La littérature française, des États-Unis vers le CESCM

Nous avons reçu pendant un mois, Anne-Hélène Miller, Professeure assistante avancée de littérature française du Moyen Âge à l’université du Tennessee, Knoxville, invitée par Martin Aurell. Elle nous parle de son séjour.

Chère Anne-Hélène, quel est votre ressenti après un mois passé au CESCM ?

Excellent.  Tout d’abord, ce cadre est vraiment exceptionnel. Pour une médiéviste travaillant comme moi sur la fin du Moyen Âge, être dans un hôtel de sa période de recherche, c’est merveilleux !

J’ai reçu un accueil très sympathique. Dès mon arrivée, on m’a permis d’être tout de suite à l’aise et immédiatement je me suis sentie comme étant du centre. Tout était bien organisé et les gens très professionnels et disponibles, même en cette période d’effervescence pour la préparation des Semaines d’études médiévales 2017.

D’où vous est venue cette idée de séjourner dans notre centre ?

Je connaissais le CESCM de par sa réputation internationale et aussi parce qu’il est unique en France, mais je n’y étais jamais venue. J’avais rencontré Martin Aurell lors alors que j’étais étudiante à l’université de Washington où il avait été invité par mon directeur de thèse. On a repris contact récemment et on s’est rendu compte qu’on pouvait avoir des projets communs de coopération.  À l’université du Tennessee nous avons un centre d’étude et de recherches sur le Moyen Âge et la Renaissance, The Marco Institute  et nous avons beaucoup de points communs avec le CESCM. Nous sommes dans l’université et les professeurs sont rattachés à des départements selon leur disciplines respectives, mais tout en participant à un cursus interdisciplinaire au sein de l’institut.  Aussi, notre institut organise ses propres activités et événements scientifiques. Nous avons reçu le Professeur Martin Aurell en tant que Lindsay Young Distinguished Visiting Senior Scholar in Medieval Studies au mois de mars et je suis maintenant professeur chercheur invité au Centre.

Dans quel domaine travaillez-vous pour avoir eu cette envie de venir à Poitiers ?

J’étudie les domaines français et occitan à la fin du Moyen Âge selon une approche interdisciplinaire (littérature, sociolinguistique, histoire, art, théologie). Mes recherches portent notamment sur Guillaume de Machaut, Jean Froissart, Nicole Oresme, Eustache Deschamps, et le Roman de la Rose. Je suis actuellement présidente de la Société Internationale Guillaume de Machaut et je fais partie du comité exécutif du forum Lettres Médiévales françaises du Modern Language Association of America. Je suis donc la spécialiste de littérature française médiévale dans mon département et à mon Institut dans le Tennessee. Il est essentiel pour moi de tisser des liens avec des chercheurs en France et de me tenir au courant du statut de la recherche.

De plus, actuellement, je finis un ouvrage qui revisite l’articulation entre la dimension tout d’abord transnationale de la langue française dès le XIIe siècle et celle de la prise de conscience du rôle de la langue dans la construction d’une identité « nationale » à partir du XIVe siècle. Ces deux aspects sont trop souvent considérés séparément dans l’histoire de la langue française et les approches en France et dans les pays anglo-saxons parfois divergent. Je m’attache donc à les explorer en créant des liens entre une variété de textes et d’auteurs connus et moins connus. Dans le cadre de l’écriture de mon ouvrage, qui porte donc essentiellement sur le statut littéraire de la langue française au tournant du XIVe siècle en France, j’ai eu l’opportunité de présenter ce projet le 31 mai pour une conférence informelle.  À cette occasion, j’ai parlé en particulier de Jean Froissart et Philippe de Mézières.

Quel est l’aboutissement de ce séjour ?

Pendant mon séjour, j’ai eu la chance de participer à la journée sur le projet de traductions multilingues à partir d’un texte « Le dit des trois morts et des trois vifs », organisé par les professeurs en littérature du centre, ce qui m’a permis de me familiariser avec leurs réflexions : j’ai apprécié ce travail collaboratif entre professeurs et étudiants avancés.  De belles expériences, qui m’ont inspirées pour l’avenir.  Parallèlement j’ai eu la chance de participer à la journée doctorale le 17 mai. J’ai été impressionné par la large palette et la qualité des sujets de recherche des étudiants du centre.

J’ai rencontré  M. Jean-Marie Pincemin, le responsable des programmes de recherches internationales à l’université de Poitiers  pour parler  d’un projet éventuel d’échange et partenariat entre nos universités pour les étudiants doctorants et professeurs, dans une optique de travail de recherche, avec les avantages de parfaire leurs connaissances linguistiques et culturelles. Le directeur du Marco Institute Professeur Jay Rubenstein est venu depuis Paris spécialement à Poitiers pour rencontrer le professeur Aurell et le professeur Palazzo – Doyen de la faculté des Sciences humaines et arts -, pour évoquer ce projet.

Globalement, ce séjour a été très fructueux et j’ai fait de très belles rencontres.

 

Voir la bibliographie d’Anne-Hélène Miller


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *