – à travers les différentes époques, et son apparente fonction ancillaire vis à vis du plaisir né de son exercice. À cette fin, nous pouvons envisager trois axes :

  • L’oisiveté : c’est-à-dire “l’état d’une personne qui ne fait rien, momentanément ou de façon durable, qui n’a pas d’occupation précise ou n’exerce pas de profession”. On lui connaît également un emploi péjoratif, au sens de “l’indolence, de la paresse”. Une parfaite inactivité donc, qu’elle soit laudative ou dépréciative, dans laquelle repose précisément la possible réalisation du loisir. Il faut néanmoins reconnaître que l’oisiveté eut longtemps mauvaise presse : présentée comme état ennemi de la vertu chez les auteurs anciens, elle était également l’avatar du vice pour la plupart des auteurs chrétiens. Dans des cités que rythmait le travail journalier, l’oisiveté était un signe de dérèglement des mœurs : à l’époque moderne, on trouve sous la plume des réformateurs protestants la productivité comme seule voie possible du perfectionnement moral. Aux xviiie et xixe siècles, l’oisiveté est le privilège des rentiers, pour lesquels travailler est signe d’infamie – songeons à ce titre aux écrits de Baudelaire ou Balzac caractérisant le dandy comme parfaitement oisif et n’ayant pour d’autre occupation que sa personne. Au lendemain de l’industrialisation cependant, il semble que nous retournions peu à peu vers l’idée de repos que vantaient tant les anciens (“Danda est animis remissio […]” Sénèque, De Tranquillitate animi, XVII, 4-8) ; un temps de répit nécessaire, assurant à l’esprit une efficacité future, et dont il ressort (toujours selon les mots de Sénèque), “meilleur et plus affuté” (“[…] meliores acrioresque requieti surgent”, ibid).
  • La distraction : une “inattention, [une] inapplication de la pensée aux choses dont on devrait s’occuper”, ou encore le “résultat de cette inattention”. Dans cette perspective, les loisirs constituent aussi bien l’objet de la distraction que son fruit, son produit. Se présentant comme véritable échappatoire nous délivrant du joug pesant du quotidien (le neg-otium), ils sont à la fois un moyen et une fin. D’échappatoire en exutoire donc, une configuration dans laquelle le plaisir que suscite le loisir apparaît comme un détournement du souverain bien – le travail et le labeur. La distraction peut en effet être connotée négativement, comme la fuite résultant de la paresse ou de la procrastination. La distraction peut également être un fait de l’altérité : on est distrait par quelque chose, par quelqu’un. Quoique les supports servant la distraction – qu’ils appartiennent à la culture matérielle ou immatérielle – se diversifient grandement au cours des siècles, force est de constater que nous assistons à un va-et-vient cyclique des pratiques individuelles et collectives des loisirs jugés distrayants. Envisagés tout d’abord comme temps de réunion des individus (comme ce fut par exemple longtemps le cas du théâtre), nous assistons depuis le XXe siècle à l’irruption de loisirs d’ordre domestique ; lesquels suscitent une standardisation de ces distractions : c’est l’avènement de la télévision, d’internet, du flux continu d’informations que permet le smartphone – tous souvent considérés comme la plus parfaite némésis de la productivité. Il est cependant évident que ces nouveaux loisirs entraînent une autre forme de plaisir, lequel se constitue plus précisément en nouvelle interface de rapprochement des individus.
  • La contemplation : elle est le “regard ou [la] considération assidue qui met en œuvre les sens (visuel, auditif) ou l’intelligence, et concerne un objet souvent digne d’admiration”. Un élan donc, presque synesthésique du loisir, dans lequel l’ensemble des sens est mobilisé afin de susciter le plaisir. L’objet motivant la contemplation de l’individu peut lui être présent ou non, visible de lui ou non. L’état, le loisir contemplatif s’envisage ainsi comme moyen de saisir, de percevoir le monde qui nous entoure – voire comme manière de nous l’approprier, notamment par la création artistique. Il est certes de ceux qui suscitent une émotion esthétique (songeons ainsi à la déambulation muséale), mais qui encouragent également la représentation. Le promeneur solitaire rêve ainsi à un autre monde en posant ses yeux alanguis sur les artefacts de celui qu’il arpente. Un instant de flottement, qu’il soit ou non plaisant, physique ou intellectuel, qu’il soit hors de la frénésie contemporaine ou que celle-ci en soit le sujet ; un instant infini au cours duquel ce n’est plus l’Homme qui arpente le monde, mais bien le monde qui trouve son chemin en l’Homme.

