Tous les articles par Vincent Debiais

L’œil et le clic : la captation du sensible

Johannes (Jan) Vermeer – Christ in the House of Martha and Mary – Google Art Project.jpg

Parmi les milliers d’images qu’il a photographiées et numérisées au cours de sa longue carrière au CESCM, Jean-Pierre Brouard a sans aucun doute traité, à un moment ou à un autre, une peinture ou une sculpture figurant la scène de l’évangile de Luc, dans laquelle le Christ est reçu par Marthe et Marie.

Les deux figures, dans leur relation à celui qui entre dans leur maison, proposent deux modalités complémentaires de la vie de service. Marthe, qui s’avance pour accueillir Jésus, remplit la parabole de ses gestes et de ses paroles ; Marie, assise, silencieuse et attentive à l’enseignement du Christ, s’installe dans une contemplation aimante – c’est tout le sens du grand tableau de Vermeer. Marthe interroge Jésus au sujet de l’inaction de sa sœur, mais au lieu de lui adresser un reproche, il affirme que c’est bien l’attitude de Marie qui a sa faveur. En perspective chrétienne, et ceux qui ont le plaisir de travailler à ses côtés en font l’expérience quotidienne, Jean-Pierre serait plutôt du côté de Marie, et c’est tant mieux pour lui et les autres ! Il préfère la quiétude à l’agitation, le silence aux discours, l’ordre au désordre ; une discipline du détail finalement qui se retrouve dans tous les aspects de son travail.

Au moment où le CESCM s’imposait en France comme l’un des grands centres documentaires au service des recherches en histoire de l’art et en épigraphie, Jean-Pierre Brouard a été un acteur incontournable des travaux d’acquisition et de traitement des clichés aujourd’hui accessibles à la photothèque et à l’inscripthèque à Poitiers, et à travers les portails numériques ROMANE et TITULUS. Qu’il s’agisse de panneaux de peintures murales, de vues d’architecture, d’éléments sculptés ou encore d’inscriptions, la consultation du fonds photographique du CESCM permet d’apprécier l’exceptionnelle qualité du travail de Jean-Pierre et c’est un euphémisme de dire que ses clichés rendent hommage à la diversité, à la dextérité, à la virtuosité parfois de l’esthétique médiévale. Ils conjuguent la rigueur scientifique d’une prise de vue réaliste, en accord avec l’objet d’étude, et une sensibilité aiguë pour le geste qui l’a produit. La maîtrise technique que l’on attend d’un photographe professionnel se voit ainsi épaissie d’une empathie que l’on rencontre chez un artiste. L’une et l’autre exigent de la patience : regarder les œuvres pour déterminer ce qui doit être rendu visible sur les clichés ; comprendre le monument ou l’objet pour établir ce qui doit apparaître dans la publication ; connaître les enjeux scientifiques pour décider du niveau de détail à atteindre. Pour y parvenir, il faut être Marie : s’assoir et observer. Jean-Pierre Brouard exige de la patience. En mission sur le terrain, il impose silencieusement le rythme des images et oblige le chercheur qui l’accompagne à une lenteur salutaire, celle qui permet de ne plus s’agiter comme Marthe, mais au contraire de s’imprégner d’un objet, d’une image, de leur environnement. On n’explore jamais tant les recoins d’une église médiévale que lorsque l’on accompagne notre photographe en mission et que l’on attend patiemment, sans trop parler, qu’il capture la bonne image.

Cliché C. Voyer/CESCM

À l’heure où les moyens techniques mettent à la disposition des visual studies d’énormes quantités d’images, entr’aperçues dans le défilement stroboscopique d’un script sur un site web, la mesure et l’économie de Jean-Pierre rappellent l’historien de l’art à son devoir de lenteur et d’approfondissement. Au retour de mission, le chercheur doit encore attendre le traitement des clichés, livrés petit à petit. Il est certain en revanche que l’étalonnage des couleurs et des lumières est parfait ; il sait qu’il peut lire l’inscription sans difficulté ; il est convaincu qu’il pourra publier l’image sans encombre. Par l’application portée à chaque image, le travail de Jean-Pierre en vient finalement à réaffirmer l’unicité de l’œuvre médiévale. Cet engagement esthétique ne cantonne plus dès lors le travail du photographe au « support » ou au « service » de la recherche, il en est une dimension indispensable, pleinement scientifique. L’œil du photographe, qui a commencé sa carrière en s’intéressant aux travailleurs, aux usines, perçoit aujourd’hui ce qui fait l’intérêt d’une image ou d’un objet souvent plus vite que le chercheur lui-même. Affaire d’expérience, dira-t-on… On peut aussi l’entendre comme une capacité à voir l’homme derrière la matière. Son travail est en ce sens un atout au service des sciences humaines dans un milieu et au sein de disciplines qui le sont parfois assez peu.

