Tous les articles par Vanessa Ernst-Maillet

IST

[7 mai 2021] STEMMATA QUID FACIUNT ? NOBLESSE D’AME OU DE SANG AU MOYEN ÂGE

Journée d’étude, CESCM (Poitiers), le vendredi 7 mai 2021

Dir. Martin Aurell et Clément de Vasselot

Journée d’étude en présentiel au CESCM, salle Crozet, dans la limite des places disponibles dans le respect des consignes sanitaires.

La journée sera retransmise en distanciel, les personnes intéressées doivent contacter l’adresse suivante : clement.devasselot@univ-angers.fr pour obtenir un accès à la salle virtuelle.

 

« À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu. » Cité à satiété par les intellectuels du XIIe siècle, le célèbre passage des Satires de Juvénal résume une croyance fort répandue dans leur milieu. Cette idée est-elle spécifique à quelques clercs savants, férus de classiques latins et défenseurs de l’idée paulinienne de l’égalité radicale des baptisés « ne faisant qu’un dans le Christ » (Gal 3, 28) ? À l’encontre de la taxinomie sociale de l’époque, une telle conception ne leur serait-elle pas exclusive ?

N’en déplaise à Juvénal et à ses commentateurs médiévaux, la généalogie compte pour beaucoup dans la conscience que les nobles ont d’eux-mêmes, alors que leurs aïeux héroïques leur semblent bien supérieurs au commun des mortels. Au sein du lignage, la transmission onomastique ou héraldique corrobore une filiation prestigieuse. Il en va encore davantage avec le domaine familial, doté d’un château, symbole de leur seigneurie, et d’une nécropole où reposent les ancêtres. De longue date, les médiévistes suivent ces pistes. La prosopographie les pousse à structurer chaque lignage dans un tableau de filiation, et à retracer les réseaux consolidant sa domination. Ils définissent ainsi la noblesse en fonction de son monopole de la guerre, de son autorité sur les hommes et de sa possession de la terre. Sa capacité à transmettre à sa descendance l’héritage ancestral leur semble capitale.

Au-delà de ses biens matériels, l’aristocratie médiévale perdure à cause d’une large reconnaissance sociale. Elle devient ainsi « noblesse », selon la vieille définition des Étymologies d’Isidore de Séville, qui joue sur notus (participe passé adjectivé de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis pour conclure : « Le noble est celui dont le nom et la famille sont connus. » Cette reconnaissance sociale est la réputation ou fama, le regard qu’autrui porte sur chacun. Elle se mêle inextricablement de l’honneur, mais aussi de la honte (verecundia) qu’entraîne sa perte. C’est pourquoi le comportement individuel rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire. « Dans les nobles doit reparaître la grandeur d’âme de leurs ancêtres qui conquirent la noblesse par leurs exploits », affirme Jean de Meung. La prééminence sociale dépend étroitement de la vertu, qu’on conçoit certes comme la qualité découlant des actes bons posés par le libre arbitre individuel, mais aussi comme une virtus ou force charismatique se transmettant de père en fils dans quelques lignées privilégiées.

 

Programme

 

9h-9h30 – Martin AURELL (Univ. Poitiers) et Clément de VASSELOT (Univ. Angers) : Introduction

9h30-10h – Michel FAUQUIER (Institut Albert-le-Grand, Université de Poitiers, Rennes School of Business) : Faut-il être noble pour être saint ? Les faux-semblants de l’hagiocratie à travers l’exemple mérovingien

10h-10h30 : Discussion

10h30-10h45 : Pause

10h45-11h15Guy PERRY (Univ. Oxford) : Advertising virtue and minimizing vice : the case of the house of Brienne, c.950-1356

11h15-11h45 : Discussion.

11h45-12h15 – Gregory LIPPIATT (Univ. Exeter) : Creating Real Crusading Dynasties : The Montforts and the Briennes around the Mediterranean in the Thirteenth Century

12h15-12h30 : Discussion

 

14h00-14h30Rodolphe BILLAUD (ICES) : Le futur Édouard Ier et les faiblesses du lignage noble en Angleterre au milieu du XIIIe siècle

14h30-15h : Discussion.

15h-15h30 : Charles de MIRAMON (CNRS) et Maaike van der LUGT (Univ. Versailles) : L’angoisse de la descendance. Noblesse, hérédité et eugénisme à la fin du Moyen Âge

15h30-16h : Discussion

16h-16h15 : Pause

16h15-16h45Adriane BOUSSAC (EPHE) : Pour faire cas vilain homme noble perd sa noblesse. Théories et pratiques de la déchéance de la noblesse dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge

16h45-17h15 : Discussion.

