Tous les articles par Estelle Ingrand-Varenne

Recrutement : ingénieur·e de recherche CNRS en épigraphie médiévale

Le poste d’ingénieur·e de recherche en épigraphie médiévale pour le Corpus des inscriptions de la France médiévale au CESCM est mis au concours par le CNRS : concours n° 50 BAP D – Ingénieur·e de recherche en analyse des sources historiques et culturelles.
 
Les candidatures sont à déposer avant la fin du mois de juin sur le portail emploi CNRS uniquement.
 
 
BAP : D – Sciences humaines et sociales
Corps : Ingénieur de recherche
Emploi type : Ingénieur·e de recherche en analyse des sources historiques et culturelles (D1C23)

Mission :

L’ingénieur·e de recherche conduit en expert l’élaboration et l’exploitation du Corpus des inscriptions de la France médiévale (papier et numérique), en lien avec le directeur de collection et l’équipe d’épigraphie.

Activités :

• Inventorier, répertorier et étudier les sources épigraphiques médiévales.

• Préparer et réaliser des missions de terrain.

• Assurer le suivi scientifique et matériel de la production du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

• Concevoir les outils, papier et numériques, de traitement, d’analyse critique et de diffusion des sources épigraphiques ; les alimenter.

• Exploiter ces sources dans son domaine d’expertise pour produire des connaissances.

• Gérer, enrichir et valoriser des ressources documentaires et scientifiques spécialisées en épigraphie médiévale.

• Assurer une veille scientifique et technique.

• Participer à l’organisation des manifestations scientifiques, aux montages de projets, et au développement des réseaux européens et des collaborations internationales.

• Organiser et assurer la diffusion des sources et des connaissances auprès de la communauté scientifique, nationale et internationale.

• Valoriser sa discipline auprès du public ; concevoir et réaliser des supports de communication.

• Actualiser ses connaissances disciplinaires et techniques.

Compétences :

Savoirs

 

• Bonne connaissance de l’épigraphie médiévale.

• Bonne connaissance de la paléographie médiévale.

• Maîtriser le latin et avoir des connaissances générales en français médiéval.

• Connaître les méthodes, pratiques et instruments de travail en épigraphie médiévale et plus largement en médiévistique.

• Maîtrise de l’anglais niveau B1 (cadre européen commun de référence pour les langues).

• Connaissance bienvenue d’autres langues vivantes.

 

Savoir-faire

• Maîtriser et contrôler les méthodes de prospection et d’inventaire des sources.

• Transcrire et analyser les écritures (manuscrits, documents épigraphiques et imprimés anciens, etc.).

• Éditer les textes épigraphiques médiévaux.

• Formaliser les besoins et contraintes pour l’élaboration des outils de traitement des données ; être en mesure de contrôler leur développement en fonction des objectifs scientifiques.

• Connaître le fonctionnement des bases de données et de l’édition numérique en XML-TEI.

• Connaître les règles juridiques en matière de propriété scientifique et intellectuelle.

• Avoir le sens du travail en équipe et du dialogue avec les différents partenaires.

• Avoir des capacités rédactionnelles.

Contexte :

Le CESCM est une unité mixte de recherche relevant de l’Université de Poitiers et du CNRS, qui soutient, développe et anime une recherche scientifique d’excellence dans le domaine des études médiévales (histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, philologie, épigraphie, musicologie etc.).
L’épigraphie médiévale est un des domaines d’excellence du CESCM, créée il y a plus de 50 ans. Elle se déploie autour de quatre activités : l’édition (le Corpus des inscriptions de la France médiévale/TITULUS, édition numérique de ce corpus : https://titulus.huma-num.fr/), la documentation (inscripthèque), la formation (enseignement en master, écoles d’été) et la recherche (projets en cours comme European Research Council GRAPH-EAST, Equipement d’excellence+ Biblissima+, projet Institut Universitaire de France CARMECA, IGAMA), valorisée par une revue numérique (http://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/) et des carnets de recherche (https://epimed.hypotheses.org/). L’ensemble est désormais regroupé au sein du laboratoire dans une structure en cours de constitution : la « Maison de l’épigraphie », qui a pour but de promouvoir et d’enrichir la discipline, d’accueillir et former les jeunes chercheurs français et étrangers et de développer le réseau des épigraphistes en Europe et en Méditerranée.