La discrétion et la retenue de Jean-Pierre Brouard sont les indices d’une attention véritable aux détails, dans son travail au CESCM, mais aussi dans les relations avec ses collègues. Elles sont aussi le signe d’une vraie indépendance, d’une liberté en somme, celle du professionnel, celle de l’artiste. Plusieurs générations d’étudiants et de chercheurs pourront encore travailler sur le fruit de son investissement au CESCM et lui témoigner, à travers leurs recherches, une profonde reconnaissance pour avoir rendu la culture visuelle médiévale encore plus fascinante à travers ses clichés.

Leonor Zozaya-Montes, séjour enseignant ERASMUS

Le CESCM accueille du 3 au 8 avril prochain une collègue espagnole dans le cadre d’un séjour enseignant ERASMUS. Leonor Zozaya-Montes (Madrid, 1975) est maître de conférences au Département des Sciences historiques de l’Université de Las Palmas de Gran Canarias (ULPGC, Espagne). Elle a enseigné à l’Université Complutense de Madrid, a bénéficié de bourses de recherche prestigieuses au CSIC et a fait des séjours académiques à l’Université de Cambridge (Angleterre), à ​​l’EHESS (Paris) et au CHSC de l’Université de Coimbra (Portugal).

Leonor Zozaya a principalement étudié la genèse, l’utilisation et la conservation de la documentation écrite à Madrid au xvie siècle. Son livre sur les notaires de la municipalité madrilène paru en 2011 est le fruit d’une partie de ces recherches. Un autre travail sur les archives de l’histoire de l’hôtel de ville de Madrid est actuellement sous presse.

Elle a travaillé sur d’autres sujets dont la paléographie et les liens de cette discipline avec les Humanités numériques, et le jeu comme stratégie d’apprentissage en paléographie et en épigraphie. C’est dans ce contexte que s’inscrit son travail en épigraphie expliquant son séjour au CESCM. Elle propose notamment de relire avec une nouvelle interprétation certaines graphies de l’écriture exposée initialement considérées comme des « fautes ». Leonor Zozaya proposera de partager ces travaux lors d’un séminaire informel au CESCM intitulée « Promenades avec l’écriture » le mercredi 4 avril à 11h15.

 

Pourquoi avoir choisi le CESCM pour votre visite, Leonor ?

Je voulais avoir une expérience directe du travail au sein d’une institution aussi prestigieuse pour qui s’intéresse à l’épigraphie médiévale. Les activités de cette équipe, depuis le temps du professeur Favreau, ont toujours été innovantes et originales. De grands spécialistes ont permis une approche différente des inscriptions. Les activités scientifiques de Vincent Debiais que je connais et que je suis m’ont conduit à découvrir les recherches des autres membres de ce groupe, dont les travaux très intéressants d’Estelle Ingrand-Varenne. En suivant ce fil d’Ariane, j’ai pris conscience de tout l’intérêt que présente un séjour au CESCM. Les activités nombreuses et suggestives qui s’y déroulent sont exemplaires et le fréquenter est enrichissant à tout point de vue.

L’épigraphie ne constitue qu’une partie de mes recherches et le CESCM n’est pas seulement un centre d’épigraphie. Je l’envisage pour ma part comme un laboratoire de paléographie et d’histoire de l’écriture dans ses grandes lignes, marquée par l’activité originale de ses chercheurs, découvrant de nouvelles voies scientifiques – qui incluent aussi de le numérique –, aidant à générer de nouvelles idées autour du merveilleux monde de l’écriture dans le passé.

 

 

Call for papers: International Congress on Medieval Studies – Kalamazoo, 2018

Church in the City. Ecclesiastical Power and Urban Government in Medieval Italy (10th-13th c.)

In Italian historiography, history of the Church and history of the Communes, and even urban history in a broader sense, have been completely partitioned for long. A s a consequence, the question of the relations between Church and urban secular institutions of government have little been studied. True, from the 1960’s on, scholars started to pay attention to some aspects of this question, starting with the specific problem of the relations between the bishop and the city, and more specifically between the bishop and the emerging Commune. The main purpose of the numerous studies produced on the subject, was to understand how bishops, who were at the head of urban government in the 10th century, could have bit by bit given way to communal authorities in the following centuries, and how they dealt with it.

 It is now a trite to say that in the central Middle Ages, civil and religious spheres were as closely intertwined and even inseparable as they were in the former period and that in terms of political organization of the city, this resulted in what Giovanni Tabacco has defined as the “institutional synthesis of the bishop and the city” – a reality that persisted in the early communal era. However, what was fundamentally at stake in this debate was the birth of the Communes and how bishops had acted as a driving force in the process or, on the contrary, resisted to it. So that the bishop was seen as a central but isolated figure, embodying all by himself the Church, whose other members and manifestations were not taken into account in the discussion.

In the 90’s, the question of the relationships between Church and City was approached from a different angle, that of the “civic religion”, or as André Vauchez defined it, how urban powers appropriated “ values of the religious life (…) for the purposes of legitimation, celebration and public well-being”. The main figure here was not the bishop but the patron saint(-s), and the Church it was about essentially the cathedral, whose bell-tower served as the fulcrum of urban identity. More recently, studies dedicated to the employment of secular clerics and monks in communal administrations has shown that the issue of the relationships between secular and religious institutions could be addressed in a renewed perspective and was still widely to investigate.

The session will thus examine the multiple and complex links between the Church and urban civil authorities, in order to determine how Church took part in the government of the city after the bishop had lost the better part of his prerogatives in that matter. More broadly, the aim would be to address the problem of the cooperation or rivalry between those two institutionnal entities. In this perspective, the Church will be apprehended as a whole, in its different manifestations : its staff (not only the bishop, but also his closest associates, the canons of the cathedral, and beyond, the other secular or regular clerics and monks present in the city), its institutions (not only the cathedral, but also the other urban churches and monasteries), its rights, properties and jurisdictions, etc. Several aspects and topics could be investigated : the transfer of “personnel”, normative models or administrative practices from one sphere to another ; jurisdictional issues (who judges what and where ?) ; rivalry or disputes relating to the control of certain areas or over certain institutions (hospitals for example), etc.

Le Goff depicted medieval Italy as an “exception” respected to the rest of Europe in the central Middle Ages. In full line with this reflection, one of the goals of the session would be to highlight some of the specificities of the history of the Peninsula between the 10th and the 13th century ; but also, in the meantime, to stress certain original developments in terms of political or institutionnal organisation, which tend to be hidden by the great traditionnal narrative of the history of the Communes.


This session of papers is co-organised by Arnaud Fossier, Associate Professor at the University of Bourgogne (France) and Émilie Kurdziel, Associate Professor at the University of Poitiers (France).

Please send proposals (title + 250 words outline of your paper + your current affiliation) by 15 September to:

Émilie Kurdziel

emilie.kurdziel@univ-poitiers.fr

 

Sessions CESCM-IMS à Kalamazoo en 2018 – Memory: Public Display and Material Evidences

Pour la deuxième année consécutive, le CESCM, en association avec l’IMS-Paris, organise des sessions au Congrès international des médiévistes de Kalamazoo qui se tiendra dans le Michigan (USA) du 10 au 13 mai 2018. Les sessions porteront sur les moyens de la mémoire au Moyen Âge, sur les manifestations publiques de la commémoration et sur les objets et monuments produits dans cette perspective.

Les propositions de communication (300 mots) peuvent être adressés à Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) avant le 10 septembre 2017, en français ou en anglais. On trouvera ci-dessous le texte de l’appel à communication et dans ce lien l’appel à communications général du prochain Congrès de Kalamazoo.

Memory – Public Display and Material Evidences I & II

The two sessions cosponsored by the IMS-Paris and the CESCM-Poitiers aim to explore how medieval men and women used material devices, artefacts, and inscriptions to stage the memory of people and facts in public spaces.

In the perspective of Oexle’s seminal work, participants are invited to elaborate on the meaning and shape of public monuments erected for individual or institutional commemorations, and on the effect of such devices in the collective construction of past. Commemorative inscriptions, statues, fountains, columns translate memory into material signs, footprints of the past in medieval landscapes. In the other hand, public ceremonies, processions and liturgical celebrations need provisional constructions and displays to perform the public and demonstrative side of memory. Thus, the sessions would like to explore how daily practices and permanent installations of commemoration give shape to medieval understanding of time and space.

In order to go beyond the state of art, and to nuance the boundaries between private and public spaces, religious and political ceremonies, individual and collective memory, these sessions aim to gather specialists from different disciplines: history, art history, epigraphy, literature, liturgy, musicology… At the crossroad of visual studies and social history, the sessions would like to echo the new research trends on the complex notion of “memory” by articulating within a single approach historical facts and the material way they have been understood and commemorated by medieval groups and individuals.

Participants are invited to submit papers on the following topics (non-exhaustive list):

  • Civic memory and public ceremonies,
  • Epigraphic programs for private and public commemorations,
  • Monuments and artefacts of memory,
  • Liturgical and para-liturgical aspects of commemorations,
  • Permanent vs. provisional in commemoration,
  • Feasts, celebrations, ceremonies in urban contexts,
  • Signs and devices for commemoration.

The International Medieval Society-Paris is a non-profit association that welcomes international scholars of the Middle Ages in France and promotes international exchange with French colleagues. It organizes an annual symposium in Paris at the end of June and several meetings with senior scholars and graduate students all along the academic year (http://www.ims-paris.org).

The Centre d’études supérieures de civilisation médiévale in Poitiers is one of the main research institution in Europe for teaching and research in the field of medieval studies. Founded at the end of the 1950’s, it gathers scholars in different disciplines (history, art history, literature, archeology, musicology) and hosts several publications, among which is the journal Cahiers de civilisation médiévale (http://cescm.labo.univ-poitiers.fr).

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr).

Présentation de Medioevo latino : compte-rendu de l’atelier du 1er décembre 2016

Dans le cadre des ateliers numériques du CESCM et du SCD de Poitiers, l’outil bibliographique Medioevo latino a été présenté le 1er décembre 2016. Bien connus de la plupart des médiévistes dans sa version papier, publiée depuis 1980, les gros volumes bleus de la collection sont un passage obligé pour toute recherche portant sur la culture textuelle médiévale, les auteurs, leurs œuvres, la transmission manuscrite…

Medioevo latino. Bolletino bibliografico della cultura europea da Boezio a Erasmo (s. VI-XV) peut être considéré, dans son origine au moins, comme la bibliographie de la revue Studii medievali ; le contenu reflète celui des revues partenaires et des livres reçus pour échange et recension. Les volumes de la version papier présentent un nombre croissant de références au fur et à mesure du temps (environ 17 000 pour le dernier numéro paru), organisées comme la Bibliographie medioevo-latino-xxxvii-2016-5f7bbfc8-a8e2-4c37-a4c5-b9759b5862edannuelle de l’histoire de France par grands champs thématiques ou disciplinaires de la médiévistique.

Les titres recensés sont écrits dans la plupart des langues européennes, avec une part importante pour l’italien, le français et l’allemand. Chaque référence est identifiée par un numéro permettant une navigation aisée d’un titre à l’autre, d’un article au volume collectif qui le contient, d’un auteur à ses œuvres, etc. Des index, dont le nombre a crû au fil des années, facilitent enfin un dépouillement rapide des volumes.

Avant de se lancer dans la consultation de Medioevo latino, il convient cependant de savoir que, contrairement à d’autres répertoires bibliographiques « généralistes », dans lesquels c’est la matière ou le nom de l’auteur qui font ordre, c’est le texte médiéval et son auteur qui sont au cœur de l’organisation de la bibliographie, de ses renvois et de ses index.

Prenons un exemple « maison » : l’article de Rob5ert Favreau consacré au tympan de l’église romane de Saint-Michel d’Estella en Navarre est indexé au premier chef à « Baudri de Bourgueil » car l’inscription gravée autour de la figure du Christ au tympan de cette église emprunte à un poème attribué à cet auteur et largement repris dans la tradition manuscrite à sa suite (Robert Favreau, « L’inscription du tympan nord de San Miguel d’Estella », Bibliothèque de l’École des chartes 133-2 (1975), p. 237-246 ; article en ligne sur Persée).

Medioevo latino est donc particulièrement précieux pour faire le point sur un auteur ou une œuvre, et permet de consulter, à partir de là, une bibliographie riche et souvent originale, en tout cas des titres qu’une indexation traditionnelle par mot-clé ne ferait pas remonter. À la différence d’autres outils bibliographiques (IMB, BCM, Regesta imperii…), Medioevo latino est à consulter en début de recherche plutôt qu’en fin de travail, à l’heure de vérifier certaines références. Son utilisation permet en effet de constituer une bibliographie exhaustive ou presque sur un sujet dès lors qu’il touche à la culture textuelle européenne.

Depuis 2009, Medioevo latino est accessible sur le portail Mirabile (description détaillée du portail sur le site Ménestrel), en association avec d’autres bases de données bibliographiques. Comme la version papier, ce sont les œuvres et leurs auteurs qui font la structure de l’outil (appelé MEL dans sa version électronique) et l’interrogation est articulée principalement sur ces deux éléments. La recherche par mot-clé est donc assez peu efficace et l’interrogation par la littérature secondaire est souvent décevante. En revanche, une recherche centrée sur une œuvre permettra très aisément de faire apparaître les éditions et les traductions, les titres relatifs à la critique du texte ou à la biographie de son auteur, les données concernant la tradition manuscrite (avec un lien, quand il est disponible vers la reproduction en ligne du ou des manuscrit(s)…

sans-titre

Le principal intérêt de la version électronique de Medioevo latino réside sans aucun doute dans l’accès à des fiches détaillées sur les témoins manuscrits des œuvres interrogées, avec bibliographie, contenu, description codicologique, reproduction, etc. Une telle navigation au cœur de la tradition manuscrite médiévale fait de Medioevo latino un outil indispensable pour quiconque travaille sur les textes du Moyen Âge, en complément des autres ressources bibliographiques présentées dans le cadre des ateliers numériques du CESCM et du SCD de Poitiers.