Tous les articles par Elisabeth Yanssens

Ponctuer l’œuvre médiévale. Des signes au sens

ponctuer-l-oeuvre-medievaleÉdité par Valérie Fasseur et Cécile Rochelois

Ponctuer l’œuvre médiévale. Des signes au sens

Paris : DROZ, 2016 (Publications romanes et françaises, CCLXVII), 267 p.

ISBN : 978-2-600-01910-1

Les enjeux herméneutiques de la ponctuation de l’œuvre médiévale : telle est la question posée dans cet ouvrage. Linguistes, philologues, littéraires, historiens, musicologues se répondent pour étudier des textes de genres variés en vers et en prose, en langue d’oc et d’oïl, en latin, italien et moyen anglais. Art à part entière – art du rythme, du souffle et du silence, art de la composition graphique – la ponctuation, dans ses dimensions sonores et visuelles, est comme une manifestation privilégiée de l’art de lire. De la ponctuation choisie par un copiste ou un éditeur dépend la construction du sens : depuis la renaissance philologique de la fin du XIXe siècle, quelle marge de manœuvre incombe aux éditeurs de la ponctuation telle qu’elle figure dans les manuscrits, avec ses écarts par rapport aux usages modernes ? Dans certains textes, ponctuer revient à lever l’ambiguïté, à appauvrir la lecture et à trahir une polysémie intrinsèque à l’œuvre. Engageant le sens, les choix de ponctuation sont le sceau intellectuel de celui qui transcrit l’œuvre médiévale, comme de l’écrivain moderne sur son style.

Ouvrage publié suite au colloque de l’Université de Pau et des Pays d’Adour, organisé du 1er au 4 avril 2014.

Table des matières

Introduction, Valérie Fasseur et Cécile Rochelois

Première partie
Donner à voir et à entendre le sens

La ponctuation de la Bible aux XIIe et XIIIe siècles – Gilbert DAHAN

Art de lire et ponctuation dans l’Ars lectoria Ecclesie (1234) de Jean de Garlande – Elsa MARGUIN-HAMON

Ponctuation et notation dite « musicale » : réflexion sur les frontières – Violaine ANGER

Ponctuation du texte, ponctuation du chant dans le manuscrit médiéval noté : les aléas d’un dialogue en construction – Florence MOUCHET

Ponctuation et lecture à haute voix : aide ou obstacle ? – Olivier BETTENS

Une ponctuation rythmique ? Le cas des octosyllabes « hélinandiens » – Federico SAVIOTTI

Mise en texte et ponctuation des rythmes lyriques latins – Pascale BOURGAIN

Pausa vel tractus : ponctuation, respiration et silence dans les sources de lyrique latine parisienne du XIIIe siècle – Anne-Zoé RILLON-MARNE

Poésies notées du XIVe siècle : le point par le contrepoint ? – Gilles DULONG

Trois petits points. L’« interponctuation » dans les inscriptions médiévales – Estelle INGRAND-VARENNE

Deuxième partie
Copistes et éditeurs à l’oeuvre

Point de fuite : la ponctuation dans les manuscrits de fabliaux et la diversité des pratiques dans un recueil du XIIIe siècle (Paris, BnF fr. 12581) – Francis GINGRAS

La ponctuation dans le manuscrit du Roman de Silence (Nottingham, WLC/LM/6) – Danièle JAMES-RAOUL

Lettrines et ponctuation : le cas de l’Ovide moralisé – Yan GREUB

Di più minute divisioni : divisions (macro)textuelles dans le Livre des cent nouvelles de Laurent de Premierfait – Simone VENTURA

Variation de la ponctuation dans une charte originale en double expédition écrite en français à Liège au XIIIe siècle – Nicolas MAZZIOTTA

Quelques remarques sur la ponctuation des traductions en oïl du droit romain. L’exemple de la Somme Acé d’Azon – Hélene BIU

La ponctuation et ses variations dans le recueil Paris, BnF fr. 1553 – Olivier COLLET

Pratiques de ponctuation dans les éditions du Roman des sept sages en vers. La version K du Roman des sept sages et le style formulaire – Yasmina FOEHR-JANSSENS

Ponctuation du manuscrit ou ponctuation critique ? Plaidoyer pour une édition à deux niveaux – Cinzia PIGNATELLI

Choix de ponctuation et interprétation linguistique : quelques remarques – Thomas VERJANS

Ponctuation médiévale et édition moderne : le cas du chansonnier provençal L – Maria CARERI

Quelques observations sur la ponctuation des éditions critiques des troubadours – Sergio VATTERONI

La ponctuation et la critique textuelle. Quelques exemples italiens – Paolo TROVATO

Troisième partie

Ordre et désordre, rupture et continuité

Quand de la ponctuation dépend le remède : unités ponctuables et ponctèmes dans quelques prescriptions contenues dans les listes de « choses » du Secret des Secrets (ms. BnF fr. 1822, ch. XLVI-LIIII) – Christine SILVI

Ponctuer la géomancie de Guillaume de Moerbeke – Arnaud SIBILLE

Présence et absence de la ponctuation médiévale et moderne dans certains textes anglais de la fin du Moyen Âge : l’embrouillement du sens – Stephen MORRISON

Compilation, citation, distorsions : perplexité sur la ponctuation dans l’oeuvre d’Aymeric de Peyrac, vers 1400 – Paul MIRONNEAU

Point d’interrogation et jeu dans le manuscrit du Jeu d’Adam (BM Tours, 927) : quelques lectures – Véronique DOMINGUEZ

Qui parle ? La ponctuation des dialogues dans quelques textes d’Eustache Deschamps – Laetitia TABARD

Ponctuation et tension dramatique : l’exemple des éditions de la chanson d’Aspremont – Blandine LONGHI

La ponctuation du Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole : remarques sur le style de Jean Renart – Vanessa OBRY

Ponctuer la poésie du non-Sens : le cas des fatrasies – Jean-Marie FRITZ

Long temps ne puis en ce point remanoir. La ponctuation des poèmes de Charles d’Orléans – Christopher LUCKEN

Contre l’édition mécanique des textes médiévaux. Quand la ponctuation devient un argument de la propriété intellectuelle – Max ENGAMMARE

Point de vue moderniste – Isabelle CHOL et Isabelle SERCA

Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen Âge

septentrionÉdité par Nacima Baron, Stéphane Boissellier, François Clément, Flocel Sabaté

Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen Âge

Limites et frontières (volume 1)

Paris : Presse universitaires du Septentrion, 2016 (Histoire et civilisations), 250 p.

ISBN-13 978-2-7574-1372-2

Les limites et les frontières ne sont pas une anecdote érudite ou formelle. Tout d’abord, la vie des êtres humains a été délimitée et précisée par les limites juridictionnelles locales (communautés d’habitants, seigneuries et paroisses) et par les aires d’influence des communautés urbaines. Treize cas, concentrés en France et s’étendant jusqu’au Bas-Rhin et la côte atlantique portugaise en passant par la Catalogne, sont ici analysés par de prestigieux historiens, afin de saisir les axes qui permettent de reconnaître et de délimiter l’espace local depuis la fin de l’Empire romain jusqu’à la fin du Moyen Âge. Il s’agit d’une période de formation pour l’identité européenne, où le profil territorial joua un rôle essentiel qu’il faut connaître afin de saisir de façon appropriée les racines du présent.

Table des matières

I – Limites juridictionnelles locales (communautés d’habitants, seigneuries et paroisses)

Pierre-Éric PobleLes frontières des territoires locaux dans l’espace gaulois de Sidoine Apollinaire à Grégoire de Tours

Anne Lunven – Les actes de délimitation paroissiale dans les diocèses de Rennes, Dol, et Saint-Malo (XIe-XIIIe siècles)  

Nicolas SchroederVilla, ban, court et mairie. Formation et définition des frontières locales dans les seigneuries de l’abbaye de Stavelot-Malmedy (XIe-XVe s.)

Christophe TropeauLes limites paroissiales dans le nord du Portugal à travers une source inquisitoire du XIIIe siècle

Julie Dury – La délimitation des paroisses de l’ancien diocèse de Liège (XIIe-XVe siècles)

Frédérique LagetDélimiter l’espace littoral dans la Bretagne de la fin du XVe siècle, d’après les archives ducales

 

II – Communautés urbaines et « aires d’influence » : une formalisation par des limites

Emmanuel GréloisDe Clermont-Ferrand à Augustonemetum : analyse régressive des territoires urbains

Régis Le Gall-TanguyRéflexion autour des limites des villes médiévales : l’exemple de la basse Bretagne

Jesús Brufal SucarratIdentité et pouvoir urbain : les Banú Hud de Lleida et la formation d’un lignage au pouvoir pendant l’étape taifa à Lleida

Flocel SabatéLimites et villes dans la Catalogne médiévale

David Sassu-Normand – Espace urbain et espace monarchique.
Un problème de juridiction fiscale à Albi au XIVe siècle

Maëlle RamageDésigner et délimiter l’espace : les quartiers à Cavaillon au début du XVe siècle

 

III – Ouvertures et perspectives d’ensemble

Nathalie BoulouxLa fonction des limites dans la géographie descriptive médiévale

 

Peindre c’est prier. Anthropologie de la prière chrétienne

EP 2016Éric Palazzo

Peindre c’est prier. Anthropologie de la prière chrétienne

Paris, Les éditions du Cerf, juillet 2016 (Cerf Patrimoines), 178 p.

ISBN : 978-2-204-11403-5

20€

Écrit par les frères dominicains à la fin du XIIIe siècle afin de valoriser la figure de leur fondateur et permettre de suivre son exemple spirituel à travers sa pratique de la prière privée, les neuf modes de prière de saint Dominique constituent un texte essentiel sur la prière au Moyen Âge. Conservé à la Bibliothèque Vaticane, ce manuscrit contient le texte du traité augmenté de neuf peintures dont l’iconographie est d’une très grande richesse. Particulièrement remarquable à maints égards, ce traité est fondateur pour l’anthropologie de la prière chrétienne.

Cette étude démontre que le texte des neuf modes de prière et ses peintures ont été conçu comme un véritable traité sur la messe et sa théologie sacramentelle. À partir de là, il est question de l’incarnation, par l’image, de l’eucharistie et de trois de ses principales phases rituelles (la préparation corporelle et spirituelle du célébrant, l’action eucharistique et la diffusion de l’effet du sacrement dans le monde). Ce mode particulier de l’incarnation permet aussi la mise en place d’un discours élaboré sur l’équivalence entre peindre et prier. S’inscrivant dans les traces du Créateur, l’Homme-artisan imite Dieu dans son acte de création « artistique » comme dans celui de la prière privée et dans la liturgie de la messe. Le manuscrit apparaît alors comme le « lieu » d’intercession privilégié entre Dieu et l’Homme dans l’acte de peindre et dans celui de prier.

Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’université de Poitiers, Éric Palazzo est membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM, Université de Poitiers) et de l’Institut universitaire de France. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’art et la liturgie au Moyen Âge dont L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge1

  1. Éric PALAZZO, L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge, Paris, Les éditions du Cerf, 2014 []

Les secrets du Graal

les-secrets-du-graal

Les secrets du Graal

Edina Bozoky

Paris : CNRS éditions, 2016, 224 p.

ISBN : 978-2-271-08312-8

 

Le graal – un plat de matière précieuse – apparaît pour la première fois dans le Perceval de Chrétien de Troyes au XIIe siècle. Il est porté en procession avec une lance qui saigne devant le jeune Perceval au château du Roi Pêcheur. Le sens de cette scène et la fonction des objets restent énigmatiques, car le roman n’a pas été achevé.

Dès la fin du XIIe siècle, une littérature abondante se forme autour de ces deux objets merveilleux, mêlant aventures chevaleresques et éléments religieux. Identifiés avec des reliques de la Passion du Christ, le Graal et la lance gardent toutefois certains aspects qui renvoient à un fonds païen. Les chevaliers du roi Arthur qui se lancent à leur quête cherchent à comprendre leurs « secrets », leur « vérité » qui ne peuvent être dévoilés qu’au meilleur d’entre eux.

L’ouvrage propose une introduction aux romans français médiévaux du Graal. Après l’esquisse de l’évolution de cette littérature, une approche globale présente ses principaux éléments : les personnages, les aventures, les objets merveilleux. L’évocation du contexte social et religieux de l’époque ainsi que celle des principales théories d’origine du thème du Graal complètent cette synthèse originale, destinée tout autant aux étudiants qu’au grand public.

Edina BOZOKY est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’études supérieures de Civilisation médiévale. Elle est spécialiste de l’histoire religieuse et s’intéresse en particulier aux légendes et croyances du Moyen Âge.

La fabrique de la traduction. Du topos du livre source à la traduction empêchée

galderisi (2016) La fabrique de la traduction. Du topos du livre source à la traduction empêchée

Claudio Galderisi, Jean-Jacques Vincensini (eds.)

 Turnhout : Brepols, 2016 (Bibliothèque de Transmédie, BITAM, 3), 200 p.


ISBN: 978-2-503-56726-6

Les différentes contributions du présent volume sujets révèlent toutes un rapport problématique à la mémoire, à la « littera » en tant que imago du passé et sème premier de la lettre vernaculaire.

Après un premier volume consacré à la traduction intralinguale de l’ancien français au français moderne, ce deuxième ouvrage d’un projet en trois volets, portant sur des aspects peu étudiés de la translatio studii médiévale, se propose d’aborder dans une même réflexion les questions de la traduction empêchée et de la traduction manipulée. Les chapitres qui le composent étudient selon des approches complémentaires aussi bien des sources manipulées que des sources non traduites. Ils permettent de révéler des différences typologiques et génériques et de distinguer plus clairement ces deux frontières de la traduction médiévale.

Se dégage ainsi de la diversité des approches et des sujets un enseignement majeur : l’activité de sélection, de philtre, de mystification, de dissimulation est à la fois le résultat d’un acte individuel et d’une stratégie plurielle. Celle-ci n’est pas seulement le fruit d’un oubli plus ou moins volontaire, plus ou moins conscient, de pans entiers de la culture, des sciences, des lettres exprimées dans d’autres langues et qui ne franchissent pas le seuil de leur idiome d’origine. Elle est aussi à l’origine d’un certain nombre d’ouvrages revendiquant une filiation littérale qui apparaît aujourd’hui comme fantaisiste ou fictive, comme c’est le cas avec le « topos du livre source ». Comment interpréter cette disposition à la falsification propre à des clercs nourris de morale chrétienne ? Comment expliquer que ces auteurs ne manifestent aucune réserve critique devant les supercheries qu’ils accumulent avec une évidente délectation ou une peur inquiète du vide ? Comment analyser le recours évident au stéréotype propre à l’art littéraire de leur temps : la « nostalgie du passé » ?

Au terme de ce parcours critique, on constate que la traduction empêchée et la traduction manipulée font apparaître plus clairement les confins et les différences structurelles entre une translatio studii identitaire et une traduction en français savante.

Claudio Galderisi est professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge. XIe-XVe s. (Brepols, 2011).

Jean-Jacques Vincensini est professeur de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment le Roman de Mélusine de Jean d’Arras et de Coudrette. Il prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart.

Table of Contents

Le livre absent et son simulacre. Essai de définition
Claudio Galderisi, Le miroir de la source et les seuils de la traduction médiévale
Jean-Jacques Vincensini, Les traductions du Moyen Âge flamboyant face à l’invention des sources. Nostalgie littéraire, horror vacui et pensée magique

Supercheries et sources empêchées ou cachées. 1. Les sources cachées
Anna Maria Babbi, La source cachée du Roman d’Eneas
Julie Métois, Sources revendiquées et modèles souterrains de deux traductions françaises médiévales du De excidio Troiae historia

Supercheries et sources empêchées ou cachées. 2. Manipulations et falsifications
Olivier Delsaux, Traductions empêchées et traductions manipulées chez Laurent de Premierfait, premier traducteur humaniste français
Jean-Marie Fritz, Falsification suprême ? Lettres ou livres écrits par le Christ (légende d’Abgar, petit livret du Graal, lettre tombée du ciel …)

La source entre mirage et recherche
Vladimir Agrigoroaei, La traduction perdue de la Bible faite pour l’usage de Valdès : supercherie savante involontaire?
Daniel E. O’Sullivan, Supercheries lyriques dans les traductions françaises du Ludus super Anticlaudianum d’Adam de la Bassée
Françoise Laurent, Le manuscrit volé de la Vie de saint Thomas Becket par Guernes de Pont-Sainte-Maxence