L’ingénieur·e sera placé·e sous l’autorité hiérarchique de la directrice d’unité. Il·elle s’intégrera au sein d’une équipe composée d’enseignants chercheurs, de chercheurs, de doctorants et d’ingénieurs contractuels. Il·elle interagira avec les autres services du pôle documentaire du CESCM (photothèque, bibliothèque, laboratoire photo), et avec les chercheurs du CESCM, notamment ceux des équipes Ecclesia et Culture visuelle. Il·elle s’impliquera dans la communauté scientifique, les communautés d’intérêt et de pratique et les réseaux professionnels. Il·elle pourra effectuer des déplacements sur le terrain en France (environ 4 semaines par an) et en Europe (de façon occasionnelle).

 

L’archéologie : une vocation après le stage de 3e ?

Tout d’abord, je me présente. Je m’appelle Louise-Emilie Archambault, je suis en 3e au collège Renaudot à Saint Benoît. J’ai effectué mon stage au CESCM. Pourquoi le CESCM ? Car j’aimerais devenir archéologue. Ma tutrice de stage, Estelle Ingrand-Varenne (chercheuse CNRS), m’a fait découvrir la plupart des métiers du CESCM. En passant par les épigraphistes, les archéologues bien sur, mais aussi tous les différents métiers qui gravitent autour d’un laboratoire de recherche.

Ce que j’ai trouvé le plus intéressant, ce fut les archéologues. J’ai eu la chance d’en rencontrer trois. J’ai pu, avec par exemple Valentin Louineau (doctorant), discuter de tout le parcours pour devenir archéologue, puis descendre au laboratoire de fouille pour observer le travail méticuleux des étudiants et des chercheurs. J’ai également pu échanger avec Elise Mercier, une archéologue qui rentrait de fouilles en Éthiopie. Elle m’a expliqué les conditions morales et physiques des fouilles à l’étranger. Tout n’est pas toujours perçu comme une aventure ou encore une excursion joyeuse. Elle m’a également montré beaucoup de photos des fouilles pour appuyer ses propos. J’ai aussi échangé avec Mathilde Carrive, maîtresse de conférence en Histoire de l’art et archéologie antique au laboratoire HeRMA, sur les différents types d’archéologies. Elle m’a expliqué qu’elle pratiquait les fouilles programmées, elle fait donc de la recherche et de l’enseignement  toute l’année, puis part fouiller l’été. Je suis aussi allée voir une exposition sur la chaux et ses méthodes de fabrication, réalisée par cette chercheuse à l’Espace Mendès France de Poitiers.

Pour conclure, ce stage a été très instructif, et riche en découvertes. Je ressors du CESCM en ayant la certitude de vouloir devenir archéologue. Merci aux merveilleuses personnes qui m’ont accueillie et expliqué leur métier, merci pour cette semaine au CESCM.

Billet rédigé par Louise-Emilie Archambault

Epigraphie… ou pas ? Séminaire SEMPER 2023-24

C’est cette expression devenue banale cette dernière décennie – “ou pas ?” – appliquée à l’épigraphie qui nous accompagnera cette année pour le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit.  Cette locution verbale moqueuse voire ironique offre l’occasion d’un retour sur la discipline “épigraphie”, sur ses contours flous autour d’un consensus pragmatique et fonctionnel, ses porosités et son caractère peut-être indiscipliné. 

Lettres graffitées non destinées à durer, poésie manuscrite à caractère épigraphique, tatouages, marques lapidaires, enseignes, pseudépigraphie… autant de cas qui interrogent quand on cherche à établir un corpus. Le séminaire proposera un dialogue avec les autres disciplines, telles que la sigillographie, la numismatique, l’archéologie, la paléographie ou encore la typographie. L’enjeu n’est pas d’ériger des frontières, mais de se poster au seuil et de garder la porte ouverte, notamment au moment du lancement de la Maison de l’épigraphie au CESCM. 

7 séances se dérouleront au cours de l’année 2023-2024, à raison d’une par mois, à la fois sous forme de journée au CESCM et sous forme de webinaire de 2h par Zoom.

Lien pour suivre à distance par Zoom les webinaires : https://cnrs.zoom.us/j/99288325188?pwd=SWNya2JLd2pzVDF5azJ2Szd1UEw0Zz09

ID de réunion: 992 8832 5188     Code secret: ia4rmk

  • Vendredi 13 octobre 2023, 9h-17h30 (Salle des Actes, UFR SHA) : Graffitis médiévaux, de Bethléem à Marmande : programme détaillé de la journée et lien spécifique ici 
  • Jeudi 16 novembre 2023, 10h-12h : webinaire avec Délia Préteux, “Transcrire la légende du sceau médiéval, Sigilla–Anrt”
  • Jeudi 14 décembre 2023, 9h30-17h (CESCM) : Poésie à caractère épigraphique, séminaire organisé par Cécile Treffort (IUF) en lien avec le projet CARMECA.
  • Jeudi 15 février 2024, wébinaire 10h-12h : Enimie Rouquette (Université de Nantes), “La poésie de Théodulphe d’Orléans”.
  • Jeudi 14 mars 2024, wébinaire 14h30-16h30 : Katherine Dauge-Roth (Associate Professor of Romance Languages and Literatures, Bowdoin College), “Signing the Body; tattoos and pilgrimages”.
  • Jeudi 16 avril 2024, wébinaire 16h-18h : Hallie G. Meredith (Assistant Professor of the History of Ancient Art, Washington State University), “When Inscriptions are Not: The Case of Imagistic Script as Makers’ Marks on Late Antique Diatreta”.
  • Jeudi 16 mai 2024, wébinaire 10h-12h : Lei Huang, “Les marques lapidaires de l’église abbatiale de Conques”.

[24-26 avril 2019] Colloque Poitiers-Stanford

Transferts culturels : France et Orient latin aux XIIe et XIIIe siècles. 24-26 avril 2019
Cultural Transfers: France and the Latin East in the 12th-13th c. April 24-26, 2019

 

Colloque international co-organisé par le CESCM (Université de Poitiers/CNRS) et le CMEMS (Stanford University/FSCIS)

International Conference co-organized by CESCM (University of Poitiers/CNRS) and CMEMS (Stanford University/FSCIS)

Lieu/place : Salle Crozet, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers

Contacts :

Comité scientifique / Conference Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Nicolas Prouteau (Université de Poitiers-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)
  • Fiona Griffiths (Stanford University-CMEMS)
  • Rowan Dorin (Stanford University-CMEMS)

Comité d’organisation / Organizing Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)

Texte de cadrage / Conference Description:

La fécondité de la notion ou plutôt de la méthode des « transferts culturels », issue des recherches menées par Michel Espagne et de Michael Werner dès les années 1980[1], n’est plus à démontrer. L’existence même d’un laboratoire d’excellence sur cette thématique (le labex TransferS[2]) en est la preuve, tout autant que la pléthore de colloques et d’ouvrages intégrant l’expression dans leur titre[3], ou encore la création d’une collection proprement dédiée aux transferts culturels aux Presses de l’Université d’Ottawa.

Pensée dans le dessein d’analyser les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand des XVIIIe-XIXe siècles, la méthode a également conquis les médiévistes pour analyser les processus d’interaction, les dynamiques de transformations sémantiques qui résultent du passage d’un objet culturel d’un contexte à un autre, qu’il s’agisse de données matérielles ou immatérielles. Travaux personnels et projets collectifs ont vu le jour, jusqu’à l’organisation d’une école doctorale internationale d’été à Göttingen en 2002 ; chacun réfléchissant à l’adaptation de la méthode[4], à un terrain ou une discipline spécifique : la traduction du latin aux langues vernaculaires (projet Transmédie[5]), la Méditerranée[6] ou encore l’art gothique[7], pour ne citer que quelques grands programmes français. Les médiévistes américains ou anglophones n’ont pas été en reste, essayant d’articuler les transferts culturels avec la notion de contact ou de représentation (particulièrement dans les relations entre Islam et Chrétienté)[8].

Héritier de cette réflexion au long cours, le partenariat CESCM Poitiers–CMEMS Stanford a souhaité en extraire toutes les richesses en l’appliquant à l’aire géochronologique à la base de la collaboration : la France et l’Orient latin du XIIe et du XIIIe siècle, à la suite de la première rencontre en Californie, les 19-20 avril 2018, sur le thème « Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges ». Il y a près de quinze ans, le colloque édité par Daniel H. Weiss et Lisa Mahoney portait précisément sur la France et la Terre Sainte, et essayait de comprendre la culture franque ou levantine à la fin des croisades comme une culture ni occidentale, ni orientale, mais au carrefour des mondes latin, byzantin et arabo-musulman à travers l’art, la poésie ou l’architecture[9]. C’est bien la spécificité de cette culture, analysée au prisme des transferts, qui sera au cœur de ce colloque, pensé comme pluri/interdisciplinaire et faisant se croiser et se répondre histoire, histoire de l’art, archéologie, épigraphie, numismatique, littérature, philologie, philosophie et théologie.

De la prise de Jérusalem en 1099, avec l’institution d’états nés de la croisade, à la chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291, la présence latine s’est intensifiée « outremer », dans ce vaste espace compris entre la Méditerranée orientale, la mer Égée et la péninsule balkanique, Constantinople et la Mer noire, tant dans ses franges côtières que dans ses arrière-pays. En retour l’ « Orient », tout particulièrement la « Terre Sainte », a pénétré un peu plus en France. Au sein de ce va-et-vient entre la France et l’Orient latin, quels furent les transferts d’idées, de formes, de courants, de technologies ? Le processus de sélection montrent les éléments de fascination, ou au contraire d’oubli et de rejet. Quels furent et que firent les vecteurs de ces échanges et les lieux de médiation ? Comment se mit en œuvre ce processus ? Peut-on l’articuler avec les notions d’ « influence » et de « diffusion » ? Quels furent les enjeux et les stratégies de ces importations ? Que révèlent-ils des sociétés médiévales latines, mais aussi de leurs contacts, avec les mondes byzantin et islamique environnants ? Telles sont quelques-unes des problématiques que soulèvent la méthode des transferts culturels – au sens de tout ce qui a trait à la médiation entre les hommes – et ses outils, afin de penser en terme de flux, de dynamique et de mouvance les relations et les identités des deux pôles ici questionnés.

Grâce au renouveau des études sur l’Orient latin, les croisades et les ordres militaires, à la publication des sources littéraires et diplomatiques, aux découvertes archéologiques ou au défrichage de nouveaux champs comme la vie quotidienne ou l’usage du français au Levant, dont témoigne notamment le vaste programme de la rencontre tenue à Haïfa en début d’année 2018 à l’occasion du 800e anniversaire du château d’Atlit[10], de nombreux sujets seront abordés : de la traduction textuelle à la conversion religieuse, de l’appropriation d’objets à l’adaptation et la perméabilité des techniques, en passant par les négociations et les échecs de transferts ou les résistances ainsi que la réflexion critique sur la notion même de « transferts culturels » et ses implications théoriques.

Since Michel Espagne and Michael Werner’s research on the topic, the richness and complexity of “cultural transfers” as a concept and method is no longer debated.[1] The existence of a “laboratoire d’excellence” on this topic (le labex TransferS[2]), plethora of colloquia and works that integrate this expression in the title,[3] and creation of collected works dedicated to cultural transfers by the University of Ottawa Press offer further evidence of its continuing importance.

First considered for the analysis of intercultural relations in the Franco-German sphere of the 18-19th centuries, the method has gained traction among medievalists for analyzing processes and dynamics of semantic transformations that result from the passage of one cultural object in one context to another, as either material or immaterial data. Individual and collective projects have appeared (and even a graduate colloquium held at Göttingen in 2002) that investigated the adaptation of the method[4] to different disciplines and contexts, such as the translation of Latin into vernacular (project Transmédie[5]), the Mediterranean,[6] and Gothic art.[7] American and Anglophone medievalists have approached the notion of cultural transfer though contact or representation, especially in Islamic and Christian relations.[8]

Building on these studies, the collaboration between CESCM Poitiers and CMEMS Stanford focuses on a particular place and time: France and the Latin East of the 12th and 13th centuries, and continues the scholarly exchange that took place at Stanford April 19-20, 2018 on “Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges.” Almost 15 years has passed since the publication of conference papers edited by Daniel H. Weiss and Lisa Mahoney that treated France and the Holy Land: the collected essays investigate Frankish or Levantine culture at the end of the crusades as a culture that was neither western nor eastern, but at the crossroads of Latin, Byzantine, and Arabo-Muslim culture as seen through art, poetry, and architecture.[9] It is precisely this specificity of this culture, analyzed from the lens of transfers, that will be the aim of the conference, considered from an interdisciplinary perspective that includes the fields of history, history of art, archaeology, epigraphy, numismatics, literature, philology, philosophy, and theology.

Since the capture of Jerusalem in 1099 that established the crusader states until the fall of Saint Jean d’Acre in 1291, Latin culture intensified in Outremer—the vast area that includes the eastern Mediterranean, the Aegean sea, and the Balkan peninsula, Constantinople and the Black Sea, as well as border fringes and inland regions. On the other hand, the “East,” the Holy Land in particular, penetrated further into France. In this vacillation between France and the Latin East, what was the transfer of ideas, forms, trends, and technologies? The process of selection demonstrates elements of fascination, or in contrast of forgetting or rejection. What were the vectors of exchanges and places of mediation? How does one delimit the process? Can one articulate the notions of influence and diffusion? What were the stakes and strategies of importation? What do they reveal about medieval Latin societies, but also their contacts with the Byzantine and Islamic worlds? These are some of the problems that the method of cultural transfers raises, in the sense of mediation among people and their tools: things in flux, a dynamic of movement among relations and mobile identities.

Thanks to the recent interest in studies on the Latin East, the crusades and military orders, and publication of literary and diplomatic sources, archaeological discoveries, and translation of new fields of daily life and French usage in the Levant (among which we must note the vast program of speakers who met at Haïfa at the beginning of 2018 on the occasion of the 800th anniversary of the Chateau d’Atlit[10]), numerous topics have been pursued: the textual translation of religious conversion, the appropriation of objects and their adaptation, the permeability of techniques that are shaped by negotiations and failures of transfer, and even resistances or questioning of the idea of cultural transfer and its theoretical implications. 

Exposition photographique / Photography Exhibition:

Sur la thématique des transferts culturels entre la France et l’Orient aura lieu une exposition des clichés photographiques issus du fonds de la Photothèque, dans le pôle documentaire et la salle Crozet.

An exhibition consisting of photos from the Photothèque, based on the theme of cultural transfers between France the East, will take place in the Documentary Center and the Salle Crozet.


Programme

 

Mercredi 24 avril

 

9h30 – Accueil et introduction

10h – Conférence inaugurale : Jaroslav FOLDA, Crusader Gothic:  Artistic Imitation, Interactions, and Transfers.

1ère sessionChrétienté  et  Islam :  regards  croisés  (présidée par  Radouane Attiya)

11h – Adrian BOAS, The Acclimatisation of the Frankish Population to Life in the Latin East: Some Examples from Daily Life.

11h45 – Olivier HANNE, Adélard de Bath et les traductions de l’arabe à Antioche au XIIe siècle.

Buffet au CESCM

 

2e session – Échanges culturels en Méditerranée (présidée par Frédéric Bauden)

14h – Abbès ZOUACHE, Le Le Kitāb al-i‘lām wa-l-tabyīn sur les croisades d’al –arīrī (m. ap. 1520), œuvre mémorielle ?

14h45 – Stéphane BOISSELLIER, Projet pour une étude comparée des dynamiques sociales en Occident latin et dans le monde arabo-musulman au Moyen Âge.

15h30 – Pause

16h – Robert KOOL, Finding French Deniers in the Latin Kingdom of Jerusalem: The Archaeological and Cultural Perspective.

16h45 – Sébastien GASC, Monnaies et circulation monétaire en Méditerranée aux XIIe-XIIIe siècles.

Inauguration de l’exposition de clichés photographiques sur les transferts Poitou-Orient latin : la commanderie de Cressac

18h30 – Réception à la Mairie de Poitiers

 

Jeudi 25 avril

 

3e session – Transferts linguistiques (présidée par Claudio Galderisi)

9h – Laura MINERVINI, Les manuscrits français d’Outremer. Un nouveau bilan.

9h45 – Cyril ASLANOV, L’ancien français et l’arménien en contact en Cilicie : un épisode éphémère ?

10h30 – Pause

11h – Cinzia PIGNATELLI, Deux guides de Terre Sainte et leur traduction par Jean d’Antioche.

11h45 – Abderrazak HALLOUMI, Le Livre de l‘Eschiele Mahomet : un exemple d’un double transfert ? Adaptation ou réécriture ?

Buffet au CESCM

 

4e session – Tradition  manuscrite  et  culture  littéraire (présidée par  Martin Aurell)

14h – Bill BURGWINKLE, The Prodigal Text Returns: Cultural Transmission in the 13th Century.

14h45 – Catalina GIRBEA, Les transferts entre la France et la Terre Sainte dans le cycle épique de la croisade.

15h30 – Pause

16h – Marisa GALVEZ, Sounds of Crusade Departure and Cultural Transfer: The Disme de Penitanche by Jehan de Journi and “A la Fontana” by Marcabru.

16h45 – Johannes JUNGE RUHLAND, The Manuscript as Agent (London, British Library, Additional 15268).

17h30 – Mae LYONS-PENNER, Schooling Saladin: Objects of Communication in the Ordene de chevalerie.

Vendredi 26 avril

 

5e session – De la croisade à l’implantation (présidée par Nicolas Prouteau)

9h – Florian BESSON, “Que nul étranger n’entre dans le royaume de Jérusalem” : une réflexion sur les dynamiques d’éloignement culturel.

9h45 – Camille ROUXPETEL, Guillaume de Tyr, un Latin du Proche Orient.

10h30 – Pause

11h – Estelle INGRAND-VARENNE, Transferts épigraphiques : les inscriptions de l’abbaye du Val de Josaphat à Jérusalem.

11h45 – Clément  DE  VASSELOT, Guy de Lusignan : pouvoir et récits du règne  entre Occident, Orient latin et Chypre.

Buffet au CESCM

 

6e session – Altérité et acculturation (présidée par Marisa Galvez)

14h30 – Steven ISAAC, There and Back again : Women and Holy War.

15h15 – Martin AURELL, De l’acculturation à l’ethnotype, l’altérité du Poulain.

16h – Pause

16h30 – Conclusions générales par Claudio Galderisi


Liste et qualité des communicants / List of Speakers:

  • Aslanov Cyril, Professeur de linguistique,  Aix-Marseille Université
  • Aurell Martin, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Besson Florian, Docteur, Centre Roland Mousnier
  • Boas Adrian, Professor of Archaeology, University of Haïfa – Israël
  • Boissellier Stéphane, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Burgwinkle Bill, Professor of Medieval French and Occitan Literature, King’s College Cambridge – Angleterre
  • Folda Jaroslav, N. Ferebee Taylor Professor Emeritus of the History of Art, University of North Carolina at Chapel Hill – USA
  • Galderisi Claudio, Professeur de philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Galvez Marisa, Associate Professor of French and Italian, Stanford University/CMEMS – USA
  • Gasc Sébastien, Chercheur associé – IRAMAT Centre Ernest Babelon 
  • Girbea Catalina, Professeure, Université de Bucarest/CESCM – Roumanie
  • Halloumi Abderrazak, Doctorant, Université de Poitiers/CESCM
  • Hanne Olivier, Docteur, Professeur aux écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan
  • Ingrand-Varenne Estelle, Ingénieure de recherche, CNRS/CESCM
  • Isaac Steven, Simpson Distinguished Professor, Longwood University – USA
  • Kühnel Bianca, Professor of Art History, Hebrew University of Jerusalem – Israël
  • Lyons-Penner Mae, Doctorante, Stanford University/CMEMS – USA
  • Minervini Laura, Professeure de philologie et de linguistique romane, Université de Naples Federico II – Italie
  • Pignatelli Cinzia, Maître de Conférences en philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Prouteau Nicolas, Maître de Conférences en archéologie, Université de Poitiers/CESCM
  • Rouxpetel Camille, Florence Gould, Fellow Harvard University
  • Junge Ruhland Johannes, Doctorant, Stanford University/CMEMS – USA
  • Shawcross Teresa, Associate Professor of History and Hellenic Studies, Princeton University – USA
  • Vasselot Clément de, Doctorant, Université de Nantes/Université de Poitiers/CESCM
  • Zouache Abbès, Chargé de recherche CNRS, directeur du CEFAS – Koweït

               


[1] Espagne Michel, Werner Michael., « La construction d’une référence culturelle allemande en France : Genèse et histoire (1750-1914) », Annales ÉSC, 4 (juillet-août 1987), p. 969-992 ; repris dans Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècle), M. Espagne et M. Werner dir. Paris, 1988 ; Espagne Michel, Dimitrieva Katia (dir.), Philologiques IV. Transferts culturels triangulaires France – Allemagne – Russie, Paris : MSH, 1996.

[2] Celui-ci réunit l’ensemble des laboratoires de Sciences Humaines et Sociales de l’École normale supérieure, ses bibliothèques littéraires et deux unités du Collège de France, voir : http://www.transfers.ens.fr/

[3] Les derniers colloques en date étant « Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge » 20-22 septembre 2018, organisé par la Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane ; « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs », 5-7 octobre 2017, Caen, resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller.

[4] Joyeux-Prunel Béatrice, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèses 2003/1 (6), p. 149-162.

