Tous les articles par Suivi éditorial

Les Sociétés nordiques et baltes à l’aube de la christianisation

Les Sociétés nordiques et baltes à l’aube de la christianisation.

Nordic and Baltic Societies at the Dawn of Christianisation

Lucie MALBOS et Maurice CARREZ (coord.)

Revue d’histoire Nordique = Nordic historical Review, n° 26

ISBN : 978-2-8107-0674-7. – 266 p.

Voir le site de l’éditeur ICI


Le dossier étudie, d’un point de vue archéologique et historique, les sociétés nordiques et baltes dans les siècles qui ont précédé l’introduction plus ou moins massive du christianisme dans ces contrées, parfois à l’aide de croisades au XIIIe siècle. Il montre que ces sociétés, loin d’être retardataires, avaient un degré non négligeable de développement. Il souligne aussi que la christianisation a été un processus relativement lent et compliqué, se heurtant à des structures sociétales et mentales solides.
Les deux articles des « mélanges » portent, l’un sur les De la Gardie, une famille française anoblie au service des rois de Suède, et l’autre sur les facteurs socio-économiques qui ont favorisé la victoire russe et la conquête de la Finlande lors de la Grande Guerre du Nord de 1700 à 1714.
La rubrique « Sources » présente pour sa part une traduction française (inédite) de l’œuvre célèbre de Johann Gröning, Navigatio libera.

Lucie MALBOS est maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Poitiers. Elle est spécialiste d’histoire des sociétés et des économies littorales en Europe du Nord durant le haut Moyen Âge. Elle est l’auteure d’un ouvrage intitulé Les ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle) paru chez Brepols en 2017 et d’une vingtaine d’articles et contributions sur l’histoire de la Scandinavie médiévale.

Maurice CARREZ est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Strasbourg (Sciences Po Strasbourg) et spécialiste d’histoire socio-politique des pays de l’aire baltique aux XIXe et XXe siècles. Il a publié plusieurs ouvrages et de très nombreux articles et contributions touchant à l’histoire des pays du Nord.

 

The Middle English ‘kynge Appolyn of Thyre’

The Middle English Kynge Appolyn of Thyre: Edited from the Text Published by Wynkyn De Worde 1510; With a Parallel Text of the Medieval French La Cronicque Et Hystoire De Appollin, Roy De Thir.

Stephen MORRISON & Jean-Jacques VINCENSINI (eds.)

Universitatsverlag Winter, 2020 (Middle English Texts 58)

ISBN : 978-3825347031. – 115 p.


The Latin ‘Historia Apollonii Regis Tyr’i, the original of which may have been written in Greek, is the ultimate source for an extensive network of medieval vernacular versions of the romance narrative ‘Apollonius of Tyre’. The Middle English version edited here was published by Wynkyn de Worde in 1510, and is a translation and adaptation by Robert Copland (fl. c. 1505-47) of the Middle French ‘La cronicque et hystoire de Appollin, roy de Thir’.In order to illustrate Copland’s work as both translator and adaptor, his Middle English text is set in parallel with ‘La cronicque’. The Introduction highlights features of Copland’s translation practice, in particular his use of doublets, and the extent to which he elaborated points in the narrative and embellished the text. It also discusses Copland as wordsmith by drawing attention to his use of coinings and senses that were new or have rarely been detected. The Introduction concludes with an annotated list of rare lexical items and ante-datings. The parallel texts are preceded by a map of the travels of Apollonius, and followed by a commentary, glossary, index of personal and place names, and a bibliography.

 

 

Communautés maritimes et insulaires du premier Moyen Âge

A. GAUTIER, L. MALBOS (eds.)

Communautés maritimes et insulaires du premier Moyen Âge

Turnhout : Brepols, 2020, 220 p.

(Haut Moyen Âge (HAMA 38)

ISBN: 978-2-503-58551-2

Douze réflexions issues du colloque de Boulogne (mars 2017) sur la façon dont les hommes installés près de l’eau « faisaient communauté » en Europe au début du Moyen Âge.

