Tous les articles par Alessia Chapel

Soutenance de thèse de Véronique Soreau, CESCM (29 octobre 2018)

Le 29 octobre 2018, à l’Hôtel Berthelot du CESCM (salle Crozet), Véronique Soreau soutenait, en français et en anglais, sa thèse de Doctorat.

Son travail, intitulé La médecine par les plantes et les étoiles entre le quinzième et le seizième siècle en Angleterre. Edition inédite d’une sélection de textes en moyen-anglais de quatre manuscrits situés à Trinity College Library, Cambridge: MSS O.1.13, O.5.26, R.14.32, R.14.51, et commentaires, a été présenté devant un jury composé par : M. Stephen Morrison (Université de Poitiers, directeur de thèse), Päivi Pahta (Université de Tampere, rapporteur), Fabienne Toupin (Université de Tours, rapporteur) et Martine Yvernault (Université de Limoges, présidente du jury).

Le projet de Véronique s’inscrit dans la continuité de ses travaux de recherche menés durant sa Maîtrise et son DEA en Civilisation Médiévale Anglaise, à l’Université de Poitiers.

Ses premières études portaient sur les jardins médiévaux dans leur réalité concrète et symbolique. Sa grande passion pour les plantes l’a ensuite amenée à s’intéresser à leur emploi dans le domaine médical. Son édition des recettes médicinales contenues dans le manuscrit moyen anglais O.1.13 (Trinity College Library, Cambridge) montrait, notamment, le caractère essentiel des plantes dans les pratiques quotidiennes du soin apporté aux malades au Moyen Âge.

La thèse de Véronique, conçue comme un outil pour les chercheurs, se proposait de rendre accessibles différentes typologies de textes médicaux (charmes, poèmes, recettes et traités) datant du XVe et XVIe siècle.

Tous les membres du jury ont salué cette recherche comme étant un « travail d’ampleur aux enjeux scientifiques louables et utiles ».

Le manuscrit O.5.26, f.76r. Cliché: V. Soreau. With acknowledgements to The Master and Fellows of Trinity College, Cambridge.

Cet “original and innovating piece of work” – tel que M. Morrison l’a défini – contribue, en effet, à combler les vides existant dans l’édition des textes scientifiques en moyen anglais.

Le travail philologique qui est au cœur de cette thèse fournit une importante base d’étude et de référence, non seulement pour les anglicistes, mais également pour les linguistes historiens de la langue anglaise et pour les lexicographes. À ce propos, Mme Toupin souligne que la thèse de Véronique « apporte une contribution effective à notre connaissance du Moyen Anglais tardif ».

De plus, l’accessibilité de ces textes est également importante aux fins d’une meilleure compréhension des pratiques sociales et de la culture humaine, en particulier sur deux siècles où – comme le rappelle Mme Pahta – la médecine astrologique et la médecine par les plantes vivent leur période de plus grand essor en Angleterre. A ce propos, Mme Phata a salué le travail de Véronique comme « a competently executed edition » et « an important contribution to scholarship in medieval medicine and a number of other fields […]».

Dans une approche résolument interdisciplinaire, la thèse s’enrichit donc d’un cadre socio-historique et littéraire qui permet de remettre en contexte le travail d’édition et de mieux appréhender les pratiques médicales de l’époque, notamment le lien qu’elles entretenaient avec l’astrologie, la religion et la philosophie.

En plus d’une introduction générale revenant sur la médecine médiévale et d’une description codicologique, chaque texte édité s’accompagne d’une analyse qui permet d’en comprendre les contenus, le sens, la finalité et d’en investiguer les sources.

À la lumière de l’analyse minutieuse développée pour ce « programme éditorial d’ampleur fondé sur un bon choix de textes » (Mme Yvernault), Véronique a reçu le titre de Docteur en langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes.