Tous les articles par charlesgarcia

[2-4 nov. 2017] : Las Siete Partidas : une codification normative pour un nouveau monde

Colloque international « Las Siete Partidas : une codification normative pour un nouveau monde »

Organisé par Stéphane Boissellier, Jérôme Devard et Charles Garcia

Dates : 2 au 4 novembre 2017

Lieu : Casa de Velázquez, Ciudad Universitaria,  Calle Paul Guinard 3. – 28040 Madrid – España

Voir le flyer du programme

« Alfonso X dictando el Libro de los Juegos ». Biblioteca del Monasterio de San Lorenzo de El Escorial, Ms.T.I.6.

PROGRAMME

Jeudi 02 novembre 2017
14h30-19h20
  • 14h30. Accueil des participants
  • 15h00. Ouverture du colloque par Michel Bertrand, Directeur de la Casa de Velázquez
  • 15h15-15-30. Introduction de Stéphane Boissellier et Charles Garcia

Las Siete Partidas : perspectives littéraires et philologiques (I)

sous la présidence de Ch. Garcia (Université de Poitiers)

  • 15h30-16h10. Luis María García-Badell (Universidad Complutense de Madrid ) : Las  Siete Partidas y el ms. 431 de la BN de Madrid
  • 16h10-16h50. Ignacio Czeguhn (Freie Universtät Berlin) & José Antonio López Nevot (Universidad de Granada) : Las ediciones de las Partidas en el siglo XVI
  • 16h50-17h30. Irina Nanu (Universidad de Barcelona) : Qué es señorío según Aristóteles  « en el  libro que se llama Política : breve glosario de conceptos  aristotélicos en la obra jurídica de Alfonso X

Las Siete Partidas : perspectives littéraires et  philologiques (II)

sous la présidence de M. Greilsammer (Université de Bar-llan)

  • 18h00-18h40. Ghislaine Fournés (Université Bordeaux Montaigne) : La construction du paradigme royal des Bocados de oro à la Segunda Partida d’Alphonse X le Sage
  • 18h40-19h20. Raúl Orellana Calderón (Universidad Autónoma     de Madrid) : Un recorrido por la tercera Partida de Montalvo y Gregorio López

 

Vendredi 03 novembre 2017
9h30-13h00

Las Siete Partidas : perspectives historiques et sociétales (I)

sous la présidence de G. Fournés (Université Bordeaux Montaigne)

  • 9h30-10h10. Félix Martínez Llorente (Universidad de Valladolid) : La Nobleza  en  las  Siete  Partidas : Bases  y propuesta para une nobleza titulada palatina
  • 10h10–10h50. Cybele Crossetti de Almeida (Universidade Federal do Rio  Grande do Sul) : Las  Siete  Partidas  no contexto da globalização do antijudaísmo do século XIII

Las Siete Partidas : perspectives historiques et sociétales (II)

sous la présidence de I. Czeghun (Freie Universtät Berlin)

  • 11h20-12h00. Francisco Ruiz Gómez (Universidad de Castilla-La  Mancha) : Le  Peuple  et  la  terre : la notion d’appartenance dans Las Siete Partidas
  • 12h00-13h00.  Myriam  Greilsammer  (Université  de  Bar- llan) : Le  mariage  dans  La  Quarta  Partida :  un  essai d’anthropologie historique
15h00-17h50

Las Siete Partidas : perspectives juridiques et  politiques (I)

sous la présidence de B. Ribémont (Université d’Orléans)

  • 15h00.-15h40. Pedro Porras Arboleda (Universidad Complutense de Madrid) : Lo que las Partidas deben a los fueros municipales castellanos
  • 15h40-16h10. André Vitória (Université d’Amsterdam) : Une affinité   sélective ? Les Siete Partidas et la législation portugaise aux XIIIe et XIVe siècles

Las Siete Partidas : perspectives juridiques et  politiques (II)

sous la présidence de P. Porras Arboleda (Universidad Complutense de Madrid)

  • 16h40-17h10. Sophie Coussemaker (Université Bordeaux Montaigne) : La responsabilité des mineurs criminels dans Las  Siete  Partidas : un modèle emprunté  au droit pénal classique et coutumier , ou des originalités  alphonsines ?
  • 17h10-17h50. Guilhem Bartolotti (Université Paris II Panthéon-Assas) : La nomination de  la  tutrice  dans  Las Siete Partidas : contribution à l’étude de l’influence du droit romain sur la  place  de la  femme  dans le  droit médiéval hispanique

 

Samedi 04 novembre 2017
9h30-12h00

Las Siete Partidas : perspectives juridiques et  politiques (III)

sous la présidence de S. Boissellier (Université de Poitiers)

  • 9h30-10h10. Jérôme Devard (Université d’Orléans) : De Las Siete  Partidas  à  Girart  de  Roussillon : l’autopsie  d’une tentative de transplantation juridique à travers l’exemple du concept de dépendance naturelle
  • 10h10-10h50.   Antonio   Pérez   Martín   (Universidad   de Murcia) : Titre non communiqué
  • 11h20-12h00. Denis Menjot (Université Lumière-Lyon II) : Conclusions

Coordinateurs :

Institutions organisatrices :

  • UMR 7302 (Centre d’études  de civilisation  médiévale, Université de Poitiers )
  • École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez)

Collaboration :

  • EA 4710 (Laboratoire  Pouvoirs,  Lettres   et   Normes, Université d’Orléans)

Comité scientifique :

  • Martin Aurell (Université de Poitiers )
  • Daniel Baloup (Université de Toulouse)
  • Philippe Haugeard (Université d’Orléans)
  • Jean-Pierre Jardin (Université Sorbonne-Nouvelle -Paris III)
  • José Manuel Nieto Soria (Universidad Complutense Madrid)
  • Patricia Rochwert-Zuili (Université d’Artois )

Droits d’inscription : 20€

 

         

Juan, doctorant espagnol en visite au CESCM pour 3 mois

Juan A. Prieto Sayagués est à Poitiers depuis le 1er septembre pour 3 mois. Nous l’accueillons au CESCM

Ju

Bonjour Juan, vous êtes étudiant, parlez-nous de votre parcours universitaire :

J’ai obtenu ma licence en Histoire avec l’Université Nationale d’Education à Distance (UNED) (2008-2012). Par la suite, j’ai suivi un Master en « Histoire Médiévale de Castille-et-Léon » organisé par les universités de Burgos, León, Salamanque y Valladolid et le CSIC (2012-2013) qui m’a permis de connaître les principaux chercheurs spécialisés dans les différents aspects de l’histoire médiévale castillane. Mon mémoire de fin de master a pour titre Juan I de Castilla y la Iglesia: poder y reforma. Ce travail a été dirigé par le Dr. Carlos Reglero (Université de Valladolid) et co-dirigé par la Dr. Soledad Tena (Université de Salamanque).

En 2013, j’ai commencé mon doctorat à l’Instituto de Historia Simancas avec une thèse ayant pour titre El Clero regular castellano durante la baja Edad Media. Aspectos políticos y socioeconómicos de la reforma de los claustros sous la direction, à nouveau, du Dr. Carlos Reglero. En septembre 2014, j’ai bénéficié d’un contrat prédoctoral FPU financé par le MECD. J’ai été incorporé au Département d’Histoire Ancienne et Médiévale de l’Université de Valladolid où je poursuis aujourd’hui mon travail de recherche et, pour l’année prochaine, d’enseignant. Je fais actuellement partie de l’Équipe de Travail du Projet d’Inverstigation « Poderes, espacios y escrituras en los reinos occidentales hispánicos (ss. XI-XIV) », ref. HAR2013-42925-P.

Parlez-nous de votre sujet de thèse :

Mon axe de recherche principal est les liens maintenus entre les pouvoirs laïques (la monarchie et la noblesse principalement) et les monastères et couvents de la Couronne de Castille. Mon travail est recentré sur la zone nucléaire de cette dernière, la Cuenca del Duero.

Les études à propos du patronage monastique ne sont pas nouvelles. Cependant, en ce qui concerne l’époque que j’étudie, les études manquent et elles sont plus dispersées que pour d’autres périodes comme les siècles centraux du Moyen Âge. Nous disposons d’une vaste bibliographie, que ce soit au niveau des chroniques, des œuvres des siècles passés comme les recherches contemporaines qui commencent au XIXème siècle jusqu’à aujourd’hui. Cependant, un des principaux problèmes est que ces œuvres ont mis l’accent en quelque monastère, région, famille nobiliaire ou rois et dynastie, mais pour le moment il manque une œuvre générale réunissant ces dernières.

Nous disposons aussi d’une vaste documentation – bien qu’irrégulière et inégale, qui dépend des monastères, des lignages et des époques – qui permettent de mener à bien cette recherche.

Je tente donc d’étudier le patronage à travers ses différentes manifestations, comme les fondations, les donations, les lieux de sépulture, les reformes, les professions ou le rôle que les monastères ont joué dans la vie sociopolitique castillane de ce moment-là. Quelques-uns des résultats obtenus jusqu’à présent ont été exposés lors de congrès nationaux et internationaux et lors de publications dans des livres et revues (vous pouvez en voir plus sur ma page personnelle Academia.

Parlez-nous de votre venue à Poitiers, pourquoi ce choix ?

En mai 2013, lors du Colloque International “Escritura y reescritura de una crónica monástica hispánica: la Primera Crónica Anónima de Sahagún” à Valladolid, colloque organisé par Charles García (CESCM-Université de Poitiers) et Carlos Reglero (UVa), j’ai eu l’opportunité de faire connaissance de Charles et de connaître le CESCM.

Tout cela, ajouté à la quantité et la qualité de la bibliographie disponible au CESCM et aussi dans les autres bibliothèques de l’Université de Poitiers, m’a donné envie de venir dans cette ville. La vaste bibliographie française – et d’autres régions d’Europe – me permet de connaître la réalité de mon sujet d’étude dans les différents pays européens, afin de pouvoir réaliser une comparaison avec le cas castillan et m’aider à mieux comprendre ce dernier.

Le dynamisme et le grand nombre d’activités (colloques, congrès, séminaires, etc.) organisés par le CESCM et par l’Université de Poitiers ont également été un attrait pour choisir cette destination où j’espère pouvoir assister au plus grand nombre d’évènements organisés pendant la durée de mon séjour.

Quelle sont vos attentes pendant ce séjour ?

Pendant mon séjour, j’espère pouvoir profiter au maximum du temps en lisant le plus grand nombre d’œuvres possibles, assister aux différents événements organisés. J’aimerais également connaître les différents travaux et méthodologies des chercheurs du CECSM qui m’apporteront sans doute de nouveaux objectifs, de nouvelles approches et des idées pour ma recherche.

Enfin, je voudrais remercier le CESCM et l’Université de Poitiers pour la qualité de son accueil, et plus particulièrement le Professeur Charles García qui a été (et qui continue de l’être) attentif pour que mon séjour soit le plus fructueux possible. En définitif, merci beaucoup pour l’accueil.

Le « off » des Semaines d’Études Médiévales : une excursion romancée …

Excursion à Chinon et à Fontevraud dans le cadre des Semaines d’études médiévales, dimanche 22 juin 2014.

Dimanche matin, dès potron-minet, le groupe des participants se retrouva devant le chevet de Sainte-Radegonde, prêt pour la grande excursion. La journée s’annonçait belle et les routes du Poitou furent vite parcourues. Au milieu de la matinée, le car déposa la joyeuse compagnie près de l’église de Saint-Mexme de Chinon où Claude Andrault-Schmitt expliqua aux stagiaires la structure monumentale de la collégiale et l’évolution de l’édifice au cours des âges.

Cliché Ch. Garcia/CESCM
Cliché Ch. Garcia/CESCM

La première visite terminée, et sous un soleil lourd, le groupe emprunta un chemin à flanc de coteau pour aller rejoindre la chapelle rupestre de Sainte-Radegonde. Arrivés sur place, la célèbre peinture représentant Aliénor d’Aquitaine et sa famille fit le bonheur de tous. Mais au fait, Aliénor ou Henri le « Jeune » ? C’est autour du débat sur le sens à donner à la fresque que Marcello Angheben développa son commentaire. On n’avait pas vu le temps passer et quelques minutes après tout le monde prit place au milieu du château de Chinon pour un déjeuner sur l’herbe.

Par la suite, et résistant à la tentation d’une petite sieste, l’assemblée recueillie écouta attentivement les explications de Nicolas Prouteau sur la fondation et les multiples modifications de la forteresse chinonaise, conférence qui accorda une attention particulière à la période Plantagenêt. Au milieu de l’après-midi, les jeunes médiévistes rejoignirent Fontevraud où Claude Andrault-Schmitt commença la visite guidée du site par un exposé sur l’église abbatiale, complété par une leçon de Marcello Angheben sur la symbolique et les caractéristiques techniques des fameux gisants.

Cliché Ch. Garcia/CESCM

Ce fut devant ces mêmes tombes royales que Pierre-Marie Joris déclama avec ardeur une série de vers composés par des auteurs oulipiens en hommage aux troubadours médiévaux et à la lecture mortuaire d’Aliénor. La démarche ayant plu aux étudiants, beaucoup imitèrent Pierre-Marie Joris en adressant à leur tour des vers à la statue d’Aliénor avec force conviction. La promenade à l’intérieur de l’abbaye fut clôturée par Claude Andrault-Schmitt qui nous fit visiter la chapelle de Saint-Benoît et les connues cuisines-fumoirs.

Tandis que la chaleur commençait à décliner, le groupe alla se réfugier dans une auberge des environs de Fontevraud pour un dîner amplement mérité. Pensant la journée terminée, les stagiaires, qui avaient misé sur le car pour récupérer un peu, se trouvèrent face à une surprise de taille sur le chemin du retour : le grand spectacle musical organisé de main de maître par Marcello Angheben De l’avis général, ce fut une authentique performance qui se prolongea collectivement et avec bonheur jusqu’au bout de la nuit…