[5] Galderisi Claudio dir., Translations médiévales (Transmédie). Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe–XVe siècles). Étude et Répertoire, Turnhout, 2011.

[6] Abdellatif Rania, Benhima Yassir, König Daniel, Ruchaud Elisabeth, Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, De Gruyter, 2012.

[7] Dubois Jacques, Guillouët Jean-Marie, Van den Bosshe Benoît dir., Ersek Annamaria coord., Les transferts artistiques dans l’Europe gothique. Repenser les circulations des hommes, des œuvres, des savoir-faire et des modèles (XIIe-XVIe siècle), Paris : Picard, 2014.

[8] Feuchter Jörg, Hoffmann Friedhelm, Yun Bee ed., Cultural transfers in dispute: representations in Asia, Europe, and the Arab world since the Middle Ages, Frankfurt-on-Main ; New York, 2011.

[9] Weiss Daniel H., Mahoney Lisa, France and the Holy Land, Frankish Culture at the End of the Crusades, The Johns Hopkins University Press : Baltimore & London, 2004.

[10] « The Latin East in the 13th Century: Institutions, Settlements and Material Culture. Commemorating the 800th aniversary of ‘Atlit Castle », 31 janvier 2018- 2 février 2018, Haifa University.

 

Retour sur Leeds 2018

Article co-rédigé par Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Émilie Kurdziel et Pamela Nourrigeon.

L’International Medieval Congress de Leeds (2-5 juillet) fêtait cette année ses 25 ans, d’où le choix du thème « Memory », analysé dans de nombreuses sessions et conférences plénières comme celle de Mary Carruthers et Richard Dance. À cet anniversaire s’en ajoutaient deux autres : les 50 ans de l’Institute for Medieval Studies, désormais lié par convention au CESCM, et de l’International Medieval Bibliography, partenaire de longue date de la bibliographie de civilisation médiévale. Une délégation de 6 membres du laboratoire y était présente, parmi plus de 2500 participants cette année !

Ils y ont présenté certaines de leurs recherches en cours dans trois sessions sponsorisées conjointement par le CESCM et l’IMS de Leeds, consacrées au thème de la relation entre mémoire et communauté (‘Memory and Community I, II et III’). L’un des aspects saillants des neuf conférences prononcées dans ce cadre s’est révélé être la question du lien entre la mémoire et sa matérialité, rejoignant ainsi l’intervention de Pamela Nourrigeon dans une autre session intitulée ‘Memory and the Materiality of Medieval Texts, II: Books and Beyond’. La publication de ces travaux est envisagée sous la forme d’un dossier spécial dans une revue.

En plus d’un nombre de sessions déjà impressionnant, le programme du congrès regorge d’ateliers de travail, de réunions informatives ou encore d’expositions. Ainsi, par exemple, l’Institute for Medieval Research de Nottingham, dans une séance organisée par Rob Lutton, proposait aux doctorants et jeunes chercheurs de se retrouver pour échanger autour de la difficile question de l’insertion professionnelle dans le domaine de la recherche et l’enseignement supérieur. Plusieurs interventions ont permis de donner des clés aux futurs candidats pour postuler correctement aux offres d’emploi, mettant en avant les différences capitales entre Royaume-Uni et États-Unis.

Selon une toute autre idée, CARMEN, réseau regroupant des médiévistes du monde entier et auquel le CESCM est associé, proposait un atelier collectif autour de la question de la mémoire au Moyen Âge et dans l’historiographie. La distribution de textes et l’entreprise résolument participative ont permis de créer un lieu de travail et d’échanges entre les participants comme ne le font pas les autres sessions. L’initiative tend à faire du congrès un vrai moment de collaborations entre les médiévistes de tous horizons.

Saluons enfin l’initiative du personnel de la Brotherton Library de la bibliothèque universitaire de Leeds qui a proposé chaque midi un temps fort autour de ses collections spéciales. Les bibliothécaires y ont présenté certains des documents les plus précieux des réserves : livres d’Heures du XVe siècle, rouleau du tribunal de Ripon ou encore premiers livres de voyages à Jérusalem imprimés du XVIIe siècle. L’objectif est de faire connaître le fonds conservé et d’inviter les chercheurs à y travailler.

A peine rentrés, les idées fusent pour organiser de nouvelles sessions l’an prochain sur le thème « Materialities » (le congrès aura lieu du 1er au 4 juillet 2019).