Scott Brown, un américain passionné d’art roman

Dans un français parfait, Scott Brown, professeur américain, nous explique les raisons de sa venue en mai 2017 au CESCM et sa passion notoire pour l’art roman.

Cliché V. Ernst-Maillet (CESCM)

Bonjour Scott, c’est la première fois que vous venez au CESCM ?

En fait je suis venu une première fois pour une journée en 2016, avec Vincent Debiais, pendant que je faisais un voyage de recherches vers Limoges, Toulouse et il m’a fait visiter plusieurs monuments de Poitiers, j’ai été conquis. Nous étions dans une équipe de travail montée par Robert Maxwell et nous nous étions rencontrés à Kalamazoo (session 2012). Comme je travaille aussi parfois sur l’épigraphie sur les sculptures, nous avions un sujet commun.

Nous avions discuté de mon projet de recherche qui s’articule autour d’Amat d’Oloron, légat du pape : cet homme du XIe siècle qui travaillait partout dans l’Aquitaine, était un homme spirituel important à Poitiers – il a influencé la fondation de l’abbaye de Montierneuf vers 1070, par exemple. Lorsque j’ai évoqué cela à Vincent Debiais, qui rassemble les chercheurs et aide beaucoup au contact, il m’a proposé de venir profiter du cadre du CESCM, d’où ma présence.

Comment est-ce qu’on en vient à s’intéresser à un tel sujet, surtout pour un américain ?

Il n’y a pas de Moyen Âge aux États-Unis mais une tradition d’études autour du Moyen Âge qui remonte jusqu’au XIXe siècle. Il y a de plus un intérêt profond aux États-Unis, dès la fondation du pays, pour l’histoire de l’Église et la relation entre la spiritualité et la politique . Au cours du XXe siècle les États-Unis ont trouvé une « niche » dans l’étude de l’art médiéval. En Europe, l’étude de l’art médiéval a souvent été liée à un intérêt patrimonial. Les américains n’ayant pas leur propre passé avec des monuments travaillent à ces thèmes partout où c’est possible géographiquement à travers le monde.

Beaucoup de chercheurs américains travaillent sur le Moyen Âge mais ce qui nous manque aussi, c’est une communauté, du fait des distances aux États-Unis et c’est pour cela qu’il est important pour moi de venir en France.

Dès le début de mes études universitaires j’ai été intéressé par cette période historique. En première année, j’ai suivi un cours autour de l’art roman.  J’étais vraiment impressionné par l’ambiance sombre des églises romanes, par le poids de leurs voutes, par la masse de l’architecture, par les vieilles pierres. Comment et pourquoi bâtir ainsi de tels monuments « bruts » ? La première église que j’ai vue à Vézelay m’a vraiment bouleversée. Dans le narthex, j’ai imaginé les moines au milieu de la nuit célébrant les matines. Le passé me semblait si vivant en ce moment.

Plus précisément, comment avez-vous connu Amat d’Oloron ?

Je suis professeur associé en histoire de l’art à l’Université de North Florida. La sculpture romane est mon principal domaine de recherche et de publications (voir Academia), même si j’ai récemment terminé un ouvrage qui sortira l’an prochain, sur l’image d’une héroïne biblique, Jaël, qui a eu une image importante aux XVe et XVIe siècles.

Maintenant, je retourne à l’étude de l’époque romane. J’ai soutenu une thèse sur la sculpture du portail de la cathédrale d’Oloron et Amat y était évêque, cet homme n’était cependant pas le sujet principal de ma thèse. Il reste peu connu par les historiens de l’art. Comme légat des papes Grégoire VII et Urbaine II, il est assez bien  connu par les historiens de l’Église, mais son influence sur les monuments romans a longtemps été ignorée. La carrière d’Amat d’Oloron nous donne un aperçu important et inattendu sur un grand réseau de monuments (notamment à Poitiers, Toulouse, Saintes, Bordeaux, et en Espagne) et sur un art roman en plein essor à la fin du XIe siècle. J’ai à cœur de rapprocher le côté physique et matériel des monuments du côté politique de l’Église qui sont liés par la personne d’Amat.

Quel souvenir garderez-vous de votre passage au CESCM ?

Je suis venu plusieurs fois en France, notamment pour effectuer des recherches à la BnF pendant mes études, et je viens depuis tous les 2 ans car nos budgets de recherches nous le permettent.

Je suis au CESCM pour le mois de mai 2017 et j’ai eu l’occasion de faire ma première  intervention en français  sur un travail en cours au sujet d’un esprit ludique dans la sculpture romane.  L’exemple au cœur de cette étude est une histoire de conflit à Poitiers entre l’évêque et les chanoines de Saint-Hilaire-Le-Grand qui a provoquée des reflets amusants dans la poésie et la sculpture à Saint-Hilaire au XIe siècle.

Être au CESCM m’a permis de discuter de projets potentiels et j’ai élargi mon champ de recherche. Je trouve incroyable ce centre où les gens sont ainsi entièrement occupés à la recherche pure et à la production du savoir, même au niveau des étudiants. Je me suis vraiment immergé dans la recherche d’une façon qui me serait impossible aux  États-Unis et je suis vraiment reconnaissant de cette opportunité et d’avoir croisé des chercheurs et des gens aussi accessibles. Je tiens à vous en remercier.

Voir le lien des travaux de Scott Brown

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *