Tous les articles par Vincent Debiais

Après-midi histoire de l’art aux Semaines d’études médiévales

Deux approches, deux objets, deux styles très différents que ceux de Michele Bacci et d’Éric Palazzo. Les deux conférences prononcées en ce lundi après-midi, dans le cadre des Semaines d’études médiévales, ont pourtant suscité un même intérêt parmi les stagiaires et les auditeurs.

Nativity_Grotto_Star

 Michele Bacci, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Fribourg, a proposé une conférence consacrée à l’évocation des lieux saints de Jérusalem en dehors de Palestine. En explorant un vaste territoire, de l’Éthiopie à l’Inde, de la Géorgie à la Péninsule Ibérique, Michele Bacci a montré comment l’art médiéval a su créer des « lieux alternatifs » dans lesquels pouvaient s’exercer les pratiques dévotionnelles des fidèles, par rivalité, promotion, analogie, mimétisme ou synecdoque. S’intéressant aussi bien aux formes architecturales qu’aux décors de ces édifices, nouveaux saints sépulcres d’Occident, Michele Bacci a attiré l’attention sur la complexité de ces phénomènes de reprise qui ne furent pas toujours synonymes de translation en dehors de Palestine de la sacralité des traces néotestamentaires.

Sacr_Gellone_1v

Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers (CESCM) et membre sénior de l’IUF, a quant à lui entraîné les stagiaires, en seconde partie d’après-midi, dans une exploration des cinq sens dans l’art médiéval. Si ce thème très large est au cœur de ses recherches actuelles et le sujet d’un livre à paraître prochainement, l’auteur a choisi de se concentrer, pour cette Session d’été, aux images du sacramentaire gélasien, en particulier les lettres ornées du rituel baptismal dans le sacramentaire de Gellone. Après une introduction très riche sur la question des sens au Moyen Âge et sur le contexte liturgique de production et d’utilisation du sacramentaire, Éric Palazzo a invité le public à regarder ces images dans la perspective d’une activation par les sens du contenu de la représentation et du texte placé en regard. Fondée sur la théologie de l’Incarnation et l’exégèse du rituel d’une part, et sur une lecture fine de l’élaboration savante de la figure des évangélistes d’autre part, la conférence d’Éric Palazzo soulève de nouvelles questions très prometteuses.

Réunion plénière du projet ANR ORIFLAMMS

Vendredi 21 juin, à l’IAngers Ato MRHT, a eu lieu la première réunion plénière du programme ORIFLAMMS (ANR Corpus et outils de la recherche en sciences humaines) dans lequel est engagé le CESCM. Elle a réuni l’ensemble des partenaires travaillant depuis février 2013 sur le traitement informatique des écritures médiévales sous la direction de Dominique Stutzmann, chargé de recherche au CNRS.

ORIFLAMMS (Ontology Research, Image Features, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts) analyse l’évolution des systèmes et formes graphiques des écritures d’un temps long (le Moyen Âge) selon leur contexte de production (écritures usuelles, diplomatiques ou livresques) et leur langue (latin ou vernaculaire). Il établit une ontologie des formes et une analyse des structures graphiques des écritures pour passer d’une approche linéaire (textuelle) à une approche visuelle (bi- et tridimensionnelle) pour répondre aux interrogations des linguistes, historiens des écritures (paléographes, diplomatistes et épigraphistes) et chercheurs industriels en reconnaissance des formes. [extrait du dossier ANR]

Cette réunion a porté sur plusieurs points : 1) la gestion et le déroulement administratif du projet ; 2) la constitution des différents corpus sur lesquels seront menées les opérations d’alignement et de traitement automatisé de la transcription ; 3) le bilan des premières semaines de travail sur les manuscrits de la Queste del saint Graal (à partir de l’édition faite à l’ENS de Lyon) ; 4) les développements à créer dans les prochaines semaines.

Les inscriptions médiévales – qui constituent la part la plus importante du travail fourni par le CESCM au sein d’ORIFLAMMS – représentent un vrai challenge technologique pour la détection automatique des lignes et un enjeu pour la TEI (rupture des lignes, enchâssement des textes, etc.). Ces analyses seront principalement menées sur les inscriptions médiévales de l’Ouest de la France.

Prochaine étape pour le CESCM : fournir le pannel de 400 images épigraphiques avant la fin de l’année. Au travail !

Semaines d’études médiévales 2013 – Conférence de Martin Aurell

« Joyeuse », l’épée du sacre des rois de France, est le point de départ qu’a choisi par Martin Aurell, professeur d’histoire à l’Université de Poitiers et membre du CESCM, pour commencer sa conférence sur « Le glaive : symboles et société » prononcée dans le cadre des Semaines d’études médiévales.

290px-Epée_JoyeuseAu cours de cet exposé, préambule à une recherche de grande envergure, Martin Aurell a proposé deux axes de réflexion : d’abord, un aperçu des mythes et des croyances anciennes, héritage culturel symboliquement riche sur lequel s’ancrent certaines pratiques sociales de l’épée au Moyen Âge ; ensuite, le discours de l’Église le glaive et ses usages.

La première partie de la conférence de Martin Aurell était consacrée à une approche comparatiste faisant dialoguer les mythologies grecque, latine, scandinave et germanique avec la littérature médiévale, principalement la matière arthurienne. En accordant une place importante au merveilleux (avec des découvertes surnaturelles d’épées, véritables talismans confiés à un héros qui s’identifie complètement à son arme), ces récits dénotent un attachement affectif très fort de la part du guerrier à son glaive, symbole de sa force et de sa légitimité, mais aussi de celles de son lignage. Offerte en gage, en garantie ou en cadeau, l’épée traverse le temps et l’espace de la fiction médiévale.

