Tous les articles par Cécile Voyer

[4 avril 2024] rencontres imago #2

La deuxième des rencontres IMAGO de l’année 2023-2024 se tiendra le jeudi 4 avril au CESCM à 12h15 (salle Gaston Berger)

 

Rowanne Dean est une doctorante en histoire de l’art à l’Université de Chicago, où elle prépare une thèse sur les notions de technicité, de compétence et de virtuosité en orfèvrerie à la fin du Moyen Âge1. Elle est lauréate du  Paul Mellon Fellow au Center for Advanced Studies in the Visual Arts, de 2023 à 2026.

Elle présentera ses réflexions sous le titre de :

Double Standard : Les pierres précieuses comme représentations fabriquées à la fin du Moyen Âge

L’artefact, objet de la présentation, est le Calvaire-reliquaire de la Vraie Croix de Binche (Belgique), donné par Marguerite d’York au chapitre de Saint-Ursmer. Il a probablement été fabriqué à Paris durant la première moitié du XVe siècle et offert en 1479 à Marguerite d’York.  

Il s’agit d’une présentation-discussion informelle à l’heure du déjeuner : pensez à apporter votre repas. Des boissons seront à votre disposition.

Les rencontres IMAGO sont consacrées aux images médiévales, aux signes, aux formes et  aux représentations. Ouvertes à toutes et à tous, elles sont pensées comme un espace de discussion autour d’un sujet, d’un thème, un dossier.

Nous espérons tous vous retrouver, chères et chers collègues, chères et chers ami.es, chères et chers étudiant.es, le 4 avril, et sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Contact : cecile.voyer@univ-poitiers.fr

  1. “Valuing Virtuosity: Goldsmiths’ Work in Northwestern Europe, c. 1350–1500” []

[12 avril 2024] Les master class du CESCM #3

Inscription sans frais auprès du secrétariat du CESCM avant le 3 avril   : secretariat.cescm@univ-poitiers.fr

Le CESCM lance ses Master Class, à travers des sessions d’une journée ou deux journées où une chercheuse ou un chercheur partage à la fois son expérience et sa maîtrise d’un objet de recherche ou d’une pratique, et propose aux participants un véritable dialogue sur le sujet au programme. La particularité d’une Master Class est qu’elle repose sur une spécialisation sur une thématique donnée et une complète immersion dans le sujet. Formation intensive à la recherche par la recherche, ces journées de Master Class offrent aux jeunes chercheurs (en doctorat) et aux étudiant.es en Master un temps propice à l’échange, à la circulation des idées et à la construction de la pensée.

Lointain Moyen Âge : étudier l’art des VIe-IXe siècles

csm_KGM_Burse_von_Enger_973bfa1f0b

 Date : 12 avril 2024, 10h-17h

Lieu : CESCM (salle Crozet) – Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne – POITIERS

 

Ouverts aux doctorant.es et étudiant.es de Master, spécialisé.es dans les études médiévales.

Pour la prise en charge de vos frais de transport et d’hébergement, pensez à solliciter votre laboratoire et votre École doctorale.

 Le déjeuner est offert 


Anne-Orange Poilpré, professeure d’histoire de l’art médiéval à l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne propose une master class consacré à la culture visuelle et à l’image médiévale du haut Moyen Âge.

Coincés entre la fin de l’Antiquité et et la splendeur monumentale de l’époque romane, les premiers siècles du Moyen Âge ne s’approchent pas aisément. Peu d’édifices sont conservés en élévation et il faut se frotter aux objets, notamment aux manuscrits enluminés, pour pouvoir prendre la mesure de ce qu’était la production artistique et visuelle de cette période. L’Europe est alors en pleine mutation, entre la subsistance des anciens cultes polythéistes et la progression de la christianisation. L’étude des œuvres, et en particulier des images, révèle une grande créativité plastique et conceptuelle, bien loin de l’idée d’un âge sombre léguée par l’historiographie du début du 20e siècle.

Anne-Orange Poilpré présentera son parcours et différents dossiers de recherche autour d’enjeux marquants (après l’Empire romain, la construction d’un langage visuel chrétien, définir la fonction de l’image).

Georges Pon (1938-2023)

 

Georges Pon, membre du CESCM, Maître de conférence en histoire médiévale, retraité depuis 1998, nous a quitté le 29 décembre 2023.

 Agrégé d’histoire, Georges Pon est devenu, en 1968, assistant d’histoire du Moyen Âge, puis maître de conférence en 1974 à l’université de Poitiers. Grand érudit, traducteur hors pair, éditeur rigoureux, Georges Pon était aussi très investi dans son rôle d’enseignant. Il a contribué très largement à la vie intellectuelle de sa discipline par des recensions régulières dans les Cahiers de Civilisation médiévale. Étudiant parisien, il avait choisi pour son premier poste la ville de Poitiers parce qu’il connaissait le CESCM ; un lieu de recherche qu’il a contribué à faire vivre grâce à son engagement sans faille et dont il a écrit l’histoire en 2004. Il en a, par ailleurs, assuré le secrétariat général pendant dix ans. Notre collègue a également été un membre actif de la société d’études médiévales.

