Tous les articles par Estelle Ingrand-Varenne

[24-26 avril 2019] Colloque Poitiers-Stanford

Transferts culturels : France et Orient latin aux XIIe et XIIIe siècles. 24-26 avril 2019
Cultural Transfers: France and the Latin East in the 12th-13th c. April 24-26, 2019

 

Colloque international co-organisé par le CESCM (Université de Poitiers/CNRS) et le CMEMS (Stanford University/FSCIS)

International Conference co-organized by CESCM (University of Poitiers/CNRS) and CMEMS (Stanford University/FSCIS)

Lieu/place : Salle Crozet, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers

Contacts :

Comité scientifique / Conference Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Nicolas Prouteau (Université de Poitiers-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)
  • Fiona Griffiths (Stanford University-CMEMS)
  • Rowan Dorin (Stanford University-CMEMS)

Comité d’organisation / Organizing Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)

Texte de cadrage / Conference Description:

La fécondité de la notion ou plutôt de la méthode des « transferts culturels », issue des recherches menées par Michel Espagne et de Michael Werner dès les années 1980[1], n’est plus à démontrer. L’existence même d’un laboratoire d’excellence sur cette thématique (le labex TransferS[2]) en est la preuve, tout autant que la pléthore de colloques et d’ouvrages intégrant l’expression dans leur titre[3], ou encore la création d’une collection proprement dédiée aux transferts culturels aux Presses de l’Université d’Ottawa.

Pensée dans le dessein d’analyser les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand des XVIIIe-XIXe siècles, la méthode a également conquis les médiévistes pour analyser les processus d’interaction, les dynamiques de transformations sémantiques qui résultent du passage d’un objet culturel d’un contexte à un autre, qu’il s’agisse de données matérielles ou immatérielles. Travaux personnels et projets collectifs ont vu le jour, jusqu’à l’organisation d’une école doctorale internationale d’été à Göttingen en 2002 ; chacun réfléchissant à l’adaptation de la méthode[4], à un terrain ou une discipline spécifique : la traduction du latin aux langues vernaculaires (projet Transmédie[5]), la Méditerranée[6] ou encore l’art gothique[7], pour ne citer que quelques grands programmes français. Les médiévistes américains ou anglophones n’ont pas été en reste, essayant d’articuler les transferts culturels avec la notion de contact ou de représentation (particulièrement dans les relations entre Islam et Chrétienté)[8].

Héritier de cette réflexion au long cours, le partenariat CESCM Poitiers–CMEMS Stanford a souhaité en extraire toutes les richesses en l’appliquant à l’aire géochronologique à la base de la collaboration : la France et l’Orient latin du XIIe et du XIIIe siècle, à la suite de la première rencontre en Californie, les 19-20 avril 2018, sur le thème « Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges ». Il y a près de quinze ans, le colloque édité par Daniel H. Weiss et Lisa Mahoney portait précisément sur la France et la Terre Sainte, et essayait de comprendre la culture franque ou levantine à la fin des croisades comme une culture ni occidentale, ni orientale, mais au carrefour des mondes latin, byzantin et arabo-musulman à travers l’art, la poésie ou l’architecture[9]. C’est bien la spécificité de cette culture, analysée au prisme des transferts, qui sera au cœur de ce colloque, pensé comme pluri/interdisciplinaire et faisant se croiser et se répondre histoire, histoire de l’art, archéologie, épigraphie, numismatique, littérature, philologie, philosophie et théologie.

De la prise de Jérusalem en 1099, avec l’institution d’états nés de la croisade, à la chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291, la présence latine s’est intensifiée « outremer », dans ce vaste espace compris entre la Méditerranée orientale, la mer Égée et la péninsule balkanique, Constantinople et la Mer noire, tant dans ses franges côtières que dans ses arrière-pays. En retour l’ « Orient », tout particulièrement la « Terre Sainte », a pénétré un peu plus en France. Au sein de ce va-et-vient entre la France et l’Orient latin, quels furent les transferts d’idées, de formes, de courants, de technologies ? Le processus de sélection montrent les éléments de fascination, ou au contraire d’oubli et de rejet. Quels furent et que firent les vecteurs de ces échanges et les lieux de médiation ? Comment se mit en œuvre ce processus ? Peut-on l’articuler avec les notions d’ « influence » et de « diffusion » ? Quels furent les enjeux et les stratégies de ces importations ? Que révèlent-ils des sociétés médiévales latines, mais aussi de leurs contacts, avec les mondes byzantin et islamique environnants ? Telles sont quelques-unes des problématiques que soulèvent la méthode des transferts culturels – au sens de tout ce qui a trait à la médiation entre les hommes – et ses outils, afin de penser en terme de flux, de dynamique et de mouvance les relations et les identités des deux pôles ici questionnés.

Grâce au renouveau des études sur l’Orient latin, les croisades et les ordres militaires, à la publication des sources littéraires et diplomatiques, aux découvertes archéologiques ou au défrichage de nouveaux champs comme la vie quotidienne ou l’usage du français au Levant, dont témoigne notamment le vaste programme de la rencontre tenue à Haïfa en début d’année 2018 à l’occasion du 800e anniversaire du château d’Atlit[10], de nombreux sujets seront abordés : de la traduction textuelle à la conversion religieuse, de l’appropriation d’objets à l’adaptation et la perméabilité des techniques, en passant par les négociations et les échecs de transferts ou les résistances ainsi que la réflexion critique sur la notion même de « transferts culturels » et ses implications théoriques.

Since Michel Espagne and Michael Werner’s research on the topic, the richness and complexity of “cultural transfers” as a concept and method is no longer debated.[1] The existence of a “laboratoire d’excellence” on this topic (le labex TransferS[2]), plethora of colloquia and works that integrate this expression in the title,[3] and creation of collected works dedicated to cultural transfers by the University of Ottawa Press offer further evidence of its continuing importance.

First considered for the analysis of intercultural relations in the Franco-German sphere of the 18-19th centuries, the method has gained traction among medievalists for analyzing processes and dynamics of semantic transformations that result from the passage of one cultural object in one context to another, as either material or immaterial data. Individual and collective projects have appeared (and even a graduate colloquium held at Göttingen in 2002) that investigated the adaptation of the method[4] to different disciplines and contexts, such as the translation of Latin into vernacular (project Transmédie[5]), the Mediterranean,[6] and Gothic art.[7] American and Anglophone medievalists have approached the notion of cultural transfer though contact or representation, especially in Islamic and Christian relations.[8]

Building on these studies, the collaboration between CESCM Poitiers and CMEMS Stanford focuses on a particular place and time: France and the Latin East of the 12th and 13th centuries, and continues the scholarly exchange that took place at Stanford April 19-20, 2018 on “Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges.” Almost 15 years has passed since the publication of conference papers edited by Daniel H. Weiss and Lisa Mahoney that treated France and the Holy Land: the collected essays investigate Frankish or Levantine culture at the end of the crusades as a culture that was neither western nor eastern, but at the crossroads of Latin, Byzantine, and Arabo-Muslim culture as seen through art, poetry, and architecture.[9] It is precisely this specificity of this culture, analyzed from the lens of transfers, that will be the aim of the conference, considered from an interdisciplinary perspective that includes the fields of history, history of art, archaeology, epigraphy, numismatics, literature, philology, philosophy, and theology.

Since the capture of Jerusalem in 1099 that established the crusader states until the fall of Saint Jean d’Acre in 1291, Latin culture intensified in Outremer—the vast area that includes the eastern Mediterranean, the Aegean sea, and the Balkan peninsula, Constantinople and the Black Sea, as well as border fringes and inland regions. On the other hand, the “East,” the Holy Land in particular, penetrated further into France. In this vacillation between France and the Latin East, what was the transfer of ideas, forms, trends, and technologies? The process of selection demonstrates elements of fascination, or in contrast of forgetting or rejection. What were the vectors of exchanges and places of mediation? How does one delimit the process? Can one articulate the notions of influence and diffusion? What were the stakes and strategies of importation? What do they reveal about medieval Latin societies, but also their contacts with the Byzantine and Islamic worlds? These are some of the problems that the method of cultural transfers raises, in the sense of mediation among people and their tools: things in flux, a dynamic of movement among relations and mobile identities.

Thanks to the recent interest in studies on the Latin East, the crusades and military orders, and publication of literary and diplomatic sources, archaeological discoveries, and translation of new fields of daily life and French usage in the Levant (among which we must note the vast program of speakers who met at Haïfa at the beginning of 2018 on the occasion of the 800th anniversary of the Chateau d’Atlit[10]), numerous topics have been pursued: the textual translation of religious conversion, the appropriation of objects and their adaptation, the permeability of techniques that are shaped by negotiations and failures of transfer, and even resistances or questioning of the idea of cultural transfer and its theoretical implications. 

Exposition photographique / Photography Exhibition:

Sur la thématique des transferts culturels entre la France et l’Orient aura lieu une exposition des clichés photographiques issus du fonds de la Photothèque, dans le pôle documentaire et la salle Crozet.

An exhibition consisting of photos from the Photothèque, based on the theme of cultural transfers between France the East, will take place in the Documentary Center and the Salle Crozet.

Liste et qualité des communicants / List of Speakers:

  • Aslanov Cyril, Professeur de linguistique,  Aix-Marseille Université
  • Aurell Martin, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Besson Florian, Docteur, Centre Roland Mousnier
  • Boas Adrian, Professor of Archaeology, University of Haïfa – Israël
  • Boissellier Stéphane, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Burgwinkle Bill, Professor of Medieval French and Occitan Literature, King’s College Cambridge – Angleterre
  • Folda Jaroslav, N. Ferebee Taylor Professor Emeritus of the History of Art, University of North Carolina at Chapel Hill – USA
  • Galderisi Claudio, Professeur de philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Galvez Marisa, Associate Professor of French and Italian, Stanford University/CMEMS – USA
  • Gasc Sébastien, Chercheur associé – IRAMAT Centre Ernest Babelon 
  • Girbea Catalina, Professeure, Université de Bucarest/CESCM – Roumanie
  • Halloumi Abderrazak, Doctorant, Université de Poitiers/CESCM
  • Hanne Olivier, Docteur, Professeur aux écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan
  • Ingrand-Varenne Estelle, Ingénieure de recherche, CNRS/CESCM
  • Isaac Steven, Simpson Distinguished Professor, Longwood University – USA
  • Kühnel Bianca, Professor of Art History, Hebrew University of Jerusalem – Israël
  • Lyons-Penner Mae, Doctorante, Stanford University/CMEMS – USA
  • Minervini Laura, Professeure de philologie et de linguistique romane, Université de Naples Federico II – Italie
  • Murray Alan, Senior Lecturer in Medieval Studies, University of Leeds – Angleterre
  • Pignatelli Cinzia, Maître de Conférences en philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Prouteau Nicolas, Maître de Conférences en archéologie, Université de Poitiers/CESCM
  • Rouxpetel Camille, Florence Gould, Fellow Harvard University
  • Junge Ruhland Johannes, Doctorant, Stanford University/CMEMS – USA
  • Shawcross Teresa, Associate Professor of History and Hellenic Studies, Princeton University – USA
  • Tolan John, Professeur d’histoire, Université de Nantes
  • Vasselot Clément de, Doctorant, Université de Nantes/Université de Poitiers/CESCM
  • Zouache Abbès, Chargé de recherche CNRS, directeur du CEFAS – Koweït

               


[1] Espagne Michel, Werner Michael., « La construction d’une référence culturelle allemande en France : Genèse et histoire (1750-1914) », Annales ÉSC, 4 (juillet-août 1987), p. 969-992 ; repris dans Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècle), M. Espagne et M. Werner dir. Paris, 1988 ; Espagne Michel, Dimitrieva Katia (dir.), Philologiques IV. Transferts culturels triangulaires France – Allemagne – Russie, Paris : MSH, 1996.

[2] Celui-ci réunit l’ensemble des laboratoires de Sciences Humaines et Sociales de l’École normale supérieure, ses bibliothèques littéraires et deux unités du Collège de France, voir : http://www.transfers.ens.fr/

[3] Les derniers colloques en date étant « Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge » 20-22 septembre 2018, organisé par la Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane ; « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs », 5-7 octobre 2017, Caen, resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller.

[4] Joyeux-Prunel Béatrice, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèses 2003/1 (6), p. 149-162.

[5] Galderisi Claudio dir., Translations médiévales (Transmédie). Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe–XVe siècles). Étude et Répertoire, Turnhout, 2011.

[6] Abdellatif Rania, Benhima Yassir, König Daniel, Ruchaud Elisabeth, Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, De Gruyter, 2012.

[7] Dubois Jacques, Guillouët Jean-Marie, Van den Bosshe Benoît dir., Ersek Annamaria coord., Les transferts artistiques dans l’Europe gothique. Repenser les circulations des hommes, des œuvres, des savoir-faire et des modèles (XIIe-XVIe siècle), Paris : Picard, 2014.

[8] Feuchter Jörg, Hoffmann Friedhelm, Yun Bee ed., Cultural transfers in dispute: representations in Asia, Europe, and the Arab world since the Middle Ages, Frankfurt-on-Main ; New York, 2011.

[9] Weiss Daniel H., Mahoney Lisa, France and the Holy Land, Frankish Culture at the End of the Crusades, The Johns Hopkins University Press : Baltimore & London, 2004.

[10] « The Latin East in the 13th Century: Institutions, Settlements and Material Culture. Commemorating the 800th aniversary of ‘Atlit Castle », 31 janvier 2018- 2 février 2018, Haifa University.

 

Retour sur Leeds 2018

Article co-rédigé par Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Émilie Kurdziel et Pamela Nourrigeon.

L’International Medieval Congress de Leeds (2-5 juillet) fêtait cette année ses 25 ans, d’où le choix du thème « Memory », analysé dans de nombreuses sessions et conférences plénières comme celle de Mary Carruthers et Richard Dance. À cet anniversaire s’en ajoutaient deux autres : les 50 ans de l’Institute for Medieval Studies, désormais lié par convention au CESCM, et de l’International Medieval Bibliography, partenaire de longue date de la bibliographie de civilisation médiévale. Une délégation de 6 membres du laboratoire y était présente, parmi plus de 2500 participants cette année !

Ils y ont présenté certaines de leurs recherches en cours dans trois sessions sponsorisées conjointement par le CESCM et l’IMS de Leeds, consacrées au thème de la relation entre mémoire et communauté (‘Memory and Community I, II et III’). L’un des aspects saillants des neuf conférences prononcées dans ce cadre s’est révélé être la question du lien entre la mémoire et sa matérialité, rejoignant ainsi l’intervention de Pamela Nourrigeon dans une autre session intitulée ‘Memory and the Materiality of Medieval Texts, II: Books and Beyond’. La publication de ces travaux est envisagée sous la forme d’un dossier spécial dans une revue.

En plus d’un nombre de sessions déjà impressionnant, le programme du congrès regorge d’ateliers de travail, de réunions informatives ou encore d’expositions. Ainsi, par exemple, l’Institute for Medieval Research de Nottingham, dans une séance organisée par Rob Lutton, proposait aux doctorants et jeunes chercheurs de se retrouver pour échanger autour de la difficile question de l’insertion professionnelle dans le domaine de la recherche et l’enseignement supérieur. Plusieurs interventions ont permis de donner des clés aux futurs candidats pour postuler correctement aux offres d’emploi, mettant en avant les différences capitales entre Royaume-Uni et États-Unis.

Selon une toute autre idée, CARMEN, réseau regroupant des médiévistes du monde entier et auquel le CESCM est associé, proposait un atelier collectif autour de la question de la mémoire au Moyen Âge et dans l’historiographie. La distribution de textes et l’entreprise résolument participative ont permis de créer un lieu de travail et d’échanges entre les participants comme ne le font pas les autres sessions. L’initiative tend à faire du congrès un vrai moment de collaborations entre les médiévistes de tous horizons.

Saluons enfin l’initiative du personnel de la Brotherton Library de la bibliothèque universitaire de Leeds qui a proposé chaque midi un temps fort autour de ses collections spéciales. Les bibliothécaires y ont présenté certains des documents les plus précieux des réserves : livres d’Heures du XVe siècle, rouleau du tribunal de Ripon ou encore premiers livres de voyages à Jérusalem imprimés du XVIIe siècle. L’objectif est de faire connaître le fonds conservé et d’inviter les chercheurs à y travailler.

A peine rentrés, les idées fusent pour organiser de nouvelles sessions l’an prochain sur le thème « Materialities » (le congrès aura lieu du 1er au 4 juillet 2019).

Call for paper CESCM-IMS Kalamazoo 2019

Pour la troisième année consécutive, le CESCM, en association avec l’IMS-Paris, organise des sessions au Congrès international des médiévistes de Kalamazoo qui se tiendra dans le Michigan (USA) du 9 au 12 mai 2019. Les sessions porteront sur les transferts de produits culturels entre la France et l’espace méditerranéen au cours des XIIe et XIIIe siècles .

Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots) peuvent être adressées à Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) avant le 10 septembre 2018, en français ou en anglais. On trouvera ci-dessous le texte de l’appel à communication et dans ce lien l’appel à communications général du prochain Congrès de Kalamazoo.

Transfer of Cultural Products: France and the Mediterranean Area in the 12th-13th c. (Part I and II).

The two sessions cosponsored by the IMS-Paris and the CESCM-Poitiers aim to explore the transfer of cultural products between France and the Mediterranean area during the twelfth and the thirteenth centuries.
Following the theory of Michel Espagne proposed in the eighties, the notion of “cultural transfer” can be understood in broad sense, as a process of interaction, a dynamics of semantic transformations which results from the passage of a cultural object from one context to another. The transfer can concern material as well as immaterial data: objects, ideas, forms, methods, technologies etc. Within the relations between France and Mediterranean area (notably with the Islamic or the Byzantine world), what kind of transfer of cultural products can we observe? Which/who were the vectors and the “bridges” of these exchanges? Where were the places of mediation? Any object that falls into a new context takes on a new meaning. What processes are involved in the appropriation of an object, its adaptation, what resistance to its integration, what reinterpretation and re-signification? In which way did it transform its new context?
Art historic, archeological, epigraphic, historic and literary approaches are welcome. Participants are invited to submit papers on the following topics (non-exhaustive list):

  • Translation into French; translation from French
  • Islamic or Byzantine material objects brought to France
  • The role of the crusades in the transfer of objects, texts, or mentality
  • The role of pilgrimage in cultural exchange
  •  The go-betweens who assist in keeping the chain of transmissions functioning
  • Hybridity in art forms, music, texts created in a climate of cultural transference

The Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) in Poitiers is one of the main research institution in Europe for teaching and research in the field of medieval studies. Founded at the end of the 1950’s, it gathers scholars in different disciplines (history, art history, literature, linguistics, archeology, and musicology) and hosts several publications, among which is the journal Cahiers de civilisation médiévale.

The International Medieval Society-Paris (IMS) is a non-profit association that welcomes international scholars of the Middle Ages in France and promotes international exchange with French colleagues. It organizes an annual symposium in Paris at the end of June and several meetings with senior scholars and graduate students all along the academic year.

Annonce au format PDF.


          

Emilie Mineo, jeune docteure du CESCM lauréate du Prix de thèse 2017

Comme chaque année, le Collège des Écoles doctorales de Poitiers a organisé un concours de prix de thèse ouvert à tous les docteurs de l’établissement ayant soutenu leur thèse entre le 1er novembre 2016 et le 10 octobre 2017. Quatre prix, d’un montant de 600 euros chacun, viennent récompenser un docteur pour chaque secteur doctoral : Droit ; Sciences pour l’Ingénieur et Aéronautique ; Ingénierie chimique, biologique et géologique ; Sciences Humaines économiques et sociales.

Les critères de sélection pris en compte par le jury du concours sont la valorisation de la thèse (sous la forme de publications, de communications à des congrès, de création de brevets etc.), l’évaluation de la thèse par les rapporteurs et le jury de soutenance, le caractère innovant et l’originalité de la thèse, son ouverture à l’international, la capacité du candidat à communiquer sur ses travaux en direction d’un public de non-spécialistes.

Pour participer il fallait adresser à l’école doctorale de rattachement un dossier de candidature comprenant une lettre de présentation de la thèse, un CV et la copie des pré-rapports et du rapport de soutenance, selon les modalités indiquées dans le règlement.

Cette année, Emilie Mineo, une des jeunes docteures du CESCM a remporté le prix, grâce à sa thèse intitulée : L’artiste, l’écrit et le monument. Signatures épigraphiques en France au Moyen Âge central.  (cf. le billet consacré à sa soutenance).

Emilie, pouvez-vous nous dire comment cela s’est déroulé ?

Comme ma thèse avait été très bien reçue par mon jury de soutenance, j’ai décidé de tenter ma chance et d’envoyer le dossier…. quelques jours plus tard, j’ai reçu un courriel m’informant que le jury scientifique du collège doctoral m’avait classée première et que j’étais donc lauréate pour le secteur SHES (regroupant les écoles doctorales Lettres Pensée Art et Histoire , Cognition, Comportements, Langage(s) et Sociétés et Organisations) !

La remise des prix s’est effectuée au moment de la cérémonie de remise des diplômes de doctorat le 15 décembre 2017 à la Faculté de Droit et des Sciences sociales. Chacun des quatre lauréats y a présenté sa thèse en 5 minutes chrono, avant que les docteurs de l’année de chaque secteur viennent recevoir la médaille et le diplôme de la main du parrain de la promotion, Pierre Delvolvé.

Recevoir ce prix est pour moi un grand honneur et je suis ravie, à titre personnel et pour le CESCM, qu’une thèse en Histoire médiévale obtienne cette reconnaissance. Comme je travaille désormais à l’Université de Namur (Belgique) en tant que chercheuse post-doc, c’est aussi une belle occasion de revenir à Poitiers pour revoir mes collègues du CESCM. Grâce à cette récompense, j’espère pouvoir publier ma thèse plus facilement.

L’appel de ce prix est bien diffusé par les écoles doctorales, qui le signalent par mail à leurs nouveaux diplômés. J’encourage donc les futurs docteurs à participer au concours et leur souhaite de tout cœur d’avoir la chance qui m’est donnée aujourd’hui.

Merci, Emilie, et toutes nos félicitations !


Pour visionner la remise des diplômes ICI (Emilie est à la 33e minute)

Soutenance de thèse de Paméla Nourrigeon (9 décembre 2016)

Vendredi 9 décembre 2016, Paméla Nourrigeon a soutenu sa thèse en histoire de l’art médiéval intitulée : De la translatio à la création. Étude iconographique du Rationale divinorum officiorum dans sa version française.

Le jury était composé de :

Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Poitiers (directeur de thèse),

Bruno Boerner, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Haute-Bretagne Rennes-II,

Élisabeth Lalou, professeur d’histoire médiévale, Université de Rouen (rapporteur),

Daniel Russo, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Bourgogne Franche-Comté (rapporteur),

Cécile Voyer, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Poitiers.

Parmi les auteurs ayant contribué à l’élaboration des textes exégétiques sur le christianisme, la figure de Guillaume Durand est incontournable. Son Rationale divinorum officiorum constitue l’étape ultime et la plus complète, en terme de somme, sur la liturgie au Moyen Âge. Le succès est immédiat et conséquent. Ce traité, dans sa version latine originale, ne comporte pas – ou presque – d’image. Or, dans la traduction réalisée en langue d’oïl, en 1371, sous le titre de Racional des divins offices, par le carme Jean Golein, à la demande du roi de France Charles V, des représentations visuelles sont ajoutées et opèrent un déplacement des points forts du livre pour créer une nouvelle géographie.

Ce sont donc les mécanismes combinatoires entre texte et image dans les 9 manuscrits de cette translatio multiple qui sont au cœur du travail de Paméla Nourrigeon, un travail qui vient ainsi combler un vide, comme l’a souligné Éric Palazzo, et qui a le grand mérite de montrer non seulement l’usage laïc de la liturgie, mais aussi le rôle politique et social de celle-ci (Bruno Boerner). PN s’est donc centrée sur un processus – compris comme concept – de création dans ces 9 manuscrits, qui ne forment pas tant un corpus (du fait de leur trop petit nombre), mais un inventaire, un répertoire (Daniel Russo). Chaque manuscrit a été vu et fait l’objet d’une notice détaillée (cf. liste ci-dessous). Éric Palazzo se plaît à souligner combien cette thèse montre un bel équilibre entre érudition et proposition d’idées neuves.

5 entrées sont proposées : le Racional comme traité visuel sur la liturgie, comme œuvre au service du roi, comme écrin pour la valorisation de l’ordre carme, comme témoin des rapports entre juifs et chrétiens, comme ouvrage dévotionnel. En effet, les illustrations sont le plus souvent liées au contenu liturgique et théologique développé par Guillaume Durand. L’image refond cependant la matière du texte afin de l’investir d’un langage en adéquation avec ses propres modes d’expression. Ainsi, les modèles proposés sont la synthèse entre les apports du texte, la tradition iconographique, l’idéologie des commanditaires et/ou destinataires, le contexte politique et théologique de leur temps, etc. Tout cela conduit les images à illustrer certains rites liturgiques mais également à montrer l’importance de l’élection divine du souverain à travers l’onction du sacre, la spiritualité carme avec la création du nouveau thème de « Dieu montrant le modèle sur la montagne », les rapports entre juifs et chrétiens ou encore le rôle des images comme support dévotionnel pour le « regardeur » (terme emprunté à Pierre Soulages et Yves Bonnefoy).

Un traité visuel sur la liturgie. En insistant tout particulièrement sur l’importance du rituel eucharistique dans la liturgie chrétienne avec une série d’images extrêmement détaillées sur les différents moments de la messe, les exemplaires de Cambridge et de Beaune font du Racional l’un des rares témoins d’un cycle aussi dense sur le sujet. L’autre point de focalisation des images est la figure de l’évêque à travers la représentation des rites qui lui sont réservés : l’ordination épiscopale, dans laquelle le livre est posé ouvert au-dessus de l’évêque, l’examen des ordinands qu’il préside en trônant, contribuent à affirmer son rôle de guide pour l’ensemble de la communauté et sa sacralité particulière en tant que porteur de la parole des évangiles.  La récurrence des ces images pose la question de la destination et de l’usage des manuscrits.

Une œuvre au service du roi. Jean Golein ajoute à la fin du livre I un élément textuel totalement inattendu pour le lecteur car absent de l’œuvre de Durand :  le Traité du sacre. Cet ajout fait du Racional un outil de propagande, fonction totalement absente de l’œuvre originale. Le panégyrique mis en place par le traducteur passe à la fois par le texte et par l’image, faisant de l’exemplaire royal un témoin important sur la théorisation de la politique des Valois à la fin du XIVe siècle. L’image frontispice du Racional de Charles V montre d’ailleurs que c’est le roi lui-même qui initie la traduction. L’œuvre de l’évêque de Mende, dans sa version traduite, revêt alors un but tout à fait nouveau, celui d’affirmer la sacralité royale et l’élection divine du souverain à travers la figuration de l’onction. Élisabeth Lalou interroge d’ailleurs PN en se demandant si ce traité n’était pas le cœur de l’illustration, permettant de lancer ensuite les autres illustrations. Ce modèle semble cependant n’avoir eu aucune résonance dans les manuscrits n’étant pas destinés à Charles V.

Un écrin pour la valorisation de l’ordre Carme : Le thème de « Dieu montrant le modèle sur la montagne » (enluminure de Cambridge) est l’exemple le plus novateur du corpus. En tant que membre de la communauté carme, la montagne tient pour Jean Golein un rôle fondamental car elle est à la fois le lieu d’origine de l’ordre et le point de concentration de sa pratique contemplative. Ce thème combiné avec celui du miroir tenu par Dieu (allusion au Miroir en tant que genre littéraire afin de mettre en exergue le rôle du Racional) ouvre le livre V, sur les heures de l’office divin. La spiritualité carme trouve sa résonance dans le motif de la montagne mais plus encore dans l’évocation de la nécessité d’une pratique spirituelle destinée à s’élever vers Dieu.

