Tous les articles par Claude Andrault-Schmitt

Saint-Martial de Limoges avant l’an mil

Compte rendu de la table ronde du mercredi 25 avril 2018, CESCM

Au Moyen Âge, l’abbaye Saint-Martial de Limoges comptait parmi les plus importantes de l’Aquitaine du Nord. Un beau colloque lui avait été consacré en 20051. Une table ronde organisée par Cécile Treffort le 25 avril 2018 au CESCM, dans le cadre du programme régional Aquitania Monastica, a permis à une quinzaine de chercheurs de discuter des récentes découvertes archéologiques antérieures à l’an mil faites sur ce site archéologique, qui se trouve au plein cœur de la ville de Limoges. Nous vous livrons ici les principaux apports de la journée d’étude d’avril, en préalable au colloque organisé par la Société française d’archéologie les 29-30 novembre prochain à Limoges autour du « millénaire de l’abbatiale romane (1018-2018) », en collaboration avec le CESCM.

Introduction de la journée par Christian Sapin, membre du conseil scientifique accompagnant l’opération

Les problématiques monumentales et historiques ont beaucoup évolué depuis le colloque du CESCM publié en 2005, en raison de l’ouverture un an plus tard d’un imposant chantier de fouilles programmées confié à une équipe d’Éveha, sous la direction de Julien Denis, puis à partir de 2010 de celle de Xavier Lhermite (également membre du CESCM), assisté d’Angélique Marty. En novembre 2018, se tiendra à Limoges un nouveau colloque concernant le site, mais la chronologie explorée sera limitée à la première moitié du XIe s., date de la conception du chevet à déambulatoire et chapelles rayonnantes dont certaines des puissantes fondations sont mises au jour. Or une relecture des petits sanctuaires latéraux d’une part, la découverte sous l’abbatiale romane de structures antérieures à 832 ou proches de cette date donnée par les sources de l’autre, ont modifié et même bouleversé nos connaissances. Il est nécessaire de faire le point, même si l’aire d’extension des fouilles exclut une vision d’ensemble : la moitié sud du chevet, le bras sud, la moitié ouest de la nef demeurent sous la rue, tandis qu’au nord les massives fondations d’un théâtre et d’autres contraintes urbaines ne permettent ni d’éclairer les zones de contact entre édifices ni de phaser avec certitude les vestiges. Ajoutons des inquiétudes au sujet du devenir des vestiges.

Présentation des étapes antérieures à l’époque carolingienne, par Xavier Lhermite

Il ne fait aucun doute que le site correspond à un quartier de la ville antique. Mais le castrum de l’Antiquité tardive est inconnu et l’historicité du saint lui-même ne peut être fixée précisément. Vers 500 l’évêque Rurice Ier aurait fait construire une basilica connue de Grégoire de Tours, mais où les sarcophages avaient déjà été déplacés. Les « clercs » de Saint-Martial sont connus du testament d’Yrieix (572).

Archéologiquement, un grand fossé s’inscrit dans la trame antique. Puis s’est développée une très grande nécropole, ponctuée de mausolées et petits édifices : 

– le mausolée dit « de la Courtine », situé au sud de l’abbatiale romane et découvert fortuitement, possède un plan en partie centré entouré de caniveaux (v. 250-350 pour les sépultures ?). Il a été transformé en église v. 600 ;

– le mausolée pour le sarcophage de saint Martial (à l’ouest de Saint-Pierre mais au-delà d’un hiatus) n’a pas bénéficié d’études suffisantes ; il n’est daté que par le personnage et ses accès sont énigmatiques. Il a constamment été réaménagé jusqu’au XVIIIe s. et sa position par rapport à la basilica reste singulière ;

– l’église Saint-Pierre du Sépulcre, qui correspond à la basilica vue par Grégoire de Tours, est installée sur un quadrillage plus ancien, donnant notamment les fondations d’un premier chevet, quadrangulaire. Dans un état 2, une abside est encagée dans ce chevet, avec une échancrure  permettant de mettre en valeur une sépulture. Dans un état 3, l’abside est arasée au nord et reconstruite, tandis qu’au sud on la refonde. Un sarcophage formé de blocs de calcaire agrafées (encore visible au XVIIe s.) est superposé à la sépulture axiale : on a trouvé à l’intérieur à la fois un sarcophage-reliquaire vide et un ensemble de plaques de plomb qui constituaient vraisemblablement un seul cercueil. Parmi les sépultures disposées en biais mais régulièrement de part et d’autre de cet axe, celle située au sud et postérieure à la mise en place du sarcophage d’axe a pu être datée entre 602 et 674.

La nef a connu également deux états, et on mesure bien à quel point son gouttereau sud a déterminé l’extrémité biaise du futur transept roman.

– les structures sous-jacentes à l’abbatiale romane, bouleversées par les fondations du théâtre, sont d’interprétation difficile. Mais il est sûr qu’on devrait s’interroger sur la volonté visible de préserver certains espaces au cours des chantiers successifs (par exemple la chapelle de l’Ange a connu des états bien antérieurs au XIIIe s. ; et la rupture qu’on lit dans le plan du gouttereau de la nef romane est peut-être due à la prégnance d’un bâtiment). Un puits, antérieur aux sépultures, était encore en eau dans les années 1960. Mais aucun niveau de sol associé n’a pu être déterminé.

Présentation des structures de l’époque carolingienne par Angélique Marty

Cette deuxième partie de la journée a imposé également, pour plus de clarté, de réduire le nombre des remaniements décelés. Des plans ont soutenu l’interprétation sans pour autant la figer (une gageure !). Notons préalablement un arrêt complet des sépultures dans le secteur à partir du VIIIe s. Cet arrêt semble contemporain de la décision d’édifier une construction ambitieuse, située sous l’abbatiale romane mais alignée avec les axes de son déambulatoire. Trois grandes phases ont pu être mises en évidence, qui ne reflètent sans doute qu’une partie des multiples modifications du bâtiment entre la fin du VIIIe s. et le début du XIe :

1- un bâtiment allongé de 3 travées de 6 m de long chacune, installé sur le substrat débarrassé et aplani et prolongé à l’est par une travée carrée plus large et semi-enterré (fin VIII– déb. IXe s. ?) ;

2- cet édifice est entièrement repris et agrandi, avec un nouveau chevet, dans le cours du IXe s. Il est alors pourvu, à l’emplacement de la future croisée du transept romane (dont la singulière ampleur est ainsi expliquée), d’une salle semi enterrée de plan polygonal dont seule la partie occidentale est définie par de solides structures murales, notamment des niches cruciformes inscrites dans les deux pans obliques ;

La salle polygonale semi enterrée sous la croisée de l’abbatiale romane ; au premier plan une des deux niches intra muros cruciformes (cliché : Éveha)

3- Dès le courant du IXe s., une importante réorganisation du bâtiment s’accompagne d’une reprise des fondations pour les renforcer. Alors est implantée une zone de travail (chaux, verre ?) au sein même des parties orientales de la crypte peut-être réduite pour l’occasion. Dans le même temps, la salle polygonale est pourvue d’un nouvel accès, au sud. Des modifications du chevet et la construction d’un vaste transept ont été rattachées à cette phase, même si ces travaux pourraient résulter de campagnes d’embellissements différenciées au cours des IXe-Xe s.