Modalités de contribution

Les propositions de communication (environ 500 mots), accompagnées d’une bibliographie indicative, d’une brève présentation du communicant (mentionnant notamment son laboratoire et son université de rattachement, son ou ses directeurs de recherche ainsi que, le cas échéant, une liste de travaux d’ores et déjà publiés) ainsi que d’un CV doivent être envoyées avant le 5 mars à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com

Une réponse sera communiquée aux intervenants retenus aux alentours du 18 mars. L’évènement se déroulera sur une journée, le repas du midi sera ainsi pris en charge par l’association, ainsi que les frais de transport des communicants voyageant en train (éventuellement en avion). Les conférences pourront également se dérouler en distanciel.

Ces journées d’études ayant à dessein de valoriser les travaux des jeunes chercheuses et chercheurs, les propositions émanant des étudiants de deuxième année de Master, des doctorants et des chercheurs en post-doctorat seront étudiées en priorité.

Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans la revue des Annales de Janua.

Comité scientifique

  • Mathilde Carrive, HeRMA, maîtresse de conférences en histoire de l’art et archéologie antique.
  • Andrzej Chankowski, directeur d’HeRMA, professeur d’histoire grecque.
  • Pierre-Marie Joris, CESCM, maître de conférences en littérature médiévale.
  • Marie-Luce Pujalte-Fraysse, CRIHAM, maîtresse de conférences HDR en histoire de l’art moderne.
  • Thierry Sauzeau, CRIHAM, professeur d’histoire moderne.
  • Alexandre Vincent, HeRMA, maître de conférences en histoire romaine.
  • Cécile Voyer, directrice du CESCM, professeur d’histoire de l’art médiéval.

Comité d’organisation : Association Janua.

  • Paul Weibel (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale ; président).
  • Alexis Minault (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire de l’art et littérature médiévale ; vice-président).
  • Ilona Cordeau (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en archéologie médiévale ; trésorière).
  • Sarah Maconnerie (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire de l’art médiéval ; vice-trésorière).
  • Léa Dechamp (HeRMA, Doctorante en histoire de l’art et archéologie antique ; secrétaire)
  • Aliénor Rabeau (CESCM, Master I Mondes Médiévaux en histoire de l’art et archéologie médiévale ; chargée de communication).
  • Jeanne Ledan (CESCM, Master I Mondes Médiévaux en histoire de l’art médiéval ; responsable des sorties).

Date, lieu et format de l’évènement

La journée du jeudi 11 avril 2024.

Université de Poitiers, campus centre-ville [sera précisé ultérieurement]

Semi-présentiel. Les communications pourront être assurées à distance, de même que le suivi de la journée d’études.

Contact

Toute question peut être adressée au courriel de l’association : association.janua@gmail.com

Bibliographie indicative

Ouvrages généraux.

Comte Fernand, Luthi Jean-Jacques et Zananiri Gaston, L’Univers des loisirs, Paris, Letouzey & Ané, 1990.

Lefranc Georges, La Vie populaire en France du Moyen-Âge à nos jours, t. 2, Les Loisirs, Paris, Diderot, 1965.

Turcot Laurent, Sports et Loisirs, une histoire des origines à nos jours, Paris, Gallimard, 2016.

Pronovost Gilles, Loisir et Société 3e éd. Traité de Sociologie Empirique, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2017.

Période antique.

Balsdon John, Life and leisure in ancient Rome, London, Bodley Head, 1969.

Jallet-Huant Monique, Plaisirs, combats et jeux du cirque dans la Rome antique, Charenton, Presses de Valmy, 2003.

