Tous les articles par Suivi éditorial

Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale

Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale : La représentation de l’Ancien Testament aux IVe-XIIe siècles

M. ANGHEBEN (ed.)

Turnhout  : Brepols, 2020 (Culture et société médiévales (CSM 37)

 

464 p. – ISBN: 978-2-503-58171-2

 

Depuis les débuts de l’art chrétien, l’Ancien Testament a reçu une place singulière dans le décor des églises comme dans l’illustration des manuscrits. Certaines formules conçues aux IVe-Ve siècles se sont imposées durant tout le Moyen Âge, comme celles de Saint-Pierre de Rome, et une influence encore plus large a longtemps été attribuée à la Genèse Cotton ou à son modèle. Les œuvres médiévales ne reproduisent toutefois presque jamais servilement celles qui les ont précédées. Les concepteurs les ont constamment réélaborées pour des raisons probablement multiples : adapter la composition au cadre imposé par l’architecture ou le découpage du folio, optimiser les ressorts de la narration pour en faciliter la lecture ou toucher plus efficacement la sensibilité du spectateur, enchaîner les scènes pour entraîner le regard dans le sens de la lecture ou relier sémantiquement deux épisodes voisins, induire un sens spécifique inspiré par la théologie ou la liturgie, ou encore exprimer visuellement des ambitions institutionnelles voire politiques. Les quinze articles réunis dans cet ouvrage développent ces questionnements en les appliquant à des ensembles peints ou en mosaïque représentatifs de la période envisagée : les œuvres conservées ou perdues des premiers siècles, Saint-Pierre de Rome, Saint-Paul-hors-les-Murs et leurs avatars médiévaux, les bibles carolingiennes de Tours et celles de Ripoll, Galliano, les autres ensembles lombards, Saint-Savin-sur-Gartempe, Château-Gontier, Palerme et Monreale. Pour enrichir cette réflexion, le champ d’investigation a été étendu aux cycles néotestamentaires des églises médiobyzantines et aux mosaïques de Saint-Marc de Venise. Dans la conclusion, Herbert Kessler propose en effet une mise au point stimulante sur la délicate question de la Genèse Cotton en nuançant son influence sur le cycle vénitien. L’ouvrage offre ainsi un panorama très complet de la représentation de l’Ancien Testament et une réflexion foisonnante sur les stratégies de la narration.

Table of Contents

 

Introduction

Marcello Angheben, Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale. Problématiques et perspectives

I. Des premiers siècles au Moyen Âge central

Jean-Michel Spieser, Les cycles paléochrétiens dits narratifs

Anne-Orange Poilpré, Figurer l’Ancien Testament dans la Bible chrétienne à l’époque carolingienne. (Re)composer l’histoire

Manuel Antonio Castiñeiras Gonzalez, Les Bibles de Ripoll et de Rodes et les ivoires de Salerne. La narration biblique sur des supports variés : modèles, adaptions et discours

Judith Soria, Temporalité et causalité narratives dans les décors médiobyzantins

II. Les traditions romaine et lombarde

Serena Romano, San Pietro, San Paolo, e la narrazione cristiana. Riflessioni su una possibile storia

Irene Quadri, Dipingere all’ombra di prototipi illustri. La narrazione veterotestamentaria nei cicli tipologici di XI e XII secolo in Italia centrale

Marco Rossi, Les cycles de l’Ancien Testament à Galliano et dans la peinture lombarde du XIesiècle

Fabio Scirea, La représentation de l’histoire d’Adam et Ève dans les milieux ambrosiens aux XIe-XIIe siècles

III. Saint-savin et la peinture « septentrionale »

Søren Kaspersen, Genesis Cycles: Tradition, Theology and Politics. From Cotton Genesis to Saint-Savin-sur-Gartempe

Christian Davy, Les peintures murales de Saint-Jean-Baptiste de Château-Gontier et de Saint-Savin-sur-Gartempe. De la similitude à la dissemblance

Kai Christian Ghattas, Reanimating the Scripture: Movement and Body Memory in the Paintings of Saint-Savin

IV. Les mosaïques siciliennes

Giulia Arcidiacono, Le storie della Genesi nella Cappella Palatina di Palermo. Qualche osservazione sulle fonti iconografiche e sulle strategie narrative

Tancredi Bella, Le récit de la Genèse dans les mosaïques de la cahtédrale de Monreale

Herbert L. Kessler, Conclusion. La Genèse Cotton est morte

Planches

Aliénor d’Aquitaine

Aliénor d’Aquitaine
 
Martin Aurell
 
Paris : PUF, 2020
160 p.

ISBN : 978-2-13-081808-3

 

Aliénor d’Aquitaine (1124-1204) est certainement la plus célèbre des reines médiévales, dont la légende noire nourrit encore de nos jours bien des romans. Épouse successive de Louis VII de France et d’Henri II d’Angleterre, elle met au monde au moins dix enfants, dont les célèbres Richard Cœur de Lion et Jean sans Terre. Voyageuse infatigable jusqu’en Terre Sainte, en Italie du Sud ou en Castille, elle fomente une vaste révolte contre son second mari. Devenue veuve, elle joue un rôle politique toujours plus important.
C’est au travers de sa féminité (fille, femme, épouse, mère) que Martin Aurell choisit de présenter l’itinéraire audacieux de ce personnage aux multiples facettes, de la nuptialité au veuvage.

 
 

Martin Aurell est spécialiste de l’aristocratie, la parenté, les pouvoirs et la culture en Occident aux Xe-XIIIe siècles. Il est professeur d’histoire médiévale à l’Université de Poitiers, où il dirige le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302). Il est l’auteur d’une dizaine de livres, dont L’Empire des Plantagenêt (1154-1224) (Perrin, 2003), souvent réédité et traduit. Il a dirigé de nombreux ouvrages collectifs, notamment sur Aliénor d’Aquitaine et les Plantagenêt.

 

Le souffle de Dieu

Le souffle de Dieu

Éric PALAZZO

Paris : Les éditions du Cerf, 2020.

360 p.

ISBN : 978-2-204-13739-3

Comment avons-nous rendu à Dieu l’incroyable énergie qu’il nous a donnée ?

Qu’on l’appelle souffle de Dieu, Esprit saint, ou tout simplement Espérance, cet essai explore d’une manière originale le thème de « l’énergie » dans la liturgie et l’art du Moyen Âge.

La définition médiévale de l’énergie est tirée de réflexions concernant la nature de Dieu et la manière dont Il a été amené à transmettre sa propre énergie aux hommes.

À partir de ce constat, l’auteur montre que la liturgie et l’art constituent les deux principaux vecteurs de mise en action de cette formidable énergie divine, à travers les rituels et les « productions » artistiques du christianisme antique et médiéval.



Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’université de Poitiers, membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale et de l’Institut universitaire de France (2011-2016), Éric Palazzo est l’auteur de nombreux ouvrages sur la relation entre l’art et la liturgie au Moyen Âge dont L’Invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge et Peindre c’est prier. Anthropologie de la prière chrétienne.

Philologie et Musicologie Des sources à l’interprétation poético-musicale (XIIe-XVIe siècle)

Philologie et Musicologie Des sources à l’interprétation poético-musicale (XIIe-XVIe siècle)

Chaillou-Amadieu (Christelle), Floquet (Oreste), Grimaldi (Marco)

Paris : Classiques Garnier, 2019 (Musicologie, 8)

ISBN : 978-2-406-08170-8

 

L’ouvrage aborde la question de l’interprétation des répertoires chantés du XIIe au XVIe selon une formule inédite dans nos disciplines : toutes les contributions résultent de collaborations entre musicologues et philologues.

 

TABLE DES MATIÈRES

 

Christelle CHAILLOU-AMADIEU, Introduction

Première partie

Du manuscrit à la « restitution » musicale

Gisèle CLÉMENT et Isabelle FABRE, Une expérience de collaboration entre musiciens et chercheurs autour de la polyphonie médiévale. Nécessité et limites

Anne IBOS-AUGÉ, Brigitte LESNE et Colette SIRAT, Du texte à la musique : enjeux d’une reconstruction mélodique. Juifs et trouvères – Chansons juives du XIIIe siècle en ancien français et en hébreu

Katy BERNARD et Thierry CORNILLON, Chanter un « Je ne sais quoi ». Proposition d’interprétation d’Escotatz, mas no say que s’es
de Raimbaut d’Aurenga

