Tous les articles par Vanessa Ernst-Maillet

IST

Communautés maritimes et insulaires du premier Moyen Âge

A. Gautier, L. Malbos (eds.)

Communautés maritimes et insulaires du premier Moyen Âge

Turnhout : Brepols, 2020, 220 p.

(Haut Moyen Âge (HAMA 38)

ISBN: 978-2-503-58551-2

Douze réflexions issues du colloque de Boulogne (mars 2017) sur la façon dont les hommes installés près de l’eau « faisaient communauté » en Europe au début du Moyen Âge.

Comment les hommes et les femmes du premier Moyen Âge formaient-ils des communautés lorsqu’ils se trouvaient vivre près de l’eau – sur les littoraux, dans les zones humides ou le long des fleuves, mais aussi dans les îles ? La familiarité entretenue avec le milieu aquatique, objet de crainte ou source d’opportunités, signifie que les groupes humains « faisaient communauté » autrement, mais aussi que l’historien appréhende ces phénomènes d’une manière différente. Cela est vrai de toutes les communautés qui, dans la pratique des interactions quotidiennes, se formaient près de l’eau, grâce à elle ou face à elle : communautés d’habitants, communautés cléricales ou monastiques, communautés fondées sur une activité commune comme le commerce ou la pêche. Les douze contributions que compte ce livre constituent les actes d’un colloque tenu à Boulogne-sur-Mer en mars 2017. Leurs auteurs s’attachent à croiser les sources écrites et archéologiques pour offrir un regard équilibré sur des espaces et une période qui semblent à première vue moins bien documentés que d’autres. La question de la construction et de l’existence des communautés « du bord de l’eau » y est traitée à travers toute l’Europe latine, du VIIe au XIe siècle, sur ses versants adriatique (à travers les lagunes de Venise et de Comacchio), atlantique (du littoral ibérique à l’Angleterre en passant par l’île de Noirmoutier) et septentrional (des Fens d’Est-Anglie à la mer Baltique et dans les emporia des mers du Nord), ainsi que dans la vallée de la Saône (de Lyon à Tournus).

Lucie Malbos : Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégée et docteur en histoire de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Lucie Malbos est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Poitiers et membre du CESCM (UMR 7302). Ses recherches portent sur les mondes du Nord au haut Moyen Âge.

Alban Gautier : Ancien élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégé et docteur en histoire de l’Université de Lille, Alban Gautier est professeur d’histoire médiévale à l’Université de Caen Normandie, membre du Centre Michel de Boüard (CRAHAM UMR 6273) et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Ses travaux portent sur l’histoire des îles Britanniques et de l’Europe du Nord dans le haut Moyen Âge.

Table of Contents

Alban Gautier, Faire communauté par l’eau ou malgré l’eau

Stéphane Lebecq, En milieu littoral, sur l’eau et outre-mer

Lucie Malbos, Femme de marchand ou marchande ?

Stefano Gasparri, Une communauté à la fois maritime et territoriale

Chiara Provesi, La terre et la mer

Sauro Gelichi, Communautés lagunaires dans l’Adriatique pendant le haut Moyen Âge

André Evangelista Marques, An Emerging Periphery. Maritime Activities and Communities in Northern Iberia (850-1100)

Søren M. Sindbæk, Communities on the Edge

Isabelle Cartron, De l’île au continent. La transition entre deux formes de monachisme dans la communauté de Saint-Philibert au IXe siècle

Charlotte Gaillard, La communauté monastique de l’Île-Barbe, exemple d’une fondation insulaire fluviale

Arnaud Lestremau, Piscium quem vos haked nuncupatis

Pierre Bauduin, Conclusions. Connaissance, pratiques et identités des communautés maritimes et insulaires du premier Moyen Âge

Index

Actus CESCM 2020/5

Master mondes médiévaux

 

les inscriptions au master Mondes Médiévaux 2020/2021 au CESCM c’est maintenant et jusqu’au 15 mai et c’est ICI

Merci de diffuser largement !

Le master Mondes Médiévaux 2020-2021


Publications

 

Publication : Simon de Montfort (c. 1170-1218). Le croisé, son lignage et son temps

***

Aliénor d’Aquitaine

***

Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale

***

Un article de Claire Boisseau dans le dernier Microscoop, lire en pages 3 et 4 ICI 

***

Ouvrages Moyen Âge acquis par le SCD-Poitiers (janvier-mars 2020)


Colloques

Nous sommes dans le regret de devoir annuler les Semaines d’études médiévales compte tenu du contexte sanitaire.

***

Le séminaire d’épigraphie SEMPER profite de ce temps de confinement pour repenser son fonctionnement et se doubler d’un webinaire. Format plus court (1h), plus souple et plus régulier. Les séances sont en deux parties : 30 minutes de présentation, suivies de 30 minutes de discussion.

Ce webinaire est ouvert à tous. Pour participer aux séances, il suffit de cliquer sur le lien Zoom affiché (c’est le même lien pour les 5 rencontres) : https://epimed.hypotheses.org/2202

 


Appel à contribution

 

Journées d’étude : Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique (25-26 nov.)


Divers

 

Cécile Voyer a obtenu une délégation d’un an au CESCM à compter du 1er septembre 2020 pour continuer à mener le programme collectif sur la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines.

En lien un billet pour annoncer le programme ICI

***

Nous recevrons en délégation CNRS :

— Elisabeth Pinto-Mathieu, professeur de littérature médiévale à l’Université d’Angers .
— Pierre Darnis, MCF HDR à l’Université de Bordeaux, littérature de la fin du Moyen Age-début époque moderne espagnole.
 

***

Épisode 37 – Sébastien et les troubadours d’Aquitaine

***
 
Du 14 septembre au 9 octobre prochain, première campagne de fouilles au sein de la Citadelle du Château d’Oléron (17) :
L’objectif de cette campagne, dirigée par Bastien Gissinger (Archéologue départemental, Service d’archéologie départementale Direction de la Culture du Sport et du Tourisme) est de vérifier et d’explorer des vestiges ressentis comme de potentiels restes castraux liés au château féodal dont la localisation est à ce jour inconnue. Une campagne de prospection géophysique réalisée en 2019 a fourni des éléments probants. Il recherche des bénévoles expérimentés, disposant d’un véhicule personnel. 2 semaines minimum.
 
Contacter :  bastien.gissinger@charente-maritime.fr– 05.46.97.66.93
 

 

Axe 3 : Programme collectif sur la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines

Cliché Lisa-Oriane Crosland (CESCM)

L’ année de délégation au CNRS accordée à Cécile Voyer, Professeur d’histoire de l’art au CESCM, au titre de l’année universitaire 2020-2021, sera propice à développer le programme collectif de recherche consacré à l’étude de la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines; un projet qu’elle coordonne avec Éric Sparhubert (Maître de Conférences en Histoire de l’Art médiéval CRIHAM). L’objectif de ce projet est bien sûr d’étudier le monument et son décor (deux états à restituer, l’église du XIe siècle avec sa nef charpentée, et celle du début du XIIe siècle avec sa nef voûtée), mais aussi de restituer son décor peint (relevés archéographiques et restitution des couleurs) avec Carolina Sarrade (archéographe-CESCM) pour les relevés et l’équipe d’Xlim, dirigée par Noël Richard (Maître de conférence Xlim) pour les couleurs et pigments. L’idée est aussi de réfléchir aux aménagements liturgiques en lien avec le culte de saint Hilaire, mais aussi d’étudier dans la mesure du possible l’histoire de communauté canoniale et ses liens les comtes et les évêques (avec les historiens, Émilie Kurdziel (maître de conférences en histoire-CESCM), Hélène Caillaud, membre associée au CRIHAM-Limoges…), bref la place de cet établissement canonial dans l’espace de la cité au premier Moyen Âge.

Cécile Voyer va également continuer à développer un projet de recherche plus personnel autour du scriptorium de Saint-Bertin et de la personnalité de l’abbé Odbert (fin du Xe siècle- début du XIe siècle). Ces recherches s’inscrivent dans la poursuite de ses précédents travaux sur les Évangiles de l’Arsenal (Paris, Arsenal, ms 592) – Orner la parole de Dieu, éd. Classiques Garnier, 2018 –  et sur les manuscrits de Flandres de cette période singulière, qualifiée souvent à tort de « charnière ». Ce projet est au cœur de l’actualité de la recherche : Charlotte Denoël, conservatrice des manuscrits anciens à la BnF, a lancé une vaste enquête sur l’enluminure du livre en France aux Xe et XIe siècles.