Roland May, Jean-Pierre Néraudau, Michel Manson (dir.), Jouer dans l’antiquité, Musées de Marseille, 1991.

Dasen Véronique, Vespa Marco (dir.), Jouer dans l’Antiquité classique. Définition, Transmission, Réception, Presses Universitaires de Liège, 2021.

Période médiévale.

Blanchard Ian et Vamplew Wray (dir.), Labour and leisure in historical perspective, thirteenth-twentieth centuries, Milano, Universita Bocconi, 1994.

Mehl Jean-Michel, Des jeux et des hommes dans la société médiévale, Paris, Honoré Champion, 2010.

Reeves Compton, Pleasures and pastimes in Medieval England, Oxford, Oxford University Press, 1998.

Verdon Jean, Les loisirs en France au Moyen Âge, Paris, Jules Tallandier, 1980 ; S’amuser au Moyen Âge, Paris, Seuil, 2007.

Période moderne.

Gvozdeva Katja, Stroev Alexandre (dir.), Savoirs ludiques pratiques de divertissement et émergence d’institutions, doctrines et disciplines dans l’Europe moderne, Paris, Honoré Champion, 2023.

Belmas Élisabeth, Jouer autrefois : essai sur le jeu dans la France moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, Presses universitaires de France, 2006.

Belmas Élisabeth, « Les espaces du jeu à Paris du xvie au xviiie siècle », dans Thierry Belleguic et Laurent Turcot (dir.), Histoires de Paris, t. 2, Paris, Hermann, 2012.

Turcot Laurent, Le promeneur à Paris au xviiie siècle, Paris, Gallimard-Le promeneur, 2007.

Période contemporaine.

Auger Denis, Leisure in contemporary life, Abingdon, Taylor & Francis, 2018.

Beck Robert et Madœuf Anna (dir.), Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine : actes du colloque Divertissements et Loisirs dans les Sociétés Urbaines, une Approche Comparative Monde Occidental – Monde Musulman, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2005.

Condominas Christine (dir.), Les loisirs au Japon:  actes du colloque Temps libre, loisirs et tourisme en France et au Japon, [Onjuku, mai 1991 et Marseille, septembre 1991, Paris, Éditions l’Harmattan, 1993.

Corbin Alain, L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Flammarion, 2020.

[27-28 avril 2023] Journées jeunes chercheurs JANUA

Journées d’études jeunes chercheur.e.s organisées par JANUA, l’association des étudiants de master et doctorants de l’Université de Poitiers qui regroupe les laboratoires HeRMA, CESCM et Criham.
 

• Jeudi 27 et vendredi 28 avril 2023

• Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, salle 103
8 rue René Descartes – Bât. E16

• Ouvert à toutes et tous, dans la limite des places disponibles

 

 

L’objectif de ces deux journées d’études est de présenter les travaux de jeunes chercheurs sur le thème La Ville : représentation, matérialité, spatialité, dans une perspective pluridisciplinaire et méthodologique. Ce thème, large et foisonnant, est un objet d’études pour de nombreuses disciplines et intéresse toutes les périodes historiques.

Jeudi 27 avril

9h – Accueil des participants et petit-déjeuner convivial

9h15 – Introduction aux Journées par Arthur KEMPER, président de Janua et Présentation des Annales de Janua par Thomas GUGLIELMO, responsable des Annales et Vanessa ERNST-MAILLET, webmaster.

9h30 – Flore LEROSIER (Docteur en histoire de l’art et archéologie, Univ. Tours – EA 6298 – Centre Tourangeau d’Histoire et d’Etude des Sources (CeTHiS) : Naples, une ville moderne très antique. L’héritage gréco-romain de Naples dans l’identité de la ville médiévale et moderne

10h10 – Discussion et questions

10h20 – Flora MUNTREZ (Élève conservatrice du patrimoine – Institut National du Patrimoine Spécialité Archéologie –  Fonction publique d’État) : Représenter la ville dans les mosaïques byzantines tardo-antiques de Jordanie : affirmer sa place au sein d’un maillage territorial hiérarchisé

