Tous les articles par Claude Andrault-Schmitt

Inscription au master Civilisation antique et médiévale (Université de Poitiers – CESCM/HeRMA)

La spécialité Civilisation antique et médiévale est un master recherche qui s’articule en deux années, comportant chacune des enseignements, la rédaction d’un mémoire de recherche (TER), et un stage, facultatif en Master 1, obligatoire en Master 2.
L’inscription administrative est conditionnée à la définition d’un projet de recherche validé par un enseignant-chercheur de l’Université de Poitiers.

SHA/Université de Poitiers
SHA/Université de Poitiers

Réunion de rentrée le mardi 2 septembre en amphi Bourdieu :
– 14h-15h30 pour les M1
– 15h30-16h30 pour les M2

 

L’admission directe en 2e année de master est possible pour les étudiants ayant obtenu une 1ère année de master dans une autre université, après examen de leur dossier.

Ce Master est ouvert également aux étudiants de l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Poitiers.

Laboratoires de recherche : équipe HeRMA et laboratoire CESCM

Lien vers les Modalités et dossier d’inscription, programmes des enseignement et contacts

Habilitation à diriger des recherches d’Yves Gallet, CESCM (2 décembre 2013)

Le lundi 2 décembre 2013, entre 14h et 18h30, Salle des Actes (Faculté des Sciences humaines et Arts de l’Université de Poitiers), Yves Gallet, maître de conférences à Quimper et chercheur au CESCM, a présenté ses travaux en vue d’une HDR.

Le candidat a entamé sa présentation avec un plaisant récit de Georges Duby sur la forme et le déroulement d’une soutenance de thèse, sans prendre à son compte toutefois la pointe d’amertume qu’on peut y relever. Il l’a terminée en relevant l’avantage de l’exercice : lui permettre d’encadrer les travaux des étudiants et jeunes chercheurs.

strasbourg
Cathédrale de Strasbourg, facade côté sud
(Cliché Yves Gallet)

Claude Andrault-Schmitt, professeure d’Histoire de l’art médiévale à Poitiers et « garante », a souligné toute l’ambiguïté de ce titre et retracé les étapes de la carrière, brillante et étayée de publications (50 articles), d’engagements pédagogiques et administratifs, de directions d’ouvrages collectifs et journées d’études, d’activités au sein de réseaux internationaux. D’un point de vue scientifique, la colonne vertébrale de la recherche concerne L’architecture rayonnante, et particulièrement les productions postérieures à 1270, trop souvent négligées. Au sein d’une grand nombre de monographies de qualité, où la critique des sources et le processus comparatiste sont poussés à leur maximum rhétorique, il faut signaler un chapitre synthétique, étoffé, de l’ouvrage dirigé par Philippe Plagnieux, L’art du Moyen Âge1

On notera au passage la sortie prochaine aux Presses universitaires de Franche-Comté de la monographie de la cathédrale d’Évreux. Deux autres chantiers normands font l’objet d’un engagement spécifique et à long terme, parfois en collaboration avec les chercheurs du CESCM : l’abbaye de Jumièges et celle du Mont-Saint-Michel.

Mais c’est le mémoire inédit, consacré à Matthieu d’Arras (vers 1290 ? – 1352). Un maître d’œuvre français dans l’Europe gothique, qui a surtout retenu l’attention des autres membres du jury et suscité d’intéressants questionnements. Il s’agit d’une étude de l’œuvre du premier architecte de la cathédrale de Prague et de ses sources dans l’architecture gothique rayonnante en France (Avignon ? Narbonne ?) et dans l’Empire (Strasbourg et d’autres sites alsaciens) dans la première moitié du XIVe siècle. L’objectif de l’analyse est de montrer que Matthieu d’Arras, dont l’œuvre a longtemps été éclipsée par celle de son célèbre successeur, Peter Parler (1356-1399), fut lui-même un architecte de talent, novateur, et déjà sensible – comme le fut après lui Peter Parler – à une approche maniériste de l’architecture. C’est ainsi un éclairage neuf qui est projeté, par contrecoup, sur le milieu architectural dans lequel Matthieu d’Arras s’est formé : un milieu qui a dû être animé d’une vitalité persistante et où les architectes avaient dû conserver une capacité d’invention intacte.

Jean-Marie Moeglin, professeur d’Histoire à Paris-Sorbonne (Paris IV) et directeur d’études à l’EPHE, Philippe Plagnieux, professeur d’Histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté et à l’École nationale des Chartes, Klára Benešovská, directrice du département d’art médiéval à l’Institut d’Art de Prague (et ancienne stagiaire du CESCM…), Christian Freigang, professeur d’Histoire de l’art médiéval (architecture) à l’université de Berlin, Philippe Araguas, professeur d’Histoire de l’art médiéval à Bordeaux 3 et président du jury, ont soulevé les questions essentielles qui se posent à tout spécialiste du domaine, en guise d’approfondissement aux pistes largement développées par le candidat.

Ainsi a-t-on parlé des relations entre le roi Charles IV de Bohême et le futur pape Clément VI, de la signification politique des choix formels, de la réalité des voyages de formation des architectes d’un chantier majeur à un autre chantier majeur, de la fameuse « signature personnelle » de l’artiste ou plutôt de son absence, de l’importance des dessins dans la « mémoire » de l’architecte qui peut certainement en partie s’en passer, du poids du commanditaire, des liens plus étroits qu’on ne le pense entre rayonnant du sud de la France et rayonnant de l’Empire ou d’Angleterre, de la notion de modernité autour de laquelle nous brodons avec beaucoup d’anachronisme, de l’existence d’un courant sévère ou « minimaliste », du rôle de monuments disparus ou en partie disparus comme le couvent des Bernardins à Paris…

Toutes ces interrogations irriguent évidemment ce qui apparaît comme une véritable « biographie » d’architecte, laquelle sera à parution la première au point de vue chronologique. Bien sûr, manqueront toujours les détails les plus personnels, et on ne peut s’appuyer que sur quelques inscriptions et le « style » même des réalisations, notamment les virtuosités comme l’escalier à double révolution, la clef de voûte pendante, les pinacles traversants des contreforts et autres détails séduisants pour qui sait regarder.

A la fin du débat, le jury a accordé l’Habilitation à diriger des recherches, en ajoutant à titre oral et privé de chaleureuses félicitations.

  1. Philippe Plagnieux, L’art du Moyen Âge en France, Paris : Citadelles & Mazenod, 2010 (L’art et les grandes civilisations, 40), 599 p []