Tous les articles par Vincent Debiais

Le CESCM à Kalamazoo en 2017 – Appel à communication

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale et l’International Medieval Society-Paris lancent un appel à communication pour une session de communications organisée dans le cadre de l’International Congress on Medieval Studies qui se déroulera à Kalamazoo (USA) du 11  au 14 mai 2017 et qui réunit tous les ans dans le Michigan plus de 3000 médiévistes venus du monde entier. Cet appel conjoint est l’occasion pour le CESCM d’organiser pour la première fois un événement scientifique lors de l’ICMS,  sur le thème de l’altérité (sociale, religieuse, politique, linguistique) et ses implications dans le domaine du visuel.

Les propositions de communication (CV et résumé) sont à adresser à Vincent Debiais avant le 15 septembre 2016 ; merci aussi de renseigner la fiche d’inscription de l’ICMS. Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais : vincent.debiais@univ-poitiers.fr

Signs of Identity, Marks of Otherness: New Approaches to Visual Culture

This session will explore new avenues of research on visual signs marking the identity of social, religious, and political groups in different spaces (real or imaginary), and the ways in which these groups distinguished themselves.  Recent advances in the auxiliary sciences, which take into account social phenomena in the origin, creation and usage of systems of signs, permit  to revisit questions posed by emblems, armor, inscriptions, and images that mark the landscape and establish hierarchical spaces, both separate and connected.  In the dialectic of inclusion/exclusion, signs become references of identity included, integrated, claimed or rejected in reaction to historical circumstances and power relations.  This session brings together specialists from different disciplines to explore how visual signs work in real spaces, such as cities, monasteries, and castles; and literary spaces where such signs appear frequently in motifs and narratives.

This session welcomes interdisciplinary submissions.  Scholars working on original approaches to signs of identity through social history, visual culture, and the auxiliary sciences are encouraged to submit abstracts.  In this way, the session will have very broad appeal to participants at Kalamazoo.  Possible themes are: disputes, divisions, and heraldic claims; banners, standards, and flags; epigraphic marking and destruction; the role of written culture/visual culture in the strength of social groups.

 

Edward Schoolman, en visite à Poitiers

Edward Schoolman, assistant professor at the University of Nevada, Reno, is spending a month in the CESCM as a visiting scholar. Specialist of Late Antique Italy and hagiography, he is now working on a new reserach project on Italian noble families.

Schoolman_IAS_Portrait

Why are you here at the CESCM?

I was invited by Vincent Debiais to take part in a workshop “Inscriptions et reliquaires” which he has organized with Elisa Pallotini (University of Utrecht), and further to spend some time at the CESCM to prepare my work on funerary culture. Vincent and I were members at the Institute for Advanced Study together in 2014-2015, where we discovered we had overlapping interests in the meaning and significance behind the display of inscriptions (although from different disciplinary perspectives). Because of the strengths of the CESCM and its scholarship, Poitiers has proved to be a wonderful place to spend a month to complete some of my research and writing in preparation for the workshop and the further develop a project on elements of secular funerary culture in the early Middle Ages, and in particular to move geographical beyond Italy into examples from France.  I am very much looking forward to feedback on my paper, “Texts, Bodies and Tombs: Secular Funerary Culture in Early Medieval Italy and Gaul,” which seeks to define and examine the long survival of secular (or non-Christian) practices and language connected to sarcophagi and commemoration.

Tell us about your teaching and other research activities?

I have been an assistant professor in the department of history at the University of Nevada, Reno (USA) since 2011, where I teach a range of courses on Roman, medieval and Byzantine history. Last year, I also taught two seminars, one on monasticism and the other on the transformation of elite status in Late Antiquity; my courses draw not only from literary evidence, but also from material culture.  Both of these aspects relate to my own research interests in the history of northern and central Italy, following a number of interrelated avenues of new ways to consider the transformation of the early medieval world with respect to religion and its various roles in society, through the lenses of identity and funerary culture, and in the surviving monuments, documents, and documentary records.  This work began with my thesis “Civic Transformation of the Mediterranean City: Ravenna and Antioch, 300-800 CE” which I completed at UCLA under the direction of Claudia Rapp in 2010, but has developed beyond the confines of the seventh century and those specific cities.

You have a forthcoming book?

Yes.  My first book, “Rediscovering Sainthood in Italy: Hagiography and the Late Antique Past in Medieval Ravenna,”1 will appear in September 2016 from Palgrave in the New Middle Ages series. Central to the book is the vita of Barbatianus, a holy man, monk, and confessor to the empress Galla Placidia in Ravenna. First written in the tenth century and derived from a number of other sources, the vita appropriates the late antique history of the city and its importance as capital of the Western Roman Empire as relevant to the city’s changing status within the empire of the Ottonians.  Using the cult of Barbatianus as a lens, the book tries to balance the varying forces at play in the city in the tenth century and the nature of Ravenna’s hagiographic landscape, and traces its development of the cult from its origins to the early modern period.  Although the book was very different in scope from the projects I am pursuing now, I think that funerary commemoration, the practices of veneration, and their cultural impact are all closely connected.

What are your expectations for this stay?

I have already received such generous hospitality from the members and staff of the CESCM, and I am looking forward to getting to know them better and make new contacts with possible future collaborators.  I will also continue to use the center’s resources, including the library, for the rest of my stay, but I am most grateful for the help and support I have already received.

  1. http://www.palgrave.com/us/book/9781137602718 []

[3 juin] Inscriptions et reliquaires – Journée d’étude

En 1997, Jean Michaud proposait une communication sur les consécrations d’autel au grand colloque de Boulogne-sur-Mer dédié au culte des reliques, et offrait des pistes de recherche sur la question des liens entre écriture épigraphique et mise en scène des corps saints.

Près de vingt ans après cette conférence, l’étude des reliquaires, de leur forme, de leur décor, de leur fonction, a considérablement progressé, notamment sous l’impulsion du material turn en histoire de l’art, et de l’étude du corps et de la corporalité au Moyen Âge. Cependant, l’intérêt pour les inscriptions que portent très souvent les châsses et les reliquaires reste encore limité, alors qu’elles sont partie intégrante des moyens visuels déployés dans le matériau pour mettre en scène le saint et sa virtus. Les inscriptions sur les reliquaires manifestent par l’écriture ce que contient l’objet ; entre authentification des restes saints, commémoration du commanditaire de l’objet et invitation à la prière des fidèles, elles dévoilent et manifestent ce qui est soustrait à la vue et au toucher.

Lors de cette journée d’étude organisée par Vincent Debiais et Elisa Pallottini, il s’agira de poser à ces inscriptions de nouvelles questions à la lumière des recherches récentes sur les reliquaires, en se concentrant notamment : 1) sur les propriétés empiriques de l’écriture et son interaction avec le matériau ; 2) sur la relation entre la capacité de l’écriture à signifier et la capacité de la virtus à agir ; 3) sur les liens éventuels entre le contenu des inscriptions et la présence des saints dans la liturgie ; 4) sur les connexions entre les inscriptions sur reliquaires et les textes inscrits sur les objets liturgiques.

Cette journée d’étude s’étendra sur une « longue journée » ; elle alternera les études de cas et les réflexions générales sur les liens entre écriture et sacralité.

Verneuil-sur-Avre, abbaye Saint-Nicolas. Châsse de saint Avit (première moitié XIIIe s.).
Verneuil-sur-Avre, abbaye Saint-Nicolas. Châsse de saint Avit (première moitié XIIIe s.).

Programme

9h – Accueil des participants

9h30 – Vincent Debiais (CNRS-CESCM) : Les inscriptions, une écriture à la croisée des matières (en guise d’introduction)

10h – Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) : Des enjeux ecdotiques des inscriptions sur objets à l’étude de la textualité objectale

10h45 – Janneke Raaijmakers (Université d’Utrecht) : Hagiography versus epigraphy? A different perspective on saints’ cults or not.

11h30 – Elisa Pallottini (Université d’Utrecht) : Les reliquaires, les reliques et leurs inscriptions

12h15 – Déjeuner

14h – Pierre-Alain Mariaux (Université de Neuchâtel) : Intus et foris

14h45 – Delphine Boyer-Gardner : Autour des corps de saints évêques du haut Moyen Âge : inscriptions au contact et inscriptions à distance.

15h30 – Pause

15h45 – Edward Schoolman (Université de Reno) : Texts, Bodies and Tombs: Secular Funerary Culture in Early Medieval Italy and Gaul

16h30 – Discussions et conclusions

Afin de nourrir les discussions et d’apporter des éclairages originaux sur ces questions, les organisateurs ont également invités des collègues à réagir pendant les échanges et les débats : Éric Palazzo (Université de Poitiers-IUF), Cécile Treffort (Université de Poitiers), Teemu Immonen (Université de Turku), Cécile Voyer (Université de Poitiers), Morgane Uberti, Marika Rasanen (Université de Turku).


 

Lieu : salle Crozet du CESCM – 24 rue de la Chaîne – POITIERS

Contact : vincent.debiais@univ-poitiers.fr

Séminaire de Catherine Fernandez (Index of Christian Art)

La semaine du 11 au 17 avril prochain, le CESCM a la chance et le plaisir d’accueillir Catherine Fernandez, chercheuse à l’Index of Christian Art (Princeton University).

catherine-fernandez-final-cropped-2

Catherine Fernandez est docteur en histoire de l’art médiéval et chercheuse à l’Index de Christian Art depuis 2013. Ses intérêts de recherche concernent les trésors ecclésiastiques, la survivance et le remploi des objets antiques, et les échanges inter-culturels dans  l’espace de la Méditerranée médiévale. Catherine termine actuellement le manuscrit d’un livre intitulé Charlemagne’s Pectoral: The Medieval Afterlife of the Gemma Augustea at Saint-Sernin of Toulouse qui retrace l’histoire et l’utilisation du plus grand camée du temps d’Auguste, depuis sa création au Ier siècle ap. J.-C à Rome jusqu’à à sa vénération en tant qu’objet ayant appartenu à Charlemagne à Toulouse au XIIIème siècle.

Catherine Fernandez rencontrera Chrystel Lupant et Carolina Sarrade à la Photothèque du CESCM pour discuter des questions d’indexation auxquelles elles sont toutes trois confrontées dans la réalisation de Romane et de l’Index of Christian Art.

Catherine Fernandez nous fait également l’honneur de présenter ses recherches personnelles au cours d’un séminaire informel qui se tiendra le mercredi 13 avril à 10h30 au CESCM (salle Gaston Berger) sur le thème suivant : « La mutabilité de la mémoire institutionnelle : réexaminer le trésor de Saint-Sernin de Toulouse dans son contexte architectural ».

Au milieu du XIIIème siècle, Saint-Sernin de Toulouse était en possession de trois objets extraordinaires :  la Gemma Augustea, le grand camée romain du datant Ier siècle ap. J.-C., l’Évangéliaire de Godescalc du VIIIème siècle, et un olifant du XIème siècle. Ces dons prétendument effectués par Charlemagne à l’église toulousaine alimentent différents récits donnant une vision très locale de l’empereur dans son rôle de donneur et de saint guerrier. Pourtant, en dépit l’importance de la mémoire carolingienne à Saint-Sernin, cette question a été peu abordée dans la littérature. Haut lieu de l’innovation artistique et architecturale, la basilique romane a généré une bibliographie considérable relatives aux questions de style et à la chronologie, créant simultanément une rupture entre la forme du bâtiment et sa fonction. Ce séminaire examinera comment la persistance de la mémoire carolingienne a joué un rôle conséquent dans l’organisation des autels, le choix des caractéristiques iconographiques du programme sculptural, et l’exposition des objets du trésor dans l’église romane de Saint-Sernin. En examinant une variété de sources peu courantes, on verra comment il est possible de reconstruire certains vestiges de la basilique préromane conservés dans la nouvelle structure.

ESSEP, le retour – Poitiers, capitale mondiale des études épigraphiques.

