Tous les articles par Blanca Angeles

International Bibliography of Humanism and the Renaissance

La Bibliographie internationale de l’Humanisme et de la Renaissance (BIHR) constitue la référence internationale pour la bibliographie académique couvrant le début de l’époque moderne. Sous le patronage de la Fédération internationale des sociétés et instituts pour l’étude de la Renaissance, la Librairie Droz a depuis 1965 coordonné et publié la BIHR en version papier. À partir de cette année, un total de dix-huit pays ont collaboré dans le projet. Tous les ans les volumes imprimés recensaient tout ce qui paraissait dans ces pays, notamment, les monographies et les articles contenus dans des revues et des ouvrages collectifs tels que les mélanges ou les actes de congrès. Les comptes rendus n’intégraient pas le contenu de la publication.

Afin de proposer une bibliographie complète, Droz a compris les termes Humanisme et Renaissance dans leur sens le plus large. Tout sujet lié à l’activité humaine fut ainsi inclut dans leur thesaurus : économie, droit, science, technologie, littérature, philosophie, religion et art. Bien que les limites chronologiques de ce projet se situaient entre le XVe et le XVIe siècles, ils ont gardé une certaine souplesse en raison des variations temporelles dans le développement de ces différents mouvements culturels.

En 2013, Brepols Publishers a acquis les droits de la BIHR et depuis, cette maison éditoriale travaille dans l’actualisation du contenu, élargissant les zones de couverture de la base. En créant un software approprié, Brepols a privilégié le support numérique à celui du papier afin d’adapter la bibliographie aux méthodes modernes de consultation et ainsi la rendre accessible à un plus large nombre d’usagers. Cette base est ainsi hébergée dans la même plateforme que l’International Medieval Bibliographie (IMB) et la Bibliographie de Civilisation Médiévale (BCM). Dans cette nouvelle perspective, la BIHR est devenue la International Bibliography of Humanism and the Renaissance (IBHR).

Les objectifs de l’IBHR se montrent plus ambitieux que ceux de Droz. La base bibliographique met l’accent sur l’histoire et la culture européenne couvrant non seulement le XVIe siècle mais également le XVIIe siècle (sachant que l’IMB et la BCM couvrent du IVe au XVe siècle). De plus, elle englobe une gamme de matières plus large que la BIHR allant de l’histoire religieuse à travers la philosophie, les sciences et l’art, l’histoire militaire et politique, les études sociales et de genre. Les délimitations géographiques et chronologiques sont plus étendues que celles établies par la BIHR. La base comprend également des publications sur les interactions européennes avec le reste du monde à travers les explorations, la colonisation, l’esclavage ou les missions chrétiennes. Elle inclut des études de réception et l’enseignement au XXIe des textes écrits pendant la période chronologique concernée par l’IBHR, ainsi que l’herméneutique moderne. L’IBHR incorpore des publications écrites en différentes langues, comme l’anglais, le français, l’allemand, le grecque, l’espagnol, l’italien, le portugais, l’hongrois, le roumain, le néerlandais et le japonais. De la même manière, les disciplines abordées par l’IBHR sont plus vastes, elles reprennent en partie les sujets généraux qui conforment le thesaurus de l’IMB : langage, droit, droit canon, histoire militaire, études juives, etc. Une autre caractéristique innovatrice de cette base est l’intégration des liens vers les comptes rendus.

Les principales caractéristiques de la base :

  1. 000 notices interrogeables (Décembre 2015).
  2. 000 nouvelles références annuelles.
  3. 900 journaux sont régulièrement vérifiés.
  4. Le système de catalogage et d’indexation est vaste et utilise une terminologie familiale et multilingue : il est possible de faire une recherche en écrivant plus d’un terme, par exemple, « découverte Amérique ».
  5. 120,000 termes conforment le thesaurus.
  6. Le thesaurus est disponible en anglais et en français.
  7. Nombreuses possibilités de recherche, par auteur, titre, année de publication, sujet, etc.
  8. Différentes formats sont disponibles pour exporter les notices (EndNote, Zotero, RefWorks, Microsoft Office Word et Excel).
  9. L’interface est multilingue afin de facilité la recherche : français, anglais, allemand, espagnol et italien.
  10. La interface propose des opérateurs booléens : NOT, OR, AND ; ainsi que des caractères de remplacement : * pour 0, 1 ou plusieurs.
  11. Liens directs vers des encyclopédies et outils de recherche, comme : Lexikon des Mittelalters, International Encyclopaedia for the Middle Ages et Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques.
  12. La base, compatible avec OpenURL, permet d’accéder directement au texte intégral.
  13. Les liens DOI (Digital Object Identifier) sont disponibles.
  14. L’Alerte Email est très pratique car elle permet d’enregistrer les recherches et d’être tenu informé lorsque des nouvelles notices sont disponibles.
  15. Certaines notices comportent des liens vers les comptes-rendus.

Quelques conseils d’utilisation :

L’interface de l’IBHR est assez ergonomique et intuitive. Elle est identique à celle de l’IMB-BCM, pour ceux qui sont déjà familiarisés avec cette base. On peut sentir que ces deux bases se complémentent.

  • Il est possible de choisir la langue de l’interface.
  • Introduction : on trouve de manière succincte l’histoire et les objectifs de l’IBHR, ainsi que les noms des membres du projet et des contributeurs organisés par pays.
  • La recherche simple : cette manière est conseillée quand on a besoin, par exemple, de connaître l’état de la question d’un sujet spécifique, ou bien, quand on connaît le nom de l’auteur ou le titre d’un article.

Il faut toutefois mettre en évidence que la langue des termes utilisés pour la recherche peut modifier le nombre de résultats (par ailleurs, un phénomène qu’on trouve aussi dans l’IMB) :

  1. conquista: 862 réponses,[1]
  2. conquête: 223 réponses,
  3. conquest : 206 résultats.

Plusieurs formes de recherche sont possibles en utilisant deux rubriques : la recherche libre et la générale. Il faut garder à l’esprit qu’aucune notice n’est identique en raison de différentes informations obtenues dans chaque article.

  1. a) La rubrique recherche libre : permet de chercher le nom d’une figure importante de la histoire, d’un pays, d’un événement, d’un terme spécifique, etc. Par exemple, si on cherche par « de Vinci » on obtient 514 résultats ; mais si on fait une recherche comme « Da Vinci » le système nous donne 1188 réponses.

Si dans ce même thématique on ajoute le nom de l’auteur « BERNARDONI, Andrea » la recherche se réduit à 4 réponses. La deuxième notice, par exemple, nous permet d’accéder à l’article via l’accès au texte. Certains liens permettent de télécharger l’article en formats PDF et XML.

1

Les notices ont été conçues pour donner l’accès direct aux autres articles de ou des auteurs, d’une collection, d’une discipline, les autres notices des articles de l’ouvrage, etc. L’option « résultats nouveaux seulement » est mise à disposition pour affiner la recherche avec un seul click.

  1. b) Recherche générale : cette recherche peut se faire par discipline, zone géographique ou siècles, mais on peut toujours inclure le nom de l’auteur ou une autre spécification dans l’espace « tous les champs » :

2

  • Recherche avancée : Cette recherche permet de trouver rapidement le ou les articles d’un auteur, par exemple : Dodds Gregory + Erasmus + 2013.

3

  1. Affiner la recherche : on peut supprimer certaines informations de la recherche précédente et en ajouter d’autres afin d’obtenir de différents réponses. Par exemple, on peut remplacer l’ANNÉE pour « Iles Britanniques » dans la section de « zone géographique ».

4

  • Liens vers les comptes rendus : l’une des particularités de la base qui permet d’avoir accès direct à certains comptes rendus.
  • Revues dépouillées : liste non interactive des revues.
  • Historique des recherches : cette option permet de sauvegarder une sélection de réponses obtenues lors de la recherche sur la base : De Vinci, Erasmus, etc… L’historique peut être effacé afin de établir un nouveau avec d’autres recherches. Cette rubrique propose également de créer une alerte e-mail en cliquant sur « voir sélection », puis sur « alerte e-mail ». Un mail est envoyé à l’adresse mail de l’usager pour confirmer la sauvegarde de sa requête.
  • Mes alertes e-mail : cela permet de recevoir la liste de toutes les requêtes sauvegardées. Très pratique car elle permet d’éviter de se perdre dans la masse d’articles, savoir où on est et de connaître les nouveautés !
  • Aide: elle est disponible uniquement en anglais.