Comment les hommes et les femmes du premier Moyen Âge formaient-ils des communautés lorsqu’ils se trouvaient vivre près de l’eau – sur les littoraux, dans les zones humides ou le long des fleuves, mais aussi dans les îles ? La familiarité entretenue avec le milieu aquatique, objet de crainte ou source d’opportunités, signifie que les groupes humains « faisaient communauté » autrement, mais aussi que l’historien appréhende ces phénomènes d’une manière différente. Cela est vrai de toutes les communautés qui, dans la pratique des interactions quotidiennes, se formaient près de l’eau, grâce à elle ou face à elle : communautés d’habitants, communautés cléricales ou monastiques, communautés fondées sur une activité commune comme le commerce ou la pêche. Les douze contributions que compte ce livre constituent les actes d’un colloque tenu à Boulogne-sur-Mer en mars 2017. Leurs auteurs s’attachent à croiser les sources écrites et archéologiques pour offrir un regard équilibré sur des espaces et une période qui semblent à première vue moins bien documentés que d’autres. La question de la construction et de l’existence des communautés « du bord de l’eau » y est traitée à travers toute l’Europe latine, du VIIe au XIe siècle, sur ses versants adriatique (à travers les lagunes de Venise et de Comacchio), atlantique (du littoral ibérique à l’Angleterre en passant par l’île de Noirmoutier) et septentrional (des Fens d’Est-Anglie à la mer Baltique et dans les emporia des mers du Nord), ainsi que dans la vallée de la Saône (de Lyon à Tournus).

Lucie Malbos : Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégée et docteur en histoire de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Lucie Malbos est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Poitiers et membre du CESCM (UMR 7302). Ses recherches portent sur les mondes du Nord au haut Moyen Âge.

Alban Gautier : Ancien élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégé et docteur en histoire de l’Université de Lille, Alban Gautier est professeur d’histoire médiévale à l’Université de Caen Normandie, membre du Centre Michel de Boüard (CRAHAM UMR 6273) et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Ses travaux portent sur l’histoire des îles Britanniques et de l’Europe du Nord dans le haut Moyen Âge.

Table of Contents

Alban Gautier, Faire communauté par l’eau ou malgré l’eau

Stéphane Lebecq, En milieu littoral, sur l’eau et outre-mer

Lucie Malbos, Femme de marchand ou marchande ?

Stefano Gasparri, Une communauté à la fois maritime et territoriale

Chiara Provesi, La terre et la mer

Sauro Gelichi, Communautés lagunaires dans l’Adriatique pendant le haut Moyen Âge

André Evangelista Marques, An Emerging Periphery. Maritime Activities and Communities in Northern Iberia (850-1100)

Søren M. Sindbæk, Communities on the Edge

Isabelle Cartron, De l’île au continent. La transition entre deux formes de monachisme dans la communauté de Saint-Philibert au IXe siècle

Charlotte Gaillard, La communauté monastique de l’Île-Barbe, exemple d’une fondation insulaire fluviale

Arnaud Lestremau, Piscium quem vos haked nuncupatis

Pierre Bauduin, Conclusions. Connaissance, pratiques et identités des communautés maritimes et insulaires du premier Moyen Âge

Index

Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale

Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale : La représentation de l’Ancien Testament aux IVe-XIIe siècles

M. ANGHEBEN (ed.)

Turnhout  : Brepols, 2020 (Culture et société médiévales (CSM 37)

 

464 p. – ISBN: 978-2-503-58171-2

 

Depuis les débuts de l’art chrétien, l’Ancien Testament a reçu une place singulière dans le décor des églises comme dans l’illustration des manuscrits. Certaines formules conçues aux IVe-Ve siècles se sont imposées durant tout le Moyen Âge, comme celles de Saint-Pierre de Rome, et une influence encore plus large a longtemps été attribuée à la Genèse Cotton ou à son modèle. Les œuvres médiévales ne reproduisent toutefois presque jamais servilement celles qui les ont précédées. Les concepteurs les ont constamment réélaborées pour des raisons probablement multiples : adapter la composition au cadre imposé par l’architecture ou le découpage du folio, optimiser les ressorts de la narration pour en faciliter la lecture ou toucher plus efficacement la sensibilité du spectateur, enchaîner les scènes pour entraîner le regard dans le sens de la lecture ou relier sémantiquement deux épisodes voisins, induire un sens spécifique inspiré par la théologie ou la liturgie, ou encore exprimer visuellement des ambitions institutionnelles voire politiques. Les quinze articles réunis dans cet ouvrage développent ces questionnements en les appliquant à des ensembles peints ou en mosaïque représentatifs de la période envisagée : les œuvres conservées ou perdues des premiers siècles, Saint-Pierre de Rome, Saint-Paul-hors-les-Murs et leurs avatars médiévaux, les bibles carolingiennes de Tours et celles de Ripoll, Galliano, les autres ensembles lombards, Saint-Savin-sur-Gartempe, Château-Gontier, Palerme et Monreale. Pour enrichir cette réflexion, le champ d’investigation a été étendu aux cycles néotestamentaires des églises médiobyzantines et aux mosaïques de Saint-Marc de Venise. Dans la conclusion, Herbert Kessler propose en effet une mise au point stimulante sur la délicate question de la Genèse Cotton en nuançant son influence sur le cycle vénitien. L’ouvrage offre ainsi un panorama très complet de la représentation de l’Ancien Testament et une réflexion foisonnante sur les stratégies de la narration.

