Tous les articles par Carolina Sarrade

La base de données Romane … un bilan, une enquête.

À la fin de ce billet, il y a un sondage : il nous tient à cœur que vous preniez le temps de le remplir.

 

Depuis sa création en 1955, la photothèque du CESCM veille à l’accroissement constant de son fonds patrimonial d’art roman, couvrant l’Europe occidentale du VIIIe au XIIIe siècle. Cette collection – initiée grâce au parcours en images à travers la France effectué par René Crozet -, s’est vu enrichie par de nombreux dons de spécialistes et passionnés du patrimoine médiéval, mais également par les acquisitions faites auprès de photographes professionnels et d’institutions spécialisées.

Le fonds comporte actuellement près de 200 000 documents : clichés noir et blanc, diapositives, plaques de verre, cartes postales, plans et coupes axonométriques des édifices, relevés archéographiques de peintures murales et une augmentation permanente d’images numériques réalisées par Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM.

La vocation première des ingénieures de la Photothèque, spécialistes de l’image médiévale, repose sur la conservation, la valorisation et la mise à disposition des clichés servant aux recherches et aux publications en histoire de l’art médiéval des enseignants, des chercheurs, des étudiants et du public en général.

Pendant de nombreuses années, la consultation de la collection s’est effectuée soit à partir des fichiers manuels thématiques disponibles au sein de la salle Saint-Louis, soit à travers une recherche de type ‘topographique’ qui s’effectuait dans la salle d’archives attenante.

Au milieu des années 90, avec l’arrivée des images numériques et des nouvelles technologies, la Photothèque a mis l’accent sur les missions photographiques des monuments dans leur ensemble, et envisagé la gestion électronique de son fonds. Deux bases de données sont nées de cette réflexion : la première « Romane », une base de type monographique, ayant pour objectif de présenter le fonds sous la forme d’images associées à un contenu textuel. La seconde « Peinture », base de type iconographique liée au projet d’inventaire des peintures murales romanes de France, engagé par John Ottaway1. L’interface de ces deux bases conçues d’une façon analogue a facilité leur refonte en 2006, vers une seule base de données qui est l’actuelle BASE ROMANE. Mise en ligne en 2012, elle contient actuellement plus de 18 000 fiches dans sa version interne et environ 12 000 dans sa version publique.

http://baseromane.fr/accueil2.aspx

Depuis 2014, le fonds documentaire et l’exploitation des données recueillies sur le terrain sont mis à disposition des consultants dans un compactus mutualisé avec le fonds épigraphique, optimisant ainsi la conservation des documents fragiles. La photothèque fait à présent partie intégrante du Pôle Documentaire Berthelot, espace d’étude dédié à la production scientifique et au travail intellectuel ; lieu propice à la recherche par la richesse de son fonds et des compétences des ingénieurs d’études en charge des collections : archéographe, documentaliste, épigraphiste, historien de l’art.

L’accès aux données patrimoniales est assidument enrichi par leur indexation dans la base ROMANE, offrant la possibilité aux chercheurs de constituer des corpus sériels, d’établir des comparaisons et d’observer les œuvres dans leur contexte.

Depuis 2012, l’équipe de la photothèque porte une attention particulière à la précision des datations en s’appuyant sur la bibliographie consultée. Elle participe à la critique d’authenticité des œuvres à travers l’indexation des clichés avant et après restauration, montrant les différents états de conservation ainsi que les éléments disparus, ce qui constitue un outil historiographique essentiel à la recherche.

Depuis novembre 2015, en collaboration avec la plateforme de numérisation de la MSHS et l’ingénieur David Chesnet, ROMANE a commencé à intégrer les clichés numériques de près de 300 plans grand-format et de plaques de verre, inexploités jusqu’alors.

En mars 2016, dans le but de donner à ROMANE une plus-value scientifique et une meilleure visibilité, nous avons débuté le protocole de migration pour la sauvegarde et l’hébergement de la base depuis le CRITT-Informatique vers le TGIR Huma-Num (CNRS), avec l’implantation d’un module permettant le moissonnage par ISIDORE.

L’évolution numérique des bases des données et la facilité d’accès aux images via internet remettent en question la réflexion sur les problèmes de consultation et d’indexation. Il est important pour notre équipe d’estimer la valeur de la documentation fournie par la base ROMANE auprès du public. Nous avons donc établi une enquête de satisfaction auprès des utilisateurs de la base dans le but de réfléchir à son éventuelle restructuration, perfectionner ses modules informatiques et viser à une base plus performante et répondant au plus près aux besoins des usagers.

Ce sondage, à l’initiative des ingénieures de la Photothèque du CESCM, porte sur l’utilisation de la base de données ROMANE et vise à déterminer quelle utilisation est faite de cet outil dans les divers domaines de la recherche et de l’enseignement de l’histoire de l’art médiéval.


L’enquête en ligne

L’équipe de la Photothèque du CESCM remercie toutes les personnes qui prendront le temps de répondre à ce questionnaire (de 5 minutes) qui nous permettra d’avoir une vue sur les besoins et les attentes formulées par les usagers.

http://enquete.univ-poitiers.fr/index.php?sid=99468&lang=fr

 

  1. article dans les Cahiers de civilisation médiévale,  1996, Vol 39, n° 156, pp. 391-394 : voir article []

Rafca Nasr à Poitiers, nous parle des peintures rupestres au Liban

Rafca Nasr vient de Byblos (Jbeil) au Liban, et effectue ses études sur les peintures murales du Moyen Âge au Liban. Nous l’accueillons au CESCM pour 6 mois, dans le cadre d’une convention de cotutelle avec l’Université libanaise de Beyrouth.

Cliché E. Avril
Cliché E. Avril

Rafca, parlez-nous de votre parcours universitaire :

J’étudie à l’Université Libanaise de Beyrouth, et suite à l’obtention d’un DES en Arts et Archéologie, j’ai souhaité préparer un doctorat en cotutelle avec Nada Helou (Université Libanaise de Beyrouth) et Marcello Angheben (Université de Poitiers/CESCM), dont le sujet est « Le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban. La peinture rupestre ».

Vous avez déjà quelques belles expériences professionnelles …

J’ai acquis depuis 2009, une riche expérience dans le domaine de la restauration des peintures murales, à travers plusieurs expériences lors des interventions russes et polonaises :

– Restauration des fresques des églises d’Edde El Batroune et de Rachkida, avec la mission russe sous la direction de V. Sarabianov (mars/avril 2012)

– Restauration des fresques médiévales, avec la mission polonaise à Maad de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (juillet 2009)

– Restauration des fresques médiévales de l’église de Kfarhelda avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2010 et sept. 2011)

– Restauration des fresques médiévales des églises de Kfarhelda et d’Amioun, avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2013)

J’ai aussi effectué un stage de restauration de mosaïques en Syrie avec une équipe italienne, à Damas sous la direction de l’Ambassade d’Italie, en juillet 2010.

Ces découvertes de terrain m’ont permis de connaître relativement bien les aspects matériels et techniques des peintures murales et des mosaïques de pavement.

Cela nous amène à votre sujet de thèse …

 J’ai souhaité étudier le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban et plus précisément la peinture rupestre.

Parmi les vestiges médiévaux conservés au Liban, les églises forment un groupe important du patrimoine religieux et historique. Parallèlement à 3 types de plans d’églises construites en maçonnerie, il en existe un quatrième, celui de l’architecture rupestre. Ce dernier ne se plie à aucune règle, aucun schéma ou structure régulière, pour la simple raison que sa structure est organiquement rattachée à la configuration du terrain et à la forme de la grotte.

Les églises décorées de peinture, qui font l’objet de mon étude, sont concentrées sur le territoire du comté de Tripoli qui s’étend du sud de Byblos jusqu’au nord de Tripoli. Le Liban étant un pays montagneux, il est entaillé de vallées très profondes sur les flancs desquelles s’ouvrent des cavités rocheuses qui ont servi, au Moyen Âge, de refuge pour les chrétiens et plus spécialement pour les ascètes fuyant aux plaisirs de la vie matérielle. Ceux-ci trouvaient dans ces grottes l’endroit idéal pour leur solitude et leur union avec Dieu.

