Tous les articles par Vanessa Ernst-Maillet

IST

Appel à com’ du 54e congrès de la SHMESP (Poitiers, 11-14 mai 2023)

Appel à communication du 54e congrès de la SHMESP (Poitiers, 11-14 mai 2023)

« Environnement et sociétés au Moyen Âge »

Appel à communication jusqu’au 30 avril 2022

 

Le 54e Congrès de notre société se tiendra au CESCM à Poitiers, du 11 au 14 mai 2023 sur le thème « Environnement et sociétés au Moyen Âge ». Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-joint l’argumentaire scientifique : SHMESP 2023 Poitiers – appel à communication.

Les propositions de communication en français, accompagnées d’un résumé d’une page maximum (à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte), doivent être envoyées d’ici le 30 avril 2022 à : secretariat@shmesp.fr. Les sociétaires intéressés sont invités à prendre attentivement connaissance des grandes orientations fixées par le comité scientifique. Celui-ci fera connaître courant juin les contributions retenues.

Nous rappelons que la Société ne prend pas en charge les frais des intervenants. Des bourses sont toutefois proposées aux doctorantes et doctorants, ainsi qu’aux jeunes chercheuses et chercheurs, qui interviendraient lors de ce congrès.

 Les actes des congrès de le SHMESP paraissent régulièrement à l’occasion de l’Assemblée générale de l’année qui suit, grâce notamment au travail des responsables des publications. Les collègues qui proposent une communication s’engagent donc moralement à publier leur texte en le rendant dans les délais imposés par ce calendrier serré, soit le pour 1er septembre 2023, et en respectant le nombre de signes défini par les responsables des publications, soit un texte de 35 000 signes (espaces, notes et documents compris), en vue d’une parution de l’ouvrage à l’automne 2024.

 Nous encourageons vivement les jeunes chercheurs à participer à ce congrès. Les directeurs de thèses sont donc invités à informer au plus vite les doctorants susceptibles d’être intéressés.



Prise de conscience des dérèglements climatiques, menace de crises écologiques majeures, débat sur le concept dAnthropocène ont donné ces dernières décennies une dimension nouvelle à lintérêt déjà bien établi des sciences humaines et sociales pour l’étude des relations entre l’homme et son environnement. C’est ce champ de recherche transdisciplinaire et dynamique que la SHMESP entend investir pour son 54e congrès dédié aux rapports entre « Environnement et sociétés au Moyen Âge » dans les espaces occidentaux, byzantins et arabomusulmans, aussi bien que nordiques et slaves non chrétiens.

En ancien français, aux XIIIeXIVe siècles, le mot « environnement » désigne l’action d’entourer, mais aussi ce qui entoure, ce qui se trouve tout autour de l’homme ou des êtres vivants. Passé depuis le français médiéval dans la langue anglaise, c’est dans ce sens qu’il est
d’abord réintroduit et utilisé en français moderne au XIXe siècle, par exemple chez Jules Michelet lorsqu’il interroge l’incidence des actions humaines sur l’équilibre des milieux. Privilégié aujourd’hui en sciences humaines et sociales par rapport au concept de « nature » (présent dans les sources mais très polysémique et revêtant une dimension plus statique), mais aussi à celui de « milieu » (plutôt employé dans le sens restrictif de « milieu physique »), l’environnement peut être défini comme l’« ensemble des facteurs naturels, ou naturels modifiés par l’homme, voire artificiellement créés, qui conditionnent son existence (ou celle d’un autre organisme) » (Robert Delort). Autrement dit, il résulte de la combinaison des facteurs physicochimiques, biologiques et socioéconomiques qui forment le cadre de vie des groupes humains.

Le renouvellement en cours, en histoire médiévale, des questionnements liés à l’interrelation entre homme et environnement hérite à la fois des travaux fondateurs des géographes et des archéologues, d’une longue tradition d’histoire rurale et de géohistoire à la française et des premiers jalons d’une histoire du climat et des catastrophes naturelles posés dans les années 19701990 par des historiens comme Emmanuel Le Roy Ladurie ou Jacques Berlioz. Il se nourrit également des liens avec le courant d’histoire environnementale né aux ÉtatsUnis dans les années 1970 et fortement lié dès l’origine à l’écologisme ; ainsi que de l’apparition de nouvelles spécialités, telles que l’archéogéographie et des développements les plus récents des études paléoenvironnementales et des techniques et méthodes o et bioarchéologiques (palynologie, carpologie, anthracologie, sédimentologie, sans oublier l’archéozoologie, essentielle pour comprendre les relations entre homme et animal). Autant d’approches qui contribuent à renouveler notre façon d’appréhender et de comprendre les conséquences des implantations humaines sur les équilibres écologiques. La réflexion récente menée dans d’autres champs des sciences humaines et sociales lanthropologie, l’écocritique, l’écosophie ou l’écothéologie contribue également à enrichir les questionnements des médiévistes, incitant par exemple à se demander si le concept dhomo ecologicus, qui s’impose des obligations d’ordre éthique envers son environnement, a une réalité au Moyen Âge ou s’il s’agit d’une création du monde contemporain. Plus récemment, c’est à travers des problématiques novatrices émanant de l’histoire des émotions ou même de nouvelles approches en histoire politique que certains médiévistes ont réévalué la place de l’environnement dans l’histoire sociale, manifestant là encore la valeur heuristique du prisme environnemental pour l’appréhension des sociétés du passé. Les recherches sur des sujets aussi variés que l’histoire des paysages, les relations entre les hommes et les animaux, mais aussi entre les hommes et les plantes, l’exploitation des ressources minières ou aquacoles, ou encore les représentations de la nature, y compris dans l’art et la littérature, se sont ainsi multipliées ces dernières décennies, témoignant de la diversité des angles possibles pour appréhender le rapport, construit, entre sociétés humaines et environnement.

Autant de voies qui pourront être explorées lors de ce congrès, sans jamais étudier pour euxmêmes les phénomènes extérieurs à l’homme, mais en se concentrant sur les interactions de ces phénomènes avec les sociétés médiévales, selon trois axes. Pour ce faire, tous types de supports pourront être mobilisés dans la lignée de nombreux travaux récents associant, par exemple, documents d’archive, données archéologiques, iconographie ou textes littéraires afin de représenter au mieux la diversité des modes d’expression, des échelles et des temporalités complémentaires de ces rapports, du local au global, des temps géologiques à l’événement.

1. Aménagement, exploitation, pratiques sociales et spatiales

Ce premier axe cherchera à comprendre comment les sociétés médiévales s’adaptent à leur environnement et le transforment, intégrant ou contournant ses contraintes et exploitant ses atouts. La réflexion, en évitant toute approche déterministe, pourra s’articuler autour de l’occupation et de l’aménagement de l’environnement par l’homme, de ses habitats, de ses activités et des infrastructures qu’il met en place. Les interactions entre homme et environnement s’y traduisent de plusieurs façons : rapports de production, construction et pratiques de l’espace, concurrence et collaboration autour de l’accès aux ressources, impact sur les espèces animales et végétales…
Les activités de production incluent l’exploitation du sol, qu’il s’agisse de l’espace cultivé ou dédié à l’élevage (pratiques agraires, modes de culture et de gestion des sols,
extension des terroirs par assèchement de marais, défrichements ou autres ; structures agricoles spécifiques telles que les salines ou endiguements ; équilibre élevage/culture céréalière ; emprise spatiale de l’élevage ; élevage itinérant ; diffusion de pratiques telles que les garennes), mais aussi des ressources du soussol (minerais et métaux, pierre, tourbe, sel, etc.), des forêts (bois de charpente ou de chauffe, charbon, chasse et braconnage, etc.), ou d’autres milieux plus spécifiques. La pêche et la pisciculture, en mer ou en eau douce (gestion des étangs, pêcheries), et leur impact sur les écosystèmes comme sur les sociétés seront également à prendre en compte. Nombre de ces activités posent aussi la question de la temporalité, des rythmes, de la saisonnalité : certaines ont par exemple une dimension cyclique (le temps de la reconstitution du couvert forestier, du stock de poissons ou de gibier…), incitant à une approche évolutive et non statique des interactions entre les sociétés médiévales et leur environnement.
Audelà des considérations pratiques, on s’interrogera sur la dimension sociale de l’activité productive : usage collectif ou concurrentiel (communs, assolement, chasse, droits de boisillage ou de glanage…) ; organisation sociale autour de l’exploitation ; ou encore compétition pour l’accès aux ressources. En effet, le partage des ressources naturelles est un enjeu crucial pour toute société, particulièrement en cas de rareté (manque d’eau et de bois d’œuvre en zone aride par exemple), jusqu’à faire l’objet de réflexions juridiques sur la « propriété » et les usages coutumiers.

Ces questionnements seront l’occasion de mettre en exergue les nouvelles façons d’appréhender les dynamiques entre hommes, animaux, plantes, ressources et espaces développées ces dernières années, que ce soit à travers des études microhistoriques ou des
perspectives relevant de l’histoire globale.


2. Équilibres environnementaux, crises et résilience

Certaines de ces activités humaines sont source de déséquilibres et de nuisances (pollution, déforestation, amenuisement des ressources…), pouvant aller, dans des cas extrêmes, jusqu’à la destruction de certaines ressources. La thématique des pollutions et contaminations en particulier peut être développée dans des directions très diverses : pollution d’un espace rural ou urbain, mais aussi des corps euxmêmes, amenant à considérer les conséquences sanitaires, les maladies liées à l’environnement (pollution au plomb par exemple). Si une forme de surexploitation peut être la cause de ces dérèglements, d’autres facteurs peuvent être considérés, comme les déprédations et ravages des guerres (politique de la terre brûlée).
On pourra réfléchir sur les notions de seuil et d’extrême : commencent la surexploitation, le déséquilibre, voire la crise ? Observeton l’existence d’un effort de préservation par les hommes et femmes du Moyen Âge d’une partie de leur milieu (sauvegarde d’une partie du couvert forestier, gestion de l’eau en zone sèche ou de la pollution et du débit des cours d’eau…) ? Autant de questions qui amènent à interroger les notions d’équilibre et de « crises environnementales », notamment pour le XIVe siècle dans le cas de l’Europe.

Ces déséquilibres et le problème de l’accès aux ressources (terres, minerais, bois, eau…) posent aussi la question des liens entre crises et pouvoirs politiques : comment ces derniers anticipentils éventuellement une catastrophe ou y réagissentils a posteriori ? La période de l’aprèscrise constitue un moment intéressant à étudier : quelles sont les réactions ? Quels dispositions et aménagements suivent, qu’il s’agisse d’abandon ou de reprise d’infrastructures ou d’espaces, plus largement de réorganisation ? Selon quels rythmes ? Les réponses peuvent
également être d’ordre religieux : processions, litanies, rédaction de traités pour la prévention des épidémies
Ce deuxième axe sera ainsi l’occasion de croiser la part des facteurs « naturels » (aléas climatiques, sismicité, invasions de nuisibles…) et celle des facteurs sociaux dans l’émergence de crises environnementales. Dans le cas des crises alimentaires, la ligne de partage entre les deux n’est pas toujours claire : si des facteurs climatiques peuvent les engendrer, elles peuvent également être dues à une mauvaise gestion des stocks ou à des phénomènes d’accaparement et de spéculation.


3. Représentations et perceptions de l’environnement

Confronté au monde qui l’entoure, l’homme a cherché à appréhender et à rendre compte de cet environnement, ainsi qu’à trouver des explications aux manifestations de la nature, aux phénomènes géomorphologiques, météorologiques et climatiques, aux maladies. Toutes les formes de constructions intellectuelles (textuelles ou figurées) élaborées par les acteurs du Moyen Âge afin d’appréhender et d’interpréter leur environnement seront ainsi au cœur de ce dernier axe : conceptions théologiques, philosophiques, juridiques, littéraires, esthétiques, mais aussi didactiques ou géographiques (cartes par exemple), permettant à la fois de représenter le monde environnant, de se l’approprier et de l’expliquer.
Au cours de la période médiévale se développent de nouveaux rapports dynamiques entre l’homme, le monde et Dieu, qui témoignent d’une attention croissante pour la nature. L’étude de la théologie et des cadres juifs, chrétiens et musulmans d’explication du monde est une des perspectives qui permettent d’envisager ces rapports. La perception de la nature comme produit de la Création induit des schémas d’interprétation, des pratiques, des comportements : l’idée de colère ou de bienveillance divine, une conception providentialiste du monde, une certaine efficience prêtée à la parole tournée vers le Ciel ou adressée aux saints. Pourront ainsi être mobilisés les récits de miracles liant le saint et la nature dans la littérature hagiographique, les mentions de bénédictions destinées à favoriser les cultures dans certains sacramentaires, ou de messes votives destinées à faire tomber la pluie, repousser la tempête ou la maladie des animaux.

Alors que l’essor des sciences arabes, au carrefour d’influences multiples, est déjà ancien, en Occident, c’est avec le développement scolastique et l’apport de nombreux textes philosophiques et scientifiques traduits depuis le grec ou l’arabe que les descriptions et
explications de phénomènes « naturels » se multiplient. Tandis que la philosophie naturelle étend son domaine disciplinaire audelà de l’ancien quadrivium, on observe un intérêt croissant pour l’explication rationnelle du monde. On pourra se demander quels sont les facteurs qui expliquent de tels changements de perspective, mais également quelle est la part de la mystique dans l’investigation de la nature. Le développement de la médecine, de la pharmacopée, de la botanique influe sur les conceptions et le discours sur l’environnement, entraînant la multiplication de nouveaux écrits : traités de médecine ou vétérinaires, d’astronomie, de chasse, encyclopédies… À la fin du Moyen Âge, alors que le monde commence à être compris par l’observation, les peintres témoignent aussi, à leur façon, de ces nouvelles façons d’appréhender l’environnement, en introduisant un souci nouveau de réalisme dans sa représentation.

In fine, ce congrès sera l’occasion de se demander comment ces différentes dimensions des relations entre les sociétés médiévales et leur environnement peuvent permettre aux médiévistes, quel que soit leur espace d’étude, de se réapproprier et de reconsidérer sous un jour différent des thématiques anciennes, tout en faisant dialoguer approches matérielles, textuelles et iconographiques afin de croiser les regards sur les représentations et les pratiques sociales médiévales.

Actus CESCM 2022/3

Evénements

 

[17 mars 2022] : ateliers de la doc

***

Les Journées de Poitiers,  ville d’art sous la conduite de Claude Andrault-Schmitt, du 25 au 27 mars 2022 : trois jours de visites organisées par la Société française d’Archéologie. Voir leur site : http://www.sf-archeologie.net/Poitiers-une-capitale-medievale.html

***

[8 avril 2022] : La tour-porche de Saint-Hilaire de Poitiers. Milieu culturel et commanditaires autour de l’an Mil, nouvelles perspectives de recherches

***

[14-15 avril 2022] Journées d’étude jeunes chercheurs 2019 – Association JANUA

***

[20 mai 2022] : Végétal Moyen Âge ! Plantes, santé et alimentation

***

[1er juin 2022] : Le rituel au Moyen Âge


Participation à colloques

 

  • Martin Aurell anime un séminaire sur l’imaginaire de l’épée à l’université de Sapienza (Rome) le  15 mars : L’épée médiévale est-elle une personne ? Lien vers le séminaire : https://cescm.hypotheses.org/files/2022/03/seminari-2021_22-Aurell.pdf
  • Le colloque international I re poeti, Université de l’Aquila le 16 mars, sera ouvert par Martin Aurell : Entre l’ordre littéraire et l’ordre équestre: la poésie du roi lettré.
  • Le 23 mars, Rappresentare il tempo. Architettura, geometria e astronomia, Palazzo Spada à Rome auquel participe  Angélique Ferrand : Penser le temps dans l’espace: les signes du Zodiaque et les Occupations des mois rythmant l’architecture ecclésiale (XIe-XIIIe siècles). La journée pourra également être suivie en ligne sur Teams : https://rebrand.ly/r2gfu0b
  • Harmony Dewez sera le 25 mars au Séminaire de sociAAM (ULB, Bruxelles)  : Les traités domaniaux et comptables du XIIIe au XVe s. entre droit, morale et agriculture.
  • Du 28 au 30 mars,  Colloque bisannuel de la British Archaeological Association à Rome, British School, sur le thème Image and Narrative in Romanesque Art. Y participent : Marcello Angheben : The Apsidal Mosaics of San Clemente, Rome and the hypothetical influence of the Gregorian Reform / Claude Andrault-Schmitt : An Unusual Scenography in the Service of Popular Devotion. The Deathbed Scene at Saint-Hilaire-de-la-Celle in Poitiers.
  • Alexandre Noguera  participe le 9 avril à la journée doctorale organisée par le département d’histoire de l’université Laval : Voyage et géographie administrative sous Charles VII.

Pôle documentaire

 

 Galata and its walls: expansion phases, mural inscriptions and written sources. lecture Hasan Sercan Sağlam (CNRS – CESCM, Poitiers, France) ), Thursday, March 17th 2022, 08.30

Room FB4.B209 ZOOM MEETING https://ozyegin-edu-tr.zoom.us /j/98233898966?pwd=a2JjNERCK0g4 QUhXQ3N5WS96UGNZQT09

Meeting ID: 982 3389 8966

Passcode: 148106

***

Le prochain webinaire “Transmissions épigraphiques” aura lieu jeudi 17 mars, de 10h à 12h, et nous aurons le grand plaisir d’écouter Vincent Debiais (EHESS, Paris), parler de : Inscriptions transmitting inscriptions: copying, repairing, increasing epigraphic texts (Spain, Empire, 13th-16th centuries). Lien : https://us02web.zoom.us/j/89842541808?pwd=c0hyQ1o4OVR6OXFuZ0hHOU1vQmRKQT09 (ID réunion: 898 4254 1808 ; mot de passe: 013157)

Pour retrouver l’ensemble du programme : https://epimed.hypotheses.org/2375 

***

La 16e édition du festival du film d’archéologie d’Amiens aura lieu du 28 mars au 2 avril 2022. Parmi les 70 documentaires qui seront projetés, le film sur la mission de terrain à Chypre, réalisé par Stéphane Kowalczyk et Philippe Kern, sera présenté le samedi 2 avril : https://grapheast.hypotheses.org/360
 

[20 mai 2022] : Végétal Moyen Âge ! Plantes, santé et alimentation

Journée d’études du CESCM

Végétal Moyen Âge !
Plantes, santé et alimentation

Lieu : Jardin botanique universitaire de Poitiers, Domaine du Deffend, 1108, route des Sachères, 86550 Mignaloux-Beauvoir

Date :  vendredi 20 mai 2022

Entrée libre

Tractatus de Herbis, British Library, Sloane ms.41 6, f°30r° I Tacuinum sanitatis, Université de Liège ms. 1 041 I Wikimedia Commons

Le monde végétal est, au Moyen Âge, objet de représentations et d’usages variés, au sein desquels deux domaines se distinguent : l’alimentation et les remèdes. L’économie, la production alimentaire et les représentations symboliques des sociétés médiévales occidentales reposent fondamentalement sur la céréaliculture et la vigne, tandis que les connaissances en manière de médecine curative s’appuient largement sur les propriétés des végétaux. Cette journée d’études propose d’apporter un regard interdisciplinaire sur ces deux domaines, en associant historiens, littéraires et archéologues à une discussion générale sur les usages et les représentations des plantes dans l’alimentation et les pratiques de santé médiévales.

Programme

 

9h – « Introduction », par Martin AURELL, Directeur du CESCM (UMR 7302)

9h15-10h – « Connaissance et usages des plantes au Moyen Âge », par Laurence MOULINIER-BROGI, Professeur à l’Université de Lyon II (CIHAM UMR 5648)

10h-10h15 – Discussion

10H15-10h45 – Pause café

10h45-11h15 – « Vertus thérapeutiques des plantes : l’antidotaire de Henri de Mondeville, Cambridge, MS Peterhouse 118 », par Corinne LAMOUR, Praticien hospitalier au CHU de Poitiers, doctorante au CESCM (UMR 7302)

11h15-11h30 – Discussion

11h30-12h00 – « Du fruit à l’arbre. Décrire les plantes par leurs produits dans un herbier de la fin du Moyen Âge : l’exemple de l’Hortus sanitatis », par Alice LAFORÊT, archiviste-paléographe, Conservatrice des Bibliothèques, Muséum national d’Histoire naturelle, doctorante à l’université Grenoble-Alpes (Litt&Arts UMR 5316)

12h00-12h15 – Discussion

12h15-14h00 – Déjeuner

14h-14h30 – « Productions agricoles, alimentaires et collectes végétales dans l’Ouest de la France à partir des données carpologiques médiévales pour l’ancienne région Poitou-Charentes », par Charlotte HALLAVANT, carpologue, Bureau d’investigations archéologiques HADES Scop, membre associée du laboratoire TRACES (UMR 5608)

14h30-15h – Discussion

15h-15h30 – « Céréales, fruits et épices : environnement végétal et alimentation au château de Thouars au XVe siècle », par Charles VIAUT, archiviste-paléographe, docteur en histoire et archéologie médiévale, ATER à l’Université de Poitiers (CESCM UMR 7302)

15h30-15h45 – Discussion

16h-17h – Visite des collections d’herbiers et fossiles végétaux du jardin botanique, par Géraldine Garcia, Maître de Conférences en paléontologie, responsable des collections scientifiques de l’Université de Poitiers.

Contacts :

martin.aurell@univ-poitiers.fr

charles.viaut@univ-poitiers.fr

corinne.lamour@univ-poitiers.fr

[10 mars 2022] : Les automatismes dans la traduction biblique

Les rdv de l’équipe “Lettres et textes médiévaux” (Équipe 1) sont de retour : Ce ne sont pas des conférences ! Ce sont des moments pour se rencontrer, discuter, apprendre en échangeant…

Vous êtes conviés à notre premier rdv de l’année autour de Vladimir Agrigoroaei (CR CNRS) qui nous entretiendra sur :

« Les automatismes dans la traduction biblique »

Jeudi 10 mars 2022, 15h-17h Salle Berger du CESCM.

Vous pouvez aussi vous connecter à l’adresse : https://univ-poitiers.webex.com/meet/vladimir.agrigoroaei

[1er juin 2022] : Le rituel au Moyen Âge

Journée d’études

Le rituel au Moyen Âge

 

Universitätsbibliothek Heidelberg, Cod. Pal. germ. 848 f. 48 Eberhard von Sax

Date : 1er juin 2022

Lieu : CESCM (Université de Poitiers-CNRS), Salle Crozet, 24 rue de la Chaîne, Poitiers.

Entrée libre.

Contact : Sini Kangas sini.kangas@univ-poitiers.fr

Les communications peuvent être présentées en français ou en anglais.

 

Lien pour suivre la journée :

https://univ-poitiers.webex.com/univ-poitiers/j.php?MTID=mb3713f80d25fb77947d2095d4b567e18

Le terme ”rituel” couvre un éventail ouvert de nombreuses activités médiévales. Selon une définition large, il comprend des comportements répétés et souvent formels qui associent des processus cognitifs à des actions physiques. Qu’ils soient pratiqués en privé ou en public, les rituels médiévaux ont inévitablement une fonction sociale ; ils sont exécutés pour et en interaction avec des publics présents, qu’ils soient humains ou surnaturels. Cette dimension performative implique une expérience partagée de pratiques visuelles, auditives, voire sensorielles tout court, qui donnent forme aux rituels.

Les rituels poussent à penser et à agir. Ils suscitent aussi des réactions émotionnelles. Ils servent à renforcer un sentiment d’inclusion et d’appartenance et à offrir une protection contre le mal. Ces fonctions profondes soulignent leur importance dans la vie sacrée et quotidienne ainsi que dans les moments de transition ou de péril. Même si des facteurs contextuels déclenchent et affectent le comportement cérémoniel, le contenu d’un rituel ne peut jamais être entièrement spontané.

L’environnement matériel joue un rôle important dans le déroulement des cérémonies médiévales. Des espaces, tels que des salles d’apparat ou de banquet, ont été conçus pour l’usage rituel. Dans les églises paroissiales, les rites sacrés symbolisent et accueillent un riche ensemble de pratiques, notamment la messe et les prières, surtout à l’occasion des fêtes religieuses. La liste des objets matériels d’une église médiévale rattachés à des rituels particuliers serait longue. La signification symbolique de la croix est si grande que, dans des situations extrêmes, les chevaliers vont jusqu’à en fabriquer.

La diversité des rituels médiévaux est énorme. C’est oralement que se déroulent les cérémonies et elles sont donc documentées de façon variée. Au cours des rites du souvenir, l’histoire est revécue par les populations sous forme coutumière. Leur identité est affectée et peut-être façonnée par les rites de passage et d’initiation du baptême, du mariage ou de la paix. Du point de vue juridique, les rituels obligent, autorisent, sanctionnent et fixent les relations humaines. Ils justifient et renforcent l’autorité royale, seigneuriale ou cléricale. A l’opposé, ils entérinent la soumission des sujets.

Aussi importants soient-ils pour les médiévaux, les rituels suscitent parfois de la méfiance. Même si, à la guerre, ils encouragent la loyauté et l’obéissance des chevaliers, sergents d’armes et piétons avant, pendant et après la bataille, ils comportent des connotations négatives de mort et de destruction pour la plupart des non-combattants.

Ce colloque réunit des spécialistes de divers domaines pour aborder la théorie et la pratique des rituels dans la culture médiévale sous plusieurs angles :

– Aspects socio-culturels des rituels religieux, juridiques et militaires.

– Rituels tenus en public ou réservés à la vie privée.

– Rituels de coercition, de négociation et de défi.

– Bornes de tolérance : rituels d’inclusion et d’exclusion.

– Représentation littéraire des rituels et formes ritualisées de l’écrit.

– Dimension visuelle et auditive de la performance rituelle.

– L’espace rituel.

 


Programme

 

9.00 Accueil et présentation de la journée par Martin AURELL

9.10-11.10 Le rituel dans l’espace de la puissance sacrée ou militaire – Présidente de séance Sini KANGAS

 

Iris SHAGRIR (Professeure en histoire médiévale, The Open University of Israel) : Liturgy and Ritual Space in Latin Jerusalem

Sercan SAGLAM (Postdoctorant CNRS pour l’ERC GRAPH-EAST, CESCM, Univ. de Poitiers) : Asking for Divine Help Twice: Reduplicated Dedications in the Fortifications of Pera / Galata.

Pierre LEVRON (Chargé de recherche CNRS en littérature médiévale, CESCM, Univ. de Poitiers) : Rituels et règles sociales: les rites, marqueurs de la régularité d’une situation dans le Livre de Jérusalem.

11.30-13.00 Les rituels judiciaires et doctrinaux – Présidente de séance Harmony Dewez

 

Mia KORPIOLA (Professeure en histoire du droit, Univ. de Turku) : The Ritual of Oathgiving in Medieval Scandinavia.

Benjamin WEBER (Chercheur en histoire des croisades, Univ. de Toulouse) : L’élaboration d’un rituel : les origines médiévales de la bulle In Coena Domini.

15.00-18.00 À la croisée des pratiques cléricales et laïques – Présidente de séance Justine MORENO

 

Martin AURELL (Professeur en histoire médiévale, CESCM, Univ. de Poitiers) : L’impossible adoubement par le prêtre (XIIe-XIVe siècles).

Vladimir AGRIGOROAEI (Chargé de recherche CNRS en littérature médiévale, CESCM, Univ. de Poitiers) : The Odd Case of the Four Old French Prayers in the End of the Winchester Psalter.

Katherine ZIEMAN (Maître de conférence en littérature anglophone, CESCM, Univ. de Poitiers) : Devotion and the Ritualization of Attention.

Sini KANGAS (Chercheuse invitée au CESCM, Univ. de Poitiers/Univ. de Tampere) : Prayers by the Crusader Knights: Adaptations of Ritual Observance.

Conclusions


Ritual in the Middle Ages

 

The colloquium is open for the public.

Date : 1st June 2022

Place : CESCM (Université de Poitiers-CNRS), Salle Crozet, 24 rue de la Chaîne, Poitiers.

Meeting link:


https://univ-poitiers.webex.com/univ-poitiers/j.php?MTID=mb3713f80d25fb77947d2095d4b567e18

Contact : Sini Kangas sini.kangas@univ-poitiers.fr

The languages of the colloquium are French and English.

The term “ritual” covers a wide field of medieval activities referring to repeated and often formal behaviour that combine cognitive processes with physical actions. Whether carried out in privacy or in public, medieval rituals invariably had a social function; they were performed for and in interaction with audiences, whose presence may have been tangible or superhuman. The performative aspect involved a shared experience of visible, audible and, in all, sensory practices that gave form to the rituals.

In addition to thinking and doing, rituals invoked emotional responses in the participants. They functioned to bolster the feelings of inclusion and belonging and to offer protection from harm. Such deep undercurrents underlined the importance of ritual in sacral and daily life as well as in moments of transition or peril. Even if contextual factors triggered and affected ceremonial behaviour, making it far from stagnant, the content of a ritual could never be entirely spontaneous.

The material environment played an important role in the performance of medieval ceremonies. Spaces like courts and dining halls were created with regard to ritual usage. Sacred sites like parish churches both symbolized and hosted a rich cluster of ritualized practice, including hearing the mass, saying prayers, and participating in various religious feasts. The list of material objects from a medieval church attached to particular rituals would be long. The symbolic meaning of the cross was so great that in emergencies knights were said to have made ad-hoc crosses in the absence of consecrated objects.

The variation of medieval rituals is huge. Rituals were performed orally, but also documented in various ways. During the rites of remembrance, medieval people relived history in ritual form. Their identities were affected and perhaps formed by the rites of passage and initiation such as baptism, marriage, or the ritual of knighting. From the legal point of view, rituals obliged, entitled, sanctioned and set expectancies for behaviour and human relations. Royal, seignorial and clerical authority was justified and reinforced by rituals. Vice versa, for the subjects, the same rituals affirmed the boundaries of submission.

As important as rituals were for the medieval contemporaries, they were not necessarily liked. The rituals of war, designed to provoke loyalty and obedience among the warriors before, during and after battle, bore negative connotations of death and destruction for the majority of population.

The colloquium gathers together specialists from various fields to discuss the theory and practice of rituals in medieval culture including e.g.

  • Socio-cultural aspects of religious, legal and military rituals
  • Rituals held in public or reserved for private life
  • Rituals of coercion, negotiation, and defiance
  • The borders of toleration: rituals of belonging and exclusion
  • Literary depiction of rituals and ritualized forms of the written word
  • Visual and auditive aspects of ritual performance
  • Ritual space

Programme

 

9.00 Welcome by Martin AURELL

9.10-11.10 Ritual Practice in Sacred and Military Space – Chair of the meeting Sini KANGAS

 

Iris SHAGRIR (Professeure en histoire médiévale, The Open University of Israel) : Liturgy and Topography in Latin Jerusalem.

Sercan SAGLAM (Postdoctorant CNRS pour l’ERC GRAPH-EAST, CESCM, Univ. de Poitiers) : Asking for Divine Help Twice: Reduplicated Dedications in the Fortifications of Pera / Galata.

Pierre LEVRON (Chargé de recherche CNRS en littérature médiévale, CESCM, Univ. de Poitiers) : Rituels de consécration ou de re-consécration d’églises dans les récits de croisades.

11.30-13.00 Legal and Doctrinal Tradition – Chair of the meeting  Harmony DEWEZ

 

Mia KORPIOLA (Professeure en histoire du droit, Univ. de Turku) : The Ritual of Oathgiving in Medieval Scandinavia.

Benjamin WEBER (Chercheur en histoire des croisades, Univ. de Toulouse) : L’élaboration d’un rituel : les origines médiévales de la bulle In Coena Domini.

15.00-18.00 In the Crossroads of Clerical and Lay Belief – Chair of the meeting Justine MORENO

 

Martin AURELL (Professeur en histoire médiévale, CESCM, Univ. de Poitiers) : L’impossible adoubement par le prêtre (XII-XIVe siècles).

Vladimir AGRIGOROAEI (Chargé de recherche CNRS en littérature médiévale, CESCM, Univ. de Poitiers) : The Odd Case of the Four Old French Prayers in the End of the Winchester Psalter.

Katherine ZIEMAN (Maître de conférence en littérature anglophone, CESCM, Univ. de Poitiers) : Devotion and the Ritualization of Attention.

Sini KANGAS (Chercheuse invitée au CESCM, Univ. de Poitiers/Univ. de Tampere) : Prayers by the Crusader Knights: Adaptations of Ritual Observance.

Conclusions