Deux doctorantes du CESCM en contrat doctoral à l’INHA

Suite à la nomination de Marion Loiseau (doctorante au CESCM) à l’INHA à la rentrée de septembre 2016, nous avons de nouveau cette année le plaisir d’avoir une doctorante du CESCM ayant à son tour obtenu un contrat doctoral de l’INHA, Marjolaine Massé. Nous avons rencontré ces deux doctorantes de Cécile Voyer.

En quoi consiste un contrat doctoral à l’INHA ?

Les chargés d’études et de recherche, recrutés sous contrat doctoral pour une durée de 2 ans (qui peut être prorogée par période d’une année, sans pouvoir excéder quatre ans au total), effectuent un service partagé entre les programmes scientifiques et documentaires de l’Institut et leurs travaux personnels de recherche ; ils se voient confier des tâches documentaires et scientifiques en relation avec les programmes de recherches en cours.

Parlez-nous de vos parcours universitaires :

Marjolaine : en 2011, j’ai fait une licence en histoire de l’art à l’École du Louvre, puis j’ai voulu parfaire mon allemand lors d’un séjour en Allemagne. J’y ai passé neuf mois, d’abord en tant qu’assistante de Français dans un lycée à Essen ; j’ai ensuite effectué un stage au Trésor de la cathédrale d’Essen, puis un autre au musée Schnütgen, le musée du Moyen Âge de Cologne. Par la suite j’ai effectué un Master en art médiéval à Paris IV (2015) sous la direction de Philippe Lorentz, mais je n’ai pas poursuivi mon parcours à ses côtés car il est spécialisé dans la fin du Moyen Âge.

Marion : mon parcours est assez classique : licence en histoire de l’art, option patrimoine, à l’Université Bordeaux Montaigne, puis un master recherche en histoire de l’art médiéval sous la direction de Chiara Piccinini et Cécile Voyer, que j’ai complété avec une maîtrise en philosophie, mention « religions et sociétés » obtenue en 2015. Mon parcours professionnel a été suivi en parallèle avec plusieurs saisons en tant qu’agent d’accueil et chargée de visite pour l’Office de Tourisme de Bordeaux.

Pourquoi avoir choisi le CESCM pour effectuer votre doctorat ?

Marion : Après avoir suivi les cours donnés par Cécile Voyer, puis avoir travaillé sous sa supervision pendant mon Master 2, je souhaitais poursuivre mes recherches dans le même cadre. Bien que nous travaillions sur des sujets assez différents, la méthodologie et l’approche développées par Cécile Voyer ont été des modèles pour le développement de mes propres réflexions.

Marjolaine : Je suivais des séminaires avec Anne-Orange Poilpré, c’est elle qui m’a orientée vers Cécile Voyer.

Vous êtes toutes deux sous la direction de Cécile Voyer, quel est votre sujet de thèse ?

Marjolaine : « Les représentations des élites dans les images du IXe au XIe siècle en Occident », sous la direction de Cécile Voyer et d’Anne-Orange Poilpré. Cette thèse est dans la continuité de mon Master dont j’ai élargi le sujet. J’avais auparavant travaillé sur les images de l’empereur et des élites dans l’art carolingien et ottonien, mais en me concentrant uniquement sur les objets d’art. Je m’intéresse maintenant aux images sur tous types de supports, en les replaçant dans leur environnement culturel et social tout en utilisant les grilles d’analyse de l’anthropologie.

Marion : J’ai démarré ma thèse en 2015, qui porte aujourd’hui sur  Les femmes et leurs images, identité, projection, invention de soi dans les livres d’heures de la France de l’Ouest au XVe siècle. À travers l’analyse et la mise en lumière du contenu discursif des images, ce projet a pour but d’interroger les spécificités de la pratique religieuse des femmes laïques à la fin du Moyen Âge.

Être à l’INHA vous permet de collaborer avec des membres du CESCM :

Oui car les membres et anciens membres du CESCM sont bien représentés à l’INHA. Marion et moi sommes intégrées au domaine de recherche Histoire de l’art du IVe au XVe siècle sous la direction d’Isabelle Marchesin, Conseillère scientifique en histoire de l’art médiéval à l’INHA et Maître de conférences HDR détachée du CESCM ; nous participons de plus au programme de recherche Ontologie du Christianisme médiéval en images : il s’agit d’un projet collaboratif mené par Isabelle Marchesin et Sébastien Biay, pensionnaire à l’INHA et ancien doctorant du CESCM.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.