11h- Discussion et Pause

11h30- Mélissa BOURROUX (Doctorante, CESCM-UMR 7302) : La représentation du jardin dans la ville : entre réalité et imaginaire (fin XIIIe -XVe siècles) : l’exemple des jardins d’agrément et des potagers dans les enluminures

12h10 – Questions et discussion

12h30 – Pause déjeuner

14h -Dzhulietta AVANESIAN (chercheuse indépendante) : Image architecturale d’un chef-lieu de district du sud de l’Ukraine à la fin du XIXe siècle sur les pages du journal « Ekaterinoslavskie gubernskie vedomosti » (sur l’exemple d’Oleksandrivsk)

14h40 – Discussion et questions

14h50 – Lysandre FLANDRE (post master, université de Lille) : « Villainy, Vice and Crime » : représentation de la ville étatsunienne dans la penny press, 1833-1861

15h30 – Discussion et pause

16h – Nawell BELGHITH (docteur en Théories et Pratiques du Design, Institut Supérieur des Beaux-Arts Sousse, Tunisie) : La scénographie événementielle urbaine pour la réhabilitation de l’espace patrimonial de la ville

16h40 – Discussion et questions

16h50 – Alvaro RUIZ CUEVAS (chercheur indépendant) : SIG du plan parcellaire de Madrid de l’Instituto Geográfico y estadístico (1836-1900)

17h30 – Discussion et questions

Vendredi 28 avril

9h – Baptiste PELLETIER (Doctorant CESCM- UMR 7302) : Montignac-Charente, un château et son bourg : une approche morphologique et monumentale

9h40 – Discussion et questions

9h50 – Héloïse DUPIN (Master 2,  CESCM-UMR 7302) : Un chantier dans la ville, la reconstruction du palais de Poitiers sous Jean de Berry à la fin du XIVe siècle

10h30 – Discussion et pause

11h – Louis ANDRÉ (Doctorant, CESCM – UMR 7302) : Les « city comedies » de John Webster : la symbolique de la ville dans Westward Ho ! (c. 1604) et Northward Ho ! (1607)

11h40- Discussion et questions

11h50 – Clôture des Journées Jeunes Chercheurs

12h- Déjeuner

Publication : Les communications retenues ont impérativement vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.

[Appel à communication] journées jeunes chercheurs Janua 2023

Appel à communication : « La Ville : représentation, matérialité, spatialité » – Jeudi 6 et vendredi 7 avril 2023

 Ces journées d’études sont organisées par JANUA, l’association des étudiants de master et doctorants de l’Université de Poitiers qui regroupe les laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et CRIHAM (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie). L’objectif de ces deux journées d’études est de présenter les travaux de jeunes chercheurs sur le thème « La Ville : représentation, matérialité, spatialité », dans une perspective pluridisciplinaire et méthodologique. Ce thème, large et foisonnant, est un objet d’études pour de nombreuses disciplines et intéresse toutes les périodes historiques.

L’étude de l’espace urbain est très ancienne ; elle connaît cependant un essor aux XVIe et XVIIe siècles. Les érudits Humanistes, mais aussi les congrégations religieuses s’emparent de ce sujet. L’accent est alors mis sur la ville comme lieu de pouvoir, sur les symboles de puissance qui la parsème ou encore sur les grands hommes qui sont à son origine. Au XIXe siècle, les études urbaines se démultiplient dans un contexte de mutations profondes des structures urbaines, en lien avec l’industrialisation. Les villes croissent et les populations augmentent de manière exponentielle. C’est dans cette même optique que sont réalisées les études de la ville dans la première moitié du XXe siècle : la population urbaine explose et passe de 55% au milieu du siècle à 85% à son terme. Dans la seconde moitié du XXe siècle, la ville est un objet de recherche particulièrement l’école des Annales, qui consacre notamment, en 1970, un numéro spécial des Annales d’histoire économique et sociale sur l’ « Histoire et urbanisation ». La ville a longtemps été étudiée donc au niveau social culturel et politique. Les études archéologiques ne sont pas en reste, en raison notamment des destructions occasionnées par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Ces dernières se sont multipliées depuis, bien que les synthèses globales soient difficiles, la définition de la ville sur une période aussi large étant difficile.

Les formes ainsi que l’organisation des ensembles urbains changent en fonction de l’ère chronologique et géographique. La définition de la ville change selon le contexte spatio-temporel. Ces mutations urbaines s’appuient à la fois sur une continuation, une réappropriation des structures précédentes ainsi que sur des transformations plus profondes. Les villes sont des structures essentielles des régions dans lesquelles elles se situent, rassemblant des fonctions de pouvoir, administratives et religieuses ; trois domaines liés jusqu’à la fin de la période médiévale au moins. La ville est structurante démographiquement, réorganisant les dynamiques entre les différentes catégories sociales, mais également économiquement. La ville entretient des centres d’échanges aux longues ramifications, bien plus que ceux de la campagne. Par son activité artisanale, puis industrielle, la ville demeure un centre de production. Précédées par le système aristotélicien du Lycée antique, les universités fleurissent à partir du XIIe siècle, renforçant la ville comme un centre intellectuel et culturel.

Dans cette optique, les présentations pourront être organisées selon trois axes différents :

  • Le premier axe s’articulera autour des représentations de la ville : comment la ville et ses habitants sont pensés, représentés dans les arts visuels et littéraires ? Le paysage urbain est une “image fragmentaire de la ville”, mais il manque ici un élément : la ville se caractérise surtout par une multiplicité ? “surtout la multiplicité d’images”, comme le dit Maria Luiza Carrozza1. L’espace urbain est le théâtre de textes littéraires, tout comme l’objet de récits qui mettent en scène la ville en mutation, la ville industrielle ou détruite, la « ville-marché », la ville, lieu de Centre de diffusion, il est une source d’inspiration pour les artistes. Avec ses préoccupations, ses populations, et ses représentations, la ville constitue un cadre singulier : elle se différencie ainsi des milieux extra-urbains. Sa matérialité est façonnée par les innovations techniques et technologiques.
  • Le second axe abordera la ville dans son aspect matériel. La ville est conditionnée par une culture matérielle propre et singulière. Centre commercial, artisanal et industriel, la ville est un foyer de production et un carrefour dans la circulation des Elle est donc un pôle de commerce, local mais également régional voire international, et ce, toutes périodes confondues. En raison des fonctions spécifiques à l’espace urbain, l’architecture, les objets et les méthodes archéologiques doivent être pensées de façon connexe. Par ailleurs, la matérialité se traduit par les productions textuelles issues des institutions inhérentes au bon fonctionnement de la ville. Outre la représentation textuelle des institutions, la concrétisation matérielle du pouvoir passe par le paraître architectural, à l’image de Versailles comme reflet de l’absolutisme royal.
  • Le dernier axe s’intéressera à la spatialité de la ville par l’observation de ses structures matérielles et l’analyse de l’occupation de cet espace – documents planimétriques, des outils de cartographie, documentation textuelle et artistique. Parmi les divers outils d’analyse spatiale, le système d’information géographique (SIG) s’impose depuis ces dernières décennies comme majeur dans les approches historiques et archéologiques en permettant une gestion et une analyse des données issues de la densité matérielle et de la pluralité fonctionnelle des espaces spatio-temporels. Le SIG a notamment été le centre du projet ALPAGE (AnaLyse diachronique de l’espace urbain PArisien : approche Geomatique) de 2006 dirigé par Hélène Noizet . La topographie, la répartition des données spatiales, mais aussi la manière dont l’espace urbain est l’objet d’enjeux de pouvoir, d’appropriations et de représentations, sont à considérer. Les méthodes de l’analyse spatiale constituent une approche supplémentaire pour appréhender et exploiter des sources de nature différente qui relèvent de champs disciplinaires variés. À l’image du programme SICAVOR (Système d’Information Contextuel sur les Caves et Cavités d’Orléans) dirigé par Clément Alix, l’analyse spatiale permet une approche sociologique de l’espace, menant à définir une socio- topographie urbaine complexe à partir des données issues des différentes sources rencontrées, et émanant aussi bien de la suprastructure que de l’infrastructure, le tout mis en perspective dans un SIG .