Christopher CALLAHAN, Marie-Geneviève GROSSEL, William HUDSON et Daniel E. O’SULLIVAN, Thibaut de Champagne au XXIe siècle. L’édition de trouvère dans son contexte culturel

 

Deuxième partie
Philologies textuelle et musicale

Stefano Milonia e Elisa VERZILLI, Tradizione testuale e tradizione musicale nelle liriche del Castellano di Coucy, Anna Radaelli e

Gianluca BOCCHINO, « Et joie atent Gerars… Or a joie Gerars ». L’attesa del crociato tra comico e parodico in una chanson d’histoire di Audefroi le Bastard (RS 1616)

Alexandros Maria HATTZIKIRIAKOS e Maria Teresa RACHETTA, Lo Chansonnier du Roi (BnF fr. 844) e la sua storia. Un nuovo approccio alle aggiunte successive

Michele EPIFANI e Davide CHECCHI, Tradizione, edizione, esecuzione. Due casi di studio dall’Ars nova italiana

Antonio CALVIA e Maria Sofia LANNUTTI, Mono- e pluristrofismo nelle ballate italiane intonate. Stil novo, Ars nova e tradizione manoscritta

 

Troisième partie
Réception et transmission des corpus

John HAINES et Julien VÉRONÈSE, Nota et figura. Vers une lecture totale de la note musicale au Moyen Âge

Francesco CARAPEZZA e Massimo PRIVITERA, Chi scrive cosa?
Dinamiche autoriali e processi di trasmissione nella monodia
dei trovatori e nella polifonia del Rinascimento

Séverine DELAHAYE-GRÉLOIS et Suzy FELIX, « Y le gloso desta manera ». Des cancioneros aux troveros, regards croisés sur la poésie en action

Alice TACAILLE et Jean-Eudes GIROT, La transmission des chansons sans mélodies au XVIe siècle.

Du nouveau en archives. Pratiques documentaires et innovations administratives (XIIIe-XVe siècles)

 
Harmony Dewez
 
 
(N° spécial de Médiévales, t. 76)
 
ISBN : 9782379240287. 20€
 
 

Ce volume est dédié aux processus d’innovations documentaires qui sont à l’œuvre aux XIVe-XVe siècles dans les sociétés occidentales et qui ont facilité l’essor de l’imprimerie et la construction des États modernes.

Dans les derniers siècles du Moyen Âge, de nouvelles pratiques administratives se développent pour accompagner le changement de mentalité d’une société de l’oral à une société de l’écrit. Du pays de Galles au Bordelais, en passant par les villes du Nord de la France, tous les secteurs de la société sont touchés : institutions urbaines, princières, monastiques, ou simples particuliers produisent de nouveaux types d’outils documentaires nés de la combinaison de techniques d’enregistrement et de compilation, nourris d’emprunts et d’expériences passées. L’étude des mécanismes de ces transformations, qui font suite à la « révolution documentaire », révèle l’institutionnalisation progressive de l’administration et la rationalisation pragmatique de l’ordinaire.

Table des matières

 

Harmony Dewez – L’innovation documentaire à la fin du Moyen Âge

Élodie Papin – Les cartulaires de l’abbaye de Margam : le processus de cartularisation et l’administration des biens monastiques au pays de Galles au XIIIe siècle

Isabelle Bretthauer, Marlène Hélias-Baron – L’individu face à la gestion d’un patrimoine : la rédaction de « livres de gestion » au XIVe siècle

Emmanuel Melin – L’innovation documentaire, entre recyclage et enregistrements. Le cas du Livre Rouge de l’échevinage de Reims (XIVe-XVe siècles)

Marie-Émeline Sterlin – L’innovation documentaire à Amiens, entre création et adaptation (fin XIVe-début XVe siècle)

Cléo Rager – Les registres de délibérations municipales tenus dans les villes champenoises : enjeux politiques et innovations documentaires (XVe siècle)

Jean-Baptiste Santamaria – Comptabilité publique et innovation à la fin du Moyen Âge : les institutions princières et l’émergence d’une culture numérique dans un ordre conservateur

Essais et recherches

Lucie Malbos – Nourrir les marchands et artisans d’Europe du Nord-Ouest (VIIe-Xe siècle) : pratiques et stratégies alimentaires dans les emporia des mers nordiques

Point de vue

Jean-Philippe Genet – De la « grande crise » à la « grande transition » : une nouvelle perspective ?