Maria, doctorante à l’internationale

Maria Aimé Villano est née et a grandi en Argentine. Mais c’est à Florence puis à Venise que cette charmante doctorante a fait et poursuit ses études. Elle est à Poitiers jusqu’à fin novembre.

Maria, quel est ton parcours universitaire ?

J’ai fait mon Master 1 et 2 en histoire de l’art à Florence, mon directeur de mémoire était le Professeur Guido Tigler et il a suscité chez moi un engouement pour l’histoire de l’art et Venise, grâce à ses cours en sculpture vénitienne ; c’est ainsi que j’ai découvert les colonnes de ciborium de san Marco. Je suis actuellement en 3ème année de doctorat.

Parle-nous de ton sujet de thèse …

J’ai obtenu une place de doctorat à l’université Cà Foscari de Venise et j’ai poursuivi sur ce sujet « Les colonnes du ciborium de la basilique de Saint Marc à Venise », surtout du point de vue de l’iconographie et des inscriptions qui les accompagnent, avec Stefano Riccioni (université de Venise) et Fabio Coden (université de Vérone).

Pourquoi ce choix de Poitiers ?

Avec Stefano Riccioni on a décidé d’approfondir mes recherches liées aux inscriptions et leur rapport aux images, d’où la co-tutelle avec l’université de Poitiers sous la direction de Vincent Debiais, chargé de recherche CNRS à l’EHESS. Tout le monde sait que Poitiers et le CESCM sont l’endroit idéal pour étudier les inscriptions. Il était très important que je puisse consulter l’inscripthèque et la photothèque du CESCM : je crois être parvenue à « exploiter » toutes les personnes susceptibles d’apporter des réponses à mes questions. Le programme et les journées Epimed m’ont beaucoup apporté aussi, une occasion de croiser des professionnels ; c’est une sorte de full immersion pour moi d’être à Poitiers car je ne connaissais pas grand-chose au sujet : j’ai de plus la chance de croiser chaque jour Monsieur Robert Favreau, quel privilège !

Tu es arrivée depuis quelques mois, qu’est-ce que tu ressors de ton séjour ?

C’est la dimension internationale qui est riche ici et la façon de travailler en groupe, de partager pour faire ressortir au mieux ce qu’il y a chez chacun : ce côté collaboratif. Pour une doctorante, ça permet vraiment de gagner en confiance. Poitiers est une ville merveilleuse, il y a une vraie dimension humaine de par sa taille et beaucoup d’activités culturelles, pour une médiéviste c’est le paradis !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.