Les propositions de communication (environ 500 mots) doivent être envoyées, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 6 mars 2023.

Les communications retenues ont impérativement vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua http://annalesdejanua.edel.univpoitiers.fr


Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés au début du mois de mars.
L’événement se déroulera sur deux journées. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des
frais de transport à hauteur de 50€ par intervenant. La possibilité d’effectuer des conférences en distanciel peut être envisagée.


Bibliographie indicative :

 

ALAZARD Florence, et al., Images et imaginaires dans la ville à l’époque moderne, Presses universitaires François-Rabelais, 1998.

ALIX Clément, GAUGAIN Lucie, SALAMAGNE Alain, et al., Caves et celliers dans l’Europe médiévale et moderne [Actes du Colloque “Caves et celliers du Moyen Âge à l’époque moderne”, 4-6 octobre 2017, Tours], Tours, Presses universitaires François- Rabelais de Tours, 2019.

ARNAUD Jean-Luc, Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine, Marseille, Parenthèses MMSH, 2008.

BALAY Olivier, et al., Les cinq sens de la ville : Du Moyen Âge à nos jours, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2013.

BALLET Pascale, et al., La ville et ses déchets dans le monde romain : Rebuts et recyclages [Actes du colloque de Poitiers, 19-21 septembre 2002], Montagnac, Ed. M. Mergoil, 2003.

BALLET Pascale, DIEUDONNE-GLAD Nadine, SALIOU Catherine, et al., La rue dans l’Antiquité : Définition, aménagement et devenir de l’Orient méditerranéen à la Gaule, [Actes du colloque de Poitiers, 7-9 septembre 2006], Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

BLARY François, Origines et développements d’une cité médiévale, Château-Thierry : Approches archéologiques et historique d’une petite ville d’accession médiévale, Senlis, Revue archéologique de Picardie, 2013.

BOURDIN Stéphane, PAOLI Michel, RELTGEN-TALLON Anne, et al., La forme de la ville : De l’Antiquité à la Renaissance, [Actes du colloque international, Amiens, 2011], Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

BULTÉ Cécile, Images dans la ville. Décors monumentaux et identités urbaines en France à la fin du Moyen-Âge, dir. F. Joubert, thèse dactyl., Paris IV, 2012.

CHANT Colin et GOODMAN David (dir.), European Cities and Technology. Industrial to Post- Industrial City, Londres, Routledge, 1999.

COHEN Jean-Louis et ELEB Monique, Casablanca : mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Hazan, 1998.

COHEN Jean-Louis, OULEBSIR Nabila et al. (dir.), Alger. Paysage urbain et architectures (1800-2000), Paris- Besançon, Éd. de l’Imprimeur, 2003.

COQUERY Natacha, La boutique et la ville : Commerces, commerçants, espaces et clientèles XVIe-XXe siècle [Actes du colloque des 2, 3 et 4 décembre 1999], Tours, Centre d’histoire de la ville moderne et contemporaine, Publication de l’université François Rabelais, 2000.

COSTA Sandra, Représentations et formes de la ville européenne : Le patrimoine et la mémoire [Actes de la 4e journée d’études franco- italienne du département d’histoire de l’art de l’Université Pierre Mendès-France], Paris, L’Harmattan, 2006.

DUBY Georges, et al., L’histoire de Paris par la peinture, Paris, Citadelles & Mazenod, 2008.

ESQUIEU Yves, Les couleurs de la ville : Réalités historiques et pratiques contemporaines [Actes du colloque de Viviers, du 9 au 11 septembre 2011], Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2016.

FROMMEL Sabine, Les maquettes d’architecture : Fonction et évolution d’un instrument de conception et de réalisation, Paris, Picard, 2015.

GAUTHIEZ Bernard, ZADORA-RIO Elisabeth, GALINIE Henri, Village et ville au Moyen âge : Les dynamiques morphologiques, t. 1 et 2, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2003.

