De inventoribus litterarum : l’histoire de l’écriture vue par les savants carolingiens.

SVMMA : Revista de Cultures Medievals

slider_4Publication du premier numéro de la revue en ligne SVMMA par l’Institut de Recerca en Cultures Medievals (IRCVM) de l’Université de Barcelone.

Il faut s’identifier pour pouvoir devenir lecteur ou auteur.

Cécile Treffort (CESCM) publie un article dans ce premier numéro : De inventoribus litterarum : l’histoire de l’écriture vue par les savants carolingiens.

Résumé : A l’époque carolingienne, les lettrés qui oeuvrent activement à la réforme religieuse et culturelle du regnum Francorum, portent une attention particulière à l’histoire de l’écriture et à l’invention de l’alphabet. Dans les chroniques et les traités de grammaire, plusieurs traditions s’articulent, puisant à des sources antérieures l’histoire de la translatio studii à travers le déluge ou celle de la chaîne historique des inventeurs, de l’écriture hébraïque puis grecque à l’alphabet latin. Certains textes, notamment un court traité attribué à Raban Maur, élargissent la perspective au-delà des frontières de la chrétienté. Tous témoignent d’une conscience vive du caractère conventionnel de l’écriture, de son rapport étroit avec la culture et la langue, et participe à une imprégnation quotidienne soutenant le vaste mouvement de la renovatio carolingienne.

Mots clés : écriture, regnum Francorum, translatio studii, réforme carolingienne

Abstract: In the Carolingian period, scholars who work actively in the religious and cultural reform of the regnum Francorum, pay attention to the history of writing and the invention of the alphabet. Chronicles and grammatical treatises use several previous traditions to draw the history of the translatio studii through the Flood or the historical chain of inventors for the hebrew, greek and latin alphabets. Some texts, including a short treatise attributed to Raban Maur, widen the perspective beyond the frontier of the Christendom. All show a lively consciousnesse of the conventional nature of the writing, its narrow relationship with the culture and the language, and by a daily impregnation, support the vast movement of the carolingian renovatio.

Key Words: writing, regnum Francorum, translatio studii, carolingian reform


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.