Tous les articles par Vanessa Ernst-Maillet

IST

[14 janv.] International Medieval Bibliography (IMB) et Bibliographie de civilisation médiévale (BCM)

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison d’ateliers de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

  • Date : mardi 14 janvier 2020 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : International Medieval Bibliography (IMB) et la Bibliographie de civilisation médiévale (BCM).
  • Intervenantes :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Isabelle Santoire, Bibliographie IMB-BCM pour le CESCM

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.

Actus CESCM 2019/13

Événements

 

[12 déc] Journée d’études : Actualités de la recherche en archéologie castrale

***

[12 déc] Conférence : L’énergie : un concept pour comprendre l’art

***

[15 mai] Table ronde


Divers

un doctorant Entre Poitiers et Jérusalem

***

Découverte du monde de la recherche par une stagiaire de 3ème, au CESCM


Appels à communication

 

Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janv. 2021)

***

Appel à communications et à inscriptions – 13èmes Rencontres du GRIM (27 mai 2020)


Soutenances de thèse

 

Annick Gagné soutiendra sa thèse le 18 décembre à 14h en salle Crozet = Les inscriptions de consécration et la construction de l’église (France, VIIIe-XIIIe s.) : une étude archéologique de l’écriture

***

Soutenance de thèse de Mélanie Riveault, CESCM (22 nov. 2019)


Photothèque

 

Claire Boisseau est repartie travailler sa thèse après avoir brillamment veillé sur la photothèque, nous avons le plaisir d’accueillir Pamela Nourrigeon à compter de la mi-décembre.

[19 déc.] Focus n° 3 – Les modillons : quantité et diversité

 

 

Un doctorant Entre Poitiers et Jérusalem

Bonjour Clément, vous commencez un doctorat entre Poitiers et Jérusalem : pouvez-vous nous expliquer quel est votre sujet de thèse et en quoi consiste le contrat doctoral CNRS que vous avez obtenu ?

Il s’agit d’étudier les graffitis en caractères latins et autres marques laissées par les pèlerins dans les lieux saints en Palestine entre le XIe et le XVIe siècles. Ces vestiges n’ayant suscité qu’un intérêt limité, il est nécessaire de prospecter pour pouvoir ensuite les inventorier, en faire un relevé, les déchiffrer et les expliquer, c’est ce en quoi consiste la partie dite « de terrain ». Afin de mieux comprendre ces traces, il est également nécessaire de pouvoir les situer dans le contexte plus vaste des pèlerinages en Orient et des marques de dévotion. Il serait souhaitable de pouvoir, à terme, mieux appréhender la diversité des pratiques rassemblées par commodité sous l’étiquette « graffitis », d’une extraordinaire diversité graphique (arabe, arménien, latin, géorgien, guèze, etc.) dans les lieux saints mais également attestés dans d’autres contextes très différents (domestiques, carcéraux, etc.) de l’Occident latin.

Pour ce faire, le contrat doctoral CNRS est idéal puisqu’il implique une mobilité internationale qui me permettra de travailler à temps égal en France au CESCM dont les ressources en histoire médiévales sont incontournables et au centre de recherche français de Jérusalem, actuellement dirigé par Vincent Lemire (CRFJ) pour toute la partie dite de terrain.

Qu’est-ce qui vous a amené à l’étude des graffitis ? avez-vous suivi une formation particulière ?

J’étais déjà sensible à la question de l’écriture avant d’entrer à l’École nationale des chartes. C’est grâce à l’initiative de M. Marc Smith, professeur de paléographie que j’ai découvert l’univers des graffitis médiévaux. Le sujet était de taille, quasi vierge, et il connaissait un site d’exception : le château de Selles à Cambrai. M. Nicolas Melard, archéologue et conservateur du patrimoine au C2RMF avait lancé des campagnes d’étude de grande ampleur sur les graffitis de ce monument, en utilisant notamment des techniques de relevé par scan 3D. C’est ainsi que j’ai commencé, sous leur direction, mon mémoire de master (à l’EPHE) puis ma thèse de l’École des chartes.

Ces travaux m’ont permis de prendre goût à l’étude de ce matériau historique original, mais aussi de réaliser leur fragilité et les a priori négatifs qui pèsent encore sur eux. Travailler sur les graffitis de Terre Sainte me semble être la suite bienvenue et logique à ces premières découvertes.

La formation d’archiviste paléographe et la participation à plusieurs campagnes archéologiques ont continué d’alimenter mon intérêt tout en me permettant d’acquérir les compétences requises pour ce genre d’étude.

Je crois que vous revenez d’une mission à Jérusalem, pouvez-vous nous en dire deux mots ?

J’ai effectivement passé une semaine à Jérusalem avec mes 2 directrices de thèse Cécile Treffort, professeur d’histoire médiévale au CESCM et Estelle Ingrand-Varenne, chercheuse au CNRS et détachée désormais au CRFJ à Jérusalem. Il s’agissait tout d’abord de se rendre compte de l’ampleur du travail à accomplir. Beaucoup de données manquaient : la localisation des graffitis, leur concentration, leur intérêt, pour permettre de définir sur quels monuments se focaliserait cette étude. Par la même occasion j’ai pu rencontrer les principaux acteurs de ce champ d’études complexe, en raison de la conjoncture actuelle, réaliser mes futures conditions de travail (des lieux densément fréquentés, partagés entre différentes communautés) et organiser les futures missions puisque je repars en janvier 2020 pour 2 mois.

Est-ce facile d’étudier les graffitis du Moyen Âge ? Y a-t-il une méthodologie particulière ?

Les graffitis médiévaux ont jusqu’ici été très peu étudiés en raison de leur fréquente assimilation à du vandalisme, mais aussi de la difficulté à les lire et à les appréhender de manière plus générale. Souvent mal conservés, leur contenu ne correspond à aucun formulaire prédéfini, ce qui rend les restitutions quasi impossibles ; en outre, la forme des lettres varie selon le support tandis que la graphie est parfois surprenante. 

C’est en étudiant ces graffitis que l’on met au point une méthodologie : la collaboration avec Nicolas Melard a été particulièrement décisive sur ce point puisque sa formation d’archéologue préhistorien nous a permis une approche très originale du sujet. Au fil des missions et des cas rencontrés s’élabore une méthode de prospection, relevé, signalisation, description et d’édition de ces graffitis.

Quel est le but final de votre thèse ?

Cette étude devrait permettre de documenter un type de pratique très peu attesté dans les sources écrites et de s’interroger de manière plus générale sur l’écriture personnelle, en particulier dans ce contexte de pérégrinations. Qui étaient ces pèlerins, pourquoi ont-ils choisi de laisser leur marque, leur nom, à ces endroits précis, quid des illettrés ? Est-il possible de les identifier grâce à l’étude d’autres sources ? S’agit-il d’une pratique vraiment personnelle ou faut-il l’associer en faire un phénomène de groupe ? Les pèlerins de toutes nations sont-ils également représentés ? Faut-il y voir le signe matériel d’une concurrence dans la prise de possession spirituelle des lieux saints ou au contraire d’une cohabitation harmonieuse des différentes communautés ?

Enfin, il semble nécessaire de signaler et prouver l’intérêt historique réel d’une source encore trop peu considérée dont la disparition est si menaçante.

 

 

 

 

 

 

[15 mai] Table ronde

Stemmata quid faciunt ? Noblesse d’âme ou de sang au Moyen Âge

Table ronde, CESCM (Poitiers), le vendredi 15 mai 2020

« À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu. » Cité à satiété par les intellectuels du XIIe siècle, le célèbre passage des Satires de Juvénal résume une croyance fort répandue dans leur milieu. Cette idée est-elle spécifique à quelques clercs savants, férus de classiques latins et défenseurs de l’idée paulinienne de l’égalité radicale des baptisés « ne faisant qu’un dans le Christ » (Gal 3, 28) ? À l’encontre de la taxinomie sociale de l’époque, une telle conception ne leur serait-elle pas exclusive ?

N’en déplaise à Juvénal et à ses commentateurs médiévaux, la généalogie compte pour beaucoup dans la conscience que les nobles ont d’eux-mêmes, alors que leurs aïeux héroïques leur semblent bien supérieurs au commun des mortels. Au sein du lignage, la transmission onomastique ou héraldique corrobore une filiation prestigieuse. Il en va encore davantage avec le domaine familial, doté d’un château, symbole de leur seigneurie, et d’une nécropole où reposent les ancêtres. De longue date, les médiévistes suivent ces pistes. La prosopographie les pousse à structurer chaque lignage dans un tableau de filiation, et à retracer les réseaux consolidant sa domination. Ils définissent ainsi la noblesse en fonction de son monopole de la guerre, de son autorité sur les hommes et de sa possession de la terre. Sa capacité à transmettre à sa descendance l’héritage ancestral leur semble capitale.

Au-delà de ses biens matériels, l’aristocratie médiévale perdure à cause d’une large reconnaissance sociale. Elle devient ainsi « noblesse », selon la vieille définition des Étymologies d’Isidore de Séville, qui joue sur notus (participe passé adjectivé de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis pour conclure : « Le noble est celui dont le nom et la famille sont connus. » Cette reconnaissance sociale est la réputation ou fama, le regard qu’autrui porte sur chacun. Elle se mêle inextricablement de l’honneur, mais aussi de la honte (verecundia) qu’entraîne sa perte. C’est pourquoi le comportement individuel rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire. « Dans les nobles doit reparaître la grandeur d’âme de leurs ancêtres qui conquirent la noblesse par leurs exploits », affirme Jean de Meung. La prééminence sociale dépend étroitement de la vertu, qu’on conçoit certes comme la qualité découlant des actes bons posés par le libre arbitre individuel, mais aussi comme une virtus ou force charismatique se transmettant de père en fils dans quelques lignées privilégiées.

La dialectique entre le sang et la vertu sera au cœur de notre journée d’études. On y abordera les comportements attendus pour prétendre à la prééminence sociale, la déchéance du noble transgressif et la damnation de la mémoire des siens, l’ascension sociale par le mérite socialement reconnu, l’anoblissement par les études, mais aussi la persistance d’une conception plus étroitement généalogique, voire génétique, dans un monde en pleine mutation intellectuelle.

Programme

 

Matinée

Martin Aurell et Clément de Vasselot (Université de Poitiers) : Introduction

Michel Fauquier (ESM Saint-Cyr) : Faut-il être noble pour être saint ? Les faux-semblants de l’hagiocratie à travers l’exemple mérovingien

Guy Perry (Université d’Oxford) : Advertising virtue and minimizing vice : the case of the house of Brienne, c.950-1356

Gregory Lippiatt (Université d’Exeter) : Créer de vraies dynasties de croisés : les Montfort et les Brienne autour la Méditerranée au XIIIe siècle

 

Après-midi

Rodolphe Billaud (ICES) : Famille, noblesse et liens de parenté dans l’apanage du futur Edouard Ier d’Angleterre (1254-1272)

Charles de Miramon (CNRS, Maaike van der Lugt, Université de Versailles) : L’angoisse de la descendance. Noblesse, hérédité et eugénisme à la fin du Moyen Âge

Adriane Boussac (EPHE) : Pour faire cas vilain homme noble perd sa noblesse. Théories et pratiques de la déchéance de la noblesse dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge

Thierry Dutour (Sorbonne Université) : Nous sommes esgaulx à peu près. Les incertitudes de la justification de la supériorité nobiliaire à la fin du Moyen Age en France

Liste d’adresses e-mails

Martin Aurell : Martin.aurell@univ-poitiers.fr

Rodolphe Billaud : drrodbillaud@gmail.com

Adriane Boussac : adriane.boussac@ephe.psl.eu

Thierry Dutour : dutour@me.com

Michel Fauquier : michel.fauquier@orange.fr

Gregory Lippiatt : gemlippiatt@gmail.com

Maike van der Lugt : maaike.vanderlugt@uvsq.fr

Charles de Miramon : miramon@ehess.fr

Guy Perry : guy.perry@keble.ox.ac.uk

Clément de Vasselot : clement.de.vasselot@univ-poitiers.fr

Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janv. 2021)

Appel à communication : Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janv. 2021)

Université de Poitiers – CESCM – CNRS, en collaboration avec la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl

Comité d’organisation : Claudio Galderisi

Vladimir Agrigoroaei, Christelle Chaillou, Pierre-Marie Joris, Pierre Levron, Cinzia Pignatelli

Version imprimable ICI


Présentation

La question du réel est tout entière celle des lettres médiévales : de leur réalité matérielle et intellectuelle, de leur horizon de production et de réception, de leurs auteurs affichés ou anonymes, de leur vocation. Mais qu’est-ce que le réel au Moyen Âge ?

Qu’il s’agisse de la matérialité de l’œuvre, de sa paternité, des commanditaires ou des destinataires qui en éclairent l’existence, des faits de langue qui la connotent, la localisent, la datent, l’inscrivent dans un continuum linguistique, des enjeux intellectuels, politiques ou religieux qui la subsument ou de la création poétique ou fictionnelle qui en fait une réalité littéraire à la fois subsidiaire et autonome par rapport à l’horizon temporel dans lequel le texte est écrit, la recherche est confrontée à l’éternel calibrage de la bonne distance critique. Si ce que l’on doit comprendre est déjà en partie compris dans le texte, il est alors indispensable pour l’herméneute de savoir reconnaître ce que l’intention des auteurs a voulu faire apparaître dans l’œuvre pour qu’elle soit ainsi comprise, de savoir identifier ce que s’y est glissé et qui constitue la partie résiduelle du cercle herméneutique que seuls le temps et la recherche peuvent espérer mettre au jour.

Le premier de ces deux réels, que Roland Barthes a baptisé « effet de réel », paraît signaler des processus esthétiques qui jouent sur les ressorts de l’illusion référentielle et de la suspension d’incrédulité. Le second, que Nancy Regalado a appelé avec une formule heureuse « effet du réel », semble désigner les traces plus ou moins conscientes des relations biunivoques que le texte entretient avec la réalité extratextuelle. Ainsi posés l’un en face de l’autre, ces deux réels semblent recouvrir la presque totalité des lettres médiévales. Rares sont en effet les œuvres où l’auteur n’a pas essayé d’entraîner le lecteur vers un monde en trompe l’œil ; encore plus rares sont les textes qui ne révèlent pas des signes, du moins à nos yeux, de la réalité historique, linguistique ou intellectuelle dont ils sont à la fois le reflet et le creuset.

Or la notion de réel n’est évidemment pas la même au Moyen Âge et aujourd’hui ; elle est aussi très différente pour un auditeur de la matière de Bretagne ou des chansons de geste au XIIe siècle ou pour un lecteur de Charles d’Orléans et de François Villon à la moitié du XVe siècle.

Les lettres médiévales posent à l’herméneute une multitude de questions qui gravitent autour de ces deux réels et de leurs seuils. Qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui ne l’est pas pour un lecteur médiéval qui croit davantage aux merveilles et aux miracles qu’à la réalité qui l’entoure ? En lisant le Roman d’Eneas, dont l’auteur ne revendique pas la source réelle, le lecteur médiéval reconnaît-il dans ce silence une volonté de dissimuler l’effet du réel, une sorte de refus de l’effet de réel ou un effet du réel poétique ? Et que pense ce même lecteur devant ce que nous appelons le topos du livre source qu’il rencontre dans un grand nombre de romans arthuriens ? Effet de réel ou effet du réel, ou les deux, selon que l’on se situe du côté de l’auteur ou d’un lecteur pas toujours suffisant ? Que perçoit au juste ce lecteur de l’effet du réel ? Les enjeux historiques, idéologiques, dynastiques qui traversent les lettres médiévales et qui expliquent en partie les choix des auteurs, sont-ils compris comme des effets du réel par des lecteurs qui seraient en dehors du cercle des commanditaires ou destinataires ? L’effet de réel du lecteur médiéval est-il le même que croit reconnaître aujourd’hui l’herméneute en quête d’illusion référentielle ? Et, a contrario, comment se façonne pour un auteur médiéval et pour son propre lecteur la perception du réel ? Robert de Clari décrivant Constantinople reflète-t-il ce qu’il voit ou témoigne-t-il de la diffusion de la matière d’Antiquité dans son milieu culturel ? Y a-t-il une langue pour les effets de réel et une langue propre à l’effet du réel ? Ces deux effets sont-ils l’un et l’autre associés spécifiquement à des motifs, à des genres, à des matières ? L’illusion référentielle opère-t-elle de la même manière dans un poème en vers ou dans un récit en prose ? La réalité psychologique et la réalité historique peuvent-elles modifier l’interaction entre ces deux réels jusqu’à parfois les confondre ? Enfin, comment la réalité plurielle du texte médiéval s’articule-t-elle avec ces deux expressions de la subjectivité littéraire ?

Il ne s’agit là que de quelques-unes parmi les interrogations que pose la question du réel, sous toutes ses formes, dans les textes médiévaux. Ces questions seront abordées lors des deux journées de communications et dans les conférences du samedi ouvertes au grand public : au réel de la ville. Le colloque sera structuré en quatre séances qui recouvrent les principales questions ici évoquées et qui correspondent à autant d’approches du sujet : épistémologique, historique et historiographique, linguistique, esthétique.

Les propositions de communication (titre et résumé), seront soumises au comité scientifique du colloque. Elles sont à adresser à colloqueCESCM2021@gmail.com, avant le 31 mars 2020.

Comité scientifique : Martin Aurell, Joëlle Ducos, Jean-Marie Fritz, Claudio Galderisi, Nancy Regalado, Jean-Claude Schmitt, Jean-René Valette, Jean-Jacques Vincensini, Fabio Zinelli, Michel Zink.