Aquitania monastica : premier bilan d’un nouveau programme de recherche

Les anciennes provinces correspondant à l’Aquitaine (ancienne ou « nouvelle ») du Nord, à savoir Poitou, Aunis, Saintonge, Angoumois (ex-région Poitou-Charentes) et Limousin, ont connu une histoire monastique ancienne, riche et originale, avec des abbayes importantes qui, en parallèle à leur vocation spirituelle, ont su gérer de manière efficace leur patrimoine temporel et leurs réseaux de prieurés. Insérée dans une dynamique européenne grâce aux divers ordres monastiques, cette implantation religieuse, documentée par de nombreuses sources écrites, a laissé une forte empreinte dans la région et caractérise une grande partie de son patrimoine. Plus d’une centaine d’édifices sont classés ou inscrits au titre des Monuments historiques et plusieurs figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les moines du Moyen Âge ont par ailleurs, en lien avec les seigneurs laïcs, défriché, asséché les marais et participé à la création de certains paysages caractéristique, à forte valeur touristique.

Moine tenant un livre, XIe siècle ; plaque émaillée provenant de Gençay. Poitiers, Musée Sainte-Croix, n° inv. 2002.3.1.

Or, les études scientifiques consacrées à cette histoire, qui devraient être le fondement de toute activité de médiation, sont rares, et surtout très anciennes, loin de répondre aux attentes actuelles, ce qui nuit à la valorisation de ce patrimoine. Ce manque est lié, en premier lieu, à la dispersion des sources écrites disponibles : à celles conservées dans la région, en partie publiées au XIXe siècle, on doit ajouter toutes celles qui se trouvent dans des dépôts situés ailleurs en France, voire à l’étranger, et qu’il reste encore en grande partie à inventorier, voire à repérer. La difficulté est accrue par le fait que ces sources manuscrites, très rarement numérisées, utilisent écritures et langues anciennes qui oblige à passer par diverses disciplines d’érudition (paléographie, latin médiéval…) pour les lire, les comprendre et les mettre à disposition du public, qu’il soit universitaire ou non. Enfin, parmi les vestiges laissés par le Moyen Âge, les édifices conservés qui retiennent, légitimement, l’attention ont focalisé la plus grande partie de travaux de recherche jusqu’à présent, occultant le fait qu’il ne s’agit que de la partie émergée du gigantesque iceberg documentaire à notre disposition.

Il y avait donc là un vaste champ de recherche à investir, tant pour sa propre richesse scientifique que comme socle d’une connaissance à partager largement, auprès d’un public curieux et passionné. L’obtention par Cécile Treffort, en septembre 2016, d’une « chaire régionale » triennale, soutenue par la Région Nouvelle-Aquitaine et consacrée à l’histoire monastique de l’Aquitaine médiévale a permis de lancer un certain nombre de projets à moyen ou long terme, travaux individuels ou collectifs réunis dans une dynamique commune qui a donné naissance au programme Aquitania monastica.

Retour sur l’année 2017

Sorte d’étape préparatoire, l’année 2017 a été marquée par une intense activité documentaire, sorte de « retour aux sources » considéré comme le fondement de toute connaissance historique nouvelle : repérage de manuscrits issus de la région et actuellement conservés dans les collections nationales (à Paris et en Région) ou à l’étranger, transcription de certains textes inédits, traductions de sources latines dont le résultat sera progressivement mis à disposition du public.

Le programme de recherche étant étroitement associé, dans le cadre de cette « chaire », à la formation de jeunes chercheurs, deux nouveaux enseignements thématiques ont été proposés en licence (Moines et monastères dans l’Aquitaine médiévale) et master (Le monastère, un monde de la mémoire), complétés par diverses interventions pour un public élargi, notamment à l’université inter-âges de Poitiers.

Signature de Guillaume le Grand, duc d’Aquitaine, et de divers témoins, au bas de la donation par le comte comtale de la forêt de Doeuil aux religieux de Saint-Cyprien, vers 1003. Poitiers, Archives départementales de la Vienne, Pièce restaurée n° 31

En plus des nombreuses interventions dans des rencontres scientifiques, l’année 2017 a également été marquée par deux colloques internationaux co-organisés avec la chaire régionale, où le cas de l’Aquitaine a été à l’honneur : Categorising the Church : Debating Religious Communities : canonical and Monastic Ways of Life in the Carolingian World (organisé les 4 et 5 mai à Vienne en Autriche) et Urban Monasticism, 300-1300 (organisé à Poitiers les 30 juin et 1er juillet 2017, en collaboration avec les universités de Turku (Finlande) et de Monash (Australie) et l’université d’Europe centrale de Budapest (Hongrie). Outre la formalisation de leurs résultats par la publication des actes, prévue en 2018, ces manifestations scientifiques apparaissent comme le point de départ d’une collaboration internationale renforcée, avec, dès les 11-12 octobre 2018, une rencontre à Poitiers, faisant suite à celle de Vienne, avec les collègues autrichiens, autour des communautés monastiques et du clergé canonique dans le monde carolingien (VIIIe-Xe siècle), coordonnée par Émilie Kurdziel.

À l’horizon 2018…

À l’automne 2017, l’activité du programme Aquitania monastica s’est intensifiée grâce au recrutement sur contrat de deux ingénieures de recherche en production, traitement et analyse de données, Pascale Brudy et Manon Durier, chargées, entre autres, de travailler à l’inventaire des établissements réguliers de la région, en collaboration étroite avec le programme ANR Col&Mon [Collégiales et Monastères] dirigé par Anne Massoni (université de Limoges) et Noëlle Deflou-Leca (université de Grenoble), et à l’enregistrement des données sur la base Monastères, outil à vocation national qui sera prochainement complété par un logiciel d’analyse spatiale et statistique. Un premier bilan, concernant respectivement Baignes (en Charente) et Charroux (dans la Vienne), a été présenté à Limoges le 16 décembre dernier, et l’inventaire se poursuivra grâce à l’étude d’autres réseaux monastiques régionaux.

Charroux, ancien cloître de l’abbaye médiévale (cliché C. Treffort)

Par ailleurs, grâce à une articulation étroite avec le nouveau programme régional de recherche Monasticon Aquitaniae. Le paysage monastique de l’Aquitaine médiévale, coordonné par Christian Gensbeitel (université Bordeaux Montaigne), élaboré en totale complémentarité avec Aquitania monastica, et à des relations suivies avec le réseau Abbatia, autour de la valorisation de grands sites régionaux, toutes les conditions sont désormais réunies pour une étude globale du phénomène monastique médiéval à l’échelle de l’Aquitaine.

Pour Aquitania monastica, on notera, à l’horizon 2018, la poursuite des travaux de recherche fondamentale, marqués par un constant « retour aux sources », la présentation de résultats dans divers colloques ou journées d’étude, l’organisation ou la co-organisation de plusieurs manifestations dont le programme est en cours de finalisation, mais également une diffusion des résultats de la recherche à un public élargi, par le biais de conférences, articles ou numéros thématiques dans des revues régionales et, surtout, l’ouverture d’un carnet de recherche Hypothèses.org permettant l’accès en ligne à un certain nombre d’informations et de ressources sur le monde monastique.  Affaire à suivre, donc…

 


Une réflexion sur « Aquitania monastica : premier bilan d’un nouveau programme de recherche »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.