Tous les articles par Vanessa Ernst-Maillet

IST

Actus cescm 2021/7

Publications

 

Les Plantagenêts dans les Pays de la Loire

***

Paru en 2008, Le Costume Médiéval de 1320 à 1480 de Florent Véniel est vite devenu un ouvrage de référence sur cette époque. Aujourd’hui épuisé, il fait enfin l’objet d’une réédition revue, corrigée et augmentée par Tina Anderlini.


Événements

 

Le séminaire SEMPER reprend sous forme de webinaire et regroupe l’ensemble des projets sur les inscriptions au CESCM en partenariat avec le CRFJ, avec pour thème d’année « Transmissions épigraphiques ». Prochaine séance le jeudi 18 novembre. Plus d’information ici.  

***

Bénédicte Fillion-Braguet co-organise avec Clémentine Mathurin, Nathalie Le Luel le colloque Le portail polychrome de la cathédrale d’Angers, du 17 au 19 novembre à Angers. Le colloque est en entrée libre, sur réservation à la demi-journée https://recherche.uco.fr (rubrique “actualités”) et présentation du pass sanitaire. Les conférences seront retransmises sur la chaine YouTube de l’UCO.
 

***

Jeudi 25 novembre, 14h-16h : Jean-Baptiste Javel (IRAMAT CRP2A, Université Bordeaux Montaigne) et Thierry Grégor : La basilique Saint-Eutrope de Saintes : Étude technique de deux inscriptions inédites.

***

[20-22 janv. 2022] : Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires


Participation à colloques

 


Pôle documentaire

 

 

Nouvelle exposition au pôle documentaire du CESCM : “Photographier le patrimoine médiéval, du XIXe siècle à aujourd’hui”.

En place jusqu’au 5 janvier

***

ROMANE – Mission, Portail de l’église Sainte-Marie-Madeleine de Neuilly-en-Donjon (03) : https://phototheque.hypotheses.org/186


Divers et rappels

 

L’ERC Graph-East et ses charmant.e.s collègues au CESCM

***

Charles Viaut soutiendra sa thèse le 18 novembre à 14h en salle  Crozet  : « À la table des princes.. et des autres ». Consommation et pratiques alimentaires sur les sites castraux et élitaires du nord de l’Aquitaine et du centre-ouest de la France (Xe-XVe siècle) ».

[20-22 janv. 2022] : Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires

Université de Poitiers, CESCM–CNRS, en collaboration avec la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl

 

Lieu : salle Crozet du CESCM, 24 rue de la Chaîne – POITIERS

Inscription en ligne sur Sciences conf : Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires – Sciencesconf.org

Voir programme si-dessous

Bathsheba Bathing; Jean Bourdichon (French, 1457 – 1521); 1498–1499; Tempera and gold on parchment; Leaf: 24.3 × 17 cm (9 9/16 × 6 11/16 in.); Ms. 79 (2003.105), recto; No Copyright – United States (http://rightsstatements.org/vocab/NoC-US/1.0/)

La question du réel est tout entière celle des lettres médiévales : de leur réalité matérielle et intellectuelle, de leur horizon de production et de réception, de leurs auteurs affichés ou anonymes, de leurs destinations. Mais qu’est-ce que le réel au Moyen Âge ? 

Qu’il s’agisse de la matérialité de l’œuvre, de sa paternité, des commanditaires ou des destinataires qui en éclairent l’existence, des faits de langue qui la connotent, la localisent, la datent, l’inscrivent dans un continuum linguistique, des enjeux intellectuels, politiques ou religieux qui la subsument ou de la création poétique ou fictionnelle qui en font une réalité littéraire à la fois subsidiaire et autonome par rapport à l’horizon temporel dans laquelle elle s’écrit, la recherche est confrontée à l’éternel calibrage de la bonne distance critique. Si ce que l’on doit comprendre est déjà en partie compris dans le texte, il est alors indispensable pour l’herméneute de savoir reconnaître ce que l’intention des auteurs a voulu faire apparaître dans l’œuvre pour qu’elle soit ainsi comprise, de savoir identifier ce que s’y est glissé et qui constitue la partie résiduelle du cercle herméneutique que seuls le temps et la recherche peuvent révéler. 