Georges Pon “a privilégié le travail d’équipe, l’érudition, mais en même temps montré le souci de faire connaître par la traduction à un plus vaste public les textes médiévaux. C’est pour lui la «vraie gloire», une gloire durable” (Edina Bozoky et Jean-Luc Terradillos, Actualités Nouvelle-Aquitaine, n° 121, 2018, p. 56).

Voici l’entretien publié dans L’Actualité Nouvelle-Aquitaine n° 121 où il nous livre en toute modestie son parcours d’érudition, de l’histoire économique à l’histoire religieuse en passant par les traductions du latin et les éditions critiques.

Appel à communication – 15èmes rencontres GRIM-IMAGO (13 juin 2024)

Appel à communication

Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO

Quinzièmes rencontres GRIM-IMAGO

13 juin 2024, Paris, INHA, salle Demargne

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck s’intéressant à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Âge, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art sise au CESCM de Poitiers, et porté par un comité scientifique (Charlotte Denoël, Conservatrice en chef, BnF, département des manuscrits/Centre Jean Mabillon ; Anne-Orange Poilpré, PR, Université Paris 1/HiCSA ; Cécile Voyer, PR, Université de Poitiers/CESCM).

Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris), ouvertes à toutes et tous.

Une place privilégiée est accordée aux interventions des jeunes chercheuses et chercheurs (dès le Master 2).

Les communications durent 20 mn. Elles sont dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

Animal, animalité, bestialité dans les images médiévales

Déclinant la formule désormais célèbre du linguistic turn, l’anthropologue Sarah Franklin proposait en 2003 celle d’animal turn. Elle entendait ainsi signifier que l’animal ne pouvait plus être appréhendé comme un objet, mais comme un être agissant et interagissant avec l’homme. En réalité, l’anthropologie a toujours considéré la nature et les animaux dans son champ d’étude puisque toute société entretient avec eux des relations réelles ou idéelles, et que de ce fait, ils sont qu’ils sont ainsi partie intégrante des communautés humaines. Force est de constater néanmoins que les animal studies ont largement ouverts les Sciences Humaines à l’exploration des relations entre les hommes et les animaux.

Paru en 1984, le livre du médiéviste Robert Delort, Les Animaux ont une histoire, est un jalon dans l’historiographie française en faisant du monde animal un objet d’histoire, étayé à la fois par l’archéozoologie et la paléontologie. Dans une perspective d’histoire culturelle, les travaux de Michel Pastoureau sur les animaux, développés à partir de sa thèse sur bestiaire héraldique, interrogent le système de représentation à l’œuvre dès lors qu’il s’agit de l’animal (ours, lion, sanglier, cochon, baleine). Entre histoire des sciences et histoire culturelle, les recherches de Baudouin van den Abeele sur la littérature cynégétique ont contribué à éclairer à nouveaux frais les rapports entre humains et animaux au Moyen Âge. Dans cette dynamique, depuis 2014, le projet collectif – Zoomathia – qui a, entre autres, pour ambition de constituer une base de données sur les textes zoologiques antiques et médiévaux possède un axe sur l’image scientifique dans les manuscrits médiévaux. Si la biocodicologie (skin studies), en plein essor actuellement, n’est pas directement liée à l’iconographie ou à la pensée visuelle, elle n’en témoigne pas moins de l’intérêt croissant pour les relations homme/nature et participe de la construction du savoir zoologique tout en interrogeant la matérialité.

De nouvelles questions sur le rapport de l’homme médiéval avec la nature et le monde animal ont été posées par les tenants de l’anthropologie structurale dont Jacques le Goff en usant dans leurs travaux des catégories sur lesquelles se fondent les représentations que les sociétés donnent d’elles-mêmes. Plus récemment, les recherches de Pierre-Olivier Dittmar ont montré que le Moyen Âge constitue une période charnière pour la réflexion naturaliste sur l’animalité. Outre la domination de l’homme sur l’animal (Genèse), deux catégories d’animaux s’opposent : pecus et bestia. Or, avec l’émergence d’une littérature en langue vernaculaire, cette division s’efface progressivement au profit d’une nouvelle conception de l’animal dont le sens exclut radicalement l’homme, entraînant une modification profonde de la conception de la personne en donnant notamment naissance à la notion de bestialité. Les réflexions de Philippe Descola sur la dialectique nature/culture ont aussi conduit à une réévaluation de ces concepts en tant que construction sociale susceptible de variations au cours de l’histoire des différentes sociétés humaines observées. Dans une autre perspective, les études de Giorgio Agamben ont posé la césure homme-animal comme préalable ontologique à la construction de l’identité humaine

