Tous les articles par Vanessa Ernst-Maillet

IST

Actus CESCM 2021/1

Colloque, séminaire

 

[29 mars-2 avril 2021] : Les médiévistes face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ?

***

Le 25 mars (14h-16h), Estelle Ingrand-Varenne organise un webinaire Retour aux sources  de l’histoire des croisades avec Clément Dussart et Martin Aurell : http://www.crfj.org/webinaire-retour-aux-sources-des-croisades-25-mars-2021/


Publications

 

Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge – Trasferimenti culturali italo francesi

***

Parution du volume 2 de la revue en ligne Textus & Musica :

https://textus-et-musica.edel.univ-poitiers.fr/

***

Cahiers de civilisation médiévale 63 (fascicule 252)

***

Dans le dernier Microscoop du CNRS, un article d’Henrique Sarmento-Pedro, Le bois de cervidé, une matière première de l’artisanat du Moyen-Âge.

Lire l’article ICI

 


Billets de soutenance

 

Soutenance de thèse d’Amicie Pélissié du Rausas (20 novembre 2020)

***

Soutenance de thèse de Charlotte Pichot (27 novembre 2020)

***

Soutenance de thèse d’Élise Vernerey (11 décembre 2020)


Divers

 

Contrat d’IR de 3 mois pour Manon Durier à compter du 1er avril, dans le cadre de GRAPH-EAST.

[29 mars-2 avril 2021] : Les médiévistes face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ?

Cinq sessions tous les soirs, de 16h30 à 19h

INSCRIPTION GRATUITE ET OBLIGATOIRE sur https://urlz.fr/eT7M

 Le Moyen Âge est vivant. Nos contemporains le recréent continuellement : roman historique, série télévisée, bande dessinée, fête villageoise, propagande politique… Pour désigner cette réappropriation, si éloignée de leurs pratiques académiques, les chercheurs ont forgé le mot de « médiévalisme », qu’ils opposent à « médiévisme », c’est-à-dire leur propre analyse méthodique des sources documentaires et le discours de type scientifique qui en découle. Ils ne sauraient pourtant se désintéresser de la libre adaptation à visée artistique, voire, de façon plus gênante, idéologique, par laquelle le tout venant peut s’immiscer dans leur champ d’érudition.

La plupart des médiévistes ont conscience que le « contrat référentiel » qu’ils passent avec leurs auditeurs ou lecteurs — trop souvent leurs propres collègues — se distingue du « contrat fictionnel » établi entre un vaste public et le romancier, le scénariste ou le metteur en scène. Ils ne craignent donc pas qu’on puisse assimiler leur démarche à celle du créateur. Les historiens professionnels apprécient, de même, que le médiévalisme attire des amateurs éclairés vers leur discipline et qu’elle suscite de jeunes vocations. Du reste, J.R.R. Tolkien, le père de la heroic fantasy, ou Umberto Ecco, auteur d’un triller palpitant à résonance planétaire, n’appartenaient-ils pas à leur milieu ? Enfin, l’archéologie expérimentale, qui a tant fait progresser la connaissance des gestes du travail et de la vie matérielle des médiévaux, recoupe souvent l’attraction touristique, comme en témoigne l’engouement actuel pour le château de Guédelon.

À l’heure où la diffusion de la recherche s’impose plus que jamais, le médiéviste doit-il sortir de sa tour d’ivoire pour s’adresser de façon pédagogique aux non-spécialistes ? Son champ d’érudition ne saurait devenir sa chasse-gardée. Les passerelles tendues entre le « médiévisme » et le « médiévalisme » ne l’empêchent néanmoins pas de combattre l’instrumentalisation politique dont le Moyen Âge est aujourd’hui l’objet. Ce détournement s’assimile presque toujours au soi-disant « choc des civilisations », où des templiers et autres croisés auto-proclamés ferraillent avec des musulmans, dont les plus extrémistes sont tentés par le retour aux temps bénis, rigoureux et austères du prophète et de ses combattants. Plus innocentes semblent les fêtes et autres spectacles où l’époque médiévale devient carnavalesque, ripailleuse et grivoise. Cette vision ludique s’oppose à une tout autre simplification qui insiste sur la barbarie moyenâgeuse, obscurantiste, oppressante et cruelle.

La demande sociale sur l’histoire médiévale est pressante. Elle s’exprime diffusément par une « mode du Moyen Âge », perceptible à travers les media, que ce soit dans Kaamelott ou dans l’entrée de l’œuvre de Georges Duby dans la Pléiade. Cet intérêt se cristallise parfois dans l’appel aux lumières de médiévistes pour enrichir un scénario, corriger un roman ou rédiger une bande-dessinée. Devons-nous snober ces non-spécialistes sous prétexte que leurs reconstitutions dérogeraient aux règles de notre discipline ? Si besoin était, la question prouve combien il est important de réunir un grand congrès international en France pour discuter du médiévalisme, sujet maintes fois abordé dans d’autres pays et notamment aux États-Unis. Les enjeux de ce nouveau champ du savoir sont essentiels, car la réception du Moyen Âge par nos concitoyens conditionne la reconnaissance sociale des médiévistes en tant que scientifiques et, par conséquent, la survie même de nos disciplines dans un monde démocratique.     


Programme

Lundi 29 mars


16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements de Martin Aurell (Univ. Poitiers)
16h45-17h ➢ Introduction de Martin Aurell – Histoires du médiévalisme, médiévalismes historiques
17h-17h40 ➢ Conférence de Tommaso di Carpegna Falconieri (Univ. Urbino Carlo Bo) – Médiévistique et médiévalisme : un château aux destins croisés
17h40-17h55 ➢ Questions et discussions
17h55-18h05 ➢ Pause et posters
18h05-18h25 ➢ Marion Bertholet (Univ. Aix-Marseille) – Le Moyen Âge italien des Lumières à Sismondi : un anti-médiévalisme ?
18h25-18h45 ➢ Joanna Pavleski-Malingre (Univ. Rennes 2) – Étudier les fortunes politiques de Mélusine du Moyen Âge à nos jours : intérêts et enjeux d’un médiévalisme au long cours
18h45-19h ➢ Questions et discussions.


Mardi 30 mars

16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements
16h45-17h ➢ Introduction de Justine Breton – Des Moyen Âges partout
17h-17h20 ➢ Romain Vincent (Univ. Paris Sorbonne Nord) –  Médiévalisme et jeu vidéo : jouer au Moyen Âge à l’école
17h20-17h40 ➢ Martin Bostal (Univ. Caen-Normandie) – La reconstitution historique du Moyen Âge : un ‘loisir sérieux’ entre médiévalisme et recherche d’historicité
17h40-17h55 ➢ Pause et posters
17h55-18h40 ➢ Table ronde « Comment rendre présent le Moyen Âge aujourd’hui ? », Fabien Paquet (Univ. Caen), Fanny Cohen-Moreau (podcast Passion Médiévistes), Isabelle Catteddu (INRAP), Fanny Madeline (Univ. Paris 1)
18h40-19h ➢ Questions et discussions


Mercredi 31 mars


15h ➢ Assemblée générale de l’association « Modernités médiévales » (lien Zoom)
16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements
16h45-17h ➢ Introduction de Florian Besson – Bilan et perspectives
17h-17h20 ➢ Alain Corbellari (Univ. Lausanne et Univ. Neuchâtel) – L’éternel retour du Moyen Âge. Pour une histoire longue du médiévalisme
17h20-17h40 ➢ Vincent Ferré (Univ. Paris Est-Créteil) – Médiévalisme(s) : divisions disciplinaires, culturelles, linguistiques depuis 1979
17h40-17h55 ➢ Pause et posters
17h55-18h15 ➢ Georges Bertin (CNAM des Pays de la Loire) –  Médiévalisme et implication
18h15-18h45 ➢ Questions et discussions


Jeudi 1er avril

16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements
16h45-17h ➢ Introduction de Justine Breton – Le Moyen Âge en mots
17h-17h20 ➢ Anne Besson (Univ. Artois) – Fantasy médiévale et médiévistique : une relation à sens unique ?
17h20-17h40 ➢ Isabelle Olivier (Univ. Artois) – Le Moyen Âge et la littérature de jeunesse font-ils bon ménage ? Des tensions (fécondes ?) entre didactisme et divertissement
17h40-17h55 ➢ Pause et posters
17h55-18h15 ➢ Tristan Martine (Univ. Angers) – Des bulles médiévales en cases : les enjeux du médiévalisme en bande dessinée
18h15-18h45 ➢ Questions et discussions


Vendredi 2 avril

16h30-16h45 ➢ Mot d’accueil et remerciements
16h45-17h ➢ Introduction de Lucie Malbos  – Un médiévalisme bien vivant
17h-17h45 ➢ Table ronde « Le médiéviste face aux non-médiévistes : tensions et attentions », Paul Sturtevant (Smithsonian Institution), Florian Besson, Cécile Voyer (Univ. Poitiers) et Clovis Maillet (École Supérieure d’Art et de Design, Angers)
17h45-18h15 ➢ Questions et discussions
18h15-18h25 ➢ Pause et posters
18h25-18h40 ➢ Conclusion

       

Actus CESCM 2020/9

Actualité

Le projet collectif « Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial » financé par le programme Horizon H2020

***

Le séminaire d’épigraphie SEMPER aura lieu le jeudi 26 novembre, de 14h à 16h, sous forme de webinaire via Zoom, et sera consacré aux graffitis médiévaux, avec une approche technique :
 

Publications

 

Le premier numéro de la revue interdisciplinaire Textus & Musica créée par Christelle Chaillou-Amadieu  et Federico Saviotti (Université de Pavie), avec la collaboration de Vanessa Ernst-Maillet pour la mise en ligne vient  de paraître.

Revue interdisciplinaire : Textus & Musica

***

A la mémoire de Karine Guibert :

Pore Caitif. A Middle English manual of religion and devotion

***

Un article de Clément Dussart, Les grafitti occidentaux de Bethléem, dans le dernier Microscoop en page 5 ICI


Appels à contribution/communication

 

Un appel à contribution pour les rencontres internationales d’épigraphie médiévale organisées du 15 au 19 septembre 2021 à Roda de Isábena (Aragon, Espagne) par Vincent Debiais, est lancé. Il s’adresse aux jeunes chercheurs travaillant sur les inscriptions du Moyen Âge. https://epimed.hypotheses.org/2301 
 

***

[Appel à communications] Journée d’études : Carnets de recherche en Histoire de l’art et Archéologie

***

[Appel à communication] : L’absence au Moyen Âge (8-9 avril 2021)

Soutenances

 

  • Le vendredi 20 novembre à 14h (salle Crozet, CESCM) : Amicie Pélissié du Rausas, Rituels et conflits. Les relations franco-anglaises sous Louis IX et Henri III, du traité de Lambeth (1217) aux années 1270.

 

  • Le vendredi 27 novembre à 14h (salle Crozet, CESCM) : Charlotte Pichot, Le corps et l’honneur féminin à travers la criminalité du bas du Moyen Âge.

 

  • Le vendredi 11 décembre à 14h (salle Guillemet, SHA) : Elise Vernerey, Voir consiste à ne pas voir. La sculpture du portail et la théologie apophatique du XIIe siècle (Saint-Denis, Moissac, Aulnay)

Pore Caitif. A Middle English manual of religion and devotion

Pore Caitif. A Middle English Manual of Religion and Devotion

K. Moreau-Guibert Ɨ

Turnhout: Brepols, 2019

Textes vernaculaires du Moyen Âge (TVMA 24)

ISBN: 978-2-503-58293-1. – 296 p.

 
 
Voir le site de l’éditeur ICI
 
The first critical edition of a well-known text of considerable importance, eagerly awaited.
 
Karine Moreau-Guibert was senior lecturer in English, University of Poitiers and CESCM (Poitiers)

 

Table of Contents

Abbreviations and symbols
Abbreviations and short titles
Symbols

Preface

General introduction
Manuscripts
Identification of the Pore Caitif
The various forms of the text

The transmission of the text
Which edition? The adopted method
Textual collation and selection
Selected manuscripts and base text

Critical Edition
Editorial procedures and conventions
Description of the manuscripts
Text

Glossary
Keys

Appendices
Explanatory notes on text and emendations
Index Nominum
Reference composite text

Bibliography
Primary sources
Secondary Sources
Electronic resources

Le projet collectif « Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial » financé par le programme Horizon H2020

Le programme Horizon H2020 a choisi de financer le projet collectif Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial.

Interview de Cécile Voyer, partenaire au titre du CESCM-UMR 7302 de la bourse Research and Innovation Staff Exchange (RISE), du programme A.M.S.C. du pilier Excellence Scientifique d’Horizon 2020.

Bonjour Cécile. Qu’est-ce que ce programme A.M.S.C ?

Il s’agit d’un dispositif européen qui vise à encourager des collaborations internationales et pluridisciplinaires à travers des échanges de personnel de recherche et innovation, ainsi que le partage de savoirs et d’idées de la recherche pour l’avancement de la science et le développement de l’innovation.

Il s’inscrit dans le programme phare du financement des activités de Recherche et Développement en Europe (Horizon 2020 ou H2020). Les programmes H2020 sont divisés en trois piliers, qui dépendent des objectifs, de la portée et de la maturité de la recherche proposés : l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis sociétaux. Le projet « Conques in Global World » dépend du premier.

Quel est l’objectif de projet Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial ?

L’objectif de ce projet est de promouvoir la recherche interdisciplinaire, en réunissant cinq spécialités différentes (l’histoire de l’art, l’histoire, la philologie, l’archéométrie et l’acoustique) afin d’étudier l’abbatiale Sainte-Foy de Conques (Conques-en­-Rouergue) et ses ornements au sens large. Il s’agira aussi d’observer, grâce à ce monument emblématique, « l’invention » d’un Moyen Âge européen aux XIXe et XXe siècles. En somme, il s’agira de déconstruire l’image de l’abbatiale de Conques forgée au XIXe siècle et durant la première partie du XXe siècle pour retrouver l’édifice du Moyen Âge.

Les résultats du projet seront largement accessibles au public universitaire afin que la recherche collaborative puisse se renforcer au sein bien sûr du consortium CONQUES mais aussi au-delà en s’adressant aux spécialistes du patrimoine culturel matériel et immatériel. De nombreuses activités pour sensibiliser le public seront menées avec la production de films documentaires, de livres de vulgarisation scientifique et l’organisation de conférences publiques.

Une monographie sur l’abbatiale de Conques et ses images entre Moyen Âge et XXe siècle couronnera cette enquête au long cours.

Que va faire concrètement le consortium CONQUES pendant les 4 ans ?

Le financement permet d’organiser dans des conditions très appréciables la rencontre des chercheurs sur des temps longs. C’est une opportunité fantastique pour les chercheurs confirmés et pour les jeunes chercheurs que de disposer de temps de réflexion en commun, de lieux d’échanges et de partage au service de la compréhension d’un édifice ainsi que de l’imaginaire qu’il draine. Pour faciliter ce partage entre les périodes de mobilité, une plateforme de recherche collaborative sera mise en œuvre. L’objectif de cette bourse est aussi de former des chercheurs aux approches et aux méthodes des autres disciplines scientifiques.

Un des enjeux majeurs consiste également à confronter, croiser les analyses issues des différentes disciplines afin de produire un discours apte à restituer l’état de l’abbatiale aux XIe-XIIe siècles et son fonctionnement (environnement sensoriel). L’abbatiale Conques sera étudiée par des historiens, des historiens de l’art, des archéologues du bâti mais aussi par des ingénieurs experts en acoustique par exemple et des chercheurs en physique, spécialistes de métrologie optique (Xlim).

Comment ce projet a-t-il été préparé ?

Le projet a été pensé par Ivan Foletti et porté par l’Université de Masaryk (Centre for Early Medieval Studies). Le CESCM et son partenaire XLim qui ont, bien sûr, été associés à la rédaction du projet appartiennent au Consortium avec l’Université du New Jersey – Rutgers (EU) le Max-Planck institute (All.), le Max Werber institute (All.), l’École doctorale de l’Université de la ville New York – CUNY Graduate Center – (EU), l’Association pour le Développement Économique et Culturel de Conques (ADECC) et l’éditeur Viella (Italie).

Un mot de conclusion ?

C’est une expérimentation dans tous les sens du terme (autant pédagogique que scientifique). Nous espérons vivre une belle aventure intellectuelle et humaine.