HAMON Étienne, WEISS Valentine, et al., La demeure médiévale à Paris [Exposition présentée aux Archives nationales, Paris, 17 octobre 2012-13 janvier 2013], Paris, Somogy éd. d’art, 2012.

HAROUEL Jean-Louis, L’embellissement des villes. L’urbanisme français au XVIIIe siècle, Paris, Picard, 1993. JOURNOT Florence, La maison urbaine au Moyen Âge : Art de construire et art de vivre, Paris, Picard, 2018.

KNAEPEN Arnaud, Approvisionner la ville : Flux alimentaires et circulations urbaines du Moyen âge au XIXe siècle, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2018.

LAVAUD Sandrine, BURGHART Schmidt, et al., Représenter la ville : Moyen Âge-XXIe siècle, Bordeaux, Ausonius, 2012.

LORENZ Jacqueline, et al., Construire la ville : Histoire urbaine de la pierre à bâtir [Actes du 137e congrès des sociétés historiques et scientifiques “Composition(s) urbaine(s)”, Tours, 23-28 avril 2012], Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2014.

MACON Philippe, DURAND Raphaël, TROADEC Jacques, Les espaces funéraires et la ville : Cimetières médiévaux de Bourges, formation et transformation (5e-16e siècles), Bourges, Éditions de la ville de Bourges, Service d’archéologie, 2008.

MAGRI Susanna, TISSOT Sylvie, Explorer la ville contemporaine par les transferts, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2017.

MICHEL Christian, Les Halles. La Renaissance d’un quartier, 1966-1988, Paris, Masson, 1988.

MONDADA Lorenza, Décrire la ville : La construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte, Paris, Anthropos, 2000.

MOTTA Anne, Noblesses et villes de cour en Europe (XVIIe-XVIIIe) : La ville de résidence princière, observatoire des identités nobiliaires à l’époque moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021.

NOIZET Hélène, BOVE Boris, COSTA Laurent, et al., Paris de parcelles en pixels : Analyse géomatique de l’espace parisien médiéval et moderne [Actes du colloque « Paris de parcelles en pixels : Des plans Vasserot au SIG ALPAGE », 7-8 juin 2010], Saint Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2013.

PASTRE Jean-Marc, La ville, du réel à l’imaginaire [Actes du colloque de Rouen, 8-10 novembre 1988], Mont-Saint-Aignan, Publications de l’Université de Rouen, 1991.

PINOL Jean-Luc (dir.), Histoire de l’Europe urbaine : De l’Antiquité au XVIIIe siècle. Genèse des villes européennes (t. I,); De l’ancien Régime à nos jours. Expansion et limites d’un modèle (t. II), Paris, Éditions du Seuil, 2003.

PINON Pierre, Paris détruit. Du vandalisme architectural aux grandes opérations d’urbanisme, Paris, Éd. Parigramme, 2011.

PRETI-HAMARD Monica, SETTIS Salvatore, Villes en ruine : Images, mémoires, métamorphoses, Paris, Musée du Louvre Hazan, 2015.

SCHÜLER Chris, La ville : La cartographie urbaine de l’Antiquité au XXe siècle, Paris, Éd. Place des victoires, 2011. VILAIN Ambre, Imago urbis. Les sceaux de villes au Moyen-Âge, CTHS/INHA, coll. « L’art et l’essai », Paris, 2018.

ROSEN, SLUITER (éds), City, Countryside and the Spatial Organization of Value in Classical Antiquity, Université du Michigan, Brill, 2006

STOREY (éd.), Urbanism in the Preindustrial World, University of Alabama Press, 2006

  1. Maria Luiza Carrozza, « Paysage urbain : matérialité et représentation », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, n°17, 1996. []

[14-15 avril 2022] Journées d’étude jeunes chercheurs – Association JANUA

Espaces(s) et pouvoir(s)

Lieu : CESCM, 24 rue de la Chaine – POITIERS (Salle Crozet)

Date : 14 et 15 avril 2022

Photographie des vestiges du mur d’Adrien, à 1,6 km du fort romain de Houseteads, 27 octobre 2007.
Jean et Herman de Limbourg, Le Calendrier : Le mois d’avril, Les Très Riches Heures du duc de Berry, f.
4 verso, 1411-1416, Musé Condé, Chantilly.