[1] Les nombre de réponses présentées dans ce billet correspondent à celles obtenues le 9 novembre 2016.

Soutenance de thèse d’Elena Sasu, CESCM (22 mars 2014)

Poitiers, MSHS, Salle Mélusine, samedi 22 mars 2014, 14h.

Soutenance de la thèse Les sermons moyen-anglais du manuscrit ms. Bodley 806 : Édition et étude, présentée par Elena Alexandra Sasu pour l’obtention du doctorat en langues et littératures anciennes, sous la direction de Stephen Morrison.

Cliché B. Royer/CESCM
Cliché B. Royer/CESCM

Composition du jury : Fabienne Toupin (présidente du jury), Stephen Morrison, Susan Powell, Veronica O’Mara, Jean-Louis Duchet.

Le travail d’édition de textes médiévaux est l’âme et le cœur de la recherche de l’équipe des anglicistes du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM). La thèse soutenue par Elena A. Sasu répond à l’intérêt, mais aussi à la nécessité de rendre accessible aux chercheurs, et à toute personne intéressée, la littérature et la culture médiévales. Le manuscrit du xve siècle, Oxford, Bodleian Library, ms. Bodley 806, renferme un cycle dominical de sermons en moyen-anglais qui, jusqu’à aujourd’hui, n’avait fait l’objet d’aucune édition. D’une lecture syntaxique difficile, ce manuscrit est le témoin unique d’une collection de sermons où le compilateur semble sympathiser avec le mouvement lollard. L’originalité du sujet et la difficulté du travail ont été reconnus par le jury, ce qui a valu à Elena Sasu la mention très honorable.

Là où certains chercheurs jugent que l’édition de textes est une tâche ennuyeuse et sans intérêt scientifique, Elena Sasu, dans l’introduction et le second chapitre, met en valeur non seulement la responsabilité de l’éditeur mais également les difficultés qu’il affronte face au document médiéval. Ainsi, la fatigue ou le désintérêt des scribes quand ils copient le même texte à plusieurs reprise donnent souvent de malheureux résultats : des omissions, des répétitions, des sauts du même au même, etc. Pour l’éditeur, ces manques d’attention ne sont pas sans répercutions car ils peuvent rendre le texte difficile, voire incompréhensible. L’éditeur doit donc être attentif à toutes ces « imperfections », comme les nomme Elena Sasu, afin de proposer des émendations et une ponctuation convenables.

Le troisième chapitre de la thèse porte sur le lien entre ms. Bodley 806 et le mouvement « hérétique » des lollards, mouvement religieux qui est né en Angleterre au cours du xive siècle. Le caractère orthodoxe radical de cette collection des sermons témoigne de la réaction d’une communauté savante contre les abus commis par l’église catholique à l’aube de la réforme protestante. Elena Sasu a signalé l’utilisation récurrente d’un lexique identifié comme étant lollard, et révélant la sympathie du compilateur de ces sermons pour la « vraie foi ». Néanmoins, le compilateur reste ambigu quant à l’utilisation du mot « lollard », vraisemblablement à cause de persécutions contre les partisans de ce mouvement.

Enfin, dans la quatrième et dernière partie, Elena Sasu présente de manière détaillée la description et l’histoire du manuscrit, accompagnées d’une analyse linguistique très développée. Elle est suivie d’un chapitre concernant le compilateur, ainsi que les sources ayant donné origine au cycle des sermons, notamment les sermons et la Bible wycliffites, Nicholas de Acquaville, Cheriton ainsi que les autorités patristiques. Elle explique pour finir les conventions éditoriales utilisées pour l’édition. Le tout est accompagné par des notes explicatives, un glossaire et des index.

L’édition des manuscrits médiévaux peut être comparée à l’archéologie : elle découvre petit à petit les différentes strates (dans ce cas du texte, de la syntaxe, du lexique, etc.) pour révéler les trésors cachés d’une société et d’une époque. En effet, l’édition des textes médiévaux est primordiale pour étudier et mieux comprendre le Moyen Âge. Le ms. Bodley 806 ouvre beaucoup de questions sur les lollards et les changements des croyances religieuses de l’Angleterre médiévale du xve siècle.