Monastère de la croix, Vallée Sainte (Liban / Cliché R. Nasr

La vallée de la Qadicha, qui signifie la Vallée sainte, située au nord du Liban, est la vallée la plus habitée au Moyen Âge : elle est parsemée de chapelles, de monastères et d’ermitages, tous situés à flanc de falaise. Un certain nombre de ces lieux de culte avaient les parois couvertes de peintures rupestres ; la majeure partie de sites étudiés remontent aux XIIe et XIIIe siècles. : Les grottes que j’étudie sont soit complètement nichées dans le rocher comme Mar Marina à Qalamoun, soit comme la chapelle de Kfar Chleiman taillées dans la roche, ou bien à moitié rupestres comme la plupart des sites. S’ajoutent aussi les églises construites en grande partie en maçonnerie mais ayant une petite partie rattachée ou s’appuyant sur un rocher.Me basant sur l’analyse de la peinture rupestre d’une quinzaine d’églises, mon objectif vise à étudier le décor des églises situées dans des endroits éloignés, difficiles d’accès, voire parfois inaccessibles. L’abondance des établissements rupestres à peinture témoigne de la vitalité de la région à l’époque médiévale et de sa vie religieuse.

Que souhaitez-vous faire ressortir de cette étude ?

Ma tâche consiste à élucider un côté resté méconnu dans l’étude des fresques médiévales du Liban, qui est celui de l’existence de cette peinture rupestre en tant que phénomène. Me basant sur l’analyse iconographique, liturgique, stylistique et comparative, j’aspire à trouver non seulement des influence et les interactions, mais aussi qui sont les personnes ayant contribué à la réalisation de telles peintures : est-ce les religieux eux-mêmes qui les ont exécutés, ou ont-ils fait appel à des artisans ? Pour qui étaient-elles exécutées, y a-t-il eu des donateurs laïques ou uniquement le clergé ? Il s’agit également de comparer ces peintures à celles reproduites dans des églises dites « plus ordinaires » et de spécifier s’il existait une peinture particulière pour les églises rupestres.

L’analyse doit s’appuyer sur des modèles issus principalement du patrimoine de l’art local, la peinture du Levant (chrétien et musulman) mais aussi de la koinè byzantine et du monde occidental des Croisés. L’approche avec les styles contemporains permet de repérer les points de convergence et de divergence avec le style de ces fresques rupestres. Cette étude devra mener à situer les peintures rupestres du Liban dans leur contexte artistique, religieux et historique, afin d’ouvrir une nouvelle page concernant l’histoire des fresques et les techniques utilisées dans la réalisation de ces œuvres d’art.

Gabriel, détail de l’Annonciation / Cliché R. Nasr

Vous êtes allée plusieurs mois « sur le terrain »

Avant de commencer le travail bibliographique, j’ai visité durant quatre mois la majorité des églises médiévales à fresque du Liban pour contempler et prospecter les compositions peintes. J’ai essayé d’identifier les figures et les scènes, parfois voilées sous une couche épaisse de crasse et de calcaire. Après la prise de notes et l’exécution de fichiers pour les différents éléments du décor, j’ai photographié les scènes et les détails représentés dans chaque église. Pour finir, j’ai rassemblé une bibliographie précieuse sur les fresques du Liban.

Quelles sont les raisons de votre venue à Poitiers ?

Je suis à Poitiers pour effectuer ma thèse de doctorat et travailler avec l’équipe de peintures murales du CESCM et je vais suivre une formation sur les relevés donnée par Carolina Sarrade, archéographe à la photothèque. Je vais faire un stage avec elle sur le terrain et apprendre ensuite la reprise informatique des relevés.

La pratique du relevé stratigraphique devrait m’offrir la possibilité d’acquérir une connaissance approfondie de l’œuvre. La réalisation du relevé conduit à reproduire les gestes du peintre et à mieux comprendre sa démarche et, lorsque le relevé est traité informatiquement, il permet de restituer les formes peu lisibles et de décomposer la stratigraphie, autrement dit les étapes du processus pictural ou les différentes interventions chronologiques sur une même image.

 

[Mai 2013] La nef de la chapelle de Plaincourault : relevé archéographique des blasons

Cliché Eva AVRIL / CESCM

En 2006, l’ensemble des peintures et les autels de l’abside de la chapelle de Plaincourault (Indre) ont fait l’objet d’une étude iconographique, stylistique et archéologique. Quatre panneaux peints représentant la Flagellation, la Crucifixion, la Vierge à l’Enfant et le Péché Originel, correspondant à l’époque romane ornent les pans de murs entre les baies.

De dimensions modestes, la chapelle de Plaincourault se compose d’un vaisseau unique de quatre travées et une abside semi-circulaire. L’ensemble de l’édifice possède un seul niveau d’élévation. Seules la façade et l’abside sont percées de baies. Le reste de la chapelle ne possède pas d’éclairage direct, laissant la place à des grands pans de murs propices au développement des peintures.

Conservés pour la plupart, les décors peints sont constitués de rehauts colorés soulignant l’architecture avec des motifs ornementaux, des sujets bibliques et profanes. L’ensemble a fait l’objet d’études qui ont permis de définir plusieurs phases de peintures situées entre les années 1170 et le XVème siècle.

En mai 2013, une nouvelle mission sur le terrain a été effectuée : les trois étapes chronologiques des peintures de la nef seront étudiées et mises en relation avec l’histoire de l‘édifice. Le but de cette intervention est de faciliter l’analyse chronologique d’une série de 6 armoiries peintes sur la travée droite du chœur : leur chronologie relative, leur identification et la proposition d’un résumé graphique permettront de retrouver leur état d’origine. Identifier chaque blason est essentiel dans l’étude de cette construction hospitalière et cette réflexion se fera grâce à la collaboration de Laurent Hablot (CESCM) responsable du Programme « Culture écrite, culture visuelle ».

Cette étude du décor sera complétée par d’autres sources d’informations autorisant la compréhension des différentes couches picturales : les dossiers de restauration, les rapports des prélèvements ainsi que l’examen direct des murs par une étude archéologique minutieuse effectuée à travers la réalisation des relevés.

Dans un premier temps, les peintures ont été observées à l’aide de loupes et d’un éclairage froid afin d’éviter toute altération des pigments. Ensuite, les traces de peinture parfois imperceptibles à l’œil nu, ont été reproduites fidèlement sur un film plastique fixé dans les enduits de consolidation modernes. Les calques seront numérisés et rassemblés sur ordinateur pour une reprise postérieure grâce à un logiciel de dessin vectoriel. Ce programme permet de travailler dans la gamme des couleurs identifiées sur place, grâce à un code de nuancier et reproduites sur un tirage papier. Ce traitement facilite l’analyse archéologique par la décomposition stratigraphique des peintures et la possibilité de reproduire ces documents, ce qui rend leur consul­tation plus aisée.

La technique du relevé stratigraphique, met aujourd’hui à la disposition du chercheur une nouvelle méthode d’analyse. Elle implique d’une part une observation minutieuse des peintures sous un éclairage adapté visant à déterminer les étapes d’élaboration, la technique utilisée, et d’autre part, la reproduction entière ou partielle de l’œuvre à taille réelle sur un document dans lequel sont indiquées la stratigraphie initiale de la mise en œuvre et les interventions postérieures.

Pour les peintures en plus mauvais état, nous proposerons une restitution de leur état originel et le comblement de certaines lacunes iconographiques sans intervenir directement sur le mur. À l’échelle de l’édifice, cette démarche permettra de préciser la réalité humaine du chantier : la rigueur du travail, le nombre d’artistes, l’organisation et le déroulement des différentes campagnes. Enfin, les données concernant l’ensemble d’un cycle peint et son évolution sont susceptibles de fournir de précieuses indications sur la fonction du bâtiment et son évolution.

Le résultat de cette méthode présente l’avantage considérable de pouvoir décomposer le relevé en autant de calques qu’il y a d’étapes de mise en couleur, et de séparer les différents types de données. On pourra facilement ne visualiser que les blasons dans leur état initial, sans les interventions postérieures qui perturbent la lecture. Le relevé rendra visible ce que l’usure et la distance des parois ne permettent plus de voir. Il facilitera la lecture archéologique par la décomposition stratigraphique des peintures en donnant la possibilité de les reproduire à taille réelle.

La réalisation des relevés n’est pas systématique, le choix de scènes se fait dans le but d’une meilleure compréhension iconographique ou d’une meilleure lecture des scènes très effacées par le temps, c’est pourquoi nous avons également relevé une Vierge à l’Enfant XVème siècle presque disparue. Néanmoins, pour les scènes n’ayant pas été relevées, une fiche analytique a été élaborée afin de constituer une grille d’observations permettant de compléter l’étude dans son ensemble et de mieux comprendre les changements relatifs aux décors picturaux.

Une campagne de photos a également été réalisée par Eva Avril , celle-ci viendra s’ajouter aux clichés pris en 1998 (avant restauration), compléter la collection de la photothèque du CESCM et enrichir la Base Romane.