Tous les articles par Cécile Voyer

Appel à communications : Les états du corps en images (mai 2022)

Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO

Treizièmes Rencontres du GRIM
Le jeudi 12 mai 2022- Paris, INHA, salle Demargne

Appel à communications

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Âge, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art sise au CESCM de Poitiers, et porté par un nouveau comité scientifique (Isabelle Marchesin, conseillère scientifique du domaine histoire de l’art médiéval, INHA ; Charlotte Denoël, Conservateur en chef, service des manuscrits médiévaux, BnF ; Anne-Orange Poilpré, MCF, Université Paris 1/HiCSA ; Cécile Voyer, Pr, Université de Poitiers/CESCM).

Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris), qui sont ouvertes à tous, tout en donnant une place notable aux doctorants et aux jeunes chercheurs (dès le Master 2).

Comme pour les précédentes journées du GRIM, les communications dureront 20 mn. Elles seront dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie, et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

La journée d’étude du 12 mai 2022, qui aura lieu à l’INHA (salle Demargne ), s’intitule :  

Les états du corps en images

Depuis les deux dernières décennies, les historiographies médiévistes anglo-américaine et  européenne se sont emparées de la question de la matérialité et de la perception sensible des œuvres.

Au-delà de la matérialité et de la sensorialité, une question mérite d’être explorée, dont l’horizon d’anthropologie religieuse est fondamental pour la compréhension des images et des comportements : celui des états du corps, rendus visibles par des ornements, des traits anatomiques des mouvements spécifiques, et par des situations singulières dans les lieux et les espaces des images. Or, figurer le corps suppose un recours à une grande variété d’approches et de moyens plastiques : dissimulé par son vêtement ou révélé par la nudité, montré entièrement ou partiellement, marqué ou non par des caractères sexués, exalté dans sa chair et son volume par un rendu tridimensionnel, ou sublimé par l’abstraction. Bien qu’ayant renoncé un temps à la représentation en ronde-bosse, l’art médiéval repense la représentation du corps, autorisant une forme de séduction physique à travers la figuration, notamment à partir de la fin du XIIe siècle.  

Le corps est omniprésent dans les images médiévales car son intérêt est sans cesse renouvelé par l’éventail de possibles presque infini qu’il offre. Il est en effet considéré comme un instrument dont le chrétien dispose. Autrement dit, il est neutre et peut conduire au meilleur comme au pire, siège des faiblesses humaines, mais aussi voie du Salut. Le refus du dualisme entre corps et âme – contre toute la tradition antique – s’explique par la revalorisation de la chair liée à l’incarnation du Christ (« la chair est le gond du Salut » explique Tertullien). Toutes ces manières de concevoir le corps en image renvoient bien sûr à sa valeur anthropologique, mais aussi à une capacité à traduire, par le travail plastique et visuel, différents niveaux de conscience, de connaissance ou d’ignorance. Au-delà de sa présence, on s’interrogera sur ce que le figuré exprime de l’état du corps tour à tour pécheur, souffrant, contraint, martyrisé, transcendé par l’esprit, ressuscité, glorieux, divin, objet d’adoration dont la substance se manifeste dans les espèces eucharistiques.

Ces corps en images sont à considérer en fonction de l’environnement iconique qu’ils peuplent, mais aussi en tenant compte du contexte, notamment celle de la mise en visibilité des images. En outre, cette journée permettra d’aborder les questions de simulacre, de séduction, d’imaginatio, propres aux images mais aussi de mesurer l’apport des études comportementales à notre discipline. À partir d’études de cas, il s’agira donc de considérer la rencontre entre la représentation et son support, et de rendre compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

Les propositions de communications se feront par retour du formulaire ci-joint en courrier attaché avant le vendredi 21 janvier 2022, à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.com

L’accès aux Rencontres du GRIM est ouvert à tous, et les étudiants de licence et de Master sont cordialement invités à venir écouter les conférenciers. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, les intervenants et les auditeurs s’adresseront aux centres de recherche dont ils dépendent pour une éventuelle prise en charge des frais.

Le programme définitif sera établi et diffusé mi-avril, envoyé par e-mail à toutes les personnes inscrites, et également disponible sur le site du CESCM : https://cescm.labo.univ-poitiers.fr/la-formation/grim-imago/

Les Responsables du GRIM

 

Call for paper | From Global to Local: Conques as a Crossroads (9th–13th c.)

From Global to Local: Conques as a Crossroads (9th–13th c.)

July 11–15, 2022 | CUNY Graduate Center, New York

Organizers | Ivan Foletti, Cynthia Hahn, Kristen Racaniello, Cécile Voyer

This workshop is organized as a part of the project Conques in the Global World. Transferring Knowledge: From Material to Immaterial Heritage (H2020_ MSCA-RISE 101007770)

This workshop will explore the expanded cultural context within which Conques became a major crossroads of premodern Europe. As one of the fundamental stops on the road to Compostela, Conques flourished during the 11th and 12th centuries and has maintained an important role for the region and for European culture ever since.

Primarly, this workshop attempts to frame the “Conques phenomenon” within a broad cultural horizon, with a focus on the constitutive elements that can be observed in Conques itself. Aspects of study might range from female saint’ cults within the Carolingian and Ottonian world to the analysis of the sacred staging. Above all, we wish to focus on the immaterial, performative environments at the intersection of bodies, practices, and community identity with a special focus on memory (e.g., music, liturgy, political and ideological environment, as well as inherited and shared historical temporality).

An analysis of the architecture will be central. The building and its community bounds were triply reinforced in their interrelation with the works they contain, in the ideological and aesthetic expressions of religious and cultural practices, and via referenced traditions and authorities.

Also relevant are many other and varied questions such as a consideration of networks of socio-economic exchange in 9th to 13th century Europe; the study of the cult, circulation, and commodification of relics; analysis of the experience of premodern pilgrimages, and study of the visual cultures which constituted the common language for a nascent Europe.

Inter- and transdisciplinary papers are particularly welcome, as well as papers that compare or unite Conques with other major sites of premodern art and culture. We aim to bring together scholars from different fields of studies, including, but not limited to art history, history, anthropology, archaeology, music history, religious studies, as well as philology.

The conference is financed by the MSCA-Rise Horizon 2020 project scheme of the European Union, and will provide partial or complete funding of travel expenses as well as full accommodation.


Paper proposals of no more than one pages, accompanied by a short cv, shall be submitted until January 15th.

Acceptance notification will be sent by January 31st

Submission | Abstracts should be sent to:

Ivan Foletti (foletti@phil.muni.cz)

or Kristen Racaniello (kristen.racaniello@gmail.com)


 This workshop is organized as a part of the project Conques in the Global World. Transferring Knowledge: From Material to Immaterial Heritage (H2020_ MSCA-RISE 101007770)

[Annulé] Axe 3 : Les rencontres Imago/3

La troisième des rencontres IMAGO de l’année 2019-2020 qui devait se tenir le Jeudi 19 mars au CESCM (salle Berger) de 14h à 16h est annulée en raison du contexte sanitaire actuel

Juliette Bourdier, Assistant Professor, French and Francophone Studies (College of Charleston) présentera ses réflexions sur 

Équilibre et mouvements, Interactions et tensions. Gestion de l’espace autour de Marie dans les enluminures des livres d’heures du XVe à usage de Paris (Manuscrit de Courtanvaux c. 1464.

 Ces rencontres sont consacrées aux images médiévales, aux signes, aux formes et  aux représentations. Ouvertes à toutes et à tous, elles sont pensées comme un espace de discussion autour d’un sujet, d’un thème, un dossier.

Vous êtes donc cordialement invités à présenter vos propres recherches et à échanger autour du thème de la rencontre ou de l’objet d’étude présenté.

Nous espérons tous vous retrouver, chers collègues, chers amis, chers étudiants, le 19 mars, et sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Contact : cecile.voyer@univ-poitiers.fr

[12 déc. 2019] Conférence : L’énergie : un concept pour comprendre l’art

Éric PALAZZO, Professeur d’histoire de l’art, Université de Poitiers, CESCM.

L’énergie : un concept pour comprendre l’art

La conférence abordera le thème de l’énergie dans la liturgie et l’art du Moyen Age et son importance pour la théologie chrétienne. Dans ce cadre, l’énergie est pensée comme le cœur de la nature de Dieu et la forme parfaite du chemin spirituel que le chrétien doit accomplir dans les rituels de la liturgie. La conférence s’intéressera aussi au thème de l’énergie à travers la forme de la spirale et de sa réception dans l’art jusqu’au XXe siècle.


Lieu : Médiathèque François-Mitterrand, 4 rue de l’Université – 86000 Poitiers – Salle Jean-Richard Bloch – 05 49 52 31 51

Date : Jeudi 12 décembre à 18h30

Voir l’affiche ICI

 

Dans le cadre de Traversées \ Kimsooja.
En partenariat avec le CESCM et l’INHA.


