Tous les articles par Vanessa Ernst-Maillet

IST

Actus CESCM 2019/8

Evénement

 

[4 oct. 2019] Table ronde : Le médiévalisme ou le Moyen Âge aujourd’hui

Publications

 

Le nouveau Cahier de civilisation médiévale est paru :

***

Du nouveau en archives. Pratiques documentaires et innovations administratives (XIIIe-XVe siècles)

***

Un article de Maria Villano dans le nouveau Microscoop, en page 6 en ligne

***

Les dernières parutions dur le Moyen Âge reçues par le SCD (avril-juin 2019) ICI


Informations de rentrée

 

Karine Corre nous quitte après des années passées au CESCM. Son remplacement est effectué par Isabelle Santoire.

***

Un spécialiste de droit et de théologie au CESCM

 

***

Le nouveau site du Master Mondes médiévaux est en ligne !

Master Mention Mondes médiévaux

*** 

L’assemblée générale du CESCM se tiendra le vendredi 6 septembre à 14h en salle Crozet.


Participations à colloque

 

Arnaud Loaec sera au premier séminaire Un Moyen Âge en rupture ? L’affichage du droit entre Antiquité tardive et époque moderne, organisé par Vincent debiais le 19 sept. à l’EHESS : Afficher l’édit conciliaire de 1166 : résurgence ou habitude à Byzance ?

***

Plusieurs collègues participent au Colloque Le temps d’un monument : les 900 ans de la cathédrale Saint-Étienne de Cahors, les 18-19 septembre. Marcello Angheben : Entre Aquitaine et Languedoc : la sculpture du portail nord, Claude Andrault-Schmitt : La file de coupoles comme alternative à l’image architecturale dominante au XIIe siècle et Conclusions de la première journée,  Edina Bozoky : Charlemagne et les légendes de ses dons de reliques, Georges Pon : Nouvelles recherches sur la vie de saint Didier de Cahors.

***

Estelle Ingrand-Varenne participe à une Table ronde avec Yann Potin et Emmanuel Tixier du Mesnil, dans le cadre du festival Secousse, Secousse #2  “1099, la première Croisade en questions”, le 28 septembre 2019, à Paris, La Colonie 10e.

***

Frédéric Gerber sera au colloque international Archéologie de la viniculture / Archäologie des Weinbaus qui se tiendra à Châtenois du 4 au 10 oct. 2019 : Le « double casse-cou bordelais », un unicum du 15ème siècle ? = Der « doppelte Wagehals aus dem Bordelais », ein Unicum
des 15. Jahrhunderts ?

Un spécialiste de droit et de théologie au CESCM

Massimiliano Traversino Di Cristo, Co-directeur du Centre de recherche en théologie politique (CRIPT) auprès de la School of Law du Birkbeck College de l’Université de Londres, est chercheur invité auprès du CESCM depuis janvier 2019, suite à l’invitation de Martin Aurell.

Cher Massimiliano, vous êtes un jeune chercheur italien, mais possédez une expérience de recherche dans plusieurs institutions européennes. Dites-nous quelque chose de plus sur vous.

Mes recherches portent sur l’histoire de la pensée entre le Moyen Âge central et tardif et le début de l’âge moderne. Je suis principalement historien du droit, mais avec une attention particulière pour la relation entre ce domaine et d’autres domaines du savoir, en particulier la théologie et la philosophie. Mes études universitaires et mes recherches et enseignements ultérieurs se sont concentrés sur les origines médiévales des questions du pouvoir et de la souveraineté. Mon approche est multidisciplinaire, grâce aussi aux maîtres et professeurs avec lesquels j’ai fait mes études, en obtenant un doctorat en droit à Londres, un autre en théologie à Genève et encore un en sciences humaines à Trente.


Parmi mes maîtres et professeurs, j’aimerais mentionner ici Diego Quaglioni, Anton Schütz (co-directeur avec moi du CRIPT), Ghislain Waterlot, Alberto Bondolfi et Jean-François Malherbe († déc. 2015). C’est d’eux que j’ai hérité, en grande partie, ma passion pour l’étude de sujets multidisciplinaires, en essayant de combiner l’attention portée à la recherche spécialisée avec le but de sa diffusion auprès d’un public que ne se limite pas aux seuls spécialistes.