Détail manuscrit Boulogne 11

C. Voyer a entamé une recherche sur les Évangiles de Saint -Bertin (Boulogne, BM, ms. 11) ainsi que sur les autres manuscrits peints sous l’abbatiat d’Odbert. Plus particulièrement, la créativité du scriptorium de Saint-Bertin est certes liée à la personnalité brillante de son abbé, à la fois peintre et concepteur d’images, mais aussi aux liens étroits entretenus avec l’Angleterre. Si la circulation des peintres et des scribes entre Saint-Bertin et Canterbury est connue, l’assimilation du répertoire visuel anglais, issu d’une histoire bien différente de celle des Flandres, par les moines bertiniens mérite d’être analysée. Il semble que ce projet pourrait éclairer à la fois la vie culturelle et visuelle de la communauté monastique à un moment de son histoire mais être également un observatoire idéal de la manière dont elle se pense dans le monde composite auquel elle appartient (l’importance prise par les cycles christologiques, la construction d’une mémoire de la fondation entre le Xe et le XIe siècle grâce à une rhétorique visuelle). Les réformes à l’œuvre et l’esprit de renovatio dans ces monastères dans la seconde moitié du Xe siècle pourraient permettre de penser à nouveaux frais les réformes du XIe siècle et le rôle que l’historiographie leur attribue pour « l’âge roman ».

Journées d’étude : Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique (25-26 nov.)

Appel à contributions : Journées d’études « Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique
».
 
Date : 25-26 novembre 2020
Lieu : CESCM, Poitiers (France)
 
Dans le cadre des activités liées au projet régional ANIMONS, la photothèque du CESCM organise deux journées d’études sur l’indexation des images médiévales. La dernière décennie a vu augmenter de manière considérable le nombre de bases de données ou de plateformes dédiées aux images médiévales. Certaines s’attachent à rendre accessibles les fonds de musées ou de bibliothèques quand d’autres optent pour des approches thématiques dont les résultats sont des plus diversifiés. Ces bases de données sont devenues incontournables pour le chercheur qui s’intéresse aux productions visuelles médiévales. L’apparente facilité d’utilisation de ces outils semble faire oublier toute la complexité du processus d’accès à l’information dont l’indexation marque une étape fondamentale. Cette dernière vise à produire un « outil sémantique inventé en vue de faciliter la sélection de documents répondant à un besoin d’information précis » (Maniez, 2012). Ceux qui se sont intéressés aux questions d’indexation des images médiévales ont cependant pu constater les évidentes contraintes et limites qu’elle pouvait engager. Déjà dans les années 1990 les premières grandes entreprises d’indexation notaient l’importance d’accompagner la recherche sans l’orienter, l’épineuse obligation de passer par l’écrit pour décrire des éléments visuels, l’exigence d’un thesaurus à la fois précis et sélectif, etc.
 
Les présentes journées d’études visent à s’interroger sur notre pratique actuelle de l’indexation des images médiévales, ainsi qu’à ses enjeux et ses possibles évolutions. Les questionnements porteront notamment sur les thesaurus et lexiques, qui sont l’une des principales composantes de ces bases de données iconographiques. Les entreprises portées par l’Index of Medieval Art de l’université de Princeton ou par l’EHESS avec la mise en place du TIMEL (Thésaurus des Images Médiévales en Ligne) montrent que la création de thesaurus participe à faire de l’indexation une construction savante et non uniquement un phénomène descriptif des images. De récents projets, comme celui de l’OMCI (Ontology of Medieval Christianity in Images) porté par l’INHA, montre qu’une réflexion sur les lexiques thématiques engage une nouvelle étape dans l’indexation qui peut prendre en compte les éléments explicites, mais également implicites présents dans les images médiévales. Les questionnements porteront aussi sur la place des outils numériques dans un processus encore tributaire de l’intervention humaine. Si le développement de la reconnaissance automatique de texte a enrichi de manière certaine l’étude des sources écrites, qu’en est-il pour les images ? Une reconnaissance des éléments visuels pourrait-elle aider/remplacer le travail des indexeurs dans un processus qui reste long, coûteux et subjectif ? Ces quelques pistes ne font qu’ouvrir une réflexion dont les ramifications sont nombreuses et variées. Ainsi, sans s’y limiter, les interventions pourront porter sur :
 
  • Les thesaurus et lexiques utilisés pour l’indexation des images médiévales.
  • Les enjeux et limites de la transcription à l’écrit d’élément visuels.
  • Les nouvelles technologies et l’indexation automatique des images.
  • Les enjeux méthodologiques liés à l’indexation des images médiévales.
  • La relation entre l’indexation et le travail des chercheurs.
  • L’indexation comme outil pédagogique.