         

Appel à communications et à inscriptions – 13èmes Rencontres du GRIM (27 mai 2020)

Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO

Treizièmes Rencontres du GRIM
Mercredi 27 mai 2020- Paris, INHA, salle Vasari

Appel à communications et à inscriptions

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Âge, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art sise au CESCM de Poitiers, et porté par un nouveau comité scientifique : Isabelle Marchesin, conseillère scientifique du domaine histoire de l’art médiéval, INHA ; Charlotte Denoël, Conservateur en chef, service des manuscrits médiévaux, BnF ; Anne-Orange Poilpré, MCF, Université Paris 1/HiCSA ; Cécile Voyer, Pr, Université de Poitiers/CESCM).

Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris), qui sont ouvertes à tous, tout en donnant une place notable aux doctorants et aux jeunes chercheurs (dès le Master 2).

Comme pour les précédentes journées du GRIM, les communications dureront 20 mn. Elles seront dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie, et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

La journée d’étude du mercredi 27 mai 2020, qui aura lieu à l’INHA (salle Vasari), s’intitule : Les états du corps en images.

Depuis les deux dernières décennies, les historiographies médiévistes anglo-américaine et  européenne se sont emparées de la question de la matérialité et de la perception sensible des œuvres.

Au-delà de la matérialité et de la sensorialité, une question mérite d’être explorée, dont l’horizon d’anthropologie religieuse est fondamental pour la compréhension des images et des comportements : celui des états du corps, rendus visibles par des ornements, des traits anatomiques des mouvements spécifiques, et par des situations singulières dans les lieux et les espaces des images. Or, figurer le corps suppose un recours à une grande variété d’approches et de moyens plastiques : dissimulé par son vêtement ou révélé par la nudité, montré entièrement ou partiellement, marqué ou non par des caractères sexués, exalté dans sa chair et son volume par un rendu tridimensionnel, ou sublimé par l’abstraction. Bien qu’ayant renoncé un temps à la représentation en ronde-bosse, l’art médiéval repense la représentation du corps, autorisant une forme de séduction physique à travers la figuration, notamment à partir de la fin du XIIe siècle.  

Le corps est omniprésent dans les images médiévales car son intérêt est sans cesse renouvelé par l’éventail de possibles presque infini qu’il offre. Il est en effet considéré comme un instrument dont le chrétien dispose. Autrement dit, il est neutre et peut conduire au meilleur comme au pire, siège des faiblesses humaines, mais aussi voie du Salut. Le refus du dualisme entre corps et âme – contre toute la tradition antique – s’explique par la revalorisation de la chair liée à l’incarnation du Christ (« la chair est le gond du Salut » explique Tertullien). Toutes ces manières de concevoir le corps en image renvoient bien sûr à sa valeur anthropologique, mais aussi à une capacité à traduire, par le travail plastique et visuel, différents niveaux de conscience, de connaissance ou d’ignorance. Au-delà de sa présence, on s’interrogera sur ce que le figuré exprime de l’état du corps tour à tour pécheur, souffrant, contraint, martyrisé, transcendé par l’esprit, ressuscité, glorieux, divin, objet d’adoration dont la substance se manifeste dans les espèces eucharistiques.

Ces corps en images sont à considérer en fonction de l’environnement iconique qu’ils peuplent, mais aussi en tenant compte du contexte, notamment celle de la mise en visibilité des images. En outre, cette journée permettra d’aborder les questions de simulacre, de séduction, d’imaginatio, propres aux images mais aussi de mesurer l’apport des études comportementales à notre discipline. À partir d’études de cas, il s’agira donc de considérer la rencontre entre la représentation et son support, et de rendre compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

Les propositions de communications se feront par retour du formulaire ci-joint en courrier attaché avant le vendredi 24 janvier 2020, à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.com
Formulaire inscription ICI

 

L’accès aux Rencontres du GRIM est ouvert à tous, et les étudiants de licence et de Master sont cordialement invités à venir écouter les conférenciers. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, les intervenants et les auditeurs s’adresseront aux centres de recherche dont ils dépendent pour une éventuelle prise en charge des frais.

Le programme définitif sera établi et diffusé début mai, envoyé par e-mail à toutes les personnes inscrites, et également disponible sur le site du CESCM : https://cescm.labo.univ-poitiers.fr/la-formation/grim-imago/

Les Responsables du GRIM


NB : Indépendamment de la journée d’étude du 27 mai, les chercheurs en iconographie médiévale occidentale, byzantine ou islamique, peuvent, s’ils le souhaitent, inscrire leur sujet d’étude et leurs publications dans le Répertoire du GRIM, par l’entremise d’un autre formulaire ci-joint, à remplir ou à mettre à jour pour les personnes déjà inscrites.

Voir le formulaire ICI