Pourriez-vous nous citer quelques exemples de votre approche ?


Le premier exemple que je voudrais citer est une série d’activités dont, en tant que cofondateur et codirecteur du CRIPT, je suis responsable scientifique depuis 2011. Ces activités ont eu et ont encore pour objectif d’ouvrir un dialogue entre les chercheurs et le grand public, en donnant souvent vie à des manifestations culturelles et artistiques organisées avec la participation d’institutions publiques et privées locales. Le dernier de ces événements a eu lieu en 2018 entre Tours, Berlin et Wittenberg. Il s’agit de la troisième édition d’un événement dénommé « Festival Bruniano », dont le but général est d’analyser la contribution de l’un des plus grands philosophes du XVIe siècle, Giordano Bruno, à la naissance de l’âge moderne1.


Le deuxième exemple est également lié à Giordano Bruno, qui est en réalité l’un de mes principaux intérêts de recherche. Dans ce cas, il s’agit de l’une des publications qui me sont les plus chères, intitulée Diritto e teologia alle soglie dell’età moderna (Droit et théologie à l’aube de l’âge moderne)2, qui traite de l’histoire du droit au début de la modernité et met l’accent sur le lien entre le droit et les autres sciences humaines avec une attention particulière au rôle de Bruno par rapport à ses contemporains et à la théologie médiévale. Cette publication, qui a été très bien accueillie par les spécialistes et présentée dans des revues scientifiques internationales importantes telles que Renaissance Quarterly Review (vol. 70, n° 1, 2017) et Journal of the History of Philosophy (vol. 55, n° 2, 2017), recueille, sous une forme révisée, les résultats de mes premières études à Trente, avec Diego Quaglioni, à la suite desquels, en novembre 2010, j’ai reçu le prix du meilleur étudiant de maîtrise de la Faculté de Droit.


Comment avez-vous rencontré Poitiers et comment est née l’idée d’une période de recherche ?


Je connais Poitiers et le CESCM depuis plusieurs années, mais je n’ai pu les visiter personnellement qu’à la fin de l’année 2017, pendant un séjour de recherche auprès du CESR de l’Université de Tours en tant que Le Studium/Marie Skłodowska-Curie Research Fellow. J’écrivis alors à Martin Aurell pour le rencontrer personnellement et consulter certains des volumes de la bibliothèque du CESCM, aujourd’hui hébergés à la Bibliothèque universitaire Michel Foucault. Ce première rendez-vous a été suivie par d’autres, tous très stimulants en termes de perspectives de recherche future. En conclusion de ma période de recherche à Tours, j’ai donc décidé, sur invitation de Martin Aurell, de mener un nouveau séjour de recherche en France, cette fois à Poitiers, afin de traiter de sujets liés au droit français du Moyen Âge central et tardif, que j’avais pu traiter auparavant avec moins d’attention.


Quels sont vos prochains projets ?


L’année prochaine, je continuerai mes recherches en France et je suis actuellement en contact avec la Faculté Jean Monnet de l’Université Paris XI pour des tâches d’enseignement. C’est aussi pour cette raison que je poursuivrai une partie de la recherche commencée ici au CESCM également l’année prochaine. Poitiers et le CESCM ont été, et sont toujours, pour moi une expérience très agréable !

  1. http://www.lestudium-ias.com/event/giordano-bruno-will-power-and-being-law-philosophy-and-theology-early-modern-era []
  2. TRAVERSINO M., Diritto e teologia alle soglie dell’età moderna. Il problema della potentia Dei absoluta in Giordano Bruno, Naples : Editoriale Scientifica, 2015. XXVIII-188 p. (Collana della Facoltà di Giurisprudenza dell’Università degli Studi di Trento, 5) ISBN : 978-88-6342-790-5 []

Appel à communications : 5e Journées doctorales internationales de Transitions

English version bellow

Voir version PDF

 

 Marges (XIe-XVIIe siècles) : 5e Journées doctorales internationales de Transitions

(Université de Liège, Belgique)

 

L’Unité de recherches (UR) Transitions. Moyen Âge et première Modernité de l’Université de Liège s’associe au CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale) de l’Université de Poitiers et au CML (Centre for Medieval Literature) des universités de York et du Danemark du Sud (Odense) à l’occasion de rencontres doctorales en trois volets (2020-2021).