L’imprimerie au XVe siècle et les incunables

L’imprimerie au XVe siècle

À la fin du Moyen Âge, les échanges de l’Europe avec l’Asie ont permis l’introduction de l’art de l’estampe, une ancienne technique orientale permettant de multiplier les textes et les images sur papier à partir d’une planche gravée. Vers 1450 à Mayence, Johannes Gutenberg adapte ce principe pour inventer la presse typographique afin de satisfaire la demande croissante en livres. Cette invention révolutionnaire transforme les conditions techniques de la fabrication des livres et leur diffusion. Grâce à ses caractères mobiles (petites baguettes avec un signe typographique à l’une de ses extrémités), l’imprimerie permet de reproduire plusieurs exemplaires d’un même texte dans un temps court et à un prix très avantageux. Jusqu’alors en effet, les manuscrits, laborieusement copiés à la main durant de longs mois, coûtaient fort cher.

C’est donc grâce à la presse manuelle associée à la gravure sur bois et à des caractères typographiques très solides, mobiles et de taille identique que, pour la première fois en Europe, textes et images sont multipliés à une grande échelle. Véritable révolution en terme de technologie (reproduction en série) et de communication, mais aussi dans le rapport à l’écrit, l’invention du livre imprimé permet de développer le marché du livre et de satisfaire les attentes des nouvelles élites, bourgeois et commerçants, et leur goût pour l’information, la culture et la lecture.

Les incunables

Les incunables (du mot latin incunabula qui signifie « berceau ») sont les premiers livres imprimés de l’invention de l’imprimerie à l’année 1500. Le format des incunables est à l’origine calqué sur celui des manuscrits : aucune page de titre, mais un incipit (ou début du texte) et un colophon [Image D inc 53, folio 88v] où l’on trouve généralement des informations telles que la date, le lieu et le nom de l’imprimeur ; les premiers caractères imprimés imitent les écritures manuscrites. Puis la page de titre [Image D inc 53, folio 1r] fut introduite : elle contenait parfois une marque d’imprimeur-libraire ou une présentation du contenu du manuscrit. L’art de l’enluminure, hérité des manuscrits, est toutefois préservé dans les incunables [Image D inc 4, folio 33r, folio 19v]. Certains d’entre eux pouvaient aussi contenir des gravures avec des scènes colorées après l’impression. Les livres d’Heures ont fait partie de ces premiers livres imprimés et enluminés.

D Inc, f° 33r / Cliché BM Poitiers
St Jean-Baptiste et St Pierre entourés de scènes diverses, D Inc 4, f° 33r
Cliché BM Poitiers

L’apparition des livres d’Heures imprimés date de 1486. Ils sont vendus avec grand succès jusqu’à la moitié du XVIe siècle. En 1488 paraît le premier livre d’Heures imprimé à l’usage de Poitiers, quelques années après l’installation du premier atelier d’imprimerie poitevin, vers 1478, à proximité de l’abbaye de Saint-Hilaire-le-Grand.

Avec l’aimable collaboration de Anne-Sophie Traineau-Durozoy, Responsable du Fonds Ancien et du Pôle Moyen Âge du SCD de Poitiers.

 

 

 

[Exposition] : Livres d’heures en lumière. Vie quotidienne et prières, 1400-1533

Du 3 septembre au 2 novembre 2013 à la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers, salle d’exposition.

BM / Poitiers
BM Poitiers, Ms 53, folio 18

La numérisation de la collection des livres d’Heures de la Médiathèque François-Mitterrand, est née d’un projet du Pôle associé à la Bibliothèque nationale sur le Moyen-âge.

Les partenaires, le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM), l’Université de Poitiers, le Service de l’Inventaire du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes, la Bibliothèque nationale de France et la Médiathèque ont travaillé à l’organisation, au descriptif et à l’enrichissement du corpus. Les contributions scientifiques originales qui augmentent ce corpus offrent ainsi, aux chercheurs comme aux amateurs des accès diversifiés à ce patrimoine poitevin.

A l’occasion de la mise en ligne publique de 34 livres d’Heures manuscrits et imprimés, consultables sur bm-poitiers.fr, l’exposition donne un éclairage nouveau sur ces livres de prières destinés aux fidèles. Les manuscrits originaux sont exposés, accompagnés de leur version numérique.

Le public peut découvrir et contempler pour la première fois un nouveau livre d’Heures à l’usage de Poitiers du début du XVIe siècle acquis par la Ville en 2012, avec une aide du ministère de la culture.

La Médiathèque François-Mitterrand dévoile pour la première fois au public sa dernière acquisition : un livre d’Heures à l’usage de Poitiers, richement illustré et datant du début du XVIe siècle.

Commissaire scientifique : Laurent Hablot, Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Poitiers.

BM / Poitiers
BM/Poitiers

Vernissage de l’exposition : Jeudi 5 septembre à 19h

Médiathèque François-Mitterrand, salle d’exposition 

Visites commentées de l’exposition :

– Samedi 14 septembre à 11h30, et visite traduite en Langue des Signes, à 16h

– Samedi 12 octobre à 16h

 (Gratuit, sur inscription au 05 49 52 31 51)

L’heure de la découverte, Présentation au public d’un livre d’Heures.

(Médiathèque François-Mitterrand, salle Patrimoine et recherche)

Mardi 17 septembre, à 18h30 : par Martine Bobin, responsable du fonds ancien de la Médiathèque François-Mitterrand.

Mardi 8 octobre, à 18h30 : par Laurent Hablot, Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Poitiers.

Mardi 22 octobre, à 18h30 : par Anne-Sophie Traineau-Durozoy, conservatrice, responsable du fonds ancien de la bibliothèque universitaire de Poitiers.

(Gratuit, sur inscription au 05 49 52 31 51)

A toutes heures : Journée d’études ouverte au public, autour de la collection des livres d’Heures de la Médiathèque François- Mitterrand (Salle Jean-Richard-Bloch) le Vendredi 4 octobre, 9h30-12h30 et 14h30-18h

BM / Poitiers

Avec la participation de :

– François Avril (conservateur honoraire de la Bibliothèque nationale de France)

– Marc-Edouard Gautier (Conservateur de la médiathèque d’Angers

Programme :

9h30 : Accueil et Introduction

10h : Nicholas Herman (Courtauld Institut) : Bourdichon collaborateur

10h45 : Samuel Gras (Université Lille III) : La présence à Poitiers d’artistes du groupe Jouvenel et d’un artiste de style « fouquettien »

11h45 : Claudia Rabel (IRHT) : « … et des dens le mal me appaiser. » Sainte Apolline dans les livres d’heures de la Médiathèque

14h30 : Thierry Claerr (Ministère de la Culture et de la Communication) : Les livres d’Heures incunables imprimés par Thielman Kerver et conservés à la médiathèque de Poitiers et à la bibliothèque municipale de Saintes.

15h15 : Dominique Stutzmann (IRHT) : Les écritures dans les livres d’Heures

16h15 : Lieve de Kesel : « Observations on recently advanced views about the Vienna-Poitiers Hours and some related manuscripts » 

17h : conclusions et discussions

Conférences publiques autour de la collection des livres d’heures de la médiathèque, le samedi 5 octobre :

10h-12hMichel Pastoureau (Directeur d’Etudes à l’EPHE) : Le livre au Moyen Age

14h-15h : Samuel Gras (Université Lille III) : Des peintres-enlumineurs en contact étroit avec la ville de Poitiers dans la seconde moitié du XVe siècle.

15h-16h : Claude Benoist (Chef d’entreprise restauration et numérisation) : Restaurer et numériser un manuscrit médiéval

 16h30-17h30 : Laurent Hablot (CESCM, Université de Poitiers) : Les Poitevins et le livre manuscrit à la fin du Moyen Age

Journée coorganisée par le CESCM et le Service Commun de la Documentation (Université de Poitiers)

 

Concert : Musique médiévale par l’ensemble Absalon
Mercredi 16 octobre, Médiathèque François-Mitterrand, Forum, à 18h. 

Spectacle : Héloïse et le livre d’Heures
Samedi 26 octobre, Médiathèque François-Mitterrand, salle Jean-Richard-Bloch, à 16h.

Par Evelyne Moser, alias Peyronelle, musicienne et conteuse. Héloïse rêve d’un livre fascinant observé dans la vitrine d’un musée. C’est un ouvrage qui date du Moyen Age, un livre farci d’enluminures colorées qui a été commandé par un riche seigneur pour y lire ses prières quotidiennes. Des personnages et des animaux fantastiques se cachent dans les frises… 

Pour enfants, à partir de 6 ans. Durée : 50 min.