Dans un deuxième temps, et en partant de la belle plaque émaillée du tombeau de Geoffroy, aujourd’hui au Musée du Mans, Martin Aurell a analysé quelques-uns des discours produits par le milieu ecclésiastique sur l’épée, en particulier sur les épées mentionnées dans le Nouveau Testament et la naissance de théorie des deux glaives. Martin Aurell montre ainsi que l’épée des mythes est peu à peu christianisée. Elle acquiert un pouvoir et une fonction spirituels ; elle sert l’Église dans la propagation de la foi et la lutte contre les infidèles ou les hérésies.

Richement illustré, appuyé sur un dossier textuel très fourni, l’exposé de Martin Aurell a encore une fois démontré l’ampleur des connaissances de son auteur, notamment dans la matière littéraire, ses qualités d’orateur et la richesse des questionnements formulés.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/12/Geoffrey_of_Anjou_Monument.jpg

Les cinq sens au Moyen Âge – Acte 2

Le printemps et ses nombreuses manifestations scientifiques !

E. NAU/CESCM
E. Nau / CESCM

Du 29 au 31 mai 2013 s’est tenu au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale le deuxième volet des rencontres sur les cinq sens au Moyen Âge organisées par Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval et membre de l’Institut universitaire de France.Comme l’an passé, les conférences proposées par les intervenants venus de France, d’Europe et des États-Unis ont été passionnantes, abordant des aspects très différents de la perception sensorielle, de la conception des sens et de leurs implications sur la production des oeuvres d’art médiévales. Éric Palazzo a choisi, pour la seconde année consécutive, d’accorder à ses invités un temps de parole important (près d’une heure). Résultat : des présentations riches, argumentées, structurées ; des échanges nourris et des débats animés.

Par-delà l’excellence générale des conférences qui ont abordé les sens à travers les récits de pèlerinages (Jean-Marie Fritz), les textes politiques carolingiens (Geneviève Bürher-Thierry), les constructions architecturales de Saint-Bénigne de Dijon et de la cathédrale de Wells (Carolyn Malone), le texte et la musique des séquences (Christelle Cazaux), le son des cloches (Elisabetta Neri), etc., les trois temps forts de la manifestation resteront :

– la conférence inaugurale de Lynley Herbert, prononcée à la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers, à propos des Évangiles de Sainte-Croix, manuscrit enluminé carolingien conservé à Poitiers ;
– la présentation des liens entre l’encens et les oeuvres d’art du haut Moyen Âge par Lawrence Ness (avec une démonstration très sensorielle !) ;
– l’étude des manuscrits enluminés présentant le rituel juif du Seder par Adam Cohen.

abbaye_sainte_croix

Certaines de ces présentations donneront lieu, comme l’an passé, à la publication d’un numéro spécial des Cahiers de civilisation médiévale.

Soutenance de thèse d’Estelle Ingrand-Varenne, CESCM (29 mars 2013)

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 29 mars 2013, 14h30.

Soutenance de la thèse Langues de bois, de pierre et de verre. Histoire du langage épigraphique et de son passage du latin au français, présentée par Estelle Ingrand-Varenne pour l’obtention du doctorat en histoire médiévale, sous la direction de Cécile Treffort et de Cinzia Pignatelli.

Composition du jury : Pascale Bourgain, présidente ; Michel Banniard, rapporteur ; Pierre Chastang, rapporteur ; Daniel Rico Camps ; Cécile Treffort ; Cinzia Pignatelli.

Estelle Ingrand-Varenne a présenté ses travaux en soutenance publique. Son doctorat, consacré à l’analyse des aspects linguistiques des inscriptions médiévales des XIIe-XIVe siècles dans l’Ouest de la France (Bretagne, Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes), a été salué par les membres du jury pour la qualité de la présentation des deux volumes qui le composent, pour le sérieux des analyses, pour le nombre et la pertinence des intuitions et pour les perspectives qu’il offre pour le futur des études épigraphiques. Photo_Ingrand-Varenne_reduite-42966

Le travail d’Estelle Ingrand-Varenne propose un certain nombre de déplacements méthodologiques : 1) le passage de la notion de style épigraphique à celle de discours ; 2) le dépassement du clivage français/latin pour la langue des inscriptions ; 3) la réconciliation des approches linguistiques et paléographiques, trop souvent séparées en épigraphie.

Dans la thèse qui a reçu, à l’issue de la soutenance et d’une (très) courte délibération, la mention très honorable et les félicitations du jury, Estelle Ingrand-Varenne a fourni une grande quantité de résultats grâce à un très riche appareil théorique qui puise ses outils, sans jamais les accessoiriser, aux méthodes de l’histoire, de la linguistique, de la sémiologie, de la médiologie, etc. L’évolution des langues dans les inscriptions de l’Ouest n’est pas uniforme et les textes épigraphiques façonnent les contours d’usages langagiers particuliers, avec une pragmatique et une esthétique reposant sur des codes (la brièveté, l’emploi des formules, les déictiques) et des formes qui assurent l’exposition de l’écriture, la diffusion du message et la création d’une “langue épigraphique” entre latin et vernaculaire.

Certains des résultats de la thèse d’Estelle Ingrand-Varenne intéressent directement le projet ORIFLAMMS, notamment son versant linguistique, puisque l’auteur a étudié les phénomènes de séquenciation du texte par le blanc et la ponctuation, l’emploi distinctif des majuscules et la mise en voir des codes langagiers sur la page de pierre. Ce travail est tout à fait fondamental pour la suite de la recherche épigraphique en latin comme en français.