Mises en œuvre par les doctorant·e·s de ces trois institutions, ces journées ont pour but de favoriser l’échange et les débats entre doctorant·e·s, jeunes chercheur·se·s et collègues expérimenté·e·s dans les domaines de l’histoire, de la philologie, de la linguistique, de l’histoire de l’art, de la littérature ou encore la musicologie.

Le premier volet de ces rencontres sera organisé à Liège les 5 et 6 février 2020, autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles) », les bornes chronologiques de cet appel s’inscrivant dans celles explorées par Transitions.

Argumentaire

De l’histoire à la linguistique, en passant par l’histoire de l’art, la philologie et la musicologie, la notion de marge est omniprésente, et la tendance actuelle de la recherche dans ces disciplines est à la reconsidération de sa définition. Le concept de marge, qu’il soit envisagé dans son acception première ou figurée, suscite aujourd’hui encore la réflexion des chercheur·se·s, lesquel·le·s interrogent les potentialités multiples qu’il offre en vue de renouveler l’approche de leur objet d’étude.

L’idée traditionnelle de « frontière » et le couple notionnel « centre/périphérie » soulèvent d’importantes interrogations : quelles relations le centre entretient-il avec « sa » périphérie ? Quelles en sont les dynamiques, en matière de pouvoir et de domination (politiques, religieux, culturels, artistiques ou linguistiques) ? Quelle valeur convient-il encore d’accorder au concept de Kunstgeographie ? La frontière géographique tend aussi à déterminer certains domaines d’étude : comment la langue et la littérature évoluent-elles en territoire limitrophe ? Comment ces marges sont-elles représentées dans l’art et dans les lettres ? Quelles sont les limites des mondes fictionnels ? Comment peuvent-elles être dépassées, pour peu qu’elles doivent l’être ?

La marge peut aussi être explorée en rapport avec une norme. Elle devient alors un espace de contrainte ou de liberté dont l’artiste et l’homme de lettres s’emparent pour créer des œuvres alliant tradition et innovation. Comment auteurs, peintres, sculpteurs et architectes détournent-ils les codes et modèles afin de développer des formules inédites ? Comment les grammairiens établissent-ils les normes d’une langue, quelles en sont les conséquences sur les pratiques, littéraires mais aussi sociales (sociolectes), de cette langue ? Quelles résistances ces normes suscitent-elles ?

La marge peut aussi être interrogée dans sa matérialité, en tant que séparateur spatial, entre monde réel et espace fictif. Grotesques, architecture en trompe l’œil, tapisseries feintes – l’artiste transgresse avec ingéniosité la limite imposée par le cadre. C’est également dans l’espace paratextuel que le copiste ou l’imprimeur interagit avec les autres intervenants du processus de création et de réception du livre (corrections, gloses, instructions à destination de l’enlumineur, du graveur ou du lecteur ; colophons, lettres au lecteur) ; que le possesseur peut se faire connaître (marques d’appartenance, commentaires) ; que remanieurs et maîtres d’atelier, enfin, créent un véritable apparat destiné à faciliter l’interaction entre texte et lecteur (rubriques, tables des matières, titres courants).

À partir des objets et des disciplines qui leurs sont propres, les participant·e·s sont invité·e·s à proposer une réflexion sur la notion de marge et sur les notions sœurs que sont celles de limites, de confins ou de frontières, de même que sur la place que celles-ci occupent au sein de leurs recherches.

Les communications, d’une durée de vingt minutes, pourront être présentées en français, en anglais, en allemand, en espagnol ou en italien. Au terme de chaque session sera engagée, avec le public présent, une discussion que le comité organisateur souhaite résolument transdisciplinaire.

Modalités pratiques

Les propositions des doctorant·e·s, belges ou étranger·ère·s, sont attendues pour le 31 août 2019, sous forme d’un dossier pdf à adresser par courriel à l’UR Transitions (transitions.jd2020@gmail.com), en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom) du/de la doctorant·e et celles du/de la (des) directeur·rice(s) de recherche, le titre de la thèse et l’année d’inscription en thèse, l’intitulé de la communication, et un résumé d’une quinzaine de lignes de la communication proposée, rédigé en français, en anglais, en allemand, en espagnol ou en italien. Les doctorant·e·s seront informé·e·s des résultats de la sélection le 15 septembre 2019.

À l’issue des deux journées, une attestation de participation sera délivrée sur demande.

L’UR Transitions est heureuse d’annoncer que les déjeuners et les pauses café des deux journées seront offerts. Les frais relatifs au transport et au logement seront en revanche à charge des participant·e·s.

Comité organisateur : Giulia Barison, Alexandre Goderniaux, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Comité scientifique : Renaud Adam, Giulia Barison, Émilie Corswarem, Laure Fagnart, Alexandre Goderniaux, Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Quelques mots à propos de Transitions

Du Moyen Âge aux bouleversements engendrés par la science galiléenne, l’Europe vit d’incessants questionnements qui remettent en cause ses équilibres politiques et leurs légitimations, qui ébranlent les fondements de l’unité confessionnelle et déplacent les limites du savoir et de la création. En tentant de transcender les clivages hérités d’une longue tradition historiographique, l’UR Transitions de l’Université de Liège (http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/fr/) se penche sur ces mutations continuelles en Occident et dans le bassin méditerranéen. Ouverte aux médiévistes et aux modernistes, elle encourage la confrontation des pratiques de recherche, les collaborations inédites et le partage des résultats dans une perspective interdisciplinaire. Par ailleurs, elle tente de mettre en lumière les multiples facteurs qui ont concouru à la construction des cadres sociaux et culturels dans lesquels nous nous définissons encore aujourd’hui.

       


Margins (XIth-XVIIth Century)

5th International Postgraduate Symposium

Transitions (University of Liege, Belgium)

Call for papers

The Research Unit Transitions (Research Department on the Middle Ages and the Early Modern Period, University of Liège), in collaboration with the CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, University of Poitiers) and the Center for Medieval Literature (University of York and University of Southern Denmark, Odense) is pleased to open the call for its biennial postgraduate symposium, divided in three sessions.

These meetings are organized by PhD candidates and constitute a platform for exchange between junior researchers and senior colleagues of different fields, such as History, Philology, Linguistics, Art History, Literature, Codicology, Paleography, or Book History.

The first session will be held in Liège, Belgium, on February 5th-6th  2020 and will be dedicated to the notion of margins (XIth-XVIIth centuries).

Themes

From History to Philology, to Art History, to Codicology, and Linguistics, the notion of margin is omnipresent. This meaningful concept, both in its literal and figurative acceptions, has remained at the heart of critical thought for a long time, as scholars have sought to reflect on its particular potentialities whilst attempting to renew approaches to their own subjects of study.

The traditional idea of “border” and the fertile notional duo “centre/periphery” still raise central questions: what are the relations between the so-called centre and “its” periphery? What are the dynamics in terms of power and supremacy (in the political, religious, cultural, artistic or linguistic domains)? Is the concept of Kunstgeographie still relevant today? Moreover, we know that the geographic border tends to determine some fields of study. But how do language and literature evolve in bordering territories? How do art and literature play with these borders? What are the limits of fictional spaces and fictional worlds? How can one work beyond these limits, and do they need to be overcome?

The margin can also be interpreted in relation to a norm. It might then become a space of either constraint or freedom to be used by artists and authors in the creation of works that synthesize both tradition and innovation. How do authors, painters, sculptors, and architects engage with codes and norms to conceive novelty? Can we identify any resistances or opposition to these rules? In which ways do grammarians establish the norms of a language? What is the impact of their prescriptions on writing practices and language productions, above all on literature and on specific strata of society (e.g. the concept of sociolect)? Do rules lead to resistance or opposition to the rule, and how can the latter be described?

Margins can be also be studied for their materiality, e.g. when separating real and fictional worlds. Marginalia, grotesques, trompe l’œil – the artist cleverly transgresses the structural limits imposed by the frame.  In the paratext, the copyist or the printer interacts with other contributors to the making or the reception of a book (corrections, glosses, instructions for the illuminator, engraver or reader). This space is also where the owner makes himself known (ex libris, comments), and where redactors and planners of manuscripts create a setup to facilitate the interaction between text and reader (titles, summaries).

Participants, starting from their specific subjects and disciplines, are invited to reflect on the notion of margin, on the similar notions of limit and border, and on the place they hold in their own research.

Presentations (c. 20 min.) can be given in either English, French, German, Spanish or Italian. At the end of each presentation, there will be time for questions and comments; the organizers strongly encourage all participants to engage in transdisciplinary discussions.

Practical Informations

Proposal must be submitted by August 31th 2019 at the latest, in pdf format, and sent by e-mail to RU Transitions (transitions.jd2020@gmail.com). The proposal will include the name and surname of the PhD candidate and those of their advisor(s), as well as the title of the thesis, the starting year of their PhD, the title of the lecture and a fifteen-line abstract, written in French, English, German, Spanish or Italian.

Applicants will be contacted by September 15th 2019, after the committee completes the selection process. At the end of the symposium, a certificate of participation will be released on request.

RU Transitions is delighted to offer lunches and coffee breaks to the participants. Travel and accomodation costs, however, will be at the expense of participants or of their research centres.

Organising committee: Giulia Barison, Alexandre Goderniaux, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Scientific committee: Renaud Adam, Émilie Corswarem, Giulia Barison, Laure Fagnart, Alexandre Goderniaux, Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

About Transitions

From the Middle Ages until the upheavals brought about by Galilean science, Europe underwent a period of unceasing questioning which challenged the political stability and its legitimacy, shook the foundations of confessional unity, and expanded the limits of knowledge and creation. In an attempt to transcend the inherited divisions of a long historiographical tradition, the Research Unit Transitions at the University of Liege (http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/fr/) explores these constant transformations in the Western and in the Mediterranean Basin. Open to Medievalists and Modernists, it promotes confrontation between research practices, original collaborations, and the sharing of results in an interdisciplinary fashion. Furthermore, it attempts to elucidate several factors which have contributed to the construction of the social and cultural frameworks by which we define ourselves even today.

       

Actus CESCM 2019/7

Événement

 

Pendant les Semaines d’études médiévales du 17 au 28 juin, n’oubliez pas la soirée internationale le jeudi 27 juin à partir de 18h30 en salle Crozet, soirée participative où chacun.e apporte un plat de son pays/région et/ou une boisson !

* * *

Et quand on parle des SEM dans la presse, ça donne ça :

 
 
Et prenez le temps de lire les travaux des stagiaires exposés au fond de la salle Crozet, sans oublier le café-débat Janua du jeudi 20 juin à 16h30

 


Emploi

 

  • Une offre de contrat doctoral à diffuser, dans le cadre de l’ANR MARITEM du CESCM :

Offre de contrat doctoral H/F-ANR MARITEM

Articles et parutions

 

Un bel article consacré au nouveau Cahiers de civilisation médiévale dans la revue Histoire : ICI

* * *

Le nouveau Cahiers de civilisation médiévale va paraître sous peu : voir le sommaire ICI

* * *

Nos doctorantes publient dans l’Actualité Nouvelle-Aquitaine

Saint Marin de Maurienne, enquête posthume

* * *

Saint Thomas : l’incrédulité à l’épreuve des sens


Divers

 

  • Depuis la mi-mai, Nicolas Prouteau, Emmanuel Corfmat et Jean-Michel Boutin préparent le chantier de fouilles du château du Haut-Clairvaux.
    La fouille archéologique programmée se déroulera du lundi 17 juin au vendredi 12 juillet et permettra d’accueillir 24 étudiants bénévoles en archéologie de l’université de Poitiers.
    Ce programme de recherches et fouilles, dirigés par Nicolas Prouteau avec la collaboration de Céline Chauveau et Quentin Moreau entame sa 6e année. L’objectif est de poursuivre les investigations au pied de la tour-maîtresse dans le fossé mis au jour en 2018, de continuer les recherches sur l’habitat au nord et ses abords, et de fouiller une salle souterraine inédite.

L’équipe d’encadrants et la mairie de Scorbé-Clairvaux organisent une journée de visite ouverte au public, mercredi 10 juillet, de 9 h à 17 h.
Rendez-vous sur le parking en contrebas de la chapelle.

 

 

 


Appel à communication

 

Appel à communication : Carnets de recherche. Histoire de l’art et Archéologie


Participation à colloque

 

 

  • Leeds, du 1er au 4 juillet :

Tina Anderlini: communication in session 239

Annick Gagné: communication in session 645 and session 742

Thierry Gregor: communication in session 742

Estelle Ingrand-Varenne: organiser and communication in session 545, organiser of session 645, organiser of session 742

Élise Vernerey: communication in session 642

 

  • Participent au  3ème Congrès des études sur le Moyen-Orient et mondes musulmans, Sami Benkherfallah le mercredi 3 juillet (1ère session, atelier 82) : La cérémonie du maḥmal : un instrument du pouvoir mamlūk ? / Martin Aurell le jeudi 4 juillet (3ème session, atelier 75) : La paix par le mariage ? Stratégies matrimoniales entre chrétiens latins et musulmans au Proche-Orient (1096-1291)

 

  • Claudio Galderisi présidera la journée du 9 juillet du LXXIe congrès de l’AIEF et annonce l’ouverture : Le médiévalisme, une invention médiévale / Présence le même jour de Christelle Chaillou-Amadieu : Chansons du Moyen Âge et interprétations musicales actuelles.

 

Offre de contrat doctoral H/F-ANR MARITEM

Postuler ICI

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR7302-CHRCHA-001
Lieu de travail : POITIERS
Date de publication : mardi 11 juin 2019
Nom du responsable scientifique : Christelle Chaillou-Amadieu
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Contexte de travail

Le projet ANR MARITEM (MAnuscrit du Roi. Image, TExte, Musique) consiste en l’édition intégrale (texte et musique) et en l’étude interdisciplinaire du Manuscrit Paris BnF fr. 844 (troisième quart du XIIIe siècle, consultable sur Gallica) sur support numérique, de sa conception jusque dans sa réception contemporaine (circulation des répertoires, éditions, partitions, performances musicales). S’inscrivant dans le cadre de ce projet de recherche, la thèse aura pour perspectives : 1) la transcription et l’édition numérique des textes des chansons de trouvères ; 2) une étude entre le texte et la musique dans ce même corpus selon un axe choisi par le/la doctorant(e). Le travail de thèse sera encadré en co-direction (philologie et musicologie).

Le/la doctorant(e) sera titulaire d’un master II (ou titre étranger équivalent) en études médiévales (philologie romane, littérature médiévale ou linguistique) et possèdera une très bonne connaissance de l’ancien français. En plus de cette formation initiale, des compétences et/ou un intérêt pour les domaines suivants sont souhaitables :
-Humanités numériques (langages TEI et MEI ; logiciels de transcription automatique, etc.) ;
-Musicologie médiévale (savoir déchiffrer la notation du XIIIe siècle) ou/et pratique musicale ;
-Occitan médiéval.

Contraintes et risques

Sont à prévoir :
-des déplacements en France (notamment à Paris)
-des séjours de recherche en Italie et en Allemagne

Informations complémentaires

Date limite pour l’envoi des candidatures : 3 juillet 2019
Les candidat(e)s enverront les pièces suivantes :
-Une copie de leur diplôme de master (ou titre équivalent)
-Un curriculum vitae détaillé ;
-Une lettre de motivation (2 pages maximum) ;
-Un projet de recherche (2 pages maximum) ;
-Une ou deux lettres de recommandation.
À l’issue d’une première sélection sur dossier, les candidats recevront une notification pour un éventuel entretien. Les entretiens se dérouleront en juillet 2019.

On en parle sur Twitter !

EmploiCNRS @EmploiCNRS
 

Offre de contrat doctoral H/F-ANR MARITEM (POITIERS) http://bit.ly/2XFCiM7 

Voir les autres Tweets de EmploiCNRS