17h15-17h45  – Thierry DUTOUR (Sorbonne Univ.) : Nous sommes esgaulx à peu près. Les incertitudes de la justification de la supériorité nobiliaire à la fin du Moyen Age en France

17h45-18h : Discussion. Fin du colloque

 

Liste d’adresses e-mails

Martin Aurell : Martin.aurell@univ-poitiers.fr

Rodolphe Billaud : drrodbillaud@gmail.com

Adriane Boussac : adriane.boussac@ephe.psl.eu

Thierry Dutour : dutour@me.com

Michel Fauquier : michel.fauquier@orange.fr

Gregory Lippiatt : gemlippiatt@gmail.com

Maike van der Lugt : maaike.vanderlugt@uvsq.fr

Charles de Miramon : miramon@ehess.fr

Guy Perry : guy.perry@keble.ox.ac.uk

Clément de Vasselot : clement.de.vasselot@univ-poitiers.fr

Actus CESCM 2021/2

Événements

 

[26 mars 2021] : Atelier interdisciplinaire du CESCM

***

 

[29 mars-2 avril 2021] : Les médiévistes face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ?

 


Publications

 

Excalibur, Durental, Joyeuse : la force de l’épée

***

Cahiers de civilisation médiévale 64 (fascicule 253)

***

Dans le dernier Microscoop une double page sur la photothèque par Pamela Nourrigeon en lien ICI

 


Divers

 

Louisa Foroughi, Assistant Professor, Lafayette College, USA est chercheuse invitée au CESCM de février à août 2021. Nous l’avions déjà accueillie au CESCM en 2019.

Lire l’interview ICI

***

Monsieur Palazzo participe à un colloque en l’honneur d’Herbert Kessler, Une mirada perspicaz al arte medieval. Homenaje a Herbert L. Kessler, Aguilar de Campoo, 21-23 de octubre de 2021, intervention intitulée : Anochronic Limitotions: A Medieval Reflection on the Scuolo di Son Giorgio degli Schiovoni

[26 mars 2021] : Atelier interdisciplinaire du CESCM

 Atelier interdisciplinaire du CESCM « à distance »

Date : Vendredi 26 mars,  10h-12h

Adresse du jour : https://univ-poitiers.webex.com/meet/Pierre.Marie.Joris

 

Louisa Foroughi, Assistant Professor, Lafayette College, USA (chercheuse invitée au CESCM)

« Devenir un ‘Yeoman’ : Statut et identité en Angleterre (c. 1350-1538) »

Les « yeomen » sont bien connus par les historiens spécialistes du Moyen Âge tardif en Angleterre, mais néanmoins mal compris. Ils sont décrits comme des paysans riches et puissants, voire proto-capitalistes. L’examen des sources originales écrites par et pour des hommes qui s’identifient en tant que « yeomen », comme les dossiers des tribunaux, les testaments et les livres de raison, révèle la nature et le mode d’expression de ces figures qui apparaissent comme un exemple de culture et de pouvoir paysans à la fin du Moyen Âge.


Pierre Darnis, Maitre de conférences, Université de Bordeaux 3 (en délégation au CESCM)

« Aurait-on découpé l’histoire en tranches ? Interrogations autour de Cervantès et de Don Quichotte, un auteur et un roman « modernes » »

Les fées de l’Histoire semblent s’être montrées particulièrement prodigues avec Miguel de Cervantès (1547-1616). L’homme est né en pleine « Renaissance », au moment précis où, dans la phase tardive de cette période, il put récolter les bienfaits de ses prédécesseurs. De la même manière, sa grande oeuvre, Don Quichotte (1505-1515), reçut le soutien de la critique. Elle voit dans le récit du célèbre chevalier errant non seulement le « premier roman » européen mais, plus encore, l’expression inaugurale de la « modernité ». En somme, dans une quasi-révolution, l’Âge « Moyen » s’achevait avec Cervantès et son Don Quichotte. Mais ce beau roman chronologique issu d’une histoire soigneusement coupée « en tranches », tient-il l’épreuve du regard critique ? La question n’est pas aisée pour le cervantiste. Quelle attitude adopter ? Après tout, plus que tout autre chercheur, le cervantiste ne doit-il pas savoir se faire « l’avocat du diable » ? Peut-être, derrière cette formule de Carlo Ginzburg, pourrait-on trouver une épistémè qui refuse de s’aveugler comme don Quichotte et qui sache retrouver dans ces héros modernes le paradoxal scintillement de l’Ancien ?

Actus CESCM 2021/1

Colloque, séminaire

 

[29 mars-2 avril 2021] : Les médiévistes face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ?

***

Le 25 mars (14h-16h), Estelle Ingrand-Varenne organise un webinaire Retour aux sources  de l’histoire des croisades avec Clément Dussart et Martin Aurell : http://www.crfj.org/webinaire-retour-aux-sources-des-croisades-25-mars-2021/


Publications

 

Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge – Trasferimenti culturali italo francesi

***

Parution du volume 2 de la revue en ligne Textus & Musica :

https://textus-et-musica.edel.univ-poitiers.fr/

***

Cahiers de civilisation médiévale 63 (fascicule 252)

***

Dans le dernier Microscoop du CNRS, un article d’Henrique Sarmento-Pedro, Le bois de cervidé, une matière première de l’artisanat du Moyen-Âge.

Lire l’article ICI

 


Billets de soutenance

 

Soutenance de thèse d’Amicie Pélissié du Rausas (20 novembre 2020)

***

Soutenance de thèse de Charlotte Pichot (27 novembre 2020)

***

Soutenance de thèse d’Élise Vernerey (11 décembre 2020)


Divers

 

Contrat d’IR de 3 mois pour Manon Durier à compter du 1er avril, dans le cadre de GRAPH-EAST.

[29 mars-2 avril 2021] : Les médiévistes face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ?

Cinq sessions tous les soirs, de 16h30 à 19h

INSCRIPTION GRATUITE ET OBLIGATOIRE sur https://urlz.fr/eT7M

 Le Moyen Âge est vivant. Nos contemporains le recréent continuellement : roman historique, série télévisée, bande dessinée, fête villageoise, propagande politique… Pour désigner cette réappropriation, si éloignée de leurs pratiques académiques, les chercheurs ont forgé le mot de « médiévalisme », qu’ils opposent à « médiévisme », c’est-à-dire leur propre analyse méthodique des sources documentaires et le discours de type scientifique qui en découle. Ils ne sauraient pourtant se désintéresser de la libre adaptation à visée artistique, voire, de façon plus gênante, idéologique, par laquelle le tout venant peut s’immiscer dans leur champ d’érudition.

La plupart des médiévistes ont conscience que le « contrat référentiel » qu’ils passent avec leurs auditeurs ou lecteurs — trop souvent leurs propres collègues — se distingue du « contrat fictionnel » établi entre un vaste public et le romancier, le scénariste ou le metteur en scène. Ils ne craignent donc pas qu’on puisse assimiler leur démarche à celle du créateur. Les historiens professionnels apprécient, de même, que le médiévalisme attire des amateurs éclairés vers leur discipline et qu’elle suscite de jeunes vocations. Du reste, J.R.R. Tolkien, le père de la heroic fantasy, ou Umberto Ecco, auteur d’un triller palpitant à résonance planétaire, n’appartenaient-ils pas à leur milieu ? Enfin, l’archéologie expérimentale, qui a tant fait progresser la connaissance des gestes du travail et de la vie matérielle des médiévaux, recoupe souvent l’attraction touristique, comme en témoigne l’engouement actuel pour le château de Guédelon.

À l’heure où la diffusion de la recherche s’impose plus que jamais, le médiéviste doit-il sortir de sa tour d’ivoire pour s’adresser de façon pédagogique aux non-spécialistes ? Son champ d’érudition ne saurait devenir sa chasse-gardée. Les passerelles tendues entre le « médiévisme » et le « médiévalisme » ne l’empêchent néanmoins pas de combattre l’instrumentalisation politique dont le Moyen Âge est aujourd’hui l’objet. Ce détournement s’assimile presque toujours au soi-disant « choc des civilisations », où des templiers et autres croisés auto-proclamés ferraillent avec des musulmans, dont les plus extrémistes sont tentés par le retour aux temps bénis, rigoureux et austères du prophète et de ses combattants. Plus innocentes semblent les fêtes et autres spectacles où l’époque médiévale devient carnavalesque, ripailleuse et grivoise. Cette vision ludique s’oppose à une tout autre simplification qui insiste sur la barbarie moyenâgeuse, obscurantiste, oppressante et cruelle.

La demande sociale sur l’histoire médiévale est pressante. Elle s’exprime diffusément par une « mode du Moyen Âge », perceptible à travers les media, que ce soit dans Kaamelott ou dans l’entrée de l’œuvre de Georges Duby dans la Pléiade. Cet intérêt se cristallise parfois dans l’appel aux lumières de médiévistes pour enrichir un scénario, corriger un roman ou rédiger une bande-dessinée. Devons-nous snober ces non-spécialistes sous prétexte que leurs reconstitutions dérogeraient aux règles de notre discipline ? Si besoin était, la question prouve combien il est important de réunir un grand congrès international en France pour discuter du médiévalisme, sujet maintes fois abordé dans d’autres pays et notamment aux États-Unis. Les enjeux de ce nouveau champ du savoir sont essentiels, car la réception du Moyen Âge par nos concitoyens conditionne la reconnaissance sociale des médiévistes en tant que scientifiques et, par conséquent, la survie même de nos disciplines dans un monde démocratique.     


Programme

Lundi 29 mars


16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements de Martin Aurell (Univ. Poitiers)
16h45-17h ➢ Introduction de Martin Aurell – Histoires du médiévalisme, médiévalismes historiques
17h-17h40 ➢ Conférence de Tommaso di Carpegna Falconieri (Univ. Urbino Carlo Bo) – Médiévistique et médiévalisme : un château aux destins croisés
17h40-17h55 ➢ Questions et discussions
17h55-18h05 ➢ Pause et posters
18h05-18h25 ➢ Marion Bertholet (Univ. Aix-Marseille) – Le Moyen Âge italien des Lumières à Sismondi : un anti-médiévalisme ?
18h25-18h45 ➢ Joanna Pavleski-Malingre (Univ. Rennes 2) – Étudier les fortunes politiques de Mélusine du Moyen Âge à nos jours : intérêts et enjeux d’un médiévalisme au long cours
18h45-19h ➢ Questions et discussions.


Mardi 30 mars

16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements
16h45-17h ➢ Introduction de Justine Breton – Des Moyen Âges partout
17h-17h20 ➢ Romain Vincent (Univ. Paris Sorbonne Nord) –  Médiévalisme et jeu vidéo : jouer au Moyen Âge à l’école
17h20-17h40 ➢ Martin Bostal (Univ. Caen-Normandie) – La reconstitution historique du Moyen Âge : un ‘loisir sérieux’ entre médiévalisme et recherche d’historicité
17h40-17h55 ➢ Pause et posters
17h55-18h40 ➢ Table ronde « Comment rendre présent le Moyen Âge aujourd’hui ? », Fabien Paquet (Univ. Caen), Fanny Cohen-Moreau (podcast Passion Médiévistes), Isabelle Catteddu (INRAP), Fanny Madeline (Univ. Paris 1)
18h40-19h ➢ Questions et discussions


Mercredi 31 mars


15h ➢ Assemblée générale de l’association « Modernités médiévales » (lien Zoom)
16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements
16h45-17h ➢ Introduction de Florian Besson – Bilan et perspectives
17h-17h20 ➢ Alain Corbellari (Univ. Lausanne et Univ. Neuchâtel) – L’éternel retour du Moyen Âge. Pour une histoire longue du médiévalisme
17h20-17h40 ➢ Vincent Ferré (Univ. Paris Est-Créteil) – Médiévalisme(s) : divisions disciplinaires, culturelles, linguistiques depuis 1979
17h40-17h55 ➢ Pause et posters
17h55-18h15 ➢ Georges Bertin (CNAM des Pays de la Loire) –  Médiévalisme et implication
18h15-18h45 ➢ Questions et discussions


Jeudi 1er avril

16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements
16h45-17h ➢ Introduction de Justine Breton – Le Moyen Âge en mots
17h-17h20 ➢ Anne Besson (Univ. Artois) – Fantasy médiévale et médiévistique : une relation à sens unique ?
17h20-17h40 ➢ Isabelle Olivier (Univ. Artois) – Le Moyen Âge et la littérature de jeunesse font-ils bon ménage ? Des tensions (fécondes ?) entre didactisme et divertissement
17h40-17h55 ➢ Pause et posters
17h55-18h15 ➢ Tristan Martine (Univ. Angers) – Des bulles médiévales en cases : les enjeux du médiévalisme en bande dessinée
18h15-18h45 ➢ Questions et discussions


Vendredi 2 avril

16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements
16h45-17h ➢ Introduction de Lucie Malbos  – Un médiévalisme bien vivant
17h-17h45 ➢ Table ronde « Le médiéviste face aux non-médiévistes : tensions et attentions », Paul Sturtevant (Smithsonian Institution), Florian Besson, Cécile Voyer (Univ. Poitiers) et Clovis Maillet (École Supérieure d’Art et de Design, Angers)
17h45-18h15 ➢ Questions et discussions
18h15-18h25 ➢ Pause et posters
18h25-18h40 ➢ Conclusion