Ces nouveaux éclairages philosophiques et anthropologiques ont orienté la recherche en histoire de l’art comme en littérature médiévale (Irène Fabry-Tehranchi et Anna Russakoff, 2014) vers de nouvelles perspectives. Dans leur étude iconographique du bestiaire médiéval, Christian Heck et Rémy Cordonnier ont choisi d’observer les représentations peintes du monde animal, « miroir de la société humaine » grâce aux principes d’analogie et de mimétisme. Citons encore les travaux sur la circulation dans le monde islamique et l’aire chrétienne des fables illustrées de Kalila et Dimna (Eloïse Brac de la Perrière, Aïda El Khiari, Annie Vernay Nouri éd., 2022). Les bestiaires, fables, les romans, les chansons de geste, les vitae offrent un terrain d’enquête privilégié pour réfléchir au rapport homme/animal au Moyen Âge, dès lors que la présence des bêtes dans les images interroge l’idéel, l’imaginaire social. Or, les systèmes de représentation rendent compte de la manière dont sont ordonnés les rapports sociaux et constituent le cadre dans lequel les acteurs pensent et agissent.

Comment les images médiévales traduisent-elles la place de l’animal dans le monde créé, son inscription dans la nature et les liens qui l’unissent à l’homme ? À quelles conceptions du monde renvoie la figuration en s’attachant aux animaux et à l’animal en général ? À partir d’études de cas qui s’attacheront à mettre en évidence leur méthodologie, les interventions de cette journée interrogeront les notions de vivant, d’animal, d’animalité, de bestialité dans les cultures visuelles du Ve au XVe siècle (mondes occidentaux et orientaux).

Les propositions de communications (accompagnées d’un CV) sont attendues jusqu’au vendredi 8 mars 2024, à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.com

Une réponse sera donnée à la fin du mois d’avril au plus tard.

Le programme définitif sera diffusé par mail et réseaux sociaux, également disponible sur le site du CESCM : https://cescm.labo.univ-poitiers.fr/la-formation/grim-imago/

L’accès aux Rencontres du GRIM est largement ouvert : dès la Licence et le Master, toutes et tous sont cordialement invité.e.s à venir écouter les conférences. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, il sera nécessaire de s’adresser aux centres de recherche de rattachement pour une éventuelle prise en charge des frais.

Les responsables du GRIM-IMAGO

 

 

 

 

 

[30 nov. 2023] Les master class du CESCM #2

Inscription sans frais auprès du secrétariat du CESCM avant le 15 novembre  : secretariat.cescm@univ-poitiers.fr

Le CESCM lance ses Master Class, à travers des sessions d’une journée ou deux journées où une chercheuse ou un chercheur partage à la fois son expérience et sa maîtrise d’un objet de recherche ou d’une pratique, et propose aux participants un véritable dialogue sur le sujet au programme. La particularité d’une Master Class est qu’elle repose sur une spécialisation sur une thématique donnée et une complète immersion dans le sujet. Formation intensive à la recherche par la recherche, ces journées de Master Class offrent aux jeunes chercheurs (en doctorat) et aux étudiants en Master un temps propice à l’échange, à la circulation des idées et à la construction de la pensée.

Débusquer les sources et décaler le regard: autour de la culture écrite médiévale

Date : 30 novembre 2023, 10h-17h
 
Lieu : CESCM (salle Crozet) – Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne – POITIERS
 
 
 
Ouverts aux doctorant.e.s et étudiant.e.s de Master, spécialisé.e.s dans les études médiévales.
 
Pour la prise en charge de vos frais de transport et d’hébergement, pensez à solliciter votre laboratoire et votre École doctorale.
 

 Paul Bertrand, professeur d’histoire médiévale à l’Université catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve propose une master class consacrée à l’histoire de l’écrit et de ses pratiques au Moyen Âge.

Depuis vingt-cinq ans se construit une nouvelle approche historique qui s’appuie sur les sciences fondamentales tout en les renouvelant: l’histoire des pratiques de l’écrit et plus largement de la ‘scripturalité’ médiévale. Une manière de décentrer le regard en convoquant l’écrit comme être d’histoire, dans le cadre d’un écosystème où coexistent de manière complexe les écrits et les hommes, dont l’étude permet de comprendre autrement, à force, les dynamiques et les courants lents de l’histoire des sociétés médiévales. Impliqué dans cette approche depuis ses origines, Paul Bertrand présentera le cheminement intellectuel qui l’y a associé ainsi que les méthodologies et les processus critiques qui animent sa recherche. Dans un dialogue avec les étudiantes et étudiants, il abordera des dossiers de recherche anciens et récents, pour beaucoup inédits, ainsi que des chantiers à peine ouverts, entre le 9e et le 15e s., autour de l’écrit des ordres mendiants, des écritures ordinaires, des dynamiques du faux et de la falsification, des communautés textuelles et graphiques, des institutions écrites médiévales, des cartulaires..