ESSEP 2013 : last but not least

La session 2013 de l’European Summer School in Epigraphy (ESSEP) s’est déroulée du 18 août au 1 septembre dernier. Pour la troisième année consécutive, Poitiers a donc vu se réunir des étudiants et des enseignants venus de neuf universités européennes : Athènes, Heidelberg, Helsinki, Louvain, Madrid, Newcastle, Poitiers, Varsovie et Venise. Pendant deux semaines, entre tables rondes, excursions et ateliers pratiques, chacun a pu en apprendre davantage et échanger autour du thème de l’épigraphie antique et médiévale.

82-00017548-300_1371110104084Pour les étudiants, le maître-mot de cette rencontre a probablement été « poster ». En effet, répartis en équipes, tous ont travaillé à la réalisation de panneaux explicatifs sur des thèmes aussi variés que « rôle et statut des femmes dans les inscriptions », « écrire sur les objets » ou « épigraphie et anthroponymie ». L’ensemble de ce travail donne lieu à une exposition intitulée « Epigraphies européennes », visible dans le hall de la BUSHAMA jusqu’au 10 septembre 2013.

Les étudiants ont partagé leur temps entre travaux de groupes, conférences et ateliers pratiques. Tables rondes et exercices ont permis de mieux comprendre les enjeux actuels en matière d’épigraphie. L’un des atouts majeurs d’ESSEP est la vision diachronique mais également transculturelle qu’elle propose puisque la session traîte à part égale des inscriptions grecques, romaines et médiévales. Les sessions intensives ont été complétées par de nombreuses visites à Poitiers, Saintes et Bordeaux, en musée ou directement sur site. La visite d’un atelier de tailleurs de pierre (Saintes) ou celle des réserves épigraphiques du musée d’Aquitaine (Bordeaux) sont autant de moments uniques rendus plus agréables encore grâce à l’accueil chaleureux de professionnels ravis de faire partager leur savoir et leurs compétences. Ces visites sont également le moyen de faire découvrir aux étudiants étrangers la richesse historique et patrimoniale de la France.

DSC_0031

En plus d’offrir une formation de qualité, ce qui rend ESSEP unique c’est la richesse de l’expérience humaine qu’elle propose. Tout essepien vous le dira, cette formation est une grande aventure  qui se déroule sous le signe de la diversité linguistique et culturelle. Le soir venu, la fermeture des salles de cours ne provoque pas la séparation du groupe, bien au contraire. Discuter, boire un verre ou prendre un pique-nique deviennent vite les rendez-vous quotidiens et permettent de faire naître de réelles amitiés européennes. Passées deux semaines, c’est toujours le cœur serré que le groupe se sépare sur les quais de la gare et il ne reste alors plus qu’à espérer que 2015 continue d’agrandir la famille essepienne, à Poitiers où ailleurs…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *