Tous les articles par Vanessa Ernst-Maillet

IST

[Publications] Annales de Janua n° 8, « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Les huitièmes Journées Jeunes Chercheurs organisées par l’association Janua ont réuni les 11 et 12 avril 2019 de jeunes chercheuses et chercheurs en sciences humaines avec l’objectif de présenter les raisons qui poussaient les femmes et les hommes à entreprendre un ou plusieurs voyages, de l’Antiquité à nos jours. Les contributions originales qui sont rassemblées dans ce huitième numéro des Annales de Janua mettent en exergue toute la richesse et la complexité de ce thème résolument pluridisciplinaire.

Ce numéro réalisé par Valentin Louineau (master 2 au Mondes Médiévaux en 2019-2020) et Cécile Maruéjouls (doctorante), est une réussite d’un point de vue méthodologique. De l’histoire à la littérature en passant par l’histoire de l’art, il ressort avec évidence de ces articles l’intérêt de croiser les sources – historiques, littéraires, épistolaires, iconographiques et cinématographiques – selon les périodes pour questionner un tel objet d’étude. Les autrices et l’auteur de ce numéro ont non seulement mis en évidence la diversité des raisons de prendre la route à travers les siècles et les différentes cultures étudiées, mais ils ont également permis d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche sur les dimensions politiques, mémorielles, émotionnelles, spirituelles et esthétiques qui sous-tendent le voyage et ses représentations.

Dans son étude sur les pérégrinations du patriarche vétérotestamentaire Joseph, Catherine Negovanovic questionne les enjeux fraternels, politiques et spirituels du voyage du jeune hébreu. Sa lecture typologique du récit met en exergue le voyage intérieur de Joseph, dont l’âme fait le chemin jusqu’au Salut.

À travers les correspondances de Symmaque, Alexandra Pierré-Caps met en évidence la manière dont ce haut fonctionnaire de l’Empire romain conçoit sa mobilité professionnelle entre le nord et le sud de la péninsule italique au IVe siècle de notre ère. Des motifs de l’excursion à la lassitude de celui qui l’entreprend en passant par les modalités pratiques des déplacements officiels, l’autrice nous offre une analyse complète et poussée du voyage d’un aristocrate à la fin de l’Antiquité.

Notre chemin se poursuit avec l’itinérance des médecins à la période médiévale. Dans son article, Corinne Lamour met en avant la nécessaire mobilité géographique des praticiens. Apprentissage, collaboration, guerre, … nombreuses sont les occasions et obligations poussant les médecins médiévaux à prendre la route.

Sarah Gouin‑Béduneau a minutieusement étudié le portail de l’église de Bourg‑Argental qui représente une image singulière des Rois mages, fusionnant le voyage et son enjeu : l’Adoration. La mise en images de ce voyage fait intervenir des procédés narratifs révélant la dimension spirituelle du long et périlleux voyage qu’ils entreprennent à la force de leur foi pour reconnaître Dieu.

Dans un autre ordre d’idées, Lisa Dubost porte son attention sur la représentation du voyage dans un manuscrit de la Vita et miracula s. Amandi conservé à la bibliothèque municipale de Valenciennes sous la cote 502. En s’appuyant sur l’analyse iconographique du parcours visuel, l’autrice montre dans quelle mesure le voyage géographique rencontre le voyage spirituel de l’évangélisateur de la Flandre.

C’est également un voyage en deux dimensions que nous propose Priscilla Mourgues avec son article portant sur le pèlerinage de Riccold de Monte Croce en Terre sainte au XIIIe siècle. Entre itinéraire géographique et cheminement spirituel, les écrits de ce moine florentin sont riches d’enseignement. Lorsque son Liber de peregrinationis se place comme un guide des peuples, des régions et des religions qu’il a rencontrés au Proche-Orient, ses Epistolae témoignent de la manière dont ce voyage a mis à l’épreuve sa foi.

La période moderne s’ouvre avec l’article de Jean-Christophe Temdaoui, qui brosse le paysage de l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois, marqué aux XVIIe et XVIIIe siècles par une migration d’une partie de sa population vers les Amériques, et en particulier vers la Caraïbe. L’auteur présente et analyse de manière très fine les différentes raisons de l’attrait de ces personnes pour les opportunités ultra-marines et les modalités de leurs voyages.

À travers le prisme des romans, Marianne Albertan-Coppola s’intéresse à l’itinérance des pauvres dans la France du XVIIIe siècle. Qu’elle soit la cause du voyage, sa conséquence, ou que le trajet en soit empreint, la pauvreté des personnages issus de ces œuvres littéraires est révélatrice de tout un pan de l’histoire sociale moderne.

Eva Belgherbi s’intéresse aux voyages de trois artistes britanniques, Mary Pownall, Ottilie Maclaren et Kathleen Bruce, en direction de la capitale parisienne pour se former à la sculpture. C’est en analysant avec justesse leurs parcours respectifs, leurs rencontres artistiques, leurs choix de carrière à partir de leurs correspondances et leurs autobiographies, que l’autrice fait notamment la lumière sur les conditions d’accès à la formation des femmes artistes dans l’histoire de la sculpture au tournant du XIXe siècle.

Enfin, Brigitte Rigaux-Pirastru propose une étude sur les mouvements migratoires des allemands vivants en Europe de l’Est et du Sud-Est entre 1944 et 1950 sur la base de sources cinématographiques. Pour un sujet peu traité en langue française, la démarche est tout à fait pertinente car elle permet d’interroger cet exode forcé au regard de l’histoire des idées, l’histoire affective, mémorielle, voire politique.

Nous adressons nos remerciements les plus sincères aux autrices et à l’auteur de ces articles, ainsi qu’à l’ensemble des membres du comité scientifique, des secrétaires de rédaction et à la secrétaire d’édition de ce huitième numéro des Annales de Janua.

Voir la revue ICI

Le projet épigraphique GRAPH-EAST récompensé par l’ERC

L’ERC récompense le projet d’épigraphie GRAPH-EAST au CESCM, nous avons interviewé Estelle Ingrand-Varenne, lauréate de cette bourse ERC Starting grant.

Bonjour Estelle, et félicitation pour ce projet. Avant que tu nous le présentes en détail, l’ERC c’est quoi ?

J.P. Brouard/CESCM (mission 2015)

 ERC est l’abréviation de European Research Council dont la devise est : « Supporting top researchers from anywhere in the world ». Il attribue des bourses de recherche individuelles pour des projets exploratoires originaux, en particulier à l’interface des champs disciplinaires. Les bourses starting grant s’adressent aux jeunes chercheurs qui ont 3 à 7 d’expérience après leur thèse (j’ai soutenu en 2013)1. Elles sont d’1,5 million d’euros pour 5 ans.

 

Quel est le but de GRAPH-EAST : « Latin as an Alien Script in the Medieval ‘Latin East’ » ?

Aujourd’hui, la plupart des panneaux de signalisation au Moyen-Orient porte les noms de villes transcrits en caractères latins, ce qui les rend familiers à tous. C’était le contraire au VIIe s. à l’aurore de la conquête arabe et alors que l’empire devient byzantin. L’écriture latine disparaît du paysage graphique monumental de la Méditerranée orientale.

Progressivement, jusqu’à l’expansion ottomane au XVIe s., les pèlerins, les marchands, les croisés venus d’Occident établissent des hospices, des églises, des châteaux, et y apposent des inscriptions et graffiti en alphabet latin, autrement dit un signe devenu exogène. Ils tentent ainsi à travers la pierre, la peinture ou la mosaïque, de s’approprier tant graphiquement que spatialement et symboliquement les lieux, dont les lieux saints du Christianisme.

L’étude de ces inscriptions se heurte à 3 problèmes : l’absence d’un corpus complet, le concept d’ « Orient latin » suggérant une latinisation uniforme, mêlant écriture, langue, culture et rite religieux, et limité aux croisades, et une vision de l’épigraphie figée et cloisonnée, ne prenant pas en compte l’environnement plurigraphique propre à l’Orient.

GRAPH-EAST veut changer d’échelle et de paradigme en explorant l’écriture épigraphique latine en Méditerranée orientale, de la Grèce et de la Turquie à l’Égypte en passant par la Syrie-Palestine et Chypre, en contact, en interaction et en concurrence avec les inscriptions grecques, arabes, hébraïques, arméniennes, syriaques, etc.

Le projet propose une étude innovante d’environ 2 500 inscriptions et graffitis, dont beaucoup sont inédits. Il vise à comprendre la représentation et la pratique de l’écriture latine, étrangère dans les empires byzantin et islamique, à fournir une histoire de l’épigraphie dans cette région, et à analyser cette écriture latine migrante à travers le prisme des transferts culturels entre l’Occident et l’Orient, avec une équipe internationale et pluridisciplinaire.

Que va faire concrètement l’équipe pendant les 5 ans ?

Le projet va se dérouler en deux temps : 3 ans pour répertorier, transcrire, traduire, éditer tous ces textes sur TITULUS, afin de les rendre accessibles à tous. Cela signifie de nombreuses missions de terrain dans les 10 pays concernés, où on va tester de nombreuses techniques de prises de vue surtout pour les graffitis (3D, photogrammétrie, RTI, laser), mais aussi en archives et en bibliothèque. Avec la situation sanitaire actuelle, qui plus est différente d’un pays à l’autre, il faudra aussi faire preuve de flexibilité, d’adaptabilité et redoubler d’inventivité.

Pendant les deux dernières années, nous allons réfléchir lors de colloques et workshops avec une équipe d’experts internationaux spécialistes des inscriptions byzantines, arabes, hébraïques, syriaques, arméniennes, éthiopiennes, sur la rencontre des écritures.

Enfin, une exposition virtuelle sera organisée avec le Musée de Cluny ; j’espère que d’autres musées nous rejoindront. Une série documentaire va aussi être réalisée grâce à deux vidéastes qui vont suivre l’équipe pendant les 5 ans.

Comment as-tu préparé ce projet ? On imagine qu’il faut s’y prendre bien en amont ; quelles ont été les étapes ?

Au départ il y a deux ingrédients : une idée qui tient à cœur (les inscriptions de l’Orient latin) et l’émulation (avec Martin Aurell qui préparait un ERC Consolidator). J’ai commencé à prendre quelques renseignements sur le montage de projet ERC auprès de Cédric Lebailly à la cellule de valorisation de l’Université de Poitiers en fin d’année 2018. Mon séjour de trois mois à Jérusalem au premier trimestre 2019 m’a ensuite confortée dans le choix du sujet : l’épigraphie latine en Méditerranée orientale médiévale est un (quasi) désert scientifique ! Il y a un vrai défi à relever, un champ disciplinaire à ouvrir. J’ai commencé à me mettre à préparer le dossier en mai à mon retour.

Au CNRS, on a la chance d’être très bien accompagné pour un tel montage : un ingénieur projet a suivi le dossier jusqu’au dépôt (budget, administratif, éthique), un soutien financier de l’InSHS m’a été attribué pour faire des missions préparatoires, enfin j’ai suivi une formation à Paris sur l’écriture de ce type de projet qui a été d’une grande aide.

En octobre 2019, le dossier a été déposé. L’évaluation se fait en deux étapes, par un panel d’experts. La seconde étape est une audition à Bruxelles, elle n’a pas eu lieu cette année à cause de la COVID-19 ; le jury a décidé à partir des dossiers écrits.

Je dois ajouter que, si c’est un sujet de recherche personnel, l’aventure a été collective. J’ai contacté de nombreux experts et leur enthousiasme m’a beaucoup motivée ; j’ai demandé des relectures critiques à plusieurs collègues du CESCM, j’ai fait appel aux collègues anglophones pour affiner la langue, et deux chercheurs – Cécile Treffort et Vladimir Agrigoroaei – font partie intégrante de l’équipe. J’en profite pour tous les remercier chaleureusement. C’est donc un travail et une réussite de groupe, pour la discipline épigraphie et pour le laboratoire.

Un mot de conclusion ?

Je ne peux qu’inciter fortement mes jeunes collègues à se lancer dans cette aventure, on a vraiment carte blanche pour monter son projet. Et maintenant, j’ai hâte que GRAPH-EAST commence réellement, même si j’ai déjà préparé le terrain par mon détachement au Centre de recherche français à Jérusalem ; le vrai lancement aura lieu au début d’année 2021.

  1. E. Ingrand-Varenne, Langues de bois, de pierre et de verre Latin et français dans les inscriptions médiévales, Paris, Classiques Garnier, 2018, 579 p. []

Actualités CESCM 2020/7

Publications

 

Les Sociétés nordiques et baltes à l’aube de la christianisation

***

Parution de Philastre, ou l’amour ensanglanté – Philaster, or, Love Lies a-Bleeding (1610) de Francis Beaumont & John Fletcher, Introduction, traduction et notes de Pascale Drouet.

***

Cahiers de civilisation médiévale 63 (249/1)


Divers

 

(Ré)écouter Martin Aurell dans l’émission de Xavier Mauduit sur France culture : Il était une fois les chevaleresses

***

Le site du master mondes médiévaux est actualisé, retrouvez tout le détail de la formation en ligne : ICI

***

Des fouilles archéologiques ont débuté au palais des comtes du Poitou et ducs d’Aquitaine. Les spécialistes ont identifié une tour carrée monumentale antérieure à la tour Maubergeon. A lire ICI

 

 

 

Cahiers de civilisation médiévale 63 (249/1)

Parution du dernier numéro des Cahiers de civilisation médiévale, 63e année, numéro 249, janvier-mars 2020.

SOMMAIRE

 

Amélie RIGOLLET, La rose comme gage vassalique : l’exemple des Briouze, seigneurs du Gower


Brigitte ROUX et Marion UHLIG, L’invention de Léocade : reliques et figures d’auteur dans les Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci



Voir le lien pour s’abonner aux Cahiers

Actus CESCM 2020/6

Événement

 

Un projet collectif de recherches et un chantier de fouilles au palais de Poitiers


Informations CESCM

 

Beaucoup d’arrivées à la rentrée :

2 accueils en délégation CNRS au 1er septembre :
Pierre Darnis, membre d’AMERIBER (Université Bordeaux Montaigne), délégation d’un an.
Élisabeth Pinto-Mathieu, Université d’Angers, délégation à 50% pendant 12 mois.

En CDD

Viola Mariotti au 1er sept pour 2 ans, en tant qu’ingénieur de recherche programme ANR Maritem.
Manon Durier (15 sept-15 déc.) pour un remplacement au Corpus.


Publications

 


 Communautés maritimes et insulaires du premier Moyen Âge par Alban Gautier et Lucie Malbos chez Brepols.

 
 

***

***

 
 
 
Un bel article d’Elise Vernerey dans le nouveau Microscoop « Les éléphants à Aulnay« 
 

Photothèque

 
– On salue la création du carnet de recherche de la photothèque du CESCM : https://phototheque.hypotheses.org/
 
– A noter le billet d’appel à contribution des Focus : https://phototheque.hypotheses.org/53, prolongé jusqu’au 15 novembre.

Inscripthèque

 

Clara Renedo Mirambell a un contrat de deux mois en juillet-août pour avancer le projet d’épigraphie médiévale numérique TITULUS (encodage XML-TEI des volumes 25 et 26), grâce au financement du consortium COSME 2.

Estelle Ingrand-Varenne est à nouveau détachée pour un an comme chargée de recherche au Centre de recherche français à Jérusalem UMIFRE du CNRS (jusqu’en août 2021).

– Le projet IGAMA – Inscriptions antre Antiquité et Moyen Âge (IVe-VIIIe siècles) déposé par Cécile Treffort a été accepté par la RnMSH en partenariat avec les équipes d’Aix-Marseille et Bordeaux.


Divers à écouter et/ou regarder … cet été !

 

Le webinaire d’épigraphie, lancé de façon expérimentale durant le confinement, a bénéficié de captations vidéos qui sont désormais en ligne sur UPtube, la vidéothèque de l’Université de Poitiers ; vous trouverez les liens : https://epimed.hypotheses.org/2219

 
Écouter Éric Palazzo en pod cast ICI