L’œil et le clic : la captation du sensible

Johannes (Jan) Vermeer – Christ in the House of Martha and Mary – Google Art Project.jpg

Parmi les milliers d’images qu’il a photographiées et numérisées au cours de sa longue carrière au CESCM, Jean-Pierre Brouard a sans aucun doute traité, à un moment ou à un autre, une peinture ou une sculpture figurant la scène de l’évangile de Luc, dans laquelle le Christ est reçu par Marthe et Marie.

Les deux figures, dans leur relation à celui qui entre dans leur maison, proposent deux modalités complémentaires de la vie de service. Marthe, qui s’avance pour accueillir Jésus, remplit la parabole de ses gestes et de ses paroles ; Marie, assise, silencieuse et attentive à l’enseignement du Christ, s’installe dans une contemplation aimante – c’est tout le sens du grand tableau de Vermeer. Marthe interroge Jésus au sujet de l’inaction de sa sœur, mais au lieu de lui adresser un reproche, il affirme que c’est bien l’attitude de Marie qui a sa faveur. En perspective chrétienne, et ceux qui ont le plaisir de travailler à ses côtés en font l’expérience quotidienne, Jean-Pierre serait plutôt du côté de Marie, et c’est tant mieux pour lui et les autres ! Il préfère la quiétude à l’agitation, le silence aux discours, l’ordre au désordre ; une discipline du détail finalement qui se retrouve dans tous les aspects de son travail.

Au moment où le CESCM s’imposait en France comme l’un des grands centres documentaires au service des recherches en histoire de l’art et en épigraphie, Jean-Pierre Brouard a été un acteur incontournable des travaux d’acquisition et de traitement des clichés aujourd’hui accessibles à la photothèque et à l’inscripthèque à Poitiers, et à travers les portails numériques ROMANE et TITULUS. Qu’il s’agisse de panneaux de peintures murales, de vues d’architecture, d’éléments sculptés ou encore d’inscriptions, la consultation du fonds photographique du CESCM permet d’apprécier l’exceptionnelle qualité du travail de Jean-Pierre et c’est un euphémisme de dire que ses clichés rendent hommage à la diversité, à la dextérité, à la virtuosité parfois de l’esthétique médiévale. Ils conjuguent la rigueur scientifique d’une prise de vue réaliste, en accord avec l’objet d’étude, et une sensibilité aiguë pour le geste qui l’a produit. La maîtrise technique que l’on attend d’un photographe professionnel se voit ainsi épaissie d’une empathie que l’on rencontre chez un artiste. L’une et l’autre exigent de la patience : regarder les œuvres pour déterminer ce qui doit être rendu visible sur les clichés ; comprendre le monument ou l’objet pour établir ce qui doit apparaître dans la publication ; connaître les enjeux scientifiques pour décider du niveau de détail à atteindre. Pour y parvenir, il faut être Marie : s’assoir et observer. Jean-Pierre Brouard exige de la patience. En mission sur le terrain, il impose silencieusement le rythme des images et oblige le chercheur qui l’accompagne à une lenteur salutaire, celle qui permet de ne plus s’agiter comme Marthe, mais au contraire de s’imprégner d’un objet, d’une image, de leur environnement. On n’explore jamais tant les recoins d’une église médiévale que lorsque l’on accompagne notre photographe en mission et que l’on attend patiemment, sans trop parler, qu’il capture la bonne image.

Cliché C. Voyer/CESCM

À l’heure où les moyens techniques mettent à la disposition des visual studies d’énormes quantités d’images, entr’aperçues dans le défilement stroboscopique d’un script sur un site web, la mesure et l’économie de Jean-Pierre rappellent l’historien de l’art à son devoir de lenteur et d’approfondissement. Au retour de mission, le chercheur doit encore attendre le traitement des clichés, livrés petit à petit. Il est certain en revanche que l’étalonnage des couleurs et des lumières est parfait ; il sait qu’il peut lire l’inscription sans difficulté ; il est convaincu qu’il pourra publier l’image sans encombre. Par l’application portée à chaque image, le travail de Jean-Pierre en vient finalement à réaffirmer l’unicité de l’œuvre médiévale. Cet engagement esthétique ne cantonne plus dès lors le travail du photographe au « support » ou au « service » de la recherche, il en est une dimension indispensable, pleinement scientifique. L’œil du photographe, qui a commencé sa carrière en s’intéressant aux travailleurs, aux usines, perçoit aujourd’hui ce qui fait l’intérêt d’une image ou d’un objet souvent plus vite que le chercheur lui-même. Affaire d’expérience, dira-t-on… On peut aussi l’entendre comme une capacité à voir l’homme derrière la matière. Son travail est en ce sens un atout au service des sciences humaines dans un milieu et au sein de disciplines qui le sont parfois assez peu.

La discrétion et la retenue de Jean-Pierre Brouard sont les indices d’une attention véritable aux détails, dans son travail au CESCM, mais aussi dans les relations avec ses collègues. Elles sont aussi le signe d’une vraie indépendance, d’une liberté en somme, celle du professionnel, celle de l’artiste. Plusieurs générations d’étudiants et de chercheurs pourront encore travailler sur le fruit de son investissement au CESCM et lui témoigner, à travers leurs recherches, une profonde reconnaissance pour avoir rendu la culture visuelle médiévale encore plus fascinante à travers ses clichés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.