Horace Vernet, Combat de l’Habrah, 1840, Musée de Versailles, Versailles .

Cabinet Robert de Cotte, Plan du château de Versailles, 1685, Bibliothèque nationale de France, Département Estampes et Photographies, Paris.

Janua, association des étudiants en Master et des doctorants en histoire de l’Université de Poitiers, rattachés respectivement aux laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et Criham (Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie) organise les 14 et 15 avril 2022 deux journées d’étude à destination des jeunes chercheurs (de l’inscription en master aux trois ans écoulés après la soutenance de thèse), elle sera consacrée au thème Espace(s) et pouvoir(s).


Programme :

Jeudi 14 avril

9h – Accueil des participants

9h15 – Introduction aux Journées par Emilie Margaix, doctorante CESCM.

9h30 – Tiziano Presutti (Doctorant Università di Chieti-Pescara) : La géographie du pouvoir : Pindare et les héros d’Égine (Néménne IV, 44-56).

10h : Discussion

10h15 – Florie Imbert-Pelissier (Doctorante EHESS) : Le terroir, espace de dissidence pour les pouvoirs urbains marseillais au XVIIe siècle.

10h45 – Discussion et Pause

11h15 – Alfonso Malecha Teixera (Doctorant CESCM) : Les “maures de paix” et la conquête portugaise : négociations et collaboration dans le sud du Maroc (1486-1541).

11h45 – Questions et discussion

12h30 – Pause déjeuner

14h – Damien Varenne (Doctorant Univ. Sorbonne Paris IV) : Espaces et pouvoirs dans des sources narratives sénonaises : le comté de Sens entre Burgundia et Francia

14h30  – Discussion

14h45 – Quentin Dylewski (Doctorant Univ. Toulouse 2) : Construire un espace “impérial”. Le cas des Luxembourg (1308-1437).

15h15 – Discussion et pause

15h45 – Florian Artaud (Doctorant Univ. Paul Valéry Montpellier 3) : Territorialiser la frontière. Les francs et le Mont Liban à l’époque des croisades (XIIe-XIIIe siècles).

16h15 – Discussion

16h30 – Clément Armand (Doctorant au CESCM) : L’analyse du parcellaire comme révélateur du pouvoir économique d’une petite ville au bas Moyen Âge : l’exemple des caves médiévales et modernes de Gencay (Vienne).

17h – Questions

17h15 – Présentation des Annales de Janua

 

Vendredi 15 avril

 

9h – Dina Rizk (Doctorante Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Du temple à l’église.

9h30 : Discussion

9h45 – Naouel Nessark (Doctorant Univ. Mouloud Mammeri Tizi-Ouzou/Univ. Bordeaux Montaigne) : Du clocher au minaret : la symbolique cuturelle d’un élément architectural à Alger.

10h15 – Discussion et pause

10h45 – Clarisse Genton (Doctorant ACS, ENSA Paris-Malaquais) : La représentation du domestique au service de la conquête territoriale, normalisation de l’occupation israélienne en Cisjordanie.

11h15 : Discussion

11h30 – Philippe Hirou (Docteur EHESS) : Quintana / canton : des traces toponymiques et lexicales du contrôle du territoire.

12h – Questions

12h15 – Clôture des Journées Jeunes Chercheurs


 

Les Annales de Janua

Diffuser la richesse des échanges scientifiques réussis entre jeunes chercheurs, voilà le défi de ces Annales ! Cette revue a en effet pour vocation de publier les actes des journées d’études organisées chaque année par l’association Janua. La publication numérique des articles issus des communications permettra à chacun d’y retrouver soit la diversité des approches envisagées soit la spécificité d’un sujet traité par un jeune chercheur. Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs est associé au déroulement de l’ensemble du projet. Depuis 2013, les actes de chaque journée d’étude sont édités dans la revue de l’association : Les Annales de Janua.

Ainsi, vous pourrez retrouver les communications des éditions précédentes  : http://annalesdejanua.edel.univ-poitiers.fr