Table of Contents

 

Introduction

Marcello Angheben, Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale. Problématiques et perspectives

I. Des premiers siècles au Moyen Âge central

Jean-Michel Spieser, Les cycles paléochrétiens dits narratifs

Anne-Orange Poilpré, Figurer l’Ancien Testament dans la Bible chrétienne à l’époque carolingienne. (Re)composer l’histoire

Manuel Antonio Castiñeiras Gonzalez, Les Bibles de Ripoll et de Rodes et les ivoires de Salerne. La narration biblique sur des supports variés : modèles, adaptions et discours

Judith Soria, Temporalité et causalité narratives dans les décors médiobyzantins

II. Les traditions romaine et lombarde

Serena Romano, San Pietro, San Paolo, e la narrazione cristiana. Riflessioni su una possibile storia

Irene Quadri, Dipingere all’ombra di prototipi illustri. La narrazione veterotestamentaria nei cicli tipologici di XI e XII secolo in Italia centrale

Marco Rossi, Les cycles de l’Ancien Testament à Galliano et dans la peinture lombarde du XIesiècle

Fabio Scirea, La représentation de l’histoire d’Adam et Ève dans les milieux ambrosiens aux XIe-XIIe siècles

III. Saint-savin et la peinture « septentrionale »

Søren Kaspersen, Genesis Cycles: Tradition, Theology and Politics. From Cotton Genesis to Saint-Savin-sur-Gartempe

Christian Davy, Les peintures murales de Saint-Jean-Baptiste de Château-Gontier et de Saint-Savin-sur-Gartempe. De la similitude à la dissemblance

Kai Christian Ghattas, Reanimating the Scripture: Movement and Body Memory in the Paintings of Saint-Savin

IV. Les mosaïques siciliennes

Giulia Arcidiacono, Le storie della Genesi nella Cappella Palatina di Palermo. Qualche osservazione sulle fonti iconografiche e sulle strategie narrative

Tancredi Bella, Le récit de la Genèse dans les mosaïques de la cahtédrale de Monreale

Herbert L. Kessler, Conclusion. La Genèse Cotton est morte

Planches

Aliénor d’Aquitaine

Aliénor d’Aquitaine
 
Martin Aurell
 
Paris : PUF, 2020
160 p.

ISBN : 978-2-13-081808-3

 

Aliénor d’Aquitaine (1124-1204) est certainement la plus célèbre des reines médiévales, dont la légende noire nourrit encore de nos jours bien des romans. Épouse successive de Louis VII de France et d’Henri II d’Angleterre, elle met au monde au moins dix enfants, dont les célèbres Richard Cœur de Lion et Jean sans Terre. Voyageuse infatigable jusqu’en Terre Sainte, en Italie du Sud ou en Castille, elle fomente une vaste révolte contre son second mari. Devenue veuve, elle joue un rôle politique toujours plus important.
C’est au travers de sa féminité (fille, femme, épouse, mère) que Martin Aurell choisit de présenter l’itinéraire audacieux de ce personnage aux multiples facettes, de la nuptialité au veuvage.

 
 

Martin Aurell est spécialiste de l’aristocratie, la parenté, les pouvoirs et la culture en Occident aux Xe-XIIIe siècles. Il est professeur d’histoire médiévale à l’Université de Poitiers, où il dirige le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302). Il est l’auteur d’une dizaine de livres, dont L’Empire des Plantagenêt (1154-1224) (Perrin, 2003), souvent réédité et traduit. Il a dirigé de nombreux ouvrages collectifs, notamment sur Aliénor d’Aquitaine et les Plantagenêt.