 

Ces journées d’études visent notamment à mettre en place une réflexion collective engageant les institutions françaises et étrangères qui travaillent sur les questions liées à l’indexation des images médiévales. Afin de permettre un temps d’échange le plus ouvert possible, ces journées pourront inclure des présentations théoriques, des démonstrations pratiques ou des ateliers de prise en main d’outils. Les propositions pourront donc porter sur des études de cas, des approches méthodologiques, des outils spécifiques, etc.

Comité organisateur

Chrystel LUPANT, docteur en histoire de l’art, chercheur associé (CESCM).

Pamela NOURRIGEON, docteur en histoire de l’art, ingénieur d’études (photothèque CESCM).

Carolina SARRADE, archéographe, ingénieur d’études (photothèque CESCM).

Calendrier et modalités de soumission

Merci de transmettre vos propositions avant le 10 mai 2020. Un titre, un résumé de 500 mots maximum et un court CV sont à envoyer à l’adresse suivante :

phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

Une réponse sera envoyée avant le 15 juin 2020 aux participants retenus. Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge par les organisateurs.

Version en PDF ICI

 


Call for papers: Workshop « Cataloguing medieval images: from documentary language to scientific research »

Date: November, 25-26, 2020

Place: CESCM, Poitiers (France)

As part of the activities related to the regional project ANIMONS, the CESCM photo library is organising two days of study on the cataloguing of medieval images. The last decade has seen a considerable increase in the number of databases or platforms dedicated to medieval images. Some of them are dedicated to making museum or library collections accessible, while others opt for thematic with diversified results. As essential tools for researchers, their apparent ease of use overshadows the complex organization of information through the process of cataloguing. Cataloguing aims to produce an « outil sémantique inventé en vue de faciliter la sélection de documents répondant à un besoin d’information précis » (Maniez, 2012). However, those interested in the issues related to cataloguing medieval images are aware of obvious constraints and limitations involved. The earliest projects in the 1990s already highlighted issues such as the importance of integrating current art-historical scholarship, the ekphrastic limitations of the language used to describe images, as well as the need to develop an iconographic thesaurus that was both precise and selective.

The aim of these study days is to examine our current practice of cataloguing medieval images, as well as to consider the challenges related to the maintenance of such databases. Of particular significance are the questions concerning the development of a thesaurus or glossary for an iconographic database. Projects such as EHESS’s creation of TIMEL (Thesaurus of Medieval Images Online), the INHA-funded OMCI (Ontology of Medieval Christianity in Images), and the Index of Medieval Art’s online database at Princeton University certainly demonstrate a variety of ways to address the classification of iconographic subjects in medieval art. The questions will also focus on the place of digital tools in a process still dependent on human intervention. If the development of automatic text recognition has certainly enriched the study of written sources, what about images? Could recognition of visual elements help/replace the work of indexers in a process that remains long, costly and subjective?

Topics may include, but are not limited to:

– The thesaurus/glossary used for the cataloguing of medieval images.

– The implications and limits of the transcription of visual elements into written form.

– New technologies and the automation of cataloguing images.

– Methodological issues related to the cataloguing of medieval images.

– The relationship between cataloguing and the production of scholarship. – Cataloguing as a pedagogical tool.

 

The aim of these study days is to set up a collaborative reflection involving French and foreign institutions working on questions linked to the cataloguing of medieval images. These days may include theoretical presentations, practical demonstrations or workshops to familiarise participants with the tools. Proposals may therefore focus on case studies, methodological approaches, specific tools, etc.

Organizing Committee

Chrystel LUPANT, doctor in medieval art history, associate researcher (CESCM).

Pamela NOURRIGEON, doctor in art history, engineer at the photo library (CESCM).

Carolina SARRADE, archaeographer, engineer at the photo library (CESCM).

Timetable and submission modalities

Please submit your proposals before 10 May 2020. A title, an abstract of around 500 words and a short CV should be sent to the following address : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

A reply will be sent before 15 June 2020 to the selected participants. Travel and accommodation expenses will be covered by the organisers.

PDF version HERE

Publication : Simon de Montfort (c. 1170-1218). Le croisé, son lignage et son temps

Simon de Montfort (c. 1170-1218). Le croisé, son lignage et son temps.

Gregory LIPPIATT, Laurent MACÉ, Martin AURELL (éds.)

Turnhout: Brepols, 2020 (Histoires de famille, la parenté au Moyen Âge HIFA, 21)

286 p. – ISBN: 978-2-503-58224-5

La carrière de Simon de Montfort – seigneur français, earl anglais, croisé en Terre sainte et dans le Midi de la France – n’a pas cessé de marquer ses contemporains et sa postérité. Bien de ses compagnons d’armes ont vu en lui le plus pieux et le plus courageux des héros, le modèle du chevalier du Christ (miles Christi). Cette image prestigieuse a cours de son vivant et après son prétendu martyre au service du combat contre la dépravation hérétique. Cependant, dans les contrées occitanophones et dans la péninsule Ibérique, sa réputation devient aussi celle d’un brigand, d’un barbare, d’un intrus étranger, cupide et sans scrupules. Les actes du colloque tenu à Poitiers en 2018 reviennent sur sa vie et sur son lignage afin de comprendre l’homme dans toutes ses contradictions : le croisé incorruptible en Terre sainte, mutilant toute une garnison en Languedoc, le vainqueur du roi d’Aragon, soumettant toutes ses conquêtes au roi de France, le spoliateur des seigneurs légitimes du Midi, protégeant les veuves et le clergé local, le membre d’un puissant lignage franco-normand dont son héritage se perpétue dans toute l’Europe. Simon est à la fois le produit de son temps et l’agent de son devenir, un conquérant et un perdant. Caractère sombre et puissant, il semble être à l’image de son emblème héraldique: un lion à la queue fourchée.

Table of Contents

 

Gregory Lippiatt, Introduction

Simon et la croisade Albigeoise

Jean-Louis Biget, Tenir la pays :  Montfort entre villes et châteaux d’Occitanie

Gregory Lippiatt, Reform and Custom. The Statutes of Pamiers in Early Thirteenth-Century Christendom

Martín Alvira, Simon et Pierre II d’Aragon : Faits et mémoire

Damian J. Smith, Simon of Montfort and the Orphan King

Simon : le baron, ses hommes et ses représentations

Nicholas Vincent, Exiled Hero or Absconding Alien? Simon V de Montfort in England

Laurent Macé,  Le sceau de majesté de Simon V de Montfort, comte de Toulouse, princeps et monarcha (1216-1218)

Daniel Power, The Albigensian Crusade after Simon of Montfort (1218-1224)  

 Lindy Grant, The Montforts and the Capetian Court. Amaury V and His Family

Le lignage de Simon et sa culture

Sophie T. Ambler, Simon of Montfort (d.1265) and Montfortian Family Memory

Amicie Pélissié du Rausas, Un croisé en Gascogne. Simon VI et la Gascogne Plantagenêt (1248-1252)

Rodolphe Billaud, Simon VI et l’occupation du comté de Chester (1264-1265)

Catalina Girbea, Les Montfort et l’héraldique imaginaire

Conclusions

Martin Aurell, Conclusions 


G.E.M. LIPPIATT est Leverhulme Early Career Fellow à l’University of East Anglia et auteur de Simon V of Montfort and Baronial Government, 1195-1218 (OUP). Il habite à Norwich avec sa femme et ses deux filles.

Laurent MACÉ est professeur de l’histoire médiévale à l’Université de Toulouse 2-Jean Jaurès et membre du laboratoire Framespa (Toulouse). Ses travaux de recherche portent essentiellement sur les comtes de Toulouse des XIIe et XIIIe siècles.

Martin AURELL est professeur d’histoire médiévale à l’Université de Poitiers et directeur du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale. Il a publié de nombreux livres sur la culture seigneuriale au Moyen Âge, y compris Des chrétiens contre les croisades (Fayard).