Tous les articles par Estelle Ingrand-Varenne

Les jeunes Docteurs à l’honneur ! Promotion Robert Badinter, 2013

Robert Badinter, parrain de la promotion, entouré d'Yves Jean, Président de l'Université de Poitiers, et de Francis Cottet, directeur de l'Ensma
Robert Badinter, parrain de la promotion, entouré d’Yves Jean, Président de l’Université de Poitiers, et de Francis Cottet, directeur de l’Ensma 

Pour la cinquième année consécutive, l’Université de Poitiers honore les étudiants ayant soutenu leur thèse par une cérémonie de remise de diplôme de doctorat. Cette année, le parrain de promotion était Robert Badinter.

Estelle Ingrand-Varenne, Margaret Dobby et Pierre Courroux

En 2013, plus de 160 thèses ont été soutenues à l’Université de Poitiers et à l’Ensma. 92 jeunes docteurs étaient présents ce vendredi 13 décembre dans l’amphi 800 de la faculté de Droit, dont 4 du CESCM : Patrick Bouvart, Pierre Courroux, Margaret Dobby et Estelle Ingrand-Varenne.

Robert Badinter a ouvert la cérémonie par une conférence sur « la justice demain », évoquant les trois défis auxquels celle-ci serait confrontée : internationalisation, constitutionnalisation et numérisation. Un parrainage marqué par l’engagement dont Pierre s’avoue particulièrement fier, tandis que Margaret retient volontiers les nombreuses touches d’humour qui ont émaillé son discours ainsi que son remarquable esprit visionnaire.

Revêtus de la robe noire et d’une étole de la couleur de leur discipline (« jonquille » pour les Humanités), ainsi que du chapeau de circonstance, les docteurs sont solennellement rentrés dans l’amphi. Chacun s’est vu remettre personnellement de la part de Robert Badinter et du directeur de son école doctorale la médaille de la promotion et le diplôme de doctorat.

La médaille de la promotion 2013
La médaille de la promotion 2013 

Souvenir mémorable pour chacun, venant couronner 3, 4 ou 5 années d’un travail de recherche souvent solitaire et intensif, mais surtout passionnant et créatif.

Une américaine à Poitiers : interview

Sarah-Grace Heller, associate professeur de lettres françaises et d’études médiévales à l’université Ohio State à Columbus (Ohio), est très heureuse de pouvoir passer une période sabbatique à Poitiers parmi les chercheurs du CESCM pendant l’année scolaire de 2013-2014.

Nous lui avons posé quelques questions.

Sarah-Grace, vous êtes enseignante-chercheuse à Colombus, quelles sont vos activités scientifiques parallèles ?

A l’Université Ohio State, je donne des cours d’ancien français et d’occitan, ainsi que des cours de littérature française médiévale et moderne dans le département de français et d’italien.

SGHJ’ai été directrice associée au CMRS (Center for Medieval and Renaissance Studies), et pour le centre je donne des cours interdisciplinaires en anglais tel « Gothic Paris » qui proposent une initiation aux études médiévales à travers l’optique de la ville universitaire aux XIIe-XIIIe siècles.

Je m’intéresse aux études occitanes, et suis actuellement Présidente de la Société Guilhem IX qui publie la revue Tenso.

J’ai publié des articles sur les lois somptuaires, la littérature des croisades, et le Roman de la Rose, parmi d’autres sujets.

Parlez-nous de vos projets de recherches :

Mon but est de mener à terme deux projets sur l’histoire de la mode et la consommation au Moyen Age. Dans ma monographie An Illustrated History of Medieval Fashion 500-1350, pour Boydell & Brewer, je tente de faire une synthèse des évidences littéraires, documentaires, visuelles, et archéologiques de la présence (ou absence) de la mode en tant que système culturel de la production et consommation des nouveautés.

Partant de mon premier livre, Fashion in Medieval France1, où j’ai examiné diverses théories de la mode venant des domaines de la sociologie, l’économie, la psychologie, l’histoire du costume, et le journalisme de la mode, je cherche à analyser la question de l »existence’ de la mode pour les époques antérieures au Moyen Age tardif. Quelles conditions permettaient la possibilité de choix de consommation personnels ? Avec quelle régularité changeait-t-on de styles, soit vestimentaires, soit d’autres formes de manifestations du goût personnel ?

Votre CV montre que vous menez de front de nombreuses autres activités éditoriales …

Je travaille cette année également comme éditrice de A Cultural History of Fashion, vol. 2: The Medieval Age (800–1450), publié par Berg Publishers, dont les contributeurs sont Gale Owen-Crocker et Elisabeth Coatsworth pour les textiles, Eva Andersson Strand pour le côté production, Guillemette Bolens pour les notions du corps, Andrea Denny-Brown pour les croyances, E. Jane Burns sur les questions de sexualité, Laurel Ann Wilson sur l’hiérarchie sociale, Michèle Hayeur Smith à propos de l’ethnicité, Desirée Koslin pour les représentations visuelles, et Monica Wright pour les représentations littéraires.

D’où vous vient cet engouement pour la mode ?

Avant d’entreprendre des études supérieures, j’ai fait plusieurs années d’apprentissage comme costumière à l’Opéra du Minnesota (d’où je suis originaire), puis j’ai travaillé dans plusieurs compagnies théâtrales régionales. Ma façon de lire les œuvres littéraires a été donc marquée par le souci de réaliser les thèmes à travers les créations visuelles, et elle amène une certaine expérience textile aux textes.

Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

Cette année, j’espère pouvoir parcourir les publications historiques et archéologiques, difficiles à obtenir dans les bibliothèques d’Amérique du Nord, trouver des illustrations pour ces deux livres, et profiter des conversations avec les collègues européens.

Lien vers le CV et la bibliographie : Sarah-Grace HELLER

 

  1. Fashion in Medieval France, Boydell & Brewer, 2007 (Gallica, 3), 216 pp. []

Pierre, feuille, ciseau …

Ateliers taille de pierre, dessin et estampage.

Un des multiples intérêts du programme ESSEP (European Summer School in Epigraphy) est d’ajouter aux conférences, exercices et visites sur le terrain (Aulnay, Saintes, Bordeaux) ou dans les musées (Musée Sainte-Croix à Poitiers, Musée d’Aquitaine à Bordeaux) une formation technique.

La première et la plus commune est la photographie. Isabelle Fortuné a ainsi initié les étudiants à l’art de la prise de vue les années précédentes.

Le deuxième atelier était plus spécifique à l’épigraphie : deux enseignants (Delphine Ackermann et Antonio Pistellato) ont montré les différentes techniques de relevé.

Cliché Marina Paniagua

Complémentaire du cliché et du dessin, l’estampage papier permet d’obtenir une empreinte exacte de l’inscription gravée en creux, facile à transporter et à archiver.

Une fois la feuille appliquée sur une pierre nettoyée, il faut humecter le papier et frapper des petits coups sur la pierre à l’aide d’une brosse, en commençant par le haut du texte. Cette opération répétée permet au papier de bien adhérer et de rentrer dans chaque ciselure.

Une fois sèche, on enlève délicatement la feuille de papier.

1186710_10151576042510009_1571238167_n
Cliché Marina Paniagua

Dans la trousse du parfait épigraphiste, il y a donc : outre la petite lampe torche pour examiner les pierres à la lumière rasante et accentuer l’ombre des reliefs, un appareil photo, une brosse, une éponge, du papier non collé pour l’estampage, et le matériel à dessin pour le relevé in situ (feutre fin indélébile, scotch adhérent à tout matériau, papier transparent type papier-fleuriste, ciseaux).

Le troisième atelier – le plus original – fut l’initiation à la taille de pierre, sous la direction de Thierry Grégor, enseignant en maçonnerie à l’EREA de Saintes, diplômé d’un brevet de maîtrise de taille de pierre et maçon.

_SCU1839
Cliché J-P Brouard/CESCM

Une présentation rapide est faite des divers outils de la taille de pierre (pointe, ciseau, ciseau à grain d’orge, ciseau à bout rond, chasse, gradine, massette, taillant, têtu, pique, chemin de fer, râpe, scie etc.).

Ceux-ci n’ayant connu que peu d’évolution en vingt siècles, il est aisé de resituer les techniques dans leur contexte historique, mais bien difficile de dater grâce à ces mêmes outils. Bien armé, chaque stagiaire s’essaie à la taille sur des blocs de calcaire ou de marbre, les types de pierre les plus généralement utilisés avec le grès.

Avant de travailler son support, le tailleur prépare son bloc, détermine le champ épigraphique par un cadre et des réglures (traits horizontaux et verticaux formant un quadrillage serré pour dessiner parfaitement les lettres). Un autre choix à faire concerne la profondeur, qui va du simple graffiti à une taille dans la pierre parfois profonde, certaines inscriptions pouvant même être à l’inverse en relief.

Certaines techniques de taille permettent de renforcer la lisibilité de l’inscription, comme l’ancrage (en insérant du métal dans les creux) ou la mise en couleur, qui accentue la lisibilité (la coloration d’une ligne sur deux, par exemple, donne une impression de polychromie).

1185321_10151568841285009_721801889_n
Cliché Marina Paniagua

Le lapicide commet aussi des erreurs et l’on rencontre quelques cas rares de corrections ou d’effacements.

Dans la peau d’un tailleur de pierre dans l’Antiquité ou au Moyen Âge pendant une après-midi, étudiants et enseignants ont pris conscience de manière très concrète des difficultés et contraintes techniques, et des précieux indices que peut fournir une bonne observation du support, des traces d’outils, des marques d’usure etc.

Une expérience riche et souvent inédite pour ces stagiaires, montrant combien l’épigraphie est au carrefour de multiples disciplines (histoire, histoire de l’art, archéologie, paléographie, linguistique etc.), et demande une formation des plus complètes : c’est tout le but du programme ESSEP.

 

[18 août-1er septembre] ESSEP 2013

La session d’ESSEP 2013 a lieu du 18 août au 1er septembre.

82_00017533European Summer School in Epigraphy – Poitiers (ESSEP) est un programme intensif Erasmus qui a pour objectif de former des étudiants à l’épigraphie antique et médiévale, dans une perspective diachronique et transculturelle. Cette discipline, qui étudie les inscriptions ou textes exposés à la vue de tous sur les supports les plus divers, monuments ou objets mobiliers, n’est en général jamais enseignée de manière croisée par les spécialistes de différentes époques et aires culturelles.

Ce programme, coordonné par l’université de Poitiers et regroupant des étudiants et enseignants issus de dix autres universités européennes, cherche à briser cet isolement disciplinaire.

Il s’adresse aux étudiants européens de master ou de doctorat en histoire, archéologie, histoire de l’art, lettres, ou sciences humaines en général, afin de leur permettre à la fois de maîtriser les techniques propres à l’épigraphie et de comprendre les enjeux historiques, artistiques, culturels et patrimoniaux que recouvrent les inscriptions dans les différentes sociétés.Base_votive_victoire_aux_Panathenees_IVe_s-_a-C-_Athenes_Musee_archeol-_cat-_242_

Reconnue par toutes les universités partenaires, cette formation met l’accent sur l’enrichissement mutuel des étudiants issus de huit pays européens, qui sont appelés à travailler en équipe.

Rome-pantheon-zoom

Soutenance de thèse de Maria Godlevskaya, CESCM (21 juin 2013)

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 21 juin 2013, 13h30.

Soutenance de la thèse Les vitraux du XIIIe siècle de la cathédrale du Mans. Aspects iconographiques et stylistiques, présentée par Maria Godlevskaya pour l’obtention du doctorat en histoire de l’art médiéval, sous la direction de Claude Andrault-Schmitt (Poitiers) et d’Alexei Rastorguev (Moscou).

Composition du jury : Claude Andrault-Schmitt, Marcello Angheben, Bruno Boerner (président du jury), Elena Efimova, Claudine Lautier, Alexei Rastorguev.

Les vitraux du XIIIe siècle de la cathédrale Saint-Julien du Mans forment l’un des plus importants ensembles authentiques de l’époque gothique qui soient presque entièrement conservés de nos jours, mais aucune monographie ne leur avait été consacrée. C’est désormais chose faite avec les deux riches volumes (étude et annexes – bibliographie, pièces d’archives, illustrations) qui composent ce travail de recherche, débuté en 2006 et pour lequel Maria Godlevskaya avait bénéficié d’une bourse de thèse en cotutelle (Poitiers-Moscou) du Gouvernement français.s200_maria.godlevskaya

Au fil d’une démarche menée en trois grandes étapes, c’est l’identité propre des vitraux du XIIIe siècle situés dans les chapelles rayonnantes, le déambulatoire supérieur et les fenêtres hautes du chevet de la cathédrale, qui se dévoile, et leur « portrait » que brosse l’auteur.
La présentation du cadre architectural et du contexte socio-économique et politique de création met en évidence le rôle qu’ont pu jouer l’évêque et le chapitre, commanditaires directs des œuvres, dans le chantier de la cathédrale, ainsi que la translation des reliques de saint Julien en 1254 (date-clé des sources) dans la réalisation de l’ensemble vitrée.
L’histoire des restaurations, qui plonge au cœur des archives du XIXe au XXe siècle, et plus particulièrement la critique d’authenticité des vitraux constituent la pièce majeure de cette recherche, saluée à l’unanimité (l’auteur avait fournit sur clé USB la critique d’authenticité de toutes les verrières étudiées et le corpus complet des photos).
Les aspects iconographiques, puis stylistiques de la vitrerie sont ensuite exposés plus succinctement, précédés par une réflexion sur les datations (entre 1230 à 1270 environ). Au « désordre iconographique » souvent relevé, l’auteur pointe au contraire plusieurs principes selon lesquels l’unité du vitrage du chevet a pu être construite (thème marial et épiscopal, lien tissé autour de l’image du saint et de ses reliques). Précédent la conclusion, le chapitre intitulé les « choix d’exécution », dont celui des couleurs et des cartons, prolonge l’analyse stylistique.
De nombreuses comparaisons entre les ateliers des vitraux Manceaux avec ceux du diocèse, de Chartres, Bourges, Tours ou la Sainte-Chapelle de Paris, ainsi qu’avec d’autres arts (enluminures, sculptures, peintures murales de la même période) permettent de montrer leur place dans le corpus des vitraux français de l’époque, et plus largement les particularités et les points communs dans une chronologie plus vaste.
Comme le souligne l’auteur dans sa conclusion, les vitraux du chevet de la cathédrale du Mans sont une vraie mine qui recèle encore des trésors à découvrir. Le travail de Maria Godlevskaya pose à la fois des fondements solides et ouvre de nombreuses pistes prometteuses à explorer.