Un témoin des rapports entre juifs et chrétiens : Guillaume Durand fait de l’interprétation typologique l’un des pivots de son traité. Les relations entre Ancien et Nouveau Testaments nourrissent la description des rites liturgiques mais également de l’origine des vêtements du célébrant, des objets du culte etc. La figure du grand prêtre Zacharie (qui doute) renvoie à l’ensemble du peuple juif, incrédule. L’image ne transpose pas directement la méthode typologique mais se nourrit d’autres facteurs, comme le contexte historique et théologique du XIVe siècle. L’illustration engage d’importantes modifications sur les liens entre juifs et chrétiens en donnant aux juifs un aspect contemporain. Elle offre également un discours antimusulman tout à fait novateur et absent de l’exégèse de l’évêque de Mende en représentant un sarrasin face au pape dans l’exemplaire royal.

Un ouvrage dévotionnel : Dans les livres VI et VII, PN repère un tournant dans l’histoire de l’illustration du Racional au XVe s. avec une densification de l’agencement iconographique. Les images se polarisent autour de thèmes hagiographiques, christologiques, mariaux et liturgiques, puisant dans un répertoire de modèles « établis » et créant des modèles nouveaux (le Christ devant Jérusalem). Guidée par les conséquences de l’explosion du marché du livre dans le domaine dévotionnel, la lecture du Racional, du moins pour le XVe siècle, se fait dans le cadre d’une profonde spiritualité qui se démarque de la pratique des exercices et de la lecture des heures. Un parcours visuel autonome, et complémentaire du texte (Cambridge et Beaune) guide le lecteur à travers ces modèles, faisant ainsi du Racional un support de dévotion, vocation qu’il n’avait pas dans sa version latine.

La thèse de PN a montré le fonctionnement séquentiel des représentations visuelles du Racional : la séquence du Traité du sacre (proposant un discours apologétique sur la royauté française et ses représentants), celle de l’habillement du célébrant et du déroulement de la messe (ouverture du livre III : le prêtre-soldat se prépare pour le combat qu’il va mener au cours de la messe, dans le livre IV, symbole du combat spirituel contre les ennemis de la foi), celle autour de la figure de l’évêque (livre I : bénédiction du cimetière, dédicace de l’église, consécration de l’autel ; livre II : bénédiction épiscopale, ordination de l’évêque ; livre VI : examen des ordinands).
La lecture d’une telle séquence implique un cheminement visuel complexe et réticulaire d’images éloignées les une des autres. Le « regardeur » doit recourir à un mode de lecture dans lequel la sollicitation de la mémoire eidétique joue un rôle central. Sa mémoire sensorielle, principalement visuelle, est mise en action pour relier l’image qu’il a sous les yeux avec les autres images présentes dans le même objet. L’activation de cette mémoire permet également la mise en relation de l’image regardée avec celles auxquelles elle fait référence en dehors de l’espace de lecture du regardeur et hors du manuscrit. Ainsi, la lecture d’un cycle d’images ne se fait pas de manière linéaire mais dépend au contraire d’un système séquentiel et méandrique.
Cette étude montre à quel point l’illustration est le résultat d’un processus qui dépasse la translatio et offre un medium autonome ayant son propre mode de fonctionnement. Si la translatio est ce qui engendre l’illustration, elle ne la conditionne pas. Les images offrent au contraire leur propre interprétation de l’œuvre initiale, indépendamment de la traduction réalisée par Jean Golein. Cécile Voyer revient au cours de la discussion sur la dialectique translatio-création qui permet au modèle d’être transformé, recontextualisé sans être dissout.

Au cours des 3h d’échanges scientifiques, les intérêts majeurs de ce travail sont relevés, ainsi que les nombreuses qualités pédagogiques et la clarté de la candidate, le bon équilibre trouvé entre étude savante et minutieuse des sources et analyses plus larges, sans compter le beau parcours (bourse doctorale, ATER) d’une doctorante très investie au CESCM. A l’issue d’une brève délibération, les membres du jury décernent à Paméla Nourrigeon le titre de docteur de l’université de Poitiers en histoire et histoire de l’art des mondes anciens et médiévaux, avec la mention Très Honorable, en ajoutant leurs félicitations.