Or ces deux réels peuvent paraître antagonistes. Le premier, que Roland Barthes a baptisé « effet de réel », paraît signaler des processus esthétiques qui jouent sur les ressorts de l’illusion référentielle et de la suspension d’incrédulité. Le second, que Nancy Regalado a appelé avec une formule heureuse « effet du réel », semble désigner les traces plus ou moins conscientes des relations biunivoques que le texte entretient avec la réalité extratextuelle. Ainsi posés l’un en face de l’autre, ces deux réels semblent recouvrir la presque totalité des lettres médiévales. Rares sont en effet les œuvres où l’auteur n’a pas essayé d’entraîner le lecteur vers un monde en trompe l’œil ; encore plus rares sont les textes qui ne révèlent pas des signes, du moins à nos yeux, de la réalité historique, linguistique ou intellectuelle dont ils sont à la fois le reflet et le creuset. 

Or la notion de réel n’est évidemment pas la même au Moyen Âge et aujourd’hui ; elle est aussi très différente pour un auditeur de la matière de Bretagne ou des chansons de geste au XIIe siècle ou pour un lecteur de Charles d’Orléans et de François Villon à la moitié du XVe siècle. 

Les lettres médiévales posent alors au philologue/herméneute une multitude de questions qui gravitent autour de ces deux réels et de leurs seuils. Qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui ne l’est pas pour un lecteur médiéval qui croit davantage aux merveilles et aux miracles qu’à la réalité qui l’entoure ? En lisant le Roman d’Eneas, dont l’auteur ne revendique pas la source réelle, le lecteur médiéval reconnaît-il dans ce silence une volonté de dissimuler l’effet du réel, une sorte de refus de l’effet de réel ou un effet du réel poétique ? Et que pense ce même lecteur devant ce que nous appelons le topos du livre source qu’il rencontre dans la plupart des romans arthuriens ? Effet de réel ou effet du réel, ou les deux, selon que l’on se situe du côté de l’auteur ou d’un lecteur pas toujours suffisant ? Que perçoit  au juste ce lecteur de l’effet du réel ? Les enjeux historiques, idéologiques, dynastiques qui traversent presque toutes les lettres médiévales et qui en expliquent en partie les raisons et les enjeux, sont-ils compris comme des effets du réel par des lecteurs qui seraient en dehors du cercle des commanditaires ou destinataires ? L’effet de réel du lecteur médiéval est-il le même que croit reconnaître aujourd’hui l’herméneute en quête d’illusion référentielle ? Et, a contrario, comment se façonne pour un auteur médiéval et pour son propre lecteur la perception du réel ? Robert de Clari décrivant Constantinople reflète-t-il ce qu’il voit, ou témoigne t-il de la diffusion de la matière d’Antiquité dans son milieu culturel ? Y a-t-il une langue pour les effets de réel et une langue propre à l’effet du réel ? Ces deux effets sont-ils l’un et l’autre liés plus spécifiquement à des genres, à des motifs, à des matières, à des auteurs ? L’illusion référentielle opère-t-elle de la même manière dans un poème en vers ou dans un récit en prose ? Comment la réalité psychologique et la réalité historique peuvent-elles modifier les confins entre ces deux réels jusqu’à parfois les confondre ? Et, encore, comment la réalité plurielle du texte médiéval s’articule-t-elle avec ces deux réels si intimement liés à la subjectivité littéraire ? 

Il ne s’agit là que de quelques-unes parmi les interrogations que pose la question du réel, sous toutes ses formes, dans les textes médiévaux. Ces questions seront abordées lors des deux journées de communications et dans les deux conférences du samedi, ouvertes au grand public : au réel de la ville. Le colloque sera structuré en quatre séances qui recouvrent les principales questions ici évoquées et qui correspondent à autant d’approches du sujet : épistémologique, historique, linguistique et esthétique.


Jeudi 20 janvier


8h45 – Accueil
9h – Introduction

9h15/10h30 – Conférences

  • Jean-Jacques VINCENSINI (Univ. Fr. Rabelais / CESR Tours) : Chassez le réel par la porte, il revient par la fenêtre. Observations post-barthésiennes.
  • Beate LANGENBRUCH (ENS de Lyon / CIHAM, UMR 5648) : Quête d’identité au miroir de l’altérité voisine : la matière de France et d’Alemaigne.


10h30/11h – Pause

11h/12h30 – Table ronde ÉCLATS DE MONDE

  • Thibaut RADOMME (ECCLA, Univ. Jean-Monnet Saint-Étienne) : Joinville metteur en scène : l’art du récit dans la Vie de saint Louis.
  • Sung-Wook MOON (Sorbonne Univ., EA 4349 ) : Études et édition de textes médiévaux’ : Rutebeuf contre les Mendiants, ou un sujet d’actualité.
  • Emmanuelle DANTAN (LiLPa, Univ. Strasbourg)  : ‘Effet de réel’ et’ effet du réel’ Des voix de femmes dans les chansons de trouvères des XIIe et XIIIe siècle.
  • Gautier GRÜBER (Acad. Bordeaux / Lycée Paul-Guérin de Niort) : Réalités politiques dans la Geste des Loherains.


14h/15h15 – Conférences

  • Joana CASENAVE (Univ. Lille) : Le geste critique à l’épreuve du réel. Réflexions sur les éditions d’écrits contemporains de la Peste
    Noire.
  • Sébastien FRAY (Univ. Jean-Monnet Saint-Étienne / Laboratoire d’études sur les monothéismes, UMR 8584) :
    Discours hagiographique et réalité sociale : le cas des miracles de sainte Foy de Conques.

15h15/15h45 – Pause

15h45-17h – Table ronde RÉFÉRENTIELS

  • Vera SOUKUPOVÁ (Univ. Charles de Prague) : La référentialité et le reflet du réel dans le discours allégorique : les polémiques tchèques et françaises au temps de crises.
  • Nicolas GARNIER (EA 4349 / Sorbonne Univ.) : Trubert : illusion référentielle et référence de l’illusion.
  • Valentine EUGÈNE (Sorbonne Univ.) : Fabliaux et sacrilège : le triomphe du réel ?

17h-17h30 – Pause

17h30-18h15 – Conférence


Philippe HAUGEARD (Univ. Orléans / Laboratoire POLEN EA 4710) : Effet de réel et temporalité historique : le paradoxe de la vassalité (Marc Bloch) au miroir de la chanson de geste.


Vendredi 21 janvier


8h30h/10h – Conférences

  • Marco MAULU (Univ. Sassari, Sardaigne) : La notion de réel chez les Sept Sages de Rome.
  • Hélène BOUGET (Univ. Bretagne Occidentale, Brest) : Faille textuelle, faillite du réel dans quelques manuscrits de la Queste del Saint Graal.

10h/10h30 – Pause

10h30-11h45 – Table ronde SAVOIRS & INSTITUTIONS

  • Jérôme DEVARD (CESFima/Polen EA 4710) / Université d’Orléans) : Quand la littérature épique devient une source juridico-historique : l’illusion référentielle de la
    cour des pairs primitive à l’institution des douze pairs fictionnels.
  • Tamara ALVARADO (Sorbonne Nouvelle. ED 120, Littérature comparée) : Le topos du livre source dans les romans et les traités magico-scientifiques. L’utilisation de la fiction pour cacher la réalité des textes (XIIIe et XVe siècles).
  • Annelise RENCK (Carroll College, Helena, Montana, États-Unis) : La lecture dévotionnelle au XVe siècle : la médiation du livre dans La Grant Vita Christi en françoys.

13h30-15h00 – Conférences

  • Bernard RIBÉMONT (Univ. Orléans/ MARen) :
    Écriture philosophico-encyclopédique et effet de réel : Guillaume de Conches et Adélard de Bath.
  • Sabrina FERRARA (Univ. Fr. Rabelais / CESR  Tours) : Historia « réelle » et historia personnelle dans les Epîtres de Boccace.

15h/15h30 – Pause

15h30/17h – Table ronde CAS « CHRONIQUES »

  • Charlotte GUIOT (Univ. Grenoble / UMR 5136) : Le chroniqueur poète : dialogue entre réel et fiction pastorale dans quelques pastourelles de Jean Froissart.
  • Ismérie TRIQUET (Univ. Rouen, GRHis EA 3831) : Le traitement iconographique de la Normandie et de l’Angleterre dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge : entre réel et imaginaire.
  • Lucia ARRIGHI (Sorbonne Univ.-CLEA EA 4083 / Univ. Corse – UMR LISA 6240) : Les Choses de Corse de Giovanni della Grossa (1380-1464) : fable, fiction ou histoire ?
  • Cristian BRATU (Division Director for French & Italian; Department of Modern Languages & Cultures, Baylor University, États-Unis) : L’histoire et ses « effets » : effet de parlé et effet d’écrit dans les récits historiques médiévaux.

17h/17h30 – Pause

17h30/18h15 – Conférence

  • Edina BOZOKY (Univ.  Poitiers) : L’effet de réel chez Jean d’Outremeuse : les épisodes de l’Histoire des Huns.
  • Christine FERLAMPIN-ACHER (Univ. de Rennes II) :
    Onomastique, gestes et émotions : effets de/du réel (XIVe-XVe s.) du manuscrit à l’imprimé dans quelques textes néo-arthuriens.

18h15/19h15 – CONFÉRENCE de CLÔTURE

Espace Pierre Mendès France

Conférence de Michel ZINK de l’Académie française

 

 Samedi 22 janvier

 

 

9h15/12h – Assemblée générale SLLMOO 

14h-16h – Table ronde : Effet de réel et du réel du Moyen Âge à la Renaissance (Projet FESMAR)


Comité d’organisation

Vladimir Agrigoroaei, Christelle Chaillou-Amadieu, Pierre-Marie Joris, Pierre Levron, Cinzia Pignatelli

Comité scientifique

Martin Aurell, Joëlle Ducos, Jean-Marie Fritz, Nancy Regalado, Jean-Claude Schmitt,Jean-René Valette,Jean-Jacques Vincensini, Fabio Zinelli,Michel Zink

L’ERC Graph-East et ses charmant.e.s collègues au CESCM

Nous avons le plaisir d’accueillir Sercan Sağlam et Maria Villano au CESCM pour un contrat de 2 ans, ils nous racontent le pourquoi de leur présence.

Hello Sercan, who are you ?

I’m specialized in urban history, architectural heritage and archaelogy in the Late Medieval context. As a part of my doctoral thesis1,  I have compiled all the Genoese mural slabs in the Eastern Mediterranean with a particular focus on Galata (Pera) and reinterpreted their inscriptions in Latin from an interdisciplinary perspective. I have continued my research on the same subject also in the postdoctoral level and published several articles, which include significant contributions in the context of epigraphy. I previously worked as a lecturer and had post-doctoral positions in Istanbul and I also participate in archaeological excavations in my hometown, Burhaniye (ancient Adramytteion), on a regular basis.

Now, I’m a postdoctoral researcher for the ERC GRAPH-EAST project, Latin as an Alien Script in the Medieval ‘Latin East’.

Bonjour Maria, peux-tu nous rappeler qui tu es, car tu es déjà venue au CESCM ((Lire le billet sur Maria Villano, octobre 2016 : ) et tu y as été doctorante ?

J’ai fait mon Master 1 et 2 en histoire de l’art à Florence et cela a suscité chez moi un engouement pour l’histoire de l’art et Venise ; c’est par la sculpture vénitienne que j’ai découvert les colonnes de ciborium de san Marco. J’ai soutenu ma thèse en mai 2020, « Les colonnes du ciborium de la basilique de Saint Marc à Venise », surtout du point de vue de l’iconographie et des inscriptions qui les accompagnent. Puis j’ai été post-doctorante à Vérone et me voici désormais dans le projet de l’ERC GRAPH-EAST, dirigé par Estelle Ingrand-Varenne.

Maria, peux-tu nous parler de ton rôle dans le projet ?

Je m’occupe des inscriptions en latin de l’île de Chypre, et comme Sercan je fais un inventaire que nous insèrerons ensuite dans la base de données créée par Manon Durier sur Heurist. Pour cela nous allons faire des missions, une première a déjà eu lieu en juillet 2021 : le travail de l’historienn.e est aussi de transmettre à un large public le fruit de ses découvertes, l’équipe GRAPH-EAST a été suivie sur le terrain par deux vidéastes, lors de la mission en Chypre en juillet 2021. La série documentaire peut être visionnée sur la chaîne YouTube du projet, n’hésitez pas à vous abonner. En parallèle nous allons aussi produire des articles et avoir des réflexions scientifiques plus générales. Dans le cadre du projet on souhaite organiser des écoles d’été et des colloques ; nous allons participer à l’International Congress of Byzantine Studies, du 22 au 27 août 2022 à Venise-Padua.

So, Sercan, what are you doing in this project ? How was your first impressions for Poitiers and the CESCM ?

I am mainly responsible for the Late Medieval inscriptions in Greece, islands, Turkey and Crimea, which especially include the Genoese period. Correspondingly, I will need to visit museums and also to have field trips in order to contribute to the digital database that is going to be accessible in the end of the project.

Poitiers is a small, quiet and very peaceful city, which is ideal for focusing on the research and contribute to the project effectively. During the first day of mine in the CESCM, I was welcomed so warmly and had the valuable chance to meet all the colleagues, therefore it was a very sympathetic and friendly start for me.

Bienvenue à vous et bon séjour de recherche ! Pour en savoir plus sur le projet et découvrir le reste de l’équipe : https://grapheast.hypotheses.org/category/team

 

 

 

 

 

 

  1. Sercan Sağlam, Urban Palimpsest at Galata & An Architectural Inventory Study for the Genoese Colonial Territories in Asia Minor (Politecnico di Milano, 2018 []

ACTUS CESCM 2021/6

Événements

 

[4-8 oct. 2021] : Atelier interdisciplinaire

***

Colloque “Gouverner l’Empire Plantagenêt (1152-1224) : autorité, symboles, idéologie”

***

[12 oct. 2021] Atelier ressources numériques : Les Regesta imperii et son OPAC : une base de données de littérature librement accessible pour la recherche médiévale

***

Le séminaire SEMPER reprend sous forme de webinaire et regroupe l’ensemble des projets sur les inscriptions au CESCM en partenariat avec le CRFJ, avec pour thème d’année « Transmissions épigraphiques ». Les 2 premières séances auront lieu jeudi 14 octobre et jeudi 18 novembre. Plus d’information ici.  


Publications

 

Parution de l’ouvrage en ligne de Marcella Lopes Guimarães, As vidas dos Trovadores Mediavais : Quem foram esses homens e mulheres que cantaram o amor, suite à son séjour au CESCM en 2020

 

***

Un bel article de Vladimir Agriogoraei dans le dernier Microscoop : Pornographie française (animalière) dans la Grèce médiévale.

Le lire ICI


Participations à colloque

 

 

 

 

  • Harmony Dewez participe à la journée d’études Écritures de la distance dans les pratiques administratives, dans le cadre du séminaire « Administrer par l’écrit », le 13 octobre (École nationale des chartes au site Richelieu) : Le vin parisien des moines de Canterbury : histoire d’une correspondance administrative (fin XIIIe-XIVe s.).

 

  • Table ronde aux Imaginales d’Épinal le 16 octobre avec la présence de Lucie MalbosLe Moyen Âge et la Fantasy.

 

 

 


Épigraphie

 

Pour découvrir la série documentaire de l’ERC GRAPH-EAST (filmée lors de la mission en Chypre de juillet 2021), c’est ici ; et vous abonner à la chaîne YouTube du projet ! 
 
 

Divers, vie du laboratoire

 
 
 
 Sini Kangas, chercheuse enseignante sur l’histoire et les croisades à l’université de de Tampere en Finlande, est arrivée en septembre pour une année comme chercheuse invitée par Martin Aurell.
 
 

***

Le service de la BCM se trouve désormais dans le bureau 107, Philippe Paquant en est le responsable suite au départ d’Isabelle Santoire. Blanche Lagrange est en vacation CDD pour 1 an à temps plein et Héloïse Dupin en vacation à 1/2 temps.

[12 oct. 2021] Atelier ressources numériques : Les Regesta imperii et son OPAC : une base de données de littérature librement accessible pour la recherche médiévale

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison d’ateliers de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

Christine de Pizan Multi-Tasking, par Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0

  • Date : mardi 12 octobre 2021 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique :

Les Regesta imperii et son OPAC : une base de données de littérature librement accessible pour la recherche médiévale

  • Intervenant.e.s :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Pierre Levron

Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel (masque obligatoire)

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.