Entre 2011 et 2013, le programme ESSEP (European Summer School in Epigraphy, Poitiers), financé pendant trois ans par l’agence européenne Erasmus, a réuni chaque été à l’Université de Poitiers une cinquantaine d’étudiants de master et de doctorat provenant de treize universités en Europe pour une formation intensive en épigraphie antique et médiévale. Cette expérience, unique à ce jour, constitue une grande aventure humaine et intellectuelle, en particulier grâce à l’énergie de Bertrand Goffaux et de l’équipe d’enseignants européens chargée d’animer les cours, les travaux pratiques et les visites.

Antonis Kaponis
Cliché Antonis Kaponis

Dix-huit mois après la clôture de la dernière édition, il ne s’agissait pas simplement de créer l’occasion pour les anciens élèves du programme ESSEP de se retrouver à Poitiers ; il s’agissait surtout, au-delà du plaisir de constater l’avancée de la formation et des travaux de chacun, d’échanger sur les questions méthodologiques et historiques qui animent la recherche en épigraphie antique et médiévale. Le défi a été relevé avec enthousiasme par les jeunes chercheurs qui ont répondu à l’invitation de Nicolas Tran, et l’excellence des présentations ainsi que la qualité des débats ne laissent aucun doute quant à l’impact des réflexions collectives menées durant les étés 2011, 2012 et 2013 à Poitiers.

Qu’est-ce qu’une inscription ? Qu’est-ce que l’épigraphie ? Qu’est-ce qu’un épigraphiste ? Les trois questions posées par Nicolas Tran dans son introduction ont reçu des réponses riches et contrastées au cours de présentations faisant alterner les époques historiques, entre Grèce archaïque et Occident médiéval, les formats, entre synthèses et études de cas, et les problématiques, entre histoire sociale et édition de textes. Dans tous les cas, les points communs et les divergences de forme et de contenu entre les inscriptions grecques, latines et médiévales ont une nouvelle fois éclairé la fonction sociale et la valeur esthétique des pratiques monumentales de l’écriture, et c’est tout l’intérêt que d’envisager, comme ce fut le cas pendant deux jours, de tels phénomènes sur la longue durée. Les réflexions globales, à grande échelle, n’ont cependant pas empêché les présentations d’offrir un grand niveau d’érudition quant aux questions paléographiques, linguistiques ou d’onomastique ; bien plus, elles ont démontré la nécessité d’une rigueur à toute épreuve dans l’élaboration des corpus, dans l’établissement des textes et des traductions, dans l’élaboration des critères de datation…

Les deux journées ont donc offert un panorama très large des recherches actuelles en épigraphie antique et médiévale au sein duquel on retiendra deux aspects essentiels. Le premier concerne l’apport des inscriptions pour le repérage, la définition et la connaissance de groupes sociaux particuliers, qu’il s’agisse de militaires, de vétérans, d’enfants… Entre lecture sociale des usages graphiques et prosopographie de certains ensembles d’individus, ces présentations ont démontré simultanément l’omniprésence de l’écriture épigraphique d’abord – comme si la « civilisation de l’épigraphie » ne concernait pas seulement l’Antiquité – et son utilisation tout à fait contextuelle ensuite, avec une mise en page, une graphie, un contenu et une localisation particulière. Le second aspect concerne l’attachement nécessaire aux questions de vocabulaire, des termes paléographiques décrivant la forme des lettres des inscriptions aux mots employés pour définir une problématique donnée. Le caractère polyglotte de l’assemblée qui assistait aux débats – une marque de fabrique d’ESSEP ! – plutôt que de résoudre ces questions en a au contraire affirmé l’importance, et a prôné l’utilisation de termes univoques et critiques.

Dans ses conclusions aux deux journées de présentations et de débats, Cécile Treffort a mis en valeur l’intérêt du regard croisé entre Antiquité et Moyen Âge, en ce qu’il fait émerger des thématiques nouvelles recherche et qu’il solidifie les méthodes. Elle a aussi constaté à quel point l’ambition première d’ESSEP, celle de créer à l’échelle européenne une communauté d’enseignants, d’étudiants et de savoirs en épigraphie antique et médiévale, avait été atteinte.