Questions et réflexions

Pour démontrer le caractère ouvert du dossier, voici quelques-unes des réactions des auditeurs, qui ont été impressionnés par les avancées du travail d’interprétation :

– comment comprendre les grands murs alignés sur arches qui matérialisent les niveaux des terrasses à l’est de l’abbatiale romane et qui sont connus par des dessins dans un article de Raymond Couraud ? Ils ont visiblement recoupé des structures antiques et ont été à leur tour recoupés par une chapelle votive du XIIe s. – constatations qui proviennent d’un nouveau phasage établi par Aurélien Sartou (Éveha) à partir de la documentation ancienne (un article est en préparation sur cette question). Il faut envisager un projet architectural ambitieux du haut Moyen Âge. Un espace public (v. 700 ?) peut-il être mis en parallèle avec des indices donnés par les sources hagiographiques ?

– le sarcophage situé au sud du sarcophage d’axe de Saint-Pierre et établi après la réfection du chevet ne pourrait-il être celui de saint Loup († 634) ?

– le bâtiment allongé de 3 travées, d’époque carolingienne, était-il déjà une église ? Pouvait-il supporter un étage ?

– comment l’extraordinaire salle polygonale, qui prouve incontestablement un usage cultuel, sans doute associé à une dévotion la croix et donc au vocable du Sauveur, pouvait-elle être ouverte vers le chevet ? Y a-t-il coïncidence avec les événements importants transmis par les textes à l’époque de Louis le Pieux ou de Charles le Chauve ?

 

  1. Saint-Martial de Limoges. Ambition politique et production culturelle (Xe-XIIe s.), publié sous la direction de Claude Andrault-Schmitt []

Inscription au master Civilisation antique et médiévale (Université de Poitiers – CESCM/HeRMA)

La spécialité Civilisation antique et médiévale est un master recherche qui s’articule en deux années, comportant chacune des enseignements, la rédaction d’un mémoire de recherche (TER), et un stage, facultatif en Master 1, obligatoire en Master 2.
L’inscription administrative est conditionnée à la définition d’un projet de recherche validé par un enseignant-chercheur de l’Université de Poitiers.

SHA/Université de Poitiers
SHA/Université de Poitiers

Réunion de rentrée le mardi 2 septembre en amphi Bourdieu :
– 14h-15h30 pour les M1
– 15h30-16h30 pour les M2

 

L’admission directe en 2e année de master est possible pour les étudiants ayant obtenu une 1ère année de master dans une autre université, après examen de leur dossier.

Ce Master est ouvert également aux étudiants de l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Poitiers.

Laboratoires de recherche : équipe HeRMA et laboratoire CESCM

Lien vers les Modalités et dossier d’inscription, programmes des enseignement et contacts

Habilitation à diriger des recherches d’Yves Gallet, CESCM (2 décembre 2013)

Le lundi 2 décembre 2013, entre 14h et 18h30, Salle des Actes (Faculté des Sciences humaines et Arts de l’Université de Poitiers), Yves Gallet, maître de conférences à Quimper et chercheur au CESCM, a présenté ses travaux en vue d’une HDR.

Le candidat a entamé sa présentation avec un plaisant récit de Georges Duby sur la forme et le déroulement d’une soutenance de thèse, sans prendre à son compte toutefois la pointe d’amertume qu’on peut y relever. Il l’a terminée en relevant l’avantage de l’exercice : lui permettre d’encadrer les travaux des étudiants et jeunes chercheurs.

strasbourg
Cathédrale de Strasbourg, facade côté sud
(Cliché Yves Gallet)

Claude Andrault-Schmitt, professeure d’Histoire de l’art médiévale à Poitiers et « garante », a souligné toute l’ambiguïté de ce titre et retracé les étapes de la carrière, brillante et étayée de publications (50 articles), d’engagements pédagogiques et administratifs, de directions d’ouvrages collectifs et journées d’études, d’activités au sein de réseaux internationaux. D’un point de vue scientifique, la colonne vertébrale de la recherche concerne L’architecture rayonnante, et particulièrement les productions postérieures à 1270, trop souvent négligées. Au sein d’une grand nombre de monographies de qualité, où la critique des sources et le processus comparatiste sont poussés à leur maximum rhétorique, il faut signaler un chapitre synthétique, étoffé, de l’ouvrage dirigé par Philippe Plagnieux, L’art du Moyen Âge1

On notera au passage la sortie prochaine aux Presses universitaires de Franche-Comté de la monographie de la cathédrale d’Évreux. Deux autres chantiers normands font l’objet d’un engagement spécifique et à long terme, parfois en collaboration avec les chercheurs du CESCM : l’abbaye de Jumièges et celle du Mont-Saint-Michel.

Mais c’est le mémoire inédit, consacré à Matthieu d’Arras (vers 1290 ? – 1352). Un maître d’œuvre français dans l’Europe gothique, qui a surtout retenu l’attention des autres membres du jury et suscité d’intéressants questionnements. Il s’agit d’une étude de l’œuvre du premier architecte de la cathédrale de Prague et de ses sources dans l’architecture gothique rayonnante en France (Avignon ? Narbonne ?) et dans l’Empire (Strasbourg et d’autres sites alsaciens) dans la première moitié du XIVe siècle. L’objectif de l’analyse est de montrer que Matthieu d’Arras, dont l’œuvre a longtemps été éclipsée par celle de son célèbre successeur, Peter Parler (1356-1399), fut lui-même un architecte de talent, novateur, et déjà sensible – comme le fut après lui Peter Parler – à une approche maniériste de l’architecture. C’est ainsi un éclairage neuf qui est projeté, par contrecoup, sur le milieu architectural dans lequel Matthieu d’Arras s’est formé : un milieu qui a dû être animé d’une vitalité persistante et où les architectes avaient dû conserver une capacité d’invention intacte.

Jean-Marie Moeglin, professeur d’Histoire à Paris-Sorbonne (Paris IV) et directeur d’études à l’EPHE, Philippe Plagnieux, professeur d’Histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté et à l’École nationale des Chartes, Klára Benešovská, directrice du département d’art médiéval à l’Institut d’Art de Prague (et ancienne stagiaire du CESCM…), Christian Freigang, professeur d’Histoire de l’art médiéval (architecture) à l’université de Berlin, Philippe Araguas, professeur d’Histoire de l’art médiéval à Bordeaux 3 et président du jury, ont soulevé les questions essentielles qui se posent à tout spécialiste du domaine, en guise d’approfondissement aux pistes largement développées par le candidat.

Ainsi a-t-on parlé des relations entre le roi Charles IV de Bohême et le futur pape Clément VI, de la signification politique des choix formels, de la réalité des voyages de formation des architectes d’un chantier majeur à un autre chantier majeur, de la fameuse « signature personnelle » de l’artiste ou plutôt de son absence, de l’importance des dessins dans la « mémoire » de l’architecte qui peut certainement en partie s’en passer, du poids du commanditaire, des liens plus étroits qu’on ne le pense entre rayonnant du sud de la France et rayonnant de l’Empire ou d’Angleterre, de la notion de modernité autour de laquelle nous brodons avec beaucoup d’anachronisme, de l’existence d’un courant sévère ou « minimaliste », du rôle de monuments disparus ou en partie disparus comme le couvent des Bernardins à Paris…

Toutes ces interrogations irriguent évidemment ce qui apparaît comme une véritable « biographie » d’architecte, laquelle sera à parution la première au point de vue chronologique. Bien sûr, manqueront toujours les détails les plus personnels, et on ne peut s’appuyer que sur quelques inscriptions et le « style » même des réalisations, notamment les virtuosités comme l’escalier à double révolution, la clef de voûte pendante, les pinacles traversants des contreforts et autres détails séduisants pour qui sait regarder.

A la fin du débat, le jury a accordé l’Habilitation à diriger des recherches, en ajoutant à titre oral et privé de chaleureuses félicitations.

  1. Philippe Plagnieux, L’art du Moyen Âge en France, Paris : Citadelles & Mazenod, 2010 (L’art et les grandes civilisations, 40), 599 p []