Tous les articles par Estelle Ingrand-Varenne

Soutenance de thèse de Guilhem de Corbier, CESCM (15 décembre 2015)

Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité.

Mardi 15 décembre 2015, Guilhem de Corbier soutient sa thèse de doctorat intitulée Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité, devant un jury composé de Denise Turrel (Université de Poitiers, directrice), Benoist Pierre (Université François-Rabelais de Tours, président), Philip Benedict (Université de Genève), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), François Brizay (Université de Poitiers) et Geneviève Guilleminot (Bibliothèque nationale de France).

0003
Couverture du 1er volume de L’Histoire de France (cliché : Médiathèque François-Mitterrand. Poitiers. Olivier Neuillé)

C’est autour de l’écrivain et historien français protestant, Lancelot Voisin, seigneur de La Popelinière (1540/45-1608) et de ses deux succès éditoriaux, consacrés aux guerres de Religion, c’est-à-dire à l’histoire de son temps, La Vraye et Entière Histoire et L’Histoire de France (publiées entre 1571 et 1581), que Guilhem de Corbier a construit son travail de recherche[1]. Alors qu’au XVIe siècle la hiérarchie des savoirs se recompose et que l’histoire est considérée comme un art, ars historica, avant de devenir une science, La Popelinière est guidé par l’idée que cette discipline est à l’origine de toutes les autres sciences et propose une écriture « neutre », véritable innovation, surtout lorsqu’il aborde l’actualité brûlante des conflits religieux.

Résultat d’un minutieux travail d’enquête, traquant la vérité, remontant de manière généalogique aux origines, suivant de manière critique chaque pièce du dossier aux archives régionales, nationales, à l’étranger (ce qui a permis à GC de retrouver une lettre manuscrite inédite de l’auteur à Londres, souligne Denise Turrel), cette thèse est une contribution décisive pour faire connaître « un auteur plus loué que lu » (Philip Benedict), d’autant plus méritoire qu’elle a été menée en même temps qu’un travail salarié.

GC présente sa recherche sous forme de diptyque, qui aurait mérité de se décliner en trois, quatre voire cinq parties, selon le jury. La reconstruction de la vie de La Popelinière, tout d’abord, jusqu’à la publication de ses premières œuvres montre la formation d’un auteur et d’un acteur des guerres de religion, et ses stratégies de publication. Puis, la manière de construire l’opus magnum (apports, emprunts et postérité) est présentée. La Popelinière jouit en effet d’une grande réputation pour l’écriture de l’histoire en France au XVIe s ; son but est de construire une histoire générale, impartiale, attentive aux causes et aux résultats des actions.

Itinéraire et formation lettrée et sociale. Converti à la Réforme calviniste à l’âge de seize ans, La Popelinière est un ancien soldat et diplomate, et non un théologien, ayant ainsi œuvré au nom du parti protestant pendant quinze ans, tout en racontant l’histoire des troubles de son temps dus à la scission confessionnelle entre catholiques et huguenots. Le mérite de GC est de saisir les différents réseaux auxquels appartient l’historien : réseau familial et parentellaire d’origine poitevine[2], réseau des réformés, particulièrement des imprimeurs protestants, éditeurs, libraires jusqu’aux colporteurs, qui ont joué un rôle dans le succès de ses ouvrages (La Vraye et Entière Histoire, connaît trois éditions revues et augmentées de 1571 à 1579). Retracer ce milieu des imprimeurs et le choix de La Popelinière de confier ses manuscrits à des officines de Caen puis de La Rochelle au détriment d’autres est d’autant plus important que toutes ses éditions sont anonymes et sans privilège, leur publication n’étant pas autorisée par la monarchie ; leur adresse typographique est fausse afin de protéger auteur, imprimeur et éditeur contre les sanctions qui émanent du pouvoir.

Stratégies d’écriture de l’histoire. La méthode historique de La Popelinière peut se résumer en trois points : l’insertion de documents, nouveauté par rapport aux historiens et chroniqueurs du Moyen Âge ; l’emprunt à ses prédécesseurs, ce qui pose la question du rapport aux sources, à leur citation et déformation ; la volonté inébranlable de neutralité, jusqu’à adoucir le récit qu’il emprunte. Certaines de ces méthodes sont communes avec ses contemporains, tel Théodore de Bèze, à la différence près que La Popelinière n’écrit pas pour la gloire de Dieu, même si des connotations réformées sont sous-jacentes, mais pour la neutralité. Benoist Pierre fait remarquer que ce terme est sans doute anachronique pour le XVIe et qu’une sémantique propre à cette époque aurait été préférable, à travers des mots comme concorde, paix, édit de tolérance, de pacification, en lien avec la vérité/Vérité, donc la théologie et la spiritualité. La Popelinière est finalement victime de ce choix puisque ses œuvres subissent la concurrence éditoriale. Elles sont immédiatement reprises, légèrement modifiées par les protestants à Genève et plagiées par des écrivains catholiques à Paris. Ces derniers auteurs changent le sens souhaité par La Popelinière dans ses écrits.

Le dernier chapitre – particulièrement apprécié par Hugues Daussy – « La condamnation de l’Histoire de France et la postérité de l’œuvre » montre l’historien, déjà attaqué par les catholiques à partir de 1573, désormais condamné par le camp protestant auquel il appartient : ses coreligionnaires lui infligent un procès ainsi qu’à son imprimeur, car il aurait parlé de certains protestants en des termes diffamants. Il est condamné à se tenir à l’écart de la Cène jusqu’à ce qu’il s’engage à corriger ses fautes. Il promet vainement de le faire en février 1585, ce qui lui permet d’être réintégré à la Cène. Il reste exilé à Paris et cesse dès lors de livrer au public les événements de son temps en France et ailleurs en Europe. La suite de l’histoire, Lancelot Voisin de La Popelinière l’écrira autrement. Considérés comme des sources fondamentales pour l’étude de guerres de religion, ses écrits historiques influenceront pourtant les historiens postérieurs, tant catholiques que protestants, au cours des siècles suivants.

Témoignant d’une très bonne maîtrise des sources et de la bibliographie – celle-ci est riche de plus de 800 titres et comporte des thèses et des mémoires inédits – et de réelles qualités de chercheur croisant les données, GC se voit décerner par le jury le titre de docteur avec mention très honorable grâce à ce travail sur La Popelinière, historien des guerres de Religion.

 

[1] Le premier tome a fait l’objet d’une édition critique, d’après l’exemplaire de la Médiathèque de Poitiers (Genève : Droz, 2011), à laquelle ont collaboré Denis Turrel, Véronique Larcade, Pascal Rambeaud, Thierry Rentet, Guilhem de Corbier, Jean Hiernard. Ce travail a constitué l’un des axes de la Fédération FESMAR en projet entre le CESCM et le Centre d’études supérieures de la Renaissance – CESR de Tours, et il a bénéficié d’un partenariat avec la Médiathèque de Poitiers. Un deuxième est prêt à paraître, dirigé par D. Turrel et préparé par Jean-Claude Laborie, Benoist Pierre et Pierre-Jean Souriac

[2] Il est né en Bas-Poitou (actuel département de la Vendée) et vit principalement à La Rochelle, capitale huguenote du royaume de France au cours de cette période.

La croisée des signes : Habilitation à diriger des recherches de Vincent Debiais, CESCM-CNRS (4 décembre 2015)

Vendredi 4 décembre, 14h (CESCM, salle Crozet), Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS (CESCM), présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches.

Composition du jury  : Daniel Russo (président de jury, Université Dijon-Bourgogne), Éric Palazzo (garant, Université de Poitiers), Herbert Kessler (Université Johns Hopkins), Cécile Treffort (Université de Poitiers), Geneviève Bührer-Thierry (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), Gaëlle Viard (Université Aix-Marseille 1).

Tapisserie de la création de Gérone (cathédrale), fin XIe début XIIe s.
Tapisserie de la création de Gérone (cathédrale), fin XIe début XIIe s.

Partant du constat de l’omniprésence de l’écriture dans l’image médiévale, deux questions, simples dans leur formulation mais complexes et audacieuses dans leurs implications, sont au centre de l’essai de Vincent Debiais. Qu’est-ce que l’écriture dans l’image ? – ce qui revient à poser la question des implications intellectuelles et sémiologiques de la coprésence de signes iconiques et alphabétiques au sein d’une même construction visuelle ou plastique. Quels sont les effets de cette coprésence sur la forme et le sens de l’objet ainsi généré ? – ce qui revient à étudier ce que produit l’écriture pour l’image. C’est à cette double interrogation que le mémoire inédit intitulé La croisée des signes. L’écriture dans les images monumentales médiévales (88-1200) tente de répondre, en se focalisant sur les inscriptions, dans une acception large (la croix de Mayence, la tapisserie de Gérone, l’autel portatif de Roda, la patène et du calice de Saint-Godehard d’Hildesheim, les peintures murales de l’abside de Sainte-Eulalie d’Estaon…).

L’étude des rapports entre le texte et l’image a été un thème privilégié de recherche, en histoire, en histoire de l’art et en littérature au cours des années 1980-2000. Herbert Kessler rappelait qu’en 1986 il prononçait une conférence sur le thème « visibility of words in monumental art », mais les réponses apportées alors étaient bien naïves – selon ses propos – alors que le travail de VD apporte une contribution décisive sur la rencontre entre le matériau et le signe, l’institution de l’œuvre par le façonnement de l’écriture et de l’image.

L’essai de VD s’articule en quatre temps, voire quatre rythmes avec pour ligne directrice l’ontologie selon Daniel Russo. La toile de fond biblique et patristique tout d’abord présentée montre que de la Genèse à l’Apocalypse de Jean, la dimension graphique de la révélation est omniprésente, dans les manifestations de la divinité, dans les modalités de son action sur les hommes, dans la définition de son être, dans les procédés narratifs fondant la Tradition. Un Dieu-Logos (Genèse, Prologue de Jean) et un Dieu-Littera (révélation au Sinaï et vision de l’Apocalypse) : cette dualité structure la toile de fond idéel au sujet de la représentation au Moyen Âge et des capacités respectives de l’écriture et de l’image à devenir signe de la Vérité.

Saint-Savin, Noé sortant de l'arche (cliché CESCM)
Saint-Savin, Noé sortant de l’arche (cliché CESCM)

Ces conceptions commandent l’emploi de dispositifs particuliers, de solutions graphiques signifiantes qui sont autant d’empreintes laissées par le processus créatif au sein de l’œuvre, montrant un discours réflexif sur la matière et ses capacités à figurer. VD détaille ainsi les différentes modalités de la représentation (montrer et enseigner ; dévoiler et révéler ; évoquer) centrées sur le thème du « faire » et de la matérialité.

Le passage de l’idée à l’objet est au cœur du troisième temps de l’essai, consacré aux modalités techniques de la cohabitation écriture/image. Livres, phylactères, banderoles sont autant de dispositifs se prêtant à l’incorporation de l’alphabétique dans l’iconique, considérés comme agent actif de la mixtion en jeu dans la création du visuel. VD propose ainsi d’éclater la notion de support et de coprésence au profit d’une autre plus opérante et saluée par l’ensemble du jury : la mixtion (les éléments gardant leur nature dans le produit qui en résulte). Les deux catégories de signes se croisent grâce au dispositif et c’est de cette « croisée » qu’émerge le sens du paradigme.

La pragmatique, objet de la quatrième partie, permet d’aborder l’effet de cette croisée, car l’écrit produit quelque chose dans l’image, plus exactement sur la nature même de la figure, ce qui permet à VD d’introduire la notion d’ontologie. L’inscription active l’image, transforme la figure en figuration : son action est donc de nature sacramentelle. L’écriture a désormais la capacité d’inscrire l’image dans un contexte déterminé et de définir ses relations avec son environnement sémiotique, liturgique, sonore ou architectural. Elle entraîne l’image dans une action à grande échelle et la met en résonnance avec d’autres images placées sur d’autres lieux ou d’autres supports. Elle met à l’épreuve la dimension réticulaire du décor et convoque pour son enrichissement de nouvelles images, réelles, fictives ou imaginées. Entre inventio du sens et dépassement de la forme, la croisée écriture/image met le visuel dans un ordre augmenté et permet au paradigme qui la met en scène de venir son propre trope.

Après un tel cheminement, partant d’une théologie chrétienne de la création et de la transcendance et menant à une ontologie démultipliée des signes, faisant résonner ensemble de nombreuses disciplines (épigraphie, paléographie, iconographie, histoire de liturgie, histoire de la théologie…), les interrogations sur signes et sens ne sont pas pour autant closes. VD a déjà un autre projet de recherche sur le métier autour de la thématique du silence dans les images médiévales.

À l’issue des quatre heures de discussion, denses et riches, mettant en valeur les apports essentiels de ce travail, ainsi que quelques limites (les implicites du corpus, la contextualisation des exemples, la traduction de termes latins), suivie d’une brève délibération, le jury déclare Vincent Debiais habilité. Il salue ainsi « la hauteur intellectuelle, la séduction de l’écriture et la grande érudition » du candidat (Geneviève Bührer-Thierry), « son parcours rapide, intense et brillant » à dimension internationale (Cécile Treffort), « son esprit libre et créatif » (Éric Palazzo).

 

Welcome to Bonnie Effros !

Bonnie Effros, professeur d’histoire à l’Université de Floride, est très heureuse de pouvoir passer une période sabbatique à Poitiers parmi les chercheurs du CESCM pendant l’année scolaire de 2015-2016.

Nous lui avons posé quelques questions.

10954-514

Bonnie, sur quoi portent vos activités d’enseignement et de recherche ?

À l’Université de Floride depuis 2009, je suis la première directrice du Centre des sciences humaines et je suis professeur d’histoire. Je donne des cours d’histoire et archéologie du haut Moyen Âge, d’histoire de médiévalisme, et d’histoire d’archéologie et muséologie en Europe moderne dans le département d’histoire.

Jusqu’en 2005, le sujet de mes recherches était surtout la mort à l’époque mérovingienne du point de vue de l’histoire et de l’archéologie. J’ai publié ces travaux dans plusieurs articles ainsi que deux ouvrages : Caring for Body and Soul: Burial and the Afterlife in the Merovingian World (Pennsylvania University Press, 2002)1 and Merovingian Mortuary Archaeology and the Making of the Early Middle Ages (University of California Press, 2003)2. En même temps, mon intérêt pour le sujet des différences sexuelles (en anglais, “gender studies”) me conduisait à une étude sur les rituels concernant la nourriture – manger et boire au haut Moyen Âge – que j’ai publié, comme Creating Community with Food and Drink in Merovingian Gaul (Palgrave Macmillan, 2002)3.

Après une expérience très impressionnante au département médiéval au Musée Metropolitan de New York en 2001-2002 (où, grâce à une bourse, j’ai travaillé avec la collection mérovingienne de J. Pierpoint Morgan), j’ai changé la direction de mes recherches et j’ai commencé une étude sur l’histoire de l’archéologie mérovingienne au XIXe siècle. Écrit sur la base des sources originales triées dans plusieurs musées et archives départementales en France et Allemagne, mon livre a été publié en 2012 : Uncovering the Germanic Past: Merovingian Archaeology in France, 1830-1914 (Oxford University Press, 2012)4. Ce projet m’a donné plusieurs occasions de venir à Poitiers dans les dernières années. Je m’occupais surtout du travail archéologique très important du Père Camille de la Croix à l’Hypogée des Dunes et au baptistère Saint-Jean à la fin de XIXe siècle et aussi avec les contributions novatrices de la Société des Antiquaires de l’Ouest.

Parlez-nous de vos plus récents projets de recherches :

Cette année, j’espère finir une monographie avec le titre Incidental Archaeologists: French Officers and the Rediscovery of Roman North Africa, 1830-1870 (Cornell University Press), car je fais des recherches depuis 2010 sur l’histoire d’archéologie coloniale en Algérie au XIXe siècle. Avec le soutien d’une bourse du National Endowment for the Humanities (2013) et un titre de membre à l’Institute for Advanced Study à Princeton (2013-2014), et maintenant une année sabbatique de l’Université de Floride, l’étude est surtout une exploration du rôle des officiers français dans la documentation, la conservation, et les fouilles archéologiques des sites romaines en Afrique du Nord. Néanmoins, comme mon dernier livre, il pose aussi des questions sur la professionnalisation archéologique et les contributions d’archéologie à l’identité française.

J’espère aussi, pendant que je suis à Poitiers, reprendre mes recherches sur le mediévalisme en France au XIXe siècle, et spécifiquement la participation du clergé dans l’étude archéologique de la chrétienté en Antiquité tardive. Dans ce but, j’ai l’intention de passer du temps aux archives riches du Père de la Croix pour mieux comprendre l’archéologie chrétienne à Poitiers (et en France) au milieu du XIXe siècle.

Votre CV montre que vous menez de front de nombreuses autres activités éditoriales …

Pendant mon séjour à Poitiers, j’ai un projet plutôt médiéval que moderne : j’ai l’honneur d’être co-éditeur avec Isabel Moreira (Université d’Utah) d’une collection importante qui s’appelle The Oxford Handbook of the Merovingian World. Avec 46 collaborateurs  – qui expertisent dans l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art, et aussi l’anthropologie – venant de plus que dix pays sur trois continents, ce tome va prendre quelques années pour aboutir. Mon but cette année est de commencer à éditer (et parfois traduire) au moins une portion de contributions qui seront théoriquement prêtes en janvier 2016. J’ai aussi des responsabilités comme co-éditeur d’un tome comparatif et globale sur l’archéologie coloniale et impériale aux XIXe et XXe siècles, qui est maintenant sous considération de l’Institut archéologique Cotsen à l’Université de Californie, Los Angeles (UCLA).

Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

A côté de ces projets, j’espère prendre contact et profiter de conversations et de communications de recherches avec des collègues au CESCM et à l’Université de Poitiers. Il est vraiment intéressant d’avoir l’occasion de voir les similarités et différences entre les systèmes académiques américains et français. Tant que je serai ici, j’espère aussi améliorer ma maîtrise orale et écrite de la langue française (et merci en avance pour votre patience) !

  1. EFFROS Bonnie, Caring for Body and Soul: Burial and the Afterlife in the Merovingian World, Pennsylvania University Press, 2002, 280 p. []
  2. EFFROS, Bonnie, Merovingian Mortuary Archaeology and the Making of the Early Middle Ages, University of California Press, 2003, 296 p. []
  3. EFFROS Bonnie, Creating Community with Food and Drink in Merovingian Gaul, Palgrave Macmillan, 2002, 174 p. []
  4. EFFROS Bonnie, Uncovering the Germanic Past: Merovingian Archaeology in France, 1830-1914, Oxford University Press, 2012, 464 p. []

[1er-2 oct. 2015] Épigraphie antique et médiévale en Europe : pratiques et méthodes de jeunes chercheurs

Lors de la seconde quinzaine d’août 2011, 2012 et 2013, des épigraphistes poitevins réunis par Bertrand Goffaux ont organisé trois sessions d’une école d’été. Financée par l’agence Erasmus, cette European Summer School in Epigraphy – Poitiers (ESSEP) a suscité la rencontre de plus d’une centaine d’étudiants et d’une vingtaine d’enseignants-chercheurs, issus de neuf pays et de douze universités différentes.

ESSEP

Telle est l’expérience intellectuelle et humaine que les épigraphistes du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) et de l’équipe Hellénisation et romanisation dans les mondes antiques (HeRMA) entendent prolonger, par le biais d’un colloque de jeunes chercheurs. Cette manifestation réunira des doctorants ou jeunes docteurs ayant participé à ESSEP, sans pour autant s’en tenir à une simple présentation de recherches en cours. Son intérêt devra résider dans une réflexion méthodologique et véritablement collective sur l’apport de la documentation épigraphique à l’histoire, à l’archéologie, à la philologie et à la linguistique antiques ou médiévales, sous toutes leurs formes.

Jeudi 1er octobre

9h – Nicolas Tran (Poitiers) Présentation et introduction

Session 1. Entre texte et matière, variété des approches épigraphiques        

Modérateurs : Adam Łajtar (Varsovie), Irene Berti (Heidelberg), Alexandre Vincent (Poitiers).

9h15 – Eleanna Karvagiotou (Athènes), Ancient Greek and Byzantine Epigraphy: A comparative study.

10h15. Anna Kordas (Varsovie/Lyon), La complémentarité des sources épigraphiques, archéologiques et littéraires de l’histoire économique du monde grec : l’exemple des instruments de vente.

11h15. Pause.

11h30. Eva Caramello (Poitiers), Annick Gagné (Poitiers/Québec), Savoir décrire pour analyser : des outils pour l’étude de l’esthétique des inscriptions à partir de l’exemple d’Avignon au Moyen Âge.

12h30. Discussions.

13h. Déjeuner.

Session 2. Éditer et interpréter les inscriptions

Modérateurs : Araceli Striano (Madrid), Franco Luciani (Venise), Delphine Ackermann (Poitiers).

14h. Aliki Theochari (Athènes), Antonios Kaponis (Athènes), Reading, Reconstructing and Interpretating Inscriptions: The Case of Several Unpublished Inscriptions from Cyclades.

15h. Felix Schulte (Heidelberg), Les décrets municipaux de l’Italie romaine.

16h. Pause

16h15. Laura Aho (Helsinki/Rome), Tracing ”the Why” in Sacred Dedications – Methods and Problems.

17h15. Pawel Nowakowski (Oxford/Varsovie), The Epigraphic Evidence for the Cult of Saints in Late Antique Asia Minor: Remarks on Creating a Catalogue of Previously Published Inscriptions.

18h15. Discussions.

Vendredi 2 octobre

Session 3. L’étude des inscriptions : linguistique et onomastique

Modérateurs : Bjørn Paarman (Fribourg), Nicolas Tran (Poitiers), Estelle Ingrand-Varenne (Poitiers).

9h. Sandra Cruz (Madrid), Violeta Gomis (Madrid), The relationship between Greek linguistics and epigraphy: some examples from Paros and Pompeii.

10h. Paloma Guijarro (Madrid), Silvia Tantimonaco (Venise/Barcelone), L’apport de l’épigraphie à l’étude des dialectes grecs et du latin des provinces.

11h. Pause.

11h15. Urpo Kantola (Helsinki), Tuomo Nuorluoto (Uppsala/Helsinki), Name and Context: A Survey on Roman Name Types as Represented in Late Republican and Early Imperial Epigraphic Sources.

12h15. Discussions.

12h45. Déjeuner.

Session 4. L’étude des inscriptions : histoire, institutions, mentalités

Modérateurs : Olli Salomies (Helsinki), Anna Heller (Tours), Vincent Debiais (Poitiers).

14h – Charalampos Chrysafis (Athènes), Epigraphy and the Antigonid Garrisons in Mainland Greece and the Aegean.

15h – Georgios Valsamakis (Athènes), The Installation of Veterans in the Provinces of Achaia and Macedonia through the Epigraphic Evidence (1st c. B.C. – 3rd c. A.D.).

16h – Pause.

16h15 – Sara Borrello (Venise), Clara Stevanato (Venise), Pauline Maouchi (Poitiers), Commémorer les membres de la domus : méthodologie de l’étude des inscriptions funéraires dédiées aux femmes, aux enfants, et aux animaux familiers.

17h15 – Discussions et table-ronde conclusive animée par Yves Lafond (Poitiers) et Cécile Treffort (Poitiers).

Lieu : CESCM –  Hôtel Berthelot, salle Crozet

24 rue de la chaine – 86000 POITIERS

index  logo CESCM herma

logo CNRS                                    IUF

 

 

Call for contribution – IMC Leeds 2016

Call for contribution – IMC Leeds,  july 4-7, 2016

Deadline: 15 September 2015

The Monastic Refectory and Spiritual Food

 The CESCM (University of Poitiers and CNRS) will sponsor three sessions that explore topics dealing with “The Monastic Refectory and Spiritual Food” for the International Medieval Congress 2016 in Leeds (UK).

The theme for the IMC Leeds 2016, “Food, Feast and Famine,” presents an opportunity to explore the relationship between monastic refectories and food. At the heart of communal life, the refectory was an area where monks gathered, nourished their bodies but also strengthened their soul.

How did bells, silence, readings, prayers, refectory decorations such as paintings, sculpture and inscriptions, and ritual work together to sanctify the monastic meal? What were the links between the communal dining room and the church, the place of the Eucharistic celebration and the prefiguration of the Celestial banquet? How did each monastery build, decorate and conceive of its refectory in this aim? Did the relationship between communal repasts and spiritual nourishment in monastic life have echoes in the community of canons, lay society or in chivalry? Art historic, archeological, epigraphic, historic and literary approaches are welcome.

  • Submission guidelines:

Proposals (title and abstract) are due by September, 15th to:

– Martin Aurell (martin.aurell@univ-poitiers.fr),

– Pascale Brudy (pascale.brudy@univ-poitiers.fr)

– and Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).

Proposals will be evaluated by CESCM’s members. Papers may be published after the IMC in the Cahiers de civilisation médiévale.

  • Key-Words: Monasticism; Religious Life; Art History; Archaeology.
  • Websites:

CESCM – http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/

Carnets du CESCM – http://cescm.hypotheses.org/

logo CESCM       index       logo CNRS